Intervenant Emmanuel Saubion Université Toulouse Le Mirail II

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8

  • exposé


Intervenant : Emmanuel Saubion (Université Toulouse Le Mirail II) Intitulé de l'atelier : La mise en place d'une bibliothèque numérique à l'université Date : 25/10/2011 L'exposé s'appuie sur une carte heuristique dont il est le commentaire. Cette carte est visible à l'adresse suivante : universit-toulouse-le-mirail. En conséquence, nous avons choisi ici de rappeler l'essentiel et de vous laisser vous reporter à la carte pour plus de détails. Contexte : ? L'université Lettres et Sciences humaines Toulouse Le Mirail II o regroupe 3 instituts, 2 IUT, un IUFM et une école supérieure d'Audiovisuel répartis sur plusieurs sites. o Compte plus de 20 000 étudiants dont 63 % en licence (ce qui signifie un budget important) et 4 % en doctorat (étudiants qui ont des besoins documentaires très ciblés) ? La Bibliothèque universitaire o Sur le campus, on trouve la bibliothèque universitaire centrale et des bibliothèques associées ou intégrées ( bibliotheques/complements/les-bibliotheques-de-l-universite- 89184.kjsp?RH=ACCUEIL_SCD) o Toutes les ressources sont disponibles sur le catalogue collectif Toulouse Midi Pyrénées, qui rassemble les catalogues de 52 établissements. o La politique documentaire est coordonnée par le SCD (Service Commun de documentation), qui veille aussi à l'harmonie des pratiques de traitement documentaire.

  • besoins documentaires

  • véritable adéquation aux besoins des lecteurs ?

  • bibliothèque numérique

  • achat de ressources numériques

  • ouvrages gratuits

  • politique documentaire

  • année année

  • ressource


Publié le : samedi 1 octobre 2011
Lecture(s) : 103
Source : cndp.fr
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Intervenant : EmmanuelIntitulé de l’atelier: La mise en placeDate : 25/10/2011 Saubion (Universitéd’unebibliothèque numérique à Toulouse Le Mirail II)l’universitéL’exposé s’appuie sur une carte heuristique dont il est le commentaire. Cette carte est visible à l’adresse suivante :http://www.mindmeister.com/fr/118540024/miseenplacedunebibliothquenumriquel universittoulouselemirail. En conséquence, nous avons choisiici de rappeler l’essentiel et de vous laisser vous reporter à la carte pour plus de détails. Contexte : L’université Lettres et Sciences humaines Toulouse Le Mirail IIo3 instituts, 2 IUT, un IUFM et une école supérieure regroupe d’Audiovisuel répartis sur plusieurs sites.oplus de 20 000 étudiants dont 63 % en licence (ce qui Compte signifie un budget important) et 4 % en doctorat (étudiants qui ont des besoins documentaires très ciblés) Bibliothèque universitaire La o Surle campus, on trouve la bibliothèque universitaire centrale et des bibliothèques associées ou intégrées (http://bibliotheques.univtlse2.fr/accueil bibliotheques/complements/lesbibliothequesdeluniversite 89184.kjsp?RH=ACCUEIL_SCD) oles ressources sont disponibles sur le catalogue Toutes collectif Toulouse Midi Pyrénées, qui rassemble les catalogues de 52 établissements. o Lapolitique documentaire est coordonnée par le SCD (Service Commun de documentation), qui veille aussi à l’harmonie des pratiques de traitement documentaire. obibliothèque centrale dépense par an 548 La500 € pour lessupports physiques et 185000 € pour la documentation numérique.  17 000 titres revues électroniques livres électroniques acquis auprès de Numilog 2 000 (l’université est abonnée auprès de ce prestataire depuis 5 ou 6 ans), de Que saisje? et de Cairn (également fournisseur de revues). Emmanuel Saubion est responsable de la bibliothèque de
l’UFR Lettres modernes, philosophie, musique et responsable des acquisitions de livres numériques pour toute l’université.Mise en œuvre: Lorsque l’on envisage de se lancer dans l’achat de ressources numériques pour sa bibliothèque, il faut commencer par se poser un certain nombre de questions :(pour le détail voir carte)oquel public ? Pour opolitique documentaire ? Quelle  Quelle complémentarité avec la collection papier ? : Vat on acheter des versions numériques d’ouvrages que l’on possède déjà en papier, acheter des ouvrages uniquement au format numériquepour combler des lacunes ? o Quelsservices proposer oQuel type de plateformeoffre ? Quelle? Le comparateur Couperin est précieux pour comparer les offres http://www.couperin.org/fr/groupesdetravailetprojets deap/ebook/comparateurebookoQuel modèle d’acquisitionsouhaiteton ? o Quel?modèle économiqueLe choix de l’abonnement nécessite la certitude d’un budget annuel stable et ne garantit pas que les titres choisis seront toujours présents l’année suivante. Ainsi, lorsque Numilog est entré dans le groupe Hachette, certains éditeurs ont retiré leurs titres qui, du coup, n’ont plus été disponibles pour les bibliothèques qui s’y étaient abonnées.En ce qui concerne les revues, lorsque l’on arrête l’abonnement, on n’a plus d’archives.o Quelsprix et quels modes de financement ? Il est quasiment impossible pour un établissement de négocier seul de façon valable avec un prestataire.o Queltraitement documentaire choisir pour les ressources électroniques acquises ? oQuels outils de gestion et d’évaluation? o Quels?dispositifs de médiationLa médiation est l’élément clef. Avoir une bibliothèque numérique mais ne pas faire de médiation autour ne sert à rien.L’UTM a choisi de travailler avec Numilog.oce prestataire, on reste dans un univers très proche de Avec celui de la bibliothèque physique: on prête des exemplaires pour un temps donné. Il est en adéquation avec un fonctionnement interne basé la sélection par le bibliothécaire
des titres qui peuvent correspondre au public (ressources francophones ; disciplines littéraires et scientifiques). oL’accès peut se faire par le catalogue général ou par site dédié. Points positifs : consultations en ligne gagnent du terrain. Les  En4 ou 5 ans passage de 100 à 500 consultations en moyenne par mois.L’augmentation des prêts suittoujours les campagnes d’information et de formations.Difficultés : encore de véritable adéquation aux besoins des lecteurs Pas Il y a vraiment la nécessité d’un très gros investissement en médiation. L’absence de plateforme unique est un frein, tout comme la restriction des usages selon les différents ouvrages (cf. la parabole citée sur le blog Marlene’s corner Ebooks: retour vers le présent http://marlenescorner.net/2011/10/03/ebooksretourversle present/) Suivre d’année en année les abonnements, faire la veille sur les nouvelles parutions représente un gros travail, accru par la volatilité de l’offre.Evolutions envisagées : De nombreux projets pour accroitre la médiation. On est devant un nouveau métier où l’on doit négocier les offres, s’approprier de nouveaux outils.Il faut aussi ne pas se détourner de tous les ouvrages gratuits. Questions des participants : Les documentalistes d’établissements secondaires présents soulignent les difficultés matérielles rencontrées pour l’ouverture au numérique, même si les ENT représentent une opportunité. Elles s’interrogent sur l’offre qui pourrait exister pour lesCDI.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.