rédaction pour pdf

De
Publié par

Master, Supérieur, Master
  • mémoire - matière potentielle : master
1 UNIVERSITE DE PROVENCE Aix-Marseille I U.F.R. Psychologie & Sciences de l'Education Mémoire de Master 1 de psychologie clinique et psychopathologie LE PATIENT PSYCHOTIQUE EN CHAMBRE D'ISOLEMENT Sous la direction de Mr Jean Louis PEDINIELLI Professeur de Psychologie clinique et Psychopathologie à l'Université d'Aix-Marseille 1 Soutenance le mardi 10 juin 2008, en présence du jury : Mr le Professeur Jean Louis PEDINIELLI Mr le Maître de Conférences Georges ROUAN Laurent GIRAUD U.
  • remise en cause de l'arbitraire royal interdisant les lettres de cachet
  • approche descriptive de la situation
  • professeur de psychologie clinique
  • contrôle physique sur les personnes agitées
  • iième siècle
  • edit royal au milieu du xviième siècle
  • guide d'entretien
  • patientes
  • patients
  • patiente
  • patient
  • recherches
  • recherche
Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 67
Source : ascodocpsy.org
Nombre de pages : 141
Voir plus Voir moins

UNIVERSITE DE PROVENCE
Aix-Marseille I
U.F.R. Psychologie & Sciences de l’Education

Mémoire de Master 1
de psychologie clinique et psychopathologie



LE PATIENT PSYCHOTIQUE
EN CHAMBRE D’ISOLEMENT


Sous la direction de Mr Jean Louis PEDINIELLI
Professeur de Psychologie clinique et Psychopathologie
à l’Université d’Aix-Marseille 1

Soutenance le mardi 10 juin 2008, en présence du jury :
Mr le Professeur Jean Louis PEDINIELLI
Mr le Maître de Conférences Georges ROUAN


Laurent GIRAUD U.E. Psy R10
N° étudiant : 20503628 Année 2007/2008
1
UNIVERSITE DE PROVENCE
Aix-Marseille I
U.F.R. Psychologie & Sciences de l’Education

Mémoire de Master 1
de psychologie clinique et psychopathologie



LE PATIENT PSYCHOTIQUE
EN CHAMBRE D’ISOLEMENT
Sous la direction de Mr Jean Louis PEDINIELLI
Professeur de Psychologie clinique et Psychopathologie
à l’université d’Aix-Marseille 1

Soutenance le mardi 10 juin 2008, en présence du jury :
Mr le Professeur Jean Louis PEDINIELLI
Mr le Maître de Conférences Georges ROUAN


Laurent GIRAUD U.E. Psy R10
N° étudiant : 20503628 Année 2007/2008
2








« Sans la reconnaissance
de la valeur humaine de la folie,
c’est l’homme même qui disparaît »

François Tosquelles






3
SOMMAIRE


INTRODUCTION.....................................................................................8

I. Revue de la littérature .....................................................................9
A. Approche descriptive de la situation ............................................................ 9
1. Historiquement .............................................................................................. 9
2. L’isolement : une pratique qui fait débat...................................................... 14
a. Définitions et situation .............................................................................. 15
b. Rôle des soignants et vécu des protagonistes ......................................... 22
B. De la contention à la contenance : Approches psychanalytiques ........... 26
1. A partir des fonctions maternelles de D. W. Winnicott................................. 27
2. « Le Moi-peau » de D. Anzieu ..................................................................... 29
3. Approches théoriques de la « Capacité de rêverie »................................... 32
C. La psychose et la schizophrénie................................................................. 39
1. Critères des Psychoses............................................................................... 40
2. Abord sémiologique..................................................................................... 40
a. Rappel historique ..................................................................................... 40
b. Symptomatologie principale de la schizophrénie ..................................... 41
c. Les formes cliniques de la schizophrénie................................................. 42

4
3. Abord psychopathologique .......................................................................... 43
a. Selon S. Freud ......................................................................................... 43
b. Les propositions de M. Klein .................................................................... 46
c. Apports de W. R. Bion.............................................................................. 47
d. L’approche synthétique de J. Bergeret..................................................... 50

II. Problématique et Hypothèse ........................................................54
A. Problématique............................................................................................... 54
1. De l’intérêt supposé de l’isolement.............................................................. 54
2. A propos d’une rêverie soignante................................................................ 56
B. Proposition d’hypothèse.............................................................................. 58
1. Formulation ................................................................................................. 58
2. Opérationnalisation des variables................................................................ 58

III. Présentation de la méthodologie .................................................60
A. Choix de la population ................................................................................. 60
B. Choix de l’outil.............................................................................................. 61
1. Approche théorique de l’entretien semi-directif de recherche...................... 61
2. Application dans notre recherche ................................................................ 63
3. Le guide d’entretien..................................................................................... 64


5
IV. Présentation des résultats............................................................65
A. Le groupe des patients................................................................................. 66
1. L’entretien avec Mr A................................................................................... 66
2. L’entretien avec Mr B................................................................................... 70
3. L’entretien avec Mr C. ................................................................................. 74
4. Synthèse ..................................................................................................... 77
B. Le groupe des infirmier(e)s.......................................................................... 79
1. L’entretien avec Me N.................................................................................. 79
2. L’entretien avec Me K.................................................................................. 84
3. L’entretien avec Mr H. ................................................................................. 89
4. Synthèse ..................................................................................................... 93

V. Discussion .....................................................................................95
A. Retour à l’hypothèse .................................................................................... 95
B. Ouverture....................................................................................................... 99

CONCLUSION....................................................................................103

BIBLIOGRAPHIE................................................................................104

ANNEXES...........................................................................................111
Annexe 1 : Principes généraux de la Charte de la personne hospitalisée........... 112
6
Annexe 2 : Référentiel de pratique en 23 critères sur l’utilisation des chambres
d’isolement en psychiatrie (ANAES).................................................................... 114
Annexe 3 : Guide d’entretien pour les patients.................................................... 116
Annexe 4 : Guide d’entretien pour les infirmier(e)s ............................................. 117
Annexe 5 : Entretien avec Mr A........................................................................... 118
Annexe 6 : Entretien avec Mr B........................................................................... 122
Annexe 7 : Entretien avec Mr C........................................................................... 124
Annexe 8 : Entretien avec Me N., infirmière ........................................................ 127
Annexe 9 : Entretien avec Me K., infirmière ........................................................ 131
Annexe 10 : Entretien avec Mr H., infirmier......................................................... 135
Annexe 11 : Thématiques des patients ............................................................... 139
Annexe 12 : Thématiques des soignants ............................................................ 140

Résumés............................................................................................141









7
INTRODUCTION


La mise en chambre d’isolement de patients est une réalité concrète qui existe
depuis longtemps dans les unités de soins à l’hôpital. Cela se rencontre aussi bien
dans les services d’urgences qu’en psychiatrie. Pourtant, cette pratique pose
question et n’est pas anodine.
Pour ma part, durant plusieurs années comme infirmier diplômé d’état en service de
psychiatrie, j’ai soigné de nombreux patients psychotiques qui étaient isolés dans ce
lieu spécifique. C’est alors au regard de cette expérience, et, de ma position actuelle
d’étudiant en psychologie clinique, que je me suis interrogé sur cette situation où, au
nom du soin, on porte atteinte à la liberté fondamentale d’aller et venir. Il n’y a, en
effet, que la prison qui puisse elle aussi enfermer les personnes.

D’où, pourquoi utiliser la contention pour soigner, et comment cela peut-il s’opérer ?
Cela m’a amené à la question de départ suscitant mon intérêt :
« Au-delà de l’enfermement physique, qu’est-ce qui peut être "contenant" pour un
patient psychotique hospitalisé en chambre d’isolement ? ».

J’ai alors mené mon travail de recherche sur mon lieu de stage de Master 1, en
service de psychiatrie adulte dans un pavillon dit « d’entrants », en allant à la
rencontre des patients et des soignants concernés par ce moment d’hospitalisation si
particulier.

Ainsi, nous allons aborder notre objet d’étude en commençant par une analyse de la
situation sous ses diverses dimensions : historique, actuelle et théorique. Cela nous
conduira à une tentative d’explication puis à une discussion sur les phénomènes
existants dans la réalité clinique.


8
I. Revue de la littérature

Un constat premier s’impose à partir des recherches récentes : les questions
soulevées par la chambre d’isolement ne sont traitées qu’au travers d’études
psychiatriques essentiellement descriptives. Ainsi, après avoir eu une approche à
travers l’histoire, nous nous proposons d’utiliser dans ce travail le paradigme
psychanalytique pour aborder notre sujet. Nous espérons pouvoir ainsi dégager une
réflexion autre sur le patient psychotique en situation d’isolement physique.

A. Approche descriptive de la situation

1. Historiquement

A travers les âges, la question de la folie et de sa maitrise a toujours existé. Dès
l’Antiquité, des écrits parlent de la nécessité d’exercer un contrôle physique sur les
personnes agitées. On citera Celius Aurelien (Vème siècle ap. J. C.) qui, reprenant
les idées de Soranos d’Ephèse (IIème siècle), recommandait en effet de faire usage
de liens, mais sans violence, si les maniaques étaient agités. Soranos était en fait
eropposé à Celse (1 siècle) qui estimait qu’un traitement brutal avait pour effet de
faire sortir par la peur le malade de sa pathologie. Cesle enchainait alors les
individus, les affamait, les isolait dans une obscurité complète et leur administrait des
cathartiques. A contrario, Soranos, considérant la contention comme un mal
nécessaire, recommandait de parler avec le malade de ses occupations ou de tout
autre sujet susceptible de l’intéresser.
On comprend alors que l’opposition entre ces deux personnages de l’Antiquité,
perdurant d’une certaine manière de nos jours, reposait sur deux conceptions
différentes du malade mental. Chez Celse, il apparait comme totalement envahi par
sa maladie, où seul un traumatisme violent peut l’en sortir. Pour Soranos, l’individu
n’en reste pas moins un sujet, bien que malade.
Par la suite, comme le rappelle Foucault (1961) : « Au Moyen Age et jusqu’à la
Renaissance le débat de l’homme avec la démence était un débat dramatique qui
l’affrontait aux puissances sourdes du monde » (p.II).
9
Toutefois, à l’époque moyenâgeuse, le malade mental reste le plus souvent à
domicile, où il est alors nécessaire de l’attacher. Ces moyens de contention
permettent alors non pas de l’isoler, mais de le maintenir dans sa famille ou la
communauté.
Puis, nous retiendrons deux évènements importants dans l’histoire de la Folie : 1657
avec la création de l’Hôpital Général et le « grand renfermement », et, 1794 avec la
libération des enchaînés de Bicêtre. Entre ces deux dates importantes, on pourra
citer la circulaire de 1785 instaurant les hôpitaux psychiatriques et la psychiatrie. Elle
s’intitulait « Instructions sur la manière de gouverner les insensés et de travailler à
leur guérison dans les asyles qui leur sont destinés ». On voit alors mêler de façon
inextricable, psychopathologie et comportement, thérapeutique et institutions
soignantes (Reynaud, 1991).
Mais avant cela, c’est un Edit Royal au milieu du XVIIème siècle qui va instituer ce
désormais célèbre « renfermement », où les « fous » vont participer à ce grand
rassemblement au côté des miséreux et des autres fauteurs de troubles. Il s’agira
donc d’enfermer les errants et les déviants de toutes sortes. L’isolement et la
contention vont alors être utilisés pour assigner une place, pour emprisonner, pour
exclure. Friard (2002) souligne que « au siècle des Lumières, un peu partout en
Europe, les furieux sont enfermés, parfois nus, dans d’étroits cachots […] On utilise
des camisoles de force et des chaînes fixées au mur et au lit pour immobiliser les
malades en se fondant sur la théorie que plus la contention est douloureuse,
meilleurs sont les résultats obtenus. » (p.6). On voit alors que les propositions
antiques de Celse étaient toujours d’actualité. De même, Foucault nous dit qu’à cette
époque « l’internement cache la déraison, et trahit la honte qu’elle suscite ; mais il
désigne explicitement la folie ; il la montre du doigt » (p.87). A ce propos, on pourrait
peut être se demander si quelque part cette désignation ne perdure pas de nos jours
quand on enferme un patient en chambre d’isolement.

Ensuite, c’est à la Révolution Française avec sa remise en cause de l’arbitraire royal
interdisant les lettres de cachet, et différenciant l’insensé du prisonnier, que le fou
devient un malade qu’il faut traiter. Il se distingue alors des aliénistes comme Pinel
(1745-1826) qui brisent les chaînes des aliénés, et préconise leur regroupement
dans des asiles. Foucault nous narre d’ailleurs le récit célèbre de leur délivrance à
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.