Ce document présente les travaux du groupe d'experts réunis par l'Inserm dans le cadre de la procédure d'expertise collective pour répondre aux questions posées par la Mutuelle générale de l'éducation nationale MGEN sur le dépis tage et la prise en charge des déficits visuels chez le jeune enfant

Publié par

Niveau: Supérieur
Ce document présente les travaux du groupe d'experts réunis par l'Inserm dans le cadre de la procédure d'expertise collective, pour répondre aux questions posées par la Mutuelle générale de l'éducation nationale (MGEN) sur le dépis? tage et la prise en charge des déficits visuels chez le jeune enfant. Il s'appuie sur les données scientifiques disponibles en date du dernier semestre 2001. Près de 1 500 articles et documents ont constitué la base documentaire de cette expertise. Le Centre d'expertise collective de l'Inserm a assuré la coordination de cette expertise collective avec le Département animation et partenariat scientifique (Daps) pour l'instruction du dossier, et avec le service de documentation du Département de l'information scientifique et de la communication (Disc) pour la recherche bibliographique. V

  • jeune enfant

  • hôpital armand-trousseau

  • nourrisson

  • épidémiologie des maladies chroniques

  • bilans de santé de l'enfant de la caisse primaire d'assurance maladie de paris

  • direction général de la santé

  • déficits visuels


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Source : lara.inist.fr
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Ce document présente les travaux du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective, pour répondre aux questions posées par la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN) sur le dépis tage et la prise en charge des déficits visuels chez le jeune enfant.
Il s’appuie sur les données scientifiques disponibles en date du dernier semestre 2001. Près de 1500 articlesetdocuments ont constitué la base documentaire de cette expertise.
Le Centre d’expertise collective de l’Inserm a assuré la coordination de cette expertise collective avec le Département animation et partenariat scientifique (Daps) pour l’instruction du dossier, et avec le service de documentation du Département de l’information scientifique et de la communication (Disc) pour la recherche bibliographique.
V
Groupes d’experts et auteurs CatherineARNAUD,épidémiologie des maladies chroniques et handicaps, InsermU518, facultéde méuelcoiunseePurpan,Tod JosephBURSZTYN, ophtalmologie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Paris JacquesCHARLIER, département recherche et développement, Métrovision, Pérenchies SabineDEFOORT-DHELLEMMES, ophtalmologie, service dexplorations fonc tionnelles de la vision, hôpital Ro-gSearlengro, Lille JosselineKAPLAN, handicaps génétiques de lenfant, InsermU393, hôpital Necker-Enfants-Malades, Paris Jean-FrançoisLE GARGASSON, plasticitécérébrale et adaptation des fonctions visuelles et motrices, InsermU483, universitéParis 7 WilliamLENNE, consultant, Marseille PierreLÉVY,économie de la santé, laboratoire d’économie et de gestion des organisations de santé, universitéParis-IX Dauphine BéatricePELOSSE, ophtalmologie pédiatrique, hôpital Armand-Trousseau, Paris SergePORTALIER, psychologie cognitive, directeur du laboratoire Développe-ment et Handicap, universitéLumièreyoLn 2, Bron ClaudeSPEEG-SCHATZ, ophtalmologie, hôpitaux universitaires de Strasbourg FrançoisVITAL-DURAND, fonctions visuelles chez lhomme, InsermU371, Bron
Ont présenté une communication ChantalCHIREZ, orthoptiste, comitéde dépistage de lamblyopie du Douaisis, Somain ClaudeDARRAS, opticien, Garches ChantalDAUXERRE, orthoptiste, laboratoire de neuropsychologie des fonc tions visuelles,École pratique des hautesétudes, Paris PatrickJANAS, directeur de la publication du mensuel Bieun,NVice Pierre-MarieMASSY, médecin conseiller technique de linspecteur dacadémie de lOise, Beauvais MartineMEYER, ophtalmologue, Centre de rééducation pour personnes mal-voyantes, Paris Marie-DominiqueTABONE, Centre de bilans de santéde lenfant de la Caisse primaire dassurance maladie de Paris MartineVACARIE, Bureau«Maladieschroniques, enfant et vieillissement», Direction générale de la Santé, Paris VII
Sommaire
Avant-propos...................................................................................... XI
Diagnostic et prise en charge........................................................ 1€ 1 Systèmevisuel du nourrisson........................................................... 3€ 2 Développementde la personne déficiente visuel.l.e........................ 25€ 3 Étiologieet diagnostic d’une amblyopi.e......................................... 45€ 4 Diagnosticdes amétropies................................................................ 55€ 5 Étiologieet diagnostic des déséquilibres oculomoteu..r.s................. 59€ 6 Étiologieet diagnostic des pathologies des milieux transpare...n.t.s75€ 7 Étiologieet diagnostic des pathologieéstirniennes.......................... 83€ 8 Perspectivesdans les méthdoes d’exploration de la visio.n............. 107€ 9Priseenchargeoptiqueetchirurgicaledesétarompies.................... 117€ 10Priseenchargeoptiqueetpharmacologiquedaemlblyopie€ réfractive ou strabique.................................................................... 129€ 11Priseenchargechirurgicaledesésodrdresoculomoteurs............... 139€ 12 Priseen charge chirurgicale des pathologies des milieux€ transparents..................................................................................... 159€ Dépistage et prévention.................................................................. 169€ 13 Donnéesépidémiologiques............................................................. 171€ 14 Déficitsvisuels héréditaires et dépista.g.e....................................... 201€ 15 Situationsà risque visuel et tests de dépist.a..g.e........................... 227€ 16 Dépistagedes déficits visuels en population d’âge préscola..i.r..e.. 249€ 17 Aspectssocioéconomiques............................................................. 263€ IX
X
Synthèse et recommandations...................................................... 277
Communications............................................................................... 311€ Dépistage des anomalies de la vision à l’âge préscolaire:expérience du€ Centre de Bilans de santé de l’enfant de P..a..r.i.s................................. 313€ Dépistage de l’amblyopie à l’école maternelle:campagnes du Comité€ de dépistage de l’amblyopie du Douai.s.i..s............................................. 321€ Dépistage des troubles visuels et accès aux soins en grande section de€ maternelle ou en cours préparatoire: expériencedu Service de santé€ scolaire de l’Oise..................................................................................... 325 Prise en charge des déficiences visuelles chez le jeune enfant :€ expérience d’une orthoptiste au sein d’une équipe multidisciplin.a.i.re331€ Prise en charge de l’enfant déficient vis.u.e..l........................................ 347€ Repérage des troubles visuels chez l’enfant : aspects réglementa..i.r.e.s357€ Professions impliquées dans la prise en charge des déficits visuels du€ jeune enfant............................................................................................ 361 Équipement optique des enfant.s............................................................ 367
Annexes............................................................................................... 393
Avant-propos
En France, plus de 10 %des enfantsâgés de moins de 5 anspourraient présenter une ou plusieurs anomalies de la vision. Or lon sait quun déficit précoce de la fonction visuelle peut interférer avec le développement de lenfant et retentir sur lensemble de ses compétences, quelles soient motrices, cognitives ou affectives, et avoir ainsi des répercussions sur ses performances scolaires puis sur son insertion sociale et professionnelle. Les déficits les plus fréquents (hypermétropie, myopie, astigmatisme et stra bisme), souvent dénués dimpact immédiat notable sur le comportement ou la vie quotidienne du nourrisson ou du jeune enfant, sont parfois difficilesà déceler. Sils ne sont pas diagnostiqués et traités précocement, ils peuventêtre àlorigine dune baisse irréversible de lacuitévisuelle, que lallongement de la vie contribuera encoreàmajorer. Il est donc pertinent de sinterroger sur le bénéfice médical etéconomique dun dépistage précoce et systématique des anomalies de la vision chez le jeune enfant et le nourrisson. La Mutuelle générale de l’Éducation nationale a souhaitéaccéderàun bilan des connaissances sur les modalités de dépistage et de prise en charge précoces desdifférents types de déficits visuels rencontrés chez lenfant. Pour répondreàcette demande, lInserm a, dans le cadre de la procédure dexpertise collective, réuni un groupe dexperts médecins et chercheurs dont les compétences ont couvert lensemble des aspects du problème :épidémio logie, ophtalmologie pédiatrique, neurosciences, psychologie cognitive, génétique, ingénierie optique,économie... Le groupe dexperts a structuréson analyse de la littérature internationale autour des questions suivantes : Comment se développent les structures et les fonctions visuelles chez lhomme ?Quelles en sont lesétapes-clés ?Àpartir de quelâge peut-on détecter des anomalies ? Que sait-on des interactions entre un déficit des fonctions visuelles et le développement de lenfant, en particulier lapprentissage de la lecture ? Quelles sont les anomalies visuelles rencontrées chez le nourrisson et le jeune enfant, et leuré?Quelles sonttiologie ?Commenten faire le diagnostic les techniques diagnostiques valiédes ? Quels sont les modes de prise en charge (optique, chirurgicale, médicamen teuse) des dffiérents troubles recensés ? Quelles sont les prévalences des différentes anomalies de la vision chez le nourrisson et lenfant, et leur impact en santépublique ? Comment identier des populationsàsont les facteurs grisque ?Quelsénétiques impliqués dans les déficits visuels ?XI
XII
Quels sont les programmes de dépistage général ou spécique mis en place chez les enfants d’âge préscolaire dans diffé?Quelle est lrents paysefficacitéde ces programmes?Quelles sont les données sur lesévaluationséconomiques des stratégies de dépistage et de traitement précoces ?
Une interrogation ciblée des bases bibliographiques Medline, Embase, Pascal et Psycinfo a permis de sélectionner plus de 1 400 articles.Au cours de 10 séancesde travail organisées entre décembre 2000 et septembre 2001, les experts ont, chacun dans leur champ de compétences, présentéun bilan critique des publications qui leur ontétéproposées pour analyse. Les toutes dernières réunions ontétéconsacréesàl’élaboration dune synthèse commune etàla proposition de recommandationrehcere.ehcactsdetdion
Des auditions ontétéprogrammées et font lobjet de communications. Elles ont permis au groupe dexperts de prendre connaissance des résultats d’études pilotes de dépistage précoce dans certaines régions françaises, et de recueillir lexpérience de professionnels spécialisés dans la prise en charge des enfants malvoyants.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi