Aides logicielles la rédaction universitaire L'exemple des collocations

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • redaction

  • mémoire


Aides logicielles à la rédaction universitaire. L'exemple des collocations Nom : TRAN Prénom : Thi Thu Hoai UFR Sciences du Langage Mémoire de master 2 recherche - 30 crédits – Mention : Très Bien Spécialité ou Parcours : Didactique du français - Français Langue Etrangère Sous la direction de : Cristelle CAVALLA Année universitaire 2009-2010 du m as -0 05 63 97 4, v er sio n 1 - 7 F eb 2 01 1

  • collocation

  • extraction des collocations de démarcation et d'évaluation

  • parties textuelles

  • collocations de démarcation

  • collocations du lexique transdisciplinaires des ecrits scientifiques

  • accès aux modèles textuels et au lexique

  • scribplus


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 54
Source : dumas.ccsd.cnrs.fr
Nombre de pages : 167
Voir plus Voir moins






Aides logicielles à la rédaction universitaire.
L’exemple des collocations









Nom : TRAN
Prénom : Thi Thu Hoai





UFR Sciences du Langage
Mémoire de master 2 recherche - 30 crédits – Mention : Très Bien
Spécialité ou Parcours : Didactique du français - Français Langue Etrangère
Sous la direction de : Cristelle CAVALLA
Année universitaire 2009-2010
dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011
2

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011


Remerciements
Nous tenons à remercier tout particulièrement Madame Cristelle CAVALLA, notre
directrice de mémoire, pour sa confiance et son aide généreuse tout au long de l’année. Ses
encouragements et son soutien nous ont permis de mener à bien ce travail.
Nous remercions sincèrement Monsieur François MANGENOT et Montiya
PHOUNGSUB d’avoir nous montré le fonctionnement de ScribPlus.
Nos remerciements chaleureux s’adressent également aux membres du LIDILEM,
notamment à Madame Agnès TUTIN et à Monsieur Thierry SOUBRIE pour leurs conseils
précieux.
Nous souhaitons remercier infiniment notre famille et nos amis dont les conseils, les
remarques, les encouragements nous ont été très significatifs.
Enfin, nous voudrions remercier le gouvernement vietnamien pour la bourse
d’études dont nous avons bénéficié.

Juin 2010
3

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011Table des matières

INTRODUCTION .....................................................................................................................6
1. MATERIEL ET METHODE..............................................................................................10
1.1. OBJETS D’ETUDES : LES COLLOCATIONS DU LEXIQUE TRANSDISCIPLINAIRES DES ECRITS SCIENTIFIQUES ... 10
1.1.1. Définition des collocations............................................................................................. 10
1.1.2. Les collocations de démarcation ................................................................................... 11
1.1.3. Les collocations d’évaluation ........................................................................................ 12
1.2. PROBLEMATIQUE DE L’ENSEIGNEMENT ET L’APPRENTISSAGE DES COLLOCATIONS ............................... 12
1.2.1. Caractéristiques des collocations .................................................................................. 12
1.2.2. Importance de l’enseignement et l’apprentissage des collocations ........................... 14
1.2.3. Vers une sensibilisation de l’enseignement de la démarcation .................................. 15
1.2.4. Les compétences autour des collocations .................................................................... 16
1.2.4.1. Compétences lexicales ...................................................................................................... 16
1.2.4.2. Compétences collocationnelles ........................................................................................ 17
1.2.5. Formulation de la problématique / Hypothèses .......................................................... 18
1.3. METHODOLOGIE...................................................................................................................... 19
1.3.1. Supports de la recherche ............................................................................................... 20
1.3.1.1. Scientext ............................................................................................................................. 20
1.3.1.1.1. Linguistique de corpus .................................................................................................. 20
1.3.1.1.2. Présentation de Scientext............................................................................................. 20
1.3.1.2. ScribPlus ............................................................................................................................. 22
1.3.1.2.1. Genèse de ScribPlus ...................................................................................................... 22
1.3.1.2.2. Concepts de ScribPlus ................................................................................................... 23
1.3.1.2.3. Utilisation de ScribPlus ................................................................................................. 25
1.3.2. Corpus de la recherche .................................................................................................. 29
1.3.2.1. Extraction des collocations de démarcation et d’évaluation à partir de Scientext ...... 29
1.3.2.1.1. Choix du corpus ............................................................................................................. 29
1.3.2.1.2. Traitement du corpus ................................................................................................... 29
1.3.2.1.3. Résultats ........................................................................................................................ 31
1.3.2.2. Constitution du corpus : base de données de la recherche ........................................... 31
1.4. REFLEXION POUR LES OBJECTIFS DIDACTIQUES .............................................................................. 34
1.4.1. Approche didactique ...................................................................................................... 34
1.4.2. Points de vue et didactisation ....................................................................................... 36
1.4.3. Vers l’autonomie de l’apprenant .................................................................................. 38
2. EXPERIMENTATION .......................................................................................................40
2.1. CADRE PEDAGOGIQUE .............................................................................................................. 40
2.2. PROPOSITIONS DE DEVELOPPEMENT ........................................................................................... 41
2.2.1. Feuille de route ............................................................................................................... 42
2.2.2. Bibliothèque ................................................................................................................... 42
4

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 20112.2.3. Consignes ........................................................................................................................ 45
2.2.4. La progression ................................................................................................................ 46
2.3. DEVELOPPEMENT D’UNE SEQUENCE PEDAGOGIQUE D’AIDE A L’ECRITURE UNIVERSITAIRE .................... 47
2.3.1. Premier dialogue : rédaction d’une introduction ......................................................... 47
2.3.2. Deuxième dialogue : rédaction d’une conclusion ........................................................ 50
2.4. REFLEXIONS PEDAGOGIQUES DES AIDES A L’ECRITURE DANS SCRIBPLUS ............................................ 52
2.4.1. Aide à l’organisation du texte ....................................................................................... 53
2.4.2. Accès aux modèles textuels et au lexique .................................................................... 53
3. DISCUSSION ......................................................................................................................56
3.1. DIFFICULTES ET LIMITES ............................................................................................................ 56
3.1.1. Temps, test, exploitation ............................................................................................... 56
3.1.2. Limites de l’outil ............................................................................................................. 57
3.1.3. Limites de la séquence pédagogique ............................................................................ 58
3.2. PERSPECTIVE ........................................................................................................................... 59
CONCLUSION .......................................................................................................................62
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...............................................................................64
ANNEXE .................................................................................................................................69
ANNEXE 1 : FEUILLE DE ROUTE ........................................................................................................ 70
ANNEXE 2 : CONSIGNES POUR LES TRAMES DANS SCRIBPLUS - INTRODUCTION .................................. 72
ANNEXE 3 : QUESTIONS POUR LES TRAMES DANS SCRIBPLUS - CONCLUSION ...................................... 78
ANNEXE 4 : COMPOSANTES DE LA BIBLIOTHEQUE DE SCRIBPLUS ...................................................... 83
Graphique 1 : Bibliothèque de ScribPlus ................................................................................. 83
Graphique 2 : Entrée par parties textuelles ............................................................................ 84
Graphique 3 : Entrée par les collocations ............................................................................... 85
Graphique 4 : Entrée par les « structures introductives » ..................................................... 86
ANNEXE 5 : BIBLIOTHEQUE DE SCRIBPLUS ....................................................................................... 87
Annexe 5.1 : Bibliothèque / Parties textuelles ........................................................................ 87
Annexe 5.1.1 : Bibliothèque / Parties textuelles / Introduction ................................................. 87
Annexe 5.1.2 : Bibliothèque / Parties textuelles / Conclusion ..................................................107
Annexe 5.2 : Bibliothèque / Collocations ...............................................................................119
Annexe 5.2.1 : Bibliothèque / Collocations / Collocations de démarcation ............................119
Annexe 5.2.2 : Bibliothèque / Collocations / Collocations d’évaluation ..................................128
Annexe 5.3 : Bibliothèque / Structures introductives ..........................................................158
ANNEXE 6 : LEXIPLUS ....................................................................................................................161
ANNEXE 7 : LISTE DES COLLOCATIONS DE DEMARCATION ................................................................163


5

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011INTRODUCTION

Notre travail s’intègre dans le cadre d’un projet de recherche du LIDILEM Laboratoire
de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles de l’Université Stendhal de
1Grenoble. Ce projet, intitulé FULS Formes et Usages des Lexiques Spécialisés, coordonné par
Cristelle Cavalla, vise deux objectifs principaux : dans un premier temps, il s’agit d’exploiter des
2 3corpus de discours scientifiques (élaborés au sein d’un projet ANR Scientext ) et professionnels
(le français médical, le français des affaires et le français du tourisme). Le premier volet a pour
objectif de mieux comprendre le fonctionnement d’une langue – le français – dans ses aspects
morpho-lexicologiques, sémantiques et pragmatiques, phonologies et phraséologiques.
L’étude de description linguistique effectuée préalablement permettra de développer les
réflexions didactiques pour l’enseignement du français de spécialité en milieu universitaire et
professionnel, dans le but de concevoir des outils didactiques appropriées. Dans le cadre des
deux volets du projet (écrits universitaires et discours professionnels), plusieurs séquences
didactiques sont faites à l’aide d’outil TAL Traitement Automatique du Langage et seront bientôt
à disposition en ligne ; d’autres conçues grâce à l’outil TICE Technologies de l’Information et de
la Communication pour l’Enseignement sont dès lors accessibles en ligne grâce aux travaux de
4 5Montagnon (2007) et Tran (2009). A moyen terme, le volet « discours professionnel » du projet
débouchera sur la constitution d’un référentiel de compétences dans le domaine professionnel (de
6
type CECRL ) tandis que le volet « écrit universitaires » s’ouvrira sur des séquences didactiques
en ligne. Ces travaux s’appuient sur des grands corpus de textes et de discours oraux
(professionnels), ceci confère au projet un statut bicéphale complémentaire au croisement de la
linguistique de corpus et de la didactique du français langue maternelle et langue étrangère.
Notre intérêt se portera sur la langue scientifique (volet 1 du projet Fuls) non pas sous
l’angle terminologique mais sous l’angle de la transdisciplinarité. En effet, comme l’ayant

1
Site du projet Fuls : http://webtek-66.iut2.upmf-grenoble.fr/index.php?dossier_nav=684
2
Agence Nationale pour la Recherche (Gouvernement Français).
3
Ce projet est sous la responsabilité d’Agnès Tutin et Francis Grossmann du LIDILEM. Site du projet Scientext :
http://scientext.msh-alpes.fr/scientext-site/spip.php?article1
4 http://cuef-fle.u-grenoble3.fr/course/view.php?id=30
5 Idem 4
6 Cadre Européen Commun de Référence pour la Langue
6

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011confirmé Cavalla (2008), en matière de français de spécialité, la principale difficulté des
étudiants étrangers « réside moins dans la terminologie disciplinaire que dans les habitus
communicatifs et pragmatiques des discours professionnels ou scientifiques » (ibid. : 11). C’est
pourquoi nous avons pris le parti d’analyser les marques énonciatives et discursives du discours
général ou la Langue Scientifique Générale (Pecman, 2005). Cette Langue Scientifique Générale
se compose des formules préconstruites, des « chunk » (Lewis, 2000) dont les collocations.
L’objectif principal de notre mémoire est de mettre à disposition des apprenants non
natifs des outils phraséologiques qui leur permettent d’endosser une posture d’auteur engagé au
sein d’une communauté scientifique multiréférentielle. Notre attention se focalise donc sur les
collocations exprimant la démarcation et l’évaluation comme moyens susceptibles de les aider à
mieux affirmer un positionnement cohérent et répondre aux exigences des écrits universitaires.
7Précisons que notre présent travail a été initié à l’occasion de notre Master 1 . Il s’inscrit plutôt
dans la partie didactique du projet Fuls dont l’objectif est de concevoir des outils d’aide à la
rédaction universitaire. Nous reviendrons sur le travail réalisé dans le cadre de notre Master 1
pour l’approfondir à travers l’analyse du nouveau corpus (Scientext) ainsi qu’élaborer une
8
séquence d’aide à l’écriture universitaire en utilisant ScribPlus - un outil TICE, fondé sur le
9logiciel « Gammes d’écriture » .
Notre motivation pour les collocations du positionnement est liée à la fois aux exigences
dans les écrits universitaires, et aux attentes des apprenants. D’une part, dans le cadre théorique,
l’écrit universitaire exige de l’étudiant la restitution des savoirs de manière cumulative, mais
surtout, l’étudiant doit se forger une opinion personnelle et construire la spécificité de ses
propres recherches en se basant sur ses lectures et sur le « déjà-là », il doit donc faire preuve
d’esprit critique. D’une manière générale, le positionnement désigne soit la prolongation des
travaux antérieurs soit la démarcation. Il faut comprendre également une dimension évaluative
qui traduit l’attitude ou l’opinion du scripteur vis-à-vis des objets ou des énoncés mis en scène
dans son discours.

7 TRAN, T-T-H. (2009). Séquence didactique pour l’enseignement et l’apprentissage des collocations de
démarcation. Mémoire de Master 1 FLE Recherche, ss.dir. C. Cavalla, Université Stendhal – Grenoble3.
8 ScribPlus est disponible à l’adresse : http://scribplus.ovh.org/
9 Mangenot François, 1996. Gammes d’écriture. Paris : CNDP.
7

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011En effet, il existe chez les locuteurs natifs et les locuteurs non natifs une difficulté de
présenter et de se présenter comme auteurs (Rinck, 2004). Plusieurs recherches (Bard (2007),
Chavez (2007), Cacciali (2009)) ont montré que l’expression du positionnement est peu présente
dans les écrits universitaires des étudiants étrangers. Cela peut s’expliquer par le fait que les
scripteurs apprentis ont du mal à embrasser les connaissances nécessaires, ils préfèrent donc
s’effacer en recourant à un écrit neutre et consensuel.
D’autre part, selon Cavalla (2007), les étudiants locuteurs non natifs doivent manipuler
simultanément deux savoirs : la langue et le savoir scientifique qu’ils sont en train d’acquérir.
C’est pourquoi l’enseignement de la phraséologie en général et des collocations de
positionnement en particulier pourrait réduire les difficultés au niveau phraséologique, et
constituer une aide à la lecture et à l’écriture du texte scientifique.

En entreprenant notre recherche, nous formulons deux hypothèses qui concernent
ScribPlus et seront évaluées dans le cadre de l’aide à l’écriture universitaire :
- L’outil TICE ScribPlus allégerait en quelque sorte la surcharge cognitive dont les
apprenants locuteurs non natifs font l’objet.
- ScribPlus est notre « outil-cobaye » et nous supposons des aménagements importants
voire des compléments pour atteindre notre objectif qu’est la rédaction d’un écrit
universitaire.

Notre travail s’articulera autour de deux axes principaux : premièrement, nous visons à
constituer un corpus des collocations de démarcation et d’évaluation à partir de Scientext, nous
examinerons ensuite le fonctionnement de ces unités lexicales et la structure de deux parties
textuelles (l’introduction, la conclusion) à partir des textes-exemples du corpus. Deuxièmement,
nous cherchons à savoir quelles sont les pistes pédagogiques à mettre en œuvre afin d’aider les
apprenants étrangers à la rédaction universitaire grâce à ScribPlus.

Notre mémoire se compose de deux parties :
8

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011Dans un premier temps, nous décrirons l’objet spécifique de notre travail, à savoir des
collocations exprimant le positionnement dans les écrits scientifiques. Nous expliciterons
également les difficultés à appréhender l’écrit scientifique et les apports de ces unités
phraséologiques. Nous présenterons brièvement le matériel utilisé pour cette étude : le corpus
Scientext et l’outil TICE ScribPlus. Nous nous pencherons ensuite sur la constitution des bases
de données de recherche – liste des collocations de démarcation et d’évaluation. Nous
aborderons alors les approches didactiques, les techniques qui nous permettent d’atteindre nos
objectifs didactiques. Ces descriptions linguistiques nous guideraient dans l’élaboration de notre
séquence didactique. Elles nous orientent vers les éléments à prendre en compte en concevant
nos « dialogues » didactiques.
Dans un deuxième temps, nous présenterons une expérimentation de l’enseignement et
l’apprentissage des collocations de démarcation et d’évaluation avec l’outil TICE ScribPlus. En
nous appuyant sur les théories linguistiques développées, nous pourrons analyser les avantages et
les limites de l’outil, suggérer des modifications ainsi que des compléments nécessaires en vue
d’une aide à la rédaction universitaire.




9

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 20111. MATERIEL ET METHODE
Pour notre travail sur l’enseignement et l’apprentissage des collocations de démarcation
et d’évaluation grâce aux aides logicielles, il nous faut aborder, de prime abord, l’objet
linguistique concerné, les matériels, les méthodes, ainsi que les présupposés didactiques qui nous
poussent vers cette étude.
1.1. Objets d’études : les collocations du lexique transdisciplinaires des
écrits scientifiques
Désormais bien décrit grâce aux travaux de Phal (1971), Pecman (2005), Tutin (2007a), il
existe un lexique partagé dans les écrits scientifiques. D’un côté, les écrits scientifiques renvoient
à des pratiques intellectuelles communes (opérations d’analyse, de raisonnement, d’évaluation)
qui sont lexicalisées dans les écrits ; d’un autre côté, les écrits scientifiques renvoient à des
genres codifiés par des communautés de discours qui admettent que ces éléments lexicaux
traversent la plupart des disciplines (Tutin, 2007a). Ce lexique a eu plusieurs appellations soit
« Vocabulaire Général d’Orientation Scientifiques » (Phal, 1971), soit « Langue Scientifique
Générale » (Pecman, 2005), soit « lexique transdisciplinaire des écrits scientifiques » (Tutin,
2007c). Dans notre travail, nous retenons la définition de Tutin (2007c), elle considère ce lexique
comme « le lexique partagé par la communauté scientifique mis en œuvre dans la description et
la présentation de l’activité scientifique » (ibid. : 190). Ce lexique relève de tous les types
d’écrits scientifiques (mémoires, thèses, articles) aussi bien des sciences exactes que des sciences
humaines et sociales.
Tutin (2007a) a également constaté que le lexique scientifique ne comporte pas des mots
isolés, mais également une phraséologie riche. Notre travail a pour objet d’étude un élément de
la phraséologie – les collocations transdisciplinaires des écrits scientifiques.

1.1.1. Définition des collocations
Nous adoptons la définition des collocations de Tutin & Grossmann (2002). Ce sont des
expressions binaires, constituées de deux éléments linguistiques, généralement deux unités
lexicales ; apparaissant fréquemment en cooccurrence et entretenant une relation syntaxique ; un
élément, la base garde son sens habituel ; l’autre, le collocatif est moins prédictible, dépend du
10

dumas-00563974, version 1 - 7 Feb 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.