En vue de l'obtention du

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT) Spécialité : Agrosystèmes, Ecosystèmes et Environnement Présentée par Mohamadou MAMOUDOU le 17 décembre 2008 Jury ANSCHUTZ Pierre, Professeur à l'Université de Bordeaux 1, EPOC, Equipe ECOBIOC, rapporteur ETCHEBER Henri, Chargé de Recherche CNRS, Université de Bordeaux 1, EPOC, Equipe GEMA, rapporteur GARNIER Josette, Directrice de Recherche CNRS, Université de Paris VI, SISYPHE, rapporteur LUDWIG Wolfgang, Professeur à l'Université de Perpignan, CEFREM, examinateur MUYLAERT Koenraad, Professeur à l'Université Catholique de Louvain, examinateur PROBST Anne, Directrice de Recherche CNRS, Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT-ENSAT), EcoLab, examinateur PROBST Jean-Luc, Directeur de Recherche CNRS, Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT-ENSAT), EcoLab, dir. thèse TACKX Micky, Professeur à l'Université de Toulouse III, EcoLab, co-directrice de thèse Ecole Doctorale : Sciences Ecologiques, Vétérinaires, Agronomiques, Bioingénieries (SEVAB) Unité de recherche : EcoLab (UMR 5245) DYNAMIQUE DE TRANSFERT DES MATIERES ORGANIQUES ET INORGANIQUES LE LONG DU CONTINUUM FLUVIAL DE LA GARONNE : IMPACT DE LA RETENUE DE MALAUSE

  • garonne bottom

  • matière organique

  • exportations vers le milieu macroporeux du fleuve

  • garonne

  • continuum fluvial

  • sédiments de fond

  • continuum

  • cycle global du carbone


Publié le : lundi 1 décembre 2008
Lecture(s) : 141
Source : ethesis.inp-toulouse.fr
Nombre de pages : 198
Voir plus Voir moins
THÈSE En vue de l’obtention du DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l’Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT) Spécialité: Agrosystèmes, Ecosystèmes et Environnement Présentée par Mohamadou MAMOUDOU le 17 décembre 2008 DYNAMIQUE DE TRANSFERT DES MATIERES ORGANIQUES ET INORGANIQUES LE LONG DU CONTINUUM FLUVIAL DE LA GARONNE : IMPACT DE LA RETENUE DE MALAUSE Jury ANSCHUTZ Pierre, Professeur à l'Université de Bordeaux 1, EPOC, Equipe ECOBIOC, rapporteur ETCHEBER Henri, Chargé de Recherche CNRS, Université de Bordeaux 1, EPOC, Equipe GEMA, rapporteur GARNIER Josette, Directrice de Recherche CNRS, Université de Paris VI, SISYPHE, rapporteur LUDWIG Wolfgang, Professeur à l’Université de Perpignan, CEFREM, examinateur MUYLAERT Koenraad, Professeur à l’Université Catholique de Louvain, examinateur PROBST Anne, Directrice de Recherche CNRS, Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT-ENSAT), EcoLab, examinateur PROBST Jean-Luc, Directeur de Recherche CNRS, Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT-ENSAT), EcoLab, dir. thèse TACKX Micky, Professeur à l’Université de Toulouse III, EcoLab, co-directrice de thèse Ecole Doctorale:Sciences Ecologiques, Vétérinaires, Agronomiques, Bioingénieries (SEVAB)Unité de recherche:EcoLab (UMR 5245)
2
Abstract Rivers are mainly responsible for organic and inorganic matter transfers from continents to oceans. These matters can be separated by filtration (generally at 0,45 or 0,22µm) into particulate and dissolved phases. The behaviour of organic fractions depends on their origin. The labile fractions are often rapidly mineralized during their transfer, whereas the refractory fractions have a conservative behaviour. We studied the dynamic of all organic and inorganic fractions (dissolved and particulate) along the river continuum of the middle Garonne as soon as accross the Malause reservoir. This dam represents the last hydrological discontinuity along the river continuum. Our results show that, over all the hydrological periods,the river continuum of the middle Garonneis an important sink for suspended matters, POC and PON, while it is a source for phytoplankton. Chlaand dissolved silica are stored during the low water periods and remobilized during the high flows. TDP only shows important remobilizing downstream from the urban agglomeration of Toulouse. Retentions of matters during the high water periods take place along the river continuum in meanders and in areas covered by dense riparian vegetation. During low water periods, retentions are due to biological uptakes (vegetation, phytoplankton, biofilm, bacteria…). Adsorption processes on periphyton-sediment complexes are also responsible for storage of some elements, particularly phosphorus. Exportations towards the macroporous riverine environment also contribute to matter storage (TSM, DOC). The phytoplanctonic production remains very low along the river continuum. It is supplied to the Garonne river by benthic algae drift which could be produced by biofilm. Nevertheless, the main phytoplankton production originates from the different tributaries. The isotopic 13 signatures (δC) of organic matters (POC, DOC) carried by the Garonne river show very few differences between the different hydrological periods. On the opposite, nitrogen isotopic signatures 15 15 (δN) exhibit a strong enrichment during the low water periods on the different tributaries. ThisδN increase is due to a high microbial activity which is responsible for biodegradation of nitrogen from sewage effluents. Specific surface areas of Garonne river bottom sediments are very low compared to other world rivers (Amazon, Mississippi) because of low clay contents in the Garonne bottom sediments. These low clay contents did not allow us to put in evidence a relationship between POC content and specific surface areas. The Malause reservoir shows on a yearly basis retentions of TSM, POC, phytoplankton, Chla and phosphorus, contrary to the river continuum, and, to a lesser extend, of dissolved silica. We can observe a low remobilizing of DOC and TDN. In the reservoir, the phytoplankton is mainly supplied by the Tarn tributary. Even if we can observe a net Chla production within the reservoir during low water periods, we never found specific phytoplanctonic species in the reservoir. Those measured during low water periods, originate from spring and summer blooms in the Tarn tributary. The Garonne contribution to the Malause reservoir phytoplankton is low and originate mainly from benthic diatoms. Whereas in the Tarn tributary, the production is rather pelagic. POC contents in the reservoir bottom sediments show a clear increase. The Malause reservoir represents a discontinuity which is trapping the POC, contrary to other sediment deposition areas like estuaries and deltas in which POC is partly mineralized. Carbon and nitrogen isotopic signatures 13 15 exhibit a sequence of sediment deposits ( C impoverished and N enriched, andvice versa), showing an overlapping of sedimentary materials from different origins (soil erosion, phytoplankton production). It corresponds also to a mixed influence of Garonne and Tarn river contributions to the sedimentary deposits of Malause reservoir. Keywords: river continuum, Malause reservoir, TSM, carbon, nitrogen, phosphorus, silica, phytoplankton, isotopic tracing, specific surface areas, bottom sediments, sink, source, Garonne, tributaries
3
Résumé Les fleuves sont à l’origine des transferts de matières organiques et inorganiques des continents vers les océans. Ces matières peuvent être séparées par filtration (généralement à 0,45 ou 0,22µm) entre une phase particulaire et une phase dissoute. Le devenir des formes organiques va dépendre de leurs origines. Les formes labiles sont souvent rapidement minéralisées lors de leur transfert tandis que les formes réfractaires ont un comportement conservatif. Nous avons étudié la dynamique de toutes les formes (dissoutes et particulaires) de matières organiques et inorganiques le long du continuum fluvial de la Garonne moyenne ainsi que dans la retenue de Malause. Cette retenue constitue la dernière discontinuité hydrologique sur le continuum fluvial. Nos résultats montrent que lecontinuum fluvial de la Garonne moyenneest un important puits de matières en suspension, COP, NOP et une source de phytoplancton, toutes périodes hydrologiques confondues. Chlaet silice dissoute sont stockées en périodes de basses eaux et remobilisées en périodes de hautes eaux. Seul le phosphore total dissous montre une forte remobilisation à l’aval de l’agglomération toulousaine. Les rétentions de matières ont lieu en hautes eaux sur le continuum au niveau des méandres et dans les zones couvertes de végétation riparienne dense. En étiage les rétentions sont dues à la consommation biologique (végétation, phytoplancton, biofilm, bactéries, …). Les phénomènes d’adsorption sur le complexe périphyton-sédiments sont également responsables du stockage de certains éléments, notamment le phosphore. Des exportations vers le milieu macroporeux du fleuve contribuent également aux stockages de matières (MES, COD). La production phytoplanctonique reste faible sur le continuum fluvial. Elle est apportée sur la Garonne par la dérive des algues benthiques qui pourraient provenir du biofilm. L’essentiel de la production du 13 phytoplancton est cependant apportée par les affluents. Les signatures isotopiques (δC) des matières organiques (COD, COP) transportées par la Garonne montrent une très faible différence entre les 15 périodes hydrologiques. Les signatures isotopiques de l’azote (δN) montrent par contre un très fort enrichissement en étiage au niveau des affluents. Cet enrichissement traduit une forte activité microbienne qui est à l’origine d’une biodégradation de l’azote issu des rejets anthropiques. L’analyse des surfaces spécifiques des sédiments de fond du continuum montre que la Garonne possède des surfaces faibles par rapport à d’autres fleuves du monde (Amazone, Mississipi) du fait des teneurs faibles en argiles dans ses sédiments de fond. Ces faibles teneurs en argiles n’ont pas permis de mettre en évidence de relation entre les teneurs en COP et les surfaces spécifiques. La retenue de Malausemontre à l’échelle annuelle une rétention de MES, COP, phytoplancton, Chlaet phosphore, contrairement au continuum fluvial, et dans une moindre mesure, de la silice dissoute. On observe une faible remobilisation de COD et NTD. Le phytoplancton de la retenue est apporté principalement par le Tarn, bien que nous observions une nette production de Chlaen étiage dans la retenue, nous n’avons pas trouvé d’espèces spécifiques à la retenue. Celles qui se développent en basses eaux sont issues des blooms printanier et estival du Tarn. La contribution de la Garonne au phytoplancton de Malause est faible et vient des diatomées essentiellement benthiques alors que le Tarn montre une production plutôt pélagique. Les teneurs en COP des sédiments de fond de la retenue montrent une nette augmentation. On est donc dans le cas d’une discontinuité qui piège le COP contrairement à d’autres zones d’accumulation de sédiments tels les estuaires ou les deltas où le COP est en partie minéralisé. L’étude des signatures isotopiques du carbone et de l’azote montre une 13 15 succession de dépôts sédimentaires (appauvris en C et enrichis en N puis l’inverse), mettant en évidence une superposition de matériaux d’origines différentes (érosion des sols, production phytoplanctonique). Cette succession traduit aussi la double influence de la Garonne et du Tarn sur les dépôts sédimentaires de la retenue de Malause.
Mots clés : continuum fluvial, retenue de Malause, MES, carbone, azote, phosphore, silice, phytoplancton, traçage isotopique, surfaces spécifiques, sédiments de fond, puits, source, Garonne, affluents
4
TABLE DES MATIERES
AVANT PROPOS ....................................................................................................... 9
LISTES DES ABREVIATIONS UTILISEES DANS CETTE ETUDE ........................ 13
LISTE DES FIGURES .............................................................................................. 15
LISTE DES TABLEAUX........................................................................................... 18
INTRODUCTION GENERALE ................................................................................. 20
CHAPITRE I ............................................................................................................. 26
LES MATIERES ORGANIQUES DANS LE CYCLE DU CARBONE : ORIGINES, FORMES ET CARACTERISATION DANS LES FLEUVES..................................... 26
I
I.1
I.2
CYCLE DU CARBONE ET TAILLES DES DIFFERENTS RESERVOIRS ...... 28
Cycle globale du carbone .......................................................................................................................... 28
Cycle du Carbone Inorganique (CI) ........................................................................................................ 29
I.3Cycle du Carbone Organique (CO) ......................................................................................................... 30I. 3. 1 Cycle court du CO.................................................................................................................................. 30I. 3. 2 Cycle long du CO................................................................................................................................... 32
II
II.1
II.2
III
FORMES ET ORIGINES DU CO EN MILIEU AQUATIQUE ............................. 32
Les différentes formes de CO............................................................................................................... 32
Les différentes origines du CO en milieu aquatique .......................................................................... 33
CARACTERISATION DE LA MO DANS LES MILIEUX AQUATIQUES .......... 34
III.1Notion et importance des surfaces spécifiques ................................................................................... 34III.1.1 Notion de surfaces spécifiques (SS) ..................................................................................................... 34III.1.2 Importance des SS et relation avec le CO ............................................................................................ 35III.1.3 Caractérisation des origines des matières organiques........................................................................... 36III.1.4 Abondances des isotopes stables (C et N) et signatures isotopiques des MO ...................................... 37III.1.5 Fractionnement isotopique ................................................................................................................... 38III.1.6 Exemples d’application ........................................................................................................................ 38
III.2Caractérisation des MO à l’aide des isotopes stables: ....................................................................... 39III.2.1 Types de végétation et signatures isotopiques..................................................................................... 39III.2.2 photosynthèse et assimilation de l’azote chez les végétaux................................................................. 40III.2.3 Signatures isotopiques des MO de sols et d’origine anthropique ......................................................... 42
CHAPITRE II ............................................................................................................ 45
MATERIELS ET METHODES .................................................................................. 45
5
I
CADRE DE L’ETUDE ....................................................................................... 47
I.1 Cadre général de l’étude .............................................................................................................................. 47
I.2 Climatologie .................................................................................................................................................. 48
I.3 Le réseau hydrographique ........................................................................................................................... 48
I.4 Le bassin Adour Garonne en quelques chiffres… ..................................................................................... 49
II LE FLEUVE GARONNE....................................................................................... 50
II.1 Situation juridique ...................................................................................................................................... 50
II.2 Profil en long du fleuve ............................................................................................................................... 50
II.3 Régime du fleuve ......................................................................................................................................... 52
III GEOLOGIE DU BASSIN DE LA GARONNE ...................................................... 52
IV STRATEGIE D’ECHANTILLONNAGE ET SITES DE PRELEVEMENTS .......... 53
IV.1 Description du réseau d’échantillonnage ................................................................................................. 55
IV.2 Compartiments étudiés et paramètres analysés ...................................................................................... 56IV.2.1 La colonne d’eau .................................................................................................................................. 56IV.2.2 Les sédiments ....................................................................................................................................... 59
IV.3 Calcul des flux de matières et analyses statistiques ................................................................................ 61IV.3.1 Calcul des flux de matières .................................................................................................................. 61IV.3.2 Analyses statistiques ............................................................................................................................. 62
CHAPITRE III ........................................................................................................... 63
TRANSFERT DE MATIERES LE LONG DU CONTINUUM FLUVIAL..................... 63
I
VARIATIONS AMONT-AVAL DES CONCENTRATIONS ................................ 66
I.1La colonne d’eau........................................................................................................................................ 66I.1.1Etude des phases particulaires du continuum fluvial : ....................................................................... 66I.1.2Etude des phases dissoutes le long du continuum fluvial................................................................... 79
I.2Les sédiments de fond................................................................................................................................ 84I.2.1................................................................................................................................ 84La granulométrie I.2.2Les surfaces spécifiques des sédiments du continuum....................................................................... 85I.2.3Les teneurs en COP et azote organique particulaire (NOP) ............................................................... 86
IIEVOLUTION AMONT-AVAL DES FLUX DE MATIERES LE LONG DU CONTINUUM FLUVIAL............................................................................................ 87
II.1Les phases particulaires ....................................................................................................................... 89II.1.1Les matières en suspension (MES) .................................................................................................... 89II.1.2Le carbone organique particulaire (COP) .......................................................................................... 90II.1.3Le carbone organique phytoplanctonique .......................................................................................... 91
6
II.1.4II.1.5
L’azote organique particulaire (NOP)................................................................................................ 92La chlorophylle a ............................................................................................................................... 93
II.2Les phases dissoutes.............................................................................................................................. 94II.2.1Le carbone organique dissous (COD) ................................................................................................ 94II.2.2Le phosphore total dissous (PTD)...................................................................................................... 95II.2.3L’azote total dissous.......................................................................................................................... 96II.2.4................................................................................................................................ 97La silice dissoute
CONCLUSION ....................................................................................................... 102
CHAPITRE IV ......................................................................................................... 104
IMPACT DE LA RETENUE DE MALAUSE SUR LE CONTINUUM FLUVIAL ...... 104
ICARACTERISTIQUES ET PROBLEMATIQUE DES RETENUES ET BARRAGES DANS LE MONDE ............................................................................ 106
IIRETENTION OF SUSPENDED PARTICULATE MATTER, PHYTOPLANKTON AND NUTRIENTS IN THE MALAUSE RESERVOIR (GARONNE RIVER, FRANCE)  108
Keywords: .......................................................................................................................................................... 108
II.1
II.2
Abstract ............................................................................................................................................... 109
Introduction......................................................................................................................................... 110
II.3Materials and methods ....................................................................................................................... 112II.3.1Study site.......................................................................................................................................... 112II.3.2Sampling and analyses ..................................................................................................................... 113II.3.3Calculations and statistical analyses ................................................................................................ 114
II.4
II.5
Results.................................................................................................................................................. 115
Discussion ............................................................................................................................................ 125
Acknowledgements............................................................................................................................................ 128
II.6
III
III.1
III.2
III.3
III.4
References............................................................................................................................................ 129
BILAN DU CARBONE ORGANIQUE (COP ET COD).................................... 135
Evolution temporelle des teneurs en COP ........................................................................................ 135
Evolution temporelle du carbone organique particulaire phytoplanctonique .............................. 136
Evolution temporelle du carbone organique dissous (COD)........................................................... 137
Evolution annuel du bilan du carbone à la sortie de la retenue (St-21) ......................................... 138
IVLES SEDIMENTS DE FOND DE LA RETENUE : ETUDE D’UNE CAROTTE SEDIMENTAIRE .................................................................................................... 142
7
III.3
IV.1
IV.2
IV.3
La granulométrie d’une carotte de sédiment de Malause ............................................................... 142
Surfaces spécifiques ............................................................................................................................ 143
Les teneurs en COP et NOP ............................................................................................................... 143
Le rapport C/N.................................................................................................................................... 144
CONCLUSION ....................................................................................................... 146
CHAPITRE V .......................................................................................................... 148
ORIGINES ET DEVENIR DES MATIERES ORGANIQUES .................................. 148
IANALYSE DE L’ENSEMBLE CONTINUUM GARONNE ET RETENUE DE MALAUSE .............................................................................................................. 150
I.1
I.2
I.3
II
Relation entre surfaces spécifiques et la texture des sédiments ........................................................... 150
Modélisation de la relation surfaces spécifiques et granulométrie ...................................................... 150
Relation surfaces spécifiques et teneurs en COP .................................................................................. 152
ORIGINES DES MATIERES ORGANIQUES DANS LA COLONNE D’EAU .. 153
II.1Les isotopes stables du carbone et de l’azote des MES .................................................................... 15313 II.1.1LeδCCOPdes MES......................................................................................................................... 15315 II.1.2LeδN des MES ............................................................................................................................. 155II.1.3La signature isotopique du COD...................................................................................................... 15715 13 II.1.4Relation entre leδN et leδC des MES de la Garonne et de différentes sources potentielles...... 158
II.2Les sédiments de fond du continuum ................................................................................................ 160II.2.1La signature isotopique des matières organiques liées aux sédiments de fond ................................ 160II.2.2................................................ 162Les signatures isotopiques des sédiments de la retenue de Malause
CONCLUSION ....................................................................................................... 165
CONCLUSION GENERALE................................................................................... 167
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................. 176
LES ANNEXES ...................................................................................................... 187
8
Avant propos Cette histoire a commencé au début des années 80 à Sinthiane Ndiakir, un petit village de bergers du sud-est mauritanien fait de cases moulées d’un mélange de banco et de bouses de vaches. La première école fut ainsi bâtie d’un amas de branches en bois recouvert de paille qui servait d’ombre. Le tableau noir était maintenu au dessus du sol par deux bouts de bois, liés à celui-ci par des fils de fer. Il arrivait souvent quand l’harmattan souffle au sahel que le maître nous fasse répéter la leçon en restant enturbanné. Les plus grands de la classe étaient assis derrière sur des pots de tomates vidés de leur contenu. Les plus petits dont je faisais partie étaient assis devant sur des bâches en plastique à même le sol. C’est dans ce décor exceptionnel que j’ai appris mes premiers mots de l’alphabet. Ce fut le début d’une histoire… Je dois cette chance à la clairvoyance de ma mère. Cette autodidacte a su convaincre mon père berger qu’il fallait que Mohamadou et ses sœurs aillent à l’école. Merci à Dada d’avoir vu juste et merci à papa pour sa compréhension et son acceptation. Dada était à l’origine de l’histoire, mais elle ne verra malheureusement pas la suite de l’histoire. Ainsi en a décidé le ciel! J’espère que là où elle est, elle repose en paix et qu’elle est fière de moi. C’est pour moi l’occasion de remercier les nombreuses bonnes volontés qui m’ont accompagné, de prés ou de loin dans ce qui fut pour moi une belle aventure à la fois scientifique et humaine. Mes premiers mots de remerciements vont à mes encadrants, mon directeur de thèse, Jean-Luc PROBST, mes co-directrices Micky TACKX et Anne PROBST, merci de m’avoir accepté dans le laboratoire EcoLab et de m’avoir soutenu durant toutes ces années. Je remercie à travers eux le Pr Koenraad MUYLAERT et l’ensemble de ses collaborateurs de Gent et de Courtrais pour l’accueil chaleureux qu’ils m’ont toujours réservé. Merci à Koenraad pour la formation sur les diatomées, les outils analytiques et pour les moments agréables passés ensemble en famille à Gent. Toute ma reconnaissance et mes remerciements à Henri ETCHEBER de l’Université de Bordeaux 1. Merci à Henri pour les conseils, les discussions, les analyses du COP et surtout l’hébergement à Bordeaux. Je remercie également son épouse, Nathalie. Mes remerciements vont également au Pr Jefferson MORTATTI pour sa contribution aux analyses isotopiques ainsi qu’à l’équipe du CEFREM de Perpignan. Je veux particulièrement témoigner de toute ma gratitude à Philippe KERHERVE, Wolfang LUDWIG et Dominique AUBERT. Merci également à Pièrre ANSCHUTZ, et à Josette GARNIER d’avoir accepter de rapporter sur ce manuscrit de thèse. Je dois mon admission à l’ENSAT à Eric PINELLI, Georges MERLINA et Jean-Claude REVEL. J’adresse à tous les trois mes sincères remerciements et ma profonde gratitude. Merci à Jean-Claude REVEL pour ses « lébass fils » affectueux et de m’avoir mis en contact avec Jean-Luc PROBST. Un grand Merci à Jérôme SYLVESTRE pour sa disponibilité et à Michel KAEMMERER de m’avoir aussi accompagné en DESS. Merci à Michel pour son sens de l’humour et son grand sourire. Merci également à Puy LIM pour le microscope. « Si tu souhaites faire notre DEA l’année prochaine fais-moi le savoir vers le mois de mars » c’est par ces mots que le Pr Gérard BLANCHARD a répondu à mon mail improvisé d’octobre 2000, dans lequel je lui avais exprimé mon intérêt pour le DEA de la Rochelle. Je fus pris dans la promotion de 2001-2002. Gérard s’est beaucoup employé à ce que j’intègre le DEA
9
dans de bonnes conditions. Merci de m’avoir rendu ce service inestimable, de m’avoir aidé et d’avoir cru en moi. J’adresse aussi mes remerciements au Pr Georges RICHARD et à son épouse Monique pour m’avoir accueilli et hébergé dans leur belle maison à Aytré durant les premières semaines de mon séjour à la Rochelle. C’est avec Geroges que j’ai découvert le monde merveilleux des récifs coralliens et des mollusques bivalves. Merci de m’avoir fait découvrir les dinosaures de l’EPHE de Perpignan : Bernard THOMASSIN, René GALZIN, Bruno DELESSALES entre autres. En lui renouvelant toute ma reconnaissance, je lui souhaite une retraite paisible. Je remercie aussi le Pr Hans HARTMANN avec qui j’ai passé des moments agréables à découvrir les écorégions d’Amérique du sud. J’aurais voulu continuer avec lui sur une cotutelle de thèse avec la Mauritanie mais malheureusement cela n’a pas pu aboutir. Dommage ! Merci à Hans pour l’intérêt qu’il m’a manifesté et d’y avoir consacré beaucoup de son temps. Le Dr Abdelkader OULD MOHAMED SALECK, m’a toujours manifesté beaucoup de considération. Merci à Baba de m’avoir fait découvrir le monde méconnu de la science du sol, des acides humiques et fulviques. C’est en disciple admiratif et respectueux que je lui adresse mes remerciements et ma sincère reconnaissance. Merci encore de m’avoir ouvert les portes au BSA et au PNBA. Merci de m’avoir encouragé à continuer. D’autres enseignements ou chercheurs m’ont beaucoup aidé et encouragé. Je voudrais en particulier associer à ces remerciements Bakarry Mohamed SEMEGA, Ahmedou OULD SOULE, Saadna OULD MOILLIL et Mohamed Lemine OULD ABOYE, sans oublier les chercheurs et le personnel de l’IMROP, DIOP Mika, DIA amadou Aliou, Cheikh abdellahi OULD INEJIH, BA Abou sidi, SOW amadou Tidjani et Haroun TOUNKARA. Merci à tous pour votre contribution à ce travail. À Fréderic JULIEN, Gaël DURBE, David BAQUE, Sabine SAUVAGE, Sébastien DELMOTTE, Fréderic BRUNET, Hugues ALEXANDRE, Alain CASTILLO, Alain PAGES et Benoit MIALET pour les moments agréables passés ensemble sur le terrain et dans le laboratoire. Merci à tous d’avoir aidé et accompagné Momo. Nombreux sont les services qu’Arlette VILLAFRUELLA et Annick CORREGE m’ont rendus dans cette école et ce avec une grande gentillesse. Merci infiniment à toutes les deux. Mes remerciements vont également à tous mes collègues doctorants d’EcoLab. Je veux particulièrement remercier Laure GANDOIS (Laurette) et Gaelle UZU (Guzette). Merci à ceux deux ‘zebrettes’ pour la bonne ambiance dans le bureau. J’associe à elles, Anne Sophie, Sylvain, Mathieu, Raoul, Thomas, Bertrand, Marie, Jeoffrey, Timothé, Sophie et bien sûr tous les autres. Merci aux familles Forichon du Sidobre, les Bart d’Alençon et les Grandry de Castanet. J’exprime toute mon amitié à Julien et à Elie qui m’ont fait découvrir les campagnes françaises. Merci à tous les deux pour les randonnées pyrénéennes, l’escalade, les Gorges d’Eric, Luchon, Dune du Pyla, Barcelonne, Parapente, les chateaux cathares, ... Merci à mon amie Christine FAKHOURY et à Damien pour les séjours à Dax, à Pau et à San Sebastian.
10
Je dois beaucoup à mes sœurs Rougui, Kadiata (grande royale) et Houlèye, merci de m’avoir entouré de votre amour et de m’avoir fait découvrir le bonheur d’être oncle. A celle qui a accepté de partager sa vie avec moi, merci à Hawa pour son amour et pour ses appels soulageants. À mon frère Abou, pour l’amitié et l’estime qu’il m’a toujours manifestées et à son épouse Mariam. Une pensée à mon régretté frère Silèye Dada. A Idrissa, Fati, Mariam et Djeinaba sans oublier Guoguo Oumou. Je dédie ce travail à mes neveux Dada tokocel, Mamoudou Bâ, Rougui, Abou Tall et à Dada Abou demba Saydel. Un adage africain disait que « le côté maternel joue un rôle déterminant dans l’éducation d’un enfant ». En ce qui me concerne, je dois tout mon parcours scolaire et universitaire à mes tantes et oncles maternels. Merci à Nène Oumou pour tout ce qu’elle a fait pour moi. Merci à Kaw Abdoul d’avoir ouvert la voie des études supérieures en France, merci pour la lampe à pétrole qu’il m’avait achetée et qui m’a accompagné jusqu’au bac. J’ai toujours trouvé au prés de Kaw Mamoudou de la considération et une estime profonde. Je le remercie de son attachement et je lui dédie ce travail. Merci à Kaw Silèye de m’avoir encouragé et accompagné durant toutes ces années en France. Merci également à Kaw Samba Djiby d’avoir ouvert la voie. Merci à mon oncle Ba Alassane Yero et à sa regrettée épouse. Tante Fatma nous a quitté brutalement au début du mois d’octobre dernier. Je retiendrais d’elle beaucoup de gentillesse et une grande spiritualité. Sa disparition est sans nul doute une lourde perte. Je dédie ce travail à ses enfants en leur disant qu’ils pourront toujours compter sur moi. « Couz ! Quand tu soutiendras ta thèse, je viendrais à Toulouse te regarder, ça se loupe pas ça ! » C’est par ces mots plein de sincérité qu’Amadou Bâ m’avait fait la promesse d’assister à ma soutenance. Il nous à quitté au mois d’avril dernier à 22 ans le temps d’une demie mi-temps, ainsi en a décidé le ciel. J’ai toujours encore en mémoire les moments inoubliables que nous avons passés ensemble (Paris, Toulouse, Nouakchott, Kaédi), aux causeries, aux rigolades et aux nombreuses de mes confidences qu’il a emmenées avec lui. Je lui souhaite un repos paisible en lui faisant la promesse que si j’ai la chance d’avoir un garçon dans ma vie, il s’appellera inéluctablement Amadou. A mes cousins Diallo Amadou Moussa et Ba Ibrahima Demba dit Ifra Gouro, qui ont été à l’origine de ma venue en France, Je leur adresse, ainsi qu’à leurs familles respectives, toute ma gratitude et je leur dédie ce travail. Merci à Mère BA, Kaw Yero (Karel), Kaw Abou, Kaka Diallo, Guoguo Néné, ainsi qu’a Ba Adama Daouda pour son implication personnelle dans cette aventure. Je dédie ce travail à Yero et son épouse Fati Samba, à Kadiata Oumou et à tous mes cousins et cousines d’ici et de Mauritanie. En particulier à Ba Oumar Samba, SOW Amadou Demba, Ba Moussa Abdoulaye, Abou Kadiata, Hamayero, Idy Ba, Ba Adama Yero, Rougui Yero, Koudiel, Goral, Cheikh, Dembis, Binta Abou, Aissata Djeinaba, Oumar Abou, Djiby Houlèye, Amadou Baila, Oumar Baila, Hamadou Mamoudou, Dada Nène Houlèye et Hamadou Samba Silèye. À mes amis Ahmed OULD MOHAMD DADY, à son grand frère Ahmed et à son cousin Baba. Merci à Ethmane et à son épouse NADIA sans oublier mes amis Brou, Davy, Cindy, Moussé, Fall, Taghi, Sid’Ahmed, Moulaye, Kaber, Abdellahi, Dahmed, Vall, Horma et sidi Mohamed. A Moustapha DEH, laye BARRY, Samba DIA, Soyibou Sy, Lamine SY et à leurs épouses Laetitia DEH, Kadiata BA, Penda SY, Aissata Touré et Bébé DIENG.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.