LES DEBATS AUTOUR DE LA CRISE ALIMENTAIRE DU NIGER EN QUELS ENJEUX REVELENT ILS POUR LES ACTEURS HUMANITAIRES AU NIGER

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire


1 LES DEBATS AUTOUR DE LA CRISE ALIMENTAIRE DU NIGER EN 2005 : QUELS ENJEUX REVELENT ILS POUR LES ACTEURS HUMANITAIRES AU NIGER ? Master (CIAHPD) Coopération Internationale, Action Humanitaire et Politiques de développement Université Paris I Sorbonne Mémoire présenté par Mme Jodelle TESHOME DURIX Directeur de mémoire : Mme Stéphanie AMAR FLOOD Date : Novembre 2007

  • niger

  • opposition frontale entre acteurs publics

  • mince bande de terres au climat tropical au sud du pays

  • local markets

  • dessaisissement de la scène locale au profit des organisations onusiennes et des ong urgentistes

  • dégradation continue de la sécurité alimentaire de la population

  • crise alimentaire

  • populations touarègues


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 144
Source : univ-paris1.fr
Nombre de pages : 88
Voir plus Voir moins

LES DEBATS AUTOUR DE LA CRISE ALIMENTAIRE
DU NIGER EN 2005 :
QUELS ENJEUX REVELENT ILS POUR LES ACTEURS
HUMANITAIRES AU NIGER ?
Master (CIAHPD) Coopération Internationale, Action Humanitaire et
Politiques de développement
Université Paris I Sorbonne
Mémoire présenté par Mme Jodelle TESHOME DURIX
Directeur de mémoire : Mme Stéphanie AMAR FLOOD
Date : Novembre 2007
1 RESUME

La crise alimentaire qui a affecté le Niger durant l’été 2005 mobilisa difficilement et tardivement la communauté
internationale. L’absence de consensus sur la caractérisation de la crise et la réponse à y apporter fut source de
vives tensions entre les acteurs de la solidarité internationale présents au Niger. En effet, d’octobre 2004 à avril
2005, malgré une hausse des prix des céréales de base et une dégradation continue de la sécurité alimentaire de
la population, la situation nigérienne était perçue comme étant aisément maîtrisable. L’invasion de criquets
durant l’été 2004 ainsi que l’arrêt précoce des pluies ont, certes, causé un déficit céréalier, mais qui n’avait rien
de catastrophique. Toutefois, il a fallu attendre au printemps 2005 les résultats d’enquêtes alarmants pour que la
communauté internationale mais aussi les acteurs humanitaires présents au Niger réalisent l’ampleur de la crise
qui se profilait. Cependant, l’inefficacité des mesures prises par les autorités nigériennes ainsi que la
multiplication des critiques à leur égard vont aboutir à un dessaisissement de la scène locale au profit des
organisations onusiennes et des ONG urgentistes. De vives polémiques, accentuées par l’emballement
médiatique, vont éclore entre partisans de mesures d’atténuation et de prévention, mises en place par le
gouvernement nigérien, qui respectent le marché et évitent l’assistanat et les promoteurs des distributions
alimentaires gratuites généralisées au nom du droit à l’alimentation.

Mots clefs : Crise Alimentaire, ONG, Développement, Urgence, Niger

The international community responded to the food crisis that befell Niger in the summer of 2005 both slowly
and awkwardly. A lack of consensus about the nature of the crisis and the appropriate response to it caused
considerable tensions amongst those working in the field of international solidarity and present at that time in
Niger. Indeed, from October 2004 until April 2005, despite an increase in the price of staple cereals and a
continuous decline in the population’s food security, the situation in Niger was considered to be easily
manageable. The invasion of locusts during the summer of 2004, along with an early end to the rainy season,
admittedly caused a deficit in the quantity of cereals available, but this shortage was not considered in any way
catastrophic. It was not until the spring of 2005, and the alarming statistics appearing in certain surveys, that the
international community, and also the humanitarian workers present in Niger, became aware of the crisis in the
making. However, the inefficiency of the measures that were taken by the Nigerien authorities, along with
mounting criticism of them, eventually led to UN-sponsored organizations and NGOs specializing in emergency
humanitarian aid taking over operations. A heated debate, fanned by intense media interest, emerged between
those who favored moves to attenuate the effects of the crisis and the preventive measures set up by the Nigerian
government, which respected the local markets and sought to avoid handouts, and those advocating free food
distribution in the name of the right to food.

Key words : Food crisis, NGO, Development, Emergency, Niger

2 AVERTISSEMENT

" L'université Paris I n'entend donner aucune approbation aux opinions émises dans les mémoires. Ces
opinions doivent être considérées comme propres à leur auteurs".





REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier Hélène pour son inestimable regard critique pour la construction du sujet et sa
problématisation, Lucie pour sa précieuse relecture, Jean-François pour avoir grandement facilité mes
interviews, Stéphanie pour avoir été une directrice en or, Laurent et enfin Dawit pour être à mes côtés.
3 SOMMAIRE


INTRODUCTION.........................................................................................................................................................5
A) EXEMPLE D’ACTUALITE ........................................................................................................................................5
B) CONTEXTE DE L’ETUDE .........................................................................................................................................6
C) PROBLEMATISATION..............................................................................................................................................9
D) ANNONCE DU PLAN..............................................................................................................................................12
PREMIERE PARTIE.................................................................................................................................................13
POLEMIQUE SUR LA NATURE DE LA CRISE, UNE OPPOSITION FRONTALE ENTRE ACTEURS
PUBLICS ET PRIVES ? ............................................................................................................................................13
A) CONSENSUS DES ACTEURS PUBLICS AUTOUR D’UN DEFICIT CEREALIER MAITRISABLE :OCTOBRE A DECEMBRE
2004...........................................................................................................................................................................16
B) UNE DISSENSION PRIVE/ PUBLIC SUR LA DEFINITION DE LA CRISE ? JANVIER A AVRIL 2005 ...........................25
DEUXIEME PARTIE ................................................................................................................................................37
LA LEGITIMITE A REPONDRE A LA CRISE ENTRE LOGIQUE D’URGENCE ET LOGIQUE
PERENNE ....................................................................................................................................................................37
A) DEUX STRATEGIES CONCURRENTES DE REPONSE A LA CRISE (MAI A JUILLET 2005)........................................39
B) LA LOGIQUE DE PUISSANCE A TRAVERS LES MEDIAS (A PARTIR DE JUIN 2005) ................................................49
CONCLUSION............................................................................................................................................................61
SOMMAIRE DES ANNEXES ..................................................................................................................................64
BIBLIOGRAPHIE......................................................................................................................................................80
OUVRAGES GÉNÉRAUX ....................................................................................................................................80
LITTÉRATURE GRISE..........................................................................................................................................80
ARTICLES DE REVUES .......................................................................................................................................83
PRESSE ....................................................................................................................................................................84
SOURCES WEB......................................................................................................................................................85
LISTE DES SIGLES...................................................................................................................................................86
TABLE DES MATIÈRES..........................................................................................................................................87
4 INTRODUCTION

A) Exemple d’actualité

Le 24 août 2007, le président nigérien Mamadou Tandja a proclamé l'état d'urgence pour une période
de trois mois dans la région d'Agadez (nord du pays), accordant aux forces de sécurité des pouvoirs
supplémentaires pour combattre une insurrection de rebelles touaregs. Depuis février 2007, la reprise
de la rébellion touarègue est symptomatique des enjeux futurs du Niger. Le Mouvement des Nigériens
pour la Justice revendique un meilleur partage des richesses pour les populations touarègues. En effet,
1malgré les accords de paix avec la première rébellion touarègue et le processus de décentralisation
amorcée, les continuelles défaillances de l’Etat ont engendré d’immenses frustrations. Les populations
touarègues ne disposent pas des infrastructures étatiques minimums (l’école, les services de santé, les
routes, etc.) nécessaires au développement de la région Nord Niger. Ce sentiment d’oubli semble
d’autant plus frustrant pour les Touaregs que la région est riche en minerai et demeure largement
exploitée par le gouvernement et l’entreprise française Areva. Le partage des richesses est, en
conséquence, une des clés de compréhension de la rébellion touarègue. Le Niger, pays enclavé, ne
dispose que de réserves d’uranium au Nord et d’une mince bande agricole fertile au Sud pour relever
le défi du développement.

Carrefour entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, le Niger est doté d'un climat
essentiellement sahélien désertique et extrêmement sec, à l’exception d’une mince bande de terres au
climat tropical au Sud du pays. La République du Niger repose sur un système démocratique
relativement stable depuis 1992, date à laquelle fut adoptée la constitution encore en vigueur.
2Toutefois, il demeure l’un des pays les plus pauvres du monde avec un revenu national brut/habitant
de 170 USD/an. En dépit de ses importantes réserves d’uranium, l’économie nigérienne dépend
essentiellement d’un secteur primaire qui représente 40 % du PIB et fait vivre environ 90 % de la
3population active . Deux systèmes agricoles fortement dépendants des aléas climatiques y sont
présents: au Sud, un système agro-pastoral où la pluviométrie permet la culture de céréales, et au Nord
un système pastoral où l’élevage est prépondérant. Le Niger, même en années de bonnes récoltes, n’est
4pas auto-suffisant sur le plan alimentaire et a recours aux importations alimentaires.


1 Trois accords de paix ont été signés, à savoir l’accord de paix du 24 avril 1995, le protocole additionnel
d’Alger du 28 novembre 1997 et l’accord de paix de N’djamena du 21 avril 1998.
2 Classé 177ème sur 177 pour l’IDH- PNUD
3
VÉTÉRINAIRES SANS FRONTIÈRES, « Le point sur la crise alimentaire au Niger », Paris, novembre 2005,
p. 1.
4
Le pays importe environ 10 % de ses besoins alimentaires, soit 300 000 tonnes, cf VÉTÉRINAIRES SANS
FRONTIÈRES, « Le point sur la crise alimentaire au Niger », Paris, novembre 2005, p.2.
5 En outre, la démographie s’impose comme un défi supplémentaire pour l’agriculture et les ressources
5naturelles du pays. Bien qu’il soit peu densément peuplé à l’heure actuelle, l’indice de fécondité y est
l’un des plus élevés au monde, avec 8 enfants par femme, et la croissance démographique de 3,6% par
6an . Dans les années à venir, la question du partage des richesses sera cruciale pour les populations
nigériennes en raison d’une transition démographique inachevée et d’une avancée vers le Sud du
climat sahélien.

B) Contexte de l’étude

Le Niger est frappé, de manière récurrente, par des crises alimentaires ou des famines qui épuisent les
ressources et les maigres capitaux de nombreux ménages nigériens. Bien qu’elle n’ait pas atteint
l’ampleur des crises de 1973 et 1984, la crise alimentaire de 2005 a dépassé de loin celles de 1996-
71997 et 2001 . Environ 30 % de la population nigérienne, soit 3,5 millions de personnes, fut affectée
8par la pénurie alimentaire en 2005. De fait, cette pénurie a concernée l’ensemble des pays sahéliens
en raison d’une inflation des prix des céréales sur toute la région. De juin à octobre 2005, plusieurs
dizaines de milliers de personnes souffraient de malnutrition sévère et plusieurs centaines de milliers
de malnutrition modérée, dont la majorité était des enfants de moins de 5 ans. Plus de 121 000 tonnes
de céréales ont été distribuées de janvier à octobre 2005, sous forme de distributions gratuites ou de
ventes à prix modérés. À la fin de la période de soudure, près de 600 centres de récupération
9nutritionnelle mis en place par une vingtaine ONG internationales , ont accueilli 355 000 enfants de 0
à 5 ans souffrant de malnutrition.

Il est vrai que la campagne agricole de 2004 s’annonçait dans de mauvaises conditions. Les pluies ont
été tardives, la sécheresse a sévi dans plusieurs régions et l’invasion de criquets, bien que contenue, a
10causé quelques dégâts . Cependant, les récoltes n’ont pas été catastrophiques. Le déficit céréalier pour
l'année 2004-2005, qui s’est élèvé à 223 448 tonnes (soit 7,5% des besoins nationaux), est certes
conséquent mais les autorités nigériennes, les agences internationales ainsi que les acteurs
humanitaires en présence l’ont perçu comme aisément maîtrisable. Toutefois, tout au long du premier
trimestre de 2005, la sécurité alimentaire des ménages agropastoraux va lentement se dégrader en

5 La densité de population est de 9,1 habitants/km².
6
PNUD
7 A. DRAMÉ YAYÉ et B. ALPHA GADO, « Histoire des crises alimentaires au Sahel : cas du Niger »,
Université Abdou Moumouni, Niamey,novembre 2006, page 7.
8 Données de MSF
9
IRAM, « Crises alimentaires au Niger : les politiques de développement dans l’impasse, compte rendu des
journées d’étude », mai 2007, page 20.
10
Les dégâts de l’invasion acridienne furent, toutefois minimes au regard de la campagne agricole global. Les
taux moyens des pertes subies s’élevaient entre 3 et 15 % à l’échelle nationale. Cf CIRAD, « Après la famine au
Niger.... Quelles actions de lutte et de recherche contre l’insécurité alimentaire au Sahel ? », Paris, décembre
2005, page 11.
6 raison de l’érosion progressive de leurs niveaux de vies depuis plusieurs années. Ceux-ci n’ont bientôt
plus accès aux céréales devenues trop chères sur les marchés locaux et se sont tournés vers des
stratégies alternatives d’alimentation : transhumance plus longue pour les éleveurs, exode précoce des
jeunes hommes vers les pays frontaliers, hausse de la consommation de feuilles, même toxiques,
ventes des biens propres ou de la terre et décapitalisation des ressources.

L’ampleur de la crise alimentaire est finalement révélée en avril 2005 suite aux enquêtes du
Programme Alimentaire Mondial (PAM) / Helen Keller International(HKI) et de Médecins Sans
Frontières (MSF) dans les régions de Maradi et Zinder. De mai à juin, les appels aux dons vont se
multiplier, parallèlement à une médiatisation croissante de la crise en Occident. Durant l’été 2005, la
présence des acteurs humanitaires au Niger va s’intensifier, limitant ainsi les risques d’une crise
alimentaire aggravée. De nombreux programmes de prise en charge des enfants malnutris, ainsi que de
vastes distributions gratuites de céréales, sont organisés par les différents acteurs humanitaires en
présence. Ces opérations ont pris fin avec les nouvelles récoltes en octobre 2005. La nouvelle
11
campagne agricole a été supérieure de 36 % à l’année précédente et le bilan fourrager excédentaire .
La crise alimentaire s’est résorbée, mais la situation nutritionnelle demeure toutefois préoccupante à
l’automne 2005.

12Cette crise doit, avant tout, se comprendre comme la conséquence d’un processus et non comme le
simple résultat d’un choc conjoncturel. En lien avec la paupérisation de la population nigérienne, cette
crise alimentaire s’enracine dans les causes structurelles suivantes :

• Les activités agricoles et pastorales sont fragilisées par la forte croissance démographique,
qui pèse sur l’utilisation des ressources dans le secteur agricole. Bien que la surface d’occupation des
13sols ait doublée depuis 10 ans et que la production agricole en volume soit en hausse, la ration
céréales / personne a, quant à elle, diminué. Le rendement agricole n’a pas suivi, et accuse même une
légère baisse en raison de l’épuisement de la fertilité de sols. Cultivant sur des surfaces de plus en plus
modestes, les paysans abandonnent progressivement les périodes de jachères, cultivent des terres
marginales, fragiles et peu fertiles, et exploitent les résidus de récoltes servant auparavant de
fertilisants.


11
IRAM, « Crises alimentaires au Niger : les politiques de développement dans l’impasse, dossier préparatoire
aux journées d’étude », Paris, 15 septembre 2006, page 20.
12
Ibid.
13 « Une expansion des surfaces agricoles, qui ont pratiquement été multipliées par 7 depuis la décennie 1970 »
Cf CIRAD, « Après la famine au Niger.... Quelles actions de lutte et de recherche contre l’insécurité alimentaire
au Sahel ? », Paris, décembre 2005, page 10
7 • L’érosion de la productivité agricole a entraîné une paupérisation des foyers agricoles,
causant à son tour une lente dégradation du régime alimentaire. Les stratégies alternatives
d’alimentation, réservées aux périodes de soudures, se sont peu à peu généralisées à l’ensemble de
l’année. Ainsi, les feuilles sont consommées de manière quotidienne dans les foyers les plus modestes
et le mil, plat quotidien, est réservé aux jours de fêtes. Dans les années 1998-2000 (qui n'étaient
pourtant pas des années de sécheresse particulière), 36 % de la population souffraient déjà de
malnutrition, 40 % des enfants de mois de 5 ans et 12 % des nouveau-nés présentaient une insuffisance
14pondérale .

• La dégradation des sources de revenus affecte également la santé des foyers qui accèdent
difficilement aux soins de santé primaires. Les centres de santé sont éloignés des villages, le transport
pour les rejoindre est coûteux, les soins et les médicaments des centres sont payants. Souffrant de
malnutrition, les populations les plus vulnérables, comme les enfants, sont moins résistantes aux
maladies.

• Les inégalités se creusent entre une majorité de paysans vivant difficilement d’une
agriculture vivrière et une petite minorité ayant réussi la conversion vers une agriculture de rentes. En
outre, la paupérisation, la dégradation du régime alimentaire, la pression sur les ressources naturelles
ont mis à mal les solidarités sociales traditionnelles, souvent dernier filet de sécurité en période de
crise. En période de soudure difficile, les foyers sont alors conduits à vendre leurs récoltes sur pieds ou
à acheter des céréales à crédit.

On assiste ainsi à un cercle vicieux. La dégradation des ressources agricoles paupérise davantage les
populations démunies et les pousse à adopter des stratégies hypothéquant leur avenir (sur-exploitation
des terres, ventes des actifs, emprunts, etc.).

En dépit de ces paramètres structurels, la récolte de 2004 fut la quatrième de l’histoire du Niger en
quantité. Cependant, cette fragilité structurelle a permis à des facteurs conjoncturels d’être catalyseurs
de la crise. Le Niger, mais aussi tout l’ensemble sahélien, a du faire face à un niveau de pluviométrie
insuffisant. L’arrêt précoce des pluies n’a pas permis aux cultures de mûrir convenablement. Par
ailleurs, l’épisode acridien de l’été 2004, bien que spectaculaire, a causé des dégâts relativement
mineurs sur l’ensemble des récoltes. Grâce aux moyens déployés pour contenir l’invasion du criquet
pèlerin, les pertes occasionnées sur les cultures et les pâturages ont pu être limitées et les autres zones

14
CIRAD, « Après la famine au Niger.... Quelles actions de lutte et de recherche contre l’insécurité alimentaire
au Sahel ? », Paris, décembre 2005, page 9
8 agricoles du pays ont été épargnées. Le déficit céréalier de 2004 est dû pour 30 % aux effets de
15l’invasion acridienne et pour 70 % aux effets de la sécheresse .

C) Problématisation

Ce travail de recherche s’intéresse aux débats qui ont pris forme autour de la crise alimentaire du
Niger en 2005. La majeure partie des acteurs de la solidarité internationale, à savoir les ONG, les
agences onusiennes et les dispositifs gouvernementaux d’aide furent en désaccord sur différents points
attenant à cette crise. En effet, ce débat, parfois houleux, est issu de l’absence de consensus sur la
nature de la crise et les réponses à y apporter. À mi-chemin entre la situation d’urgence et le caractère
structurel de conditions de vies dégradées des populations, cette crise d’un nouveau genre a focalisé
les débats autour de la notion de légitimité. Qui détient la légitimité de définir la nature d’une
crise humanitaire ? Les autorités nationales élues par la population ou bien les ONG, experts
techniques en urgences humanitaires ? De même, comment se construit une réponse à une situation
d’urgence humanitaire ? En collaboration avec les acteurs en présence bien implantés sur le lieu de la
crise ou bien avec des moyens et des acteurs ad hoc ? Ces questionnements furent d’autant plus
soulevés que la crise alimentaire du Niger ne fut pas un lieu d’intervention légitime pour les
humanitaires urgentistes. Il y eût une forte résistance des acteurs historiques de la solidarité au Niger à
l’intrusion de programmes d’urgences par peur de voir réduit à néant plusieurs années, voire
décennies, de programmes et mesures de développement. L’étude du débat suscité par la crise
alimentaire du Niger de 2005 questionne directement le positionnement des acteurs au sein de la scène
de la solidarité internationale. Les tensions et les désaccords observés durant cette crise alimentaire
sont symptomatiques des enjeux et luttes qui traversent le champ de la solidarité internationale.

Il ne s’agit pas, dans le cadre de ce mémoire, d’analyser la pertinence et l’efficacité des opérations
mises en œuvre pour répondre à la crise alimentaire, ni même de mettre à jour les défaillances des
différents systèmes d’information et de prévention des crises alimentaires. L’objet de cette présente
recherche est d’analyser le débat qu’a suscité cette crise alimentaire et de comprendre le
positionnement des acteurs de cette crise au sein de la scène de la solidarité internationale.

Aujourd’hui, les relations internationales sont marquées par le déclin des prérogatives étatiques, une
autonomisation des Organisations Internationales (OI), une régionalisation des espaces, une montée en

15
MM. CHARASSE et A. GOUTEYRON, « Rapport d’information fait au nom de la commission des Finances,
du contrôle budgétaire et de comptes économiques de la Nation sur la mission d’évaluation et de contrôle du
soutien français au dispositif nigérien de gestion de la crise alimentaire. », Sénat, Paris, 29 septembre 2005, page
22.
9 16puissance des acteurs civils et enfin l’apparition de « trous noirs » de la mondialisation. Cette lecture
des relations internationales donne souvent lieu à une interprétation simpliste illustrant des Etats
nationaux affaiblis et en perte de vitesse face à la montée en puissance d’acteurs non-étatiques divers
(ONG, entreprises, activités illégales) et l’autonomisation des OI (FMI, ONU, Banque Mondiale, etc.).
Bien que de nombreux acteurs privés de la mondialisation surpassent certains Etats dans leurs
prérogatives (des entreprises ayant un chiffre d’affaires dépassant le PIB de plusieurs pays africains),
la suprématie américaine actuelle et la puissance chinoise en devenir nuancent quelque peu cette
vision des relations internationales. Pourtant, les Etats, même les plus puissants, doivent
s’accommoder de ces nouveaux acteurs de la mondialisation, notamment une « société civile
mondiale » en gestation, qui vise directement à influencer le jeu politique international.

Les ONG sont aujourd’hui un acteur notable des relations internationales, faisant figure d’étendard ou
de porte-parole d’une société civile internationale naissante. Aussi difficile à cerner soit-elle, la société
civile mondiale, notamment représentée par les mouvements alter-mondialistes et les forums sociaux
mondiaux, s’oppose à une vision ultra-libérale des relations internationales et souhaite contrecarrer
l’influence des organisations internationales jugées peu démocratiques. En effet, les ONG en raison de
leur travail de plaidoyer et leurs actions auprès de populations oubliées de la mondialisation se
17différencient des politiques publiques de développement. Philippe Ryfman distingue au sein de la
scène de la solidarité internationale, si l’on peut la nommer ainsi, les acteurs publics (organisations
internationales et Etats) et des privés (fondations et ONG). Ayant en commun l’objectif de soulager
les populations en souffrance, acteurs privés et publics de l’humanitaire collaborent sur de nombreux
terrains. Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies est, à ce titre, l’organisation
internationale à avoir le plus approfondi sa collaboration avec les ONG. Cependant, depuis les années
1990, la scène de la solidarité internationale est traversée par des grands débats d’idées reprenant, de
manière plus ou moins implicite, une dichotomie entre acteurs publics et privés de l’humanitaire.

18La notion de droit d’ingérence humanitaire, théorisée par Mario Bettati dans les années 1980, fut
sujette à de grandes polémiques dans les années 1990, notamment suite à l’intervention des Nations
Unies en Somalie. « Popularisé » par Bernard Kouchner, le droit d’ingérence visait à dépasser le
concept de souveraineté étatique jugé archaïque. En effet, l’assistance humanitaire aux populations en
danger ou en souffrance doit donc pouvoir être mise en œuvre au-delà des frontières et outrepasser les
mécanismes juridiques internationaux reposant sur le plein gré ou la souveraineté des Etats. En
somme, la légitimité humanitaire surpasserait celle de l’Etat. Ce concept fut considéré comme une

16 J. LAROCHE « Mondialisation et Gouvernance mondiale », Presses Universitaires de France, mai 2003,
Paris, 259 p.
17 P. RYFMAN, « L’action humanitaire traduit-elle l’émergence d’une société civile mondiale ? », La
Documentation française, Paris, page 4.
18 Mario Bettati, « Le droit d'ingérence » Odile Jacob, Paris, 1996, 384 p.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.