Les Plus Belles Récitations de notre enfance

De
Publié par

On se souvient toujours des poésies de son enfance. Écrites au tableau noir, recopiées, sur un cahier, par des écoliers en blouse, apprises, répétées, récitées… Compagnes de nos années d’école, elles ont bercé notre enfance.
De l’automne mordoré à l’été des vacances, cette anthologie inédite rassemble les plus beaux textes des grands noms de la poésie française : Hugo, Baudelaire, Gautier, Nerval, Verlaine, Apollinaire, Maurice Carême…
À redécouvrir et à partager en famille.
Publié le : mercredi 1 avril 2015
Lecture(s) : 123
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290110263
Nombre de pages : 127
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DANSLAMÊMECOLLECTION
Alcools,Librio n °1094 Les Couleurs vagues, Librio n° 953 Au cœur du cœur, Librio n° 951 Carpe diem, Librio n° 882 Les Haïkus, Librio n° 817 Les Plus Beaux Poèmes d’amour, Librio n° 695 Contes libertins, Librio n° 622 Les Illuminations, Librio n° 385 La Poursuite du bonheur, Librio n° 354 La Légende des siècles, Librio n° 341 La Poésie des romantiques, Librio n° 262 Les Paradis artificiels, Librio n° 212 Romances sans paroles,Librio n° 187 Le Spleen de Paris,Librio n° 179 Fables, Librio n° 131 Poèmes saturniens, Librio n° 62 Les Fleurs du mal, Librio n° 48 Le Bateau ivre, Librio n° 18
Marine Alban
Les Plus Belles Récitations de notre enfance
Inédit
© E.J.L., 2015 pour la sélection des textes
EAN 9872290110270
Introduction
C’est bien étrange mais c’est ainsi : on se souvient toujours des poésies de son enfance. À y réfléchir, il y a sans doute une étin celle de magie enclose dans ces fraîches et jolies poésies que nous avons lues ou apprises quand nous étions petits. C’est si vrai, que même celles et ceux qui ont été en délicatesse avec l’univers scolaire sont émus, comme à leur insu, quand le hasard leur fait redécouvrir des vers qu’ils pensaient à jamais enfouis au fond de leur mémoire. À peine entendentils « Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville » qu’une douce mélancolie, nimbée de nostalgie, les étreint. Mais si c’est la strophe de Théophile Gautier « Premier sourire du printemps » qui leur est rendue, alors surgissent aussitôt dans leur mémoire des souvenirs bien différents ; c’était le printemps, on allait vers les beaux jours, et dans l’allégresse, on s’apprêtait à enchaîner sur un autre classique. Le fameux poème de Victor Hugo : « Tout est lumière, tout est joie L’araignée au pied diligent Attache aux tulipes de soie Ses rondes dentelles d’argent. » était en effet bien souvent le poème de la récitation suivante. Il était copié sur le tableau, il fallait le recopier, et il deviendrait aussi, sur la page de droite du cahier, le sujet d’un dessin. Dessin dûment colorié illustrant le texte avec, selon les choix et les talents de chacun, une araignée, une tulipe, une libellule, un étang, une rose, un oiseau, au gré de la strophe choisie par les artistes en herbe. Et tandis que les crayons de couleur devenaient de plus en plus courts à force d’être taillés, que les crayons feutres commençaient à peiner, on allait vers les beaux jours de l’été. Faute d’en profiter concrètement, on rêvait déjà des vacances si proches, grâce à la cigale de Paul Arène, grâce aux merveilleuses évocations de Maurice Carême ou d’Anna de Noailles.
INTRODUCTION
5
Cet ouvrage présente les poésies de notre enfance, les plus belles, les plus emblématiques, celles qui ont fait l’unanimité auprès des élèves qui portaient encore des blouses ou des tabliers, ceux qui n’en portaient déjà plus (mais qui savaient que cette cou tume avait existé chez leurs aînés), ceux qui doivent entreprendre une recherche sur Internet pour comprendre à quoi renvoie cette bizarre affaire de blouse d’écolier… Ces poésies suivent le cycle des saisons, des brumes de l’au tomne, symboles de la rentrée, aux chaleurs de l’été, porteuses de toutes les espérances des vacances, sans oublier, entre les deux, les frimas de l’hiver que compensent magnifiquement les délices des fêtes de Noël, et les brises du printemps. Tous les grands noms de la poésie française sont naturelle ment présents dans cet ouvrage : Hugo, Baudelaire, Gautier, Nerval, Verlaine, Lamartine, Apollinaire. Mais ressurgissent aussi des poètes qui ont bercé notre enfance et qui, pour être moins connus, ne nous ont pas moins émerveillés. À l’intérieur des dif férents chapitres, les poèmes sont classés par ordre de difficulté croissante. Ils sont en général dans leur version intégrale, sauf quand nous avons jugé opportun de procéder à des coupes ; nous avons alors précisé « extrait ». Lire ou relire ces poésies, quel que soit le thème qu’elles abordent, c’est s’offrir le merveilleux privilège de pénétrer à chaque fois dans un univers protégé. C’est aussi s’évader du quotidien, de ses inévitables aspérités, stress et noirceurs, pour s’immerger délicieusement dans un monde de douceur et de bonheur dont on ressort galvanisé. Et c’est aussi retrouver tous les bonheurs de la nostalgie, la nostalgie des récitations de notre enfance et par là même la poésie de notre enfance. Alors, quels que soient votre âge et votre lien personnel avec la poésie, bonne et douce lecture… n’hésitez pas à plonger dans ce monde ouaté de la poésie, il y a fort à parier que non seulement vous ne le regretterez pas, mais qu’encore vous y reviendrez… Marine Alban
Sommaire
Chapitre 1 : Quand revient le vent de l’automne ................... Chanson d’automne, Paul Verlaine.................................... L’automne, Maurice Carême............................................... Plaisir d’automne, Ernest Pérochon................................... L’école, Maurice Carême..................................................... Milly ou la terre natale, Alphonse de Lamartine............... « J’écris près de la lampe », François Coppée.................... Les Colchiques, Guillaume Apollinaire............................... Chant de l’oiseau, Jules Michelet........................................ Le vent, Émile Verhaeren.................................................... L’automne, Anna de Noailles.............................................. Ma bohème, Arthur Rimbaud............................................. Le brouillard, Maurice Carême........................................... Automne, Guillaume Apollinaire........................................ Il pleure dans mon cœur, Paul Verlaine............................ Matin d’octobre, François Coppée...................................... La cigale et la fourmi, Jean de La Fontaine....................... Le renard et les raisins, Jean de La Fontaine..................... La servante au grand cœur, Charles Baudelaire............... Choses du soir, Victor Hugo, L’Art d’être grandpère .........Ce que disent les hirondelles, Théophile Gautier............... Vendange, José Maria de Heredia....................................... Demain, dès l’aube, Victor Hugo........................................ L’automne, Alphonse de Lamartine................................... L’Adieu, Guillaume Apollinaire..........................................
Chapitre 2 : Vers les blanches neiges de l’hiver...................... Les Chrysanthèmes, Auguste Angellier.............................. On dirait que l’hiver tombe…, Maurice Carême................ Le soir au coin du feu…, François Coppée......................... Hiver vous n’êtes qu’un vilain, Charles d’Orléans............. Contre l’hiver, Théophile de Viau.......................................
SOMMAIRE
11 13 14 15 16 17 18 19 20 21 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 34 37 38 39 40
41 43 44 45 46 47
7
Hiver, Albert Samain........................................................... Chant du grillon, Théophile Gautier................................... Les Hôtes, Émile Verhaeren................................................ La cousine, Gérard de Nerval.............................................. La veillée des rêves, Joséphin Soulary............................... « Quand les branches d’arbres sont noires », Alfred de Vigny................................................................ Fantaisies d’hiver, Théophile Gautier................................. Le premier givre, Arsène Houssaye.................................... Matin de décembre, GuyCharles Cros................................ La neige tombe, Jean Richepin........................................... La blanche neige, Guillaume Apollinaire........................... Dans l’interminable ennui de la plaine, Paul Verlaine..... Il a neigé la veille, François Coppée................................... Nuit de neige, Guy de Maupassant..................................... Il a neigé, Maurice Carême................................................. Noël, Fagus.......................................................................... Les Effarés, Arthur Rimbaud............................................... Les rois mages, Edmond Rostand,...................................... Épiphanie, José Maria de Heredia...................................... L’expiation, Victor Hugo..................................................... Février, François Coppée..................................................... La fuite de l’hiver, Auguste Angellier.................................
Chapitre 3 : Vers les beaux jours du printemps...................... Le temps a laissé son manteau…, Charles d’Orléans........ Ondée printanière, Émile Lante.......................................... Sur la glycine en fleurs, Émile Verhaeren.......................... Printemps de Gascogne, JeanGéraud d’Astros.................. Journée de printemps, Maurice Rollinat,............................ Chanson, Victor Hugo..........................................................Premier sourire de printemps, Théophile Gautier.............. Marine, Arthur Rimbaud..................................................... Harmonie du soir, Charles Baudelaire............................... Spectacle rassurant, Victor Hugo........................................ Les elfes, Charles Marie Leconte de Lisle............................ Sonnet d’avril, Paul Arène.................................................. Le château de l’Arbrelles, Victor Hugo............................... Mars, Maurice Carême.........................................................
8
48 49 51 52 53
54 55 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 71 72
73 75 76 77 78 78 79 80 81 82 83 85 87 88 89
C’est un beau soir de mars, Émile Verhaeren..................... Le comte de la MiCarême, Émile Verhaeren..................... J’aime le joyeux temps de Pâques, Bertran de Born.......... Les cloches, Maurice Rollinat.............................................. « Le printemps est charmant… », François Coppée......... Nuits de juin, Victor Hugo................................................... Pâques, Maurice Carême..................................................... En mai, au doux temps nouveau, Poète anonyme............. Le moulin de Milly, Alphonse de Lamartine...................... Mai, Guillaume Apollinaire................................................. Juin flamboie, Charles Guérin.............................................
Chapitre 4 : Au cœur des chaleurs de l’été.............................. La cigale, Paul Arène.......................................................... Le temps des vacances, Maurice Carême........................... Soirs, Henry Bataille........................................................... Le goûter, Maurice Carême................................................. Tableau rural, François Coppée.......................................... Ma sœur la Pluie, Charles Van Lerberghe.......................... Les cigales, Emmanuel Delbousquet,................................. Liminaire, Émile Verhaeren................................................ « Quand à peine un nuage », Théophile Gautier............... Chant au bord du fleuve, Emmanuel Delbousquet............ Le coucher du soleil, Gérard de Nerval............................... Aube, Arthur Rimbaud........................................................ Le repas préparé, Albert Samain........................................ L’été, Charles Cros............................................................... La sieste, José Maria de Heredia......................................... Les papillons, Gérard de Nerval.......................................... Sensation, Arthur Rimbaud................................................ C’est la fête du blé…, Paul Verlaine................................... La demeure en juillet, Anna de Noailles............................ L’été, Théodore de Banville................................................. Midi, Charles Marie Leconte de Lisle.................................. Chaleur, Anna de Noailles................................................... Icibas, René François Sully Prudhomme.......................... Le grillon, JeanPierre Claris de Florian............................. Le vent d’été, Maurice Rollinat..........................................
90 91 94 95 96 96 97 98 100 101 102
103 105 105 106 107 108 109 110 111 112 113 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Beau Temps

de le-seuil

Johannes, Hermann

de editions-flammarion