Actes de S. S. Pie XI (tome 16

De
Publié par

  • exposé
Encycliques, Motu Proprio, Brefs, Allocutions, Actes des Dicastères, etc. Texte latin et traduction française TOME X V I (Année 1937) M A I S O N D E L A B O N N E P R E S S E 5, rue Bayard, PARIS § f l
  • pape vénérables
  • der katholischen
  • aller licbe zu
  • wir nicht
  • représen­ tants du vénérable episcopat
  • und frohbotschaft von
  • die uns
  • herbes und
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 22
Source : liberius.net
Nombre de pages : 307
Voir plus Voir moins

Encycliques, Motu Proprio, Brefs, Allocutions,
Actes des Dicastères, etc.
Texte latin et traduction française
TOME XVI
(Année 1937)
MAISO N DE LA BONNE PRESSE
fl
5, rue Bayard, PARIS §ACTES DE S. S. PIE
TOME XVI
(Année 1937) Nihil obstat :
Lutetiae Parisiorum, die 29* novembris 1939.
F . PROTÏN.
IMPRIMATUR
Lutetiae Parisiorum, die 12* martii 1945.
A. LEGLERC, 27. g PREMIÈR E PARTIE
ACTE S DE S. S- PIE XI
ENCYCLIQUES, MOTU PROPRIO, BREFS, LETTRRS
ET ALLOCUTIONS
BUSTE DU PAPE PIE XI
Avers de la médaille de la Saint-Pierre pour i937.
(Œuvre d'AureJio Mistruzzi.) RUND S CHREÏBE N
A N DIE EMR^UERDÏGE N BRUËDER ER^BISCHOÈFË UN O
BISCHOEFE DEUTSCHLANDS UND DIE ANDËREN
OBERHIRTE N DIE IN FRIEDEN UND GEMEINSCHAFT
MIT DEM APOSTOLISCHEN STUHLE LEBEN
iiber die lage der Katholischen kïrche ïm
Déutschen Rëïch (1).
PAPST PlUS XI
EHfcWUERblGË ÔRUEnEPt GRUSS UNt> APOSTOLISCHEN SEGEN !
Mit brennender Sorge und steigendcm Befremdcn beo-
baôhten Wir seit geramner Zoit dcn Leidensweg der Kirche,
die wachsende Bedraengnis der ihr in Gesinnung und Tat
treubldibenden Bekenner und Bckenncrinnen inmittcn des
Landes und des Voïkes, dem St, Bonifatius einst die Licht-
LETTR E ENCYCLIQUE
AUX VÉNÉRABLES FRERES, ARCHEVEQUES ET EVEQUES D'ALLE­
MAGNE ET AUTRES ORDINAIRES EN PAIX ET COMMUNION AVEC
LE SIÈGE APOSTOLIQUE
sur la situation de l'Eglise catholique dans
l'Empire allemand (2)*
PIE XI, PAPE
VÉNÉRABLES FhtaES,
SALUT ET BâNÉ&idTiôtf APOSTOLIQUE.
C'est avec Une vive inquiétude et Un élonncmcnt croissant que
depui s longtemps Nous suivons des yeu x lés douloureuses épreuves
de l'Eglise et les vexations de plus en plus graves dont souffrent
deux et celles qui lui restent fidèles par le cœur et lb conduite,
au" milieu du pays et du peuple auxquels saint Boniface a porté
(1) Cf. A. A, S. vol. XXIX, 1937, p . 145-168.
t
(2) Traduction officielle de l'Encyclique. Les sous-titres appartiennent
ou texte. 8 ENCYCLIQUE « MIT BRENNENDER SORGE »
und Frohbotschaft von Christus un,d dem Reiche Gottes
gcbracht hat.
Dicsc Unserc Sorge ist nicht vcrmindcrt worden durch
das, was die Uns an Unscrem Krankenlager besuchenden
Vertreler des hochwùrdigslen Episkopats wahrheits- und
pflichtgcmaess berichtet haben. Ncben viel Troestlichem und
Erhebendem aus dem Bekennerkampf ihrer Glaeubigen haben
sie bei aller Licbe zu Volk und Vaterland und bei allem
Bestreben nach abgewogenem Urteil auch unendlich vie]
Herbes und Schlimmes nicht ûbergehen koennen. Nachdem
Wir ihre Darlcgungen vernommen, durften Wir in innigem
Dank gegen GoLt mit dem Apostel der Liebe sprechen : Eine
groessere Frev.de habe ich nicht, als wenn ich hoere : meine
Kinder wandeln in der Wahrheit. (III Joh. iv.) Der Unserem
veranlwortungsvollen apostolischen Amt ziemende Freimut
und der Wille, Euch und der gesamten christlichen VVelt
die Wirklichkcit in ihrer ganzen Schwere vor Augen zu
stellen, fordern von Uns aber auch, dass Wir hinzufùgen :
Eine groessere Sorge, ein herberes Hirtenleind habèn Wir
nicht, ais wenn Wir hoeren : viele verlassen den Weg der
Wahrheit (Vgl. // Petr. n, 2.)
Als Wir, Ehrwùrdige Brùder, im Sommer 1933 die Uns
autrefois le lumineux message, la bonne nouvelle du Christ et
du Royaume de Dieu.
Cette inquiétude n'a pas été diminuée par ce que les représen­
tants du vénérable Episcopat, venus Nous visiter à Notre chevet
de malade, Nous ont fait connaître, conformément à la vérité el
comme c'était leur devoir. A des nouvelles bien consolantes et édi­
fiantes sur la lutte pour la foi que mènent leurs fidèles, ils n'ont
pu s'empêcher, malgré tout l'amour qu'ils portent à leur peuple
et à leur patrie, malgré toute leur application à juger avec mesure,
d'en mêler une infinité d'autres, bien dures et bien mauvaises.
Après avoir entendu leur exposé, Nous pûmes, dans un élan de vive
reconnaissance envers Dieu, Nous écrier avec l'Apôtre de l'Amour :
Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants
marchent dans ta vérité. Mais la franchise qui convient à Notre
charge apostolique, si pleine de responsabilités, et la décision de
mettre sous vos yeux et sous les yeux de tout l'univers chrétien
la réalité dans toute sa gravité Nous obligent d'ajouter : // n'esf
pas de plus grand chagrin ni de douleur plus amère à Notre cœur
de Pasteur, que d'apprendre que beaucoup abandonnent le chemin
de la vérité,
Lorsqu'en été 1933, Vénérables Frères, Nous acceptâmes la négo-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.