MIF Vieillissement ECN Confusion d'origine médicamenteuse du sujet âgé Nîmes Année Universitaire

De
Publié par

Niveau: Supérieur

  • mémoire

  • exposé


MIF – Vieillissement : ECN 199 : Confusion d'origine médicamenteuse du sujet âgé - Nîmes Année Universitaire 2006 - 2007 1 Novembre 2006 Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes B. de WAZIERES ECN 199 Confusion d'origine médicamenteuse du sujet âgé Professeur B. de WAZIERES Nîmes MaladieMédicament Patient Qualité du bénéfice thérapeutique Cinétique d'effet Effet biologique du médicament Pharmacocinétique Pharmacodynamie Ce que fait l'organisme au médicament Ce que fait le médicament à l'organisme Récepteurs Métabolisme Cytochrome P450 Demi vie Biodisponibilité Aire sous la courbe ÂgeSensibilitéindividuelle INSTRUMENT DIAGNOSTIC DE L'ÉTAT CONFUSIONNEL Annals of Internal Medicine 1990 ;113 - Inouye 1 - Modification aiguë du statut mental du patient. 2 - Le patient a des difficultés à concentrer son attention, est facilement distrait, n'écoute pas ce que l'on dit. Son attention fluctue pendant l'interrogatoire. 3 - Le patient a une pensée désorganisée et incohérente, tient des propos incohérents, illogiques, flous, sans rapport avec le sujet. 4 - L'état de conscience doit être analysé de normal jusqu'à la stupeur ou le coma. 5 - Désorientation : le patient est désorienté, vous prenant pour quelqu'un d'autre, se trompant de lit, se trompant de jour, ne sachant plus où il est. 6 - Troubles de la mémoire : le patient est incapable de se rappeler des faits récents, des instructions données.

  • facteurs précipitants du syndrome confusionnel chez les patients médicaux

  • patient

  • modification aiguë du statut mental du patient

  • confusion d'origine médicamenteuse du sujet âgé

  • troubles métaboliques

  • faculté de médecine de montpellier-nîmes


Publié le : mercredi 1 novembre 2006
Lecture(s) : 49
Tags :
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
MIF – Vieillissement : ECN 199 : Confusion d’origine médicamenteuse du sujet âgé - Nîmes
Année Universitaire 2006 - 2007
1
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
B. de WAZIERES
ECN 199
Confusion d’origine
médicamenteuse du sujet âgé
Professeur B. de WAZIERES
Nîmes
Maladie
Médicament
Patient
Qualité du bénéfice thérapeutique
Cinétique d’effet
Effet biologique du médicament
Pharmacocinétique
Pharmacodynamie
Ce que fait l’organisme au médicament
Ce que fait le médicament à l’organisme
Récepteurs
Métabolisme
Cytochrome P450
Demi vie
Biodisponibilité
Aire sous la courbe
Âge
Sensibilité
individuelle
INSTRUMENT DIAGNOSTIC DE L’ÉTAT CONFUSIONNEL
Annals of Internal Medicine 1990 ;113 - Inouye
1 - Modification aiguë du statut mental du patient.
2 - Le patient a des difficultés à concentrer son attention, est facilement distrait,
n’écoute pas ce que l’on dit. Son attention fluctue pendant l’interrogatoire.
3 - Le patient a une pensée désorganisée et incohérente, tient des propos
incohérents, illogiques, flous, sans rapport avec le sujet.
4 - L’état de conscience doit être analysé de normal jusqu’à la stupeur ou le
coma.
5 - Désorientation : le patient est désorienté, vous prenant pour quelqu’un
d’autre, se trompant de lit, se trompant de jour, ne sachant plus où il est.
6 - Troubles de la mémoire : le patient est incapable de se rappeler des faits
récents, des instructions données.
7 - Troubles de la perception : le patient a des hallucinations, des illusions, des
mauvaises interprétations, des images.
8 - Psychomoteur : le patient déambule, tape des doigts, tortille le drap, change
de position, à l’inverse, peut rester immobile, prostré durant de longs moments
ou se déplacer très lentement.
9 - Inversion du rythme nycthéméral avec insomnie la nuit, agitation le soir.
MIF – Vieillissement : ECN 199 : Confusion d’origine médicamenteuse du sujet âgé - Nîmes
Année Universitaire 2006 - 2007
2
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
B. de WAZIERES
INSTRUMENT DIAGNOSTIC DE L’ÉTAT CONFUSIONNEL
- Inouye Annals of Internal Medicine 1990 ;113
1 : début aigu et évolution fluctuante
L’interrogatoire de la famille ou des soignants est essentielle pour recueillir
l’historique de cet état confusionnel.
2 : inattention
Est-ce que le patient a des difficultés de concentration ? Est-ce qu’il est
distrait ? Ne comprend pas ce que vous lui dites.
3 : pensée désorganisée
Le patient a une pensée désorganisée et incohérente avec une
conversation floue et illogique, hors sujet.
4 : altération du niveau de conscience
Le patient est-il normal, vigilant, léthargique, stuporeux, comateux.
Confusion Assessment Method : 1 et 2 plus 3 ou 4
ALTÉRATION COGNITIVE POST-OPÉRATOIRE CHEZ LE SUJET ÂGÉ
Pierre Pfitzenmeyer, Presse Médicale N°13 2001
Facteurs précipitants du syndrome confusionnel chez les patients médicaux :
Infections
Troubles métaboliques
Troubles cardio-vasculaires
Douleurs aiguës
Affections neurologiques,
Dérèglements endocriniens
Facteurs iatrogènes :
psychotropes
antiparkinsonien
antalgiques
corticoïdes
antibiotiques
anti-ulcéreux
traitement cardio-vasculaire
théophyline
antihistaminiques
syndrome de sevrage aux benzodiazépines
Facteurs psychologiques
Facteurs précipitants du syndrome confusionnel
chez les patients chirurgicaux :
Iatrogène
:
- Polymédication préopératoire
- Prise de psychotropes avant l’intervention
- Neuroleptiques, anticholinergiques
Infection
Troubles électrolytiques
Hypoxémie post-opératoire
Douleur post-opératoire.
ALTÉRATION COGNITIVE POST-OPÉRATOIRE CHEZ LE
SUJET ÂGÉ
Pierre Pfitzenmeyer, Presse Médicale N°13 2001
Confusion
229 patients âgés de plus de 70 ans, hospitalisés consécutivement
ont été évalués et suivis.
50 patients (22%) avaient des critères de confusions mentales
(delirium).
Les étiologies en cause étaient :
• Déséquilibre hydro-électrolytique
20
• Infection
20
• Toxicité médicamenteuse
15
• Troubles métaboliques (Glu., Ca
+
, O²)
13
• Troubles sensoriels et environnementaux
12
A
u
t
r
e
s
1
0
ÉTUDE PROSPECTIVE DE L’ÉTAT CONFUSIONNEL
CHEZ LE PATIENT ÂGÉ HOSPITALISÉ
Joseph Francis - JAMA, N°8, Vol 263 1990
MIF – Vieillissement : ECN 199 : Confusion d’origine médicamenteuse du sujet âgé - Nîmes
Année Universitaire 2006 - 2007
3
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
B. de WAZIERES
Les médicaments en cause étaient :
• Narcotiques
9
• Benzodiazépines
7
• Anticholinergiques
7
• Méthyldopa
3
A
I
N
S
3
Les patients confus restaient 12,1 jours hospitalisés versus 7,2 jours pour les
contrôles,
Ils décèdent plus (8 versus 1), sont plus institutionnalisés (16 versus 3).
La sévérité de la maladie prédit le décès à 6 mois mais pas le delirium.
ÉTUDE PROSPECTIVE DE L’ÉTAT CONFUSIONNEL
CHEZ LE PATIENT ÂGÉ HOSPITALISÉ
Joseph Francis - JAMA, N°8, Vol 263 1990
FACTEURS DE RISQUE DE CONFUSION
CHEZ LES PATIENTS ÂGÉS HOSPITALISÉS
- Schor
JAMA Vol 267, N°6 1992
Étude prospective de 291 patients hospitalisés
ne présentant
pas d’état confusionnel
à
l’admission.
91 développeront un delirium.
OR
Démence connue
8,9
Fractures
6,5
Âge > 80 ans
5,2
Utilisation de neuroleptiques
4,4
Infection
2,9
Narcotiques
2,5
Sexe mâle
2,4
FACTEURS DE RISQUE DE CONFUSION
CHEZ LES PATIENTS ÂGÉS HOSPITALISÉS
- Schor
JAMA Vol 267, N°6 1992
Les facteurs de risques de développement d’une
confusion sont par ordre croissant et en tenant compte
des facteurs de risque indépendants :
LA CONFUSION MENTALE PRÉDIT
LA MORTALITÉ A UN AN
Cusker, Arch Intern Med 2002, 162
Étude prospective pendant douze mois d’une Cohorte 243 patients
ayant un état confusionnel avec 118 contrôles.
L’analyse de la mortalité met en évidence un risque de 3,4 de
décéder à un an pour les patients ayant présenté un état
confusionnel ( 2,1 si ajusté aux autres co-variables).
Paradoxalement, les effets sur la mortalité de la confusion sont plus
élevés si le patient n’est pas dément.
La sévérité du delirium est associée à une plus haute mortalité.
MIF – Vieillissement : ECN 199 : Confusion d’origine médicamenteuse du sujet âgé - Nîmes
Année Universitaire 2006 - 2007
4
Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
B. de WAZIERES
ÉTUDE DES INTÉRACTIONS MÉDICAMENTEUSES
Jags, Août 1996, Vol 44, N°8 – Doucet
Étude prospective sur 1 000 patients admis dans un
service de Gériatrie Français.
60% étaient exposés à 1 087 potentiels interactions.
Il s’agissait essentiellement de médicaments à destinés
cardio-vasculaires
mais
également
psychotropes,
neuroleptiques et anti-dépresseurs.
Il a été observé 130 effets secondaires cliniques ou biologiques
dont :
• 44% de troubles neuro-psychologiques, confusion ou altération
cognitive,
• 21% d’hypotension artérielle orthostatique,
• 15% d’insuffisance rénale aiguë secondaire et déshydratation,
• 5% d’hypo ou d’hyperkaliémie
ÉTUDE DES INTÉRACTIONS MÉDICAMENTEUSES
Jags, Août 1996, Vol 44, N°8 – Doucet
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi