Cours, Chapitre d'Informatique de niveau Licence

De
Développer un websig en opensource
Cours, Chapitre en Informatique (2010) pour Licence Pro, Master 1, Master 2
Publié le : mercredi 10 avril 2013
Lecture(s) : 103
Source : CapMention
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins

Comment monter un serveur de cartographie en open source
solution open source sous windows xp avec mapserver et postgis
révision 2010
Auteur :Bruno Bazot
1introduction
L’objet de ce rapport est de pouvoir réaliser de A à Z un web gis.
La solution étant récente elle est inspiré de nombreuses documentations et traductions. Notamment
Tirés du forum SIG suisse (http://forumsig.symen.ch).
L’objectif est de permettre aux géographes comme aux informaticiens de réaliser à l’aide de ce document
la totalité d’une mise en place d’un serveur de cartographie sur intranet/internet. Le document ce présente
donc sous la forme d’un tutoriel qui décrit pas à pas les étapes nécessaires à cette mise en place.
La première partie est plutôt dédié aux informaticiens ou géographes qui n’ont aucune notion de SIG. Il
s’agit d’un cours très léger sur les principales fonctions des SIG ainsi que leur re-cadrage dans le monde
de l’informatique.
Les géographes/géomaticiens pourront aisément se passer de ce chapitre.
La seconde partie présente mapserver et son installation ainsi qu'un tutoriel de test
La troisième partie présente la surcouche mapscript/php
La quatrieme partie commente l’installation d’un serveur Postgis
La cinquieme partie est un tutoriel de web gis avec mapscrip/postgis,t Il s’agit de découvrir les
fonctionnalités de base.
Note : Cette application à été réalisé dans le cadre de mon stage au parc national des écrins pour le
master2 CCI de l’ujf grenoble en été 2005.
révisé en 2010pour l'imag
234Table des matières
A- qu'est ce qu'un sig ?.............................................................................................................................6
B-les solutions existantes en webGIS...................................................................................................12
C- Présentation de Mapserver ...............................................................................................................18
D- Installation de la dernière version de Mapserver et des outils associés sous windows xp/2000 :
mapscript/maplab/cartoweb....................................................................................................................23
E- Tutoriel d’une application avec mapscript.......................................................................................27
F- installation de Postgres 8.4/Postgis 1.4 sous windows 7...............................................................33
GLOSSAIRE............................................................................................................................................. 47
Internet-biblio.......................................................................................................................................... 48
Annexe 1 - exemples de serveur cartographie en ligne.......................................................................50
Annexe 2 – installation de Mapserver sous linux debian....................................................................51
B- PROJ4................................................................................................................................................... 51
C- PostGresql/POSTGIS..........................................................................................................................51
D- INITALISATION BD..............................................................................................................................51
E- PDFLib.................................................................................................................................................. 52
F- Freetype2.............................................................................................................................................. 52
G- Librairies PNG..................................................................................................................................... 52
H- Librairies JPEG....................................................................................................................................52
I- Librairies ZLIB.......................................................................................................................................52
J- CURL..................................................................................................................................................... 52
K- HTTPD 2.0.53........................................................................................................................................ 52
L- PHP....................................................................................................................................................... 53
M- GDAL.................................................................................................................................................... 53
N- Librairies TIFF......................................................................................................................................53
Annexe 3 - MapFile Reference - MapServer 4.2....................................................................................54
5A- qu'est ce qu'un sig ?
source : geomaticien.com
A1-qu'est ce qu'un sig?
Les SIG (en anglais GIS) existent depuis 1986, le décollage récent date de 1992
Les SIG travaillent à partir de données de type raster ou de type vecteur, de métadonnées, ou encore de
bases de données spatialisés.
Le mode raster est un format d’image soit satellite, soit ortho(photo aérienne), soit une carte IGN.
Les images satellites constituent la meilleure solution pour mettre à jour fréquemment des informations
cartographiques. L'arrivée prochaine d'une nouvelle génération de satellites civils d'observation augmentera encore
l'intérêt des images spatiales. L'usage d'images satellites permet, en lumière visible et/ou infrarouge, de:
• cartographier un parcellaire rural.
• constituer un fond de plan (habillage d'une carte).
• restituer l'altimétrie par stéréoscopie.
Les satellites radars, moins précis en x-y, permettent d'obtenir des données quelle que soit la couverture nuageuse.
Ils permettent également des mesures avec une précision centimétrique en z. Ils seront à l'avenir un moyen
particulièrement rentable de:
• produire des cartes du relief.
• d'observer les évolutions de zones en eau (inondations, ...).
• d'observer les variations saisonnières de la végétation.
Le format de l’image est proposé en .tif ou en .ecw.
ecw est un format qui permet d’avoir une compression très importantes pour des images qui couvrent une
grande surface.il est conçut par ermapper.
D’autres formats de compression raster existent, le MSD, JPEG2000.
le raster est en fait comme une image bitmap, mais chaque point est définis dans un carré qui forme donc
une maille, ce qui autorise le zoom sur ces images.
6Source : ign 25000 du parc national des écrins
Le mode vecteur propose lui 3 types d’objet vectoriels, le point, la ligne, le polygone
Un fichier vecteur(.shp) est associé à un tableau de donnée(.dbf) et à un fichier de coordonnées
géographique(.shx), ceci avec les outils ESRI.
Avec mapinfo on a 2 fichiers seulement, un .map(.shp) et un .tab (.shx/.dbf)
A2-les GIS du marché:
ESRI est le leader du marché il propose les pack suivant :
module 3 - Arc info 9 (environs 12 000 euros) un SIG professionnel, encore appelé ArcGIS
module 2 - Arc éditor (plutôt un aspect marketing)
module 1- Arcview, un SIG bureautique
mapinfo est un autre SIG bureautique de la société du même nom
geoconcept est un intermédiaire entre SIG professionnel/bureautique
fgis est un SIG open source
GRASS, ancien système de traitement de l’image de l’us army
le language avenue d'arcview :
Avenue est un langage semi-compilé, orienté objet Fournis avec les SIG d’ESRI. Ses défauts majeurs
sont l'impossibilité de créer ses classes d'objets et d'inclure des Dll ActiveX. Il s'agit du langage qui a servi
à écrire ArcView (on peut ainsi utiliser le même code sur les différentes plates-formes supportées.
Avenue est néanmoins suffisamment puissant et extensible pour permettre énormément de choses.
7 Enfin, il est possible de personnaliser l'interface d'ArcView sans écrire de code: le menu "Projet",
"Personnaliser" de l'interface (GUI) "Projet" permet de redéfinir les options de tous les menus et boutons,
ou d'ajouter les siens.
A partir d'ArcView 8, le langage de programmation utilisé est VBA.
A3-qu'est ce que la géomatique, qu'est ce qu'un géomaticien ?
Son métier consiste à exploiter un Système d'Information Géographique pour faire des cartes, des
analyses, ou pour mettre des données géographiques à disposition d'utilisateurs.
Les domaines d'applications concernent, par exemple, gestions des sols, gestion de réseaux,
environnement, météo, géologie, recherche et exploitation de gaz ou de pétrole, geomarketing,
criminologie, transports, communication, ou même la définition de zones électorales .
D'abord rarissimes dans les années 1960-70, les S.I.G. se sont multipliés à partir des années 1980.
Pourquoi ? Parce que 80% des informations sont géographiques. Une adresse, un code fournisseur ou
pays, un numéro de téléphone ou de carte bancaire, ou même une langue, sont des informations
géographiques.
Un SIG se compose de matériels, de logiciels, et de données. Pour les utiliser, le géomaticien doit
connaître le matériel informatique, les systèmes d'exploitation, les réseaux, des logiciels SIG mais aussi
des logiciels PAO-CAO-DAO, les bases de données, SQL, les systèmes de projections géographiques, la
structuration des bases de données géographiques, les formats de données et les limites de leur
inter-opérabilités, les formats d'échanges, les normes, les métadonnées, internet ... Il doit également
posséder de bonnes notions de statistique, d'analyse spatiale, de sémiologie graphique, de droit, et ... des
qualités de négociateur !
Enfin, un géomaticien doit savoir programmer, et comprendre l'anglais ... Utiliser un logiciel SIG sans le
programmer amène une perte de temps et diminue l'intérêt du travail, faute d'automatisation des taches
répétitives particulières au(x) métier(s) des utilisateurs.
Vous ÊTES géomaticien et vous n'en faites pas la moitié ? Que cela ne vous inquiète pas !!! La création
ou l'amélioration d'un SIG implique des améliorations parallèles de l'organisation, pour obtenir la
rentabilité ou l'efficacité maximale du système. C'est pourquoi un géomaticien "doit" actuellement être
spécialiste de tout ce qui précède. La dilution des technologies de l'information dans les organisations et
la société devrait vous permettre de ne faire que de la géographie, si tel est votre souhait.
De plus, au moins trois spécialités existent maintenant pour les géomaticiens, développeurs,
administrateurs, et opérateurs. Quel que soit votre travail actuel, en fait, vous avez fait le plus dur quand
les gens commencent à penser le SIG comme élément stratégique du système d'information.
A4-notions fondamentales
Projections (à faire)
A5-tutoriel de réalisation d'une carte avec arcgis9
Démarrer d’abord ARC catalog
Puis choisissez les fichiers de source carto :
Nous allons travailler avec le fichier ecw 025_PNE-l2.ecw, qui est le fond de carte ign au 25000 du parc
des écrins.
Nous y ajouterons tous simplement 2 couches vecteur : la limite communale + la zone centrale
8Puis démarrer arc map
Faite ajouter des données
Ajouter les 3 cartes suivantes : le fond de carte ign, la couche commune.lyr, la couche zone centrale.shp
9Le résultat une fois les 3 couches affichés est le suivant :
Avec l’icône
Je règle la transparence de la carte
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant