1er cycle PCEM2 MB7 Immunologie I2 Phénotype diiférenciation circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire

De
Publié par

Niveau: Supérieur

  • mémoire


1er cycle – PCEM2 – MB7 – Immunologie – I2- Phénotype, diiférenciation, circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire. 2007-2008 1 Février 2008 P. CORBEAU - Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE 1. Les lymphocytes T Les lymphocytes T et B, qui sont les seules cellules de l'organisme à avoir des récepteurs pour l'antigène à leur surface, sont responsables de l'immunité spécifique ou adaptative. 1.1. Ontogénèse des lymphocytes T - troisième semaine de vie embryonnaire: présence dans le foie de cellules souches hématopoïétiques pluripotentes (migration vers la moelle osseuse au troisième mois) - septième semaine: colonisation du thymus par des cellules souches hématopoïétiques devenant des thymocytes et des lymphocytes T 1.2. Maturation des lymphocytes T [Figure 1] Dans le thymus, les thymocytes traversent le cortex puis la médullaire. La maturation des lymphocytes T au niveau du thymus est marquée par trois types d'événements: • Modification de marqueurs membranaires de différenciation (clusters of differentiation = CD) - disparition du marqueur de cellule souche hématopoïétique CD34 ; - apparition provisoire du marqueur CD1, glycoprotéine transmembranaire présente à la surface des thymocytes et absente de la surface des lymphocytes T périphériques - apparition des marqueurs spécifiques des cellules T : TCR et CD3.

  • ig de surface servant de récepteur pour l'antigène

  • molécule d'adhésion

  • marqueurs membranaires

  • disparition du marqueur de cellule souche hématopoïétique

  • follicules secondaires

  • récepteur

  • organes lymphoïdes

  • cellule dendritique


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 138
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
er 1 cycle– PCEM2 – MB7 – ImmunologieI2- Phénotype, diiférenciation, circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire.2007-2008
PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE ·Sous-populations: 1.Les lymphocytes T + -auxiliaires T ("Thelper", Th), CD4, représentant 55% des lymphocytes T  Leslymphocytes T et B, qui sont les seules périphériques, elle-mêmes subdivisées en: cellules de l'organisme à avoir des récepteurs pour l'antigène à leur surface, sont responsables de·produisant les cytokines IL-2 et Th1, l'immunité spécifique ou adaptative. IFNg, favorisant l'immunité cellulaire · Th2,produisant plusieurs cytokines dont 1.1. Ontogénèse des lymphocytes T l'IL-4 et l'IL-10, favorisant l'immunité humorale - troisième semaine de vie embryonnaire: ·produisant l'IL-17, favorisant Th17, présence dans le foie de cellules souches inflammation et auto-immunité hématopoïétiques pluripotentes (migration vers la + -T cytotoxiques, CD8 , représentant 35% moelle osseuse au troisième mois) des lymphocytes T périphériques - septième semaine: colonisation du thymus par + + -T régulatrices(Treg), CD4CD25 des cellules souches hématopoïétiques devenant des exprimant FoxP3, capables d’inhiber l’activation thymocytes et des lymphocytes T + des autres cellules T CD4. 1.2. Maturation des lymphocytes T[Figure 1]Moelle osseuse Dans le thymus, les thymocytes traversent le cortex puis la médullaire. La maturation des CD34 lymphocytes T au niveau du thymus est marquée par trois types d'événements: ·Modification de marqueurs membranaires de Prothymocyte différenciation(clusters of differentiation= CD) - disparition du marqueur de cellule souche hématopoïétique CD34 ; - apparition provisoire du marqueur CD1, Cortex thymique glycoprotéine transmembranaire présente à la surface Rérrangement des thymocytes et absente de la surface desdu TCR CD2 lymphocytes T périphériques - apparition des marqueurs spécifiques des cellules T : TCR et CD3.Thymocyte corticalCD3 ·Réarrangement des gènes codant pour le CD1 CD4 TCR (récepteur pour l'antigène à la surface Sélections des cellules T)clonales ·Sélections clonales.CD8 CD2 1.3. Lymphocytes T périphériques CD5 A la sortie du thymus, les lymphocytes T gagnent Médullaire la périphérie.thymique CD3 ·Morphologie:cellules de 8mm de diamètre, avec CD3 CD1 CD1 un grand noyau à chromatine dense et unCD4 cytoplasme mince. ·Marqueurs membranaires:[Figure 2]CD8 CD2 CD2 - marqueurs T spécifiques : TCR et CD3. - autres marqueurs : CD5 CD5 - molécules délivrant un signal d'activation au lymphocyte T à la suite de leur interaction avec une molécule à la surface d'une autre Lymphocytes T périphériques cellule (cf. Chapitre 6) : CD2, CD5, CD28,CD40L, CD11a/CD18. Figure 1. Schéma de la maturation intra-thymique des - molécule CD4 ou CD8, appartenant à la lymphocytes Tsuperfamille des immunoglobulines, -T mémoireetT viergeayant ou n'ayant pas été interagissant avec les molécules HLA de classe stimulé par l'antigène II et de classe I respectivement.
F rir 2P. CORBEAU -pierre.corbeau@chu-nimes.fr
1
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
CD3 CD4 CD28 auxiliaire T cytotoxique CD5
96 h 24 h48-72 h transformation blastique {CD25{CD71{HLA-DR Figure 3.Cycle d'activation des lymphocytes T 2. Lymphocytes B  Pardéfinition, les lymphocytes B sont les cellules qui synthétisent des immunoglobulines et les expriment à leur surface. 2.1. Ontogénèse et maturation des lymphocytes B  Durantla vie foetale, le foie produit les lymphocytes B. Après la naissance, c'est la moelle osseuse qui assure leur production. L'environnement de la moelle osseuse est responsable de la maturation des lymphocytes B.  Ladifférenciation des lymphocytes B à partir des cellules souches hématopoïétiques en cellule pro-B, puis pré-B, puis B immature et enfin B mature est marquée par plusieurs événements : ·Modification de marqueurs membranaires de différenciation[Figure 4] : MoelleCD34 osseuse
er 1 cycle– PCEM2 – MB7 – ImmunologieI2- Phénotype, diiférenciation, circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire.2007-2008
CD2
-T à TCRabetT à TCRgdg&d&
D8
CD40L Figure 2.Principaux marqueurs membranaires des lymphocytes T. 1.4. Activation des lymphocytes T TDans certaines circonstances, les lymphocytes sont activés. Le niveau d'activation dépend du type du stimulus et plusieurs événements marquent cette activation. 1.4.1 Stimulus : ·Antigène. ·Superantigène, liant le TCR en dehors du site de reconnaissance de l'antigène. ·Mitogène, lectine liant des récepteurs à la surface des cellules T (ex: phytohémagglutinine, concanavaline A). ·Cellules allogéniques (réactionlymphocytaire mixte in vitro, cf. Chapitre 11).·Anticorps spécifiques de certaines molécules de surface. 1.4.2. Effets ·Entrée dans le cycle cellulaire[Figure 3]. ·Transformation morphologique : transformation blastique (augmentation de taille et décondensation de la chromatine durant la phase G1). ·Apparition de marqueurs membranaires [Figure 2] : - apparition des molécules CD25, chaîneadu récepteur pour l’IL-2 ; - apparition des molécules CD71 (récepteur pour la transferrine) à la phase G2 ; - apparition des molécules HLA-DR à la phase M ; - augmentation de l'expression membranaire de certaines molécules de surface : CD40L, CD11a/CD18. ·Production de cytokines.·Devenir :- soit différenciation en cellule T effectrice - soit différenciation en cellule T mémoire - soitmort cellulaire.
Ig
CD34
Cellule souche
2
F rir 2P. CORBEAU -pierre.corbeau@chu-nimes.fr
Périphérie IgD B matureIgM
Plasmocyte
Pro-B
CD19 CD20 CD21
Figure 4. Schéma de la maturation des lymphocytes B
CD19 Rérrangement du BCR
IgM B immature
CD19 CD20 CD21
CD19 CD10 CD20 Cm CD21
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Pré-B
G0 G1S/G2 M
er 1 cycle– PCEM2 – MB7 – ImmunologieI2- Phénotype, diiférenciation, circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire.2007-2008
- disparition du marqueur de cellule souche hématopoïétique CD34 - apparitionprovisoire du marqueur CD10 - apparition des marqueurs spécifiques des cellules B : Ig de surface servant de récepteur pour l’antigène (BCR), CD19 (associé à CD21), CD20 (canal ionique), CD21 (CR2, récepteur pour le complément). ·Réarrangement des gènes des immunoglobulinesqui a lieu aux stades pro-B et pré-B, permettant l'expression du BCR ·Sélection clonalenégative. 2.2. Lymphocytes B périphériques ·Morphologie:identique à celle des lymphocytes T.·Marqueurs membranaires : - BCR, CD19, CD20, - récepteurs pour la partie constante des IgG (CD32), - HLA de classe II, - CD40, - récepteurs pour le complément CR1 (CD35) et CR2 (CD21). + ·Sous-populations :rarescellules B CD5 , dont les BCR ne sont pas mutés, et qui synthétisent des anticorps polyréactifs pouvant être des autoanticorps. 2.3. Activation des lymphocytes B2.3.1. Stimulus : ·Antigène ·Mitogène :mitogène du pokeweed, protéine A du staphylocoque Cowan 1·Virus d'Epstein-Barr·Anticorps spécifiques de certaines molécules de surface(ex: anti-CD40). 2.3.2. Effets : ·Entrée dans le cycle cellulaire ·Transformation blastique ·Production de cytokines·Commutation isotypiqueet mutations somatiques du BCR ·Expression de marqueurs membranaires: CD23 (récepteur pour la partie constante des IgE), CD25, CD40, CD80 (ligand de CD28) ·Différenciation en plasmocyte :- cellule excrétrice d'anticorps (Ig intracytoplasmiques), - morphologiepropre, - marqueurs membranaires : absence d'Ig de surface, de CD19, de CD20, de CD21, d'HLA-DR ·Apparition de cellules B mémoires. 3. Cellules NK Les cellules NK sont une population hétérogène définie par leur propriété cytotoxique.
F rir 2P. CORBEAU -pierre.corbeau@chu-nimes.fr
3
3.1. Ontogénie et maturation des cellules NK  Lescellules NK proviennent de précurseurs hématopoïétiques et ont une maturation extra-thymique. 3.2. Aspects morphologiques -la circulation, dansgrands lymphocytes à granules intracytoplasmiques ("large granular lymphocytes", LGL) - après activation, transformation en cellules LAK ("lymphokine activated killer cell"). 3.3. Marqueurs membranaires -CD2, CD8 - CD16 (récepteur pour la partie Fc constante des IgG), CD56 (molécule d’adhésion), sur certaines sous-populations NK -récepteurs activant la cytotoxicité des cellules NK : NKp30, NKp44 et NKp46 reconnaissant des molécules à la surface de la cellule cible -récepteurs inhibant la cytotoxicité des cellules NK : KIR, CD94 et ILT2 reconnaissant certaines molécules HLA de classe I sur la cellule cible empêchant ainsi la lyse de cellules normales. 3.3. Activités - cytotoxicitécellulaire "naturelle", non spécifique d'antigène. - cytotoxicitéà médiation cellulaire dépendant d'anticorps ("antibody dependentcell cytotoxicity", ADCC): les cellules NK peuvent fixer, par leurs récepteurs pour la partie constante des immunoglobulines, des anticorps liés à des antigène membranaires àla surface de cellules et lyser les cellules; les cellules NK sont parfois appelées dans ce cas cellules K ("killer") - production de cytokines 4. Cellules présentant l'antigène Plusieurs types de cellules sont spécialisés dans la présentation des antigènes aux lymphocytes T et B. Toutes ces cellules ont à leur surface des molécules HLA de classe II. 4.1. Monocytes ·Origine :moelle osseuse, cellule souche hématopoïétique commune avec les granulocytes.·Morphologie :diamètre de 9-16mm, noyau excentré, cytoplasme riche en mitochondries et en lysosomes.·Marqueurs membranaires :CD14 (récepteur pour les lipopolysaccharides), CD64(récepteur pour la partie constante des IgG) et récepteurs pour le complément.·Localisation :les monocytes sont en transit dans le sang vers les tissus où ils vont se différencier en macrophages de façon irréversible sous l'effet de divers signaux (cytokines, facteurs du complément, produits bactériens).
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
er 1 cycle– PCEM2 – MB7 – ImmunologieI2- Phénotype, diiférenciation, circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire.2007-2008
4.2. Macrophages[Figure 5]·Morphologie: - diamètre de 20-25mm - morphologie particulière: cellules épithélioïdes des granulomes, cellulesgéantes multinucléées ·Localisation tissulaire :tissu conjonctif (histiocytes), foie (cellules de Kupffer), système nerveux (microglie), rein (cellules mésangiales), os (ostéoclastes), par exemple. L'ensemble constitue le système réticulo-endothélial. ·Rôles: - présentation de l'antigène - phagocytose de débris de l'organisme, de particules exogènes, demicrobes et microbicidie - métabolisme lipidique·Activation:relargage de prostaglandines et de leukotriènes, synthèse de cytokines, de protéases, de facteurs du complément et de facteurs de la coagulation. CD14 CD54 (ICAM-1)
CD35 (CR1) CD11b/CD18 (CR3)
CD64 (Fc-g-RI) HLA de CD32 (Fc-g-RII) classe II CD16 (Fc-g-RIII) Figure 5. Principaux marqueurs membranaires des macrophages 4.3. Cellules dendritiques  Lescellules dendritiques sont les cellules présentatrices d'antigène les plus efficaces, en particulier pour stimuler les cellules T vierges.  Provenantde la moelle osseuse, elles sont initialement immatures. Ce sont alors des cellules mononucléées ne portant aucun marqueur spécifique des cellules T, B, NK ni des macrophages. Ces cellules se présentant sous deux formes :·Cellules dendritiques plasmacytoïdes : présentes dans le sang et les organes lymphoïdes, ce sont les principales sources cellulaires d’IFNa·Cellules dendritiques myéloïdes :présentes dans les muqueuses (ex: cellules de Langerhans) et les sous-muqueuses. Au contact d’antigènes qu’elles capturent et dégradent (secondairement à la reconnaissance par des TLR, "Toll-Like Receptor", présents à leur surface, de produits microbiens ou de tissus endommagés), elles deviennent des cellules dendritiques mûres. Cette maturation a plusieurs conséquences :-Modification morphologique : développement de prolongements cytoplasmiques leur permettant de gagner un organe lymphoïde secondaire -Expression de molécules
F rir 2P. CORBEAU -pierre.corbeau@chu-nimes.fr
4
membranaires de co-activationleur permettant de stimuler les cellules T présentes dans l’ organe lymphoïde secondaire auxquelles elles présentent l’antigène capturé -Production de cytokines :TNFa, IL-1, IL-6, et éventuellement IL-12.4.4. Cellules dendritiques folliculaires ·Origine :ces cellules ne sont pas d'origine hématopoïétique·Localisation :rate et ganglions lymphatiques. Les cellules dendritiques folliculaires fixent l'antigène à leur surface sans l'internaliser et le présentent aux cellules B ·Marqueurs membranaires :les cellules dendritiques folliculaires ont à leur surface le récepteur pour le complément CR3 par lequel elles captent l'antigène au sein d'un complexe immun. 4.5. Lymphocytes B Les lymphocytes B peuvent fixer l'antigène par leur BCR, internaliser le complexe antigène/BCR etprésenter le peptide antigénique, associé aux molécules HLA de classe II, aux cellules T. 5. Organes lymphoïdes 5.1. Organes lymphoïdes centraux Les organes lymphoïdes centraux sont responsables de la production et/ou de la maturation des cellules lymphoïdes. 5.1.1. Moelle osseuse - production des cellules souches précurseurs des lymphocytes T et B - différenciation des cellules B. 5.1.2. Thymus ·histologie : -formé d'une zone superficielle (cortex) et d'une zone profonde (médullaire). - contientdes cellules épithéliales qui sécrètent les hormones thymiques, des macrophages qui phagocytent les thymocytes morts, des cellules dendritiques et des thymocytes. ·fonction: différenciation des cellules T. 5.2. Organes lymphoïdes périphériques Les organes lymphoïdes secondaires sont le lieu privilégié de la rencontre entre antigènes et lymphocytes, initiant la réponse immunitaire spécifique. 5.2.1. Ganglions lymphatiques ·topographie :le trajet des vaisseaux sur lymphatiques ; la lymphe pénètre dans la corticale du ganglion par le vaisseau lymphatique afférent et en ressort au niveaudu hile par le vaisseau lymphatique efférent [Figure 6].
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
er 1 cycle– PCEM2 – MB7 – ImmunologieI2- Phénotype, diiférenciation, circulation et homéostasie des cellules du système immunitaire.2007-2008
follicule secondaire avec centre germinatif
médullaire
follicule primaire
cortex profond
cortex superficiel Figure 6. Schéma d'une coupe histologique ganglionnaire ·histologie :les ganglions sont formés de trois zones concentriques : - lamédullaire, contenant des plasmocytes et des macrophages. - lecortex profond :- zone de la réponse cellulaire B primaire et de la réponse cellulaire T, dite zone para-corticale T-dépendante.  -contient des lymphocytes et des cellules dendritiques. - lecortex superficiel :- zonede la réponse cellulaire B secondaire. - contient des lymphocytes, des macrophages et des cellules dendritiques folliculaires organisés en follicules primaires et, après stimulation antigénique, en follicules secondaires caractérisés par un centre germinatif incluant des lymphoblastes B; les plasmocytes issus de ces follicules passent dans la médullaire du ganglion puis dans le sang pour gagner la moelle osseuse ou le tissu lymphoïde associé aux muqueuses. 5.2.2. Rate ·topographie :situéeen dérivation sur la circulation sanguine. ·histologie :la fonction immunologique de la rate comme organe lymphoïde secondaire est assurée dans la pulpe blanche qui comprend deux zones : - zone T, centrale, riche encellules T formant des manchons péri-artériolaires, les corpuscules de Malpighi - zone B,constituée de cellules périphérique, dendritiques folliculaires, de macrophages et de cellules B organisés en follicules primaires et secondaires.5.2.3. Tissu lymphoïde associé aux muqueuses ·formations lymphoïdesassociées aux muqueuses,de structure et de fonction proche de celle des ganglions lymphatiques (ex: plaques de Peyer de l'intestin grêle, anneau de Waldeyer du carrefour aéro-digestif = amygdales et végétations adénoïdes). ·tissu lymphoïde diffus du tissu conjonctif sous épithélial(ex: lamina propria de l'intestin où les plasmocytes provenant des plaques de
F rir 2P. CORBEAU -pierre.corbeau@chu-nimes.fr
5
Peyer synthétisent des IgA, tissu lymphoïde associé aux bronches). ·5.3. Circulation des lymphocytes  Aprèsleur sortie de la moelle osseuse ou du thymus, les lymphocytes circulent dans le sang, puis gagnent les tissus et de là les organes lymphoïdes secondaires en franchissant l'endothélium des veinules post-capillaires, puis les vaisseaux lymphatiques, le canal thoracique et enfin retournent dans le sang [Figure 7].  Ladistribution territoriale et la circulation des lymphocytes est finement régulée par : - les molécules d'adhésion (sélectines, intégrines, molécules de la superfamille des immunoglobulines) déterminant les interactions entre lymphocytes et cellules endothéliales - les chimiokines, cytokines capables d'attirer les lymphocytes vers leurs différents sites de séjour.  Lacirculation lymphocytaire est modifiée lors de l'introduction d'un antigène dans l'organisme. Cecisous l'effet de certaines cytokines sur les cellules endothéliales et de l'induction de chimiokines, aboutissant à l'afflux de lymphocytes vers le site inflammatoire et vers les organes lymphoïdes secondaires les drainant.  Lescodes de reconnaissance entre molécules d'adhésion et le jeu des liaisons des chimiokines à leurs récepteurs sont responsables d'une certaine spécificité de distribution territoriale et de circulation des lymphocytes. Figure 7.Recirculation des lymphocytes
oelle LymphatiquePeau osseuse efrent Foie Synoviale Lymphatique Ganglion afférent RatePeau Synovial Plaques Amygdale de Peyer Bronches
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi