Damien François CONSTRUCTION ET REPRESENTATION DE LA SIMULTANEITE ...

De
Publié par

  • dissertation
Damien François CONSTRUCTION ET REPRESENTATION DE LA SIMULTANEITE , DE L'UBIQUITE ET DE L 'IMMEDIATETE ECRITURE ET LECTURE CINEMATOGRAPHIQUES DU SURSIS DE SARTRE NOUVELLE ORTHOGRAPHE Dies ist eine Vorabveröffentlichung der Dissertation. Sie wird durch eine von den Gutachtern genehmigte Fassung ersetzt. This is a prepublication of the thesis. It will be replaced by the approved thesis. Anmerkung / Annotation
  • source d'erreur, d'hésitation, de désarroi et d'attente
  • early film
  • ist das dynamische
  • videoclips die
  • popkultur und
  • mtv
  • simultanéité diégétique
  • der spiegel
Source : sylvester.bth.rwth-aachen.de
Nombre de pages : 339
Voir plus Voir moins

'
L
'
Anmerkung / Annotation
Dies ist eine Vorabveröffentlichung der Dissertation. Sie wird
durch eine von den Gutachtern genehmigte Fassung ersetzt.
This is a prepublication of the thesis. It will be replaced by the
approved thesis.
Damien François
CONSTRUCTION ET REPRESENTATION DE LA
SIMULTANEITE , DE L UBIQUITE ET DE
IMMEDIATETE
ECRITURE ET LECTURE CINEMATOGRAPHIQUES DU
SURSIS DE SARTRE
NOUVELLE ORTHOGRAPHE.
,
,
)
,
/
(
:
2
"Au départ, l'art du puzzle semble un art bref, un art mince, tout entier contenu
dans un maigre enseignement de la Gestalttheorie: l'objet visé - qu'il s'agisse d'un
acte perceptif, d'un apprentissage, d'un système physiologique ou, dans le cas qui
nous occupe, d'un puzzle de bois - n'est pas une somme d'éléments qu'il faudrait
d'abord isoler et analyser, mais un ensemble, c'est-à-dire une forme, une structure:
l'élément ne préexiste pas à l'ensemble, il n'est ni plus immédiat ni plus ancien, ce
ne sont pas les éléments qui déterminent l'ensemble, mais l'ensemble qui
détermine les éléments: la connaissance du tout et de ses lois, de l'ensemble et de
sa structure, ne saurait être déduite de la connaissance séparée des parties qui le
composent: cela veut dire qu'on peut regarder une pièce d'un puzzle pendant trois
jours et croire tout savoir de sa configuration et de sa couleur sans avoir le moins
du monde avancé: seule compte la possibilité de relier cette pièce à d'autres
pièces, et en ce sens il y a quelque chose de commun entre l'art du puzzle et l'art
du go; seules les pièces rassemblées prendront un caractère lisible, prendront un
sens: considérée isolément une pièce d'un puzzle ne veut rien dire; elle est
seulement une question impossible, défi opaque; mais à peine a-t-on réussi, au
terme de plusieurs minutes d'essais et d'erreurs, ou en une demi-seconde
prodigieusement inspirée, à la connecter à l'une de ses voisines, que la pièce
disparait, cesse d'exister en tant que pièce: l'intense difficulté qui a précédé ce
rapprochement, et que le mot puzzle - énigme - désigne si bien en anglais, non
seulement n'a plus de raison d'être, mais semble n'en avoir jamais eu, tant elle est
devenue évidence: les deux pièces miraculeusement réunies n'en font plus qu'une,
à son tour source d'erreur, d'hésitation, de désarroi et d'attente". ( Perec , Georges
La vie mode d'emploi , 1978, Paris: Hachette [coll. Le Livre de poche, 5341], p.
15-16 (en italiques dans l'original).
"All things are connected. Whatever befalls the earth befalls the sons and
daughters of the earth. Man did not weave the web of life; he is merely a strand in
it. Whatever he does to the web, he does to himself". ( Seattle Chief): How Can
One Sell the Air? ( Gifford, Eli Cook Michael R. [Ed.] , 1996, Göttingen:
Lamuv, p. 84).
"No talk is ever given without first indicating your humility. «I am an ignorant
man; I am a poor man» - all the talks start this way - «I don't know nearly as much
as you men sitting around here, but I would like to express my humble opinion»,
and then he'll knock you down with logic and wisdom". ( Quetone, Allen
[Kiowa]: "The Modern Indian's Dilemma", in: Morey , Sylvester M ./ Gilliam
Olivia : Allen C. Respect for Life: The Traditional Upbringing of American
Indian Children , 1974, Garden City: Waldorf Press, p. 151).
"The aphoristic and fragmentary nature of McLuhan 's discourse, is «weird and
hybrid dabbling» in «scientific mysticism», as Lapham puts it, have all become
familiar as a postmodern style of writing and, equally important, historical
investigation [...]. One of the reasons McLuhan chose aphorism as his favored
means of expression is that aphorism - like television - is by nature incomplete.
Aphorism requires «participation on the part of the person regarding it or thinking
about it», and is therefore the language, he believes, of teaching" ( McLean
Adrienne L.: "Media Effects. Marshall McLuhan , Television Culture, and The
X-Files ", in: Film Quarterly , 4, 51, Summer 1998, Berkeley, p. 4 and 6) (en
italiques dans l'original)3
1. INTRODUCTION
1.1 SARTRE ET MTV.................................................................................................................... 7
1.2 LA SIMULTANÉITÉ D'UN POINT DE VUE ETHNO-ANTHROPOLOGIQUE............................... 23
1.3 COMPACT WORLD OU LA VAGUE DÉFERLANTE DE L'INSTANTANÉITÉ ET DE LA
SIMULTANÉITÉ ......................................................................................................................... 25
1.4 LE REGARD PARALLÈLE DE LA TÉLÉSURVEILLANCE........................ 38
2. L'ESPACE ET LE TEMPS
2.1 L'ESPACE DU TEMPS ........................................................................................................... 48
2.2 LE FORMATAGE DES GÉNÉRATIONS................... 64
2.3 LES FLUCTUATIONS ENTRE L'OBJECTIF ET LE SUBJECTIF................ 70
2.4 LA POÉTIQUE DU MONTAGE ............................................................................................... 80
2.5. L'APPLICATION DE LA NOTION DE MONTAGE À LA LITTÉRATURE .................................. 88
2.6 LE PARALLÉLISME LITTÉRAIRE......................... 95
3. LA REPRÉSENTATION DE LA SIMULTANÉITÉ
3.1 LES DIFFÉRENTES CONFIGURATIONS DE LA SIMULTANÉITÉ ET L'ARTICULATION DE LA
CONTINUITÉ.............................................................................................................................. 98
3.2 MONTAGE ET SIMULTANÉISME........................ 102
3.3 LA SIMULTANÉITÉ PRÉ-FILMIQUE ET LE LANGAGE CINÉMATOGRAPHIQUE .................. 107
3.4 LA CRÉATION PAR LA RÉCEPTION.................................................................................... 112
3.5 LA CONSTRUCTION DE LA SIMULTANÉITÉ DANS LA CONSCIENCE DU RÉCEPTEUR......... 120
4. L'EXPÉRIENCE COLLECTIVE
4.1 LA VIE PAR PROCURATION ............................................................................................... 125
4.2 LA FOULE ET LE MONTAGE CINÉMATOGRAPHIQUE: LE SURSIS COMME HYPERTEXTE . 135
4.3 ÉNONCIATION ET EXTÉRIORITÉ....................................................................................... 1474
4.4 L'ANTI-PSYCHOLOGISME NOIR ........................................................................................ 151
4.5 LES RAPPORTS CINÉMA ET LITTÉRATURE ....................................................................... 156
4.6 LA LECTURE DE LA RÉALITÉ............................ 161
5. LES SYSTÈMES PARALLÈLES
5.1 L'ÉCRITURE CINÉMATOGRAPHIQUE................................................................................ 164
5.2 LES ARTICULATIONS MACROSTRUCTURALE ET MICROSTRUCTURALE .......................... 176
5.3 UNE SEMAINE DE SURSIS PRATIQUE................. 179
5.4 LA VITESSE DISCURSIVE, GARANTIE DE LA SIMULTANÉITÉ DIÉGÉTIQUE....................... 187
5.5 LA LECTURE DE L'IMAGE ................................................................................................. 190
6. LA COMPOSITION DU MOMENT
6.1 LANGAGE ET LINÉARITÉ .................................................................................................. 195
6.2 REPRISE, TRANSIT ET PIVOT SCRIPTURAL....... 202
6.3 LE RACCORD SELON LE PRINCIPE DE CAUSALITÉ............................ 208
6.4 L'ÉCRIT DANS TOUS SES ÉCRITS....................................................................................... 216
6.5 LE DÉSIR OMNIPRÉSENT DE L'OMNIVOYANCE................................. 225
6.6 LE SYNTAGME ALTERNÉ .................................................................. 232
7. LE MONDE SELON SARTRE
7.1 LA LECTURE CINÉMATOGRAPHIQUE - LA CONCEPTION SARTRIENNE DU LECTEUR....... 238
7.2 DIÉGÈSE LITTÉRAIRE - DIÉGÈSE FILMIQUE - CYBERESPACE .......................................... 247
7.3 LE MONDE VIRTUEL DU SURSIS ........................................................ 259
7.4 LE SURSIS, TEXTE VISIONNAIRE....................................................... 262
7.5 LE CÉRÉBRISME CONSTRUCTIVISTE ................................................ 269
CONCLUSION: L'AÉROPORT COMME MÉTAPHORE POUR LA PENSÉE.....................2755
BIBLIOGRAPHIE................................................................................................................... 2896
1


1
Photogramme reproduit dans Polster , Bernd (Hrsg): West Wind. Die Amerikanisierung Europas, 1995, Köln:
DuMont, p. 241.1
"
:
,
,
8
7
1
Press/Abacus.

8
7
.
3
2
3
.

6
4
2
6
5
5
,
4
7
1. INTRODUCTION
1.1 SARTRE ET MTV
"Une fois de plus je zappe sur MTV" . Voilà des paroles qu'auraient pu prononcer Jean-Paul
Sartre ; en effet, il était fan de MTV ! Le philosophe existentialiste était tellement souvent
rivé à l'écran de son téléviseur que l'esthétique de cette chaine américaine l'a influencé dans
Le sursis , deuxième tome de la tétralogie inachevée Les chemins de la
liberté
Il s'agit en effet d'une puissante influence car, "so hat MTV die Welt, wie wir sie kannten,
verändert [...]. Hat Kameraführung, Schnitt-Technik und Animation stärker beeinflußt als alle
Filmhochschulen der Welt" . Au cinéma, l'exemple le plus connu et le plus discuté de cette
influence est à coup sûr le film Natural Born Killers (1994) d' Oliver Stone, "an investigation
into the limits of filmic representation" , qui compte plus de 2.400 coupes alors
Coupland, Douglas : Generation X. Tales for an Accelerated Culture , 1991, New York/London: St Martin's
Jourdain , Louis-Marie : Pop , 1997, Paris: Seuil, p. 213.
Pour un historique de la chaine musicale américaine MTV (Music Television), voir Eudes, Yves : "Le rock and
roll est aussi un marché. MTV. Musique, télévision et profits planétaires", in: Le Monde diplomatique , 497, août
1995, Paris, p. 6-7. Pour une évaluation d'ensemble du "phénomène MTV", consulter Rushkoff, Douglas: "The
MTV Revolution. Warfare in the Simulacre", in: Media Virus , 1994, New York: Ballantine Books, p. 126-175.
Sur cette question, lire Bertrand , Marc : "À propos de l'inachèvement des Chemins de la liberté ", in: Idt
Geneviève (Sous la direction de): Études Sartriennes , VI: Sartre en sa maturité , 1995, Nanterre: Centre de
Recherches Interdisciplinaires sur les Textes Modernes de l'Université de Paris X (coll. ritm, 11), p. 93-107.
L'édition que je cite ci-dessous est celle des Oeuvres romanesques de Sartre (Édition établie par Michel
Contat et Michel Rybalka avec la collaboration de Geneviève Idt et de George H. Bauer , 1981, Paris:
Gallimard [coll. Bibliothèque de la Pléiade ], p. 731-1133).
Nink , Stefan : "Video kills radio. Die Ästhetik und Animation vom MTV veränderten mit Videoclips die
Popkultur und Marktmechanismen von Grund auf", in: Rolling Stone , 11, November 1997, Hamburg, p. 11
(encart "Die musikalischen Meilensteine der '80er").
Smith , Gavin: " Oliver Stone . Why do I have to provoke?", in: Sight and Sound , 4, 12, December 1994,
London, p. 10.
" Natural Born Killers fonce à 25 plans/minutes, 3.000 plans en deux heures [...]. Du cinéma MTV" ( Carrière
Christophe : "Violence et cinéma", in: Actuel , 46, octobre 1994, Paris, p. 103). À propos du film d' Oliver Stone
appropriated by MTV over the past ten years, then feeding back as a critique of representation" ( Smith , Gavin
Oliver Stone . Why do I have to provoke?", op. cit., p. 10).
un critique a écrit: "Reclaiming in one sweep all the post-war American avant-garde experimental film techniques
, publié en septembre 1945 chez Gallimard à Paris
l'écriture de son roman
"Tales for an accelerated culture"5

:
3
,
1
.

4
1
3
2
5
4
.
.
2
8
qu'habituellement un film de 90 minutes en compte environ 600: "Un mélange impromptu
Syberberg
Dans Le sursis Sartre entremêle et entrecoupe "à grande vitesse" un nombre extrêmement
Chemins de la liberté
De fait, le "style MTV" ou "MTV look" , dont les clips vidéo ont été apparentés à des "visual
, qui a si profondément marqué Sartre , parait si neuf parce qu'il symbolise en
zum Ende gehört, man hat mitgelebt und sie allmählich mit ihren
Höhe- und Tiefpunkten schätzen gelernt. Man wuchs langsam
hinein. Durch den programmierbaren CD-Player hat sich alles
verändert. Man wählt einzelne Nummern, die einen direkt
ansprechen, der Rest wird übersprungen. Die Folge davon ist "eine
Verminderung des ästhetischen Reichtums: man benutzt Musik
lieber als sich ihr zu überlassen". MTV hat eine ähnliche Wirkung.
Hier werden Clips aneinandergeschaltet, gelegentlich unterbrochen
von ein wenig Gerede und Nachrichten - das alles in einer künstlich
aufgepeitschten Stimmung. Das geduldige, konzentrierte Anhören
Mongin , Olivier : La violence des images ou comment s'en débarasser? , 1997, Paris: Seuil (coll. La couleur
des idées), p. 36.
"The groundbreaking promotional spots Pellington created for MTV were so much a part of the channel's feel
that he would later be credited with helping to define the so-called «MTV look»" ( Neely , Kim : Five Against
One. The Pearl Jam Story , 1998, New York/London: Penguin, p. 112).
Rushkoff, Douglas : "The MTV Revolution. Warfare in the Simulacre", op. cit., p. 128. "MTV promotional
spots, incorporating rapid-fire editing and the juxtaposition of found images, sound, and text with film sequences
[...] create a collagelike effect" ( Neely , Kim : Five Against One. The Pearl Jam Story , op. cit., p. 112).
Titre d'un rapport de Simon Nora et Alain Minc (1978, Paris: La Documentation française).
Hungry for Heaven. Rockmusik, Kultur und Religion , 1997, Düsseldorf: Patmos, p. 72. Corrélativement,
certains estiment que MTV a "tué" la musique en lui superposant des images: "Ce que le rock a perdu, c'est
probablement MTV qui le lui a enlevé. En imposant des images à une chanson, les clips ont détruit une
composante très importante de la musique" ("Interview with Jeff Ament and Robbi Robb", in: Télémoustique
10/8/1996, Bruxelles, p. 42). Eddie Vedder , chanteur du groupe rock Pearl Jam, dont Jeff Ament est le
bassiste, met en évidence l'inévitable nivellement de l'imaginaire que les images imposées à une chanson
provoque: "«Before music videos first came out, you'd listen to a song with headphones on, sitting in a beanbag
chair with your eyes closed, and you'd come up with your own visions, these things that came from within»,
Eddie told the MTV crew. «Then, all of a sudden, sometimes even the very first time you heard a song, it was
with these visual images attached, and it robbed you of any form of self-expression»" ( Neely , Kim : Five Against
One. The Pearl Jam Story , op. cit., p. 113). Voir également Tilgner, Wolfgang : "Video tötet den Radiostar", in:
Psalmen Pop und Punk. Populäre Musik in den USA , 1993, Berlin: Henschel, p. 458-464. Il faut néanmoins
remarquer que cette pratique "illustrative" existait déjà aux débuts du cinéma: "During this period the Magic
Lantern slide was often used as a song slide, a visual illustration accompanying popular songs" ( Gunning, Tom
Holman, Roger : Cinema 1900/1906: An Analytical Study , vol. 1,
1982, Bruxelles: F.I.A.F., p. 221).
"The Non-Continuous Style of Early Film", in:
von Musik ist unmöglich geworden
Früher hat man eine Grammophonplatte respektvoll vom Anfang bis
et, en particulier, de la musique: quelque sorte la numérisation-"informatisation de la société"
collage[s]"
que partagent la chaine musicale et le deuxième tome des
élevé de séries évènementielles; on peut donc dire que la rapidité du montage est une propriété
et les clips de la MTV" entre
,
2
,
/
4
:
1

1
/
3
2
,
1
:
4
/
.
3
(
2
(
9
Dans ce passage tiré de son livre sur les rapports entre musique rock, culture et religion -
étude dans laquelle Jean-Paul Sartre est le personnage le plus souvent cité! - Jan Koenot
indique à raison que le "style MTV" se caractérise avant tout par un "montage court" très
rapide qui est parfois, il faut l'avouer, énervant: "un déluge de couleurs, de mouvements et de
sons, assenés à un rythme à la fois infernal et très maitrisé [...]. Montages rythmés,
foisonnement de sons et de couleurs, mouvements de caméras vertigineux" . C'est justement
cette vitesse discursive, "à la fois infernal[e] et très maitrisé[e]", qui fait que ce n'est
qu'aujourd'hui, en cette fin de siècle, que Le sursis pourra non seulement être lu
"correctement" et apprécié à sa juste valeur, mais qu'il pourra également servir de métatexte
Car l'accélération gagne tous les secteurs de la vie. La vitesse elle-
même va toujours plus vite. Avec l'Accélération technique, par fax,
TGV, Chronopost et supersoniques, nous-mêmes sommes
Une légère extrapolation permet par exemple de déceler dans le roman de Sartre la
thématisation d'un phénomène qui touche aujourd'hui une grande partie des jeunes, la
"génération X" , appelée par certains "génération MTV" - c'est-à-dire la génération née
"Procédé de montage visant à créer un effet d'accélération ou de précipitation par la succession de plans très
brefs" ( Pinel, Vincent: "Montage court", in: Vocabulaire technique du cinéma , 1996, Paris: Nathan [coll.
cinéma/image-réf.], p. 257).
Eudes, Yves : "Le rock and roll est aussi un marché. MTV: musique, télévision et profits planétaires", op. cit.,
p. 6. Dans son étude Medien-Zeit. Medien-Raum. Zum Wandel der raumzeitlichen Wahrnehmung in der
Moderne , Götz Großklaus n'hésite pas à faire de la vitesse, que Jean Baudrillard qualifie de "triomphe de
l'instantané sur le temps comme profondeur" ( Amérique , 1986, Paris: Grasset et Fasquelle [coll. Livre de poche-
biblio essais , 4080], p. 12), une des propriétés fondamentales de l'esthétique télévisuelle: "Die televisionale
Wahrnehmungsorientierung spielt sich bis an die physiologischen Grenzwerte beschleunigt ab; ihr
Ordnungsmuster ist das dynamische Mosaik; ihr Verfahren das einer hyperaktiven und hypermobilen Reizpunkt-
Collage" (1995, Frankfurt am Main: Suhrkamp [ suhrkamp taschenbuch wissenschaft, 1184], p. 129).
Morin , Edgar Kern , Anne Brigitte : Terre-Patrie, 1993, Paris: Seuil, p. 111.
Depuis les années 1960 et le véritable avènement de la télévision, les médias jouent un rôle de plus en plus
important dans la constitution, le "formatage", des générations. Pour comprendre si et "wie Medien - von
Jukebox, Film und TV über PC, CD und MTV bis zu Hypertext und Cyberspace - neue Generationen
form(at)ieren", voir Hörisch, Jochen (Hrsg.): Mediengenerationen , 1997, Frankfurt am Main: Suhrkamp
suhrkamp taschenbuch , 2697) (citation extraite du texte de la 4 de couverture); consulter aussi Giesecke
Michael : Sinnenwandel, Sprachwandel, Kulturwandel. Studien zur Vorgeschichte der Informationsgesellschaft
1998 (1992), Frankfurt am Main: Suhrkamp ( suhrkamp taschenbuch wissenschaft , 997). Pour de plus amples
renseignements sur cette "génération X", que certains considèrent comme une "anti-génération", voir Howe
thNeil Strauss, Bill : 13 Gen. Abort, Retry, Ignore, Fail? , 1992, New York: Vintage Books; Loret , Alain
Génération glisse. Dans l'eau, l'air, la neige... La révolution du sport des "années fun" , 1995, Paris: Autrement
(série Mutations , 155-156); Rushkoff, Douglas The GenX Reader , 1994, New York: Ballantine Books
Sociology ); Mahedy , William Bernardi , Janet : A Generation Alone: Xers Making a Place in the World, 1994,
Downers Grove, Ill.: Inter Varsity Press; Tulgan, Bruce : Managing Generation X , 1996, Santa Monica: Merritt;
Males , Mike : Scapegoat Generation. America's War on Adolescent , 1996, Monroe: Common Courage Press;
Esprit, octobre 1996, Paris, p. 5-109, dossier: "Les orphelins des trente glorieuses"; Die Eigensinnigen.
ème
accélérés... C'est la course, qui s'emballe, de toute une civilisation
du monde contemporain:
/
2
/
2
5
2
3
/



4
/
,
:

1
4
,

)
5
3
/
10
grosso modo entre 1960 et 1980 -, et dont l'origine serait, pour beaucoup, à imputer au "style
MTV": je veux parler de la fameuse "short attention span", ce qui signifie en français
Cette soi-disant "défaillance" fait par exemple partie intégrante du caractère des deux
personnages du dessin animé Beavis and Butt-Head (créé par Mike Judge , diffusé sur
MTV. Cette série, dont la diffusion a été suspendue aux États-Unis fin 1997, mérite la
qualification de "méta-MTV", tant elle réfléchit à la perfection, avec beaucoup d'ironie et
d'humour cependant, le monde actuel tel qu'il est perçu par beaucoup de jeunes gens - et
même de moins jeunes. Cette courte capacité d'attention semble de fait caractéristique; ainsi,
on peut même trouver des références à ce "phénomène" dans la littérature: "Thomas had
received a pardon because of Victor's short attention span" . D'aucuns ont même incriminé
MTV d'avoir des conséquences désastreuses sur "die Sehhaftigkeit von Jugendlichen
(netzhautgefährdende Schnipsel-Sequenzen!)" , alors que pour d'autres, la rapidité discursive
The videos also adhere to this principle. MTV is dominated by
quick-cut videos, which disallow any attempt by the viewer to
create a continuous experience over time. The fact that these videos
do not linger on an image for long is not simply to cater to the short
attention spans of its young viewers. In fact, what may seem like a
muddle of random images for viewers unaccustomed to the MTV
style is quite comprehensible to those who have been raised on a
more discontinuously styled media. Until MTV the shortest edit
duration considered permissible by filmmakers was two seconds.
Anything shorter was thought to be too quick for an audience to
Selbstportrait einer Generation , November 1994, Hamburg: Der Spiegel ( Spiegel Special ); Goebel
Johannes Clermont, Christophe : Die Tugend der Orientierungslosigkeit , 1997, Berlin: Volk & Welt; Koenot
Jan : Hungry for Heaven. Rockmusik, Kultur und Religion , op. cit., p. 89-94.
Par exemple Nathaniel Wice dans "Generalization x", in: Rushkoff, Douglas The GenX Reader , op. cit., p.
283; Gerken, Gerd : Multimedia: Das Ende der Information - Wie Multimedia die Welt des Managements
verändert - Exformation statt Information , 1996, Düsseldorf/München: Metropolitan, p. 83.
th 1960 et 1980 sont des dates approximatives; certains parlent de 1961 et 1981 ( Howe , Neil Strauss, Bill : 13
Gen. Abort, Retry, Ignore, Fail? , op. cit.), ou 1963 et 1981 ( Tulgan, Bruce : Managing Generation X , op. cit.),
voire même 1965 ( Tuma , Thomas : "Der programmierte Frust", in: Der Spiegel , 48, 24/11/1997, Hamburg, p.
278). Pour les sciences humaines "classiques" cependant, une génération équivaut à une "période d'environ trente
ans (un degré de filiation ou distance temporelle entre des enfants adultes et autosuffisants et leurs parents)
Gresle, François Panoff , Michel Perrin, Michel Tripier, Pierre : "Génération", in:
Dictionnaire des sciences humaines. Anthropologie/Sociologie, 1995 , Paris: Nathan [coll. réf.], p. 150).
Sur Beavis & Butt-Head, lire "Hehehe, uhuhuhu: Die Zeichentrickfiguren Beavis & Butt-Head bringen das
Der Spiegel , 42, 18. Oktober 1993, Hamburg, p. 272.
Alexie, Sherman : Reservation Blues , 1995, New York: The Atlantic Monthly Press, p. 17.
Nink , Stefan : "Video kills radio. Die Ästhetik und Animation vom MTV veränderten mit Videoclips die
Popkultur und Marktmechanismen von Grund auf", op. cit. Ce qui ne semble pas gêner les jeunes, au contraire:
"Nous, on aime les trucs qui vont vite" (Antoine, 9 ans, cité in Pélegrin, Dominique-Louise : "Enquête: les
jeunes et les écrans", in Télérama, 2563, 24 février 1999, Paris, p. 14).
amerikanische TV-Publikum in Wallung", in:
séparant les êtres humains" (
de MTV favorise au contraire le travail cérébral:
"faible/courte capacité d'attention".

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.