UNIVERSITE DE PARIS PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire

  • mémoire - matière potentielle : professionnel


UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LES PARCS ARCHEOLOGIQUES Entre médiation scientifique et attractivité touristique Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du Diplôme de Paris 1 - Panthéon Sorbonne MASTER PROFESSIONNEL TOURISME (2e année) Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels Par Mai-Anh TU Directeur du mémoire : Marie Berducou JURY Membres du jury : ..................................... : ..................................... : ..................................... Session de juin 2010

  • controversée d?une

  • parcs archéologiques

  • médiation

  • projet d?un

  • enjeu économique

  • stratégies touristiques

  • touristique des sites culturels

  • possibilités de conservation

  • scientifique


Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 40
Source : univ-paris1.fr
Nombre de pages : 73
Voir plus Voir moins
UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME     "LES PARCS ARCHEOLOGIQUES Entre médiation scientifique et attractivité touristique"      Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du  Diplôme de Paris 1 - Panthéon Sorbonne  MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2eannée)  Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels   
         
Par Mai-Anh TU
Directeur du mémoire : Marie Berducou
JURY
Membres du jury : ..................................... : ..................................... : .....................................
  Session de juin 2010
Sommaire
 
Sommaire ................................................................................................................................................ 2
Introduction :........................................................................................................................................... 4
I. Un lieu de récréation culturelle et scientifique ? .......................................................................... 10 1. L'archéologie comme vecteur d'identité et de lien social ......................................................... 10 a. Une large cible....................................................................................................................... 11 b.Un vecteur d’ identit............................................................................................................ 12 c. Un moyen de communication ............................................................................................... 14 d. Proximité et appropriation .................................................................................................... 15 2. Le parc comme solution de valorisation ................................................................................... 16 a. Les apports en médiation ...................................................................................................... 16 b. Divertissement et culture ...................................................................................................... 19 c. Les possibilités de conservation ............................................................................................ 20 3. Le site comme levier de développement économique ............................................................. 21 a.L’ enjeu conomique..............................................................22................................................ b.L’ impor ..................................................................................................... 22tance du tourisme
II. Un lieu de médiation ..................................................................................................................... 24 1. Les choix scientifiques ............................................................................................................... 25 a. Projets scientifiques et culturels ........................................................................................... 25 b. Le contrôle scientifique ......................................................................................................... 29 c. Professionnalisation et bénévolat ......................................................................................... 30 d. La place de la recherche ........................................................................................................ 31 2. Les publics ................................................................................................................................. 32 a. Les scolaires........................................................................................................................... 32 b. Le public touristique .............................................................................................................. 34 c. Le public individuel................................................................................................................ 35 3. Les techniques de médiation..................................................................................................... 36 a. Le participatif......................................................................................................................... 37 b. Le spectaculaire ..................................................................................................................... 39 2
c. Le récréatif............................................................................................................................. 40 d.L’ exposition........................................................................................................................... 41
III. Un lieu touristique......................................................................................................................... 42 1. Le positionnement et la communication .................................................................................. 42 a. Le positionnement................................................................................................................. 42 b. Les labels et certifications ..................................................................................................... 44 2. La programmation ..................................................................................................................... 45 a. Éclectisme et renouvellement............................................................................................... 45 b. Les « digressions » événementielles ..................................................................................... 47 c. Les rendez-vous ..................................................................................................................... 47 3. Les stratégies touristiques......................................................................................................... 48 a. La politique tarifaire .............................................................................................................. 48 b. Les réseaux ............................................................................................................................ 50
Conclusion ............................................................................................................................................. 52
Bibliographie..........................................................................................................................................55
Annexes ................................................................................................................................................. 58 Dossier d'outils méthodologiques L’ Universit n’ entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions mises dans les mémoires et thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.
3
Introduction :
 L‟archéologie est un domaine qui est souvent difficilement appréhendable par le grand public. En effet, les données archéologiques brutes sont peu compréhensibles et sont présentées souvent de manière réductrice. La valorisation d‟un site archéologique pose des problèmes de conservation d‟une part mais aussi de médiation. En effet, en cas de structures complexes, la présentation nécessite des choix complexes et un important dispositif explicatif afin que le visiteur s‟y retrouve. Par ailleurs, en termesd‟aménagement, les équipements nécessaires à l‟accueil du public ne sont pas toujours compatibles avec une bonne conservation du site. Le musée archéologique présente des collections en dehors de leur contexte. Du coup, il peine parfois à remettre celles-ci en perspective. Il offre difficilement une lecture globale du site, puisqu‟il s‟appuie principalement sur les objets. Un certain nombre d‟informations sont donc perdues. Le centre d‟interprétation va lui mettre en œuvre des outils qui vont permettre une compréhension plus générale, mais en dehors des collections. Il ne se pose donc pas la question de la conservation mais uniquement celle de la médiation. Pour cela, il mélange les médias et les approches. Une solution possible pour une meilleure diffusion auprès des publics consiste en un type d‟équipement associant plusieurs modes de présentation. Ainsi on y trouve des reconstitutions, des animations et ateliers, un centre d‟interprétation et parfois un musée plus classique. Ces équipements font une grande place à la médiation participative et à l‟expérience. Ils sont appelés aussi bien «parc archéologique » que « archéosite ». Cette solution est souvent assez controversée d‟une partquant à son contenu culturel et scientifique, d‟autre part quant à sa viabilité économique. Ce travail n‟a pas pour ambition de mettre fin aux polémiques, mais de mettre en évidence les consensus possibles pour permettre d‟établir les bonnes conditions à la réussite d‟un projet d‟un parc archéologique.   
4
Définition Selon l‟EXARC (Exchange on Archaeological Research and Communication), on peut finir un parc archéologique, “open air archaeological museum”, comme suit1: « An archaeological open air museum is a non-profit permanent institution with outdoor true to scale architectural reconstitutions primarily based on archaeological sources. It holds collections of intangible heritage resources and provides an interpretation of how people lived and acted in the past; this is accomplished according to scientific methods for the purpose of education, study and enjoyment of its visitors. »
Les parcs archéologiques se caractérisent donc par des reconstitutions architecturales grandeur nature. Mais cela n‟est pastout. Ils répondent à trois missions principales : éducation, étude et divertissement du public. Si la pédagogie est déjà au centre de la plupart des lieux culturels, et notamment des musées d‟archéologie, le côté ludique est lui plus original. Cela nous ila volonté d‟attractivité aussi importante que celle de lanforme bien sur pédagogie.
Ils se concentrent sur deux sujets : comment les gens du passé vivaient et agissaient. Il s‟agit donc à la fois de patrimoine matériel mais aussi immatériel. C‟est-à-dire que l‟archéologie dans toute sa dimension est concernée, aussi bien dans ses preuves matérielles que dans ses réflexions culturelles, cultuelles ou encore sociétales.
Enfin, les parcs archéologiques sont régis par un seul principe : la rigueur scientifique. Les reconstitutions comme les interprétations sont effectuées en lien avec les données archéologiques. En effet, souvent accusés de manquer de sérieux, les archéosites entendent bien lutter contre cette image d‟une part et d‟autre part coller au plus près à leur objectif d‟enseignement. Par ailleurs, cette exactitude a son importante dans le principe de la reconstitution. En effet, deux règles président son utilisation :
- si le bâtiment original n‟est pas dans un étLa reconstitution est permise seulement at qui permette sa valorisation, et doit être faite en conformité avec les méthodes scientifiques - La reconstitution s‟arrête là où commence l‟hypothèse.
1EXARC, définition adoptée en mars 2009,http://www.exarc.net/about_us/definitions/index.html, dernière consultation le 21/04/10
5
Le parc archéologique va donc privilégier une présentation globale en mettant en scène les données scientifiques de façon à offrir une interprétation pédagogique mais aussi ludique au visiteur.Il peut se concentrer sur la valorisation d‟un site archéologique donné ou être construit en dehors d‟un site de référence, ce que nous appellerons « hors-site ».
 
Le parc archéologique : un patrimoine réinventé ?
Ce type de site va donc utiliser la reconstitution architecturale grandeur nature comme écrin de médiation.
Autrement dit, le parc archéologique va s‟appliquer à nousprésenter un patrimoine tel qu‟il devrait être comme une sorte d‟idéal: complet, compréhensible et sans aucun problème de conservation. En effet, à travers ces reconstitutions, il nous est donné à voir le meilleur exemple possible d‟un site archéologique. Il s‟agit en quelque sorte de reproduire la conservation idéale de Pompéi avec des moyens moins extrêmes qu‟une éruption volcanique. L‟archéosite va ainsi s‟offrir le luxe de reconstituer totalement des éléments de site archéologique : bâtiments, environnement mais aussi objets. Le visiteur va donc avoir l‟impression d‟un «voyage dans le temps »,où il va être immergé dans un dans le sens paysage qui n‟existe plus. 
Mais en l‟absence d‟éléments matériels, ce choix de médiation est loin d‟être simple. En effet, il ne s‟agit pas exactement d‟une anastylose dans le sens où la reconstitution ne reconstruit pas forcément un bâtiment existant.Si l‟exactitude scientifique est capitale et que de tous les archéosites s‟appuient sur des recherches archéologiques précises pour leurs reconstitutions, ils vont quand même présenter au final un bâtiment idéal, parfaitement « pittoresque» pour les besoins de la médiation, état qui n‟a peut-être jamais existé.
  Les parcs archéologiques vont donc montrer un patrimoine matériel dans le meilleur état de présentation et de connaissances possibles. Mais nous l‟avons souligné, l‟aspect matériel n‟est pas tout. Les sites vont donc devoir mettre en œuvre d‟autres techniques pour aller plus loin et présenter aussi les données sur les aspects immatériels.
 reconstitutions servent donc d‟écrin et de support à une interprétation plus globale,Les plus complète. Encore une fois, là où les archéologues déduisent des implications sociétales et culturelles à partir des éléments matériels, la présentation de celles-ci au public est 6
compliquée. Les archéosites vont donc souvent figurer une société, pour la donner à voir avant de l‟expliquer. De la même façon, les données sont avérées scientifiquement, mais en simulant une société, le parc nous présente une fiction.
 D‟ailleurs, dans son ensemble, le parc archéologique présente un patrimoine réaliste et exact mais pas réel. Dans un souci de pédagogie, il offre un état rêvé, idéal, mais réinventé.
 
Présentation de la problématique  Mais la mise en œuvre de ce type de sitenécessite de gros investissements, en termes de moyen humains, intellectuels et financiers. Tout cela pour répondre au double objectif de pédagogie et d‟attractivité. Mais cela en vaut-il la peine ?
 Le parc archéologique est une solution assez controversée. Certains sites provoquent la polémique face à ces investissements importants et à des résultats pas toujours évidents. Car, comme la majorité des sites culturels et patrimoniaux, les archéosites vont peiner à atteindre l‟équilibre budgétaire. 
D‟ailleurs certains de ces sites sont des échecs économiques:c‟est lecas de l‟archéodrome de Beaune (Bourgogne).Il a été ouvert en 1978, à l‟initiative du Service Régional d‟Archéologie (SRA), en collaboration avec la Société d‟Autoroute Paris-Rhin-Rhône (SAPRR). Il a été établi au niveau d‟une aire de repos le long de l‟autoroute A6. Le concept est donc un peu original : proposer une pause culturelle dans un parc archéologique au cours des longs trajets, notamment pendant les départs en vacances. Sa gestion a ensuite été confiée à une association, toujours cofinancée par la SAPRR. Sa position stratégique lui permet de capter les flux autoroutiers. Le site marche alors extrêmement bien avec environ 200 000 entrées par an !Mais en 1994, une forte baisse de fréquentation s‟observe déjà. La Société d‟autoroute décide alors de renouveler sa formule et réinvesti dans sa muséographie. Mais cela ne suffit plus car le parc doit alors subir de gros travaux de réaménagement. Cela n‟y rien, et en octobre 2005, l‟archéodrome ferme, faute de repreneurs, après 27change donc ans d‟existence. 
Le parc était composé de deux parties : un pôle de reconstitutions montrant une dizaine de constructions. La deuxième partie est un espace audiovisuel présentant des films
7
entreautres sur l‟évolution de l‟homme. Par ailleurs, le site était régulièrement utilisé comme centre d‟expérimentation pour les chercheurs. L‟Archéodrome de Beaune a donc remplit sa mission pédagogique, mais c‟est, à long terme, la mission touristique qui pèche et provoque sa perte.Les deux vocations, si elles sont très différentes l‟une de l‟autre, sont pourtant toutes les deux indispensables à la réussite d‟un parc archéologique à court et à long terme. Mais quelles sont les solutions pour remplir ces missions ? Et surtout, comment allier les différents objectifs ?
Méthodologie Afin de répondre à ces questions, il nous faut dans un premier temps observer les différentes motivations mises en œuvre puis les différentes stratégies possibles. Pour cela, nous avons choisi d‟étudier un corpus de sites répondant à notre définition. Ceux-ci sont de tailles et de structures diverses, ils abordent des thèmes et des périodes variés, mais non exhaustifs. Ils seront donc analysésselon les deux angles d‟approches.Nous avons choisi de ne traiter dans ce corpus que des parcs « hors site», c‟est-à-dire qui ne valorise pas un gisement archéologique sur site. En effet, cela nous permet de ne pas entrer dans les problématiques d‟aménagement complexes d‟un site patrimonial, qui ne rentrent pas dans notre propos. Les archéosites étudiés sont donc des constructions complètes. Ce corpus se compose de huit parcs archéologiques : -Samara  - Asnapio - Le musée des temps barbares - Le village gaulois de Saint-Julien - Domus castri - L‟archéosite de Montans - Le Murton Park -L‟archeosite d‟Aubechies  
8
Les sites sont présentés sous forme de fiches. Ils font l‟objet d‟une observation de terrain, d‟une analyse des différents dispositifs de médiation, de communication, de gestion et d‟attractivité touristique. Un certain nombre ces fiches sont complétées grâce à des de personnels du parc ou des professionnels de la médiation dans le domaine archéologique.
Le système de fiche permet de garder une démarche systémique, et de ne pas sur-interpréter des éléments pris en dehors de leur contexte général. Il convient en effet de garder à l‟esprit que chaque site répond certes à une problématique générale mais aussi à des enjeux particuliers, à des problèmes locaux. Certains éléments sont donc à prendre en compte uniquement une fois mis en perspective face à son propre environnement. De la même façon, nous pouvons ainsi considérer des sites d‟échelles différentes et de structures diverses. 
A ces parcs archéologiques dûment étudiés s‟ajoutent d‟autres cités à titre d‟exemples pour différents points de notre démonstration. Ils ne font pas partie du corpus en tant que tel car en dehors de notre périmètre, ou par manque d‟informations ou de temps. 
Les différents problèmes abordés : la rigueur scientifique, les choix de médiation, et les stratégies économiques et marketing, sont donc étudiés grâce aux cas choisis. Nous identifierons les politiques mises en œuvre sur chacun de ces sites pour répondre aux différents enjeux de chacun.
Ainsi les solutions trouvées ou testées sur ces sites sont identifiées. Mais elles répondent aussi à des problématiques spécifiques à chaque site. Nous isolerons donc, pas réellement des typologies, mais des grandes tendances. Cela permettra aussi de mettre en avant les combinaisons gagnantes parmi les bonnes pratiques.
Nous commençons donc par parcourir les différents enjeux inhérents aux parcs archéologiques. Nous nous penchons ensuite sur les choix culturels et de médiation et enfin sur les politiques d‟attractivités des sites. 
9
I. Un lieu de récréation culturelle et scientifique ?
 Le parc se situe donc comme un lieu original entre divertissement et culture scientifique. Face à ces enjeux, il multiplie les contraintes. Pour quelles raisons faire le choix de ce type de site? Il s‟agit dans ce chapitre d‟expliquer les enjeux et les attentes, pour pouvoir remettre les méthodes ensuite détaillées en contexte.  1. L'archéologie comme vecteur d'identité et de lien social
 Ce type de site représente en premier lieu le choix d‟un patrimoine à valoriser: le patrimoine archéologique. Comme souligné précédemment, les vestiges archéologiques, loin de l‟époque romantique des ruines esthétisantes, ne sont pas toujours parlants de premier abord. Effectivement dans la plupart des cas, les traces prennent la forme de bouts de murs où chacun peut voir tout ou rien. Ou encore, il est possible d‟admirer des collections de pots sans beaucoup plus d‟intérêt que leur côté esthétique. Il est clair que ces vestiges ne révèlent leurs secrets que grâce à l‟intervention d‟un médiateur ou non). En effet, celui-ci va (humain permettre d‟expliquer la structure ou l‟objet visible, de l‟interpréter, mais aussi éventuellement la démarche de l‟analyse. Ainsi, le spectateur identifie le matériel qu‟il a sous les yeux, et peut le replacer dans un contexte typo-chronologique, qui fait partie de la culture commune, bien qu‟avec plus ou moins d‟intensité selon les gens. Qui plus est, le médiateur va pouvoir pousser la réflexion plus loin et aborder les hypothèses sur l‟aspect immatériel qui en  découlent. La médiation va donc permettre au visiteur de faire d‟une observation parcellaire l‟élément d‟une réflexion plus complète; ce qui est donc beaucoup plus intéressant et beaucoup plus attractif. Mais finalement, cela ne fait-il pas de l‟archéologie un patrimoine grand public ?  
10
a. Une large cible
En effet, l‟archéologie semble plus accessible que de l‟art contemporain par exemple. La discipline est dénuée de cette image élitiste qui colle à d‟autres formes du patrimoine. Cela peut être dû à son aspect récent ou encore à son approche scientifique. Il est quelque part convenu qu‟un intermédiaire est nécessaire afin d‟avoir accès à ces informations scientifiques ou techniques que le grand public ne peut avoir. Il ne s‟agit en aucun cas d‟un dialogue entre le public et l‟œuvre par exemple où une culture générale, des connaissances dans le domaine sont nécessaires. D‟ailleurs, la culture commune en histoire est mieux partagée que la culture en art ou en architecture par exemple. La barrière psychologique est donc probablement moins forte, ce qui fait du patrimoine archéologique un élément plus abordable.
L‟archéologie est donc moins soumise à des barrières sociales. Nous pouvons d‟ailleurs le constater au regard des origines très éclectiques des bénévoles surles chantiers d‟archéologie ou de restauration. D‟ailleurs, l‟association REMPART considère ces chantiers comme des lieux d‟apprentissage de la citoyenneté. Et si dans les faits, nous constatons que les jeunes sont les plus présents sur ce type d‟actions bénévoles, tous les âges et origines sociales sont les bienvenues. Certes, il faut considérer que la participation bénévole à un chantier induit un certain biais dans la représentativité de la population du fait de l‟engagement personnel. 
Par ailleurs, l‟archéologie concerne des aspects très triviaux de la société, tels que la cuisine notamment. Ce sont donc des choses que finalement tout le monde peut comprendre. Il est donc possible de créer un certain sentiment de familiarité entre le contenu présenté et le quotidien du public. Mais ce n‟est pas tout. Car les différences de culture introduisent malgré tout un effet d‟exotisme. L‟effet dedépaysement est donc possible. De plus ce mélange crée un certain imaginaire collectif sur telle ou telle culture. Par exemple, il existe en France tout un imaginaire sur les Gaulois « nos ancêtres », qui tient presque du mythe fondateur et en même temps une certaine distanciation.
De plus, la notion d‟art reste attachée à de nombreux objets archéologiques. C‟est en effet une conception de longue tradition en Europe. Par ailleurs, les musées et musées d‟archéologie ont longtemps perpétué cette approche en présentant les objets hors de leur contexte social et fonctionnel, mais comme des objets esthétiques. Or, cette formule, souvent décriée par la communauté scientifique, rencontre moins de succès auprès du public qu‟auparavant. Nous la trouvons tout de même encore dans de nombreuses expositions et
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.