COMPARAISON DE LA FLEXION SUR APPUI SIMPLE

De
Publié par

1 COMPARAISON DE LA FLEXION SUR APPUI SIMPLE D'UNE POUTRE HOMOGENE ET D'UNE POUTRE SANDWICH x 1 x 1 3x 3x 2h 2h e e Figure 1 : Géométrie des poutres étudiées Le but de cet exercice est de prendre conscience de l'importance qu'il y a à mettre le matériau qu'il faut à l'endroit où il faut pour avoir des structures à la fois légères et résistantes. La comparaison proposée porte sur deux poutres de section rectangulaire (figure 1), l'une réalisée en alliage d'aluminium (longueur 2l, hauteur 2h, épaisseur b), l'autre constituée de ce même alliage, collé sur un cœur de mousse polyuréthane. Ce deuxième assemblage présente environ la même masse que le premier, les tôles d'aluminium utilisées étant deux fois moins épaisses que dans le premier cas. L'épaisseur de mousse vaut 2h. Chacune de ces deux poutres est posée sur deux appuis simples, et chargée ponctuellement en son milieu avec une force ?P (flexion 3 points). 1. Traiter le cas de la poutre homogène, en supposant qu'une section plane de la poutre reste plane. Trouver en particulier les équations qui expriment l'équilibre du milieu curviligne en termes de N, T et M, respectivement effort normal et «effort tranchant», et moment de flexion autour de l'axe 2.

  • résistance au moment de flexion

  • efforts tranchants

  • application numérique

  • contrainte ?11

  • continuité des composantes du tenseur des contraintes aux interfaces

  • mousse

  • poutre


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 256
Source : mms2.ensmp.fr
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
COMPARAISON DE LA FLEXION SUR APPUI SIMPLE D’UNE POUTRE HOMOGENE ET D’UNE POUTRE SANDWICH
Figure 1 : Géométrie des poutres étudiées
Le but de cet exercice est de prendre conscience de l’importance qu’il y a à mettre le matériau qu’il faut à l’endroit où il faut pour avoir des structures à la fois légères et résistantes. La comparaison proposée porte sur deux poutres de section rectangulaire (figure 1), l’une réalisée en alliage d’aluminium (longueur 2l, hauteur 2h, épaisseurb), l’autre constituée de ce même alliage, collé sur un cœur de mousse polyuréthane. Ce deuxième assemblage présente environ la même masse que le premier, les tôles d’aluminium utilisées étant deux fois moins épaisses que dans le premier cas. L’épaisseur de mousse vaut 2h. Chacune de ces deux poutres est posée sur deux appuis simples, et chargée ponctuellement en son milieu avec une forceP(flexion 3 points).
1.Traiter le cas de la poutre homogène, en supposant qu’une section plane de la poutre reste plane. Trouver en particulier les équations qui expriment l’équilibre du milieu curviligne en termes de N, Tet M, respectivement effort normal et «effort tranchant», et moment de flexion autour de l’axe 2. Trouver les lois de comportement qui
relient les quantités précédentes aux translations U et Vd’un point
de la ligne moyenne et de la rotationqd’une section.
1
Les poutres étant simplement posées, et le chargement discret, l’effort tranchantTest discontinu au point d’application de la force, et la dérivée du moment l’est aussi. Le moment est nul aux deux extrémités (figure 2 ). Le diagramme de l’effort tranchantTet du moment de flexionMs’obtient en intégrant les équations d’équilibre, en prenant en compte la discontinuité surTdue à la force concentrée enx1=l. On trouve ainsi la forme de la figure 3 . Le moment est négatif, ce qui indique que l’angleqdiminue. Il a effectivement une valeur positive enx1=0, et nulle enx1=l.
six1<l six1>l
:T=P/2 ; :T=P/2 ;
M=Px1/2 M=P(lx1/2)
Figure 2 : Chargement
Figure 3 : Effort tranchant et moment
2.Trouver l’expression de la flèche pour cette poutre. Application numérique : P=160N, l=250mm, E=75000MPa,n=0.3, b=100mm, h=2mm. 3 Nétant nul, la contraintes11est égale àMx3/I, avecI= (2/3)bh. q Pourx1<l, l’angleqest tel que,1=Px1/2EI, et, comme il est nul enx1=l, on a : 2 2 P(xl) 1 q= 4EI La flèche s’exprime : Z Z x1x1 T V=qdx1+dx1 0 0µS En tenant compte du fait qu’elle s’annule enx1=0, il vient : 2 3 Px1Pl x1Px 1 V= +2µS4EI12EI Soit, au milieu de la poutre (x1=l) : 3 Pl Pl V= + 6EI2µS Application numérique : L’ensemble (P=160 N,l=250 mm,E=75000 MPa,n=0.3,
2 b=100 mm,h=2 mm) conduit à : 2 3 2 EI=100×75000×2=40000000 N.mm 3 75000 µS=×100×4=5769231 N 2×1.3 v= (10.41+0.0017)mm Le terme lié à l’effort tranchant est négligeable. POUTRE SANDWICH SUR DEUX APPUIS SIMPLES CHARGE CONCENTREE EN SON MILIEU
3.Indiquer les différences entre la poutre sandwich et la précédente. Etudier en particulier la continuité des composantes du tenseur des contraintes aux interfaces. Donner l’expression de la flèche. Application numérique : P=160N, l=250mm, Ea=75000MPa, Em=20MPa,n=0.3, b=100mm, e=2mm, h=15mm.
Les calculs effectués cidessus restent valables, à condition d’utiliser les valeurs homogénéisées des produitsEIetµS:
3 Pl Pl v= + 6<EI>2<µS>
L’aluminium (Ea,µa), est situé entre les cotes±het±(h+e). La mousse (Em,µm) entre les cotes±h. Il vient donc :
2 3 33 <EI>=b(Ea((e+h)h) +Emh) 3
<µS>=2bhµm
Application numérique : L’ensemble (P=160 N,l=250 mm,Ea=75000 MPa,Em= 20 MPa,n=0.3,b=100 mm,e=2 mm,h=15 mm) conduit à : 2 3 33 <EI>=×100(75000×(1715) +20×15) 3 2 <EI>=7694500000 N.mm 20 <µS>=2×100×15×=23077 N 2×1.3 V= (0.054+0.867)mm
3 4.Montrer qu’il est important que la mousse soit capable d’offrir un minimum de résistance au cisaillement, faute de quoi la flèche due à celuici fait perdre l’avantage offerte par l’assemblage pour ce qui concerne la résistance au moment de flexion. C’est maintenant le terme lié à l’effort tranchant qui est prépondérant.
On note l’importance qu’il y a à conserver un matériau qui possède des propriétés non négligeables comme coeur de la poutre. Ainsi, avec un module d’Young qui de 0,79 MPa au lieu de 20 MPa, on trouverait une flèche de plus de 22 mm, en ayant donc perdu tout l’avantage de l’assemblage «sandwich».
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.