Année Universitaire

De
Publié par

Niveau: Supérieur
Année Universitaire 2006 - 2007 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Janvier 2007 H. BLAIN MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique H. BLAIN Centre de Gérontologie Clinique Antonin Balmes CHU Montpellier Vieillissement normal et pathologique Épidémiologie Les chiffres de la population française La France se situe au 8e rang des pays européens en ce qui concerne la proportion des 65 ans et plus, et est au premier rang en ce qui concerne les 85 ans et plus Épidémiologie Espérance de vie à la naissance • fonction du sexe (la surmortalité masculine ne se réduira qu'après 2025 selon les dernières estimations) • du niveau socio-économique • du niveau éducatif • du mode de vie (alcoolisme, tabagisme…) • de la pénibilité professionnelle. Épidémiologie Espérance de vie (en années) en fonction de l'âge en France en 2000 Homme Femme 60 ans 20.3 25.7 75 ans 10.1 13 85 ans 5.2 6.5 (Source INSEE)

  • perte de la systole auriculaire

  • séquences nucléotidiques d'adn

  • accumulation des erreurs dans séquences d'adn ?

  • vieillissement normal

  • altération de la régulation du baro

  • diminution du volume de l'eau extra

  • théorie oxydative impliquant les radicaux libres

  • formes génétiques de vieillissement

  • théorie des mutations somatiques


Publié le : lundi 1 janvier 2007
Lecture(s) : 33
Tags :
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
H. BLAIN
Centre de Gérontologie Clinique
Antonin Balmes
CHU Montpellier
Vieillissement normal et
pathologique
Épidémiologie
Les chiffres de la population française
La France se situe au 8
e
rang des pays européens en ce
qui concerne la proportion des 65 ans et plus, et est au
premier rang en ce qui concerne les 85 ans et plus
Épidémiologie
Espérance de vie à la naissance
• fonction du sexe (la surmortalité masculine ne se réduira
qu’après 2025 selon les dernières estimations)
• du niveau socio-économique
• du niveau éducatif
• du mode de vie (alcoolisme, tabagisme…)
• de la pénibilité professionnelle.
Épidémiologie
Espérance de vie (en années) en
fonction de l’âge en France en 2000
Homme
Femme
60 ans
20.3
25.7
75 ans
10.1
13
85 ans
5.2
6.5
(Source INSEE)
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Épidémiologie
Espérance de vie (en années) en
fonction de l’âge en France en 2000
Définition
vieillissement normal
Le vieillissement normal se définit comme
l’ensemble des processus moléculaires,
histologiques, physiologiques et
psychologiques qui accompagnent
l’avancée en âge.
Le vieillissement
est physiologique
Environnement
Facteurs génétiques
vieillissement
+
Théories du vieillissement (1)
Théories génétiques du vieillissement
– Durée de vie maximale constante des espèces
(drosophile 1 mois, homme 150 ans)
– Formes génétiques de vieillissement (progeria, T21)
– Effet des manipulations génétiques (nématode
Caenorabditid elegans
et drosophile (sur-expression
SOD)
– Longévité homogène jumeaux homozygotes >
hétérozygotes
– Différences génétiques chez centenaires (moins
d’apoE4)
– Potentiel de division cellulaire limité et proportionnel à
longévité espèce (théorie d’Hayflick)
– Espérance de vie // capacités de réparation
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Théories du vieillissement (2)
• Théorie des mutations somatiques, de
l’accumulation des erreurs dans séquences d’ADN
altérations protéiques
• Télomères : séquences nucléotidiques d’ADN
répétées au bout des chromosomes linéaires. Perte
d’1 T à chaque division jusqu’à l’arrêt cellulaire.
Télomérases
immortalité (longueur du télomère
// longévité)
• Vieillissement programmé : mort programmée :
apoptose programmée par des gènes (horloge)
Théories du vieillissement (3)
• Théorie oxydative impliquant les radicaux libres
(protection anti-radicalaire
avec âge : SOD,
catalases, GPX) (soleil, radiations, vitamine E, A)
• Théorie de la glycation des protéines (réticulation
ou cross-linking) : diabète : modèle
formation des AGE (advanced glycation end
products) : ponts entre macromolécules
(collagène)
• Théorie impliquant les heat shock proteins (HSP) :
avec âge
Réduction des capacités de l’organisme
à s’adapter aux situations d’agression
Vieillissement physiologique
Diminution des réserves fonctionnelles
Vieillissement normal
3 Profils d’avancée en âge
En fonction des capacités de réserve
Vieillissement
réussi
Vieillissement
usuel
Vieillissement
avec fragilité
maintien des
capacités
fonctionnelles de
réserve
diminution légère des
capacités fonctionnelles non
attribuable à une pathologie
de l’organe
diminution modérée des réserves
exposant à un risque accru
de décompensation fonctionnelle
face à une agression.
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Principales modifications
observées au cours du
vieillissement normal
La composition corporelle
• réduction relative de la masse maigre
• augmentation proportionnelle de la masse
grasse à poids stable
• diminution du volume de l’eau extra-cellulaire.
Le système nerveux central
• diminution modérée du nombre de neurones corticaux
(dopaminergiques et cholinergiques), altération de la
plasticité neuronale :
– moindre efficience des phénomènes de compensation et
de suppléance : vulnérabilité cérébrale en cas d’agression,
s’exprimant par une confusion
– perte
de
l’intégrité
des
processus
attentionnels
et
d’apprentissage des notions nouvelles
– réduction et déstructuration du sommeil (réduction de
sécrétion de mélatonine par l’épiphyse)
– une réduction de la sensation de soif, par désensibilisation
des
récepteurs
hypothalamiques,
risque
de
déshydratation
Le système nerveux périphérique et
autonome
• SNP : Altération de la sensibilité profonde :
risque majoré d’instabilité posturale et de chutes
• SNA : réduction de la sensibilité des récepteurs
aux catécholamines,
– réduction de la fréquence cardiaque à l’effort
– moindre sensibilité aux β-mimétiques et β -bloqueurs.
altération de la régulation du baro-réflexe exposant à
un risque accru d’hypotension orthostatique
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Les organes des sens
– réduction
de
l’accommodation
(
presbytie
),
gênant la vision de près
– opacification du cristallin (
cataracte
), à l’origine
de sensation de vision floue et d’éblouissements
à la lumière
– diminution
de
l’acuité
auditive
portant
principalement
sur
les
sons
aigus
(
presbyacousie
)
Le système cardiovasculaire
• altération de la fonction diastolique du VG
– augmentation de son épaisseur et diminution de sa compliance
– augmentation de charge intra-auriculaire
fréquence des troubles du rythme auriculaire
Perte de la systole auriculaire + VG non compliant = risque d’IC
• augmentation de la PAs
– diminution de la compliance artérielle résultant de l’augmentation des
fibres
collagènes
et
de
la
réduction
des
fibres
élastiques
(artériosclérose)
– altération de la vasomotricité artérielle par dysfonction endothéliale
L’appareil respiratoire
– réduction de la capacité de diffusion de
l’oxygène
– réduction de la capacité ventilatoire
– réduction du débit expiratoire de pointe par
diminution du volume des muscles respiratoires
– diminution de la compliance pulmonaire et du
calibre des bronches distales.
L’appareil digestif
• diminution des sécrétions chlorhydro-peptiques
• augmentation du temps de vidange gastrique
• ralentissement du transit intestinal
• réduction du flux splanchnique
• diminution de la masse et du débit sanguin
hépatique
(réduction
de
l’effet
de
premier
passage
hépatique)
pouvant
modifier
le
métabolisme des médicaments
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
L’appareil locomoteur
• réduction de la masse musculaire :
– diminution des fibres « rapides » de type II (métabolisme
anaérobie) +++ (exercice intense et rapide)
– diminution moindre du nombre de fibres musculaires lentes de type
I (métabolisme oxydatif) par
capillarisation et activité enzymatique
• déclin de la consommation maximale d’oxygène ou VO2
max (1 % par an) qui est un reflet global de l’aptitude
cardio-circulatoire
• réduction de la
densité minérale osseuse
– Femme ménopausée++ (carence oestrogénique)
– Augmente le risque fracturaire,
• amincissement et fragilité accrue du
cartilage
articulaire
– par réduction du nombre de chondrocytes
– par réduction du contenu hydrique et modification du contenu en
glycosaminoglycanes de la matrice extracellulaire.
L’appareil urinaire
• réduction du nombre de néphrons fonctionnels
• altération de la fonction tubulaire
diminution
de
la
filtration
glomérulaire
et des
capacités
d’élimination du rein aggravée en présence d’autres facteurs
calcul de la clairance de la créatinine selon Cockroft
(140-âge)x poids (Kg)
créatinine (μmol/l)x0,814
MDRD (Modification of Diet in Renal Disease)
Tient compte de l’age, du sexe, de la créatininémie et de
l’albuminémie
(calculable avec MDRD calculator sur Google (mot clé : MDRD)
x0,85 pour les femmes
L’appareil endocrinien
– chez la femme ménopausée : baisse de la sécrétion
ovarienne en oestrogènes
• disparition des cycles menstruels
• involution de l’utérus et des glandes mammaires
• diminution des sécrétions et atrophie vulvo-vaginales,
favorisant le développement d’infections urinaires
– chez l’homme : diminution progressive de la sécrétion
de testostérone et augmentation du volume de la
prostate
– une tolérance à la charge en glucose réduite,
témoignant d’un certain degré d’insulinorésistance
La peau et les phanères
– atrophie
épidermique,
diminution
du
nombre
de
mélanocytes,
aplanissement
de
la
jonction
dermo-
épidermique et altérations des composants de la matrice
extra-cellulaire dermique
– altération des fibres élastiques en peau photo-exposée :
présence de rides
– réduction de croissance des cheveux, des ongles et du
nombre de mélanocytes : grisonnement des cheveux
– réduction de l’activité des glandes sébacées, sudoripares :
xérodermie
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Le système immunitaire
• dysrégulation immunitaire variable selon état de santé et
état nutritionnel
• altération de l’immunité à médiation cellulaire
– modification de la répartition des LT4 : augmentation des TH2 et
baisse des TH1
– baisse de synthèse d’IL-2 par les lymphocytes
– diminution de la prolifération des LT après stimulation
• conservation de l’immunité à médiation humorale (LB,
réponse Ac)
• Réponse vaccinale conservée
Aspects relationnels et
psychologiques (1)
• En cas de
vieillissement réussi :
– involution très lente des fonctions sensorielles, motrices
et intellectuelles
– développement au cours de la vie d’ intérêts multiples,
non exclusivement professionnels
– conservation de rapports harmonieux avec les enfants,
petits-enfants et amis
le vieillissement s’accompagne de modifications peu marquées
de ces paramètres
« on vieillit comme on a vécu » ; Ajuriaguerra
Aspects relationnels et
psychologiques (2)
• en cas d’involution sensorielle, motrice et intellectuelle, d’un
appauvrissement affectif, des contacts sociaux ou des pôles
d’intérêt :
– plus grande
difficulté d’adaptation aux situations nouvelles
, qui
induit :
• un sentiment d’
insécurité
(angoisse de s’échapper à soi-même,
sentiment d’impuissance, d’inutilité et de dépréciation)
• un surinvestissement du
présent
• une sécurisation par
l’habitude
(l’univers se rétrécit, la personne
s’accroche à ses acquis, s’enlise dans la matérialité)
• un
désinvestissement affectif
(les échanges sont moins nombreux,
favorisant l’apparition des troubles mentaux par manque de stimulation).
– mise en échec d’une série de contrôles et de mécanismes de
stabilisation de l’affectivité, à l’origine de passages à l’acte
(délinquance sénile, alcoolisme, délits de moeurs)
Aspects relationnels et
psychologiques (3)
• chaque personne vieillissante va négocier de nouveaux
équilibres fonction :
– de ses ressources propres
– de sa personnalité antérieure
• Cet équilibre fragile entre la résignation passive et le refus
explique un certain nombre de traits de caractère ou de
réactions assez souvent observées chez la personne âgée :
– les sautes d’humeur
– Les conduites répétitives (sécurisantes)
– l’investissement libidinal sur :
• leur propre personne
• leur patrimoine
– des conduites agressives (agitation anxieuse) ou régressives.
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Vieillissement pathologique
prévention
Règles hygiéno-diététiques
• Le respect d’un poids idéal
• La prévention de la dénutrition
• L’hygiène dentaire et des prothèses
• L’abstinence tabagique
• L’activité physique
• La photoprotection
• La prévention des déficiences auditives
• La prévention de l’incontinence
• La stimulation intellectuelle
• L’intégration sociale
Traitements hormonaux de la
ménopause
• THS (uniquement pour le signes climatériques)
• SERM (os trabéculaire, avant 70 ans, si pas de CI)
• SAS (stéroïdes d’action sélective + sur os, cerveau,
vaisseaux, action PG sur l’endomètre et
androgénique sur le cerveau (libido) mais cutané):
tibolone Livial
®
)
AVC
Risque osseux / risque vasculaire et néoplasique
Les vaccinations
• Les capacités de réponse vaccinale sont
maintenues chez le sujet âgé mais leur
efficacité est moins durable
• grippe : tous les ans
• pneumocoque tous les 5 ans
• tétanos-polio tous les 10 ans
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Dépistage et traitement du diabète
• maintenir une HBA1c < 7-7,5%
• attention aux hypoglycémies
• prévient
les
complications
cardio-
vasculaires et améliore l’espérance de vie
sans
incapacité
des
sujets
âgés
diabétiques.
Dépistage et traitement de
l’athérosclérose et des cardiopathies
emboligènes
• Statines
• Antiagrégants
• anticoagulants
Dépister et traiter précocement les
troubles cognitifs chez le sujet âgé
MMSE
5 mots
Horloge
IADL
ACE
consultation
spécialisée
Prévention de la chute
• L’évaluation permet le dépistage et la prise en
charge adaptée des sujets à risque de chute
– le dépistage et le traitement des pathologies oculaires,
cochléo-vestibulaires et neuro-génératives
– le dépistage et le traitement des affections podologiques
(cors, callosités), articulaires (coxarthrose, gonarthrose),
ophtalmologiques
– la prudence vis-à-vis de l’utilisation des psychotropes
(benzodiazépine en particulier) et des hypotenseurs
– la prévention de la dénutrition
– le maintien d’activités physiques (prévention de la
sarcopénie et maintien de l’aptitude physique)
– la rééducation des troubles de l’équilibre
– l’adaptation de l’environnement aux capacités du sujet
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Prévention de la iatrogénie
• Pathologie iatrogénique : fréquente et grave (polypathologie,
polymédication,
modifications
pharmacocinétiques
et
pharmacodynamiques liées à l’âge)
• nécessité d’adaptation du traitement :
– au poids
– à la clairance de la créatinine (formule de Cockcroft)
– à l’albuminémie
– aux fonctions cognitives
– aux capacités physiques et sensorielles (prudence vis-à-vis des anti-
coagulants chez les chuteurs et des médicaments en gouttes en cas
de baisse de l’acuité visuelle…)
– aux autres traitements : vérification de l’absence d’interaction
médicamenteuse
• réévaluation et la réadaptation régulière de la thérapeutique.
Dépister et traiter la dépression
du sujet âgé
• Symptômes dépressifs : 15 % après 65 ans, et
prévalence des états dépressifs majeurs 3 %.
• Souvent méconnue et sous-diagnostiquée : mode de
présentation
le
plus
souvent
atypique
ou
paucisymptomatique.
• Des affects dépressifs après 70 ans chez un sujet sans
passé
dépressif,
peuvent
constituer
les
premiers
symptômes d’une démence.
• Fréquence des idées suicidaires et et des actes
suicidaires violents et réussi
• Actions
préventives
collectives
pour
réduire
le
retentissement de la dépression et le risque suicidaire :
– dépistage systématique de la dépression à l’aide d’échelles telles que la
Geriatrics Depression Scale (GDS et mini-GDS)
– développement de consultations et de services de psychogériatrie
– amélioration des conditions de vie : mesures d’aide individuelle, familiale
et sociale
Prévention du vieillissement
cutané et capillaire
• Utilisation de topiques à base de rétinoïdes, d’acides
alpha-hydroxy-acides
(qui
inhibent
l’activation
des
métalloprotéinases dermiques par les rayons ultra-violets)
ou d’anti-radicalaires (vitamine C concentrée à 5 %).
• Les traitements interventionnels (peelings, resurfaçages
laser, dermabrasion, techniques de comblement des
rides, toxine botulinique, lifting, blépharoplastie) peuvent
être discutés en fonction du rapport bénéfices / risques
• En l’absence de contre indication, pour ralentir la chute
des cheveux :
– les solutions de minoxidil à 5% associées à une solution de
trétinoïne à 0,025 % dans les 2 sexes
– l’acétate de cyprotérone chez la femme ou le finastéride chez
l’homme
Dépistage et traitement des
déficiences visuelles
• La protection face aux rayons UV réduit le risque de
cataracte et DMLA
• L’équilibration de la glycémie et l’abstinence vis-à-vis du
tabac préviennent la DMLA
• La baisse de l’acuité visuelle, parce qu’elle expose au
risque de chute et de désocialisation et parce qu’elle
retentit sur la qualité de vie, doit être dépistée et traitée
chez le sujet âgé
• Quand un traitement chirurgical de la cataracte est
indiqué, la technique de référence est la phaco-
émulsification avec mise en place d’un implant dans le
sac
capsulaire,
pratiquée
le
plus
souvent
sous
anesthésie locale
• La photothérapie dynamique s’adresse uniquement aux
formes exsudatives de DMLA.
Année Universitaire 2006 - 2007
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Janvier 2007
H. BLAIN
MIF Vieillissement Item 54 : Vieillissement normal et pathologique
Dépistage et traitement des
déficiences auditives
L’approche
préventive
recommande
d’inclure le dépistage de la déficience
auditive
dans
l’examen
médical
périodique,
et
le
port
de
prothèses
auditives, en cas de besoin.
Rechercher et traiter
l’insuffisance cardiaque
• Diurétiques
• IEC, ARA II
• Aldactone
• Certains béta-bloquants (carvédilol, bisoprolol,
Metoprolol)
Dépistage et traitement précoce
du cancer chez la personne âgée
• Dépistage du cancer du sein : mammographie annuelle
ou au moins bi-annuelle jusqu’à 75 ans, et bi-annuelle
ou au moins tous les 3 ans ensuite sans limitation d’âge
pour les femmes ayant une espérance de vie > 4 ans.
• La recherche de sang dans les selles / an permettrait de
réduire la mortalité par cancer colorectal de 30%.
(réservé aux sujets âgés chez lesquels une coloscopie
et éventuellement un geste chirurgical sont réalisables)
• Le toucher rectal régulier + dosage du PSA en cas de
suspicion de cancer de la prostate, est recommandé
après 50 ans
Conclusion
• L’allongement de l’espérance de vie sans
incapacité nécessite sur le plan médical:
– la connaissance et l’application des règles
d’hygiène de vie et des mesures médicales
prévenant le vieillissement pathologique
– le dépistage précoce et la prise en charge des
pathologies dont l’avancée en âge représente
un facteur de risque et qui doivent être
différenciées du vieillissement physiologique
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi