SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVE ET DE PROTHESE VASCULAIRE

De
Publié par

Niveau: Supérieur

  • exposé


SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVE ET DE PROTHESE VASCULAIRE Pr. Y BERNARD Pr. R ROUDAUT Pr. G CAMELOT Pr. F BECKER (Besançon et Bordeaux) POINTS FORTS A COMPRENDRE ? Le remplacement d'une valve sténosée ou fuyante par une prothèse est une chirurgie courante. Depuis le premier remplacement valvulaire, effectué par Starr en 1960, la qualité technique des prothèses a beaucoup évolué. Les modèles les plus récents, à double ailette, sont très performants. ? Le remplacement valvulaire par une prothèse procure généralement une excellente amélioration clinique. Néanmoins, le remplacement valvulaire par prothèse doit être considéré plutôt comme une chirurgie palliative que comme une guérison. La mortalité péri-opératoire n'excède plus 1 à 2 % pour un remplacement monovalvulaire, mais la survie des opérés, qui est de 80 % à 5 ans, n'excède pas 50 à 60 % à 10 ans et 50 % environ à 15 ans. ? En effet, le porteur de prothèses valvulaires est exposé à des complications, au premier rang desquelles les complications thrombo-emboliques et l'endocardite infectieuse, particulièrement grave dans ce contexte. ? Bien que leur qualité de vie soit très améliorée après le remplacement valvulaire, ces patients sont donc soumis à certaines contraintes telles que l'observance d'un traitement anticoagulant parfaitement équilibré et ceci à vie pour les porteurs de prothèses mécaniques, ainsi qu'à la prophylaxie draconienne de l'endocardite infectieuse.

  • prothèse de starr-edwards

  • valve

  • prothèse

  • prothèse mitrale

  • écho-doppler transthoracique

  • porteur de prothèse

  • surveillance

  • examen

  • traitement anticoagulant


Publié le : mardi 29 mai 2012
Lecture(s) : 255
Source : med.univ-montp1.fr
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVE ET DE PROTHESE VASCULAIRE
Pr. Y BERNARD Pr. R ROUDAUT Pr. G CAMELOT Pr. F BECKER (Besançon et Bordeaux) POINTS FORTS A COMPRENDRE Le remplacement d'une valve sténosée ou fuyante par une prothèse est une chirurgie courante. Depuis le premier remplacement valvulaire, effectué par Starr en 1960, la qualité technique des prothèses a beaucoup évolué. Les modèles les plus récents, à double ailette, sont très performants. Le remplacement valvulaire par une prothèse procure généralement une excellente amélioration clinique. Néanmoins, le remplacement valvulaire par prothèse doit être considéré plutôt comme une chirurgie palliative que comme une guérison. La mortalité péri-opératoire n'excède plus 1 à 2 % pour un remplacement monovalvulaire, mais la survie des opérés, qui est de 80 % à 5 ans, n'excède pas 50 à 60 % à 10 ans et 50 % environ à 15 ans.  En effet, le porteur de prothèses valvulaires est exposé à des complications, au premier rang desquelles les complications thrombo-emboliques et l'endocardite infectieuse, particulièrement grave dans ce contexte.  Bien que leur qualité de vie soit très améliorée après le remplacement valvulaire, ces patients sont donc soumis à certaines contraintes telles que l'observance d'un traitement anticoagulant parfaitement équilibré et ceci à vie pour les porteurs de prothèses mécaniques, ainsi qu'à la
prophylaxie draconienne de l'endocardite infectieuse.  Il faut donc considérer les prothèses valvulaires comme un substitut imparfait des valves natives (c'est pourquoi l'on s'oriente de plus en plus de nos jours vers le traitement conservateur des valvulopathies, surtout mitrales, commissurotomie percutanée pour la sténose mitrale, plastie chirurgicale dans bon nombre de cas d'insuffisance mitrale). PRINCIPAUX TYPES DE PROTHESES VALVULAIRES Il existe deux grands types de prothèses valvulaires : les prothèses mécaniques faites de matériaux inertes et les prothèses biologiques ou bioprothèses , le plus souvent d'origine animale.  Une prothèse mécanique  est constituée de : - un anneau d'insertion, métallique, qui sert à fixer la prothèse sur l'anneau mitral ou aortique, plus rarement tricuspidien. - un élément mobile, de constitution variable et dont les mouvements, sous l'effet des variations de pression dans les cavités situées de part et d'autre de la prothèse, vont ouvrir et fermer alternativement la prothèse. Pour les plus anciennes prothèses, l'élément mobile est une bille en silastic se déplaçant entre l'anneau d'insertion
recouvert de dacron et une cage en titane (prothèse de Starr-Edwards, encore utilisée). Des prothèses à disque sont apparures ensuite, dont le chef de file était la valve de Björk-Shiley. Ultérieurement, des prothèses dont l'élément mobile est fait de deux hémi-disques ou ailettes en carbone pyrolytique sont apparues et sont actuellement les plus largement utilisées (prothèses de Saint-Jude, Sorin, Tekna, Medtronic-Hall...).
Prothèse de Starr-Edwards.
Prothèse à double ailette, de type Saint-Jude. - les prothèses mécaniques actuelles ont une excellente durabilité et doivent en principe durer toute la vie du patient. - leur inconvénient majeur est de nécessiter un traitement anticoagulant à vie et parfaitement équilibré.  Les prothèses biologiques  comportent une armature métallique sur laquelle s'insèrent 3 valves biologiques, le plus souvent sigmoïdes aortiques de porc (bioprothèses de Hancock, de Carpentier-Edwards...), plus rarement de péricarde de veau (valve de Ionescu-Shiley).
Bioprothèse valvulaire de type Carpentier-Edwards. Ce sont des hétérogreffes ou xénogreffes. Certaines prothèses récentes ne comportent pas d'armature (valves "stentless"). - Des homogreffes  sont également utilisées. Il s'agit de valves d'origine humaine, provenant de donneurs d'organes. Leur durabilité serait meilleure que celle des bioprothèses d'origine animale, mais leur usage est limité du fait des problèmes de disponibilité au niveau des banques d'organes. - Dans de rares cas, la propre valve pulmonaire du patient est utilisée pour reconstruire la valve aortique et la région avoisinante = il s'agit alors d'une autogreffe , utilisée dans l'opération de Ross. - L'avantage essentiel des prothèses biologiques est de ne pas nécessiter de traitement anticoagulant  et de comporter un moindre risque de complications, notamment thrombo-emboliques, que les prothèses mécaniques. - Leur inconvénient majeur est leur durabilité médiocre, qui n'excède guère 10 ans. Leur dégénérescence est d'autant plus rapide que le patient est plus jeune. De nos jours, et sauf cas particuliers (contre-indication au traitement anticoagulant...), elles ne sont plus guère implantées en dessous de l'âge de 75 ans.
SURVEILLANCE Surveillance post-opératoire immédiate Le traitement anticoagulant par l'héparine en continu au pousse-seringue est mis en route quelques heures après l'intervention, selon des modalités vari ables suivant les centres. Le relais par anti-vitamine K est entrepris précocément, dès les premiers jours post-opératoires, avec maintien de l'héparine jusqu'à l'obtention d'un INR correct. Vers le 8 ème au 10 ème jour post-opératoire, un séjour de convalescence en centre spécialisé, où une réadaptation fonctionnelle cardio-respiratoire est entreprise, est fortement recommandé et dure de 3 à 4 semaines. L'échocardiogramme-Doppler précoce de la prothèse  est essentiel, car il servira d'examen de référence pour le suivi ultérieur et notamment en cas de suspicion de dysfonction. Actuellement, il est recommandé de considérer l'écho-Doppler fait au 3 ème  mois post-opératoire comme l'examen de référence plutôt que l'examen post-opératoire précoce, en raison de l'anémie liée à l'intervention (les malades étant peu transfusés de nos jours), qui modifie les gradients trans-prothétiques par l'hyperdébit lié à l'anémie. L'écho-Doppler transthoracique sera fait dans tous les cas. Pour les prothèses mitrales, la Filiale d'Echocardiographie de la Société Française de Cardiologie recommande de réaliser également un examen par voie transoesophagienne de manière systématique. Surveillance ultérieure 1. Fréquence Le patient doit être vu une fois par mois par son médecin traitant, afin de vérifier notamment l'état clinique et l'équilibre du traitement anticoagulant par les anti-vitamines K (AVK). Celui-ci doit être
parfaitement équilibré et ne doit jamais être interrompu. Son bon équilibre sera vérifié par le dosage de l'INR et accessoirement par le dosage du taux de prothrombine. Durant les premiers mois de traitement, il est parfois nécessaire de faire des prélèvements sanguins plusieurs fois par semaine, jusqu'à l'obtention d'un équilibre parfait du traitement. Lorsque le traitement est correctement stabilisé, la réalisation d'un bilan de coagulation chaque mois est suffisante.  Le patient sera examiné par le Cardiologue au 2-3 ème  mois post-opératoire, à la fin de la convalescence, notamment pour la réalisation de l'échocardiogramme-Doppler qui servira de référence. Ensuite, il sera vu par le Cardiologue tous les 4 mois la 1 ère  année, puis 1 à 2 fois par an. La réalisation d'un écho-Doppler transthoracique annuel, ou tous les deux ans est recommandée. Pour les porteurs de bioprothèses, la surveillance sera rapprochée à partir de la 6 ème  année post-opératoire.  Il est souhaitable que le porteur de prothèse soit muni d'un carnet de surveillance, dans lequel sont indiqués le type de prothèse implantée, le niveau d'anticoagulation souhaité et les caractéristiques de la valve à l'écho-Doppler de référence (cf. carte de porteur de prothèse valvulaire).  En cas de complication, notamment de suspicion d'endocardite infectieuse, il ne faut pas hésiter à réhospitaliser le patient. 2. Surveillance clinique L'absence de réapparition des symptômes ayant justifié le remplacement valvulaire est le premier élément de surveillance. La réapparition de signes fonctionnels tels que dyspnée, récidive d'insuffisance cardiaque gauche ou droite doit faire suspecter un fonctionnement anormal de la prothèse et nécessite une réhospitalisation. Une dysfonction de prothèse n'est cependant pas toujours en cause; une dysfonction ventriculaire gauche ou une hypertension
artérielle pulmonaire préexistantes peuvent être responsables de la réapparition d'une insuffisance cardiaque après une intervention trop tardive. L'auscultation de la prothèse  est essentielle pour la surveillance. La survenue d'une modification de l'auscultation doit faire suspecter une dysfonction de prothèse. - Les bioprothèses ont une auscultation identique à celle des valves natives. - Les prothèses mécaniques ont une auscultation très particulière. Les bruits d'ouverture et surtout de fermeture sont intenses, claqués, métalliques. Ils sont parfois d'intensité suffisante pour être audibles par le patient lui-même et par son entourage. Les porteurs de prothèses sont parfois très gênés durant les premiers mois post-opératoires par les bruits de valve, mais cette gêne disparaît habituellement après la première année. - Pour les prothèses mécaniques en position aortique, le bruit d'ouverture suit B1, le bruit de fermeture est contemporain de B2 ; il existe un souffle systolique éjectionnel peu intense à la base et le long du bord sternal gauche. - Pour les prothèses mécaniques en position mitrale, le bruit de fermeture est contemporain de B1, le bruit d'ouverture survient peu après B2 ; il n'y a pas de bruit surajouté systolique ni diastolique. - Les modifications pathologiques sont la diminution d'intensité ou le caractère variable des bruits d'ouverture ou de fermeture d'un cycle cardiaque à l'autre, l'apparition ou l'augmentation d'intensité d'un souffle systolique, ou l'apparition d'un bruit diastolique surajouté (souffle d'insuffisance aortique en cas de prothèse aortique ou roulement diastolique en cas de prothèse mitrale). L'absence de fièvre ou de foyer infectieux doit être vérifiée soigneusement à chaque consultation. 3. Surveillance radiologique
Le cliché de thorax permet d'apprécier les modifications de volume de la silhouette cardiaque, qui doit diminuer de taille après le remplacement valvulaire. Le radiocinéma de valve  est particulièrement intéressant pour apprécier le jeu de l'élément mobile de la prothèse et reste, avec l'échocardiogramme-Doppler, l'un des meilleurs éléments du diagnostic d'une dysfonction de prothèse. Un mouvement de bascule de l'armature métallique pourra ainsi être visualisé en cas de désinsertion de prothèse. En cas de thrombose, le jeu de l'élément mobile (bille, disque ou double ailette) peut être anormal : par exemple excursion diminuée de la bille en cas de thrombose au niveau de la cage, blocage d'une ailette en cas de thrombose partielle d'une prothèse de type Saint-Jude, etc... 4. Surveillance  électrocardiographique L'ECG permet la surveillance du rythme cardiaque et permet de constater la régression éventuelle d'une hypertrophie ventriculaire gauche ou droite, mais il n'apporte pas d'élément spécifique pour la surveillance de la prothèse. 5. L'échocardiogramme-Doppler L'écho-Doppler transthoracique et transoesophagien est actuellement l'examen le plus performant pour la surveillance des prothèses valvulaires et le diagnostic des dysfonctions de prothèse. L'interprétation de l'examen demeure néanmoins délicate, surtout en cas de prothèse mécanique, qui génère des échos de réverbération sur ses structures métalliques, si bien que l'image de la prothèse obtenue en échographie bidimensionnelle est généralement médiocre.  L'examen au Doppler est essentiel (Doppler pulsé, continu et à codage couleur). Il permet de mesurer les gradients trans-prothétiques, surtout le gradient
moyen. Couplé à l'examen bidimensionnel, il permet également de déterminer la "surface utile" de la prothèse. Le Doppler continu et couleur perm et également de mettre en évidence une fuite prothétique, intraprothétique ou paraprothétique par désinsertion de la valve. Le gradient moyen  n'est pas identique d'un patient à l'autre. Il varie suivant le type de prothèse utilisé (cf. tableau 1) et son calibre, qui a été choisi par le chirurgien en fonction de la taille de l'anneau valvulaire du patient. Pour un même patient, il n'est pas immuable et dépend de multiples facteurs, tels que la fréquence et le débit cardiaques. Chez un même patient, il y a donc tout intérêt à comparer les résultats d'un examen à l'autre, le patient étant sa propre référence. Il faut réinsister sur l'intérêt de l'examen au 3 ème  mois post-opératoire, qui permettra d'interpréter les modifications ultérieures éventuelles des gradients et des surfaces.  Les gradients les plus faibles sont enregistrés à l'état normal sur les bioprothèses, surtout les homogreffes et, pour les prothèses mécaniques, sur les valves à double ailette.
Prothèse mitrale de Starr à bille visualisée en écho 2D transthoracique.  En cas de suspicion de dysfonction de prothèse, l'échocardiogramme-Doppler transoesophagien  est d'un apport essentiel, notamment s'il s'agit d'une prothèse mitrale, qui est particulièrement bien mise en évidence par cette technique, l'oesophage étant au contact immédiat de la face postérieure du cœur et de l'anneau
mitral. L'écho transoesophagien est donc réalisé de manière systématique en cas de suspicion de thrombose, d'endocardite sur prothèse ou de désinsertion, de préférence en mode biplan ou multiplan. L'interprétation en reste délicate et nécessite un opérateur entraîné, bien rôdé à
ce type de problème. Prothèse à double ailette de Saint-Jude mitrale visualisée en ETO. Image en systole ; les ailettes sont fermées. Noter les échos de réverbération générés par les éléments métalliques de la prothèse.
Même image que la précédente, en diastole. Les 2 ailettes de la prothèse sont ouvertes. 6. Surveillance du traitement anticoagulant Un équilibre parfait du traitement anticoagulant par les anti-vitamines K est indispensable , et ceci de manière définitive. La surveillance du traitement AVK par le TP est peu fiable et doit être abandonnée au profit de la surveillance par l'INR (International Normalized Ratio). Pour les porteurs de prothèses mécaniques, l'INR doit être compris entre 3 et 4,5 . Les porteurs de bioprothèses ne nécessitent pas de traitement anticoagulant, sauf durant les
trois premiers mois post-opératoires ou naturellement s'il existe une autre raison de le prescrire, telle qu'une fibrillation atriale, etc...  Les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie sont plus nuancées et préconisent un INR différent en fonction du type de prothèse et du siège d'implantation (cf. tableau 2). Le niveau exact d'anticoagulation souhaité pour un malade donné est à discuter avec le Cardiologue et doit être établi individuellement pour chaque patient.  Le traitement anticoagulant ne doit jamais être interrompu, sauf en cas d'hémorragie mettant en jeu le pronostic vital immédiat. Dans ce cas, si la neutralisation de l'AVK est nécessaire, on administre du plasma frais ou de petites doses de vitamine K (0.5 à 2 mg). -En cas d'extraction dentaire , le patient peut être traité en ambulatoire, avec un INR de 2 à 2.5 (interruption du traitement anticoagulant 1 à 3 jours avant et reprise des AVK le jour de l'extraction). -En cas de chirurgie extra-cardiaque , on arrête les AVK pour obtenir un INR à 1 et on administre de l'héparine de manière à obtenir un TCA de 2 fois le témoin. L'héparine est interrompue de sorte que le TCA soit normal au mome nt de l'opération et elle est reprise dès que possible en post-opératoire. Rappelons que seule l'héparine non fractionnée a l'AMM pour l'anticoagulation des prothèses valvulaires en France. Néanmoins, les recommandations récentes de la VIème Conférence de Consensus Nord-Américaine (Chest 2001;119:Suppl I) autorisent l'usage des HBPM dans cette indication, à condition naturellement de les utiliser à dose curative et non préventive. -En cas de grossesse , le risque d'accident thrombo-embolique à partir de la prothèse est multiplié par 10. Les complications thrombo-emboliques sont plus fréquentes sous héparine que sous AVK. L'attitude classique consiste à mettre la patiente sous héparine durant le 1 er  trimestre de
grossesse (en raison du risque tératogène des AVK) et durant les 15 derniers jours, en maintenant les AVK entre-temps. Les recommandations actuelles de certains auteurs européens vont plutôt dans le sens d'un traitement par AVK pendant toute la durée de la grossesse jusqu'à la 38 ème semaine, mais il n'y a pas de consensus à ce propos. COMPLICATIONS Complications thrombo-emboliques  Les accidents thrombo-emboliques représentent la complication la plus fréquente des prothèses valvulaires. Ils sont beaucoup plus fréquents avec les prothèses mécaniques qu'avec les prothèses biologiques, d'où la nécessité absolue d'un traitement anticoagulant à vie et parfaitement équilibré pour les porteurs de prothèses mécaniques. Ils sont plus fréquents dans la première année suivant l'implantation de la prothèse, mais le risque persiste au-delà. L'incidence en est plus élevée pour les prothèses mitrales que pour les prothèses aortiques (3,5 % années-patients pour les valves de Starr-Edwards mitrales contre 2 % années-patients pour les mêmes valves en position aortique). Leur incidence varie également en fonction du type de prothèse, les valves à double ailettes ayant une incidence de complications thrombo-emboliques moindre que les prothèses plus anciennes. Ils sont favorisés par un traitement anticoagulant insuffisant. Il en existe plusieurs types : 1. Embolies systémiques Il s'agit de la migration dans une artère périphérique d'un caillot formé sur la prothèse. Les embolies sont le plus souvent cérébrales, donnant lieu à un accident ischémique transitoire ou constitué, parfois définitif laissant des séquelles. Plus rarement, il s'agit d'une ischémie aiguë d'un membre inférieur, d'un infarctus du
myocarde embolique, d'un infarctus rénal ou splénique. 2. Thromboses de prothèse : Elles sont l'apanage des prothèses mécaniques.
Thrombose d’une prothèse à disque basculant (Medtronic-Hall). Pièce opératoire. La thrombose aiguë de prothèse  est à l'origine d'accidents brutaux, souvent dramatiques, avec oedème aigu pulmonaire, ou syncope, ou état de choc, voire mort subite ou très rapide. Des embolies périphériques sont souvent survenues dans les jours ou les semaines précédents. Le patient doit être hospitalisé d'urgence pour réintervention ou plus rarement pour traitement thrombolytique. Dysfonction de prothèse  par thrombus gênant les mouvements de l'élément mobile. Il existe également des thromboses non obstructives, surtout sur les prothèses mitrales, avec thrombus sur la face atriale de l'anneau d'insertion, n'empêchant pas l'excursion de l'élément mobile.  Le diagnostic de la thrombose de prothèse est souvent difficile. Il peut exister une modification de l'auscultation, soit diminution de l'amplitude des bruits de prothèse ou surtout apparition ou renforcement d'un souffle systolique pour une prothèse aortique ou d'un roulement diastolique pour une prothèse mitrale. Au plan biologique, le traitement anticoagulant est souvent insuffisant. Outre ces éléments, le diagnostic fait surtout appel au
radiocinéma de prothèse, qui peut montrer une diminution du jeu de l'élément mobile, et surtout à l' échocardiogramme-Doppler transthoracique et transoesophagien . A l'écho-Doppler, les gradients trans-prothétiques sont anormalement élevés, la surface valvulaire réduite ; il peut exister une fuite valvulaire par fermeture incomplète de la prothèse ; enfin, le thrombus est parfois visible, surtout sur la face atriale des prothèses mitrales en écho transoesophagienne.
Thrombose de prothèse. Présence de 2 thrombi attenant à la face atriale d’une prothèse mitrale en ETO. Malgré les moyens d'investigation modernes, le diagnostic de thrombose de prothèse est souvent délicat. Le cathétérisme cardiaque n'a plus guère d'indication dans ce contexte.  En cas de thrombose aiguë de prothèse, le patient doit être réopéré d'urgence pour changement de valve. Dans les formes subaiguës, le traitement thrombolytique donne parfois de bons résultats mais ses indications demeurent discutées. En cas de dysfonction de prothèse de moindre gravité, le traitement anticoagulant doit être rééquilibré avec passage transitoirement à l'héparine si nécessaire. Désinsertions de prothèse  Elles concernent 5 % des cas et surviennent surtout durant les premiers mois post-opératoires. Elles peuvent être soit spontanées, par lâchage de sutures, soit dues à une endocardite infectieuse. S'il s'agit d'une désinsertion peu importante,
elle est asymptomatique et sera suspectée par l'apparition d'un souffle, diastolique pour une prothèse aortique , systolique pour une prothèse mitrale. Si elle est plus importante, elle peut être à l'origine d'une aggravation fonctionnelle avec apparition d'une insuffisance cardiaque ou d'une hémolyse, qui se manifeste par une anémie de gravité variable, avec élévation des LDH et présence de schizocytes, qui signe le caractère mécanique de l'hémolyse.
Frottis sanguin d’un patient ayant une hémolyse mécanique par dysfonction de prothèse valvulaire. La présence de schizocytes , ou globules rouges déformés et fragmentés affirme le caractère mécanique de l’hémolyse.  Le diagnostic sera confirmé par l'échocardiogramme-Doppler transthoracique et surtout transoesophagien,
Désinsertion de prothèse mitrale visualisée en ETO. Il existe un jet d’IM longeant la jonction de l’anneau mitral et de l’auricule gauche. qui mettra en évidence une fuite paraprothétique plus ou moins importante. Si la désinsertion est importante, une bascule de la prothèse pourra être visible en radiocinéma. Complications infectieuses
1- Une médiastinite post-opératoire  survient dans 1 % des cas environ et représente l'une des principales causes de mortalité précoce. 2- L' endocardite infectieuse  est une complication redoutable chez les porteurs de prothèse. Ces sujets sont à risque majeur d'endocardite et doivent bénéficier d'une prophylaxie draconienne, et ceci leur vie durant. Le risque d'endocardite est un peu plus élevé sur bioprothèse que sur prothèse mécanique. Il existe des formes précoces et des formes tardives d'endocardites sur prothèse, qui comportent un pronostic différent : . Les endocardites post-opératoires précoces  sont la conséquence d'une contamination per-opératoire et sont dues à des germes hospitaliers multi-résistants, le plus souvent staphylocoques. Elles revêtent en général un caractère aigu et se compliquent de désinsertion de la prothèse. Outre l'antibiothérapie adaptée au germe isolé dans les hémocultures, une réintervention précoce est le plus souvent nécessaire. Le pronostic en demeure très sévère, avec une mortalité de plus de 60 %. . L' endocardite tardive , survenant au-delà du 2ème mois post-opératoire, se rapproche de l'endocardite sur valve native avec des germes comparables, mais le staphylococque est néanmoins en cause dans 50% des cas. Le pronostic est meilleur que celui de l'endocardite précoce, d'autant que les germes sont généralement moins résistants, mais une réintervention est assez souvent, mais inconstamment, nécessaire.  Le diagnostic de l'endocardite, précoce ou tardive, est fait par les hémocultures et par l'échocardiogramme-Doppler transthoracique et transoesophagien qui permettra de visualiser des végétations sur la prothèse et de mettre en évidence d'éventuelles complications (désinsertion avec fuite paraprothétique, abcès, surtout au niveau de l'anneau aortique).  Il faut réinsister sur la prévention et le traitement indispensable de tout foyer
infectieux, notamment ORL et dentaire, chez les porteurs de prothèses (cf. carte d'antibioprophylaxie avant soins dentaires). En cas de fièvre inexpliquée, il est indispensable de réaliser des hémocultures systématiques , avant toute antibiothérapie prescrite à l'aveugle. Complications du traitement anticoagulant  Les accidents hémorragiques sont d'autant plus à craindre qu'une hypocoagulabilité importante est nécessaire. Le risque hémorragique est estimé à 1,2 % années-patients pour les sujets porteurs de valves mécaniques donc sous traitement anticoagulant permanent. Ce risque fait préférer l'implantation de bioprothèses chez les sujets âgés de plus de 75 ans, chez lesquels le risque hémorragique est le plus élevé et chez lesquels l'on peut espérer une longévité suffisante de ce type de prothèse.  Les complications hémorragiques peuvent être de tout type : hémorragie cérébrale, digestive ou hématurie qui doivent faire rechercher une lésion organique sous-jacente, méno-métrorragies, hématome favorisé par un traumatisme. Leur gravité est variable, mais certaines peuvent aboutir au décès. En cas d'hémorragie sévère, le traitement antivitamine K doit être interrompu, mais le maintien d'une anticoagulation par l'héparine est indispensable, en maintenant un TCA de 1,5 à 2 fois le témoin. L'interruption temporaire du traitement anticoagulant est parfois nécessaire, notamment en cas d'hémorragie intracrânienne. Dégénérescence des bioprothèses  La détérioration tissulaire des bioprothèses survient inexorablement avec les années, avec apparition de calcifications ou de déchirure, responsables de sténoses et/ou de fuites valvulaires imposant la réintervention. La rapidité de
la dégénérescence est d'autant plus élevée que le patient est plus jeune. Dix ans après l'intervention, 70 à 80 % des bioprothèses demeurent fonctionnelles mais elles ne sont plus que 40 % après 15 ans. Outre le jeune âge, surtout dans l'enfance ou l'adolescence, la grossesse et l'insuffisance rénale accélèrent également la dégénérescence des prothèses biologiques.
Dégénérescence d’une bioprothèse de Liotta mitrale âgée seulement de 7 ans chez une femme jeune. IM massive par rupture d’une cusp. Complications rares 1. L' hémolyse  est constante, minime et infra-clinique, due au traumatisme des hématies sur la prothèse. Les hémolyses pathologiques sont rares avec les prothèses actuelles et se voient surtout en cas de dysfonction, et notamment de désinsertion. 2. La maladie de la bille  est une complication devenue historique, qui a pratiquement disparu. Elle était due à une altération de la bille de silastène des premières prothèses de Starr aortiques implantées dans les années 1960. 3. La fracture d'une ailette ou du disque avec embolisation de l'élément rompu est exceptionnelle.
POINTS FORTS A RETENIR  Les porteurs de prothèses valvulaires sont exposés à un certain nombre de complications, notamment thrombo-emboliques , surtout lorsqu'il s'agit d'une
prothèse mitrale. Les embolies artérielles périphériques, notamment cérébrales, représentent la complication la plus fréquente des prothèses.  L' endocardite infectieuse  sur prothèse demeure une complication redoutable, grevée d'une très lourde mortalité malgré les progrès de l'antibiothérapie et de la chirurgie. Le diagnostic des dysfonctions de prothèse fait surtout appel à l'échocardiogramme-Doppler transthoracique et transoesophagien. Le diagnostic en demeure difficile et l'examen nécessite un échographiste entraîné.  La surveillance du traitement anticoagulant  et l'obtention d'un équilibre parfait de celui-ci est indispensable et doit être l'objectif principal du suivi effectué par le médecin traitant.  La prévention de l'endocardite infectieuse doit être draconienne chez ces patients à haut risque infectieux.
Surveillance d'un patient porteur d'une prothèse vasculaire
Les complications les plus fréquentes des prothèses vasculaires sont les sténoses anastomotiques, les thromboses, les désunions anastomotiques (faux anévrismes)... La fréquence des infections  de prothèses artérielles, tous sites d'implantation confondus, peut être évaluée à 2 % environ. Ces infections sont particulièrement graves, mettant en jeu la survie d'un membre, et surtout la vie du patient. La surveillance des patients porteurs de prothèse vasculaire doit donc concerner aussi le risque infectieux, et comporter des mesures prophylactiques. L'infection peut être précoce (dans les semaines suivant l'implantation de la prothèse, malgré l'antibioprophylaxie péri-opératoire qui est de règle), ou retardée (plusieurs mois ou années après). Le risque d'infection d'une prothèse artérielle reste permanent, dans la mesure notamment où une bactériémie peut toujours contaminer par voie hématogène la surface interne de la prothèse qui ne s'endothélialise pas (chez l'homme). Ce risque est bien mis en évidence par des études chez l'animal, mais n'a pas été démontré épidémiologiquement chez les patients, malgré des cas cliniques démonstratifs. La détection des infections précoces doit être assurée par le chirurgien vasculaire dans les suites de l'intervention par une surveillance étroite : un écoulement par la plaie, une tuméfaction, une fièvre sont des signes d'alerte majeurs.
La surveillance ultérieure  du patient porteur de prothèse artérielle est avant tout clinique : état fonctionnel
vasculaire des membres, perception des pouls artériels, inspection et palpation des sites d'implantation prothétique accessibles. Une complication infectieuse de la prothèse peut revêtir une forme aiguë ou chronique. Elle doit être suspectée sur une fièvre, même modérée au long cours, une tuméfaction d'un site d'implantation, une thrombose non expliquée autrement, des infections (répétées) cutanées, articulaires, d'un membre en aval de la prothèse, une hémorragie digestive en cas de prothèse aortique (fistule aorto-duodénale)... L'infection de prothèse est souvent difficile à prouver, et les éléments du diagnostic à rechercher sont d'abord un syndrome biologique infectieux et inflammatoire. On s'abstiendra d'effectuer toute ponction d'une tuméfaction sans avis et présence du chirurgien... Après consultation vasculaire spécialisée, on cherchera à localiser le foyer infectieux par échographie et mieux scanner abdomino-pelvien, et le cas échéant des membres inférieurs, recherchant en particulier une collection liquidienne (voire des bulles de gaz) périprothétique. Dans certains cas, une ponction guidée peut permettre un prélèvement bactériologique. Eventuellement, une scintigraphie aux leucocytes marqués pourra mettre en évidence un foyer infectieux au contact de la prothèse. Dans certains cas, c'est l'examen bactériologique systématique lors d'une réintervention pour thrombose de prothèse ou faux anévrisme anastomotique qui révèle la participation infectieuse à cette complication.
La prise en charge d'une infection de prothèse est du ressort du chirurgien vasculaire, en coopération avec les
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi