DCEM2 MT4 Santé Environnement Handicap Incapacité Dépendance ECN45 Aspects médico légaux en addictologie alcoolisme toxicomanie

De
Publié par

Niveau: Supérieur
DCEM2 – MT4.7/2 Santé / Environnement / Handicap / Incapacité / Dépendance ECN45-Aspects médico-légaux en addictologie (alcoolisme toxicomanie) Année Universitaire 2008 - 2009 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Mai 2009 (M.e.l. LIPCOM DG – 22/04/09) L. MARTRILLE LEGISLATION ALCOOL ET DROGUES Dr Laurent MARTRILLE Médecine Légale 1 Épidémiologie – Substance la plus répandue en population générale : – 2,5 % jamais bu – 42 % une consommation par semaine – 21 % tous les jours – 9 % problème avec l'usage de l'alcool – 14 % des adultes ont une ivresse au cours des 12 derniers mois 2 3 Consommation : 2003 : 14 l/h/an (20 en 1970) Autre INSEE 12,8 L/H/AN Données Pays Bas Épidémiologie Jeunesse – Produit psychoactif le premier essayé vers 13 ans, 1er cuite 2 ans après – 10 % des g. de 18 ans ont eu plus de 10 ivresses/an – 3 % des f. de 18 ans ont eu plus de 10 ivresses/an 4

  • chronique

  • rythmes supraventriculaires chez l'éthylique chronique cardiopathe

  • coma

  • chronique avec stéatose hépatique

  • intoxication aiguë

  • faculté de médecine de montpellier-nîmes


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 43
Tags :
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins
DCEM2 –MT4.7/2 aStn é /nEivornnenem/ t ndHaapicI / pacntica / éndanDépeCN45ce EcestA-psci-om dé euxgaléctdiadn a(eigolomsilooclamin)enA eotixocersitairnée Univ002-caF92  e 800deMénecitéule  dN-mîilreptleM no.e.l09(Mi 20esMa/22– GD MOCPIL .ILTRAR ML.9)/004LE
Données Pays Bas Consommation : 2003 : 14 l/h/an (20 en 1970) Autre INSEE 12,8 L/H/AN
Épidémiologie Jeunesse – Produit psychoactif le premier essayé vers 13 ans, 1er cuite 2 ans après – 10 % des g. de 18 ans ont eu plus de 10 ivresses/an – 3 % des f. de 18 ans ont eu plus de 10 ivresses/an
Épidémiologie – Substance la lus ré andue en o ulation générale : – 2,5 % jamais bu – 42 % une consommation par semaine – 21 % tous les jours – 9 % problème avec l’usage de l’alcool – 14 % des adultes ont une ivresse au cours des 12 derniers mois
3
4
Dr Laurent MARTRILLE
LEGISLATION ALCOOL ET DROGUES
2
1
tpel MoncineMéde i02seaMN-mîilre09.Le toxicolcoolismén enUviamin)enA 2e 8 00sierirtaétlu ed 002-caF9M RARTLIEL
Épidémiologie Morbidité
5
13 % à 20 % des hospitalisés ont un problème avec l’alcool 80 000 sont pris en charge dans les centres de cure ambulatoire 32 % des accidents mortels : au moins un conducteur à une alcoolémie anormale
Épidémiologie
En 2000, 45 000 décès sont imputables à l’alcool : 23 000 cirrhose, K VADS, Hémoragies u 2006 : 4703 morts (- 11,6%/2005 et - 43% en 5 ans)
6
8
7
(M.e.l. LIPCOM DG – 22/04/09)
ncap / IicapHand t /meneornnnEiv/ é ntSa2 7/4.MT– 2MECDologie(an addictélagxue m déci-osp-Atsec Ece45CNepéDnadntica / é
9
10
Pharmacocinétique : absorption Voie digestive, 20 % dans l’estomac puis intestin grêle (1/2 vie de distribution 8 mn) – Vitesse d’abs. accrue par : vacuité gastrique, concentration en OH, rapidité d’absorption, boisson gazeuse, sexe (cycle) – Vitesse d’absorption ralentie par : réplétion gastrique, amphétamines, anticholinergiques L’absorption pulmonaire est possible, ainsi que ercutanée Passage de la barrière foeto-placentaire
11
Risque relatif approché en fonction de l’alcoolémie (multiplication du risque d’être responsable d’un accident mortel) Totalité des accidents de 1977 avec éthylotests impossibles x1 x2,5 x8,6 x46,2 x141 100 90 , au hasard 80 70 accidents 60 5042 40 ,1 12007,99,22,18,61,040,267,4 0 <0,4 0,4-0,79 0,8-1,19 1,2-2 >2g/l
Intoxication aiguë • 1) Phase d’excitation psychomotrice (euphorie, facilitation du contact, humeur labile, troubles mnésiques et troubles visuels) , , • 2) Phases d’incoordination motrice (perte jugement, trouble de la parole, diminution sensibilité douloureuse. Tremblement, ataxie, dysmétrie et nystagmus) – 1,5 à 2,5 g/l rou es e a v g ance (coma hypotonique sans signe de localisation) – 3 g/l (5 g mort !) (11g vivant !) 12
acapé it /apnc IecnaNCE éD /dnep/ Enviro2 Santé  /aHdncinnmene t/7.4TM– 2MECDlucad étéM eiced Mnetponliel-NernAén enUvireisatire  2008 -2009Feigolotciloocla(xitoe sme)nimacopsce54A-décistm gauxo-léaddi en LIELARTRL. M/09)2/042– GD MOCPIL .l..e(M0920i Maesîm
Formes compliquées Crises comitiales      – Plus fréquentes lors du sevrage d’un OH chronique (risque hypoglycémie et rhabdomyolyse aiguë) – Secondaire à hématome intracrannien (HSD, HED, HIC) Doser CPK, kaliémie, glycémie – TDM – +/- PL
15
Formes compliquées Hyponatrémie (buveurs de bière : apport de Na et restriction hydrique) Complications psychiques (forme exitomotrice, forme hallucinatoire, forme délirante, troubles thymiques) Manifestations immuno-allergiques (acétaldéhyde ou autres composants du vin) Cardio-vasculaires colla sus a vaso lé ie, troubles du r thmes supraventriculaires chez l’éthylique chronique cardiopathe) Gastro-intestinales (gastrite aiguë, poussée hépatite aiguë alcoolique, pancréatite aiguë, ruptures VO) 16
Malaise (attention aux traumatismes) Complications liées au coma (hypoventilation alvéolaire centrale et obstructive, pneumopathie d’inhalation, rhabdomyolyses, paralysies périphériques) Hypothermie (tr de la régulation centrale) Hypoglycémie (rare sauf jeune préalable chez l’alcoolique chronique avec stéatose hépatique, plus fréquente et précoce chez l’enfant) Acidocétose (chez l’alcoolique dénutri) 14
13
Formes compliquées
Diagnostics différentiels
Hypoglycémie   Méningite Hématome sous-dural Hypercapnie Hypertension intra cranienne Encéphalopathie hépatique n ox Hémorragie méningée, infarctus cérébelleux Coma post critique
nce enda5-AsECN4apicnIacD péét/  aenx aulotoicddém stcepgél-ocidEM2 –MT4.7/2 SanCD /ntan Hcadi/ p / étvnE noriemenL)90AM .IRTRELLMoe inecéd Mdeé MsemîN-reilleptnl. LM.e.009(ai 20//4– 22 MGDPIOCisol tmee(gicoalA)eieénncixonamoitaire   Univers90aFuctl0280- 02
ucaF9002- 8002  e inecéd Mdeé ltA)nnnaeicimot xoairersitniveée Udda otciuagéne xolcomeisgiloale( eCE4N-5péneadcnmédico-lAspects EIP LM CO –DG/02290/4 .L)TRAMLLIRMontpellier-NîmeMsia2 00(9.M.e.lrivnennoétnaE / .7T4 S/2EMDC–M2 icét/ D  /nIacapandicap ment / H
20
19
LES TEXTES
Chez l’enfant
Le fait de faire boire jusqu’à l’ivresse un mineur est puni de 3800 euros. déchéance de l’autorité parentale Articles L3353-4 du Code de la Santé Publique
17
Chez l’enfant  Intox chez l’enfant – 1,5 % OH – 52,8 % médicaments – 32,2 % produits domestiques – 5,2 % CO  vers » PO, voir inhalée et percutané
Chez l’enfant Troubles de la conscience au premier plan : coma calme h otoni ue eut a araître sans phase ébrieuse L’ hypothermie est fréquente L’ hypoglycémie (2 à 8 % des cas), surtout si à mydriase Acidose fréquente (60 % des cas) 18
té / Env.7/2 SanME 2M–4TCDciddolot(eigoclacodiég-lx au aeneiA)nneéU inevsrolisme toxicoman / pacidicapacnImeneoniran H /nt-5sACE4N sémeptc Dépté /nce endaNîr-sMme 2ai9(00niceoM eeptneill09Faculté de Médtiiaer  0280- 02ELLIRTR/04/ –22. MA09)L.lL .M.e MGDPIOC
REPRESSION DE LA CONDUITE EN ETAT D'IVRESSE La répression est fondée sur la caractérisation d'un taux d'alcool dans le sang (ou l'air expiré) supérieur aux taux autorisés : - soit 0,8 g/l dans le sang (ou 0,40 mg/l dans l'air expiré) définissant le niveau délictuel de l'infraction - soit 0,5 g/l dans le sang sans atteindre 0,8 g/l (ou 0,25 mg/l dans l'air expiré sans atteindre 0,40 mg/l) '
IVRESSE PUBLIQUE MANIFESTE • « en cas de modification importante de l’aspect de la personne faire immédiatement appel à un médecin » • Nb : la surveillance est inscrite dans le code de déontologie de la Police • Prise en charge alcoologique à la sortie?
IVRESSE PUBLIQUE MANIFESTE Une personne trouvée en état d’ivresse dans les rue… est, par mesure de police, conduite à ses frais au poste le plus voisin ou dans un chambre de sûreté, pour y être retenue jusqu’à ce qu’elle ai recouvré la raison – Article L3341-1 du Code de la Santé Publique Dans ce cadre, la visite médicale est systématique avant la rétention au poste de police. Le questionnement portera sur la compatibilité de l'état de santé de l'intéressé avec le maintien en rétention dans les locaux de police ou de gendarmerie. L'examen médical devrait se faire sur réquisition, car il est pratiqué à la demande de la police et non de l'intéressé. 22
IVRESSE PUBLIQUE MANIFESTE Articles L3341-1 du code la santé publique le caractère manifeste apprécie sur la présentation clinique le caractère public sur la nature des lieux définis comme des lieux accessibles au public (Quiconque sera trouvé en état d'ivresse manifeste dans les rues, chemins, places, cafés, cabarets ou autres lieux publics ) Passible d'une contravention de deuxième classe (150 euros) , servi à boire ou ayant reçu dans leurs établissements une personne en état manifeste d'ivresse 21
24
23
MA. )L09ELLRIRTdeé éd MinecMoe eptneillîN-rMsemai 2009(M.e.l. LPIOC MGD– 220//4
Les principales infractions au code de la route et leur sanctions
Les principales infractions au code de la route et leur sanctions
Amande Retrait Suspension ou Immobilisation Prison de annulation du ou confiscation po n s perm s u v cu e Conduite avec un ensio Immobilisati 2 ans taux d'alcoolémie 4500 E6Suspou n on 0,8 g/l dans le annulation 3 sang (ou 0,4  mg/l dans l'air ans expiré), ou en 'ivr manifeste , ou refus de se m r n vérification Récidive 9000 E 6 Annulation Immobilisati 4 ans de 3 ans on ou confiscation 26
Amande Retrait Suspension ou Immobilisation Prison de annulation du ou confiscation po n s perm s u v cu e
Conduite avec un taux d'alcoolémie g/0l, 5d agn/ls  leet  s<a0n,g8  135 E 6 Suspension ou , mg e  <0,4 mg/l dans l'air expiré)
25
Les principales infractions au code de la route et leur sanctions
mande Retrait Suspension ou Immobilisation Prison de annulation du ou confiscation points permis du véhicule et Ann daC'oalrncèdsou oli'ltiuess aeatino eén t daet  9000 E 6 ulation Immoonb iolius ati3 ans   stupéfiants con sca on
Les principales infractions au code de la route et leur sanctions
Amande Retrait Suspension ou Immobilisation Prison de annulation du ou confiscation po n s perm s u v cu e Blessures involontaires avec ITT < 3 Immob mois, causées en 4 uspension état 5000 E6Sde 10 anscn oonufi scilaitsioatnio 3 ans d'alcoolisation Blessures involontaires Sus ensi avec ITT > 3 p on Immobilisatio mois, causées en 75000 E6annuloatui on de n ou 5 ans état 10 confiscation d'alcoolisation ans 28
27
e(gicoalisol tmecixonamoA)eieénn Universitaire  0280- 0290aFuctlcipacaInép D /té ecnadnesA-54NCEs mépect-légdiconea ua xotolddciCD/2.7an S2 EMT4–Mrinoenemét/ E vndicap / nt / Han
Vérification de l'état alcoolique • La vérification est obligatoire lorsque : – le dépista e est positif, – la personne refuse le dépistage, – l'état d'ivresse manifeste empêche le dépistage, – l'intéressé est décédé, – lorsque l'intéressé est physiquement handicapé.
30
Les prélèvements
32
PRELEVEMENTS VIVANT : -au plis du coude - éviter les antiseptiques alcoolisés, - sur fluorure de sodium, -
Prélèvements sur le mort Levée de corps Non systématique   Pas de ponction intracardiaque : Risque de contamination par estomac ou les bronches Risque de piqûre dans l’estomac Lésions gênantes à l’autopsie        fémorale (si autopsie)
L'examen médical se fait en dehors de la présence de la police ou de la gendarmerie, sur réquisition Le prélèvement se fait en présence de la police ou de la gendarmerie, 29
31
. .lPCLI0920.e(Msemî iaMilleN-reILLEL. MARTR/2400/)9MOD  G2–atisrevi002  erie)nimacoUne néAnedic eéMnoptenM 009F8 -2té daculm stcidéél-oxuagceanCN E-A45ecspa(clooilms eotix en addictologieM2CEDacapé itDé/ ndpeaH /cidn/ pacnI / Environnement – TM.4/7 2aStn é
Calcul du nombre de verres consommés M divisé par la masse d’OH contenu dans un verre, en mo enne . = Plus précisément : M A x r x P Widmark (g) = V x 0,789 x d /100
35
Estimation de la quantité d’OH ingéré Formule de Widmark M = A x r x P M = masse d’OH ingéré en g A = alcoolémie maximale en g/l , , P = poids du corps en kg
Le nombre de verres bus est M/Q 36
33
– dans l’air expiré multiplier par 2 pour avoir alcoolémie – alcoolémie : » Cordebard (référence)    » Chromatographie en phase gazeuse dosage salivaire, alcoolurie, méthodes électrochimiques au lit du malade
Dosage alcoolémie
34
Variations du métabolisme Métabolisme moyen de l’alcool chez le buveur occasionnel est de 100 à Décroissance de l’alcoolémie - sujet naïf : 0,1 à 0,15 g/l/h , , -- enfant : 0,28 g/l/h 1 g = 21,7 mmol/l
caIncipa /téép D/ tnnaH acid / ppects médico-légneadcn eCE4N-5sAcoale(gi tmeisola ne xuaolotciddvers Unire  itaimonaxocinneéeiA)CDenemrinoE vnét/  San.7/2–MT4EM2 09Facult2008 -20ceni eoM éedM déNîr-sMmepentiell.e.ML .l2 ia(900/04/ –22M DGIPCOLLETRIR .AM90L)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi