Séance solennelle de remise des Prix le octobre

De
Publié par

Niveau: Supérieur

  • redaction


Séance solennelle de remise des Prix le 13 octobre 2009 Lecture du palmarès par Jean Salençon, président de l'Académie des sciences, Jean Dercourt et Jean-François Bach, Secrétaires perpétuels de l'Académie des sciences, et Guy Laval, vice-président délégué aux relations internationales Grands Prix Prix Mergier-Bourdeix Le Prix est décerné à Alessandro Morbidelli, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l'Observatoire de Nice. Alessandro Morbidelli, dynamicien expert du système solaire, a obtenu des résultats fondamentaux sur la dynamique et les résonances des astéroïdes de la ceinture principale entre Mars et Jupiter. Il a démontré un temps d'échappement dix fois plus court que celui admis précédemment. Depuis une dizaine d'années, avec le groupe qu'il anime à Nice, il a établi le scénario de l'évolution tardive du système solaire, 650 Ma après la formation des planètes et il explique leur bombardement tardif et les cratères observés. Ce modèle est, désormais, appelé Modèle de Nice dans la littérature internationale et Alessandro Morbidelli est reconnu comme un leader mondial dans le domaine. Prix France Télécom Le Prix est décerné à Pierre Brémaud, enseignant-chercheur, professeur titulaire au Département de communications de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne. Pierre Brémaud est unanimement reconnu comme le fondateur de l'étude de la dynamique des processus ponctuels, suite à ses travaux sur l'information contenue dans ces processus.

  • recherche au centre national de la recherche scientifique

  • matériaux cellulaires

  • interactions fonctionnelles entre les systèmes dopaminergiques localisés

  • matrice métallique aux mousses métalliques

  • traitement neurochirurgical de la maladie de parkinson

  • méthode des joints-mortiers pour le calcul parallèle

  • séance solennelle de remise des prix


Publié le : jeudi 1 octobre 2009
Lecture(s) : 59
Source : academie-sciences.fr
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
   
 
 Séance solennelle de remise des Prix le 13 octobre 2009   Lecture du palmarès par Jean Salençon, président de l'Académie des sciences, Jean Dercourt et Jean-François Bach, Secrétaires perpétuels de l’Académie des sciences, et Guy Laval, vice-président délégué aux relations internationales    Grands Prix Prix Mergier-Bourdeix  Le Prix est décerné à Alessandro Morbidelli , directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l’Observatoire de Nice. Alessandro Morbidelli , dynamicien expert du système solaire, a obtenu des résultats fondamentaux sur la dynamique et les résonances des astéroïdes de la ceinture principale entre Mars et Jupiter. Il a démontré un temps d'échappement dix fois plus court que celui admis précédemment. Depuis une dizaine d'années, avec le groupe qu'il anime à Nice, il a établi le scénario de l'évolution tardive du système solaire, 650 Ma après la formation des planètes et il explique leur bombardement tardif et les cratères observés. Ce modèle est, désormais, appelé "Modèle de Nice" dans la littérature internationale et Alessandro Morbidelli est reconnu comme un leader mondial dans le domaine.  Prix France Télécom  Le Prix est décerné à Pierre Brémaud, enseignant-chercheur, professeur titulaire au Département de communications de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne. Pierre Brémaud  est unanimement reconnu comme le fondateur de l'étude de la dynamique des processus ponctuels, suite à ses travaux sur l'information contenue dans ces processus. Ses contributions dans ce domaine et dans les nombreux domaines connexes sur lesquels il a travaillé, comme le contrôle optimal, le filtrage, les statistiques, ont eu un impact majeur sur les mathématiques utilisées pour la modélisation et la simulation des réseaux de communications et pour le traitement du signal. La visibilité internationale de Pierre Brémaud doit aussi beaucoup à ses nombreux livres qui sont jugés les meilleurs dans leur domaine pour la clarté de leur rédaction et la hauteur de vue avec laquelle ils sont organisés. Pierre Brémaud a joué et continue à jouer un rôle central dans le développement et l'enseignement de ces disciplines en France.  Bourse Louis Gentil-Jacques Bourcart Le Prix, destiné à un jeune chercheur pour lui permettre d'effectuer une année de recherche à l'étranger, est décerné à James Badro , directeur de recherche au Centre national de la
recherche scientifique (CNRS), Institut de minéralogie et de physique des milieux condensés de l'université Pierre et Marie Curie et à l'Institut de physique du globe de Paris. James Badro  a déjà apporté des contributions originales de la plus grande importance pour la compréhension de la physique de l’intérieur de la Terre, obtenues en utilisant les techniques les plus raffinées. En particulier, il caractérise la transition de spin du fer dans les minéraux du manteau inférieur et en tire les conséquences sur le partage du fer et du magnésium entre ces minéraux, modifiant ainsi la vision que les géophysiciens avaient du manteau inférieur.  Prix Lazare Carnot  Le Prix est décerné à Christine Garban-Labaune , directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Directeur de l’Institut Lasers et Plasmas à l’École Polytechnique à Palaiseau. Christine Garban-Labaune a contribué de manière décisive à la physique complexe qui régit la manière dont l’énergie d’un laser très intense est déposée dans la matière. Ses expériences ont guidé les évolutions successives qui ont permis d’aboutir à la conception des grands lasers destinés aux études de la Défense et à la réalisation de la fusion nucléaire contrôlée en laboratoire pour de futures applications à la production d’énergie. Dès sa thèse, Christine Garban-Labaune a fait faire un pas décisif à ce domaine en montrant que le choix d’un rayonnement de courte longueur d’onde résolvait les difficultés liées aux lasers émettant dans l’infra rouge. Par la suite, en travaillant d’abord sur de petites expériences, puis en utilisant toutes les installations existant dans le monde, elle est parvenue à diagnostiquer les excitations du plasma et, grâce à une interaction efficace avec les théoriciens, à comprendre leurs interactions.  Prix Ampère de l’Électricité de France Le Prix est décerné à Ian Campbell , directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Laboratoire des Colloïdes Verres et Nanocristaux à l’Université de Montpellier 2. Ian Campbell est un physicien d’une profonde originalité dont les recherches ont ouvert la porte à plusieurs nouveaux domaines de la physique de la matière condensée. Ses travaux sur la conduction électrique dans les métaux ferromagnétiques sont à l’origine de la spintronique d’aujourd’hui. Il a participé amplement aux succès de "l’École Friedel" dans le développement de la physique des solides. Il a été pionnier dans l’étude des propriétés de fluage quantique de vortex dans les supraconducteurs. Ses travaux récents sur les verres de spin apportent un éclairage décisif sur la nature du verre de spin et sur la physique des systèmes désordonnés.  Prix Jacques Herbrand  Le Prix est décerné à Artur  Avila , directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), au Laboratoire de Probabilités et modèles aléatoires à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. Artur Avila  est l'un des meilleurs spécialistes de la théorie des systèmes dynamiques, pour lesquels il utilise des méthodes d'analyse très fines. Il a résolu un nombre impressionnant de questions extrêmement difficiles. Parmi ses contributions fondamentales, il faut citer ses travaux avec de Melo et Lyubich sur les dynamiques de dimension 1, qui ont permis de mieux comprendre la dichotomie typique entre les dynamiques régulières (convergeant vers un cycle périodique) et les dynamiques stochastiques (préservant une mesure lisse). On peut citer aussi ses travaux avec Forni concernant les échanges d'intervalles (analogues des rotations sur le cercle et permettant
une meilleure analyse du billard dans les polygones) : il montre qu'ils sont typiquement faiblement mélangeants. Ses travaux sur le spectre de l'opérateur de Schrödinger quasi périodique sont également admirables. Ce ne sont que quelques exemples : les champs de recherche et les techniques utilisées par Artur Avila sont en effet incroyablement variés.  Prix de la Fondation pour la recherche biomédicale PCL (Prix François Lhermitte) Le Prix est décerné à André Nieoullon , professeur à l'Université de la Méditerranée Aix-Marseille II, à la Faculté des Sciences de Luminy. Après avoir soutenu sa thèse à Marseille puis complété sa formation dans le prestigieux laboratoire de neuropharmacologie du Collège de France, André Nieoullon  est retourné à Marseille où il a créé une école de neurosciences de grande réputation internationale. Ses travaux ont concerné une maladie neurodégénérative fréquente et souvent invalidante, la maladie de Parkinson. André Nieoullon a précisé les mécanismes de cette maladie en étudiant en profondeur le fonctionnement des neurones producteurs d'un neurotransmetteur, la dopamine, les neurones dopaminergiques et les réseaux neuronaux impliqués dans l'apparition des mouvements anormaux caractéristiques de la maladie. Les observations qu'il a faites sur la libération dendritique des neurotransmetteurs dopaminergiques se sont révélées avoir une portée très générale pour d'autres neurotransmetteurs. Il a montré comment les interactions fonctionnelles entre les systèmes dopaminergiques localisés dans les 2 hémisphères cérébraux et leur dysfonctionnement, contribuent à la symptomatologie parkinsonienne. Il a également mis en évidence une hyperactivité glutamatergique touchant le noyau sous thalamique, cible majeure du traitement neurochirurgical de la maladie de Parkinson mis au point à Grenoble par notre confrère Alim-Louis Benabid. André Nieoullon a enfin montré comment cette hyperactivité glutamatergique contribue à la symptomatologie clinique de la maladie et au processus dégénératif des neurones dopaminergiques.  Prix Leonid Frank Le Prix est décerné à  Jean-Louis Colliot-Thélène , directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au Département de mathématique à l’Université de Paris-Sud à Orsay. Depuis Diophante qui vécut au troisième siècle de notre ère, la recherche des solutions entières des systèmes d'équations polynomiales à coefficients entiers a passionné de très nombreux mathématiciens professionnels et amateurs. Jean-Louis Colliot-Thélène a créé puis animé pendant plus de trente ans une école qui nous a permis de comprendre les mécanismes qui font que les variétés rationnelles - qui sont en un sens les systèmes d'équations algébriques qui ont le plus de chance d'avoir beaucoup de points rationnels -n'en n'ont pas du tout ou, au contraire, en ont beaucoup. La méthode de la descente de Colliot-Thélène et Sansuc est devenue l'une des grandes techniques du sujet. Jean-Louis Colliot-Thélène nous a appris que l'obstruction de Manin avait tendance à être la seule obstruction aussi bien au principe de Hasse qu'à celui de l'approximation faible. Il nous a donné une grande quantité d'applications, d'exemples et de contre-exemples (comme l'existence prouvée avec Beauville, Sansuc et Swinnerton-Dyer de variétés stablement rationnelles qui ne sont pas rationnelles) et aussi des théorèmes généraux (comme sa preuve avec Ojanguren de la conjecture de Grothendieck-Serre sur les espaces principaux homogènes).  Prix de Mme Victor Noury Le Prix est décerné à Pascal Thérond , directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l'Institut de Biologie du Développement et du Cancer de Nice.
Pascal Thérond  est un spécialiste internationalement reconnu de la voie de signalisation cellulaire Hedgehog, plus simplement appelée Hh chez la drosophile. Il a été le premier à cloner le gène de la protéine fused , une serine/thréonine kinase impliquée dans l'organisation de la segmentation. Il en précisa la fonction au cours d'un stage post-doctoral de 5 ans dans le laboratoire du prix Nobel Michael Bischop. Au retour des États-Unis, il établit que cette kinase est au cœur de la signalisation par la molécule Hh. Pascal Thérond put aussi identifier la structure inscrite dans la molécule Hh qui lui permet d'être sécrétée. Il précisa le rôle du cholestérol et des protéoglycans dans ce processus et apporta des éléments décisifs dans la compréhension des processus moléculaires de la signalisation déclenchant l'activation transcriptionnelle. Ces phénomènes, conservés chez l'homme, sont au coeur des questions les plus fondamentales du développement embryonnaire et des processus de morphogenèse et de cancérisation.  Prix Dolomieu du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)  Le Prix est décerné  à Emmanuel Ledoux, directeur de recherche à l’École des Mines de Paris. En élaborant des modèles hydrauliques, thermiques, mécaniques et géochimiques des transferts de masse et d’énergie dans l’environnement, Emmanuel Ledoux a été pionnier dans l’essor de la géologie quantitative en France. Il a, de plus, su appliquer ces outils sur un très grand nombre des problèmes de géologie appliquée que lui posaient la société industrielle et les pouvoirs publics : la gestion des ressources en eau ; l’influence du changement climatique sur ces ressources ; la géothermie de haute et basse enthalpie ; le stockage des déchets nucléaires ; la gestion des anciens sites miniers en cours de fermeture ; la séquestration du gaz carbonique, et bien d'autres. Emmanuel Ledoux  est un expert très respecté  Prix de cancérologie / Fondation del Duca Le Prix est décerné à Matthew Albert , directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). D'origine américaine, Matthew Albert  a rejoint l'Institut Pasteur en 2003 où il dirige aujourd'hui un important laboratoire mixte INSERM- Institut Pasteur. Matthew Albert est un spécialiste des aspects fondamentaux et cliniques des réponses immunitaires anti-tumorales. Il mène parallèlement des travaux d'immunologie et de biologie cellulaire, et des études cognitives et thérapeutiques chez des patients atteints de cancer. L'équipe qu'il dirige, étudie les mécanismes moléculaires de la mort cellulaire et le rôle respectif des différents types de mort cellulaire sur l'induction des réponses immunitaires. Ses travaux récents portent, notamment, sur les mécanismes fondamentaux de la présentation croisée des antigènes aux lymphocytes T par les cellules dendritiques. Il a, en particulier, montré que la mort cellulaire programmée autophagique était beaucoup plus efficace que l'apoptose classique pour la présentation croisée des antigènes qui conduit à la stimulation des réponses immunitaires assurée par les lymphocytes T. Matthew Albert a également apporté des contributions importantes à la compréhension de la physiopathologie des infections chroniques par le virus de l'hépatite C et sur les réponses anti-tumorales immunitaires déclenchées par le BCG chez les patients atteints de cancer de la vessie. La compréhension des mécanismes du fonctionnement du système immunitaire humain, tel qu'il est abordé par Mattew Alberts, devrait permettre de mieux le manipuler afin d'optimiser l'immunothérapie des cancers.  Prix Alcan  
Le Prix est décerné à Luc Salvo , Maître de conférences à l’Institut national polytechnique de Grenoble (INPG), Laboratoire des Sciences Ingénierie-Matériaux Procédés. Luc Salvo  est récompensé pour ses travaux expérimentaux en métallurgie mécanique, qui concernent un champ qui va des composites à matrice métallique aux mousses métalliques, en passant par les matériaux cellulaires réguliers et les feutres métalliques. En s’appuyant sur des développements expérimentaux originaux, notamment dans le domaine de la tomographie aux rayons X, utilisée in situ en cours de déformation et de solidification, il a apporté une caractérisation quantitative des mécanismes de déformation et de rupture des matériaux architecturés à l’échelle millimétrique. Ces travaux ont permis de porter un nouveau regard sur les morphologies de la solidification, et sur les modes de déformation des matériaux architecturés. S’appuyant sur une vaste culture dans le domaine des matériaux, la démarche de Luc Salvo, à l’interface entre la conception, la mécanique et la métallurgie, lui a permis une interaction constante et fructueuse avec les modélisateurs, qui constitue une contribution majeure aux démarches actuelles de conception de matériaux «sur mesure».  Prix Emilia Valori Le Prix est décerné à Gero Decher , professeur à l'Université de Strasbourg où il exerce son activité de recherche et d'enseignement depuis 1995, après un doctorat à l'Université de Marbourg et un stage post-doctoral à l'Université de Mainz. Gero Decher est un des plus brillants chercheurs en nanotechnologie exerçant en France. Il a inventé une méthode de dépôt de nanomatériaux bio-fonctionnels sous forme de couches minces, basée sur des interactions intermoléculaires de type électrostatique. Cette méthode originale d'assemblage des matériaux, couche par couche, est à la fois simple, peu polluante et peu coûteuse. Une technologie remarquable très vite reconnue par la communauté scientifique internationale. L'article princeps publié dans le prestigieux journal Science en 1997 a été cité plus de 3400 fois, ce qui en fait un des articles de chimie le plus cité. Les applications de cette découverte sont à la fois nombreuses et importantes. Parmi celles qui sont déjà commercialisées, citons deux exemples: celui du revêtement anticoagulant par ancrage d'héparine sur des dispositifs médicaux tels que des cathéters ou des endoprothèses pour artères coronaires et celui d'un revêtement hydrophobe améliorant la biocompatibilité des lentilles de vision. Gero Decher a réalisé un ensemble remarquable de travaux dans le domaine de grande actualité des nanotechnologies, à l'interface de la chimie fondamentale, des sciences du vivant et des industries du secteur biomédical.   Grands Prix thématiques Prix Jacques-Louis Lions Le Prix est décerné à  Yvon Maday , directeur du Laboratoire Jacques-Louis Lions à l’université Pierre et Marie Curie à Paris. Les nombreux travaux d' Yvon Maday en mathématiques appliquées lui ont acquis une grande renommée internationale. Ainsi est il à l'origine de trois méthodes très populaires: la méthode des joints-mortiers pour le calcul parallèle, la méthode para réelle pour le contrôle des problème en temps, et la méthodes des bases réduites adaptatives pour le contrôle optimal. Les applications industrielles sont nombreuses comme par exemple le dessin d'un radiateur pour refroidir un microprocesseur. Yvon Maday dirige aussi deux équipes pour l'aide au diagnostic médical par la simulation, comme la synthèse sur ordinateur des électrocardiogrammes. Enfin, Yvon Maday a aussi appliqué ses algorithmes à la chimie computationnelle et c'est donc autant le chercheur exceptionnel que le chercheur pluridisciplinaire, à l'énergie exceptionnelle, que ce Prix récompense.  
Prix Sophie Germain de l’Institut de France Le Prix est décerné à Nessim Sibony , professeur à l’université de Paris-Sud Orsay Les travaux fondateurs de Nessim Sibony  concernent l’analyse complexe et la dynamique holomorphe. Il est l’auteur de près d’une centaine d’articles de recherche portant sur un spectre très large de l’analyse complexe. Entre 1970 et 1990, il s’est attaché à l’étude des espaces de fonctions holomorphes, à la géométrie des domaines pseudoconvexes, et à la résolution de l’opérateur d-bar. Depuis le début des années 1990, Nessim Sibony se consacre principalement à l’étude des systèmes dynamiques holomorphes en plusieurs variables complexes, un domaine qu’il a grandement consolidé grâce à un ensemble de résultats géométriques très profonds reposant sur la théorie des courants positifs.  Prix Jaffé de l’Institut de France (sciences de l’univers)  Le Prix est décerné à Jean Virieux ,  professeur des universités au laboratoire de géophysique interne à l’université Joseph Fourier de Grenoble. Jean Virieux  a conçu et réalisé un programme destiné à promouvoir les comportements responsables au service de l’humanité. Ce programme, intitulé « SISMO des écoles, vivre avec le risque naturel, séismes et tsunamis », fut d’abord régional, puis national et européen et est destiné à devenir international. À partir de l’établissement scolaire , véritable centre local de ressources scientifiques et techniques, une information précise sur les séismes, les tsunamis et les risques naturels motive les élèves et diffuse très largement dans la population, en réponse à des besoins des responsables de la sécurité civile. Ce programme exemplaire est conduit depuis douze ans avec succès. Il est reconnu par les collectivités territoriales, les ministères, les grandes entreprises.  Prix Lamb Le Prix est décerné à Arnaud Landragin , chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au Laboratoire «Systèmes de Référence Temps-Espace» (SYRTE) à l’Observatoire de Paris. Arnaud Landragin  a étudié le développement de capteurs inertiels de très haute sensibilité reposant sur des techniques d’interférométrie atomique. Il a démontré la possibilité de mesurer l’ensemble des six composantes d’inertie à l’aide du même instrument, avec des performances record le plaçant au premier rang international. Grâce à ses travaux, il devient réaliste aujourd’hui d’envisager l’utilisation de capteurs inertiels à ondes de matière pour des objectifs très variés : navigation inertielle, recherche pétrolière, mesure du champ de gravité terrestre et de son gradient, mesure des fluctuations rapides de la rotation de la Terre, tests de la validité de la loi de gravitation et de la relativité générale.  Prix Adrien Constantin de Magny (Fondation Rheims) Le Prix est décerné à Étienne Le  Coärer , Ingénieur de l’Enseignement supérieur et de la recherche de l’Université Grenoble 1, Laboratoire d’Astrophysique de Grenoble. Étienne Le Coärer est un expérimentateur hors pair qui a su développer les outils permettant d’utiliser, à la limite de leur résolution spatiale, les télescopes optiques de grande dimension comme le télescope de 6 m de Zelemchuk ou celui de 8 m de l’ESO. Utilisant le principe de l’interférométrie de Lipman, il a construit un spectromètre nanométrique utilisant les propriétés des ondes stationnaires dans une fibre optique et leur partie évanescente sur la paroi de cette fibre. Les applications de cette technique révolutionnent l’utilisation des télescopes et des interféromètres optiques.  Prix Ivan Peychès  
Le Prix est décerné à Bruno Bureau , professeur à l’Université de Rennes I, Équipe Verres et Céramiques de l’UMR CNRS Sciences Chimiques. Bruno Bureau a joué un rôle très important dans la création, la caractérisation, la mise en forme et l’exploitation des verres non conventionnels pour l’optique. Il a montré que les verres de fluorures et les verres dits "Tex Glass" qui présentent les énergies de phonons les plus basses jamais obtenues, assurent une transmission exceptionnelle dans l’infrarouge. Parmi ses autres contributions, il faut citer : - l’analyse conformationnelle des verres, à base d’atomes lourds pour y détecter d’éventuelles analogies avec celle de verres d’oxydes ou de fluor ;  - l’étude des phénomènes de nucléation/croissance pour l’élaboration de vitrocéramiques ; - le développement d’une nouvelle classe de verres de tellures pour l’optique spatiale et la  microélectronique ;  - le développement de matériaux innovants pour l’imagerie infrarouge avec des applications à la biologie et à la médecine.  Prix Roger-Jean et Chantal Gautheret Le Prix est décerné à Catherine Rameau , directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) à Versailles. Grâce à des travaux de génétique et de physiologie chez le pois ( Pisum sativum ), sur une collection de mutants jouant un rôle central dans la précocité de la floraison et le degré de ramification, Catherine Rameau  a pu élaborer de nouveaux modèles du contrôle génétique de la mise à fleur et du contrôle hormonal de la ramification chez les plantes supérieures. En particulier, ses travaux ont abouti à la découverte d’une nouvelle famille d’hormones végétales qui interviennent dans le développement des plantes, les strigolactones. La découverte de ces nouvelles hormones et l’identification des gènes responsables de leur biosynthèse laissent entrevoir de multiples applications en agriculture, en horticulture et en sylviculture.  Prix Paul Doistau - Émile Blutet de l'information scientifique  Le Prix est décerné conjointement à Jean-Pierre Camilleri Jean Coursaget , tous deux professeurs émérites des universités pour leur ouvrage consacré à l’histoire du développement de la radiothérapie en France au début du XX e siècle. Cet ouvrage décrit le rôle des principaux scientifiques qui en furent responsables. Notamment Émile Roux qui fut, aux côtés de Marie Curie, à l’origine de la création, en 1909, de l’Institut du radium. Cet Institut associait un laboratoire de physique, dirigé par Marie Curie et un laboratoire de biologie, dirigé par Claudius Regaud. C’est alors que fut démontré l’importance du facteur temps dans les effets biologiques de l’irradiation et suggéré que le noyau cellulaire était la cible élective des radiations. Prenant le relais de l’action de ces pionniers, la Ligue contre le cancer et la Fondation Curie, créées respectivement en 1918 et 1920, ont très efficacement contribué, et contribuent encore aujourd’hui, à l’organisation scientifique et médico-sociale de la lutte contre le cancer.  Prix Etancelin  Le Prix est décerné à Sylvie Robine , directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Sylvie Robine  dirige un groupe de recherche au sein de l'équipe Morphogénèse et Signalisation Cellulaire à l’Institut Curie. Sylvie Robine est une grande spécialiste de l'épithélium digestif. Elle a démontré le rôle de la villine dans la dynamique des microvillosités qui forment la bordure en brosse des cellules intestinales et de la  cancérogénèse colique.  Sylvie Robine a identifié plusieurs molécules, mutations et
signaux impliqués dans le processus carcinogène de l’épithélium colique. Elle a produit plusieurs souris transgéniques où des transgènes variés peuvent être exprimés, éventuellement de façon conditionnelle, au sein de l’épithélium intestinal.  Elle a, en particulier, obtenu et caractérisé des souris transgéniques génétiquement déficientes pour la villine, grâce à un ciblage par le promoteur de la villine. Ces souris "Villine-Cre-Lox" se sont révélées particulièrement utiles.   Prix thématiques Prix thématique de Mathématique Prix Élie Cartan Le Prix est décerné à Raphaël Rouquier, professeur à l’Université d’Oxford en Angleterre. Les travaux récents de Raphaël Rouquier portent essentiellement sur l’algèbre homologique, les groupes de réflexions complexes et la théorie des représentations “de niveau supérieur” (c’est-à-dire, où l’espace de représentation est remplacé par d’autres structures : catégories abéliennes ou triangulées, par exemple). Il a apporté des contributions nombreuses et importantes à ces trois domaines.  Prix Petit d’Ormoy, Carrière, Thébault Le Prix est décerné à Laurent Fargues, chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au laboratoire de mathématique à l’université Paris-Sud. Laurent Fargues a montré que les schémas en groupes commutatifs finis et plats sur l'anneau des entiers d'un corps valué d'inégales caractéristiques jouissent de propriétés formelles analogues à celles des fibrés vectoriels sur une courbe. Ce résultat, tout à fait inattendu, nous permet d'avoir un regard entièrement nouveau sur des objets qui ont pourtant été intensément étudiés et utilisés depuis cinquante ans, notamment pour leur rôle essentiel dans la compréhension des propriétés arithmétiques des courbes algébriques et des variétés abéliennes.  Prix Langevin (en hommage à la mémoire des savants français assassinés par les nazis en 1940-1945)   Le Prix est décerné à Charles Favre ,  chargé de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l’Institut de Mathématique de Jussieu à Paris pour ses travaux sur la géométrie analytique, la dynamique holomorphe et l’analyse ultramétrique. Il a notamment introduit des méthodes entièrement nouvelles de théorie du potentiel pour l’étude des valuations et des singularités, et celles-ci ont eu des implications profondes en géométrie algébrique et dans la théorie des systèmes dynamiques.  Prix thématiques des Sciences mécaniques et informatiques Prix Michel Monpetit / Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) Le Prix est décerné à Simon Thorpe, directeur de recherche au Centre de recherche Cerveau & Cognition à l’Université Paul Sabatier de Toulouse pour ses remarquables travaux d’analyse et de modélisation des mécanismes temporels dans les circuits neuronaux de la perception visuelle et la mise en évidence de la transmission ultra-rapide de certains signaux vers des neurones hautement sélectifs. Il a notamment montré que le système visuel peut détecter la présence d'une forme particulière, un animal par exemple, dans des scènes complexes en moins de 150 ms. Simon Thorpe est également à l'origine du développement d’applications informatiques de reconnaissance de formes en temps réel, telles que le logiciel commercial Spikenet.
 Prix Plumey Le Prix est décerné à Habibou Maitournam ,  professeur associé au laboratoire de Mécanique des Solides à l’École Polytechnique à Palaiseau. À partir d’une analyse mécanique à la fois rigoureuse et simplificatrice et de la mise au point d’algorithmes et de traitements numériques originaux et performants, Habibou Maitournam a apporté, dans le cadre de collaborations étroites avec l’industrie, des contributions de premier plan à la modélisation des procédés de traitement et d’assemblage mécaniques, à l’analyse de la réponse des structures aux sollicitations thermomécaniques de service et à la prévision de leur durée de vie en fatigue.  Prix Edmond Brun Le Prix est décerné à Christophe Bogey, chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), laboratoire Mécanique des Fluides et Acoustique de l’École Centrale de Lyon En combinant judicieusement la simulation numérique intensive et l’analyse physique, Christophe Bogey a réalisé des développements pionniers dans le domaine de l’aéroacoustique avec comme application directe le problème du bruit des avions. Son approche permet d’obtenir simultanément le champ turbulent et le champ sonore induit par la turbulence, en rupture incontestable avec les méthodes traditionnelles qui découplent mécanique des fluides et acoustique.  Prix Blaise Pascal du Gamni-Smai) Le Prix est décerné à Éric Cancès , professeur à l’École Nationale des Ponts et Chaussées à Marne-la-Vallée.   Éric Cancès a contribué aux progrès de la science des matériaux par de nouvelles méthodes mathématiques et numériques pour la chimie quantique computationnelle et la dynamique moléculaire multiéchelle. En plus de la publication de ses résultats dans les meilleures revues internationales, Éric Cancès est aussi l'auteur d'une méthode de calcul d'états fondamentaux quantiques très rapide et intégrée dans un des logiciels commerciaux les plus utilisés par les chimistes du monde entier.  Prix thématique de Chimie Prix Grammaticakis-Neuman Le Prix est décerné à Sylvie Derenne, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dans le laboratoire Biogéochimie et écologie des milieux continentaux à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. La marque d’une signature biologique dans les roches les plus anciennes fait débat depuis plusieurs années. Par une analyse fine et inédite de la matière organique contenue dans une roche archéenne australienne, Sylvie Derenne a pu, grâce à une approche moléculaire, repousser l’origine de la vie sur Terre à 3,5 milliards d’années.  Prix Charles Dhéré et Médaille Berthelot Le Prix et la médaille sont décernés à Jean-Jacques Girerd ,  professeur à l’Université de Paris XI à Orsay, à l’Institut de Chimie Moléculaire et des Matériaux. Jean-Jacques Girerd est l’un des experts internationaux de la chimie des assemblages d’ions métalliques mimant les métalloprotéines impliquées dans la photosynthèse. Ses travaux se sont portés sur les complexes à valence mixte, c’est-à-dire aux complexes contenant deux ions du même métal dans des degrés d’oxydation différents. Ces travaux lui ont ensuite permis de s’orienter vers l’analyse des clusters métalliques présents dans de nombreuses
métalloprotéines, notamment les clusters fer-soufre et les clusters manganèse-oxo. Le travail de l’équipe de Jean-Jacques Girerd a permis de décrire précisément la structure électronique des espèces fer-hydroxo et fer-oxo qui sont des entités actives des cycles catalytiques des enzymes à fer non-hémiques.  Prix Langevin en hommage à la mémoire des savants français assassinés par les nazis en 1940-1945) Le prix est décerné à Azzedine Bousseksou ,  directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au laboratoire de Chimie de Coordination de Toulouse. Azzedine Bousseksou est un spécialiste du magnétisme moléculaire et des matériaux moléculaires à transition de spin. Il a réalisé des couches minces de ces solides bistables, étudié expérimentalement et théoriquement leur comportement et défini les mécanismes fondamentaux qui régissent ce phénomène. Il s’attache actuellement à leur mise en forme pour réaliser des dispositifs (mémoires, capteurs…).  Prix Paul Pascal Le Prix est décerné à Pascal Le Floch, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et directeur du laboratoire Hétéroéléments et Coordination à l’École Polytechnique à Palaiseau. Pascal Le Floch est récompensé pour ses travaux sur la chimie moléculaire des interactions entre des ligands originaux, en particulier phosphorés, et des métaux de transition, et pour les applications prometteuses des complexes ainsi formés dans les domaines de la catalyse homogène et des matériaux. Plus récemment, Pascal Le Floch s’est intéressé à la synthèse et à la réactivité de nanoparticules métalliques stabilisées et à leurs applications dans la catalyse homogène et supportée.  Prix thématique de Biologie humaine et sciences médicales Prix Mémain-Pelletier / Fondation de l’Institut de France Le Prix est décerné David Belin , chargé de recherche à l’Institut national de la recherche médicale (Inserm) dans le Pôle Biologie Santé de l’Université de Poitiers. David Belin a été le premier à créer un modèle animal d’addiction aux drogues analogue à la maladie humaine et à démontrer que l’impulsivité était un trait de vulnérabilité prédictif pour une entrée compulsive dans un processus addictif. Puis, récemment, David Belin s’est intéressé aux facteurs environnementaux qui protègeraient d’une vulnérabilité à l’addiction.  Prix Dandrimont-Bénicourt / Fondation de l’Institut de France Le Prix est décerné à Christine Chomienne , professeur de biologie cellulaire à l’Université Paris-Diderot et médecin-hématologiste à l’Hôpital Saint-Louis à Paris. Les travaux de Brigitte Chomienne ont permis de mettre en place le premier traitement différenciateur des cancers par l’acide rétinoïque et concevoir de nouvelles thérapeutiques de certaines formes de leucémie désormais utilisées dans le monde entier. Les travaux, les plus récents, de Christine Chomienne qui concernent la molécule CD44 et la potentialisation de l’effet immuno-adjuvant de l’acide rétinoïque par une immunothérapie génique dans des modèles murins, ouvrent de nouvelles perspectives pour l’immunothérapie et l’éradication des cellules souches malignes.  Prix Montyon Le prix est décerné Michel Haissaguerre , cardiologue des Hôpitaux de Bordeaux et chercheur en électrophysiologie cardiaque.
Michel Haissaguerre a apporté une contribution déterminante à la compréhension des mécanismes qui président à la genèse des fibrillations auriculaires et ventriculaires. Tout récemment, son équipe a découvert une anomalie de l’électrocardiogramme prédictive de mort subite chez le sujet jeune. Les implications pratiques de ses contributions sont considérables. Ces études devraient, en effet, permettre l’identification des sujets à risque et la prévention de morts subites et d’ouvrir d’autres voies de recherche sur cette pathologie dramatique.  Prix Dagnan-Bouveret  Le prix est décerné Luis Quintana-Murci , directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Chef de l’Unité de Génétique évolutive humaine à l’Institut Pasteur. Luis Quintana-Murci consacre ses recherches à l’étude de la variabilité du génome humain, dans le but de mieux comprendre les relations de l’espèce humaine avec les agents pathogènes à l’origine des maladies infectieuses. Les travaux de Luis Quintana-Murci ont permis d’améliorer, de façon originale, nos connaissances des effets relatifs de la démographie et de la sélection naturelle, notamment celle exercée par les agents infectieux, sur la diversité du génome humain, de préciser les mécanismes de l’adaptation de l’hôte humain aux pathogènes et de faciliter l’identification des gènes responsables de pathologies complexes.   OLYMPIADES Olympiades nationales de mathématiques Le premier Prix pour la série S est Thomas Budzinski , du lycée Henri Poincaré de Nancy et le premier Prix pour la série STI est Quentin Aubertot , du lycée Louis Rascol d’Albi.   Olympiades internationales de mathématiques Jean-François Martin , élève de première, académie de Toulouse obtient en 2009, la Médaille d’argent des Olympiades internationales de Mathématique. Il avait déjà obtenu, en 2008, la Médaille d’argent des Olympiades internationales de mathématiques.  Olympiades nationales de la chimie Les Olympiades nationales de la chimie constituent une action éducative innovante portée par l’Union des industries chimiques et réalisée en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’Union des professeurs de physique et de chimie, la Société française de chimie et la fondation Maison de la chimie. Sarah Gayot , élève au lycée Auguste Renoir de Limoges, a été classé première et Bertrand Caron , élève au lycée Louis Thuillier d’Amiens a été classé deuxième des Olympiades nationales de la chimie.  Olympiades internationales de chimie Créées en 1968, les Olympiades Internationales de Chimie (IChO) sont une compétition internationale de haut niveau, qui réunit chaque année plus de 200 étudiants non spécialisés en chimie issus des enseignements secondaires d'environ soixante pays et animés par une passion commune : la Chimie. En 2009, Baptiste Haddou, du Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand a reçu la Médaille d’or des Olympiades internationales de chimie. Il avait été classé deuxième en 2008 des Olympiades nationales de chimie.  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi