Les émigrés français en Russie

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • redaction

  • mémoire


Rémy CHAMOUSSET Les émigrés français en Russie 1789-1815 Mémoire de Master 1 « Sciences humaines et sociales » Mention : Histoire et Histoire de l'Art Spécialité : Histoire des Relations et Échanges Culturels Internationaux sous la direction de M. Gilles BERTRAND Année universitaire 2010-2011 du m as -0 06 25 40 8, v er sio n 1 - 2 1 Se p 20 11

  • opposition du parti russophile

  • campagnes militaires

  • affres de la guerre

  • sarde au conseil impérial

  • intrigues de cour

  • émigré

  • engagement au service des tsars

  • histoire des relations

  • alexandre ier


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 42
Source : dumas.ccsd.cnrs.fr
Nombre de pages : 220
Voir plus Voir moins

Rémy CHAMOUSSET
Les émigrés français en Russie
1789-1815
Mémoire de Master 1 « Sciences humaines et sociales »
Mention : Histoire et Histoire de l'Art
Spécialité : Histoire des Relations et Échanges Culturels Internationaux
sous la direction de M. Gilles BERTRAND
Année universitaire 2010-2011
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Rémy CHAMOUSSET
Les émigrés français en Russie
1789-1815
Mémoire de Master 1 « Sciences humaines et sociales »
Mention : Histoire et Histoire de l'Art
Spécialité : Histoire des Relations et Échanges Culturels Internationaux
sous la direction de M. Gilles BERTRAND
Année universitaire 2010-2011
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Remerciements
Je remercie toutes les personnes qui m’ont aidé et appuyé lors de l’élaboration de ce
mémoire. Mes remerciements vont en premier lieu à Monsieur Bertrand, qui m’a conseillé
et orienté afin de mieux construire mon sujet et mes recherches.
Je souhaite également remercier Monsieur Abbad, qui par ses avis m’a conduit vers de
nouvelles voies et vers de nouvelles questions propres à mon sujet.
Enfin, je souhaite exprimer toute ma gratitude à mes proches qui m’ont soutenu pendant
ma rédaction.
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Sommaire
Remerciements....................................................................................................................................................3
PARTIE 1
LA RUSSIE ET L'ÉMIGRATION............................................................................................................................10
CHAPITRE 1 – DES RELATIONS ENTRE GUERRE ET PA I X.......................................................................................11
Catherine II et la Révolution..............................................................................................................................12
Les incertitudes de Paul Ier................................................................................................................................20
Alexandre Ier et les affres de la guerre...............................................................................................................26
CHAPITRE 2 – VOYAGE, MOTIVATION ET SOCIABILITÉ.........................................................................................33
Les causes du départ..........................................................................................................................................34
Les connexions sociales.....................................................................................................................................40
Le voyage et ses conditions................................................................................................................................46
CHAPITRE 3 – LA PERCEPTION DE L'ÉMIGRÉ À LA COUR RUSSE.............................................................................53
Entre prestige et dédain......................................................................................................................................54
L'opposition du parti russophile.........................................................................................................................59
La vision de la cour............................................................................................................................................63
PARTIE 2
L'ENGAGEMENT AU SERVICE DES TSARS...............................................................................................................72
CHAPITRE 4 – SOUS LES DRAPEAUX................................................................................................................73
Les campagnes militaires...................................................................................................................................74
Positions et faveurs des militaires......................................................................................................................80
L'armée de Condé..............................................................................................................................................85
CHAPITRE 5 – LES INTRIGUES DE COUR.....90
La politique du courtisan....................................................................................................................................91
Le comte d'Esterhazy...........................................................................................................95
Un Sarde au conseil impérial............................................................................................................................100
CHAPITRE 6 – UN DÉVOUEMENT TOTAL ?.......................................................................................................107
Le mérite et l'honneur......................................................................................................................................108
Richelieu à Odessa...........................................................................................................................................112
Nostalgie et solitude..........................................................122
PARTIE 3
UNE NOUVELLE PUISSANCE VUE À TRAVERS LE PRISME DES ÉMIGRÉS FRANÇAIS.....................................................128
CHAPITRE 7 – UN PAY S « BARBARE » ET « ASIATIQUE » ?................................................................................129
Les mœurs et les coutumes...............................................................................................................................130
Orthodoxie, religion et tolérance......................................................................................................................138
Création ou copie culturelle ? ..........................................................................................................................145
CHAPITRE 8 – LA CONTRIBUTION DES ÉMIGRÉS À L'ÉVOLUTION..........................................................................151
Les émigrés et les arts......................................................................................................................................152
L'instruction et les apports techniques..............................................................................................................157
Le commerce russe...........................................................................................................................................161
CHAPITRE 9 – LE GOUVERNEMENT RUSSE.......................................................................................................165
L'autocratie en question.......................................................................................................66
Un état indispensable ?.....................................................................................................................................170
Le temps des réformes.....................................................................................................................................174
4
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Introduction
En 1793, ce ne fut pas seulement la tête d'un roi qui tomba, mais bien tout un
monde, une vision de l'ordre des choses, la perception de soi et de l'autre dans un cadre de
réprésentations bouleversé. Les hommes, nobles ou paysans, artisans ou financiers,
militaires ou juristes qui fuirent les abus de la Révolution, voulurent s'éloigner non
seulement des dangers qui menaçaient leur intégrité physique, mais parfois aussi de ceux
qui s'attaquaient à leur conception de l'humanité et de leur société. Quelle place ce
changement majeur allait-elle accorder à ces individus dans la nation en devenir ?
Beaucoup partirent pour ne pas avoir à affronter les pertes certaines. L'Émigration fut une
période clef dans l'évolution des représentations par des réflexions portées sur une
1expérience unique, celle frappée de l'impuissance . Pour ces Français sortis du territoire
national, l'éloignement fut parfois la source d'une oeuvre littéraire singulière, d'une
méditation politique neuve. Rejetés par leur pays, ou par la peur d'y risquer leur vie, partis
pour une durée inderterminée, sur des routes inconnues, pouvant être hostiles, leur
approche de l'environnement ne put que lui aussi être modifié. L'écriture de soi, de ses
malheurs, mais aussi de ses apprentissages et découvertes, offrit à l'Europe une nouvelle
voie de se penser, de communiquer et d'échanger. Bouleversant bien des schémas, le
Révolution française poussa des hommes vers d'autres territoires, d'autres cultures, d'autres
mélanges.
L'Émigration fut et reste, difficile à cerner, et surtout à définir. Le Grand
Dictionnaire universel du XIXe siècle nous donne cette définition de l'émigré : « Personne
émigrée et plus spécialement noble émigré lors de la Révolution française, ce nom si
justement odieux en France à l'époque de la Révolution rappelle une suite de trahisons, de
complots, d'entreprises contre la patrie. On a prétendu que l'émigration avait été
determinée par les excès révolutionnaires, il serait bien plus exact de dire que ce sont les
2crimes de l'émigration qui ont en grande partie provoqué ces mesures » . Ce dictionnaire à
tendance républicaine ne passe pas pour un modèle d'objectivité. La noblesse ne répresenta
en effet que 16 à 25 pour cent de l'ensemble des émigrés. La grande majorité resta
composée de roturiers fuyant les champs de batailles et les exactions des révolutionnaires.
1 Voir l'introduction de Sylvie Aprile, Le siècle des éxilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, CNRS
éditions, Paris, 2010.
2 Ibid., p. 19.
5
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Puis vinrent s'y ajouter les Girondins, les Fédéralistes et les exilés de l'Empire. Dater,
limiter chronologiquement ce phénomène est aussi très complexe. Dès le 15 juillet 1789,
l'Émigration commença à se manifester avec le départ remarqué des frères du roi, les
comtes d'Artois et de Provence, et de la famille du prince de Condé. Ensuite, les départs se
firent par vagues, la plus forte datant de la fin janvier 1793, suite à l'exécution de Louis
XVI. Ils continuèrent jusque sous Napoléon qui n'hésita pas à éloigner ses adversaires
politiques. L'Émigration connut toutefois un coup d'arrêt en 1802, quand Bonaparte
promulgua un sénatus-consulte décrétant l'amistice générale. Mais bien des ennemis de la
Révolution et du premier consul préferèrent rester en dehors des frontières de France, ne
rentrant que plus tard, notamment après 1815 et la Restauration.
Si l'Assemblée Constituante se réjouit d'abord de ces départs, elle s'en inquiéta vite
face aux rumeurs et menaces, réelles ou fantasmées, qui circulaient depuis l'étranger. Mais
pour prendre des mesures répressives, les députés avaient besoin de savoir contre qui
adresser ces lois. Le premier décret datait du 22 décembre 1790 et entraînait la perte de la
fonction occupée en France par la noblesse, et de la rente accordée, à tous ceux qui ne se
3présentaient pas aux représentants du nouveau gouvernement dans les plus brefs délais .
Les émigrés furent alors cernés comme Français, situés à l'étranger, partis depuis juillet
1789 pour des raisons autres que le commerce ou les missions diplomatiques et militaires.
Cependant ces définitions laissèrent un grand vague et des insuffisances qui
marginalisèrent de nombreux Français résidant ou en mission à l'étranger, et n'ayant pu
justifier de leur absence, tels les agents secrets, les simples voyageurs, les commerçants
éloignés de France ou encore les scientifiques en mission. Un grand nombre d'individus fut
ainsi inscrit sur les listes d'émigrés à tort, tandis que de nombreux émigrés parvinrent à
l'éviter grâce aux contacts et relations qu'ils gardèrent en France. Après Varennes, le 6 août
1791, d'autres lois vinrent renforcer le contrôle des flux de personnes. Avec l'obligation de
sortir avec un passeport et la loi du 9 novembre 1791 obligeant les émigrés à rentrer sous
peine de mort, la radicalisation se creusait. Enfin, le 27 mai 1792, la loi de déportation des
prêtres réfractaires vint encore grossir les rangs des expatriés. Au final, évaluer le nombre
d'émigrés semble impossible, mais par estimation approximative, près de cent cinquante
mille Français trouvèrent un temps refuge dans les pays voisins de la France. Pour cette
étude, nous tiendrons en considération tout Français ou considéré comme tel, émigré, exilé
ou chassé de France qui chercha abri en Russie.
3 Jacques Godechot, « l'émigration » in La contre-révolution – doctrine et action : 1789-1804, Paris, PUF
(1ère éd. 1961), pp.151-185.
6
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Mais quelles raisons purent pousser certains de ces émigrés à se refugier en Russie,
confin de l'Europe, si peu connu des Français ? Jugé barbare, hostile, lointain et
inhospitalier, ce pays avait toutes les raisons pour repousser des hommes en quête de repos
et d'occupations. Pourtant, de 1789 à 1815, près de dix mille Français s'hasardèrent au pays
des tsars, parfois poussés par l'avancée des troupes Napoléoniennes, d'autres fois chassés
des autres séjours prussiens ou autrichiens, ou encore invités par des seigneurs locaux.
S'établissant principalement dans les grandes villes, comme Moscou, Saint-Pétersbourg,
Riga ou Odessa, ces individus découvrirent un empire bien différent des images
préconcues. L'Émigration en Russie fut semble-t-il plus durable que dans les autres pays
européens. Les Français qui y trouvèrent refuge, y obtinrent souvent un emploi, un poste à
la cour ou dans l'armée, meilleur que ce qu'ils auraient pu espérer obtenir en France. Parmi
ces hommes, quelques-uns laissèrent un journal, ou des mémoires de leur expérience russe.
Pour la plupart issus de la noblesse, ou des milieux intellectuels français, les récits notèrent
l'activité que ce pays leur offrit, et les réflexions qu'il fit naître sur sa culture, son régime,
ses coutumes. Les Français qui entrèrent au service de la Russie furent relativement
nombreux, bien plus que ceux qui servirent dans d'autres puissances d'Europe, comme en
Angleterre ou en Allemagne. La loyauté de certains de ces hommes, comme le duc de
Richelieu, l'amiral de Traversay ou le comte de Langeron, semble avoir été une
particularité propre aux émigrés venus en Russie. Ainsi, nombreux furent ceux qui y
restèrent après la Restauration, alors que la nostalgie, une famille et un passé auraient pu
les rappeler chez eux.
Bien des émigrés ne confièrent leurs pensées et leurs anecdotes au papier que
plusieurs années plus tard, après leur retour en France, pour partager ce vécu, ayant le
sentiment d'avoir traverser une période unique. Ce fus le cas de la portraitiste Élisabeth
Vigée Le Brun, qui n'écrivit ses récits de voyage qu'en 1829, ou du comte d'Esterhazy et
des militaires Puymaigre et Rochechouart, se laissant parfois tromper par leur mémoire ou
influencer par leur morale. D'autres écrivirent sur le vif leurs pensées et leurs examens,
comme le marquis de Bombelles ou l'abbé Georgel, qui tous deux tinrent des journaux, ou
encore le comte de Maistre qui laissa de nombreux essais écrits entre 1809 et 1811, lors des
soirées à Saint-Pétersbourg. Si ces mémoires ne représentaient que les classes supérieures
de la société française, la diversité des confessions religieuses, des formations (militaires,
écrivains, artistes, prêtres, courtisans...) offre une vision large et multiple de la Russie. Ces
opinions et croyances firent observer aux émigrés français la société russe sous un jour
7
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011souvent critique, et les préjugés abondèrent souvent dans leurs écrits. Loin d'être objectifs,
l'implication de la morale et des appréciations des émigrés, rendirent visible cette
ignorance de l'Europe sur une Russie en pleine mutation. Les souvenirs purent aussi être
dépréciés par un jugement de supiériorité de la culture et de la civilisation française sur le
monde russe, comme cela put se faire sentir chez le marquis de Bombelles ou Louis
Rochechouart. Enfin, les conflits avec le gouvernement, la noblesse russe ou entre émigrés,
transformèrent une part de la réalité, où chacun défendit sa position. Mais tous ces
mémoires et souvenirs donnèrent globalement une vision originale et nouvelle de l'empire
des tsars et de ses évolutions. Se baser sur ces mémoires permet de mieux cerner l'état
d'esprit de ces déracinés et leur activité en Russie. Bien d'autres sources encore peu
exploitées, notamment les archives consulaires de Nantes, offriraient dans une plus ample
mesure un aperçu de la perception de l'émigré en Russie et de l'attitude des répresentants
officiels de la France en Russie face à ces « ennemis » de la nation.
Les historiens qui étudièrent l'émigration en Russie sur cette période s'intéressèrent
tout d'abord au vécu et au sentiment de l'exil de la part des Français, et relativement peu
aux échanges et aux intéractions avec le monde russe, encore moins à leur vision de cet
empire mouvant, comme le fit l'ancienne mais fondamentale recherche de Léonce
4Pingaud . Depuis de nombreuses études récentes eurent pour objet d'étude ces échanges
culturels et scientifiques, laissant de côté le vécu des émigrés autres qu'intellectuels, et le
5politique . La plupart des recherches furent toutefois surtout concentrées sur les périodes
antérieures (le règne de Catherine II) ou postérieures (celui de Nicolas Ier). Une vision
d'ensemble manque à ces nombreux travaux, un questionnement sur l'expérience des
émigrés, leur participation politique et culturelle, et ainsi que leur appréhension des
transformations survenues de la fin du règne de Catherine la Grande jusqu'au début de
celui d'Alexandre Ier. Nous allons donc tenter d'esquisser ce portrait de l'expérience russe
des émigrés français en Russie de 1789 à 1815. Il s'agit d'étudier les échanges qui
existèrent entre les milieux émigrés et russes, et d'observer comment les Français furent
accueillis et purent s'intégrer dans ce théâtre lointain. Mais aussi quelle vision de la Russie
et des ses mutations ils laissèrent dans leurs écrits. Dans cette perspective, nous nous
intéresserons également au rôle joué par les émigrés dans l'affirmation de la puissance
russe sur l'échiquier européen, ou à leurs réticences à vouloir participer à cette évolution.
4 Léonce Pingaud, Les français en Russie et les Russes en France, Paris, Perrin et Cie, 1886.
5 Voir les nombreux articles à ce sujet dans Jean-Pierre Poussou (Sous la direction de), L'influence française
en Russie au XVIIIe siècle, colloque international des 14 et 15 mars 2003, Paris, Institut d'études Slaves,
Presses de l'université de Paris Sorbonne, 2004.
8
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011Dans une première partie, nous tâcherons d'analyser les conditions politiques
d'accueil des émigrés en Russie, et celles de leur voyage. L'hospitalité légendaire des
russes fut souvent mise à rude épreuve en fonction du climat géopolitique européen et de
l'humeur du souverain. Si Catherine II manifesta, comme Paul Ier, sa haine de la
Révolution, Alexandre Ier fut plus réservé face à Napoléon, subissant souvent le contre-
coup des guerres avec ce puissant rival. En Russie, les émigrés représentaient parfois
malgré eux la France et ses ambitions en Europe. En fonction de ce climat politique, leur
voyage et leur accueil purent être plus ou moins mouvementés. Les relations sociales entre
expatriés et noblesse locale furent souvent un appui essentiel.
Dans une deuxième partie, nous étudierons l'engagement de ces Français au service
des tsars. L'éloignement de la Russie, la perte de leurs biens et de leurs revenus poussèrent
ces hommes à trouver un emploi sur place. La générosité, mais également l'intérêt des tsars
à avoir des serviteurs expérimentés et cultivés comme soutien, leur ouvrit de nombreuses
portes tant à la cour que dans d'autres domaines. Les armées, l'administration, le commerce
russe virent ces émigrés intégrer leurs rangs et bien souvent mettre une ardeur peu
commune à la tâche. Soucieux de se montrer dignes de leur titre et de la confiance
accordée, les émigrés français montrèrent une loyauté étonnante envers les souverains
russes. Ces arrivées de nouveaux concurrents purent aussi engendrer des intrigues à la cour
des tsars, mais engendra surtout des liens et des échanges qui se révèlèrent profitables au
gouvernement russe.
Enfin, dans une troisième partie, nous observerons quelle vision de la Russie les
émigrés laissèrent à la postérité, quelle image de cette nation ils voulurent nous
transmettre, et comment leur présence a concourru à l'élaboration d'un nouveau modèle
culturel, social et politique. Comment l'écriture de leur expérience se distingua par cette
originalité de la vie en Russie, et dans quelle mesure leurs mémoires soulignèrent cette
affirmation de la puissance russe ? Cet impact de la présence française put ne leur
apparaître que bien des années après leur retour, mais leurs récits évoquaient des créations,
des anecdotes qui laissaient transparaître les effets de cette synergie. Entre rejet et
collaboration, la naissance du nationalisme russe se forgea également face à cette présence
étrangère.
9
dumas-00625408, version 1 - 21 Sep 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.