ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES ECOLE DOCTORALE SIEB Doctorat Sciences de la Vie et de la Terre Présenté et soutenu publiquement par Marion AUDOIRE CHESTIER « Approche cognitive des relations entre Capacité, Motivation et Chance dans le jugement de performance selon différents contextes de performance sportive » Sous la direction du Professeur Etienne MULLET, EPHE Et du Professeur Vincent DRU, Université Paris Ouest Nanterre La Défense Soutenu le : 14 mai 2009 JURY Bernard CADET, Professeur, Université de Basse Normandie, Rapporteur, Jean Marie CELLIER, Directeur aux Hautes Etudes, Président Gérard CHASSEIGNE, Professeur, Université de Champagne, Rapporteur, Vincent DRU, Professeur, Université de Paris X, Co-Directeur Etienne MULLET, Directeur aux Hautes Etudes, Directeur Laboratoire : CLLE-LTC, Cognition, Langues, Langage et Ergonomie-Travail et Cognition, UMR 5263 (UTM, CNRS, EPHE). Maison de la Recherche, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse Cedex 9. Adresse éléctronique de M. le Professeur Etienne Mullet: Adresse électronique personnellle: EPHE Banque de Monographies SVT 1

  • approche cognitive des relations entre capacité

  • analyse de la relation capacités techniques

  • doctorat sciences de la vie et de la terre

  • capacités techniques

  • jugement de performance

  • adversaire


Publié le : vendredi 1 mai 2009
Lecture(s) : 63
Source : ephe.sorbonne.fr
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES ECOLE DOCTORALE SIEB Doctorat Sciences de la Vie et de la Terre Présenté et soutenu publiquement par Marion AUDOIRE CHESTIER « Approche cognitive des relations entre Capacité, Motivation et Chance dans le jugement de performance selon différents contextes de performance sportive » Sous la direction du Professeur Etienne MULLET, EPHE Et du Professeur Vincent DRU, Université Paris Ouest Nanterre La Défense Soutenu le : 14 mai 2009 JURY Bernard CADET, Professeur, Université de Basse Normandie, Rapporteur, Jean Marie CELLIER, Directeur aux Hautes Etudes, Président Gérard CHASSEIGNE, Professeur, Université de Champagne, Rapporteur, Vincent DRU, Professeur, Université de Paris X, CoDirecteur Etienne MULLET, Directeur aux Hautes Etudes, Directeur Laboratoire :CLLELTC, Cognition, Langues, Langage et ErgonomieTravail et Cognition, UMR 5263 (UTM, CNRS, EPHE). Maison de la Recherche, 5, allées AntonioMachado, 31058 Toulouse Cedex 9. Adresse éléctronique de M. le Professeur Etienne Mullet: mullet@univtlse2.fr Adresse électronique personnellle: m.audoire@free.fr
RESUME :
De précédentes études ont analysé
le schéma de jugement de performance à partir
d’informations sur la capacité et la motivation. Le but de ce travail est d’étudier ce schéma de
jugement par l’intégration d’un troisième facteur : la chance, et ce dans différents contextes
sportifs et de compétition. Le cadre méthodologique est la théorie fonctionnelle de la cognition. La
première étude a visé à déterminer le schéma de jugement employé lors de l’intégration des trois
facteurs (capacités techniques, motivation et chance) dans un contexte sportif. La deuxième étude a
testé ce schéma dans différents contextes sportifs : le saut en hauteur, le triathlon et le balltrap. La
troisième étude a précisé la notion de niveau de l’adversaire. Celuici est défini en termes de
capacités techniques de l’adversaire, de motivation de l’adversaire ou de chance de l’adversaire.
Les résultats montrent que la chance n’a pas d’effet sur la relation capacités techniques
motivation et que les trois facteurs sont intégrés de manière additive quels que soient le contexte
sportif et la façon dont on caractérise la performance de l’adversaire. En revanche, le poids accordé
à chacun des facteurs varie en fonction du contexte sportif et de la caractéristique de l’adversaire.
TABLE DES MATIERES
RESUME......................................................................................................................... 2
REMERCIEMENTS...................................................................................................... 5
I. LE JUGEMENT DE PERFORMANCE : REVUE DE LITTERATURE.......... 20
I.1. QUELS PROCESSUS SONT EN JEU POUR PRENDRE EN COMPTE PLUSIEURS INFORMATIONS POUR JUGER LA PERFORMANCE ? 21 I.1.1. PROBLEME THEORIQUE SOULEVE............................................................ 21 I.1.2. MISE EN ŒUVRE EMPIRIQUE.................................................................. 25
I.1.3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS........................................................... 26 I.2. UNE REGLE GENERALISABLE A TOUTES LES CULTURES ? ...................................... 30 I.2.1. PROBLEME THEORIQUE SOULEVE............................................................ 30 I.2.2. MISE EN ŒUVRE EMPIRIQUE.................................................................. 31 I.2.3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS........................................................... 33
I.3. LE JUGEMENT DE PERFORMANCE EST AFFECTE PAR LA DIFFICULTE DE LA TACHE ? ......... 36
I.3.1. PROBLEME THEORIQUE SOULEVE............................................................ 36
I.3.2. MISE EN ŒUVRE EMPIRIQUE.................................................................. 46
I.3.3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS........................................................... 47 I.4. QUELLE(S) REGLE(S) POUR TROIS FACTEURS ?................................................ 50
I.4.1. PROBLEME THEORIQUE SOULEVE............................................................ 51
I.4.2. MISE EN ŒUVRE EMPIRIQUE.................................................................. 56
I.4.3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS........................................................... 58 I.5. L'EFFET DES CONTEXTES DE COMPETITION ET DES CONTEXTES SPORTIFS SUR LE SCHEMA DE PERFORMANCE 62 I.5.1. PROBLEME THEORIQUE SOULEVE............................................................ 62
I.5.2. MISE EN ŒUVRE EMPIRIQUE.................................................................. 65
I.5.3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS........................................................... 66
I.6. LE SCHEMA DE PERFORMANCE EST-IL EXTENSIBLE A D'AUTRES DIMENSIONS DE JUGEMENT ? 70 I.6.1. PROBLEME THEORIQUE SOULEVE............................................................ 70
I.6.2. MISE EN ŒUVRE EMPIRIQUE.................................................................. 71
I.6.3. RESULTATS ET INTERPRETATIONS........................................................... 72
II. PRESENTATION PROGRAMMATIQUE DES ETUDES............................... 76
III. ETUDE 1 : SCHEMA DE JUGEMENT DE PERFORMANCE ET CHANCE 80
III.1. HYPOTHESES.................................................................................. 81
III.2. METHODES..................................................................................... 82
III.2.1. LES PARTICIPANTS.......................................................................... 82
III.2.2. L'INSTRUMENT............................................................................... 83
 III.2.2.1. Identification....................................................................... 83
 III.2.2.2. Formulation des variables......................................................... 84
 III.2.2.3. Modalités des variables............................................................ 85
 III.2.2.4. Familiarisation..................................................................... 87
 III.2.2.5. Elaboration du questionnaire...................................................... 87
 III.2.2.6. Dénomination de la personne- stimulus........................................... 88 III.3. PROCEDURE.................................................................................... 88
III.4. RESULTATS.................................................................................... 89
III.4.1. ANALYSE DES EFFETS PRINCIPAUX.......................................................... 90
III.4.2. L'EFFET DE L'INTEGRATION DU TROISIEME FACTEUR SUR LA RELATION CAPACITES TECHNIQUES - MOTIVATION 91
III.4.3. L'INTEGRATION DU TROISIEME FACTEUR : LA CHANCE................................... 93 III.5. DISCUSSION.................................................................................... 96 III.5.1. LA PERMANENCE DANS L'UTILISATION DE LA REGLE ADDITIVE LORS DE L'INTEGRATION D'UN TROISIEME FACTEUR 96  III.5.1.1. Analyse de la relation capacités techniques - motivation....................... 96  III.5.1.2. Intégration des trois facteurs capacités techniques - motivation - chance ..... 97 III.5.2. PROSPECTIVES DE RECHERCHE............................................................. 99
IV. ETUDE 2 : ANALYSE DE L'EFFET DU CONTEXTE SPORTIF............... 101
IV. 1. ETUDE PRELIMINAIRE........................................................................ 102
IV.1.1. HYPOTHESES DE L'ETUDE PRELIMINAIRE.................................................. 102
IV.1.2. PRESENTATION DE L'ETUDE PRELIMINAIRE................................................ 104
IV.1.3. RESULTATS DE L'ETUDE PRELIMINAIRE.................................................... 107
IV.2. HYPOTHESES DE L'ETUDE 2.................................................................. 108
IV.3. METHODES DE L'ETUDE 2.................................................................... 110
IV.3.1. LES PARTICIPANTS......................................................................... 110
IV.3.2. LES INSTRUMENTS......................................................................... 110
 IV.3.2.1. Formulation des variables........................................................ 111
 IV.3.2.2. Modalité des variables........................................................... 112 IV.4. RESULTATS DE L'ETUDE 2.................................................................... 114
IV.4.1. ANALYSE DES EFFETS PRINCIPAUX......................................................... 115
IV.4.2. L'EFFET DU CONTEXTE SPORTIF SUR LA RELATION ENTRE LES FACTEURS.............. 117
IV.4.3. L'EFFET DU CONTEXTE SPORTIF SUR LE POIDS ACCORDE A CHAQUE FACTEUR......... 120
IV.5. ANALYSE PAR CLUSTERS..................................................................... 124
IV.5.1. PRESENTATION DES CLUSTERS............................................................ 124
IV.5.2. ANALYSE DES RELATIONS ENTRE CAPACITES TECHNIQUES - MOTIVATION ET CHANCE POUR CHACUN DES
CLUSTERS 126
IV.6. DISCUSSION................................................................................... 130 IV.6.1. LA PERMANENCE DANS L'UTILISATION DE LA REGLE ADDITIVE QUEL QUE SOIT LE CONTEXTE SPORTIF 130 IV.6.2 L'EFFET DU CONTEXTE SPORTIF SUR LE POIDS ACCORDE A CHAQUE FACTEUR.......... 131 IV.7. PROSPECTIVES DE RECHERCHE.............................................................. 134
V. ETUDE 3 : CHANCE, CONTEXTE DE COMPETITION ET JUGEMENT DE
PERFORMANCE 135
V.1. HYPOTHESES.................................................................................. 136
V.2. METHODES.................................................................................... 137
V.2.1. LES PARTICIPANTS.......................................................................... 137
V.2.2. LES INSTRUMENTS.......................................................................... 138
 V.2.2.1.Formulation des variables......................................................... 139
 V.2.2.2. Modalités des variables........................................................... 139
V.3. RESULTATS.................................................................................... 142
V.3.1. ANALYSE DES EFFETS PRINCIPAUX......................................................... 142
V.3.2. L'EFFET DU CONTEXTE DE COMPETITION SUR LA REGLE D'INTEGRATION................ 146
 V.3.2.1. Résultat général................................................................... 146
 V.3.2.2. L'effet du niveau de l'adversaire................................................. 148
 V.3.2.3. caractériser l'adversaire modifie l'effet de ce facteur.......................... 150
V.4. DISCUSSION................................................................................... 156
V.4.1. LA PERMANENCE DANS L'UTILISATION DE LA REGLE ADDITIVE QUELLE QUE SOIT LA CARACTERISTIQUE DE
L'ADVERSAIRE 157
V.4.2. L'EFFET DE L'ADVERSAIRE SUR LE POIDS ACCORDE A CHAQUE FACTEUR................. 159
V.4.3. LA RELATION CAPACITES TECHNIQUES - MOTIVATION - CHANCE A TRAVERS LES TROIS ETUDES 160
REFERENCES........................................................................................................... 168
INTRODUCTION
La notion de jugement est omniprésente dans notre société. Nous pouvons être amenés à être
jugés dans de nombreux contextes : aussi bien la personne mis en accusation face à un tribunal que
le politicien durant sa campagne, mais aussi plus quotidiennement, le candidat à un poste face à un
recruteur, l’élève soumis à une évaluation de l’enseignant. En effet, le jugement de l’enseignant
porte sur la valeur scolaire de ses élèves, quantifie leurs performances par une notation. Mais sur
quelles informations se fondetil pour évaluer ses élèves ? Dans le domaine du sport, quels
éléments prendon en compte pour prédire le résultat d’un match de tennis : habileté du joueur, sa
motivation, l’enjeu du match, le niveau de l’adversaire ? Plus généralement, pourquoi jugeton
comme on juge ? De quoi tienton compte au moment de choisir, d'évaluer ? Quels sont les
éléments déterminants notre jugement ? Puisque toute interaction nous impose de nous soumettre
au jugement d'autrui du fait de notre visibilité sociale, tenter de comprendre comment opère celui
qui (nous) juge semble alors intéressant : sur quels critères eston considéré ? Quelle importance
celui qui juge leur accordetil
? Puisqu’un individu juge subjectivement
autrui, cette
hiérarchisation des critères estelle identique pour tous et pour tous les contextes ? Ces questions
ont régulièrement été traitées par la littérature mais sans aborder très précisément et d’un point de
vue méthodologique les règles qui organisent l’acte de juger.
Les approches cognitives ont permis une avancée sur ce point. Elles proposent d’étudier des
mécanismes fondamentaux et des productions d’élaboration du jugement. Le sens que l’on donne à
un événement déterminera notreréponse. Ainsi, le sens que l’on donne aux différentes
informations que nous intégrons pour établir notre jugement déterminera ce jugement. Par
exemple, si la capacité à courir vite nous semble la qualité la plus importante pour gagner une
course de sprint, nous prédirons la victoire du coureur qui répond le mieux à ce critère même si
d’autres pouvaient sembler plus motivés. Nous aurons jugé ce sportif plus apte à remporter la
course. Parmi ces approches cognitives un courant de recherche dénommé théorie de l’intégration
de l’information propose de découvrir les lois cognitives du traitement et de l’intégration de
plusieurs informations. Elle s’intéresse aux opérations « d’algèbre cognitive » que les sujets
emploient pour traiter les informations. Cette algèbre cognitive (sommation des informations,
multiplication, soustraction, division) porte non pas sur les informations proprement dites mais sur
les valeurs subjectives que le sujet leur accorde. Cette théorie apporte une méthodologie de mesure
de ces éléments (théorie fonctionnelle). Son utilité est donc particulièrement intéressante dans le
cadre du jugement de la performance puisque, dans notre société occidentale, les individus sont
caractérisés par leurs performances (scolaires, professionnelle, familiales, sportives…).
Quel que soit le contexte social, nous sommes soumis au jugement de notre performance.
Nous vivons dans un contexte où la réussite est l’objectif à atteindre, où la performance est
valorisée. Mais il existe des cadres pour lesquels la performance et d’autant plus le jugement de
performance joue un rôle encore plus important, comme la sélection dans le travail, dans les études,
en politique ou dans le sport. Dans les débats politiques, par exemple, on juge la performance pour
estimer la sincérité, l’empathie, l’implication du candidat. Comment le journaliste pensetil
commenter la performance d’un homme politique dans un débat ? Dans le cadre sportif, il en est de
même. Mais comment un entraîneur vatil juger la performance de son sportif au cours de la
compétition ? Comment le juge de patinage artistique s’attendil à noter les patineurs ? De
nombreux contextes sportifs offrent, en effet, de nombreuses situations dans lesquelles la
compétition et la performance sont primordiales. Aussi, si le jugement de la performance nécessite
que celui qui juge intègre des informations (critères), selon le type d'information qu'il traite mais
également selon sa sensibilité et son vécu personnel, la théorie de l’intégration de l’information
offre la possibilité de déterminer comment il combine tous ces paramètres (nombre d'informations,
type d'information, valeur de l'information, contexte, disposition initiale…).
Le jugement de la performance a été étudié par de nombreux auteurs. Anderson et Butzin
(1974) puis Singh, Gupta et Dalal (1979), puis Surber (1981) se sont intéressés au jugement de la
performance à partir d’informations sur la capacité et la motivation et ont mis en évidence
différentes règles cognitives d’intégration de ces informations. Notre étude a pour objet d’enrichir
ce champ de la littérature en intégrant une troisième information : la chance. En effet, on peut se
demander si le fait d’intégrer un troisième facteur pourrait modifier la relation entre les deux autres
facteurs. Les règles utilisées sontelles les mêmes dès lors que l’on intègre trois facteurs ? Nous
analyserons de manière exploratoire les relations entre les informations capacité, motivation et
chance dans le jugement de la performance. De plus, afin d’enrichir notre analyse, nous étudierons
le jugement de la performance dans différents contextes. Nous retiendrons le domaine sportif
comme champ d’investigation car outre le fait qu’il n’est jamais été abordé pour l’étude du
jugement de performance, il présente l’avantage d’offrir une variété de contextes (opposition,
coopération, différents sports…). Nous analyserons donc les relations entre capacité, motivation et
chance dans différents contextes sportifs et de compétition.
Le document s’organisera donc selon le plan suivant : après avoir établi une revue de
questions au regard des recherches antérieures de la littérature et présenté nos hypothèses, nous
étudierons l’intégration du facteur chance dans la relation capacité – motivation dans le jugement
de la performance d’un sportif. Cela constituera le fil rouge des trois études que nous présenterons
dans ce document. Ainsi, nous observerons les effets de l’intégration de ce troisième facteur à
travers différents contextes sportifs (dans la deuxième étude) et d’opposition (dans la dernière
étude). Chaque étude s’organisera selon plusieurs étapes. Dans une première étape, nous
présenterons les hypothèses, la méthode utilisée, les participants à l’étude, l’instrument et la
procédure de passation de l’expérience. Dans une deuxième étape, nous exposerons les résultats :
nous analyserons les effets principaux avant d’observer plus précisément l’effet sur la relation
capacité – motivation que l’on considérera comme référence. Dans une troisième étape, nous
discuterons les résultats.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.