Thèse de littérature française de l'université Paris Sorbonne nouvelle soutenue en octobre

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
Béatrice Brottier Thèse de littérature française de l'université Paris 3-Sorbonne nouvelle, soutenue en octobre 2011, sous la direction d'Alain Viala : « Je n'estime pas moins tes lettres que ses armes ». La poésie d'éloge du premier XVIIe siècle dans les recueils collectifs de Toussaint Du Bray.   Résumé de la thèse    La poésie d'éloge a été pratiquée depuis l'Antiquité et les odes pindariques, mais  elle  l'est  particulièrement  au  début  du  XVIIe siècle,  pour  des  raisons  sociales  et  politiques,  en  ces  décennies  qui,  après  des  années  de  guerres  civiles,  voient  le  pouvoir  monarchique  s'affermir  et  le  statut  des  hommes  de  lettres  évoluer.  La  poésie d'éloge se publie alors sous diverses formes : comme manuscrit soigné offert  à un grand personnage, dans une plaquette signée ou non de son scripteur, dans les  pages  liminaires d'un ouvrage à  l'adresse d'un grand ou de  l'auteur de  l'ouvrage,  dans  le  recueil des œuvres d'un homme de  lettres ou dans un  recueil  collectif de  poésies.   Or le lieu et donc le moment de la publication ne sont pas indifférents quant à la  lecture qui peut être faite des pièces, notamment lorsqu'il s'agit de recueils collectifs,  qui  regroupent  plusieurs  auteurs,  différentes  formes  et  genres  poétiques.  Ces  recueils  sont  nombreux  jusqu'aux  années  1630,  qu'ils  soient  constitués  de  pièces  diverses  ou  composés  autour  d'un  événement  important,  comme  la  mort  d'Henri IV, ou encore pour célébrer un grand, comme Richelieu. Les recueils édités  par  le  libraire  Toussaint Du  Bray  se  caractérisent  toutefois  par  leur  organisation  particulière :  le  libraire  inaugure en effet  le classement des pièces selon  le nom de  leur auteur, toutes  les poésies d'un même homme de  lettres étant regroupées dans  des pages qui se suivent, et les auteurs sont présentés par ordre d'importance et de  renommée. La place des différents poètes change selon  les éditions, en fonction de  l'acquisition d'une notoriété ou de l'arrivée d'une nouvelle génération de poètes. De  plus,  les  recueils  contiennent un paratexte  important qui  insiste  sur  la valeur des  poésies offertes à la lecture, sur la renommée des auteurs, sur le caractère inédit des  pièces  publiées  et  sur  le  soin  apporté  à  la  correction  des  textes, mettant  ainsi  en  scène un travail du libraire en collaboration avec les poètes.

  • recueils  par 

  • est  faite 

  • une  forte 

  • qui  est 

  • ce  mode  de 

  • publique  et 

  • enfin dans  les 

  • le poète apparaît à  la 

  • entre  ce 

  • et  de 


Publié le : samedi 1 octobre 2011
Lecture(s) : 107
Tags :
Source : ehess.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Béatrice Brottier Thèse de littérature française de l’université Paris 3Sorbonne nouvelle, soutenue en octobre 2011, sous la direction d’Alain Viala :« Je n’estime pas moins tes lettres que ses armes ». La poésie d’éloge du e premier XVIIsiècle dans les recueils collectifs de Toussaint Du Bray. RésumédelathèseLapoésied’élogeaétépratiquéedepuisl’Antiquitéetlesodespindariques,maise ellel’estparticulièrementaudébutduXVIIsiècle,pourdesraisonssocialesetpolitiques,encesdécenniesqui,aprèsdesannéesdeguerresciviles,voientlepouvoirmonarchiques’affermiretlestatutdeshommesdelettresévoluer.Lapoésied’élogesepubliealorssousdiversesformes:commemanuscritsoignéoffertàungrandpersonnage,dansuneplaquettesignéeounondesonscripteur,danslespagesliminairesd’unouvrageàl’adressed’ungrandoudel’auteurdel’ouvrage,danslerecueildesœuvresd’unhommedelettresoudansunrecueilcollectifdepoésies.Orlelieuetdonclemomentdelapublicationnesontpasindifférentsquantàlalecturequipeutêtrefaitedespièces,notammentlorsqu’ils’agitderecueilscollectifs,quiregroupentplusieursauteurs,différentesformesetgenrespoétiques.Cesrecueilssontnombreuxjusqu’auxannées1630,qu’ilssoientconstituésdepiècesdiversesoucomposésautourd’unévénementimportant,commelamortd’HenriIV,ouencorepourcélébrerungrand,commeRichelieu.LesrecueilséditésparlelibraireToussaintDuBraysecaractérisenttoutefoisparleurorganisationparticulière:lelibraireinaugureeneffetleclassementdespiècesselonlenomdeleurauteur,touteslespoésiesd’unmêmehommedelettresétantregroupéesdansdespagesquisesuivent,etlesauteurssontprésentésparordred’importanceetderenommée.Laplacedesdifférentspoèteschangeselonleséditions,enfonctiondel’acquisitiond’unenotoriétéoudel’arrivéed’unenouvellegénérationdepoètes.Deplus,lesrecueilscontiennentunparatexteimportantquiinsistesurlavaleurdespoésiesoffertesàlalecture,surlarenomméedesauteurs,surlecaractèreinéditdespiècespubliéesetsurlesoinapportéàlacorrectiondestextes,mettantainsienscèneuntravaildulibraireencollaborationaveclespoètes.Cemodedediffusion,àsavoirdesrecueilsquirevendiquentdèsleurtitrecontenir«lesplusbeauxversdecetemps»,contribueàdésancrerlestextesencomiastiquesducontexteévénementielquiavaitpumotiverleurécriture(soutiend’unpartioud’ungrand,écrituredeservice,espéranced’unegratification,etc.),
pourlesréinscriredansuncadrepluspoétique.Lespoésiesd’élogenesontplussimplementdestextesdirectementutilitairesdansunréseauderelationssociales,maisdeviennentdespoésiesàpartentière,publiéescommetellesparmid’autrestextespoétiques.Ellesjouissentmêmed’uneplaceprivilégiéedanslesrecueils,puisqu’ellessontsouventreproduitesdanslespremièrespagesdessectionsconsacréesàchaqueauteur.L’équilibredestroisgrandesfonctionsquidéfinissentlapoésied’éloge(lesfonctionssocialeoumécénique,politiqueouidéologiqueetpoétiqueouidentitaire)s’entrouveainsisensiblementmodifié.Larelationmécéniquen’apparaîtplusquedanslesmisesenscène,peunombreusesdansl’ensembledesvolumes,quiensontfaitesdanslespièces;etlespoèmesjouent,aucontraire,surl’argumentationdelagratuitédesélogespourfonderleursincérité.Lafonctionpolitiques’infléchit:lecaractèrepolémiquequiauraitpuseliredanslestextess’éteintous’atténueparladistanceentrel’événementetlapublicationdestextes.Ceretardinhérentdel’écrituresurl’événements’accroîtencoreparlareproduction,nécessairementplustardive,danslesrecueils,ledécalagetemporels’ajoutantàladécontextualisationévénementielleinitiale.Maislafonctionpolitiquenedisparaîtpourautantpastotalementdanslesrecueilscollectifs,elleyestplutôtdifférente.Lasélectiondesdestinatairesquis’observedanslesrecueil,consécutiveauchoixdesauteursetdestextespubliés(marquantuneprésenceprépondéranteduroietdesonentourage,audétrimentdesautresgrandsduroyaume),ladisparitiondesenjeuximmédiatsetlamiseensériedespiècescomposéessurunmêmeévénementoudédiéesàunemêmepersonnecontribuentàuneréécriture(ourelecture)desévénementspolitiquesetàlafixationd’unrécit.Lafonctionidéologiqueperdureainsidanslacélébrationquiestfaitedesdédicatairesetdeleursactionsetagitpeutêtremoinssurletempsprésentquesurlefuturousurcequelescontemporainsenretiendrontaprèslafindel’événement.Lebénéficedelapoésied’élogeseraitpeutêtremoinsdirectementpourledédicataire,quin’enestd’ailleurspasledestinataireexclusif.Lafonctionpolitiquepersisteenfindanslesrecueilsparladémarcationimplicitequiestfaiteentrecequiestlouéetcequiparfoisblâmé,entrecequilouéetcequinel’estpas,entrecequiditetmagnifié(etlafaçondeledire)etcequiesttu,lalouangesupposantensoiunjugementàl’égarddecequimérited’êtrevaloriséetconservé.
Surtout,lapublicationenrecueilredonnelaprimautéaucaractèrepoétiquedespiècesnonseulementparlaprésenced’autresformesdepoésiesetparleparatexte,maisaussiparlesverseuxmêmesquiprétendent,explicitementouimplicitement,àunecertainequalitépoétique.Implicitement,lespoésiesd’élogereproduitesdanslesrecueilssontdestexteslongs,trèstravailléssurleplandelaconstruction,quis’appuientdavantagesurlaformedudiscoursquesurlafidélitéauxfaitsouàlapersonneloués,labeautédutextedevantaussiêtreàl’unissondelagrandeurdudédicataire.Explicitement,l’énonciationdesélogessefaittrèsmajoritairementàlapremièrepersonne:premièrepersonnedupluriellorsquelelocuteurseprésentecommeleporteparoled’unecommunauté;premièrespersonnesdusingulieretduplurielquandlepoèteapparaîtàlatêtedesescontemporains,unpeudevantdesautres,représentantautodésignéd’unecommunautéindistincte;premièrepersonnedusinguliersouvent,lepoètesefigurantalorscommetémoinprivilégiédel’événement,conseillerdugrandoudotéd’uneparoleinspirée.Danscecas,letextedéveloppeuneargumentationquiestlafoisrhétoriqueetidentitaire:rhétoriqueencesenslelocuteurjouesurdesargumentséthiquespourfavoriserl’adhésiondeslecteursàl’imagequ’ildonnedeluimêmeetdoncàsondiscours;identitairecar,envalorisantsonrôlepourdisposerfavorablementleslecteurs,l’énonciateurmetenavantlaplace,lafonctionetl’importancedupoètedansl’espacepublicetcellesdelapoésie.
Laréuniondespoésiesd’élogedanslesrecueilscollectifsetl’organisationspécifiquedeceuxpubliésparToussaintDuBraypermettentdoncdelirecequis’énonçaitdefaçonplusdiscrètelorsquelespoèmesétaientdispersés:parcequelelocuteurquiditl’élogedoitjustifiersaprisedeparolepubliqueetsonjugementlaudatif,parcequelavaleurdel’élogenedépendpasseulementdeceluiquiestlouémaisaussidelaqualitéduchant,lespiècesfontentendreundiscoursidentitaireetmétapoétiquequiinsistesurlerôledupoèteetlaforcedesaparoleetquis’interrogesursonstatutdansl’espacepublic,encesannéesleshommesdelettresexprimentleursouhaitd’uneplusgrandeautonomie.Eneffet,alorsquelesnécessitéspolitiquesdesélogespeuventêtremoinsfortes(lesluttescivilesetreligieusesfaiblissentplusqu’ellesnecessent),quelesactionsdignesd’élogesontmoinsnombreusesaprèslamortd’HenriIVetlorsdelaminoritédeLouisXIII(larégenceresteunepérioded’incertitudesetd’attentes)etquelamontéedel’influencedeRichelieus’accompagneplustardd’unerestrictiondelapossibilitéd’uneparolepubliqueetpolitique,leshommesdelettressontcontraintsdesedétournerd’unecertaineformed’écritureplusdirectementimpliquéedansl’actualitépolitique,toutautantqu’ilspeuvents’affranchird’uneécrituredeservicedontd’autrestextesmontrentqu’ellelescontraint.Lespiècesd’élogedesrecueils,formepoétiquevaloriséeetvalorisantepourceuxquilapratiquent,devientainsilelieud’uneréflexionsurcettemêmeforme,surl’écriturepoétique,sursaplaceetsur
safonction.Lapoésied’éloge,dotéed’unefortelisibilité,puisqueécriturecérémoniellepourdesgrands,devientunespacederéflexions,d’interrogationsetparfoisdedoutes;maisellepermetaussiauxlocuteursouscripteursderevendiquerunecompétenceparticulièreaupoète,untravaildecompositionquiledistinguedesamateurs,doncunstatutpropreàlapratiquescripturaire.Parleurreprisedansdesouvragescollectifs,constituésdepiècesordonnéesnonplusselondesévénementsoudesdédicataires,maisselonleursauteurs,lespoésiesd’élogecessentdoncd’êtreauseulprofitdelapersonnelouée.Laqualitédestextes,lacompétenceaffirméedeceuxquilescomposentetlaplaceimportantedu«je»del’énonciateurcontribuentàdétournerunepartdelalouangeaccordéeaudédicataireversceluiquichantel’éloge.Danslesrecueilscollectifs,lechantdelapoésied’élogerésonneainsidifféremmentquelorsd’unepublicationisolée,etlalouangevalorisetoutautantlepoètequelegrand.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.