Aiguiser l'intérêt pour la poésie en l'en richissant des images de la tribu digitale des adolescents tel était mon premier objectif en abordant avec une classe de 4e le poème Les Djinns de Victor Hugo extrait du recueil Les Orien tales S'agissant de poésie il semble capital de commencer par une approche non commentée par une première perception visuelle pour apprécier synthéti quement la singularité du texte et de poursuivre par une lecture magis trale volontairement emphatique pour que chacun ait une perception de la musicalité du poème et des effets de crescendo et de decres cendo voulus par Hugo Cette première approche globale me semble indispensable pour faire adhé rer d'emblée la classe l'univers poétique Au terme de cette lecture spectacle les élèves ont d'ailleurs applaudi Je leur ai alors proposé de faire beaucoup mieux dans le rendu poétique en nous y mettant tous ensemble Il faut dire que nous avons la chance de travailler dans un collège construit au début des années dont de nom breuses salles sont équipées d'un vidéoprojec teur voire d'un tableau blanc interactif En cours nous procédons une lecture analytique centrée sur l'étude des rythmes des sonorités du lexique sensoriel et du sens des métaphores cette étude

De
Publié par

Niveau: Supérieur
58 APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES M on de s vi rt ue ls ,e sp ac es im ag in ai re s Aiguiser l'intérêt pour la poésie en l'en-richissant des images de la « tribu digitale »des adolescents, tel était mon premier objectif en abordant, avec une classe de 4e, le poème « Les Djinns » de Victor Hugo, extrait du recueil Les Orien- tales. S'agissant de poésie, il semble capital de commencer par une approche non commentée, par une première perception visuelle pour apprécier synthéti- quement la singularité du texte et de poursuivre par une lecture magis- trale, volontairement emphatique, pour que chacun ait une perception de la musicalité du poème et des effets de crescendo et de decres- cendo voulus par Hugo. Cette première approche globale me semble indispensable pour faire adhé- rer d'emblée la classe à l'univers poétique. Au terme de cette lecture-spectacle, les élèves ont d'ailleurs applaudi ! Je leur ai alors proposé de faire beaucoup mieux dans le rendu poétique en nous y mettant tous ensemble. Il faut dire que nous avons la chance de travailler dans un collège construit au début des années 2000, dont de nom- breuses salles sont équipées d'un vidéoprojec- teur, voire d'un tableau blanc interactif. En cours, nous procédons à une lecture analytique centrée sur l'étude des rythmes, des sonorités, du lexique sensoriel et du sens des métaphores : cette étude De l'imaginaire romantique à ses avatars numériques Aiguiser… Valoriser… Affiner… Traquer… Ancrer… Régénérer… Claude Léa

  • poème

  • lecture-spectacle

  • mondes virtuels

  • élève au difficile passage de la lecture

  • singularité du texte

  • satisfactions aux élèves

  • travail personnel de recherche

  • photos de djinns


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 103
Source : cndp.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
58
APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES
M
o
n
d
e
s
v
i
r
t
u
e
l
s
,
e
s
p
a
c
e
s
i
m
a
g
i
n
a
i
r
e
s
A
iguiser l’intérêt
pour la poésie en l’en-
richissant des images de la « tribu digitale »
des adolescents, tel était mon premier
objectif en abordant, avec une classe de
4
e
, le poème « Les Djinns » de Victor
Hugo, extrait du recueil
Les Orien-
tales
. S’agissant de poésie, il
semble capital de commencer par
une approche non commentée,
par une première perception
visuelle pour apprécier synthéti-
quement la singularité du texte et
de poursuivre par une lecture magis-
trale, volontairement emphatique, pour
que chacun ait une perception de la musicalité du
poème et des effets de crescendo et de decres-
cendo voulus par Hugo. Cette première approche
globale me semble indispensable pour faire adhé-
rer d’emblée la classe à l’univers poétique. Au
terme de cette lecture-spectacle, les élèves ont
d’ailleurs applaudi ! Je leur ai alors proposé de
faire beaucoup mieux dans le rendu poétique en
nous y mettant tous ensemble. Il faut dire que
nous avons la chance de travailler dans un collège
construit au début des années 2000, dont de nom-
breuses salles sont équipées d’un vidéoprojec-
teur, voire d’un tableau blanc interactif. En cours,
nous procédons à une lecture analytique centrée
sur l’étude des rythmes, des sonorités, du lexique
sensoriel et du sens des métaphores : cette étude
De l’imaginaire romantique à ses avatars
A
iguiser…
V
aloriser…
A
ffiner…
T
raquer…
A
ncrer…
R
égénérer…
Claude Léa Schneider
ENSEIGNANTE DE LETTRES
COLLÈGE ANDRÉ-MALRAUX, DIJON
procure beaucoup de satisfactions aux élèves qui
s’émerveillent du tour de force accompli par le
jeune poète de vingt-six ans. En effet, l’observa-
tion du fac-similé, trouvé sur le Net, du manuscrit
des « Djinns », conservé à la BnF, montre que
Victor Hugo a tracé dans la marge de petits sym-
boles carrés, véritable partition rythmique à
laquelle il s’astreint. Cette contrainte métrique,
associée à la richesse des sonorités et des images,
remporte l’admiration incrédule des jeunes qui
cherchent toujours à débusquer le mystère de la
création littéraire et à faire la part entre les
contraintes formelles que l’auteur s’impose et
l’inspiration, le génie créatif spontané.
« Mais,
m’dame, quand il a écrit, il a pensé à tout ça ?
– Eh bien, il faut croire que oui !… »
Simulta-
nément chacun des vingt-huit élèves conduit son
travail personnel de recherche, à la maison ou au
CDI (car si tous les élèves n’ont pas d’ordinateur
à la maison, la plupart possèdent une clé
USB et s’organisent), travail qui
consiste à trouver sur Internet trois
images destinées à construire un
diaporama que nous ferons défiler
sur l’écran pendant que nous exé-
cuterons tous ensemble une dic-
tion polyphonique du poème. Ceux
qui le souhaitent sont invités à pui-
ser dans l’iconographie des jeux vidéo
des images susceptibles de s’accorder à la
dimension fantastique du texte et d’évoquer au
mieux la vision personnelle qu’ils peuvent avoir
des djinns, ces génies de la mythologie musul-
mane, « êtres de vapeur et de flamme, invisibles
à nos sens » dont Victor Hugo évoque, par la puis-
sance poétique, la force dévastatrice.
Valoriser les mondes virtuels,
culture non
scolaire des élèves, autodidacte et peu reconnue, en
particulier des adultes, est-ce aller à l’encontre de
l’acquisition d’une culture classique dont on prétend
qu’elle tombe en désuétude? «
La modernité
, écrit
Baudelaire en 1863 dans
Le peintre de la vie
moderne
,
c’est le transitoire, le fugitif, le
contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
Valoriser les
mondes virtuels,
est-ce aller à
l’encontre d’une culture
classique dont on
prétend qu’elle tombe
en désuétude?
Un travail sur le poème
« Les Djinns », de Victor Hugo,
exploite des images tirées
du Web et des jeux vidéo,
et réconcilie culture ado
et culture classique.
numériques
est l’éternel et l’immuable. »
Les créatures
fantasmagoriques flottant dans le décor hypercoloré
de feu et d’eau de certains tableaux d’Emil Nolde,
visibles dans la rétrospective de l’oeuvre du peintre
allemand présentée récemment au Grand Palais,
comme
Avant le lever du soleil
, peint en 1901,
ont bien des points communs avec les héros de
World of Warcraft
. On y retrouve la même
puissance fantastique, la même recherche d’un
espace tridimensionnel par la couleur, la même
quête d’une transcendance créatrice.
« Qui donc
voit le monde comme il est? »
s’interroge Nolde
qui cherche à
« remonter aux sources primitives
du monde »
. Quant aux châteaux fous des lavis
de Hugo, ne sont-ils pas les
artworks
de son temps?
Mais n’entrons pas dans le vain débat qui consiste
à savoir si les jeux vidéo sont un art à part entière,
contentons-nous de nous demander quelle
dimension éducative se déploie dans le contexte
du virtuel.
Affiner la perception sensorielle,
telle est
la seconde dimension éducative de ce travail de
recherche au cours duquel on peut observer
comment s’opère cette synesthésie dans le passage
du poème à l’image. On constate des démarches
bien différentes. Certains élèves, peu nombreux,
collent le mot à l’image. Par exemple, aux vers:
Si
faible, que l’on croit/Ouïr la sauterelle/Crier
d’une voix grêle
, ils associent une photo
redondante de sauterelle (verte !) trouvée sur
Google Images. Une autre association, plus subtile:
plusieurs ont été inspirés par
Fuyons sous la
spirale/De l’escalier profond !
Quelques élèves
proposent d’associer à ces deux vers des photos
d’escalier que l’on peut classer en deux groupes: les
escaliers du cinéma expressionniste, dont un avec
une image de spectre en surimpression, et des
escaliers de phare, comme en gravit Audrey Tautou
dans
Un long dimanche de fiançailles
. Dans les
deux cas, les élèves ont privilégié l’aspect
interminable ou cauchemardesque de l’escalier, et
les photogrammes en noir et blanc ou sépia
s’associent particulièrement bien aux sonorités
nasales en « on » et « an » chères à Victor Hugo. Une
APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES
59
M
o
n
d
e
s
v
i
r
t
u
e
l
s
,
e
s
p
a
c
e
s
i
m
a
g
i
n
a
i
r
e
s
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
Victor Hugo a tracé
dans la marge de
petits symboles
carrés, véritable
partition rythmique à
laquelle il s’astreint.
Les créatures
fantasmagoriques
flottant dans les
décors hypercolorés
d’Emil Nolde ont
bien des points
communs avec les
héros de
World of
Warcraft
.
Avant le lever du soleil
, Emil
Nolde, 1901, Huile sur toile,
0,85 x 0,65.
troisième démarche a consisté à « représenter un
djinn » et c’est là qu’apparaissent les héros ailés,
colorés et malfaisants de
World of Warcraft
. Romain
n’hésite pas à écrire en surimpression sur le
personnage :
« Pour moi, voilà un djinn »
, et
associe à ses images un poème de sa composition
dont voici un extrait : «
Tu veux la mort du
monde?/ Tu ne ressembles guère/À un humain
– Plutôt à une immonde/Créature de l’enfer/Avec
ton corps violet et vert/
[…]
Et aujourd’hui c’est
ta fin!/ Adieu Illidan!
» Il a ainsi, avec finesse,
cherché à produire un effet « à la Hugo », en tutoyant
son superhéros virtuel, en cherchant un effet de
rythme et en reprenant les sonorités des rimes des
Djinns
. «
Et nox facta est.
» Il a tout compris et on
ne peut que l’inviter à lire « La fin de Satan ».
Traquer l’imposture visuelle,
c’est aussi le
rôle du professeur dans cette recherche autonome
d’images. Du fait de sa connotation fantastique,
mythologique et religieuse, l’occurrence du mot
« djinn » ouvre sur le Net des images qu’il est parfois
nécessaire de décoder. Toujours dans la recherche
de représentation d’un djinn, une image du site
Terre-de-l’Islam.fr, légendée en anglais, montre des
« photos de djinns » dont une créature mi-homme
mi-crocodile rampant sur le sable. Pour quelques
élèves crédules, cette image est la preuve irréfutable
que les djinns existent, puisqu’en voici une
« photo ».
« Mais si, madame, je vous assure, on
en a retrouvé un dans le désert! »
Il faut alors
afficher le site devant toute la classe et se montrer
convaincant pour expliquer qu’il s’agit d’un
photomontage mystificateur ! Sur ces sites
s’expriment des commentaires, parfois amusés,
lesquels sont jugés iconoclastes par d’aucuns qui
lancent aux sceptiques des malédictions contre
lesquelles il faut aussi mettre en garde les jeunes
esprits impressionnés par ces anathèmes. Montrant
qu’il avait bien compris la mise en garde, un élève
a décidé de s’approprier une de ces « photos de
djinns » et l’a retravaillée à l’aide d’un logiciel de
traitement de l’image, la personnalisant d’un
encadrement de flammes. Un autre a décidé
qu’aucune image ne représentait « vraiment » l’idée
exacte qu’il se fait des djinns. Il en a donc dessiné
à l’encre noire, en style manga, puis a scanné son
dessin pour l’intégrer au diaporama. D’autres encore
ont choisi des dessins de Hugo pour évoquer le
paysage de «
Murs, ville/Et port/Asile/De mort
»;
beaucoup ont puisé dans les nombreux
artworks
,
lesquels proposent aussi des portraits retravaillés
du poète. Enfin certains privilégient une lecture
globale du poème, cherchant une image fantastique
qui synthétise à la fois la peur ressentie par le
narrateur et son lecteur qu’il associe dans une
première personne du pluriel: «
Fuyons », « Tenons
60
APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES
M
o
n
d
e
s
v
i
r
t
u
e
l
s
,
e
s
p
a
c
e
s
i
m
a
g
i
n
a
i
r
e
s
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
« Fuyons sous la spirale/De l’escalier profond! » Quelques élèves
proposent d’associer à ces deux vers des photos d’escalier.
Une autre démarche a consisté à « représenter un djinn »
et c’est là qu’apparaissent les héros ailés,
colorés et malfaisants de
World of Warcraft
.
APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES
61
M
o
n
d
e
s
v
i
r
t
u
e
l
s
,
e
s
p
a
c
e
s
i
m
a
g
i
n
a
i
r
e
s
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
fermée/Cette salle où nous les narguons
», et le
paysage. La couverture « glauque » de l’album
Brave New World
d’Iron Maiden est alors choisie
avec bonheur.
Ancrer les acquis
en leur redonnant du sens,
développer de nouvelles compétences et savoir-
faire constituent le dernier objectif pédagogique.
Tout d’abord il nous a fallu rappeler la spécificité du
langage poétique (versification, images, figures de
style…) puis chercher le mouvement culturel dans
lequel s’inscrit Hugo à l’époque des « Djinns »,
expliquer pourquoi le recueil s’intitule
Les
Orientales
afin de trouver des passerelles entre
les arts. Comme on le sait, le travail individuel de
recherche informatique éduque à l’autonomie,
entraîne l’élève au difficile passage de la lecture à
la transcription puis à la reformulation, nécessite de
choisir et de justifier ses choix en argumentant,
incite à la vigilance (sources ou affirmations
erronées, propagande, publicité…) et oblige au
respect de la charte informatique. Il y a beaucoup
d’images sur Google Images, du meilleur et du pire,
et les adolescents sont très « googlemaniaques »!
Il s’ensuit une nécessaire éducation du regard: par
exemple, chercher l’original de tel portrait de Victor
Hugo pour mieux comprendre les portraits qui ont
été transformés, retravaillés et parmi ceux-ci
apprendre à faire un choix de l’image la plus
intéressante; ou encore, savoir éliminer l’
artwork
mièvre ou kitschissime, tout en respectant les goûts
de l’adolescent qu’il ne faut pas froisser. À ce sujet,
on peut se poser la question suivante: les images
retenues par les élèves sont-elles fortement
connotées « filles » ou « garçons »? S’il est difficile
d’établir une quelconque statistique sur vingt-huit
élèves, il se dégage néanmoins quelques tendances:
les filles ont davantage recours à l’iconographie
picturale dite « classique », par exemple une
aquarelle de Marie Laurencin sous laquelle l’élève
a transcrit les quatre premiers vers de la deuxième
strophe, elles privilégient les photos de paysages et
surtout elles sont grandes consommatrices de blogs
d’autres collégiennes sur lesquels elles puisent leurs
images. Comme on s’en doute, les garçons se sont
montrés plus amateurs de monstres ailés et de
superhéros, mais tous, filles et garçons, ont
largement plébiscité
World of Warcraft
.
Régénérer le sens
des artefacts du passé à
travers les jeux vidéo et les mondes virtuels du Net,
c’est, pour citer une dernière fois Baudelaire, « tirer
l’éternel du transitoire » et c’est aussi stimuler
l’appétit et l’enthousiasme des adolescents qui
semblent enfin rassérénés, même s’ils s’en
défendent, par la réconciliation des cultures.
Des « photos de djinns »: le rôle
du professeur est aussi de mettre en garde
les élèves contre l’imposture sur Internet.
« Fuyons », «Tenons fermée
Cette salle où nous les narguons. »
Chercher l’original de tel portrait de Victor
Hugo pour mieux comprendre les portraits
qui ont été transformés, retravaillés
et parmi ceux-ci apprendre à faire
un choix de l’image la plus intéressante.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi