Pour l'Université Réformer les institutions pour accroître le bien être

De
Publié par

Niveau: Supérieur
Pour l'Université : Réformer les institutions pour accroître le bien-être Philippe Aghion et Éloi Laurent Des études empiriques récentes ont mis en évidence l'importance de l'éducation supérieure pour l'innovation et la croissance dans les pays les plus développés. Le progrès de la connaissance a d'ailleurs une valeur en soi, dans la mesure où il accroît le bien-être de la population. L'objet de ce chapitre est d'abord, brièvement, de s'appuyer sur ces travaux pour montrer l'importance et l'urgence pour la France d'investir bien davantage qu'elle ne l'a fait jusqu'a pressent dans ses universités. On s'interroge ensuite sur la façon d'améliorer la gouvernance des universités pour réaliser une meilleure performance de recherche à investissement donné, une meilleure performance en termes d'emplois et de carrières des diplômes délivrés par les universités et enfin de créer des passerelles plus efficaces entre recherche fondamentale et applications industrielles. Comment expliquer notre retard de croissance ? Le constat de départ est qu'alors que la France et l'Europe ont connu une croissance plus rapide que celle des Etats-Unis au cours des trente années qui ont suivi la seconde guerre mondiale, la convergence de l'économie française vers l'économie américaine s'est interrompue depuis la fin des années 1970, la tendance s'inversant même depuis le milieu des années 1990. L'explication avancée par Sapir et al (2004)1 et Aghion et Cohen (2004)2 est qu'au sortir de la seconde guerre mondiale l'Europe, et notamment la France, s'étaient dotées d'institutions et de modes d'organisation économique adaptés aux nécessités d'

  • systèmes universitaires

  • enseignement primaire

  • universités européennes

  • rendement de l'éducation

  • enseignements supérieurs


Source : ofce.sciences-po.fr
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Pour l’Université :
Réformer les institutions pour accroître le bien-être
Philippe Aghion et Éloi Laurent
Des études empiriques récentes ont mis en évidence l’importance de l’éducation supérieure
pour l’innovation et la croissance dans les pays les plus développés. Le progrès de la
connaissance a d’ailleurs une valeur en soi, dans la mesure où il accroît le bien-être de la
population. L’objet de ce chapitre est d’abord, brièvement, de s’appuyer sur ces travaux pour
montrer l’importance et l’urgence pour la France d’investir bien davantage qu’elle ne l’a fait
jusqu’a pressent dans ses universités. On s’interroge ensuite sur la façon d’améliorer la
gouvernance des universités pour réaliser une meilleure performance de recherche à
investissement donné, une meilleure performance en termes d’emplois et de carrières des
diplômes délivrés par les universités et enfin de créer des passerelles plus efficaces entre
recherche fondamentale et applications industrielles.
Comment expliquer notre retard de croissance ?
Le constat de départ est qu’alors que la France et l’Europe ont connu une croissance plus
rapide que celle des Etats-Unis au cours des trente années qui ont suivi la seconde guerre
mondiale, la convergence de l’économie française vers l’économie américaine s’est
interrompue depuis la fin des années 1970, la tendance s’inversant même depuis le milieu
des années 1990.
L’explication avancée par Sapir et al (2004)
1
et Aghion et Cohen (2004)
2
est qu’au sortir de
la seconde guerre mondiale l’Europe, et notamment la France, s’étaient dotées d’institutions
et de modes d’organisation économique adaptés aux nécessités d’une croissance fondée
sur le rattrapage et l’imitation : en particulier, une concurrence ou une entrée limitée sur les
marchés de biens, des systèmes financiers privilégiant le financement bancaire et les
subventions gouvernementales aux grandes entreprises nationales, des systèmes éducatifs
privilégiant l’enseignement primaire et secondaire (avec des résultats impressionnants), mais
délaissant quelque peu l’enseignement supérieur et la recherche, et une recherche souvent
menée au sein d’organismes spécialisés de type CEA, INRA, ou CNES ou de laboratoires
comme le CNRS,
coupés de l’enseignement supérieur.
Mais à mesure qu’ils se sont rapprochés de la frontière technologique, les pays européens
ont épuisé leur potentiel de rattrapage et d’imitation. Ils doivent à présent se tourner vers
l’innovation à cette frontière, à la fois comme moyen de faire redémarrer la croissance de la
productivité et pour créer de nouvelles activités propres à compenser la désindustrialisation
et les délocalisations engendrées par la mondialisation des échanges. Ce
passage d’une
ère d’imitation à une ère d’innovation nécessite en retour des changements structurels et
organisationnels. La réforme des universités constitue pour la France le défi majeur de
l’entrée dans ce nouveau régime de croissance.
1
Sapir et al.,
An Agenda for a Growing Europe The Sapir Report
, Oxford University Press, 2004.
2
Philippe Aghion et Élie Cohen,
Éducation et croissance
, Rapport du Conseil d’analyse économique
n° 46, La Documentation française, 2004.
–France 2012/OFCE–
Régime de croissance et régime d’éducation
L’analyse précédente a également des implications pour la relation entre croissance
économique et structure des dépenses en éducation, si l’on admet qu’imitation de
technologies plus avancées et innovation à la frontière technologique ne font pas appels aux
mêmes segments du système éducatif. Imiter les technologies existantes nécessite des
individus disposant d’une bonne compétence technique et professionnelle, que procure
l’enseignement secondaire ou supérieur spécialisé ; innover est en revanche le fait de
chercheurs, et donc met plutôt en jeu un enseignement supérieur long et plus généraliste.
Pour un pays relativement éloigné de la frontière technologique, il est certainement plus
rentable de croître en s’appropriant la technologie des pays les plus avancés et donc
d’investir dans l’enseignement primaire et secondaire. Lorsque le pays s’est suffisamment
rapproché de cette frontière, les possibilités d’imitation deviennent plus limitées et il doit alors
être plus rentable d’investir dans l’enseignement supérieur (cf. graphique 1).
Graphique 1. Frontière technologique et rendement de l’éducation
rendement de l'éducation
niveau de développement
rendement du supérieur
rendement du primaire et du secondaire
à ce niveau de développem ent, il est plus rentable d'investir dans l'éducation
prim aire et secondaire
à ce niveau de développem ent, il est plus rentable d'investir dans
l'éducation supérieure
Note :
Le rendement de l’éducation est l’effet sur la productivité par tête d’une année supplémentaire
d’éducation.
Source
: Aghion et Cohen (2004).
Pour la France, qui est aujourd’hui proche de la frontière technologique, cette analyse
implique que le système d’enseignement supérieur doit être performant. Son bon
fonctionnement est même d’autant plus crucial que, lorsque s’amorce une nouvelle vague
technologique, comme c’est le cas aujourd’hui avec les NTIC, les possibilités d’imiter ou de
mettre au point des innovations incrémentales sont plus limitées.
–France 2012/OFCE–
Cette prédiction d’une importance accrue de l’enseignement supérieur à mesure qu’un pays
ou une région se rapprochent de la frontière technologique est corroborée par plusieurs
études empiriques récentes
3
. Malheureusement, la France et plus généralement l’Union
Européenne,
sous-investissent de façon dramatique dans l’éducation supérieure: l’Europe
n’y consacre que 1.4% de son PIB, la France, 1.2%, contre 3% aux Etats-Unis.
De même, les Etats-Unis investissent 3% de leur PIB en R&D (recherche et
développement)
contre moins de 2.5% dans l’Union européenne. Et alors que les Etats-Unis ont augmenté
leurs dépenses en en R&D de plus de 60 milliards d’euros depuis 1991, en Europe les
dépenses en R&D ont stagné ou même légèrement régressé en pourcentage du PIB. Les
conséquences de ce sous-investissement en éducation supérieure et en recherche ne
devraient pas surprendre : outre la dégradation, mentionnée plus haut, de nos performances
en matière de croissance de la productivité, la France et l’Europe enregistrent une baisse
constante de leurs parts mondiales en matière de brevets scientifiques, et une baisse à partir
d’un niveau moyen déjà très bas en termes d’indices d’impact des publications scientifiques.
La part mondiale de la France dans les dépôts de brevets européens a ainsi baissé
régulièrement au cours des vingt dernières années, passant de 9.8% en 1981 à 7.3% en
1999, tout en restant supérieure à la part du Royaume Uni. Au niveau de l'Union
Européenne, le constat est similaire, la part de la France passant de 18.5% à 15.3% en vingt
ans. Le constat vaut enfin en termes de brevets américains : la part française est passée de
3.4% à 2.4% de 1981 à 1997 alors que la part des Etats-Unis et celle du Japon sont
demeurées stables. L'analyse de l'impact à deux ans des publications scientifiques montre
également une baisse des publications françaises, alors que celui des publications
britanniques reste stable et que celui des publications allemandes croît.
Notre système d’enseignement supérieur et de recherche ne souffre pas seulement d’un
manque de moyens, mais également de structures organisationnelles inadaptées aux
exigences d’une économie innovante. Trois reproches principaux peuvent lui être faits. Tout
d’abord ses performances médiocres en matière de publications et d’impact scientifique de
celles-ci, comme en témoignent des classements internationaux peu flatteurs, mais riches
d’enseignements institutionnels (cf. infra). Ensuite, ses mauvais résultats en matière de
débouchés et de carrières pour ses étudiants. Enfin, l’absence de passerelle véritablement
efficace entre recherche fondamentale et applications industrielles.
Améliorer nos performances de recherche
Une comparaison rapide des performances de recherche de différentes universités au sein
d’un même pays européen ou d’un pays à l’autre au cours du temps fait apparaître
l’importance du facteur concurrentiel et/ou de ce que les anglo-saxons nomment le
« benchmarking » comme premier levier de succès d’un systeme universitaire. C’est ainsi
que le système universitaire britannique s’est grandement amélioré au cours des deux
dernières décennies grâce a l’introduction des « research assessment exercises », qui
consistent à comparer les performances en termes de publications de différents
départements spécialisés dans la même discipline, par exemple l’économie ou la physique, à
travers toute la Grande-Bretagne, et à récompenser les meilleurs départements par l’octroi
de bourses supplémentaires.
Une seconde clé de réussite du système d’enseignement supérieur, intimement liée à la
précédente, est l’autonomie des universités dans le choix de leurs professeurs : celles qui
ont la liberté de choisir leurs enseignants, et donc d’être actives sur le marché académique
(« academic job market »), se trouvent d’emblée insérées dans le système des universités
d’excellence au plan international. Celles qui ne jouissent pas de cette autonomie se voient
3
Voir Aghion et Cohen (2004).
–France 2012/OFCE–
exclues de ce système. Cela se comprend aisément : un département qui a la possibilité de
choisir ses professeurs et chercheurs peut plus facilement s’engager à poursuivre
l’excellence et en même temps assume davantage la responsabilité de ses performances de
recherche.
C’est ainsi que des universités européennes (y compris publiques) comme l’université libre
de Bruxelles, ont pu construire des départements de très bon niveau grâce à leur autonomie
dans le choix des professeurs. Et dans le cas de la France, c’est en essayant de tirer partie
des ouvertures offertes par les organismes de recherche extra-universitaires (CNRS, CEA,
INRA..) qu’une université comme Toulouse-Sciences Sociales a pu en partie, sous
l’impulsion de Jean-Jeacques Laffont, s’affranchir des contraintes du système en matière
d’embauche et acquérir ainsi une visibilité internationale.
La réussite d’un tel système, fondé sur l’autonomie et la concurrence des universités en
matière d’embauche, conditionne en retour l’accès des universités à de meilleurs
financements leur permettant notamment de faire des offres compétitives à des chercheurs-
professeurs qui, de par la qualité de leurs travaux, ont une forte probabilité de recevoir des
propositions attrayantes d’autres universités européennes ou américaines. Un rapide
examen des différents classements internationaux des établissements d’enseignement
supérieur français et de leurs performances contrastées selon leur statut institutionnel tend à
confirmer l’importance de l’autonomie de recrutement pour les établissements
d’enseignement supérieur français (cf. encadré 1).
Encadré 1. Le classement international des établissements français
d’enseignement supérieur
- Le classement de l’Université Jiao Tong de Shanghai (2006) : la recherche universitaire
française en berne
Depuis 2003, le « classement académique des universités du monde » publié par le Institute
of Higher Education de l’Université Jiao Tong de Shanghai a attiré l’attention de plus en plus
soutenue des chercheurs et des responsables académiques et politiques de la planète. Ce
classement, qui pondère raisonnablement des critères relativement simples et objectifs à la
fois honorifiques et bibliométriques (nombre de prix Nobel et médaille Fields et indices de
citation) par la taille des établissements, n’est pas exempt de lacunes méthodologiques (on
lui reproche notamment de ne pas prendre en compte la dénomination multiple ou
l’éclatement institutionnel de certains établissements, notamment français, ou encore de
sous-évaluer les sciences humaines et sociales). Il offre cependant une photographie assez
nette de la position des nations dans la concurrence intellectuelle internationale, en
particulier dans le peloton de tête.
La France y figure au premier abord dans une position moyenne au total, ce qui reflète sa
situation relative dans la mondialisation, par exemple en terme de puissance économique.
–France 2012/OFCE–
Les nations les mieux classées selon l’Université Jiao Tong de Shanghai
Pays
Top 20
Top 100
Top 200
Top 300
Top 400
Top 500
1
EU
17
54
87
118
140
167
2
RU
2
11
22
33
37
43
3
Japon
1
6
9
12
20
32
4
Allemagne
5
15
22
36
40
5
Canada
4
8
16
19
22
6
France
4
6
12
17
21
7
Suède
4
4
9
11
11
8
Suisse
3
6
7
7
8
9
Pays-Bas
2
7
9
12
12
10
Australie
2
6
9
11
16
Mais, d’une part, seuls 21 établissements français sont classés. Surtout, le véritable
problème français, dans un univers où les phénomènes de concentration sont un facteur
essentiel de succès, est le manque d’institutions d’élite : on ne compte que 4 établissements
français parmi les 100 premiers (Pierre et Marie Curie-Paris VI, Paris-Sud, Louis Pasteur de
Strasbourg et l’ENS-Ulm) et aucun dans les 40 premiers (Pierre et Marie Curie arrive en
45
ème
position), alors que l’Europe parvient à classer 2 institutions dans le Top 20 et 34
institutions dans le Top 100.
Les meilleurs établissements français selon l’Université Jiao Tong de Shanghai
Etablissement français
Rang mondial
Rang européen
Université Paris VI
45
e
7e
Université Paris XI
64
e
16e
Université Strasbourg I
96
e
32
e
Ecole Normale Supérieure Paris
99
e
33
e
Université Paris VII
102e-150
e
Université Grenoble I
151e-200
e
Ecole Polytechnique
201e-300
e
Université Lyon I
201e-300
e
Université Méditerranée
201e-300
e
Université Montpellier II
201e-300
e
Université Paris V
201e-300
e
Université Toulouse III
201e-300
e
Ecole des Mines Paris
301e-400
e
ESPCI Paris
301e-400
e
Université Bordeaux I
301e-400
e
Université Nancy I
301e-400
e
Université Paris IX
301e-400
e
Ecole Normale Supérieure Lyon
401e-500
e
Université Aix Marseille I
401e-500
e
Université Bordeaux II
401e-500
e
Université Nice
401e-500
e
–France 2012/OFCE–
Classement par continent
Continent
Top 20
Top 100
Top 200
Top 300
Top 400
Top 500
Amérique
17
58
98
137
164
196
Europe
2
34
78
122
171
207
Asie/Pacifique
1
9
24
40
63
92
Afrique
1
2
5
- Le classement du
Times Higher Education Supplement
(2006) : la prééminence des
grandes écoles sur les universités
L’intérêt du classement du
Times Higher Education Supplement
est qu’il permet, à l’aide de
critères plus larges que celui de Shanghai, de mesurer la distance entre universités et
grandes écoles françaises et de percevoir que ces dernières paraissent mieux armées que
les premières dans la compétition internationale. Outre la qualité de la recherche et de
l’enseignement, le
Times Higher Education Supplement
fait en effet la part belle à
l’employabilité des étudiants et à l’ouverture internationale des établissements. Deux
grandes écoles françaises apparaissent alors dans le Top 40, dont une dans le Top 20.
Il
est tout à fait significatif que les quatre premiers établissements français soient des grandes
écoles et non des universités.
Les meilleurs établissements français selon le
Times Higher Education Supplement
Etablissement
Rang mondial
Ecole Normale Supérieure de Paris
18e
Ecole Polytechnique
37e
Sciences Po Paris
52e
Ecole Normale Supérieure de Lyon
72e
Université Paris VI
93e
Université Strasbourg I
161e
Université Paris IV
200e
- Les classements du
Financial Times
(2006) : l’avantage comparatif français en matière
d’écoles de commerce.
Deux derniers classements permettent enfin de mesurer l’émergence d’un avantage
comparatif français en matière d’écoles de commerce et, partant, d’établir un lien entre
autonomie, employabilité des étudiants et excellence internationale.
Le classement des meilleures écoles de commerce européennes du
Financial Times
, qui
repose sur les salaires des anciens étudiants, place en effet la France en première position,
3 établissements français dans les 10 premiers et 5 dans les 20 premiers en Europe (le
classement mondial, qui intègrent les institutions américaines, est bien entendu moins
–France 2012/OFCE–
flatteur, le MBA d’HEC se classant tout de même, selon le
Financial Times
, au 18
ème
rang
mondial).
Les meilleures écoles de commerce en Europe
Etablissement
Pays
Rang européen
HEC Paris
France
1er
London Business School
RU
2e
IMD
Suisse
3e
Instituto de Empresa
Espagne
4e
Iese Business School
Espagne
5e
ESCP-EAP
France
6e
RSM Erasmus University
Pays-Bas
7e
University of Bradford/TiasNimbas
RU/Pays-Bas/Allemagne
8e
Cranfield School of Management
RU
8e
Insead
France
/Singapour
10e
Le classement du
Financial Times
des meilleurs programmes de « Masters in
management » en Europe, qui repose quant à lui sur des critères d’employabilité (suivi des
carrières des anciens étudiants) et d’ouverture internationale, fait également apparaître une
domination française assez nette.
Les meilleurs « Masters in management » en Europe
Etablissement
Pays
Rang européen
HEC Paris
France
1er
Cems
Différents pays
2e
ESCP-EAP
France
3e
Grenoble Graduate School of Business
France
4e
EM Lyon
France
5e
Essec Business School
France
6e
Edhec Business School
France
7e
London School of Economics and Political Science
Royaume-Uni
8e
Stockholm School of Economics
Suède
8e
Audencia
France
10e
La question institutionnelle est donc capitale. En attendant la transition vers une pleine
autonomie des universités, la création de fondations de droit prive du type de celle
récemment mise en place pour l’Ecole d’Economie de Paris permet d’amorcer ce
mouvement.
Outre cette métamorphose institutionnelle des universités, on peut imaginer des voies
d’amélioration des institutions chargées de coordonner leurs efforts de recherche. Bâtie sur
le modèle de l’Economic and Social Research Council au Royaume-Uni ou de la National
Science Foundation aux États-Unis, de véritables agences doivent pouvoir assumer une de
sélection des meilleurs projets de recherche sur la base d’une procédure d’un examen par
les pairs (« peer review »), de financer des bourses post-doctorales et la création de
–France 2012/OFCE–
nouveaux centres de recherche et enfin d’encourager la création de réseaux, regroupements
et alliances entre différentes équipes universitaires sur des sujets d’intérêt commun. Cette
orientation est devenue en partie réalité en France (avec la création de l’ANR) et en Europe
(avec la création du European Research Council).
Un bon fonctionnement de ces agences pour la recherche peut avoir des effets
considérables sur le système d’enseignement supérieur, notamment dans son rapport avec
l’innovation industrielle. Ainsi, des bourses accordées à des « post-doc » ou à de jeunes
créateurs d’équipes incitent à l’excellence de la recherche qui à son tour favorise la qualité
des candidatures à des postes d’enseignants du supérieur. L’existence d’agences de
moyens accordant des budgets de recherche pour 3 à 5 ans au terme d’appels d’offres et
après jugements par les pairs permet à des enseignants-chercheurs de privilégier selon les
différentes phases de leur carrière l’enseignement ou la recherche. Enfin, la possibilité
donnée par un régime de la propriété intellectuelle approprié à chacun de tenter l’aventure
de la création d’entreprise permet la diffusion de l’innovation. Dans un tel système la
circulation entre les trois pôles de la connaissance est favorisée: production (recherche)
diffusion (enseignement) et transfert (innovation).
Des universités davantage tournées vers l’emploi
Les différentes réformes institutionnelles discutées plus haut devraient pouvoir améliorer les
performances universitaires en matière de recherche (mesurées par le nombre et l’impact
des publications) et de formation doctorale (reflétées par la carrière de recherche des
étudiants de troisième cycle). Demeure cependant le problème douloureux des débouchés
en terme d’emploi de l’enseignement supérieur français (cf. encadré 2).
–France 2012/OFCE–
Encadré 2. Université, formation et emploi
Selon le Rapport de la Commission université-emploi (« De l’Université à l’Emploi » 24
octobre 2006), l’université française se caractérise par deux échecs lourds en matière de
formation et d’intégration à l’emploi. D’abord, 20% des bacheliers entrés dans
l’enseignement supérieur en sortent chaque année sans diplôme (soit 80 000 jeunes) et se
trouvent de ce fait fortement exposés au risque de chômage. De plus, 3 ans après leur sortie
de l’université, 11% des diplômés de l’enseignement supérieur française sont au chômage.
Le rapport ne propose hélas pas d’éléments de comparaison internationale pour évaluer la
position française. La série
Regards sur l’éducation
de l’OCDE permet de situer la France en
Europe et dans le monde selon deux indicateurs pertinents pour évaluer la performance du
système universitaire en termes de formation et d’emploi.
La France est d’abord dans une
position moyenne par rapport à ses principaux concurrents dans la mondialisation au regard
de la proportion de sa population ayant atteint un niveau de formation tertiaire. En revanche,
sa position quant au chômage de ses diplômés du supérieur ayant atteint le niveau de
formation le plus élevé est la plus mauvaise de l’OCDE à l’exception de l’Espagne.
Population ayant un niveau de formation tertiaire (2003), en %
4
Moyenne OCDE
8
France
9
Luxembourg
9
Suisse
9
Royaume-Uni
9
États-Unis
9
Allemagne
10
Irlande
10
Australie
11
Nouvelle-Zélande
15
Suède
15
Belgique
16
Finlande
17
Japon
17
Canada
22
4
Pourcentage de la population (25-64 ans) ayant atteint une formation tertiaire de type A ou B ou un
titre sanctionnant un programme de recherche de haut niveau.
–France 2012/OFCE–
Taux de chômage parmi la population
ayant atteint une formation supérieure de type A (2003), en %
Irlande
2,4
Royaume-Uni
2,4
Australie
2,6
États-Unis
3,0
Japon
3,1
Nouvelle-Zélande
3,3
Finlande
3,6
Suède
3,6
Suisse
3,6
Moyenne OCDE
3,8
Danemark
4,5
Allemagne
4,9
Italie
5,3
Canada
5,4
France
7,1
Source : OCDE,
Regards sur l’éducation 2005
.
Aux Etats-Unis, ce problème « d’employabilité » des étudiants se pose en particulier pour les
« liberal art colleges », spécialisés dans les enseignements pre-doctoraux. Le mécanisme
incitatif qui encourage ces « colleges » à préparer leurs étudiants au marché du travail opère
à travers les anciens étudiants ou « alumni ». Par exemple, plus un college réussit à placer
ses étudiants dans des bons cabinets juridiques ou financiers, plus ils bénéficieront de la
générosité de ces étudiants en matière de donations, mais également plus ces étudiants
recommanderont ce college à leurs amis et collègues. En France, l’aspect reputationnel peut
également jouer (par exemple en faveur d’une université comme Paris-Dauphine), mais pas
l’aspect financier. Pourquoi ne pas suggérer alors la mise en place d’un « employment
assessment exercise » au terme duquel seraient récompensées les formations universitaires
qui offriraient les meilleures performances en matière d’emploi et de carrière aux étudiants
qui en sont issus ?
Pour être pleinement opérationnelle, une telle reforme devrait être assortie de la possibilité
pour les étudiants de ne pas choisir tout de suite leur spécialisation (c’est l’idée de remettre
au goût su jour en France une ou deux années « propédeutiques » au cours desquelles
l’étudiant choisirait sa spécialisation), ainsi que de la possibilité pour les universités d’orienter
leurs étudiants. Au-delà du gaspillage humain qu’elle représente, la sélection actuelle par
l’échec au niveau du DEUG (moins de 50% de réussite au bout de deux ans), conséquence
notamment de l’absence d’orientation efficace à l’entrée des universités, vient de plus
absorber une partie des moyens déjà très limités dont l’université dispose.
–France 2012/OFCE–
De meilleures passerelles entre recherche fondamentale et innovations industrielles
Le système universitaire français souffre enfin d’un isolement par rapport au monde
industriel. Plusieurs mécanismes sont de nature à décloisonner le système. Il y a d’abord le
cadre juridique, qui doit permettre à des universitaires de breveter leurs découvertes et de
profiter de leur exploitation commerciale. Ce fut tout le sens du Baye-Dole Act aux Etats-Unis
au début des années quatre-vingt, qui permit aux chercheurs universitaires de breveter les
découvertes financées a l’aide de fonds fédéraux (NSF, NIH,...). La France s’est déjà
engagée depuis quelques années dans des reformes de ce type, dont l’impact sur les
revenus de l’innovation ont été récemment établis par plusieurs études.
Il y ensuite le système financier et en particulier les intermédiaires de type « venture capital »
(capital risque) et « business angels », qui permettent de financer des projets risqués (en
particulier, émanant de recherches universitaires) en l’absence de biens collatéraux pouvant
servir de gages. L’université française aurait tout à gagner à un meilleur positionnement sur
ces marchés de capitaux, particulièrement dynamiques en France (cf. encadré 3).
Encadré 3. Le capital-risque : une chance pour l’université française
Selon une étude rendue publique en février 2007 par Ernst & Young et Dow Jones
VentureOne, le capital risque français a retrouvé le dynamisme qu’il avait perdu à la suite de
la crise de 2001, même s’il se concentre sur un nombre moindre d’entreprises (171 « deals »
ont été conclus en 2006, soit une baisse de 25%). De 2614 millions d’euros en 2000,
l’investissement en capital-risque avait en effet chuté à 506,9 millions d’euros en 2003.
Il est revenu à 778,5 millions d’euros en 2006, à la faveur d’une croissance annuelles de
20%. Ce dynamisme place la France à la 2
ème
position européenne derrière le Royaume-Uni
(avec 1,37 milliard d’investissement) mais devant l’Allemagne (269,4 million), la Suède
(249,4), le Danemark (228,7) la Belgique (186,9), l’Espagne (116,5) et les Pays-Bas (82,2).
Ramené au PIB, l’investissement en capital-risque français demeure cependant 4 fois moins
important qu’aux Etats-Unis.
Mais les perspectives de développement sont particulièrement encourageantes : le Rapport
2006 de l’ECVA sur l’environnement légal et réglementaire du capital-risque classe ainsi la
France en deuxième position dans l’UE, derrière l’Irlande et devant le Royaume-Uni, alors
que le pays n’était que 10
ème
en 2004, ce qui laisse penser que les réformes de ces
dernières années ont porté leurs fruits.
Les universités françaises devraient donc développer leur activité de capital-risque pour
bénéficier de cet environnement particulièrement favorable. On pourrait imaginer que soit
créé dans chaque université française un « guichet du capital-risque » dont la fonction serait
de mettre en relation chercheurs et investisseurs pour financer des projets innovants et
économiquement porteurs.
–France 2012/OFCE–
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi