UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES U F R DE MÉDECINE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
  1 UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE & ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES U.F.R. DE MÉDECINE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE MINISTÈRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE THÈSE POUR OBTENIR LE TITRE DE DOCTEUR DE L'UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE ET DE L'ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES DISCIPLINE : IMMUNOLOGIE PRÉSENTÉE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT LE 17 JUIN 2011 PAR AMANDINE MARTIN IMMUNOTHÉRAPIE PAR L'OM-174 SEUL OU EN COMBINAISON AVEC L'OXALIPLATINE DANS UN MODÈLE DE CANCER COLIQUE CHEZ LE RAT MEMBRES DU JURY : MME FREDERIQUE PENAULT-LLORCA RAPPORTEUR M. YVES DELNESTE RAPPORTEUR M. JEAN-MARC CAVAILLON EXAMINATEUR MME. THI MY ANH NEILDEZ EXAMINATEUR M. JEAN-FRANÇOIS JEANNIN CO-DIRECTEUR DE THÈSE MME CATHERINE PAUL CO-DIRECTRICE DE THESE     Laboratoire EPHE « Immunologie et Immunotherapie des tumeurs » Faculté de médecine Directeur de thèse : Jeannin Jean-François 7 Bd Jeanne d'Arc jean-francois.jeannin@u-bourgogne 21000 Dijon Co-directrice de thèse : Paul Catherine    

  • de  neutrophiles

  • modèle de cancer colique

  • the  expression 

  • ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

  • médecine sciences de la vie et de la terre

  • généralités sur le système immunitaire

  • faculté de médecine directeur de thèse

  • donc  une 

  • cellule dendritique


Publié le : mercredi 1 juin 2011
Lecture(s) : 95
Source : ephe.sorbonne.fr
Nombre de pages : 52
Voir plus Voir moins
UNIVERSITÉDEBUOGRGOEN&ÉELCOPITAREUQSEDHESAUTÉSTUDE.F.R.UEDMECENIDÉSICNEECSDELAVEETDEALITERREMINISTÈRE DE LENSEIGNEMENTSUPÉRIEUR ET DE LARECHERCHE
TESÈHPOUR OBTENIR LE TITRE DEDOCTEUR DE LUNIVERSITÉ DEBOURGOGNE ETDELÉCOLEPRATIQUE DESHAUTESÉTUDESDNEILPICSI:IMMOGIEUNOLPRÉSENTÉE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT LE17JUIN2011PARAMANDINEMARTINIMMUNOTHÉRAPIE PAR LOM-174SEUL OU EN COMBINAISON AVEC LDE CANCER COLIQUE CHEZ LE RATOXALIPLATINE DANS UN MODÈLE MEMBRES DU JURY: MMEFREDERIQUEPENAULT-LLORCA RAPPORTEURM.YVESDELNESTE RAPPORTEURM.JEAN-MARCCAVAILLON EXAMINATEURMME.THIMYANHNEILDEZ EXAMINATEURM.JEAN-FRANÇOISJEANNINCO-DIRECTEUR DE THÈSEMMECATHERINEPAULCO-DIRECTRICE DE THESE  Laboratoire EPHE « Immunologie et Immunotherapie des tumeurs » Faculté de médecine Directeur de thèse : Jeannin Jean-François 7 Bd Jeanne dArc jean-francois.jeannin@u-bourgogne 21000 Dijon Co-directrice de thèse : Paul Catherine catherine.Paul@u-bourgogne.fr   
 
1
Immunothérapie par lOM-174 seul, ou en combinaison avec loxaliplatine dans un modèle de cancer colique chez le rat Résumé Afin dadapter et daméliorer les traitements par immunothérapie dans les cancers humains, il est nécessaire de comprendre comment est induit la mort des cellules tumorales. Limmunothérapie par un lipide A, lOM174, qui a été développé dans le laboratoire, est très efficace et induit la guérison de 95% de rats porteurs de carcinomatoses coliques.  Dans ce projet, nous avons démontré que les neutrophiles pouvaient jouer un rôle important dans la régression tumorale. En effet, ils sont capables de tuer des cellules tumorales via lexpression et la sécrétion de granzyme B induit par les cytokines du microenvironnement tumoral et lOM174. Lorsque le traitement commence plus tard après linjection des cellules cancéreuses (J21) et sadresse à des tumeurs volumineuses, lefficacité de lOM174 décroît. Cependant, l'association oxaliplatine + OM174 rétabli cette efficacité, en induisant la guérison de 95% des rats porteurs de ces carcinomatoses avancées. Nous avons démontré que cette combinaison induisait principalement une forte augmentation de lexpression de chimioattractants (CXCL) des neutrophiles mais également dautres cellules immunitaires, des cytokines de linflammation et de la NOS II. Ces résultats ont été corrélés au recrutement de neutrophiles, macrophages, cellules dendritiques exprimant la NOS II, et au recrutement de lymphocytes T. LOM174 induit donc une activation importante du système immunitaire qui est augmentée par loxaliplatine.  Mots clés : cancer colique, OM174, immunothérapie, oxaliplatine, neutrophiles, granzyme B, CXCL.    Immunotherapy by OM-174 alone or in combination with oxaliplatin in a colon cancer model in rat Abstract To adapt and improve treatment by immunotherapy in human cancers, it is necessary to understand how induces tumor cell death. Immunotherapy by a lipid A, OM174, which was developed in the laboratory, is highly effective and induces the cure of 95% of rats bearing colon carcinomatoses. In this project, we demonstrated that neutrophils could play an important role in tumor regression. Indeed, they are able to kill tumor cells via the expression and secretion of granzyme B induced by the tumor microenvironment cytokines and OM174.  The efficacy of OM174 decreases when treatment starts later after injection of cancer cells (J21) and is intended for large tumors. However, oxaliplatin + OM174 combination restored the effectiveness. This combination induces the cure of 95% of these rats with advanced carcinomatoses. We demonstrated that this combination induced mainly a strong increase in the expression of neutrophils chemoattractant (CXCL) but also other immune cells, inflammatory cytokines and NOS II. These results were correlated to the recruitment of neutrophils, macrophages, dendritic cells expressing NOS II, and recruitment of T cells. OM174 induces a significant activation of the immune system, which is increased by oxaliplatin.   Keyword: colon cancer, OM174, immunotherapy, oxaliplatin, neutrophils, granzyme B, CXCL.      
 
2
SOMMAIRE
ListedesabréviationsListedesfiguresINTRODUCTIONI. Le cancer colorectal 1. Généralités 2. Cancer et santé publique 3. Epidémiologie du cancer colorectal 4. Transformation cellulaire/développement tumoral 5. Classification TNM (Tumeurs, Nodules, Métastases) B. Traitements 1. Chirurgie 2. Chimiothérapie 3. LimmunothérapieII. Immunité et cancerA. Immunité innée1. Généralités sur le système immunitaire inné2. Les récepteurs du système immunitaire inné3. Les cellules du système immunitaire inné a) Les neutrophilesb) Les macrophages c) Les cellules Natural Killer d) Les cellules myéloïdes suppressives e) Les cellules dendritiques
 
3
III. Lipides A et immunothérapie A. Immunothérapie non spécifique B. Immunothérapie par les lipides A1. Historique 2. Voie de signalisation des lipides A a) Récepteurs et protéines de la voie de signalisationb) Voie de signalisation de TLR43. Lipides A et immunité antitumoralea) Réponses immunitaires générales induites par le lipide A b) Effets du lipide A sur limmunité antitumorale4. Immunothérapie par des lipides A5. Immunothérapie par lOM-174 Objectifdutravail  
 
4
LISTE DES ABREAVIATIONS  
5-FU: 5-Fluorouracile A ADCC: Antibody dependent cellular cytotoxicity ADN: acide desoxyribonucléotique ADNc: ADN complémentaire AEC 3-amino-9-ethylcarbazole : AG: aminoguanidine AP-1: activator protein-1 ARG-1: Arginase-1 ARN: acide ribonucleique ARNc: ARN complémentaire ARNm: ARN messager B BCG: Bacille de Calmette et Guérin BET: Bromure déthidium BSA: Bovine serum albumine C CCL: Chemokine Ligand CCR: chemokine (C-C motif) receptor CINC: cytokine-induced neutrophil chemoattractant CLR: Lectines C CMH: Complexe majeur dhistocompatibilité CNTF: Ciliary Neurotrophic Factor
 
5
 
CPA: Cellules présentatrices dantigènes CPT-11: Irinotecan CSC: Cancer stem cells CTL: Lymphocyte T cytotoxique CXCL: CXC chemokine ligand CXCR: CXC chemokine receptor D DAMP: Danger-associated molecular pattern DAPI: 4,6-diamidino-2-phenylindole DC: Cellule dendritique DNase: désoxyribonucléase dNTP : DO: densité optique E EGF: Epidermal growth factor EDTA: acide éthylène diamine tétraacétique E.L.I.S.A: Enzyme Linked ImmunoSorbent Assay F FasL: Fas ligand fMLP: peptides formylés Folfox: oxaliplatine / 5-Fluorouracile / acide folinique G GAPDH: glycéraldéhyde-3-phosphate deshydrogénase GM-CSF: Granulocyte macrophage colony stimulating factor
 
6
GPI: glycosylphosphatidylinositol GRO: growth-regulated protein GZMB: Granzyme B H H: heure H2O2: peroxyde dhydrogène HAMS : HBSS: Hanks balanced salt solution HCl:AcidechlorhydriqueHES: Hémalun Eosine Safran HMGB1: high-mobility group box 1 HRP: horseradish peroxydase HSP: Heat shock protein I ICAM: Intercellular adhesion molecule IFN : Interferon Ig: immunoglobuline IHF: immunohistofluorescence IL: interleukine IL-1R: interleukin-1 receptor iNOS: NO synthase inductible IRAK: interleukin-1 receptor associated kinase IRF: interferon responsive factor I.P: intrapéritonéale I.V: intraveineuse
 
7
J J jour : K KHCO3:Bicarbonate de potassium KO:knock-outL LAK: Lymphokine activated killer cells LBP: LPS binding protein LFA: Leucocyte function associated antigen LIX:Lipopolysaccharide-InducedCXCChemokineLPS: lipopolisaccharides LRR: Leucine-rich repeats LT: leucotriène M MAPK: mitogen-activated protein kinase kinase MDSC: myeloid-derived suppressor cells MgCl2: Chlorure de magnésium MGG: May-Grünwald Giemsa Min: minute MIG: monokine induced by gamma-interferon MIP: Macrophage Inflammatory Protein MMP: Matrix metallopeptidase MPL: Monophosphoryl lipid A MyD88: myeloid differentiation factor-88 N
 
8
NaCl: Chlorure de sodium NaNO2:Sodium de nitrite NF-κB: nuclear factorκb NH4Cl: Chlorure dammonium NK: Natural killer NO: Monoxyde dazote NO2-: Nitrites NOS: NO synthase NP-40: Nonidet p40 (nonylphenoxy polyethoxy ethanol) O OCT: Tissu Teck P PA : Plasminogène PAI: inhibiteurs de lactivateur du plasminogène PAMP: Pathogen-associated molecular pattern PAF: Platelet-activating factor PBMC: Peripheral blood mononuclear cell PBS: phosphate buffer solution PBS-T: PBS-Tween PCR: polymerase chain reaction PMN: Polymorphonuclear PRR: Pathogen recognition receptor PSA: pénicilline / streptomycine / amphoctericine PSGL: P-sélectine ligand PVDF: Di-fluorure de polyvinyle
 
9
R RANTES: regulated upon activation, normal T cell expressed and secreted RNase:ribonucléaseROS: Reactive oxygen species RT-PCR: reverse transcription- polymerase chain reaction S SAB: serum albumine bovine SDS: sodium dodecyl sulfate SDS-PAGE: Sodium dodecyl sulfate-polyacrylamide gel electrophorese SEM: Standard Error of the Mean SRN: Sérum de rat normal SVF: serum de veau ftal T TAE: tris-acétate-EDTA TdT: Terminal Deoxynucleotidyl Transferase TGF-β: tumor growth factorβTh: Lymphocyte T helper TIMP: Tissue Inhibitor of Metalloproteinases TIR: toll interleukin-1 receptor TIRAP: TIR domain containing adapter protein TLR: toll like receptor TNM: Tumeurs, Nodules, Métastases TNF: tumor necrosis factor TNF-R: TNF-receptor
 
10
INTRODUCTION
I. Le cancer colorectal A. Généralités 1. Cancer et santé publique La lutte contre le cancer en France est devenue une priorité gouvernementale depuis 2003 en faisant lobjet de deux «Plan Cancer» successifs. Le premier « Plan Cancer 20032007 » se déclinait en 70 propositions regroupées en 6 chapitres : « prévenir, dépister, soigner, accompagner, enseigner, comprendre et découvrir », suivi du « Plan cancer 20092013 » qui sinscrit dans la continuité du précédent. Il se décline en 30 propositions regroupées en 5 axes : « recherche, irtenaovo,sb préventiondépistage, soins, vivre pendant et après un cancer ». En 2009, les grandes tendances et les évolutions survenues depuis 2007 ont fait lobjet dun rapport publié par lInstitut National du Cancer 1. Ainsi, lanalyse des chiffres montre quen 2005, le nombre de nouveaux cas de cancers a été estimé à près de 320 000 dont 180 000 chez les hommes et 140 000 chez les femmes. Ce nombre a augmenté de 89 % entre 1980 et 2005 alors que le nombre de décès na augmenté que de 13 %. Le cancer du côlon est le second cancer en termes de fréquence chez la femme (après le cancer du sein) et le troisième chez lhomme (après le cancer du poumon et la prostate).  2. Epidémiologie du cancer colorectal Chaque année, environ un million de nouveaux cas de cancer colorectaux sont diagnostiqués dans le monde, et plus de 500 000 décès par an 2, 3, 4. Avec les progrès des nouvelles thérapies, de nombreux cancers sont guéris, cependant selon lavancée des cancers les stnemeitrat sont plus ou moins efficaces. On distingue plusieurs types de cancers .colceroxuat Dans plus de 80 % des cas, il sagit de cancers oradsp,seuqi résultant de multiples mutations somatiques au sein de la cellule telles que des délétions mozyhos,gote des mutations ponctuelles ou des insertions, des translocations dans lADN 5, 6 Il existe également des formes héréditaires, telles que le . cancer du côlon non polyposique (HNPCC, 1015%), la polypose eteusamonéda familiale (FAP, 10%) et le cancer sans polypose (10%) 7. 
 
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.