2ème cycle DCEM3 MIF Urgences Intoxication oxycarbonnée Item

Publié par

Niveau: Supérieur
2ème cycle – DCEM3 – MIF – Urgences Intoxication oxycarbonnée (Item 214) Année Universitaire 2010-2011 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Professeur Jean-Jacques ELEDJAM (Mise ligne 06/01/11 – LIPCOM-RM) INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE PHYSIO-PATHOLOGIE ? Le CO produit par la combustion incomplète d'une matière carbonée, du fait d'une quantité insuffisante d'oxygène ? Gaz incolore, inodore, non irritant, facilement absorbé au niveau pulmonaire. La quantité de CO absorbé dépend de : -Sa concentration dans l'air inspiré -La ventilation alvéolaire -La durée de l'exposition ?Les effets toxiques sont liés à sa capacité à se fixer aux protéines héminiques dont il bloque les fonctions. Effet sur le transport de l'O2 • CO a 250 fois plus d'affinité pour l'Hb que l'O2 • Rapport entre Pp de CO et d'O2 qui détermine l'HbCO formée : la fixation du CO est inversement proportionnelle à la Pp d'O2 • Diminution de la capacité sanguine à transporter l'O2 • Plus grandes difficultés à relarguer l'O2 au niveau tissulaire : déplacement de la courbe de dissociation de l'oxyHb vers la gauche • Par la formation de carboxyHb, l'intoxication au CO induit une hypoxie périphérique d'ordre hypoxémique Effets tissulaires Le CO se lie également avec des protéines tissulaires telles la myoglobine, l'hydropéroxidase, le cytochrome a3 et le cytochrome P450 • Effet de la fixation sur la myoglobine : – Myoglobine : protéine transporteuse d'O2, favorisant sa diffusion dans les

  • dosage de la carboxyhb

  • diminution de la production d'énergie cellulaire

  • délai séparant l'éviction de l'atmosphère toxique, du dosage et de l'administration d'o2

  • ata délai

  • urgences intoxication


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 40
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
2
ème
cycle – DCEM3 –
MIF
– Urgences
Intoxication oxycarbonnée (Item 214)
Année Universitaire 2010-2011
aculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Professeur Jean-Jacques ELEDJAM
(Mise ligne 06/01/11 – LIPCOM-RM)
INTOXICATION
AU
MONOXYDE DE CARBONE
PHYSIO-PATHOLOGIE
Le CO produit par la combustion incomplète d’une
matière carbonée, du fait d’une quantité insuffisante
d’oxygène
Gaz incolore, inodore, non irritant, facilement absorbé
au niveau pulmonaire. La quantité de CO absorbé dépend
de :
-Sa concentration dans l’air inspiré
-La ventilation alvéolaire
-La durée de l’exposition
Les effets toxiques sont liés à sa capacité à se fixer aux
protéines héminiques dont il bloque les fonctions.
Effet sur le transport de l’O2
• CO a 250 fois plus d’affinité pour l’Hb que l’O2
• Rapport entre Pp de CO et
d
O
2 qui détermine l HbCO
formée :
la fixation du CO est inversement
proportionnelle à la Pp d’O2
• Diminution de la capacité sanguine à transporter l’O2
• Plus grandes difficultés à relarguer l’O2 au niveau
tissulaire :
déplacement de la courbe de dissociation de
l’oxyHb vers la gauche
• Par la formation de carboxyHb, l’intoxication au CO
induit une
hypoxie périphérique d’ordre hypoxémique
Effets tissulaires
Le CO se lie également avec des
protéines tissulaires
telles la myoglobine, l’hydropéroxidase, le
cytochrome a3 et le cytochrome P450
• Effet de la fixation sur la myoglobine :
– Myoglobine : protéine transporteuse d’O2, favorisant sa
diffusion dans les cellules musculaires, squelettiques et
cardiaques.
– Carboxymyoglobine induit :
• Diminution facilité d’O2 dans les cellules
musculaires et diminue sa délivrance périphérique
aux muscles,
• Diminution du débit cardiaque et limite la
consommation maximale d’O2 (VO2 max)
2
ème
cycle – DCEM3 –
MIF
– Urgences
Intoxication oxycarbonnée (Item 214)
Année Universitaire 2010-2011
aculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Professeur Jean-Jacques ELEDJAM
(Mise ligne 06/01/11 – LIPCOM-RM)
- Effet de la fixation sur le cytochrome a3 :
• Ca3 : enzyme terminale de la chaîne respiratoire
intra-Mitochondriale
• La liaison CO-Ca3 entraîne :
– Perturbation de l’utilisation de l’O2 moléculaire
– Diminution de la production d’énergie cellulaire
– Une hypoxie Histotoxique.
Brown et Piantadsi en 1990 ont montré chez le rat, que le
niveau d’inhibition du Ca3 Intraneuronal augmente au
cours d’une intoxication expérimentale par le CO.
La perturbation des niveaux énergétiques
intramitochondriaux serait responsable d’une
dégénération neuronale.
Effet de la ré oxygénation
• La dissociation de l’HbCO débute dès que le
patient est retiré de l’atmosphère toxique (loi
exponentielle)
• La vitesse de dissociation des autres complexes
CO-hémoprotéine est beaucoup plus lente
• L’arrivée d’O2 sur des chaînes respiratoires
intramitonchondriales bloquées, entraîne la
formation de radicaux libres oxygénés qui
induisent un syndrome d’ischémie-reperfusion.
INTOXICATION AU CO
SIGNES CLINIQUES
INAUGURAUX
DE L’INTOXICATION
AIGUË
• Formes comateuses hypertoniques
:
Une reprise rapide de la conscience sous O2 =
élément en faveur du Diagnostic
– Trismus, convulsions,
– Signes de localisation : babinsky +
R
O
T
v
i
f
s
• Défaillance cardio-respiratoire conduisant au décès
• Signes bénins :
dénués de la moindre spécificité
– Asthénie, céphalées, vertiges,
– Faiblesse musculaire, chute, perte de connaissance
initiale
– Nausées, vomissements
2
ème
cycle – DCEM3 –
MIF
– Urgences
Intoxication oxycarbonnée (Item 214)
Année Universitaire 2010-2011
aculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Professeur Jean-Jacques ELEDJAM
(Mise ligne 06/01/11 – LIPCOM-RM)
INTOX AU CO ET FEMME ENCEINTE
• Manque de parallélisme entre état clinique de la
mère et la gravité de l’intoxication du foetus
• Sur le plan physio-pathologique :
– Retard à la détoxication du foetus par rapport à la
détoxication maternelle (passage de la barrière
placentaire)
– L’Hb foetale a plus d’affinité pour le CO que l’Hb
adulte
– L’hypoxie foetale est plus marquée, ce qui accroît la
fixation du CO sur toutes les hémoprotéines.
INTOXICATON AU CO
PRISE EN
CHARGE
HOSPITALIERE
Évaluation clinique
:
• Fonction cardio-respiratoire (ECG, rx thorax)
• Examen neurologique soigneux :
– Appréciation de l’état de conscience
– Tonus, réflexes et motricité
• Examen physique général :
– Complications : collapsus, TDR, ischémie,
rh
m
l
n r
i
rhabdomyolyse, pancréatite…
– Traumatismes associés et intoxications associées
– Maladie sous jacente
DIAGNOSTIC
Dosage de la carboxyHb
: le plus précoce
possible.
Son interprétation doit tenir compte :
- âge et du terrain, tabagisme actif ou passif,
- délai séparant l’éviction de l’atmosphère
toxique, du dosage et de l’administration
d’O2
2
ème
cycle – DCEM3 –
MIF
– Urgences
Intoxication oxycarbonnée (Item 214)
Année Universitaire 2010-2011
aculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Professeur Jean-Jacques ELEDJAM
(Mise ligne 06/01/11 – LIPCOM-RM)
TRAITEMENT
Traitement symptomatique des défaillances:
y
p
q
–circulatoire ou respiratoire
– autres défaillances associées (rhabdomyolyse)
ONB ou OHB ?
OHB
: 2 indications reconnues par tous
c
o
m
a
,
• Femmes enceintes
En France, il est admis que les indications de l’OHB
doivent être larges.
L’intoxication au CO tire sa gravité non seulement
de ses manifestations aiguës, mais aussi des
g
,
séquelles à long terme.
Séquelles neurologiques à long terme :
– Toxicité persistante : séquelles existantes
– Toxicité retardée : période de latence de 2 à 40j
Symptomatologie :
-apathie, trouble mnésique, dépression, anxiété
-Ataxie, apraxie, agnosie,
-Déficits moteurs focaux
-Neuropathie périphérique
-Psychose, trouble de la personnalité,
Possibilité de séquelles permanentes
Le groupe d’expert du Conseil Supérieur
d’Hygiène Publique de France,
a pu conclure que le
traitement par OHB a montré sa supériorité sur l’ONB en
ce qui concerne les séquelles cognitives après
intoxication avec signes neurologiques en particulier
chez patients > 50 ans.
2 indications sont admises de façon non
consensuelle
:
-La perte de connaissance initiale
-Les troubles neurologiques : Hyper réflexivité
ostéotendineuse, Babinski uni ou bilatéral, syndrome
cérébelleux
2
ème
cycle – DCEM3 –
MIF
– Urgences
Intoxication oxycarbonnée (Item 214)
Année Universitaire 2010-2011
aculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Professeur Jean-Jacques ELEDJAM
(Mise ligne 06/01/11 – LIPCOM-RM)
OHB : Séance de 90 minutes à 2,5 ATA
Délai : peu de justification de ce traitement
plus de 6 heures après l’intoxication
ONB
dans tous les autres cas
, céphalées,
troubles digestifs, vertiges, asthénie ….
12 h avec FiO2 proche de 1
Avant la sortie
:
o Signalement à la DDASS :
enquête technique au
domicile, Éducation vis à vis des risques liés au CO et
lutte contre les récidives
o Penser à l’étude marseillaise :
fiche spécifique
o Mise en place d’un suivi :
• Consultation
pour dépister les complications
secondaires : lettre au médecin traitant,
Tests Psychométriques dépistent des anomalies de
différentes fonctions cérébrales supérieures :
- concentration, manque d’attention,
- Résolution de problème, fonction cognitive
- Fonctions motrices fines
• Reconnaître l’incapacité de travail :
arrêt de travail ou certificat initial des
lésions si AT
• Prévoir un ECG de contrôle si
anomalies initiales, et chez les patients
aux ATCD cardio-vasculaires
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi