MINISTÈRE DE LA JEUNESSE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA TECHNOLOGIE

De
Publié par

Niveau: Supérieur

  • mémoire


MINISTÈRE DE LA JEUNESSE, DE L'ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA TECHNOLOGIE École Pratique des Hautes Études (Sciences de la vie et de la terre) MÉMOIRE présenté par Céline MALLEVAL Pour l'obtention du diplôme de l'École Pratique des Hautes Études Étude du système nerveux central dans le modèle murin de la maladie de Sanfilippo B ou Mucopolysaccharidose de type IIIB Soutenu le 26 avril 2005, devant le jury suivant : Président : Dr Xavier Ronot Rapporteurs : Dr Claire Bellaton Dr Irène Maire Examinateurs : Dr M.F. Belin Dr Monique Touret Laboratoire EPHE : Laboratoire Interactions cellulaires, rétrovirus et cancer EPHE-UMR 754-INRA-ENVL Université Claude Bernard Directeur de laboratoire : Dr Geneviève Cordier Maître de conférences : Dr Claire Bellaton Laboratoire d'accueil : Unité INSERM U 433 Neurobiologie expérimentale et physiopathologie Directrice : Dr Marie-Françoise BELIN Responsable du stage: Dr Marie-Françoise BELIN EPHE Banque de Monographies SVT 1

  • mpsiiib

  • snc

  • souris âgées

  • rt pcr

  • pcr en temps réel

  • bio-puces

  • cerveau des souris mpsiiib

  • maladie rare


Publié le : vendredi 1 avril 2005
Lecture(s) : 31
Source : ephe.sorbonne.fr
Nombre de pages : 34
Voir plus Voir moins
MINISTÈRE DE LA JEUNESSE, DE L’ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA TECHNOLOGIE   École Pratique des Hautes Études (Sciences de la vie et de la terre)    MÉMOIRE présenté par  Céline MALLEVAL   Pour l’obtention du diplôme de l’École Pratique des Hautes Études   Étude du système nerveux central dans le modèle murin de la maladie de Sanfilippo B ou Mucopolysaccharidose de type IIIB   Soutenu le 26 avril 2005, devant le jury suivant : Président : Dr Xavier Ronot Rapporteurs : Dr Claire Bellaton   Dr Irène Maire Examinateurs : Dr M.F. Belin                                                          Dr Monique Touret                                   Laboratoire EPHE :Laboratoire Interactions cellulaires, rétrovirus et cancer                                                   EPHE-UMR 754-INRA-ENVL  Université Claude Bernard  Directeur de laboratoire : Dr Geneviève Cordier  Maître de conférences : Dr Claire Bellaton  bellaton@univ-lyon1.fr                                     Laboratoire d'accueil :Unité INSERM U 433  Neurobiologie expérimentale et physiopathologie  Directrice : Dr Marie-Françoise BELIN                                                   Responsable du stage: Dr Marie-Françoise BEL N I
 Encadrement: Monique Touret (touret@univ-lyon1.fr) RÉSUME    La mucopolysaccharidose de type IIIB (MPSIIIB), ou maladie de Sanfilippo B, est une maladie rare autosomique récessive. Elle est la conséquence d’un déficit enzymatique intervenant dans le catabolisme de l'héparane sulfate : la N-acétylglucosaminidase (NAGLU). Ce déficit enzymatique engendre une accumulation d'intermédiaires cataboliques de l'héparane sulfate dans de nombreux organes dont le foie, la rate et le cerveau. L'atteinte somatique des malades souffrant de MPSIIIB est modérée tandis que l'atteinte du système nerveux central (SNC) est importante. Leur espérance de vie est de l'ordre de 15 à 20 ans. Les malades développent au cours de la MPSIIIB des troubles du comportement avec une hyperactivité et une agressivité. Un modèle murin de la maladie, réalisé par une équipe américaine, par mutagenèse dirigée, nous a permis d'étudier le SNC des souris MPSIIIB.  Une approche immunohistochimique nous a permis de mettre en évidence la présence d'une activation astrocytaire (augmentation de l'expression de la GFAP) dans le cerveau des souris MPSIIIB, particulièrement au niveau du cortex. Cependant nous n'avons pas mis en évidence d'astrocytes immatures chez les souris MPSIIIB âgées de 3 mois. Une étude de l’expression d’enzymes intervenant dans le métabolisme du glutamate et des transporteurs impliqués dans sa recapture, nous a permis de conclure qu’il n’y a pas de perturbation majeure du métabolisme du glutamate au sein du SNC des souris MPSIIIB. Nous avons également étudié l’expression des protéines CRMP. Ces protéines sont fortement exprimées lors de l’ontogenèse et dans les zones de plasticité du cerveau adulte et réinduites dans certaines pathologies du SNC. Nous avons observé des modifications post-traductionnelles de ces protéines, particulièrement au niveau du cervelet. Une étudein vitro de mettre en évidence lenous a également permis rôle potentiel de la calpaïne dans le clivage des protéines CRMP1 et GFAP. Par une étude du transcriptome, réalisée sur du cortex de souris MPSIIIB, nous avons mis en évidence une surexpression de gènes impliqués dans l’inflammation, une altération de l’expression de gènes mitochondriaux et une altération de l’expression de gènes impliqués dans l’apoptose chez les souris MPSIIIB.  En conclusion, les dysfonctionnements cellulaires mis en évidence au cours de ce travail, nous orientent vers l'hypothèse d'une mort cellulaire non apototique dans un contexte inflammatoire au sein du SNC des souris MPSIIIB.     Mots-clefs :MPSIIIB, SNC, héparane sulfate, glutamate, CRMP, calpaïne, inflammation, mort cellulaire.    ABRÉVIATIONS____________________________________________________ p.1 _____  INTRODUCTION ____ p.3 __________________________________________________ __  RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES__________________________________________ p.6
SOMMAIRE
 1.     Les mucopolysaccharidoses______________________________________________ p.7 s glycosamin gly _____________________________________________ p.7 1.1.  Le o canes 1.2.  La mucopolysaccharidose de type IIIB_________________________________ p.9 1.2.1.     liniques________________________________________ p.9 Manifestations c 1.2.2.      ____ p.10Physiopathologie de la MPSIIIB___________________ ________ _ 1.2.3.      p.10Traitement de la maladie___________________________________ ___ 1.2.4.     Modèle murin de la maladie de Sanfilippo B______________________ p.11
 2.     Le système nerveux central______________________________________________ p.13 _____________________________________ p. 2.1.  Les cellules constitutives du SNC 13 2.1.1.      ________ p.13Les neurones___________________ ________________ _____ 2.1.2.     Les cellules gliales____________________________________________ p.13 2.2.  Les barrières isolant le SNC du reste de l’organisme_____________________ p.15  3.     Rôle du glutamate dans le SNC_____________________________________ _ p.15 ____  od g _______________________ p.18 4.      énérativesMort cellulaire dans les maladies neur é 4.1.  L’apoptose ________________ p.18 _____________________________ __________ .1.1.      p.18 ______________________________________Mécani poptos 4 sme de l’a e 4.1.1.1. La voie extrinsèque ou cytoplasmique_______________________ p.19 _ a) ________________________________________________________________ p.19 CD95 b) TNFR1______________________________________________________ p.19 _________ ntrinsèque ou nucléaire_____________________________ p.20 4.1.1.2. La voie i 4.1.1.3. Aboutissement du processus apoptotique : cascade des caspases___________________________________________ p.21 la  ________________________________________________________ p 4.2. La nécrose .22 4.3.  L’autophagie_____________________________________________________ p  .22  5.     Les calpaïnes_________________________________________________________ p.23 5.1.  Introduction______________________________________________________ p.23 5.2.  Structure et mécanismes d'activation p.23 __________________________________ 5.3.  Fonctions biologiques et substrats des calpaïnes________________________ p.24 5.4.  présentant des altérations de l’activité des calpaïnes___________ p.25Pathologies  6.     Les Collapsin Response Mediator Proteins (CRMP)_________________________ p.26  ____________________________________________ MATÉRIELS ET MÉTHODES P.28
  
 1.      P.29 ________________________________Matériels (Animaux)_______ ________ ____  2.     Méthodes____________________________________________________________ p 9  .2  
  
2.1.  Immunohistochimie________________________________________________ p 29  . 2.1.1.     Principe_____________________________________________________ p.29 2.1.2.     Protocole____________________________________________________ p.  30 2.1.2.1. Obtention des coupes de cerveau____________ p.30 ________________ 2.1.2.2. Immunomarquage________________________________________ p 0 .3 _______________________________________________ p. 2.1.2.3. Révélation 31 2.1.2.3.1.     Révélation des marquages réalisés avec otiny és ___________________________________________ p.31 des AcII bi l 2.1.2.3.2.     Révélation des marquages réalisés avec __________________________________________ p des AcII fluorescents .31  2.2.   p.32Immunodétection de protéines par Western Blot______________________ __ 2.2.1.     Principe_____________________________________________________ p.32 2.2.2.     Protocole____________________________________________________ p.32 2.2.2.1. Préparation des échantillons________________________________ p.32 tr p ____________________________ p.33 2.2.2.2. Élec o horèse et électrotransfert 2.2.2.3. Immunomarquage________________________________________ p.33 2.2.2.4. Révélation ________________________ p.34 ______________________ _ 2.2.3.     Mise au point des dépôts de protéine pour chaque Western blot _____ p .34 2.2.4.     Détermination de la différence d'expression des protéines étudiées chez les MPSIIIB par rapport aux témoins_____________________________ p.35  2.3.  Mise en évidence de l’implication de la calpaïne dans le clivage _______________________________________________ p.3 de la GFAP et de CRMP1 6 2.3.1.     Optimisation de la concentration en calpaïne nécessaire à la réaction__ p.36 2.3.2.     Protocoles expérimentaux _________________________ p.36 ____________
2.3.2.1.Étude de l’effet de la calpaïne sur la protéine GFAP_____________ p.36 2.3.2.2.Étude de l’effet de la calpaïne sur la protéine CRMP1___________ p.37 2.3.2.3.Visualisation du profil électrophorétique de la GFAP et de CRMP1 après réaction______________________________________________________ p.37
2.4.  Étude de l'expression de gènes _______________________________________ p.38 .1.     puc __________________________________________________ p.38 2.4 Bio- es
2.4.1.1. Extraction des ARN au TrizolÒp.38 _____________________________ 2.4.1.2. Amplification des ARN ____________________________________ p.38 2.4.1.3. Hybridation des puces____________________________________ p .39 2.4.1.4. ______________ p.39Traitement des résultats _____________________ 2.4.2.     Validation des bio-puces par RT-PCR___________________________ p.4 0 2.4.2.1. Transcription inverse (RT)_________________________________ p.40 2.4.2.2. PCR en temps réel________________________________________ p .40 2.4.2.2.1.     Principe ____________________ p.40 ________________________ ____________________________ 2.4.2.2.2.     Protocole_______________ p.41 2.4.2.2.3.     Traitement des résultats______________________________ p.41
 ___________________________________________________________ RÉSULTATS P.42  Étude de l’expression de la vimentine et de la GFAP____________________________ p.43   1.      __Étude immunohistochimique de la vimentine____________________ p.43 ________  2.     Étude de l’expression de la GFAP________________________________________ p.43  ique________________________________________ p.43 2.1.  Étude immunohistochim  2.2.  Étude de l’expression de la GFAP par immunodétection  après Western blot____________________________________________________ p.43 2.2.1.     Expression de la GFAP chez des souris âgées de 3 mois_____________ p.44 2.2.2.     Expression de la GFAP chez des souris âgées de 6 mois_____________ p.44 2.2.3.     Comparaison des profils électrophorétiques obtenus pour la GFAP chez les souris âgées de 3 et 6 mois p.44   2.3.   codant la GFAP, par Bio-pucesÉtude de l'expression des ARNm et RT-PCR ________________________________________ __ p.45 ____________ ____  Étude de l'expression des enzymes du métabolisme du glutamate et des transporteurs du glutamate par immunodétection après Western blot p.46  1.      ______________ p.46Étude de l'expression des enzymes du métabolisme du gl utamate  2.     Étude de l'expression des transporteurs membranaires du glutamate__________ p.46
2.1.  Étude de l'expression des transporteurs membranaires gliaux du glutamate_ p.46 2.2.  Étude de l'expression des transporteurs membranaires neuronaux du glutamate_________________________________________________________ p.47  3.     Étude de l’expression des transporteurs vésiculaires du glutamate_____________ p.47 3.1.  Chez les souris de 3 mois____________________________________________ p  .47 ____________________________________________ p 3.2.  Chez les souris de 6 mois .47  Étude d pr ____________________________________________ p.48 e l'ex ession des CRMP  1.     Étude de la protéine CRMP1 par immunohistochimie sur tissu cérébral________ p.48  2.     Étude de l'expression des protéines CRMP par immunodétection après Western blot p.48 2.1.   p.48Étude de l'expression de CRMP1, chez les souris âgées de 3 mois____ ______ 2.2.  Étude de l'expression de CRMP1, chez les souris âgées de 6 mois__________ p.49 expression de CRMP2, chez les souris âgées de 3 __________ p.49 2.3.  Étude de l' mois 2.3.1.     Révélation réalisée avec un anticorps anti-CRMP2 Cter p.49 ____________ 2.3.2.     un anticorps anti-CRMP2 pep4 ____________ p.50Révélation réalisée avec 2.4.  Étude de l'expression de CRMP3, chez les souris âgées de 3 mois__________ p.50 2.5.  Étude de l'expression de CRMP4, chez les souris âgées de 3 mois__________ p .50 2.6.  Étude de l'expression de CRMP5, chez les souris âgées de 3 mois__________ p.51
 Étudein vitroet de son incidence sur les protéinesde l’activité de la calpaïne _________________________________________________________ p CRMP1 et GFAP .51  1.     Action de la calpaïne sur la protéine CRMP1_______________________________ p.51 2.      p.51Action de la calpaïne sur la protéine GFAP _______________________________ _  Étude d’expression de gènes : Bio-puces et RT-PCR___________________________ p.52  1.     Résultats des bio-puces_________________________________________________ p.5  2 1.1.  Résultats globaux _________________________________________________ p .52 1.2.   p.52Gènes impliqués dans l’inflammation et la réponse immune ______________ 1.3.  Gènes impliqués dans l’apoptose_____________________________________ p.53 1.4.  Gènes impliqués dans les fonctions des mitochondries ______________________ p.53 1.5.  Le gène Hsd17b1__________________ p.53 ________________________________ 2.      p.53 _Résultats des RT-PCR ________________________________________________   ___________________________________________________________ DISCUSSION P.55
ABRÉVIATIONS
 CONCLUSION PERSPECTIVES P.65 __________________________________________  BLIOGRAP Q _____________________________________ RÉFÉRENCES BI HI UES P.68  ANNEXES    Ac Anticorps ADN Acide désoxyribonucléique ADPRT ADP-ribosyltransférase AIF Activate Inducing Factor I aKG a-cétoglutarate AMPA Alpha-amino-3-hydroxy-5-méthylisoazole-4-propionate Apaf 1 Apoptosis activating factor 1 -ARN Acide ribonucléique ATP Adénosine triphosphate Bax Bcl-2 associated X protein Bcl-2 B-cell lymphoma 2 BHE Barrière hémato-encéphalique BSA Sérum albumine bovine CaCl2 Chlorure de calcium CAD Caspase-activated deoxyribonuclease CaMK Ca2+/calmodulin-dependent protein kinase Ca2 Calcium + CD11b Récepteur à la fraction C3bi du complément CD95L Ligand du CD95 c-FLIP Cellular FLICE-Inhibitory Protein CO Colliculi CPI-I Calpain Inhibitor I Cpu Noyau caudé putamen CRMP Collapsin response mediator protein CS Chondroïtine sulfate CV Cervelet Cx Cortex Cxant Cortex antérieur Cxpost Cortex postérieur DAB Diaminobenzidine DAP12 DNAX-activation protein 12 DMSO Diméthyle Sulfoxide DNA-PK DNA Protein kinase DS Dermatane sulfate DTT Dithiothréitol EAAC1 Excitatory amino acid carrier 1 EAAT1 Excitatory amino acid transporter 1 EAAT2 Excitatory amino acid transporter 2 EAAT3 Excitatory amino acid transporter 3
EDTA Ethylènediaminetétracétate FADD Fas Adaptator Death Domain FGF Facteur fibroblastique de croissance FAK Focal-adhesion kinase FasL Fas ligand GABA Gamma-aminobutyric acid GAG Glucosaminoglycane GAPDH Glycéraldehyde-3-phosphate déhydrogenase GDH Glutamate déhydrogénase GFAP Protéine gliale fibrillaire acide GLAST Glutamate aspartate transporter Gln Glutamine GLT-1 Glutamate transporter 1 GLU Glutamate GS Glutamine synthétase HA Acide hyaluronique HES Hémateine Eosine Safran Hip Hippocampe HS Héparane sulfate Hsd17b1 17 b-hydroxystéroïd déhydrogénase IAP Inhibitors of apoptosis proteins ICAD Inhibitor of caspase-activated deoxyribonuclease IL Interleukine kD Kilo dalton KS Kératane sulfate LCR Liquide céphalo-rachidien MDL Carbobenzoxy-valyl-phenylalanal MEKK1 Mitogen-activated protein kinase kinase kinase MPS Mucopolysaccharidose MPSIIIB Mucopolysaccharidose de type IIIB NAGLU a-N acétylglucosaminidase NMDA N-methyl-D-aspartate PARP Poly (ADP-Ribose) Polymérase PBS Phosphate buffered saline PBS-T Phosphate buffered saline triton PFA Paraformaldéhyde PG Protéoglycane PKC Protéine kinase C PVDF Polyfluorure de vinylidène RT-PCR Reverse transcriptase- Polymerase chain reaction SDS Sodium dodécyle sulfate Smac/DIABLO Second mitochondria-derived activator of caspases/direct IAP- binding protein with low pI SNC Système nerveux central TBS Tris-buffered saline TBS-T Tris-buffered saline tween TCA Acide trichloracétique Thal Thalamus TNF Tumor necrosis factor TNFR1 Tumor necrosis factor receptor 1 TpH Tampon d’homogénéisation TRADD TNFR associated death domain VGlut Vesicular glutamate transporter
Z-DEVD-fmk Z-Asp-Glu-Val-Asp-fluoromethyl ketone Z-VAD-fmk Benzyloxycarbonyl-Val-Ala-Asp (OMe) fluoromethylketone      1.     Les mucopolysaccharidoses Les Mucopolysaccharidoses (MPS) sont des maladies de surcharge lysosomale, causées par le déficit d'une enzyme intervenant dans la voie de dégradation des glycosaminoglycanes (GAG ou mucopolysaccharides). Les GAG sont des polymères de disaccharides sulfatés et aminés. Selon les enzymes déficitaires, le(s) catabolisme(s) du dermatane sulfate, de l’héparane sulfate, du kératane sulfate, des chondroïtines sulfates ou de l’acide hyaluronique est(sont) altéré(s). Les GAG non dégradés ou partiellement dégradés s'accumulent dans les lysosomes, ce qui engendre des perturbations cellulaires et tissulaires. On dénombre 11 déficits enzymatiques différents responsables de 7 formes de MPS, au sein desquelles on distingue plusieurs sous-types (Neufeld E, 2001).  Les MPS sont des maladies rares autosomiques récessives, exceptée la MPSII, liée à l'X. Les déficits enzymatiques responsables des différentes formes de MPS sont dûs à des mutations très hétérogènes (Yogalingam, 2001). Les différentes formes de mucopolysaccharidoses peuvent prédominer dans certaines populations. Les fréquences varient selon les pays, les publications et leur mode de détermination (études rétrospectives ou prospective).   1.1.  Les glycosaminoglycanes Les GAG sont des molécules polysaccharidiques linéaires, constituées d’un enchaînement répétitif de disaccharides, sulfatés et aminés. Les chaînes de GAG forment, par leur association covalente avec une protéique, des protéoglycanes (PG) (la protéine peut-être pour l’héparane sulfate: un   Ces PGsyndécan, un glypican ou un perlécan).sont distribués de façon ubiquitaire au niveau des cellules animales (au niveau membranaire et intracellulaire) et dans la matrice extracellulaire.  Les GAG peuvent être: désacétylés, épimérisés, mais surtout, sulfatés (Sugahara, 2002), ce qui confère aux PG un polymorphisme très important, et leur permet d’exercer un éventail de fonctions très diversifiées (Turnbull, 2001). Les GAG interagissent avec de nombreuses protéines grâce à des interactions directes, majoritairement ioniques (Capila, 2002).  Fonction des PG: - Ils modulent l’espace hydrique extra-cellulaire et sa viscosité. En effet, Ils forment un maillage dans l’espace extracellulaire avec des densités de charge variables (selon leur degré de sulfatation, les GAG sont plus ou moins électronégatifs) créant unebarrière sélective en fonction de la taille et de la charge des molécules. - Ils essentiel sur labiodis moléculaire PG à effectuer des. Les ca des
interactions avec les molécules et structures environnantes (et avec des niveaux d’affinité excessivement variables) créent un espace local demodulation des effets biologiques. Ce rôle des PG est souvent méconnu. Il est particulièrement important pour les protéines extracellulaires. En effet, un PG peut modifier la biodisponibilité d’une protéine par plusieurs mécanismes potentiels, par exemple : • en limitant la diffusion de la protéine et en la piégeant in situ, ce qui facilite son accumulation locale (Lortat-Jacob, 1996). De plus, cette accumulation locale peut potentialiser l’internalisation de la protéine dans la cellule (Belting, 2003). • en modifiant (positivement ou négativement) l’activité d’une protéine par contraintes sur sa configuration stérique : Les PG se lient à de nombreuses protéases ou à des inhibiteurs de protéases pour moduler leur activité (Scholefield, 2003; Li, 2004). • en protégeant une protéine contre une dégradation protéasique (Lortat-Jacob, 1991; Sadir, 2004). • en facilitant ou en limitant les interactions avec un récepteur membranaire : Ils interagissent avec les  facteurs de croissance. Par exemple, Le facteur fibroblastique de croissance (FGF) peut se lier à l’héparane sulfate, ce qui potentialise sa liaison au récepteur sur certaines cellules (Ornitz, 2000). - Pour les PG membranaires, comme le syndécan, les interactions s’effectuent avec les protéines matricielles, mais également, sur l’autre versant de la membrane avec le cytosquelette (Yoneda A., 2003). Ces types de PG constituent de véritables récepteurs, similaires aux intégrines.   Dans les mucopolysaccharidoses, des GAG s’accumulent dans toutes les cellules de l’organisme. Cette accumulation engendre des dysfonctionnements cellulaires, particulièrement importants au niveau du SNC dans la MPSIIIB. Les mécanismes, par lesquels l’accumulation des GAG induit les troubles psychomoteurs chez les malades atteints de MPSIIIB, ne sont pas élucidés à ce jour.
 
1.2.  La mucopolysaccharidose de type IIIB La mucopolysaccharidose de type IIIB (MPSIIIB), ou maladie de Sanfilippo B, est causée par le déficit d’une enzyme lysosomale, l’a-N acétylglucosaminidase (NAGLU), requise dans la voie de dégradation de l’héparane sulfate (HS). Le gène NAGLU est localisé en 17q21.  1.2.1.     Manifestations cliniques La maladie de Sanfilippo de type B est caractérisée par une atteinte sévère du SNC et une atteinte somatique modérée.  La maladie débute le plus souvent entre 2 et 6 ans; on note d'abord un retard du développement psychomoteur, des troubles du comportement, un défaut d'attention, une hyperactivité et une agressivité. La régression des acquisitions intellectuelles est rapide et sévère. L'atteinte somatique est, au contraire, modérée avec au début une macrocéphalie et une avance staturo-pondéral ; la dysmorphie faciale est modérée ou absente ; les cheveux sont parfois épais et drus ; l'atteinte
squelettique est discrète et relativement tardive ; une hépatosplénomégalie modérée est souvent présente chez les jeunes enfants, mais disparaît le plus souvent ; une surdité profonde est classique même dans les formes modérées. À partir de 10-15 ans, les enfants présentent des troubles de l'alimentation et du transit, ainsi que des troubles du sommeil (Neufeld E, 2001).  Dans la phase finale, les malades grabataires perdent tout contact avec leur entourage et développent une encéphalopathie profonde. Le décès survient habituellement entre 20 et 30 ans, souvent au décours d'une surinfection respiratoire, mais de rares cas avec survie prolongée ont été rapportés (Constantopoulos, 1978; Froissart R., 1999).    1.2.2.     Physiopathologie de la MPSIIIB Au cours de l’évolution de la maladie, le SNC est particulièrement touché. Il a été observé par IRM (imagerie par résonance magnétique) cérébrale de patients atteints de MPSIIIB, une atrophie corticale, une réduction du volume de substance blanche et un élargissement ventriculaire (Barone, 1999; Zafeiriou, 2001). Ces anomalies évoluent jusqu’à la mort du malade.  Une accumulation de GAG particulièrement importante a été observée dans le foie mais également au niveau du cerveau et de la rate. L'activité enzymatique de la NAGLU est absente dans ces organes (Constantopoulos, 1978) ainsi que dans tout l’organisme.  De plus, Hara et coll (Hara, 1984) ont décrit une accumulation de gangliosides (GM2 et GM3) dans le cerveau de patients atteints de MPSIIIB. Les gangliosides sont des glycolipides (sphingoglycolipides) résultant de l’association d’hexoses avec un acide gras de poids moléculaire élevé et la sphingosine. Les gangliosides sont localisés essentiellement dans le SNC au niveau de la membrane des cellules nerveuses et au niveau de la gaine de myéline, leur dégradation se fait dans les lysosomes.  1.2.3.     Traitement de la maladie À ce jour, aucun traitement ne peut aboutir à une guérison. De ce fait, les soins apportés aux malades atteints de MPSIIIB visent à traiter les complications liées à la maladie et à améliorer la qualité de vie du malade et de sa famille. Ces traitements symptomatiques concernent les troubles du comportement, du sommeil, les troubles respiratoires, digestifs... Cependant, le traitement des troubles du comportement et des troubles du sommeil est difficile et il existe d'importantes variations individuelles de réponse aux différents médicaments (Cleary, 1993). Dans quelques cas, une dérivation du liquide céphalo-rachidien a permis d'améliorer des troubles du comportement réfractaires au traitement pharmacologique (Robertson, 1998). En effet, la pression intra-cranienne des malades atteints de MPSIIIB est importante, elle serait due à un
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi