Faculté de Médecine : mécanique ventilatoire - Montpellier Nîmes Octobre Sources Étudiantes

Publié par

Niveau: Supérieur
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Octobre 2006 Sources Étudiantes MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie - Mécanique ventilatoire – Préfaut Année Universitaire 2007-2008 (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s'opposer au renouvellement de l'air dans les alvéoles. Objectifs - Connaître les données spirographiques : volumes et débits - Savoir construire les courbes pression-volume et définir le niveau ventilatoire de repos. - Comprendre l'importance du surfactant. - Définir la zone silencieuse du poumon et les conséquences qui résultent de ce «silence». Mécanique ventilatoire La spirographie : exploration du souffle 1 - Les volumes pulmonaires : Exploration : parenchyme pulmonaire, (pneumopathie interstitielle : pas la pathologie la plusfréquente = 10 à 15 % des consultations en pneumologie) et la paroi thoracique 2 - Les débits bronchiques : Exploration : grosses bronches (si le débit diminue c'est que la bronche est touchée : BPCO = Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive = maladie du fumeur : traitement peu efficace contrairement à celui de l'asthme, ). petites voies aériennes 1

  • réserve d'oxygène pour échange pendant l'expiration

  • capacité pulmonaire

  • pneumologie - mécanique ventilatoire

  • volume

  • courbe d'expiration

  • expiration dure

  • débit


Publié le : dimanche 1 octobre 2006
Lecture(s) : 58
Tags :
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
AnnéeUniversitaire 2007-2008
(Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral).
Mécanique ventilatoire
Mécanique ventilatoire : définition
Étude des phénomènes qui vont permettre ou s’opposer au renouvellement de l’air dans les alvéoles.
Objectifs
- Connaître les données spirographiques : volumes et débits - Savoir construire les courbes pression-volume et définir le niveau ventilatoire de repos. - Comprendre l’importance du surfactant. - Définir la zone silencieuse du poumon et les conséquences qui résultent de ce «silence».
1 - Les volumes pulmonaires :
Mécanique ventilatoire
La spirographie : exploration du souffle
Exploration : parenchyme pulmonaire, (pneumopathie interstitielle : pas la pathologie la plusfréquente = 10 à 15 % des consultations en pneumologie) et la paroi thoracique
2 - Les débits bronchiques :
Exploration : grosses bronches (si le débit diminue c'est que la bronche est touchée : BPCO = Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive = maladie du fumeur : traitement peu efficace contrairement à celui de  petites voies aériennes
Octobre 2006 Sources Étudiantes
1
 l'asthme, ).
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
1. Les volumes : le parenchyme, les parois
AnnéeUniversitaire 2007-2008
Les volumes mobilisables : (mais renouvelé) Capacité vitale (CV) = Capacité inspiratoire (CI) + Volume de réserve expiratoire (VRE)
1. Les volumes : le parenchyme, les parois
Le volume non mobilisable :
VR = Volume résiduel (persiste après la mort)
Volume résiduel (VR)
Les sommes : (capacité = somme de volumes)
Capacité pulmonaire totale (CPT) = CV + VR
Capacité résiduelle fonctionnelle (CRF) --> seul élément physiologique = VRE + VR
Octobre 2006 Sources Étudiantes
2
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
AnnéeUniversitaire 2007-2008
La respiration est discontinue mais comme pour la circulation sanguine il y a un sytème d'adaptation = CRF qui est une réserve d'oxygène pour échange pendant l'expiration (transport continu). SYNTHESE DE LA SPIROGRAPHIE :
2. Les débits : les bronches
2.1. La courbe d’expiration forcée
- Nécessité d’une standardisation pour comparaison inter et intra individuelles - Inspiration forcée suivie d’une expiration maximale, la plus rapide possible (phénomène reproducible)
- sujet normal expiration dure 2 à 3 secondes - chez sujet pathologique expiration dure 6 à 7 secondes
Octobre 2006 Sources Étudiantes
3
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
2.2. Les Débits moyens (Courbe volume-temps)
AnnéeUniversitaire 2007-2008
- DME élimine le premier et le dernier quart de la courbe et le paramètre est alors beaucoup plus sensible (mise en jeu des muscles expiratoires uniquement dans le premier quart de la VEMS) - VEMS est parfaitement reproductible mais ce n'est pas un paramètre sensible (atteinte VEMS = atteinte des petites voies aériennes) - Chez un patient normal 80 % du volume total expiré en 1 seconde - Chez un patient pathologique 20 % du volume total expiré en 1 seconde
2.3. Les Débits instantanés (Courbe débit-volume)
Plus on va vers le bas des courbes plus on fait parler les voies aériennes. Si une valeur est trop petite et l'écart type trop grand (après plusieurs mesures) alors cette valeur est inutilisable.
Vpeak – interessant si problème asmathique en crise (atteinte des grosses bronches)
V75 - Très intéressant, comparable DME 25-75 V25 - Ecart type trop important inutilisable V50 - Donne même type de résultat que VEMS
Octobre 2006 Sources Étudiantes
4
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
2.4. Les débits : Signification
AnnéeUniversitaire 2007-2008
- Le VEMS, le V pointe, le V explorent globalement grosses bronches et petites voies aériennes 75 proximales.
- Le DME et le Vmax explorent plus spécifiquement mais insuffisamment les petites voies 25-75 50 aériennes.
Notion «de zone silencieuse» du poumon
 Il s’agit de l’ensemble des petites voies aériennes distales. Elles sont mal évaluées par la spirographie, qui «ne parle pas». A contrario, ce sont les premières altérées dans les pathologies broncho-pulmonaires.
3. Les appareils de mesure
- Les spirographes mécaniques : volume-temps (VR mésuré avec dilution d'un gaz = hélium) - Les pneumotachographes : débit-volume - Les pléthysmographes : volumes ..(moyen le plus précis pour calculer du VR) --> mesure les variations de Volume et de Pression de la boite où est mis le patient(on étudie ces variations qui sont en mirroirs de celle qui ont lieu dans le poumon).  Valvéolaire x Palvéolaire = - (Vpléthysmographesx Ppléthysmographes) (Loi de Boyle Mariotte) 4. Les valeurs théoriques
- Dépendantes : sexe, taille, âge, race
- Exemples :
Homme : Femme :
20 ans 70 ans
 1,9 m CV = 7 l VEMS = 5,6 VEMS/CV = 80%  1,5 m CV = 2,7 l VEMS = 1,9 VEMS/CV = 70%
- Notion limite inférieure de la normale : propre à chaque variable (ne pas raisonner en %)
5. Interprétation des résultats
- Déficit ventilatoire RESTRICTIF
Diagnostic : Sévérité :
CPT diminuée sous Lim. Inf. Normale CPT % th
- Déficit ventilatoire OBSTRUCTIF
Diagnostic : Sévérité :
Octobre 2006 Sources Étudiantes
VEMS/CV < 70 % VEMS % théorique
5
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
AnnéeUniversitaire 2007-2008
Le rapport VEMS / CV permet d'éviter les variations liées à l'age, le sexeet la taille A priori si CV diminue de 20% alors CPT diminue MAIS, chez l'asmathique en crise si CV diminue alors CPT reste le même.
6. Exemples pathologiques
- (80 % des cas) Déficit obstructif : asthme, BPCO, emphysème ...  VEMS/CV  vs CPT normale
- (20 % des cas) Déficit restrictif : fibrose pulm., cyphoscol ...  CPT, CV  vs VEMS/CV normal
7. La spirographie du généraliste
Débit mètre électronique (prix insignifiant)
- Mesure VEMS, CV donc VEMS/CV - Permet le diagnostic d’un déficit obstructif. - Doit être utilisé chez tout sujet à risque (tabagique  40 ans, 10 paquets-année) ----------------------------------------------------------------------------------------------------Mécanique ventilatoire
1.Rappel
Propriétés statiques du système respiratoire
1.1. : Equation Newton domaine 3 dimensions
P = E x V + R x V + I x V tot tot tot tot
1.2. : Equation Newton condition statique
Octobre 2006 Sources Étudiantes
P = E x V + R x V + I x V tot tot tot tot
avec Ptot et V mesurable on trouve Etot
6
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
2. Détermination des propriétés élastiques
2.1. Les paramètres de mesure
Les volumes : % CV théorique = Normalisation
Les pressions motrices : - poumons : PL = Palvéolaire– Ppleurale= Pbuccal– Poesophagien - thorax :PW = Ppleurale- Pbarométrique ·système respiratoire : Ptot = Palvéolaire– Pbarométrique
2.2 Les variables mesurées
AnnéeUniversitaire 2007-2008
Propriétés statiques : P = E x V Elastance : E = P / V (notion pysique élastance = inverse de l'élasticité) Compliance : C = 1 / E = V / P (c'est la distensibilité ou adhésion du patient à son tratement, en gros l'élasticité) 2.3. Construction courbes volume/pression
2-3-1 : courbe volume/pression du poumon
Pour réaliser cette courbe on demande au patient - une inspiration complête - puis 2 seconde d'apnée - puis une expiration partielle suivit d'apnée
Compliance = ΔV / ΔP au dessus NVR (Niveau Ventilatoire de Repos) On remarque que la courbe n'atteint pas le 0 --> le poumon n'est jamais à l'équilibre (pression élastique permanente) Pression de rétraction élastique (max) mesurée à 100 % de CV
Octobre 2006 Sources Étudiantes
7
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
AnnéeUniversitaire 2007-2008
Pneumopathie interstitielle du muscle (le poumon n'arrive plus à se gonfler et CL diminue) = inverse de amphysème (poumon ne se vide plus, fibres élastique du poumon détruites et CL augmente)
2-3-2 : courbe volume/pression du thorax
Construction : Identique précédente
Analyse : Compliance = ΔV / ΔP au dessus NVR
Rétraction
Distention
Octobre 2006
Sources Étudiantes
8
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
MI 2 – Cardiovasculaire et pneumologie -Mécanique ventilatoirePréfaut
AnnéeUniversitaire 2007-2008
2-3-3 : courbe volume/pression du système respiratoire
Construction : Sommation des deux précédentes
 Définition NVR : Volume pulmonaire auquel les forces de rétraction pulmonaire et de distension thoracique sont égales et de sens opposé.
Le point déquilibre du système respiratoire est à la fin de l'expiration : NVR
Octobre 2006 Sources Étudiantes
9
 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi