N° d'ordre

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
N° d'ordre : 2368 THESE présentée pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L'INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE École doctorale : Sciences Ecologiques Vétérinaires Agronomiques et Bioingénieries Spécialité : Fonctionnement des Ecosystèmes et Agrosystèmes par Pauline ANSQUER Caractérisation agroécologique des végétations prairiales naturelles en réponse aux pratiques agricoles. Apports pour la construction d'outils de diagnostic Thèse effectuée sous la direction de Michel DURU et Pablo CRUZ - INRA de Toulouse, UMR 1248 ARCHE AgRosystèmes Cultivés et HErbagers - Thèse soutenue le 11 Septembre 2006, devant le jury composé de : Sandra LAVOREL - DR, CNRS, Université J. Fourier, Grenoble Rapporteur Carol MARRIOTT- Senior researcher, The Macaulay Institute, Aberdeen, GB Rapporteur François GASTAL – DR, INRA, Lusignan Rapporteur Marie-Laure NAVAS – Professeur, ENSA, Montpellier Présidente Anne FARRUGGIA –IR, INRA, Clermont-Ferrand-Theix Examinatrice Michel DURU – DR, INRA, Toulouse Directeur de thèse

  • caractérisation du dispositif expérimental

  • diversité fonctionnelle

  • avantages de la stratégie de conservation des ressources

  • thèse soutenue

  • dominance des groupes établis en collection sur le dispositif

  • traits relatifs

  • relations entre la diversité spécifique


Publié le : vendredi 1 septembre 2006
Lecture(s) : 56
Source : ethesis.inp-toulouse.fr
Nombre de pages : 307
Voir plus Voir moins








N° d’ordre : 2368


THESE

présentée

pour obtenir

LE TITRE DE DOCTEUR DE L’INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE



École doctorale : Sciences Ecologiques Vétérinaires Agronomiques et Bioingénieries

Spécialité : Fonctionnement des Ecosystèmes et Agrosystèmes


par Pauline ANSQUER


Caractérisation agroécologique des végétations prairiales naturelles
en réponse aux pratiques agricoles.
Apports pour la construction d’outils de diagnostic

Thèse effectuée sous la direction de Michel DURU et Pablo CRUZ
- INRA de Toulouse, UMR 1248 ARCHE "AgRosystèmes Cultivés et HErbagers" -


Thèse soutenue le 11 Septembre 2006,
devant le jury composé de :

Sandra LAVOREL - DR, CNRS, Université J. Fourier, Grenoble Rapporteur
Carol MARRIOTT- Senior researcher, The Macaulay Institute, Aberdeen, GB
François GASTAL – DR, INRA, Lusignan Rapporteur
Marie-Laure NAVAS – Professeur, ENSA, Montpellier Présidente
Anne FARRUGGIA –IR, INRA, Clermont-Ferrand-Theix Examinatrice
Michel DURU – DR, INRA, Toulouse Directeur de thèse

Sommaire
Sommaire

Remerciements................................................................................................................................1
Introduction générale....................................................................................................................... 7
I. Contexte général ..................................................................................................................... 9
1. Facteurs responsables de la structuration des communautés ....................................... 10
2. Les pratiques sont source de diversité et… de complexité .......................................... 12
3. La compréhension du fonctionnement des prairies : un point de rencontre entre
écologie et agronomie ...................................................................................................... 13
3.1. Le cas de l’agronomie et des outils de diagnostic................................................. 14
3.2. Le cas de l’écologie et de l’approche fonctionnelle.............................................. 15
II. Objectifs généraux de la thèse et questions posées ............................................................ 17
III. Choix méthodologiques ..................................................................................................... 18
1. Mobilisation de concepts issus de l’agronomie et de l’écologie.................................. 18
2. Dispositif d’étude : un réseau de 18 parcelles agricoles 18
3. Les graminées comme forme de croissance privilégiée............................................... 19
4. Des critères pour évaluer la pertinence des indicateurs testés ..................................... 20
IV. Organisation du manuscrit................................................................................................ 20
Etat des connaissances relatives à la réponse des communautés aux facteurs écologiques..... 23
Introduction.............................................................................................................................. 25
I. Fonctionnement écologique des communautés................................................................... 26
1. Traits fonctionnels : aspects écophysiologiques et « théoriques »............................... 26
1.1. Traits « hard » et « soft »....................................................................................... 26
1.2. Liens entre traits et fonctions : existence de « trade-off » fondamentaux............. 26
1.2.1. Traits relatifs à la phase végétative ou adulte (établie) .................................. 26
1.2.2. Traits relatifs à la phase de régénération (traits reproducteurs) ..................... 35
2. Syndromes de traits : existence de stratégies et lien avec les facteurs écologiques..... 36
2.1.Stratégies d’acquisition et de conservation des ressources en réponse aux facteurs
fertilité et utilisation ..................................................................................................... 36
2.2. Système de Grime : stratégies de la phase adulte (C-S-R) et stratégies de
régénération.................................................................................................................. 38
2.3. Système LHS (Leaf-Height-Seed) de Westoby .................................................... 41
2.4. Stratégies de résistance à la perturbation (fauche, pâturage): tolérance et évitement
...................................................................................................................................... 42
3. Variations des traits à l’échelle des communautés en fonction des facteurs étudiés :
fertilité et utilisation ......................................................................................................... 45
3.1. Effet de la nutrition minérale ................................................................................ 45
3.2. Effet du pâturage ................................................................................................... 45
3.2.1. Variations des groupes pré-établis ................................................................. 45
3.2.2. Variations des traits........................................................................................ 46
3.3. Effet de la fauche 48
3.4. Interaction perturbation-fertilité............................................................................ 48
II. Aspects méthodologiques de l’approche fonctionnelle...................................................... 49
1. La question des gradients étudiés................................................................................. 50
1.1 . Caractérisation des facteurs.................................................................................. 50
Sommaire
1.1.1. Fertilité ........................................................................................................... 50
1.1.2. Utilisation....................................................................................................... 50
1.2. Amplitude de variation des gradients.................................................................... 51
1.3. Interactions potentielles entre facteurs : des gradients complexes........................ 53
1.4. Etudes in natura versus expérimentations contrôlant les différents niveaux des
facteurs : importance de l’échelle de temps ................................................................. 53
2. Caractérisation fonctionnelle de la végétation ............................................................. 54
2.1. Choix des traits (type, sensibilité, origine…)........................................................ 54
2.1.2. Type de traits considérés : traits reproducteurs vs traits végétatifs................ 55
2.1.3. Nombre de traits considérés ........................................................................... 55
2.1.4. Traits mesurés in situ ou issus de bases de données ...................................... 55
2.2. Le niveau d’étude (espèces, groupes, communautés) ........................................... 56
2.2.1. Espèces........................................................................................................... 58
2.2.2. Groupes fonctionnels : groupes pré-établis ou déterminés in situ ................. 58
2.2.3. Moyennes communautaires............................................................................ 61
Présentation du dispositif d’étude, mesures réalisées et choix méthodologiques .................... 63
I. Caractérisation du dispositif expérimental (environnement, fertilité, utilisation)............. 66
1. Organisation du dispositif ............................................................................................ 66
2. Variables liées au milieu physique (climat, topographie, sol…) ................................. 68
3. Variables relatives à la fertilité..................................................................................... 68
3.1. Indices de nutrition N, P et K................................................................................ 69
3.2. Indice de fertilité globale (IFG) 73
4. Variables relatives à l’utilisation.................................................................................. 74
II. Conséquences pour le traitement des données................................................................... 76
1. Fertilité ......................................................................................................................... 76
2. Utilisation..................................................................................................................... 76
3. Principaux niveaux d’analyse de données.................................................................... 77
III. Caractérisation de la végétation et mesures effectuées.................................................... 78
1. Description botanique .................................................................................................. 78
2. Proportions relatives des différentes formes de croissance.......................................... 78
3. Mesures de traits........................................................................................................... 80
4. Calcul des valeurs communautaires moyennes de traits .............................................. 81
5. Mesures des caractéristiques agronomiques ................................................................ 81
Chapitre I Diversité fonctionnelle intercommunautaire en réponse aux pratiques agricoles..83
Introduction.............................................................................................................................. 85
Matériel et méthodes ................................................................................................................ 86
1. Dispositif utilisé 86
2. Traits mesurés et données mobilisées .......................................................................... 87
3. Démarche d’analyse adoptée (méthodologie).............................................................. 88
4. Analyses statistiques .................................................................................................... 91
Résultats.................................................................................................................................... 93
1. Réponse des espèces..................................................................................................... 93
1.1. Influence des formes de croissance sur les valeurs des traits................................ 93
1.1.1. Traits quantitatifs (traits végétatifs, date de floraison et PMG) ..................... 93
1.1.2. Traits reproducteurs qualitatifs....................................................................... 95
1.2. Corrélations à l’échelle des espèces (étape 1)....................................................... 96 97
Sommaire
1.2.1. Ensemble des espèces..................................................................................... 97
1.2.2. Recherche de groupes émergents chez les graminées.................................... 99
1.3. Composition fonctionnelle (étape 2)................................................................... 101
1.3.1. Variations de composition botanique entre parcelles................................... 101
1.3.2. Distribution des espèces et groupes émergents dans les parcelles............... 102
1.4. Relations entre la flore et descripteurs des pratiques agricoles (étape 3)............ 104
1.4.1. Ensemble des espèces................................................................................... 104
1.4.2. Graminées..................................................................................................... 104
1.5. Evolution de la composition fonctionnelle en fonction des variables écologiques
(étape 4)...................................................................................................................... 105
1.6. Résumé des résultats obtenus en 2004 ................................................................ 108
2. Réponse des groupes fonctionnels pré-établis (typologie LDMC collection) ........... 108
2.1. Variations des groupes établis en collection sur le dispositif de 18 parcelles..... 108
2.2. Dominance des groupes établis en collection sur le dispositif de 18 parcelles... 109
3. Réponse des communautés (moyennes communautaires pondérées)........................ 110
3.1. Corrélations entre valeurs communautaires des graminées et des dicotylédones110
3.1.1. Traits relatifs à la phase végétative .............................................................. 110
3.1.2. Traits relatifs à la phase reproductrice ......................................................... 112
3.2. Variations des valeurs communautaires des traits quantitatifs de graminées en
fonction des facteurs écologiques .............................................................................. 113
3.2.1. Corrélations entre traits et descripteurs des pratiques.................................. 113
3.2.2. Variations des traits entre modes d’utilisation en situation fertile............... 115
3.2.3. Variations des traits entre niveaux de fertilité au sein des pacages ....... 116
3.3. Variations des traits qualitatifs à l’échelle de la communauté entière ................ 117
3.3.1. Cycle de vie.................................................................................................. 117
3.3.2. Reproduction végétative (« clonalité ») ....................................................... 117
3.3.3. Mode de pollinisation................................................................................... 117
3.3.4. Mode de dispersion des graines ................................................................... 119
4. Variations intraspécifiques......................................................................................... 119
Discussion............................................................................................................................... 121
1. Hypothèses concernant les différents mécanismes de réponse .................................. 121
1.1. Parcelles fertiles : importance de la compétition pour la lumière ....................... 122
1.2. Parcelles pacagées peu fertiles : avantages de la stratégie de conservation des
ressources ................................................................................................................... 124
1.3. Parcelles fauchées peu fertiles (PF et F) : des situations intermédiaires............ 126
2. Sources de variation des traits à l’échelle des communautés..................................... 126
3. Pertinence des différents traits à traduire la réponse des communautés .................... 128
3.1. Traits végétatifs et reproducteurs ........................................................................ 128
3.2. Qualités des traits ................................................................................................ 130
4. Complémentarité, intérêt et limites des différents niveaux de caractérisation de la
végétation ....................................................................................................................... 131
4.1. Approches floristique et fonctionnelles............................................................... 131
4.2. Groupes (émergents, fonctionnels) établis in situ vs groupes pré établis ........... 132
4.3. Formes de croissance : représentativité des graminées....................................... 132
4.4. Espèces, groupes, moyennes communautaires.................................................... 133
5. Conclusion : pertinence de l’approche fonctionnelle en situation agricole .............. 135
Sommaire
Chapitre II Variations de diversités spécifique et fonctionnelle intra-communautaires en
réponse aux variations des pratiques.................................................................................. 137
Introduction............................................................................................................................ 139
Matériel et méthodes .............................................................................................................. 141
1. Indices de diversité spécifique ................................................................................... 141
2. Diversité fonctionnelle ............................................................................................... 141
3. Distribution des valeurs de traits................................................................................ 144
4. Analyses statistiques .................................................................................................. 144
Résultats.................................................................................................................................. 145
1. Diversité spécifique.................................................................................................... 145
1.1. Relations entre les différents indices de diversité spécifique.............................. 145
1.2.Variations de la diversité spécifique en fonction des facteurs écologiques ......... 146
1.3. Diversité spécifique et formes de croissance ...................................................... 149
2. Diversité fonctionnelle 149
2.1. Relations entre les différents indices de diversité fonctionnelle......................... 149
2.2. Relations entre indices de diversité fonctionnelle calculés sur différents traits.. 150
2.3. Variations de la diversité fonctionnelle en fonction des facteurs écologiques ... 150
2.4. Influence des formes de croissance sur la diversité fonctionnelle ...................... 152
3. Relations entre la diversité spécifique et la diversité fonctionnelle........................... 154
3.1. Communauté entière (= toutes les espèces présentes) ........................................ 154
3.2. Communauté des graminées................................................................................ 154
Discussion............................................................................................................................... 155
1. Relations entre composantes de la diversité, diversités spécifique et fonctionnelle.. 155
2. Facteur(s) structurant la diversité intracommunautaire.............................................. 157
3. Influence des formes de croissance, représentativité des graminées ......................... 159
4. Intérêts et limites des indices de diversité fonctionnelle utilisés ............................... 159
Chapitre III Variations des caractéristiques agronomiques en fonction des pratiques et de la
composition fonctionnelle de la végétation......................................................................... 161
Introduction............................................................................................................................ 163
1. Contexte de l’étude et problématique 163
2. Effets de la fertilité et de la nature des espèces sur les caractéristiques agronomiques :
état de l’art...................................................................................................................... 164
2.1. Croissance ........................................................................................................... 165
2.2. Qualité de l’herbe................................................................................................ 170
3. Relations entre caractéristiques agronomiques et traits fonctionnels : état de l’art ... 176
4. Hypothèses testées et questions posées...................................................................... 177
4.1. Hypothèses .......................................................................................................... 177
4.2. Questions............................................................................................................. 178
Matériel et Méthodes.............................................................................................................. 178
1. Mesure des caractéristiques agronomiques................................................................ 178
1.1. Caractéristiques relatives à la croissance ............................................................ 178
1.2. Caractéristiques relatives à la composition et à la qualité de la biomasse .......... 183
2. Composition fonctionnelle ......................................................................................... 184
2.1. Traits communautaires moyens mesurés in situ................................................. 184
2.2. Types de graminées définis par la LDMC (typologie établie en collection) ..... 184
3. Analyses statistiques .................................................................................................. 185
Sommaire
Résultats.................................................................................................................................. 186
1. Relations entre caractéristiques agronomiques .......................................................... 186
1.1. Comparaison entre communauté totale et graminées.......................................... 186
1.2. Comparaison entre compartiments (feuilles, tiges, sénescent, net et brut) pour une
même caractéristique.................................................................................................. 186
1.3. Comparaison entre différentes caractéristiques pour un même compartiment ... 187
2. Relations entre caractéristiques agronomiques et traits fonctionnels......................... 187
2.1. Corrélations entre la croissance et les traits fonctionnels végétatifs................... 187
2.2. Corrélations entre la dynamique d’accumulation de biomasse et la phénologie 188
2.3. Corrélations entre composition et qualité de la biomasse et les traits fonctionnels
.................................................................................................................................... 188
3. Relations entre caractéristiques agronomiques, fertilité et groupes fonctionnels
préétablis ............................................................................................................................. 190
3.1. Corrélations entre caractéristiques et types fonctionnels pré-établis (typologie
LDMC)....................................................................................................................... 190
3.2. Variations des caractéristiques au sein des classes établies sur le type fonctionnel
dominant..................................................................................................................... 193
3.3. Variations des caractéristiques au sein de la classe 1 (type A dominant) ........... 193
3.4. Recherche d’indicateurs des variations des caractéristiques agronomiques ....... 196
Discussion............................................................................................................................... 197
1. Variations des caractéristiques associées à la croissance........................................... 197
2. Composition et qualité de la matière sèche................................................................ 198
2.1. Proportion de matériel sénescent......................................................................... 198
2.2. Masse volumique................................................................................................. 198
2.3. Rapport FT des graminées................................................................................... 198
2.4. Digestibilité ......................................................................................................... 198
3. Traits d’effet............................................................................................................... 200
4. Analyse comparative des différents modes de caractérisation des communautés ..... 200
4.1. Valeurs de traits communautaires versus types fonctionnels.............................. 201
4.2. Type fonctionnel dominant (classes de parcelles) versus variations d’un type .. 201
4.3. Relations entre indice de fertilité (IFG) et composition fonctionnelle (proportion
type C)........................................................................................................................ 202
5. Représentativité de la communauté des graminées.................................................... 202
Chapitre IV Outils pour le diagnostic et la gestion des surfaces en herbe pérennes : pratiques
et attentes des utilisateurs .................................................................................................... 203
Introduction............................................................................................................................ 205
Matériel et méthodes .............................................................................................................. 206
1. Structure du questionnaire et type de questions posées ............................................. 206
2. Principaux types d’outils concernés........................................................................... 207
2. Population visée et construction de l’échantillon....................................................... 207
3. Traitement des réponses (codage et analyses statistiques)......................................... 207
Résultats.................................................................................................................................. 208
1. Caractéristiques de la population des répondants ...................................................... 208
2. Fonctions et missions des répondants ........................................................................ 208
2.1. Caractéristiques de l’activité ............................................................................... 208
2.2. Types de surface et de production concernés 209
2.3. Enjeux des surfaces ............................................................................................. 210
3. Méthodes utilisées pour caractériser les surfaces en herbe pérennes......................... 211
Sommaire
3.1. Méthodes de caractérisation du couvert (botanique, agronomique) ................... 211
3.1.1. Description botanique de la végétation ........................................................ 211
3.1.2. Estimation des caractéristiques agronomiques............................................. 213
3.2. Méthodes de caractérisation des pratiques (fertilité et utilisation de l’herbe)..... 213
3.2.1. Estimation de la fertilité ............................................................................... 213
3.2.2. Caractérisation des pratiques agricoles 214
4. Analyse critique des outils de caractérisation des surfaces en herbe ......................... 214
4.1. Niveau de satisfaction ......................................................................................... 214
4.2. Principales qualités.............................................................................................. 215
4.3. Principales limites ............................................................................................... 216
5. Origine et rôle des méthodes...................................................................................... 216
5.1. Origine des méthodes utilisées............................................................................ 216
5.2. Rôle du diagnostic dans l’activité et positionnement par rapport aux outils ...... 217
6. Attentes relatives aux outils de caractérisation des surfaces en herbe ....................... 217
6.1. Expression d’un besoin par rapport aux outils.................................................... 217
6.2. Qualités souhaitées pour les outils attendus........................................................ 217
Discussion............................................................................................................................... 218
1. Analyse critique de l’enquête réalisée : intérêt et limites........................................... 218
2. Les pratiques actuelles des conseillers et les perspectives en terme de construction
d’outils............................................................................................................................ 219
Synthèse des résultats et perspectives......................................................................................... 225
I. Synthèse des connaissances acquises sur le fonctionnement des communautés en
réponse aux pratiques (composition botanique et fonctionnelle, caractéristiques
agronomiques)........................................................................................................................ 227
1. Importance relative des facteurs étudiés (fertilité, utilisation)................................... 227
2. Principaux mécanismes identifiés .............................................................................. 229
3. Traits de réponse et traits d’effet................................................................................ 230
4. Implications des patrons observées pour la gestion des parcelles.............................. 232
II. Aspects méthodologiques pour l’étude des communautés : acquis et difficultés ........... 234
1. Caractérisation des gradients...................................................................................... 234
2. Gamme de variation des facteurs écologiques et des traits........................................ 235
III. Perspectives pour la mise en place des outils : ............................................................... 235
1. Voies de simplification possibles............................................................................... 235
1.1. Pertinence de la forme de croissance « graminées »........................................... 235
1.2. Réduction du nombre d’espèces à mesurer ......................................................... 236
1.3. Utilisation de bases de données de traits............................................................. 236
1.4. Trait isolé versus syndrome de traits.................................................................. 238
1.5. Utilisation de typologies d’espèces..................................................................... 238
1.6. Voies de simplification complémentaires ........................................................... 239
2.Validation des résultats dans d’autres contextes : une étape essentielle pour la
généralisation ................................................................................................................. 239
3. Besoins actuels des utilisateurs en terme d’outils et perspectives pour la construction
........................................................................................................................................ 240
4. Intérêts de la modélisation.......................................................................................... 241
Références bibliographiques........................................................................................................ 243
Listes des tableaux, figures, encadrés et schémas...................................................................... 263
Annexes........... 273











Je dédie ce travail à mon grand-père maternel, parti bien avant de savoir que j’allais me lancer dans
l’écologie et ce type d’aventure qu’est la thèse. Ayant fait partie de ceux qui m’ont éveillée à
l’observation de la nature et des êtres vivants qui la peuplent, il aurait probablement aimé partager
cette expérience dans les prairies…







« L’herbe a ses élans, ses retombées, ses piétinements, ses arrêts, ses accélérations.
L’expression de l’herbe n’est pas écrite une fois pour toutes.
L’herbe progresse dans la lenteur de l’apparente ankylose végétale.
En revanche, son écriture, variée à l’infini, est sans brouillon ni rature.
A tel point que l’on peut dire que les herbes sont pareilles à des calligraphies »

Denise Le Dantec
Encyclopédie poétique et raisonnée des Herbes


Remerciements
Remerciements

Ce manuscrit porte mon nom comme auteur ; il est bien évidemment le résultat d’un énorme
travail d’équipe et n’aurait pas vu le jour sans l’aide scientifique et technique ainsi que le soutien
moral de nombreuses personnes. J’espère n’oublier et ne froisser personne dans les pages qui vont
suivre. Si l’aboutissement de ce travail est important - le manuscrit, la soutenance et les publications
sont des étapes essentielles dans une thèse-, tout ce qui précède est aussi important. J’ai ainsi vécu
cette expérience comme un véritable voyage initiatique. Comme dans tout voyage de ce type, il y a eu
des moments de joie et des difficultés plus ou moins grandes à surmonter. J’ai ainsi appris à mieux me
connaître, à découvrir le monde de la recherche et surtout ceux qui y travaillent. Merci donc à tous
ceux qui m’ont permis d’arriver au bout de ce périple éprouvant et enrichissant à la fois, faisant de ce
travail une aventure autant scientifique qu’humaine.

Merci tout d’abord à Pablo Cruz pour m’avoir offert l’opportunité de réaliser cette thèse et
m’avoir intégrée à la tribu des « chasseurs de traits » (et nommée « Miss prairie » de l’équipe !). Cette
thèse n’a pas été une période facile pour de multiples raisons ; j’espère cependant que ce travail
répond aux attentes initiales. Un merci conjoint à Pablo Cruz et Michel Duru pour la confiance qu’ils
ont témoignée vis-à-vis de mon travail et de ma gestion de ce projet de thèse dés le début, en acceptant
que je prenne du temps pour dispenser des cours, en m’invitant à participer aux différentes réunions de
recherche dans le cadre du GDR Utiliterres ou autre, en m’invitant à exprimer un avis critique sur leur
travail, etc. Merci aussi pour m’avoir introduite, petite « écologue en herbe », au monde de
l’Agronomie qui m’était pratiquement inconnu il y a trois ans et demi…Merci particulièrement à
Michel pour sa disponibilité sur la dernière ligne droite (longue et rude !) et l’effet stimulant qu’il a pu
avoir à mon égard. Merci aussi pour avoir su m’encourager quand il le fallait. Cette stimulation n’est
pas sans lien avec son engouement passionné pour les questions scientifiques qu’il traite, sa capacité
de travail hors norme et sa pugnacité face aux complexités des jeux de données… tout cela en faisant
preuve d’une modestie qui « force » le respect ! Merci aussi pour sa capacité de synthèse et l’aide
précieuse qu’il m’a apportée en m’aidant à faire émerger d’un « magma » de données les résultats les
plus pertinents.

Merci aux membres du jury qui m’ont fait l’honneur de juger ce travail. Special thanks to
Carol Marriott who accepted the challenge of reading and judging this (long) manuscript written in
French ! Merci également à François Gastal et Sandra Lavorel qui, eux aussi, ont accepté la lourde
tâche de rapporteur et su se rendre disponibles pour l’assumer pleinement. Merci à Sandra qui a su être
à l’écoute des thésards du projet VISTA et qui m’a beaucoup apporté d’un point de vue scientifique.
Un merci tout particulier à Marie-Laure Navas qui m’aura suivie depuis le début de cette thèse et qui
a accepté de présider le jury. Enfin, merci à Anne Farruggia qui par ses différentes réflexions,
toujours stimulantes, confirme l’intérêt de ce travail mené par l’équipe pour la gestion des prairies.

Merci à Jean-Pierre Theau pour tout ce qu’il a pu m’apprendre, de manière extrêmement
claire et pédagogique, sur le fonctionnement des exploitations, des prairies d’un point de vue
agronomique ou sur les besoins des animaux. De par sa position réellement à l’interface entre
recherche et développement, ses apports ont été extrêmement importants dans la compréhension des
enjeux et de la démarche de la construction d’outils. Merci aussi pour son savoir-faire sur le terrain,
une aide très précieuse pour ce qui est des expérimentations in situ, toujours avec bonne humeur et
humour. Merci encore pour sa patience infaillible (« ô coquin de sort ! ») et sa disponibilité ; merci
aussi pour m’avoir fait découvrir la région, m’avoir initiée à la fabrication de quelques spécialités
culinaires, en famille, mais aussi pour l’écoute et les discussions plus personnelles que nous avons pu
avoir…bref, plein de moments très riches dans cette thèse. Merci vraiment Jean-Pierre, car, sans ton
soutien, ce travail n’aurait sans doute pas abouti…

Merci à Eric Lecloux, indispensable compagnon de terrain et de labo. sans qui toutes ces
données n’auraient pas pu être acquises. Toujours curieux de tout apprendre et comprendre, de
perfectionner les techniques et les protocoles, toujours sur le pont avant tout le monde (surtout moi !),
1Remerciements
d’une énergie sans limite et d’une volonté sans faille. Merci pour toutes les discussions en route ou en
triant l’herbe, qui m’ont aussi permis d’en connaître plus sur les moutons, l’élevage (ou tout autre
chose !). Merci aussi à la regrettée Opium qui a partagé deux campagnes d’expérimentations à Ercé,
avec une sagesse canine à toute épreuve.

Merci infiniment aux éleveurs d’Ercé, en particulier Christian Carrère et Bernard Cau,
sans qui les expérimentations sur lesquelles reposent la quasi-totalité de cette thèse n’auraient pas pu
se faire. Merci d’avoir accepté nos contraintes et laissé utiliser vos parcelles deux années de suite.
Merci également à Christian Micquel et aux éleveurs de la Coopérative Jeune Montagne de Laguiole,
Francis Sabrié et Georges Micquel, pour nous avoir permis de réaliser une expérimentation parallèle
dans l’Aveyron. Merci à tous pour l’intérêt qu’ils ont porté à notre travail… et aux vaches pour avoir
respecté nos exclos, alors que l’herbe qui poussait en abondance à l’intérieur les narguait! Merci aussi
aux différents acteurs de la gestion des prairies (éleveurs et conseillers) que j’ai pu rencontrer lors des
expérimentations, restitutions, réunions ou formations et qui m’ont permis de mieux appréhender les
enjeux et le fonctionnement des exploitations…tout en étant toujours très ouverts à la discussion et
prêts à partager leur expérience.

Un très grand merci à Patrick Petitbon et Nathalie Seguin pour avoir participé aux
expérimentations sur le terrain, mais surtout pour avoir géré et analysé les centaines d’échantillons au
laboratoire ; tout cela avec beaucoup de gentillesse et de disponibilité.
Merci aussi à tous ceux qui nous ont aidé, dans la joie et la bonne humeur, pour les
expérimentations notamment Ponniah Tharmakulasingam, Benoît Gleizes, Paul Laurent, Donato
Andueza, Julio et Dioneia Viegas, Enio Sosinski, Eric Kernéïs, Olivier Thérond, Nathalie et
Pascal de l’INRA de St Laurent de la Prée, Nathalie Rousse, Camille et Amandine Theau.

Merci aux membres de mon comité de thèse qui m’ont suivie pendant trois années : Philippe
Grieu, Blaise Touzard et Marie-Laure Navas. Merci Philippe en particulier pour m’avoir offert
l’opportunité de réaliser les enseignements à l’ENSAT, en me laissant toute liberté pour monter
certains cours. Merci Blaise pour m’avoir aidée sur certains traitements statistiques des données, tout
en essayant de me rassurer sur mes capacités ! Merci enfin à Marie-Laure qui a su être à l’écoute,
accueillante, attentive et stimulante à des périodes cruciales de cette thèse. Merci vraiment pour
m’avoir prodigué des conseils personnels et scientifiques.
Merci également à Eric Garnier qui a aussi su m’écouter et me conseiller sur de nombreux aspects.
Merci pour sa patience face à mes innombrables questions, notamment sur la base de données VISTA,
avec toujours beaucoup d’humour.
Merci à Claire Jouany qui m’a fourni quelques rudiments en sciences du sol et qui a toujours été à
l’écoute ; merci à Laurent Hazard qui s’est penché à plusieurs reprises sur mon travail pour m’aider
à y mettre un peu d’ordre, merci aussi pour les lectures partagées et les discussions personnelles.
Merci aux nombreux autres chercheurs de l’UMR qui m’ont aidée à progresser dans mon travail,
notamment Danièle Magda, Eric Justes, Pierre-Louis Osty et Jacques-Eric Bergez.
Merci à tous ceux avec qui j’ai pu échanger lors des réunions du GDR Utiliterres (Frédérique
Louault, Catherine Roumet, Stéphanie Gaucherand, Aurélie Thébault…). Merci aussi à Philippe
Choler pour m’avoir initiée à l’univers d’ADE4 et aux subtilités des analyses multivariées, avec une
pédagogie sans égale (qualité vitale dans ce domaine ardu !).
Merci aux différents membres du projet VISTA qui ont suivi mes interventions en anglais, et dont
les contributions m’ont permis de mieux situer mon sujet de thèse. Merci aussi aux thésards du
projet pour avoir partagé avec moi leur expérience, en particulier Fabien Quétier et ma chère Elena
Kazakou, avec qui les discussions ont été riches.

Merci à Areski Zerourou, Denis Baudet et Nicole Bosc pour m’avoir aidée face aux
difficultés (subtilités ?) du monde informatique. Merci aussi aux secrétaires de l’unité, Geneviève
Santoro et Béatrice Vannier, ainsi qu’à Françoise Roux et Lucette Gabet pour avoir été là quand il
le fallait, pour faire face à des situations administratives souvent compliquées.
Merci également aux participants à l’enquête « outils » : ceux qui ont permis de compléter
les listes de destinataires (notamment ML Navas, Yves Rauzy, Jean Foucras, A. Farruggia),
2

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.