Université des Sciences Humaines de Strasbourg Faculté de Théologie Catholique Mutations du croire et déplacements de la sacramentalité Observations et analyses des évolutions dans le diocèse de Coutances Thèse de Théologie Catholique Présentée par Martine Clement Sous la direction de Monsieur Adler

De
Publié par

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
1 Université des Sciences Humaines de Strasbourg Faculté de Théologie Catholique Mutations du croire et déplacements de la sacramentalité Observations et analyses des évolutions dans le diocèse de Coutances Thèse de Théologie Catholique Présentée par Martine Clement Sous la direction de Monsieur Adler 2005

  • pratiques dans le cadre de la réconciliation

  • évolutions dans le diocèse de coutances thèse de théologie catholique

  • rite

  • faculté de théologie de strasbourg

  • justification de la prépondérance de l'eglise dans la gestion du rite

  • réconciliation demandée dans le cadre du mariage


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 380
Tags :
Source : scd-theses.u-strasbg.fr
Nombre de pages : 518
Voir plus Voir moins

1

Université des Sciences Humaines de Strasbourg
Faculté de Théologie Catholique












Mutations du croire et déplacements

de la sacramentalité







Observations et analyses des évolutions dans le
diocèse de Coutances


Thèse de Théologie Catholique
Présentée par Martine Clement
Sous la direction de Monsieur Adler

2005 2










Ce travail a pu être mené grâce aux précieux conseils de M.Gilbert Adler qui
en a guidé chaque étape. Je lui suis très reconnaissante pour sa
compréhension, sa bienveillance et sa disponibilité et je lui exprime ma plus
vive gratitude. J’ai particulièrement apprécié la qualité de sa réflexion
théologique qui m’a permis d’avancer peu à peu dans le vif du sujet.


J’adresse des remerciements tous particuliers à Madame Léonard qui a eu la
compétence et la patience d’assurer la correction de ce travail.


Je remercie également la faculté de théologie de Strasbourg, qui grâce à la
mise en place de son enseignement à distance m’a permis, habitant loin de
Strasbourg, d’acquérir les connaissances nécessaires pour entreprendre cette
thèse.


J’adresse enfin toute ma reconnaissance à mon mari qui m’a toujours
encouragée à poursuivre ces études de théologie et soutenue dans ce travail.
J’adresse toute ma gratitude à mes enfants et tout spécialement à mon père
pour leur aide précieuse dans la maison lors de mes nombreuses absences. 3

SOMMAIRE



ère 1 Partie :
Observation de la réalité ......................................................p.16


Chapitre 1. Cas pratiques décrits ......................................................................p.19


Sous chapitre 1. Présentation de cas dans le cadre du baptême ................................p.19

Section 1. Cas de demandes de baptêmes de la part de parents dont la foi est incertaine...........p.19
Section 2. Cas de baptêmes demandés par des catéchumènes en situation matrimoniale
irrégulière .................................................................................................................................. p.23
Section 3. L’absence du baptême entraîne le refus d’une autre cérémonie p.39
Section 4. Un cas peu banal, heureusement exceptionnel ...........................p.40

Sous-chapitre 2. Cas pratiques décrits dans le cadre du mariage p.41

Section 1. Analyse de quatre mariages sacramentels................................................................... p.41
Section 2. Analyse de plusieurs manières de concevoir la préparation religieuse....................... p.57
Section 3. Analyse d’un mariage uniquement civil..... p.59
Section 4. Utilisation du mariage religieux comme quête du sacré............................................. p.61

Sous-Chapitre 3. Des pratiques dans le cadre de l’eucharistie ................................ p.63

Section 1. Pour un même groupe, deux célébrations eucharistiques successives........................ p.63
Section 2. Les messes demandées pour les défunts dans un contexte familial d’incroyance...... p.64
Section 3. Des messes demandées pour un défunt mais détournées de leur sens p.65
Section 4. A propos de l’eucharistie à l’occasion de diverses célébrations................................. p.66

Sous-chapitre 4. La confirmation : perspectives actuelles.......... p.77

Section 1. Un constat .................................................................................................................. p.77
Section 2. Des témoignages ........p.78
Section 3. Une question d’actualité............................ p.79
4


Sous-chapitre 5. Des pratiques dans le cadre de la réconciliation ........................... p.81

Section 1. La réconciliation demandée dans le cadre du mariage ............................................. p.81
Section 2. Une interrogation après la mise au point faite par l’évêque ...... p.83

Sous-chapitre 6. L’onction des malades, description d’un cas....................................p.85



Chapitre 2. Description de l’expérience pastorale............................. p.87


Sous-chapitre 1. Des expressions recueillies dans divers lieux .................................. p.87

Section 1. Des formulations de demandes sacramentelles........................................................... p.87
Section 2. Des formulations de faire-part de décès...................................... p.89
Section 3. Des difficultés par rapport à l’expression de la foi : un exemple ...............................p.89

Sous-chapitre 2. Expérience pastorale d’une équipe de préparation au baptême p.92

Section 1. La demande de baptême ..............................................................................................p.92
Section 2. La réunion ................................................... p.92
Section 3. Des réflexions de l’équipe après quelques années de préparation p.93

Sous-chapitre 3. Témoignages et interrogations de groupes de C.P.M. ................. p.93

Section 1. Présentation du groupe et options prises......................................................................p.93
Section 2. Travail de ce groupe ....................................p.94
Section 3. Une session programmée par la pastorale familiale de l’Ouest ..p.96


Chapitre 3. Analyse de l’évolution des comportements
religieux…………………………………….. ..................................................................... p.98


Section 1. Des chiffres concernant le mariage............................................................................. p.99
Section 2. Des chiffres concernant le baptême ..........p.101
Section 3. Des chiffres concernant les inhumations religieuses................ p.102
Section 4. Quel constat dresser ? ...............................................................................................p.103
5

Chapitre 4. Des chiffres concernant la pratique religieuse
en France........................................................................................................................... p.104


Section 1. La pratique dominicale régulière .............................................................................. p.104
Section 2. La pratique religieuse par tranche d’âge... p.105
Section 3. Une pratique religieuse occasionnelle...... p.105


Chapitre 5. Questionnement résultant de la pratique .................. p.108


Section 1. Un faisceau de questions........................................................................................... p.108
Section 2. La question cruciale.................................. p.110



2 ème Partie :
Une pratique interrogée ......................................................p.111


Chapitre 1. Explicitation des pratiques observées........................... p.112


Sous chapitre 1. La ritualité est nécessaire à l’homme............................................... p.112

Section 1. Qu’est-ce qu’un rite ?................................................................................................ p.113
Section 2. Comment se porte le rite dans la société contemporaine ?........p.114
Section 3. Au cours de la vie, des étapes successives p.117
Section 4. Comment le rite chrétien se place t-il par rapport aux rites de la société ? ...............p.131

Sous chapitre 2. La ritualité gérée par l’Eglise et par l’Etat.................................... p.134

Section 1. Description de la gestion de la ritualité par chacune des instances ...........................p.134
Section 2. Quelle instance assure le mieux la performance du rite ?..........................................p.145
Section 3. Justification de la prépondérance de l’Eglise dans la gestion du rite ........................p.149


6

Sous chapitre 3. Analyse de situation................................................................................p.151

Section 1. Le passé d’où l’on sort...............................................................................................p.152
Section 2. Le présent où l’on vit.................................p.164


Chapitre 2 : Enjeux et défis du croire......................................................... p.182


Sous chapitre 1. Prise en compte de la réalité actuelle ............................................... p.183

Section 1. Un monde en mutation...............................................................................................p.183
Section 2. Une société sécularisée marquée par le pluralisme....................p.183
Section 3. L’indifférence religieuse contemporaine...................................p.188
Section 4. Un décalage entre la formation profane et la formation chrétienne...........................p.188
Section 5. La privatisation de la foi ............................................................................................p.189
Section 6. L’individualisme actuel.............................p.189
Section 7. Le lien social en déclin p.196

Sous chapitre 2. Enjeux anthropologiques, théologiques ...........................................p.201

Section 1. Enjeux anthropologiques ...........................................................................................p.201
Section 2. Des enjeux théologiques............................p.210



3ème Partie :
Des propositions pastorales............................................ p.268



Chapitre 1. Des enjeux ecclésiologiques ................................................... p.269


Sous chapitre 1. La dimension ecclésiale de l’action sacramentelle .......................p.269

Section 1. Les Eglises ne naissent pas d’elles-mêmes................................................................p.270
Section 2. L’Eglise est le temps de « l’être ensemble » des chrétiens.......p.270
Section 3. L’Eglise est le lieu de « ...........p.271
Section 4. Les communautés ecclésiales, des médiations nécessaires........................................p.272
Section 5. Les Eglises sont variées .............................................................................................p.273 7
Section 6. Des Eglises missionnaires.........................................................................................p.274
Section 7. Des Eglises en marche, à l’écoute du monde.............................p.275


Sous chapitre 2. La liturgie, lieu des sacrements...........................................................p.276

Section 1. L’action liturgique, un lieu théologique...................................p.277
Section 2. La liturgie initie à l’Ecriture ......................................................................................p.277
Section 3. La liturgie initie aux sacrements................p.280
Section 4. La liturgie, source de la pastorale..............p.280
Section 5. Dans la pastorale sacramentelle, s’inspirer des écrits patristiques ............................p.281
Section 6. L’action liturgique est par essence communautaire...................................................p.281
Section 7. La liturgie ouvre le sujet à un avenir plein de sens, déjà présent...............................p.282
Section 8. La célébration liturgique n’est pas le lieu de l’explication théologique ....................p.282


Chapitre 2. Interrogation du septénaire sacramentel....................p.284


Sous chapitre 1. La nécessité de la distinction des diverses situations
existentielles ............................................................................................................................p.284

Section 1. Dégager le sens de chaque sacrement........................................................................p.284
Section 2. Le septénaire sacramentel relu à la lumière d’un cheminement de la foi..................p.285

Sous chapitre 2. Que fait l’Eglise lorsqu’elle célèbre tel ou tel sacrement ? ........p.286

Section 1. Que fait l’Eglise lorsqu’elle célèbre la liturgie eucharistique ?.................................p.287
Section 2. Que fait l’Eglise dans la liturgie baptismale ? ...........................................................p.309
Section 3. Que fait l’Eglise quand elle célèbre la confirmation ?...............p.324
Section 4. Que fait l’Eglise quand elle célèbre la liturgie du mariage ?.....................................p.326
Section 5. La pastorale de la santé............................................................................................. p.338
Section 6. Que fait l’Eglise quand elle célèbre la liturgie de la réconciliation ? .......................p.347


Chapitre 3. « Détendre », élargir la sacramentalité.......................p.366


Sous chapitre 1. « Une détente » et un élargissement de la sacramentalité ..........p.367

Section 1. « La détente » de la sacramentalité............................................................................p.367
Section 2. La sacramentalité est plus large que le septénaire sacramentel.p.368 8




Sous-chapitre 2. Retentissement d’une conception élargie de la
sacramentalité ........................................................................................................................p.374

Section 1. De la sacramentalité peut être vécue même s’il n’y a pas sacrement au sens strict ..p.374
Section 2. Prise de conscience des limites de certains modèles pastoraux.................................p.389
Section 3. Mettre en œuvre une pastorale de la proposition.......................................................p.402
Section 4. Méthodes et moyens pastoraux à mettre en œuvre....................p.427


Plan détaillé ............................................................................................................................. p.442
Bibliographie........................... p.468
Annexes.................................... p.485
Faire-part de mariage d’un deuxième mariage alors que le premier n’est pas encore annulé .... p.485
Texte profane lu à l’occasion d’un sacrement de mariage.......................................................... p.486
Documents présentant une célébration d’entrée en préparation de mariage dans le Bessin....... p.487
Graphiques de l’évolution des mariages et des baptêmes de 1960 à 1990 ..................................p.489
Graphiques de l’évolution des inhumations religieuses de 1960 à 1990.... p.490
Tableau de la pratique religieuse et sacramentelle de 1930 à 1995............ p.491
Nombre de mariages selon le lieu de mariage de 1975 à 1994................................................... p.492
Nombre de mariages selon le lieu de domicile de 1975 à 1994.................. p.494
Nombre de mariages catholiques par rapport aux mariages civils de 1990 à 2001.................... p.496
Mouvement de la population, évolution de la démographie et taux de nuptialité
de 1980 à 1997 .............................................................................................................................p.497
Nombre de baptêmes par rapport aux naissances de 1990 à 2001.............................................. p.500
Récits de 3 célébrations de funérailles civiles ............................................ p.501
Questionnaire remis aux familles en vue de la préparation au baptême..... p.505



9






Mariages, baptêmes et enterrements rythment et jalonnent l’existence humaine
depuis de très nombreux siècles. Un homme, une femme, l’alliance, l’histoire
commence ainsi. Derrière le voile de la mariée, c’est tout le visage d’une
époque qui est révélé car c’est dans le mariage, c’est-à-dire dans ce qui
constitue l’union intime de deux êtres et leur association que se reflète l’image
de toute société. Dans leur rôle d’amoureux, de fiancés, de jeunes mariés, puis
de parents, les couples tracent l’histoire de leur vie marquée par un certain
nombre d’étapes dont certaines requièrent un rendez-vous avec l’Eglise.
L’entrée en mariage s'accompagne de nombreux rites familiaux, sociaux et
religieux. Bien que l’institution soit de plus en plus contestée dans la société
actuelle, le mariage demeure un engagement pris devant la société. Il subsiste
en tant que rite célébré le plus fastueusement possible et il apparaît que
l’Eglise répond parfaitement au besoin de solennité du mariage. La fête
familiale à l’occasion de la naissance d’un enfant apparaît encore essentielle à
de nombreux parents. Celle-ci est souvent associée à la célébration du
baptême pour célébrer joyeusement l’arrivée de l’enfant dans le cercle
familial et amical. De tout temps, la mort a été honorée par des rites. La
célébration des funérailles, qui n’est pas un sacrement, est souvent liée dans
les faits à la pastorale sacramentelle et ces célébrations ont une importance
considérable au plan pastoral. En tant que cérémonie et rite, elles traitent une
réalité dramatique, celle de la mort, avec tous ses aspects, individuels,
sociaux, métaphysiques…On peut dire qu’elles sont d’ordre sacramental, leur
célébration s’enracinant dans le mystère pascal du Christ. L’Eglise rencontre
une part importante de la population à cette occasion-là. Il convient en outre
de les mentionner dans cette étude, étant donné que jusqu’à ces dernières
années et bien sûr dans des régions très christianisées, les funérailles étaient
1célébrées au cours d’une eucharistie. D’après Jean-Claude Besanceney ,
jusque dans les années 60-70, l’habitude de voir la célébration des obsèques
comporter l’eucharistie et être présidée par un prêtre tenait de l’évidence. En
outre, à l’occasion des funérailles, de nombreuses messes sont demandées
pour les défunts, ce qui justifie aussi de traiter des funérailles dans cette étude.
Différentes situations existentielles appellent ainsi depuis très longtemps la
réception de différents sacrements. S’agissant de ces derniers, on constate une

1
J-C. BESANCENEY, « Evolution des rites catholiques du deuil et nouvelles pratiques
rituelles », in Mourir aujourd’hui les nouveaux rites funéraires, Paris, Editions Odile Jacob,
1997, p.176. 10
grande différence entre eux. Certains ne se répètent pas tels que le baptême,
l’ordre, la confirmation, le mariage, alors que d’autres sont réitérables tels que
l’eucharistie, la pénitence et l’onction des malades. Ceux-ci supposent la foi
et une vie d’Eglise. En dehors de quelques cas très précis liés au droit actuel
de l’Eglise, ils ne posent pas de problème de gestion pastorale, cependant ils
gagneraient à être explicités en vue de l’intelligence de la foi. Les sacrements
non réitérables touchent de près certaines étapes de la vie humaine, hormis
l’ordre. Le fait que ces sacrements entretiennent un certain rapport avec la
ritualité nécessaire lors des grandes périodes de la vie n’entraîne t-il pas des
difficultés pastorales ?
Les rites constituent une nécessité vitale, leur finalité est riche et diversifiée,
ils sont des manifestations significatives d’un certain ordre social. Les rites,
considérés comme un ensemble de conduites individuelles ou collectives
relativement codifiées, ont une forte charge symbolique pour les acteurs et les
témoins. Si les rites de passage tendent à disparaître dans la société actuelle,
les grands événements humains continuent de requérir des célébrations
incluant des rites. Durant très longtemps, les Eglises ont inscrit les sacrements
dans les rites de passage ; il est logique que les demandes sacramentelles
demeurent fortes, même dans une société déchristianisée dans laquelle le
nombre des pratiquants a nettement décru. Les temps forts et les dimensions
fondamentales de l’existence humaine sont ainsi sacralisés.
L’Etat et l’Eglise gèrent la ritualité inhérente à l’homme. Ainsi, le mariage
peut être soit uniquement civil, soit civil et religieux ; il en est de même pour
les inhumations, tandis que le baptême est plutôt géré en totalité par l’Eglise.
Reste à savoir laquelle de ces deux instances assure le mieux cette fonction.
La réponse à cette question explique bien souvent le choix effectué par les
demandeurs de sacrements, ce qui n’est pas sans poser de problèmes aux
acteurs de la pastorale. En effet, dans une société croyante qui se reconnaissait
globalement chrétienne, les sacrements contribuaient à assurer la transmission
de la foi, même s’ils n’étaient pas directement des actes de foi des individus
qui les recevaient ; ils fonctionnaient comme des actes d’agrégation et
d’appartenance à une société qui affirmait sa cohésion sociale dans la
profession commune de la foi chrétienne. Questionner le passé permet de
comprendre comment le septénaire sacramentel, qui a toujours cours
aujourd’hui, a été mis en place. Les approches historiques dans le cadre de ce
travail ne peuvent être que fragmentaires, ne proposant que des éclairages
partiels ; elles démontrent cependant que ce modèle a été instauré il y a
plusieurs siècles, dans un contexte historique précis très différent de celui
d’aujourd’hui.
Actuellement, la sortie de la chrétienté dans laquelle tout citoyen était
chrétien et vice-versa est indéniable. La société moderne, dans laquelle se

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.