Section des Formations et des diplômes

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire


Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'Université Lille 1 - Sciences et Technologies de Lille Juillet 2009

  • articulation urbanisme- transport

  • cœur des problématiques d'aménagement urbain

  • voie professionnelle

  • données portant sur l'insertion professionnelle


Publié le : mercredi 1 juillet 2009
Lecture(s) : 52
Source : univ-lille1.fr
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Se c tio n d e s Fo rm a tio ns e t d e s d ip lô m e s
Eva lua tio n d e s m a ste rs d e l’ Unive rsité Lille 1 Sc ie nc e s e t Te c hno lo g ie s d e Lille
Juille t 2009
Se c tio n d e s Fo rma tio ns e t d e s d ip lô me s
Éva lua tio n d e s m a ste rs d e l’ Unive rsité Lille 1 Sc ie nc e s e t Te c hno lo g ie s d e Lille
Juille t 2009
Eva lua tio n d e s d ip lô me s Ma ste rs – Va g ue D
AC ADÉMIE : LILLE
Éta b lisse me nt : Unive rsité Lille 1 – Sc ie nc e s e t Te c hno lo g ie s d e Lille De ma nd e n° S3100016224 Do ma ine : Sc ie nc e s, Te c hno lo g ie s, Sa nté Me ntio n : Amé na g e me nt, urb a nisme e t d é ve lo p p e me nt de s te rrito ire s.
Avis Ae re s
Ap p ré c ia tio n (A+, A, B o u C ) : A+
Avis g lo b a l :me ntio n (sur la fo rma tio n)d e e t l’ o ffre
Le m ast er « Am énagem ent , ur bani sm e et dével oppem ent des t er r i t oi r es » pr ésent é par l ’ U ni ver si t é de Li l l e 1 f ai t par t i e des quel ques pôl es f r ançai s de f or m at i o n et r echer che en ur bani sm e et dével oppem ent des t er r i t oi r es capabl es de r i val i ser avec l eur s hom ol o gues eur opéens. Cet t e f or m at i on est un m em br e act i f du r éseau des i nst i t ut s d’ ur bani sm e, l ’ APERAU, et à ce t i t r e, i l a noué des cont act s avec deux i nst i t ut s d’ ur bani sm es bel ges i nst al l és à Br uxel l es. L’ absence (appar ent e ou r éel l e ?) de par t enar i at s du côt é br i t anni que (si on except e l a pr ésence d e 3 col l ègues dans une des spéci al i t és) sur pr end, quand on sai t l e r ôl e de nos voi si ns dans l e dom ai ne de l ’ ur bani sm e et de l a pl ani f i cat i on ur bai ne.
Cet t e qual i t é est à l a f oi s l e f r ui t d’ une l ongue e xpér i en ce, condui t e depui s 1975, qui a pr i s di f f ér ent es f o r m es successi ves (MST pui s IUP « ENVAR », 3 DESS devenus ensui t e m ent i on et spéci al i t és de m ast er ), m ai s au ssi d’ une gr ande capaci t é à f ai r e évol uer l a f or m at i on en t enant com pt e des bi l ans r é gul i èr em ent f ai t s et de l ’ obser vat i on m i nut i euse des évol ut i ons de l a dem and e pr of essi onnel l e. Ai nsi , l a nouvel l e ver si on pr oposée (r enouvel l em ent avec des m odi f i cat i ons par f oi s i m por t ant es) com pr end si x spéci al i t és, ci nq en voi e pr of essi onnel l e et une e n voi e r echer che. Par ai l l eur s, l e dossi er f ai t m ent i on de l a possi bl e dem ande de cr éat i o n d’ un ERASMUS MUNDUS avec l ’ uni ver si t é de Tur i n et cel l e de West m i nst er (Lond r es). Les f l ux sont suf f i sant s pour assur er un r ecr ut em ent de qual i t é et des ef f ect i f s sat i sf ai sant s au ni veau de l a m ent i on (une cent ai ne par année). On se doi t néanm oi ns de soul i gner l es f ai bl es ef f ect i f s de deux spéci al i t és , Eur ost udi es, m ai s de cr éat i on t o ut e r écent e et vi sant une popul at i on nécessai r em ent pl us l i m i t ée et GMT (Géog r aph i e Mi l i eux Ter r i t oi r es), ce qui est pl us i nqui ét ant .
Si l ’ adossem ent au l abor at oi r e « Ter r i t oi r es, Vi l l e s, Envi r onnem ent et Soci ét és » (EA 4019) est sci ent i f i quem ent i ncont est abl e (l a qual i t é des pr oduct i ons de ce l ab or at oi r e, l e r enom sci ent i f i q ue des ensei gnant s i m pl i qués dans ce der ni er et dans l e m ast er en sont des pr euves). On aur ai t ai m é néanm oi ns que cet aspect soi t pr ésent é pl us cl ai r em ent et synt hét i quem ent au ni veau de l a m ent i on, de m êm e que l es par t enar i at s de r echer che avec d’ aut r es l abor at oi r es de l ’ Ecol e d’ Ar chi t ect ur e ou de l ’ INRE TS (Inst i t ut Nat i onal de r echer che sur l es Tr anspor t s et l eur Sécur i t é).
Les ci nq spéci al i t és à f i nal i t é pr of essi onnel l e pr é sent ent t out es un haut ni veau de qual i t é, gr âce aux m odal i t és de f or m at i ons m i ses en œ uvr e (t out e l a gam m e est pr ésent e et ut i l i sée au m i eux), aux com pét ences des é qui pes pédagogi ques et des par t enar i at s assur a nt aux ét udi ant s des possi b i l i t és de st age vér i t abl em ent qual i f i ant s. Sur ce ère ème poi nt , on soul i gner a l ’ exi gence dans t out es l es spéci al i t és d’ un st age de 3 m oi s en 1 année et de 6 m oi s en 2 année. Les données por t ant sur l ’ i nser t i o n pr of essi onnel l e, f our ni es par l ’ Obser vat oi r e des For m at i ons et de l ’ Inser t i on de l ’ uni ver si t é Li l l e 1, at t est ent de l a per t i nence et de l ’ ef f i caci t é de l a f or m at i on donnée, l es r ésul t at s ét ant excel l ent s pour t out es l es spéci al i t és.
On soul i gner a que t ous l es ét udi ant s i nscr i t s en voi e pr of essi onnel l e et qui envi sager ai ent une pour sui t e en doct or at peuvent s’ y pr épar er par une i n i t i at i on à l a r echer che qui est f acul t at i ve. On aur ai t pu néanm oi ns souhai t er que l a r éf l exi on ai t ét é un peu pl us poussée, af i n d’ al l er ve r s un m ast er i ndi f f ér enci é, ce qui aur ai t per m i s de l ever l ’ hypot hèque du m ai nt i en d’ une spéci al i t é r echer che connai ssant de sér i euses di f f i cul t és (c’ est l e seul vr ai poi nt f ai bl e du dossi er et t r ès honnêt em ent soul i gné par l es r édact eur s du dossi er ) et de condui r e un nom br e pl us él evé d’ ét udi ant s ver s l e doct or at . En ef f et , dans ce dom ai ne en par t i cul i er , l a di st i nct i on voi e pr of essi onnel l e-voi e
2
r echer che a l ar gem ent per du de son sens, l e dével o ppem e nt des bour ses CIFRE devant accom pagner cet t e m ut at i on qui donne sa pl ei ne si gni f i cat i on au concept de m ast er .
En concl usi on, une excel l ent e f or m at i on à vocat i on pr of essi onnel l e dom i nant e (pr ès de 2000 ét udi ant s f or m és en guèr e pl us de 30 ans et qui const i t uent un t r ès ut i l e r éseau pour l a f or m at i on et l e deveni r des nouveaux di pl ôm és). Tout en ét ant f or t em ent ar t i cul é avec l a r echer che, ce qui est l e f ondem ent m êm e d’ un m ast er , i l pr ésent e des r ésul t at s l e pl us souven t excel l ent s en t er m es de pl acem ent des di pl ôm és. L es quel ques r em ar ques de dét ai l f ai t es ci -dessous, t out com m e l es quel ques f r agi l i t és appar ai ssant dans ce r t ai nes spéci al i t és voi r e l a seul e gr ave f ai bl esse soul i gnée, ne r em et t ent pas f ondam ent al em ent en cause l a gr ande qual i t é de ce di pl ôm e. Un dossi er p l us cl ai r aur ai t pu encor e m i eux val or i ser cet t e f or m at i on.
Po ints fo rts : z zandes d’ un m aux dem pr of essi onnel i l i eu r ès Une t at i on bonne adapt et doncst r uct ur é i eux de m i eux en m de pl us en pl us exi geant . zor m at i on (pl ur i di sci pl i nar i t é, pr ésence d’ ensei gnem ent s L’ or gani sat i on de l a f at el i er s,t ech ni ques, st ages l ongs, m ém oi r es) r épond bi en aux exi gences f or m ul ées par l ’ Of f i ce Pr of essi onnel de Qual i f i cat i on des Ur bani st es et à cel l es f o r m ul ées pour l ’ accès au concour s d’ i ngéni eur t er r i t or i al . zUne vér or gani sat i on i t abl e ast er en m r ès avec une t nt égr at i on bonne i l a ent r e f i que L3 spéci et l e ère m ast er . Une or gani sat i on j udi ci euse de l a 1 année en deux par cour s, des pr océdur es i nt er nes d’ or i ent at i on, des m odal i t és de sél ect i on pr éci ses et r i gour euses soul i gnent l es ef f or t s f ai t s pour r enf or cer encor e l a qual i t é de l a f or m at i on. La l i s i bi l i t é de l ’ or gani sat i on l ai sse cependant à dési r er . zecher chea r an de l au pl t ant ver si t ai r es r econnus qui associ e des uni r ès sol i de pe pédagogi que t Une équi que dans l es m i l i eux pr of essi onnel s et des i nt er ven ant s pr of essi onnel s de haut ni veau (m êm e si l eur r ôl e en t ant qu’ act eur s pr i nci paux de l a f or m at i on devr ai t êt r e accr u). zbesoi nsi r l es al i t és de spéci de couvr per m et t ant l a pl ôm és, pal et t e l ar ge Une bonne i des di nser t i on di ver si f i és f or m ul és par l es pr of essi onnel s et l es déci deur s que sont auj our d’ hui m aj or i t ai r em ent l es col l ect i vi t és t er r i t or i al es.
Po ints fa ib le s : z zet t er r i t oi r es » qui est peu at t r act i ve (une di zai neLe m ai nt i en de l a spéci al i t é « Géogr aphi e, m i l i eux d’ ét udi ant s) et ne condui t pas vér i t abl em ent à l a r echer che (t r ès peu d’ i nscr i t s en t hèse), l e deveni r de s di pl ôm és n’ ét ant pas, par ai l l eur s, pr éci sé. zr es DESScar MST, IUP et aut (pr obabl e oubl i es ét u d i ant s par l gnem ent s des ensei éval uat i on Absence d’ ont t ouj our s pr at i qué ce genr e de dém ar che).
Avis p a r sp é c ia lité
Ville e t p ro je ts
Ap p ré c ia tio n (A+, A, B o u C ) : A+ z
Cet t e spéci al i t é i ssue d’ un DESS du m êm e nom ar t i cu l é sur l ’ anci en IUP ENVAR, cor r espond par f ai t em ent aux exi gences f or m ul ées par l es m i l i eux pr of essi onnel s de l ’ ur bani sm e. For t e d’ une t r ent ai n e d’ ét udi ant s, el l e j oue un r ôl e i m por t ant dans l ’ or gani sat i on de l a m ent i on, m ai s aussi dans l a st r uct ur at i on des f or m at i ons de géogr aphi e et d’ am énagem ent à Li l l e (Inst i t ut d’ Am énag em ent et d’ Ur bani sm e de Li l l e, I. A. U. L). C’ est un d es él ém ent s essent i el s du pôl e de com pét ence l i l l oi s en m at i èr e d’ ur bani sm e et d’ am énagem ent . El l e f ai t i nt er veni r com m e par t enai r es pr i nci paux, l ’ Ecol e d’ Ar chi t ect ur e et des Paysages de Li l l e, l ’ INRETS et l e CNFPT. L’ i nt r oduct i on en 2 008 de l ’ opt i on Pol i t i que et i ngéni er i e f onci èr e à l a de m ande des col l ect i vi t és l ocal es ( vi a l e CNFPT –Cent r e Nat i onal de l a f onct i on publ i que t er r i t or i al e) et de l ’ EPF (Et abl i ssem ent P ubl i c Fonci er ) du Nor d-Pas-de-Cal ai s m ont r e l ’ at t ent i on per m anent e des uni ver si t ai r es l i l l oi s vi s-à-vi s de l a dem ande soci al e et l e ur souci de f or m er l es cadr es qui ont à pr endr e en char ge à l a f oi s l e r em odel age f onci er (f r i ches i ndust r i el l es ou m i l i t ai r es) et l a m aît r i se de l a consom m at i on f onci èr e l i ée à une pér i ur bani sat i on cr oi ssant e. Tout aussi j ust i f i ée est l ’ opt i on « Réseau, Accessi bi l i t é, Dépl acem ent » (RESA D) m i se en pl ace en col l abor at i on avec l ’ INRETS, dont l a pe r t i nence est r enf or cée par l e pôl e de com pét i t i vi t é r égi onal I-t r ans sur l e t r anspor t f er r ovi ai r e.
Po ints fo rts : z zant souciAdéquat i on par f ai t e ent r e f or m at i o n et l es besoi ns des m i l i eux pr of essi onnel s et avec un const de l ’ excel l ence. 3
ère zOr gani sat i on par f ai t em ent pédagogi que avec un par adapt ée ENVAR en 1 cour s esannée qui donne l pr é-r equi s nécessai r es à l a pour sui t e en spéci al i t é ; l e poi ds r espect i f des di f f ér ent s t ypes d’ ensei gnem ent est j udi ci eux, l a cul t ur e de pr oj et l ar gem ent pr ésent e. zt er m es D’ excel l ent s r ésul t at s en pr of essi onnel l e.d’ i nser t i on zabor at oi r e.du l echer ches de r pr ogr am m es l es av ec ésent ée) al pr si m (m êm e t i cul at i on Une bonne ar
Po ints fa ib le s : z ème zà t t es ouspr oposées i ons année (ouver en 2 a nat sur l des opt ur e êt r e r ai t expl i ci t e pl us Le dossi er pour ou bi en par cour s aut onom es et en ce cas on pou r r ai t s’ i nt er r oger sur l ’ exi st ence de t r oi s par cour s di f f ér ent s pour une t r ent ai ne d’ ét udi ant s sui vant l a spéci al i t é ? De pl us, l ’ ar t i cul at i on ur bani sm e-t r anspor t ét ant auj our d’ hui au cœ ur des pr obl ém at i ques d’ am énagem ent ur bai n, on com pr endr ai t m al que ces opt i ons s’ excl uent m ut uel l em ent .
Re c o mma nd a tio ns : z
Il convi endr ai t de : zen pr ovenance desRenf or cer l e r ôl e des i nt er venant s pr of essi onnel s et des ensei gnant s-cher cheur s ét abl i ssem ent s par t enai r es en t ant qu’ a ct eur s pr i nci paux de l a f or m at i on.zoyens à r assem bl er Réf l échi r aux m dans l spéci al i t és, usi eur s en pl i ons des opt ut i on pour une évol ee cadr d’ une habi l i t at i on à m oyen t er m e. zTr ouver pour cet m i eux l es obj ect i f s et cont enus.t e spéci al i t é un nom qui en pr éci se zDével opper encor e pl us di m ensi on l a i nt er nat i onal e .
Euro stud ie s
Ap p ré c ia tio n (A+, A, B o u C ) : A z
Cet t e spéci al i t é ouver t e en 2007 (Eur opean St udi es f or Ter r i t or i al and Ur ban Devel opm ent ) a pour vocat i on d’ af f i r m er l ’ ancr age eur opéen des f or m at i ons l i l l oi ses du dom ai ne. Cet t e spéci a l i t é est condui t e en par t enar i at avec l ’ Inst i t ut d’ Et udes Pol i t i ques de Li l l e et s’ appui e sur de s par t enai r es pr of essi onnel s com m e l ’ adm i ni st r at i on d’ Int er r eg pour l ’ Eur ope du Nor d-Ouest et l ’ Agence de Dével opp em ent et Ur bani sm e de Li l l e. Les ensei gnem ent s, bi l i ngue s, por t ent sur l a m ét r opol i sat i on et sur l e s pol i t i ques ur bai nes. La r éf l exi on sur l es débouchés a condui t à une st r at égi e per t i nent e : st ages à l ’ ét r anger , pr ésence dans l a f or m at i on de deux por t eur s de pr oj et Int er r eg. On a l à un e expér i ence t r ès i nt ér essant e pour t r ansf or m er en vé r i t abl es débouchés l a r éf l exi on sur l e concept de « t r ansf r ont al i er ». C’ est aussi un des t r ès r ar es di pl ôm es vi sant à f or m er , dans ce dom ai ne, au m anagem ent eur opéen.
Po ints fo rts : z zde cet t e sp éci al i t é et son or L’ obj ect i f m êm e i gi nal i t é. zdi pl ôm és.débouc hés aux er des pour assur uvr e en œ m i se r at égi e La st Les par t enar i at s. z za f or m at i on.l i ngui sm e de l Le bi
Po int fa ib le : z zUne at t r act i vi t é vr ai m ent f ai bl e.
Re c o mma nd a tio ns : z zDével opper de cet l ’ at t r act i vi t é f or m at i on, t e ui adossant (com m e peut -êt r e en l e dossi er )suggér é dans l l e pr oj et de m ast er ERASMUS MUNDUS. zét r anger s d’ uni ver si t a i r es l ’ i m pl i cat i on Renf or cer dans di i nt er venant s of essi onnel s ou de pr paysver s eur opéens.zl a f or m at i on et l es débouchés.Bi en sur vei l l er l ’ adéquat i on ent r e
4
Enviro nne me nt (EC O DEV)
C o nc e p tio n d e s p ro je ts
Ap p ré c ia tio n (A+, A, B o u C ) : A z
Dé ve lo p p e me nt
d e s Te rrito ire s
Cet t e spéci al i t é i ssue d’ un DESS ouver t au début de s années 1990 a ét é r em ani ée, af i n de m i eux ai der l es ét udi ant s à s’ or i ent er ver s l es di f f ér ent s m ét i er s du sect eur . Ai nsi désor m ai s, l a spéci al i t é est décl i née en 3 pa r cour s, Ingéni er i e soci al e de l ’ envi r onnem ent , Mont age de pr oj et s et éco-t er r i t oi r es et enf i n Syst èm es d’ Inf or m at i on Géogr aphi que (SIG) pour l ’ envi r onnem ent . Le bi en f ondé de cet t e spéci al i t é, posi t i onnée à l ’ ar t i cul at i on des sci ences de l a vi e et des sci ences soci al es, co m m e l a qual i t é de l a m i se en œ uvr e ne soul èvent guè r e de r em ar ques si non posi t i ves. On doi t néanm oi ns s’ i nt er r oger sur l a f ai sabi l i t é des 3 par cour s au r egar d des ef f ect i f s i nscr i t s des der ni èr es années, m ai s aussi en t er m e de cohér ence de l a f or m at i on et au-del à sur l ’ évol ut i on des f ut ur s débouchés .
Po ints fo rts : z z. ).l ong. . e l donnée et d or m at i on a f st age (at el i er , pédagogi que ’ or gani sat i on i nt r i nsèque de l La qual i t é zUn t com m une sur l e dével oppem ent t er r i t or i alr onc com m un qui donne à t ous l es ét udi ant s une cul t ur e et l a m ut ual i sat i on en M1 à t r aver s l e par cour s ENVAR. zl eur pr of essi onnal i sm e.pes pé dagogi ques et accum ul ée L’ expér i ence es équi par l zdes di pl ôm és.nser t i on act uel l e La bonne i
Po ints fa ib le s : z zngt ai ne pour une vi di f f ér e nci és bi en cour s de 3 par L’ exi st ence d’ ét udi ant s. zx dese choi quel ques quest i ons de cohér ence dans l m êm e des opt i ons soul ève Le f onct i onnem ent ensei gnem ent s. Le r i sque d’ une hyper spéci al i sat i on (et d’ une dér i ve ver s l ’ i ngéni er i e pur e), al or s que j ust em ent l a z val eur aj out ée des di pl ôm és i ssus de ce t ype de f or m at i on est d’ êt r e pl ut ôt des génér al i st es. La pr ésence d’ une opt i on sp éci f i que SIG est di scut abl e. z
Re c o mma nd a tio ns : z zun r egr oupem ent Envi sager ou à t out l des opt i ons une r éor gani sat i on e m oi ns, ensei gnem ent sde cer t ai ns (pour quoi l es ét udi ant s de l ’ opt i on « i ngéni er i e so ci al e de l ’ envi r onnem ent » ne sont pas f or m és au SI G et pour quoi ceux de « m ont age de pr oj et s et écot er r i t oi r es » ne bénéf i ci ent pas du cour s sur l ’ éval uat i on envi r onnem ent al e des pr oj et s pol i t i ques ?). Cet t e t endance au m or cel l em ent est pr obabl em ent à r el i er , à l a r i chesse en com pét ence s des équi pes pédagogi ques, une r i chesse qui n’ est pas t ouj our s f aci l e à st r uct ur er . zde l a sp éci al i t é qui est une sér i e de m ot s cl ef s, Tr avai l l er sur l ’ i nt i t ul é er çoi t dont on p l am al si gni f i cat i on en pr em i èr e l ect ur e.zdans un sect eur où l des di pl ôm és , sont f or t es.es concur r ences Et r e t r ès r f ut ur at t ent i f au deveni zspéci al i t és r es avec d’ aut ar t i cul at i ons CAD).(Tour i sm e, l es Dével opper
C o nstruc tio n e t Amé na g e me nt Dura b le (C AD)
Ap p ré c ia tio n (A+, A, B o u C ) : A z
Gér ée par Pol yt ech Li l l e, cet t e spéci al i t é vi se à a ppr éhen der l e syst èm e ur bai n et ses i nt er act i ons à par t i r des ouvr ages et r éseaux t echni ques ur bai ns, dans une pe r spect i ve de gest i on dur abl e des équi pem ent s ; el l e r ej oi nt donc l e concept d’ éco-quar t i er s en pl ei n déve l oppem ent en Eur ope. El l e est une des t r ès r ar es f or m at i ons f r ançai ses, (avec l a spéci al i t é MOBAT du m ast er de Gr enobl e) à s’ i nt é r esser à l a quest i on de l a const r uct i on dur abl e. Son r at t achem ent à l a m ent i on est t r ès cohér ent , car el l e bénéf i ci e ai nsi d’ un envi r onnem ent t r ès f avor abl e au pl an de l ’ ur bani sm e ; dans l ’ aut r e sens el l e appor t e une di m ensi on t echni que t r ès ut i l e aux ur bani st es. L’ i nser t i on pr of essi onnel l e est t r ès bonne.
Po ints fo rts : z zm ai ne où l t i onnem ent dans un do sont r ar es.es f or m at i ons bon posi r ès Un t zet l yt ech ésence d’ a pr de l ensei gnant s ’ INRETS.l abor at i on avec Pol La col zor m at i on.of essi onnal i sm e Le pr a f de l
5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.