Culture et Hôpital Enjeux et légitimité de l'action culturelle

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master
GRAPPIN Florence Culture et Hôpital Enjeux et légitimité de l'action culturelle au sein de l'établissement de soins. Mémoire de Master 2 « Sciences humaines et sociales » Mention : Philosophie Spécialité : Philosophie et Langages Sous la direction de M. Jean-Yves Goffi Année universitaire 2007-2008

  • ouverture génératrice de liens

  • légitimité de l'action culturelle

  • physiologie en médecine expérimentale

  • malades du sida

  • lien social à l'hôpital

  • réforme hospitalière


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 64
Source : dumas.ccsd.cnrs.fr
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins











GRAPPIN Florence










Culture et Hôpital
Enjeux et légitimité de l’action culturelle
au sein de l’établissement de soins.



















Mémoire de Master 2 « Sciences humaines et sociales »
Mention : Philosophie
Spécialité : Philosophie et Langages

Sous la direction de M. Jean-Yves Goffi

Année universitaire 2007-2008












GRAPPIN Florence










Culture et Hôpital
Enjeux et légitimité de l’action culturelle
au sein de l’établissement de soins.



















Mémoire de Master 2 « Sciences humaines et sociales »
Mention : Philosophie
Spécialité : Philosophie et Langages

Sous la direction de M. Jean-Yves Goffi

Année universitaire 2007-2008







Je remercie chaleureusement M. Jean-Yves Goffi pour
son soutien et ses conseils. Je remercie également Mme
Sylvie Bretagnon pour son écoute et sa disponibilité, ainsi
que toute son équipe pour leur accueil et leur simplicité.
































SOMMAIRE
INTRODUCTION .................................................................................................................................................. 6
1. APPROCHE HISTORIQUE DE LA MÉDECINE HOSPITALIÈRE, TENANTS ET
ABOUTISSANTS D'UN VIRAGE CONCEPTUEL. ......................................................................................... 8
1.1. LES DÉBUTS DE LA MÉDECINE SCIENTIFIQUE ...................................................................................... 8
1.1.1. Des réformes pédagogiques ....................................................................................................... 8
1.1.2. L'école de Paris ............................................................................................................................ 9
1.1.3. L'intégration du laboratoire en Médecine ................................................................................ 11
1.1.3.1 La physiologie en médecine expérimentale .......................................................................................... 12
1.1.3.2 La pathologie cellulaire ............................................................................................................................ 14
1.1.3.3 La microbiologie et Pasteur ..................................................................................................................... 15
1.1.4. Des réformes hospitalières18
1.2. RÉSONANCES AU SEIN DE LA RELATION THÉRAPEUTIQUE ................................................................ 20
1.2.1. Par rapport au corps et à l'individu malade ............................................................................ 21
1.2.1.1 Fin de la médecine biographique et interrogatoire orienté ................................................................. 21
1.2.1.2 Le corps ..................................................................................................................................................... 24
1.2.1.3 Histoire des évolutions instrumentales et techniques au sein de la médecine. ............................... 25
1.2.1.4 Technique et protocole29
1.2.2. La douleur, théories spécifiques et analgésiques .................................................................. 30
1.2.2.1 Théories de la spécificité de la douleur ................................................................................................ 31
1.2.2.2 Chirurgie et analgésiques ........................................................................................................................ 32
1.2.2.3 Milieu XXe siècle, réflexions et nouvelles considérations sur la douleur .......................................... 35
1.3. POUR LE PATIENT. 37
1.3.1. Douleur et souffrance ................................................................................................................. 38
1.3.2. Isolement du patient ................................................................................................................... 40
1.3.2.1 Parole des patients, recul du soignant, paradoxe de la relation médecin malade :
l'incommunicable..................... 40
1.3.2.2 Rétrécissement du champ d'action et dépendance ............................................................................. 42
1.3.2.3 Isolement géographique .......................................................................................................................... 44
1.3.3. Difficulté à accepter le paternalisme du médecin, raisons ................................................... 45
1.3.3.1 Le paternalisme médical, origines. ......................................................................................................... 45
1.3.3.2 Kant/Rousseau: Naissance du patient sujet. ........................................................................................ 46
2. DE L’HUMANISATION AU PROJET CULTUREL, COMMENT CRÉER DU LIEN SOCIAL À
L’HÔPITAL ? ...................................................................................................................................................... 50
2.1. DU XXE SIÈCLE JUSQU'À NOS JOURS; QUELLES ÉVOLUTIONS AU SEIN DES HÔPITAUX? ................. 50
2.1.1. Les malades du sida, le déclic .................................................................................................. 51
2.1.2. Le statut du patient réhabilité, réformes institutionnelles ...................................................... 54
2.1.2.1 Réformes au sein de l'hôpital .................................................................................................................. 54
2.1.2.2 Réformes pédagogiques ......................................................................................................................... 55
2.1.3. L'humanisation des Hôpitaux .................................................................................................... 56
2.2. ART ET CULTURE À L'HÔPITAL ........................................................................................................... 58
2.2.1. L’institution hospitalière aujourd'hui ......................................................................................... 59
2.2.2. Les phénoménologues et l’art thérapie ................................................................................... 62
2.2.2.1. Phénoménologie, Définition62
2.2.2.2 L'Art Thérapie ............................................................................................................................................ 65
2.2.3. Avant la Convention ................................................................................................................... 67
2.2.3.1 L'art à l'hôpital psychiatrique67
2.2.3.2 Animations socio culturelles et Associations à l'hôpital ...................................................................... 68
2.2.3.3 Lire à l'hôpital, première trace de culture à l'hôpital général .............................................................. 70
2.3. LA CULTURE À L'HÔPITAL: UNE OUVERTURE GÉNÉRATRICE DE LIENS ............................................. 72
2.3.1. Réformes et prises en charge récentes .................................................................................. 72
2.3.1.1 Les Textes................... 72
2.3.1.2 Les Acteurs.................. 74
2.3.2. Sens de l'action culturelle à l'hôpital ........................................................................................ 75
2.3.2.1 La culture, facteur de décloisonnement ................................................................................................ 76
2.3.2.2 La culture, facteur d'ouverture ................................................................................................................ 78


43. ETUDE DE CAS PRATIQUE : CULTURE À L’HÔPITAL AU CHU DE GRENOBLE................... 80
3.1. LA CULTURE AU CHU DE GRENOBLE: PRÉSENTATION ..................................................................... 80
3.1.1. Le CHU de Grenoble.................................................................................................................. 80
3.1.1.1 Historique ................................................................................................................................................... 80
3.1.1.2 Présentation................ 81
3.1.1.3 Le Projet d'Etablissement ........................................................................................................................ 81
3.1.2. Le service culturel du CHU ....................................................................................................... 83
3.1.2.1 Présentation du service ........................................................................................................................... 83
3.1.2.2 Les missions au sein du service ............................................................................................................. 84
3.2. CONTENU DU STAGE ......................................................................................................................... 86
3.2.1. Les Sentiers du Cœur : de la danse contemporaine à l’hôpital ........................................... 87
3.2.2. Le Festival des Arts du Récits : le conte à la maison de retraite La Bâtie ......................... 90
3.2.3. Pulcinella : du jazz au Centre Médico Chirurgical de Saint Hilaire du Touvet ................. 91
3.2.4. Projets annexes .......................................................................................................................... 92
3.2.4.1 Organisation concrète d'une exposition d'art contemporain. .............................................................. 93
3.2.4.2 Anagramme, lectures à l’hôpital93
3.3 BILAN .................................................................................................................................................. 94
3.3.1 Culture au CHU de Grenoble, état des lieux .............................................................................. 95
3.3.1.1 Facteur de lien social? ............................................................................................................................. 96
3.3.1.2 Facteur d'ouverture sur la cité? .............................................................................................................. 96
3.3.1.3 Facteur de défragmentation ? ................................................................................................................. 97
3.3.2 La culture, révélatrice de dysfonctionnements ....................................................................... 97
3.3.3 Culture au CHU de Grenoble, évolutions et suggestions ..................................................... 98
3.3.3.1 Evolutions.................... 98
3.3.3.2 Suggestions................. 99
CONCLUSION.................... 101
BIBLIOGRAPHIE............... 103
LISTE DES SIGLES UTILISÉS ..................................................................................................................... 106
TABLES DES ANNEXES ............................................................................................................................... 107



5INTRODUCTION

La singularité de ce mémoire trouve son origine dans la manière dont sa thématique
a vu le jour. Après avoir effectué une première année de master de philosophie
option professionnelle « métiers du livre », j’apprends en fin d’année dernière que le
parcours professionnel en question n’est plus valide. Prise par le temps, cet imprévu
me pousse à continuer mon cursus de philosophie avec en tête l’idée de profiter de
cette année universitaire pour faire le point sur mon avenir professionnel.
Parallèlement, il me reste un an pour produire une réflexion aboutie et rédiger un
mémoire de recherche. Je m’intéresse alors aux bibliothèques d’hôpitaux. Les
complications quotidiennes impliquées par le contexte pathologique me persuadent
de la légitimité tenue par le livre à l’hôpital. Il peut, à mon sens, devenir un moyen
d’évasion là ou le patient en a grand besoin. C’est donc au fil de mes recherches sur
ce thème que je découvre le projet « culture à l’hôpital ». Ce projet me parle, et ce
d’autant plus que les métiers de la culture m’attirent. Je cherche donc à approfondir
le sujet et à faire évoluer mon questionnement. Dans le même temps, mon projet
professionnel se précise grâce notamment à la pratique régulière d’activités
associatives dans le domaine de la culture. Je me découvre progressivement un
intérêt croissant pour ce type d’actions. Je fais finalement le choix d’adopter la
thématique de recherche « culture à l’hôpital », plus large et plus en accord avec
mon projet professionnel définitif.
Ce mémoire est l’aboutissement de plusieurs mois de réflexion, d’étude et
d’observation. Je tente ici de légitimer le projet « culture à l’hôpital » en en
comprenant les lacunes et en en soulignant les points forts. Créer un lien entre
philosophie et réalité concrète du projet tout en mettant à profit mes acquis
théoriques reste l’axe fondamental et l’objectif constitutif de ce développement. Le
regard singulier que porte la philosophie sur les théories médicales, sur les notions
de maladie, sur la souffrance, sur l’individu, sur la liberté et sur l’art nous permettra
de développer une réflexion fournie et fructueuse autour de la dialectique engagée
par le couple culture et hôpital. Comprendre ce qu’est la culture, les formes qu’elle
revêt, les actions qu’elle engage, sont autant de raisons qui me poussent à
approfondir le questionnement initial impliqué par le projet même de culture à
l’hôpital. La culture est elle utile ? Doit-elle être utile pour être légitime au sein de
l’établissement de soins ? C’est cela que nous tacherons d’aborder et de définir tout
au long de notre développement. Seul le système hospitalier français sera étudié ici,
1partant du fait que la réflexion développée est engagée par un texte de lois français .
Mais d’abord, il s’agira pour nous d’étudier ici l’approche médicale adoptée par les
professionnels de santé au sein même de leur pratique. Pour cela, nous remonterons
historiquement jusqu’à la fin du XVIIIe siècle afin de comprendre en quel sens le
retournement conceptuel qui s’effectue au sein de la pensée médicale dès le XIXe
siècle influence encore les comportements hospitaliers aujourd’hui. Nous tacherons
de mesurer les conséquences que peut avoir l’approche technique et scientifique
adoptée par le médecin, au cœur de la relation thérapeutique, pour le patient comme
pour le soignant. Comment la dissymétrie impliquée par la relation médecin malade
accentue t elle le malaise du patient ? Et surtout comment y remédier ?

1 Convention « culture à l’hôpital » publiée en 1999, signée entre le ministère de la santé et le ministère de la
culture au mois de mars de la dite année (cf. Annexes)
6Ce type de questionnement voit le jour avec les revendications tenues par les
associations de patients dans les années 70 et plus tard. La notion d’usager est
créée et la place du patient est réétudiée.
Cette redéfinition du statut du malade s’accompagne d’une campagne
d’humanisation des hôpitaux. Nous tachons de décrypter ce mouvement dès la
seconde partie de notre développement. Ce mouvement est d’abord historique et
idéologique et permet progressivement au projet culture à l’hôpital de voir le jour et
de s’intégrer dans l’établissement de soins. Nous l’analysons, en comprenons les
origines et cherchons ensuite à définir clairement ce qu’est la culture, en règle
générale et à l’hôpital. L’art à l’hôpital est il nécessairement garant de culture? Quelle
différence entre art thérapie, animations socioculturelles et culture ? Quelle légitimité
pour l’activité artistique au sein de l’établissement hospitalier ? En quel sens la
culture est elle légitime à l’hôpital ? Nous aborderons plusieurs pistes, établirons
quelques vérités, et les confronterons enfin, en troisième partie, aux constatations
pratiques effectuées au cours de notre stage. Cette confrontation devrait permettre
de conserver les idées pertinentes, de souligner de nouveaux points et de créer une
définition précise et lucide de ce qu’est concrètement le projet culture à l’hôpital.





















71. Approche historique de la médecine hospitalière,
tenants et aboutissants d'un virage conceptuel.
Au XIXe siècle s'amorce un revirement des pratiques médicales qui conditionne
encore aujourd'hui les comportements hospitaliers. Le but sera ici de permettre à une
vision plus claire et précise des évolutions cliniques de s'établir. Il s'agira donc pour
nous de comprendre en quoi les comportements et les révolutions d'hier ont pu
laisser leur empreinte conceptuelle sur les pratiques thérapeutiques d'aujourd'hui, et
surtout, d'en clarifier les étapes. Ainsi, les réformes pédagogiques mises en place à
la toute fin du XVIIIe siècle ont, entre autres, favorisé le développement de ce que
nous définissons comme « médecine scientifique ». En effet, celles ci incitaient
volontiers l'étudiant en médecine à passer de la théorie à la pratique, c'est à dire du
livre d'Hippocrate au chevet du malade. Une médecine de l'expérimentation se met
alors en place début XIXe siècle, ouvrant la voie à l'Ecole de Paris et à sa méthode
anatomo-clinique. Comment, par la suite, le médecin s'éloigne t il du chevet du
malade pour les mêmes raisons qui l'avaient fait s'en rapprocher? Dans un contexte
de scientificité toujours plus poussée, le médecin devient savant et quitte son rôle de
thérapeute. Il gagne les laboratoires et expérimente pour comprendre. La physiologie
de Claude Bernard et la microbiologie Pasteurienne pèsent encore lourd aujourd'hui,
aussi bien dans nos comportements quotidiens, que dans le mouvement neutralisant
du médecin lorsqu'il soigne. En quoi cette nécessité de rationalité scientifique établie
au XIXe siècle et développée courant XXe siècle pose t elle problème au sein même
de la relation entre le soignant et son patient?
1.1. Les débuts de la médecine scientifique
1.1.1. Des réformes pédagogiques
Jusqu'a à la fin du XVIIIe siècle, les cours de médecine sont exposés
magistralement, sans qu'aucun recours à la pratique ne soit conseillé.
L'enseignement prodigué s'inspire en majeure partie des théories classiques. La
médecine n'a en réalité pas beaucoup évolué depuis l'époque Hippocratique. La
théorie des humeurs reste l'outil privilégié dans l'exercice de la thérapeutique. Par
exemple, les saignées ainsi que les purges, sont toujours utilisées, permettant, selon
la conception humorale, de rétablir l'équilibre interne de l'organisme malade. Ainsi,
les étudiants en médecine se contentent de commenter les textes classiques
d'Hippocrate et de Galien, et apprennent le contenu théorique de leurs ouvrages.
Le 27 novembre 1794, Antoine Fourcroy soumet un rapport à la Convention pour
l'établissement d'une réforme de l'apprentissage médical. Il y déclare qu'il faut, pour
permettre à une médecine adaptée de voir le jour: « Peu lire, beaucoup voir et
beaucoup faire (...) ».
Ainsi, « (...) telle sera la base du nouvel enseignement que les comités vous
proposent de décréter. Ce qui a manqué jusqu'ici aux écoles de médecine, la
pratique même de l'art, l'observation au lit des malades, deviendra une des
principales parties de cet enseignement. » Rapport qui recommande également la
réunification de deux branches autrefois séparées, à savoir la médecine et la
chirurgie. On comprend ici clairement l'orientation clinique que prend dès lors
l'enseignement de la médecine.
8Il faut, pour apprendre à soigner, aller au delà du contenu théorique du manuel
médical et vérifier empiriquement, par le biais du malade, quelles hypothèses
pathologiques ou vitales peuvent être confirmées.
Peu de temps après, un décret vient confirmer la tendance, et, le 4 décembre 1794,
rend officielle la fusion de la médecine et de la chirurgie. Trois écoles de santé voient
2alors le jour en France à Paris, Strasbourg et Montpellier.
Tout un courant de pensée à l'oeuvre à la fin du XVIIIe siècle permet à ces réformes
de prendre vie. Les idéologues et les sensualistes préparent en quelques sortes le
terrain conceptuel, et influencent par le biais de leurs théories des sens, plusieurs
domaines de connaissance. La biologie ainsi que la physique s'en trouvent
bouleversées. L'étude du terrain devient cruciale et centrale. Dans ce cadre, la
connaissance s'épanouit dans l'observation et l'accumulation des données sensibles.
Il s'agira pour le biologiste notamment, d'observer la nature, d'en prendre note, et
d'en établir une classification précise. Avec les réformes de 1794 dans le domaine
médical, le même tournant s'amorce. On part du principe que le médecin, confirmé
ou apprenti, engrange des connaissances en observant et en enquêtant sur ce que
nous appelons le terrain. Terrain qui ici est évidemment le patient, mort comme
vivant. En ce sens, la médecine nouvelle se nourrit de sa recherche, et ne pourrait
subsister sans elle. L'enquête clinique devient nécessaire à l'accroissement des
connaissances, et la dissection s'avère être l'outil essentiel de la compréhension
entamée des corps et de leurs fonctions.
1.1.2. L'école de Paris
« Quelle source d'instruction que deux infirmeries de cent à cent cinquante malades
chacune!...Quel spectacle varié de fièvres ou de phlegmasies malignes ou bénignes,
tantôt très développées dans les constitutions fortes, tantôt faiblement prononcées
comme latentes, et avec toutes les formes et les modifications que peuvent offrir
m'age, la manière de vivre, les saisons, et les affections morales plus ou moins
énergiques! » Philippe Pinel, Introd., p 11, Médecine Clinique, Paris, 1815.

Si les réformes pédagogiques sont à ce point importantes, c'est entre autres parce
qu'elles ont permis une mise à disposition des patients en tant qu'objets d'études, et
non plus en tant qu'individus malades à proprement parler. Les corps souffrants dans
les « hôpitaux-facultés » de l'époque sont autant de possibilités de découvrir de
nouveaux cas, de nouvelles pathologies et finalement autant de possibilités d'enrichir
le savoir médical.
En dix ans, les hospices de l'Ancien Régime autrefois réservés aux pauvres, et qui
permettaient le plus souvent de les isoler du reste de la population, deviennent des
lieux de savoir et de recherche médicale, ou l'on pratique la dissection avec une
certaine avidité. François Xavier Bichat notamment, médecin de l'Hôtel Dieu à
l'époque et grand représentant du courant anatomo-clinique, pratiquera dans ce
cadre de recherche environ cinq cent dissections. C'est dire si la soif de connaître qui
se répand alors est sans précédent. Le corps humain doit révéler à la connaissance
médicale de nouvelles lésions afin de permettre au savoir de s'élargir.
Il s'agit ici, dans la lignée du modèle biologiste répandu à la fin du XVIIIe siècle, de
permettre à une classification vérifiée et précise de s'établir.

2 J. Poirier, Médecin ou Malade, la médecine en France aux 19ème et XXe siècles, Chapitre 1 : « Du coté des
médecins, mieux vaut souffrir que mourir », sous partie 2: « La formation médicale ».
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.