l UNIVERSITE D'AVIGNON ET DES PAYS DU VAUClUSE

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8

  • mémoire


1 1 l UNIVERSITE D'AVIGNON ET DES PAYS DU VAUClUSE Doctorat de littérature française LA FARCE CONTEMPORAINE LES DESCHIENS Thèse présentée par Melle Nadia CHAFAA Sous la direction du Professeur Christian PETR

  • espace dans l'espace-temps

  • style

  • farce

  • histoires d' êtres humains

  • théâtre

  • genre comique de la famille deschiens

  • deschiens

  • époque contemporaine


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 50
Source : univ-avignon.fr
Nombre de pages : 309
Voir plus Voir moins

1
1
UNIVERSITE D'AVIGNON ET DES PAYS DU VAUClUSE
l Doctorat de littérature française
LA FARCE CONTEMPORAINE
LES DESCHIENS
Thèse présentée par
Melle Nadia CHAFAA
Sous la direction du
Professeur Christian PETR Remerciements
Je dédie cette thèse à Monsieur Christian PETR qui, grâce à la confiance qu'il m'a accordée,
a favorisé mon projet par le libre choix de mon sujet. Je le remercie chaleureusement pour
cette confiance, pour son ouverture d'esprit et pour son encouragement qui m'a procuré
assurance et confiance, ainsi qu' une stimulation dans mon travai l.
J'associe bien évidemment à ces remerciements, Madame Bernadette REY-FLAUD dont les
conseils m'ont été précieux et utiles. Sa généreuse participation et son grand soutien seront
gravés dans ma mémoire.
Merci enfin à Macha Makeieff pour sa disponibilité, à la possibilité qu'elle m'a accordée
d' assister à des répétitions, de comprendre comment cela fonctionnait, de permettre ma
présence dans les locaux et de profiter pleinement de la salle d'archives. " Le théâtre sert à domestiquer le temps et l'espace dans l'espace-temps d'une assemblée
composée d'êtres humains venus voir d'autres êtres humains prêter leur corps et leur voix à
des êtres humains fictifs. Donner à voir des histoires d' êtres humains f ictifs sert à
représenter le monde qui nous contient, et à le contenir à not re tour dans une cage de
scène. Représenter le monde sert à l'examiner. Examiner le monde sert à le connaître. "
Enzo Corman, A quoi sert le théâtre?
"Où vont les chiens, dîtes-vous, hommes peu attentifs ? Ils vont à leurs affaires. Rendez-vous
d'affaires ou rendez-vous d'amour. A travers la brume, à travers la neige, à travers la crotte,
sous la canicule mordante, sous la pluie ruisselante, ils vont, ils viennent, ils trottent, ils
passent sous les voitures, excités par les puces, la passion, le besoin ou le devoir.
Comme nous, ils se sont levés de bon matin, et ils cherchent leur vie ou courent à leurs
plaisirs.".
Charles Baudelaire,« Les bons chiens »
( Retenue par les Deschiens comme citation emblématique ) INTRODUCTION Comme pour toute forme d'expression artistique, le théâtre subit des variations et ne
cesse d'évoluer au cours du temps. C'est l'apparition et l'évolution de la farce, que les
Deschiens ont repris dans un style totalement revisité et révisé. Elle sera l'ébauche de notre
étude pour aborder le théâtre présenté par cette troupe.
Il s'agit d'un style de théâtre qui est apparu à l'époque contemporaine, un genre
comique nouveau. Le choix de la famille des Deschiens n'est pas sans importance, c'est un
théâtre qui a été influencé par toutes les formes de l'art, depuis la farce du Moyen Age
jusqu'à l'époque contemporaine, et plus précisément à partir des années cinquante et le
théâtre de l'absurde. Cette troupe a pu imposer ses propres convictions et ses propres
outils, mettant en valeur les particularités de la farce.
Le travail est consacré au genre comique de la famille Deschiens, et aux
caractéristiques de la farce comme thème d'inspiration et à un théâtre fondé sur le jeu
d'acteur et la ruse, moteur de tout registre farcesque. Cette étude sera réalisée d'une
manière chronologique, car il fallait commencer par la farce, pour arriver au théâtre
contemporain, et spécialement au théâtre des Deschiens.
Il a fallu, dans un premier temps, définir le genre, avec ses critères et ses
caractéristiques, qui le distingue radicalement de la comédie, avec des exemples marquants,
qui resteront dans l'histoire de la farce depuis le Moyen Age jusqu'à l'époque
contemporaine. Cette analyse sera appuyée sur une étude de l'évolution de la farce à
l'époque contemporaine, mettant à jour les métamorphoses du genre, et prenant pour
exemple la farce, ou le théâtre de la troupe des Deschiens.
Dans un deuxième temps, une approche de la troupe s'impose, avec les particularités
et les mécanismes de leur appropriation du genre, et les raisons de ce choix, faits par deux metteurs en scène Jérôme Deschamps et Macha Makeieff. Suivra une étude détaillée des
différentes pièces, pour comprendre le mode de fonctionnement de chacune, les éléments
qui contribuent à leur construction et souligner le côté farcesque, ou les caractéristiques
farcesques propres à chacune.
Puis, une étude de l'opéra est importante, dans le sens où la musique fait partie des
éléments essentiels du théâtre des Deschiens; les deux metteurs en scène sont fascinés par
la musique classique et les ouvrages des grands musiciens.
Pour pouvoir réaliser cette étude, la consultation d'ouvrages généraux sur le théâtre
s'est imposée, mais la base du travail a été principalement fondée sur des articles de la
presse nationale et régionale ainsi que sur des articles de revues théâtra les, sa ns oublier une
enquête conduite auprès des Deschiens, pour répondre aux interrogations concernant les
publics, les lieux de représentation, et les adaptations de la t roupe liées à ces conditions
particulières.
Le travail apparu, au départ, comme une étude d'un genre ancien « revisité »,
a progressivement conduit vers un questionnement sur la réception de cette forme théâtrale
aujourd'hui, et sur les conditions matérielles et les techniques du jeu.
Cette étude a donc pour but d'essayer de démontrer les évolutions de la farce au
Moyen Age et à l'époque contemporaine, en partant des années cinquante jusques au
théâtre des Deschiens qui font partie de l'époque Jacques Tati et l'art de « l' Arte pavera >>.
Le but, aussi, est de mettre en lumière le genre de théâtre que les Deschiens présent e et
l'influence des différentes époques, qui ont pu inspirer les deux metteurs en scène,
défendant un théâtre aussi violent qu'émouvant, populaire et humain. PROLEGOMENES 1. Naissance de la farce
Le mot «farce» vient du mot latin« farsa ». Ce mot désigne en principe un
divertissement fait de patois ou de jargons. Le mot est un dérivé du verbe« farcire », qui
veut dire« bourrer» et« emplir». L'unique but de ce genre est de faire rire le public.
La farce vient, aussi, du mot« farcer», c'est parvenir à tromper l'autre. Sur le plan
étymologique, Michel Corvin, dans le Dictionnaire encyclopédique du théâtre, associe le mot
farce à <<fars» et<< fart». Le premier veut dire« rembourrage d'une volaille ou d'un
vêtement »\ le second signifie<< maquillage, comme le bourrelet trichent avec la réalité et
trompent l'observateur>/.
Le théâtre français est issu d'une tradition à la fois sacrée et profane. Le théâtre
religieux est apparu dès le IXème siècle, les clercs interprètent des drames liés au culte à
l'église. Ils veulent jouer, pour le peuple, des personnages à prendre pour des modèles, et
marquer les esprits par des scènes et des histoires de la Bible, telle la scène des Mystères et
des Miracles que présentent les hagiographies. Au milieu du Xllème siècle, les t roupes de
comédiens professionnels et le décor sont nés, à la suite de ces scènes jouées sur le parvis
des cathédrales. Le théâtre profane a toujours existé depuis l'antiquité. Les clercs
interprètent les pièces de Plaute et Terence, ainsi le De Babione, une des œuvres de leur
composition du Xllème siècle. Le personnage de Babion interprète les déboires
sentimentaux, et conjugaux d'un propriétaire et paysan à la campagne. Les jongleurs,
successeurs des mimes de l'ancienne Italie, cherchent à faire rire un public populaire; Ils
racontent des histoires et les font revivre.
1- CORVIN, Michel, Dictionnaire encyclopédique (théâtre), Bordas, p 344
2- CORVIN, Michel, op cft L'épitaphe de Vitalis, un mime de l'époque de Charlemagne, résume parfaitement le
jeu des jongleurs, «J'imitais le visage, les gestes et le parler des interlocuteurs et l'on eût cru
que plusieurs s'exprimaient par une seule bouche [ ... ].Ainsi le funèbre jour a ravi avec moi
3
tous les personnages qui vivaient en mon corps. » . Dès la fin du Xlème siècle et la naissance
de la littérature en langue vulgaire, les jongleurs disent des chansons de geste sur un ton
rythmique, les jeux-partis ou les pastourelles qui sont des poèmes, les fabliaux et les farces.
Les farces sont nées, donc, sur la place publique, et jouées à la suite des drames religieux.
un moyen efficace pour l'église d'attirer un grand nombre de gens à la représentation C'était
d'œuvres religieux. La farce reste liée au carnaval jusqu'au Xlllème siècle, les deux mondes
sont identiques, les pulsions prônent sur les principes moraux, « la farce se veut un genre
4
déshonnête » • La renaissance a fait de la farce un genre bas et vulgaire.
Les farces étaient composées entre 1440 et 1560. A côté des jongleurs, les fêtes
carnavalesques donnent l'importance aux jeux et aux changements de rôles. Elles ont
marqué la naissance et l'épanouissement des pièces comiques. La fête des fous, est née au
Xlllème siècle, c'est un psychodrame joué à l'intérieur de l'église entre Noël et l'Epiphanie.
Les rites ne sont plus sacrés, ils ont passé d'un cadre spirituel à un cadre matériel. Elle a été
interdite en 1436, mais elle a survécu à l'extérieur de l'église et jusqu'au milieu du XVIème
siècle. Par son penchant vers le ridicule et le grotesque, la fête des fous a contribué à
l'éclosion de la farce. On peut chercher l'origine des farces dans les fêtes de la
Basoche : « ( ... ), amusantes caricatures de la vie domestique ou sociale, qui se distinguent
par l'abondance des traits de mœurs pris sur le vif et la tournure populaire du dialogue ; il y
5
règne une fantaisie débridée et une grande liberté de langage. » •
3 - HUBERT, Marie-Claude, Le théâtre, Armand Colin, Paris, 1988, p 33
4- CORVIN, Michel, op cit, p 345
5 - THIRY, Paul, Le théâtre français au moyen âge, Les farces, in collection le bêche, p 79 La spécificité du genre
La plupart des farces sont des pièces courtes, l'action est plutôt simple, et leur
comique est un peu subtil. Les personnages sont empruntés à des classes socia les
moyennes. On outre, la farce joue sur les équivoques du langage, elle est une manifestation
de la gloire, de la ruse ou la duperie. Mais, elle est, aussi, représentée au moyen par des
6
propos et des gestes obscènes. Certaines farces sont« une métaphore sexuelle en action » ,
Ce qui reprend la définition d'Arthur Pougin : «C'était un genre de petites pièces court es,
d'un comique bas, trivial, burlesque, et, la plupart du temps, t rès licencieux >/. Elle
est« le type inférieur de l'esprit français dans sa pire vulgarité. Le chef-d'œuvre du genre
8
est la farce du Maître Pathelin. » •
Selon Bernard Faivre, les personnages de la farce, qui sont cocus et les benêts,
cachent une violence liée à tout ce qui est élémentaire dans les désirs humains. Ce qui leur
importe est de suivre leurs pulsions sexuelles, et de tout faire pour en arriver et dominer
autrui par la ruse, et par la violence. Et selon la formule de Bakhtine: « La farce repose su r
9
l'apologie du désir et la valorisation du bas matériel et corporel >> •
10
Le moyen âge reconnaît cette «théâtralité ignoble » , et les témoignages recueillis
11
au XV, XVI et XVIIème siècle insistent sur« la grande popularité de la farce » . Le t héâtre
6- CORVIN, Michel, op cit
7- POUGIN, Arthur, Paris, Firmin- Didot, 1885, au mot farce
8- Aristophane-Plaute et Terence pour la comédie, Sophocle et Euripide pour la tragédie, p 31
9- WALLON, Emmanuel, un genre médiéval aujourd'hui, in études t héâtrales 13/ 1998, p 8
10- WALLON, Emmanuel, op cit, p 7
11- Idem, op cit

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.