Espace de recherches artistiques et d'expérimentations

Publié par

  • exposé
Espace de recherches artistiques et d'expérimentations Galerie FJ 4, rue de la Réunion Bourgogne Casablanca — Morocco Tél. +212 5 22 26 49 23 & +212 6 61 41 37 02 Mustapha AkriM Younes BABA-Ali Meryem El Alj jamila lAMrAni Guy liMonE Younes rAhMoun Sophia TAzi
  • artiste des conditions de travail dignes
  • œuvres dans l'espace urbain
  • dimensions variables
  • person- nalités artistiques
  • galerie fj —
  • art-fair
  • art fair
  • œuvres
  • installations
  • installation
  • artistes
  • artiste
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 86
Tags :
Source : galeriefj.com
Nombre de pages : 41
Voir plus Voir moins

Espace de recherches artistiques et d’expérimentations
Galerie FJ
Mustapha AkriM jamila lAMr Ani Sophia TAzi
4, rue de la Réunion Bourgogne
Younes BABA-Ali Guy liMonECasablanca — Morocco
Tél. +212 5 22 26 49 23 & +212 6 61 41 37 02 Meryem El Alj Younes rAhMoun
www.galeriefj.magalerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.2
l a galerie
, un espace
de recherches Fj
artistiques et
d’expérimenta-
Depuis 2008, la Galerie FJ soutient ardem- grand coup. Elle invita Faouzi Laatiris à produire tions ment les artistes contemporains du Maroc et une exposition inédite, entièrement habitée de
d’ailleurs. Son inauguration, avec la première pièces réalisées spécifquement pour les quel-
2 exposition personnelle de Faouzi Laatiris au ques 300m de la galerie et entremêlant dessins,
Maroc, intitulée « Dimensions variables », fut le installations monumentales et vidéos. Ce geste
fruit d’un engagement de plusieurs années en- audacieux annonça d’emblée le positionnement
tre la galeriste et l’artiste, aujourd’hui invité à la de la Galerie FJ dans le paysage artistique du
12ème Biennale d’Istanbul curatée par Adriano royaume. Il s’agit pour Fatma Jellal de mettre en
Pedrosa et Jens Hoffmann. Reconnaissant en avant des artistes essentiellement contempo-
l’initiateur de l’atelier « Volume et Installation » rains et de donner à de jeunes artistes marocains
de l’Institut National des Beaux Arts de Tétouan, les moyens de créer et de mettre en lumière
le précurseur de toute une génération d’artistes leur démarche, souvent méconnue sur la scène
marocains, Fatma Jellal décida de marquer un internationale davantage tournée vers >le Moyen-galerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.3
Orient que vers l’Afrique du Nord. Elle déclare : « Younès Rahmoun a fait ce choix, se positionnant fut offert à l’artiste des conditions de travail dignes
L’artiste doit avoir une liberté totale pour exprimer en véritable ambassadeur du Maroc à l’étranger, des plus grandes galeries: une résidence de plu-
sa démarche. Peu importe le médium qu’il utilise. et rejoignant ainsi Fatma Jellal dans une aventure sieurs mois et un budget de production important.
L’essentiel est ce qu’il véhicule. C’est la raison sans précédent, participant du développement Conçue comme un scénario au sein duquel les
pour laquelle je suis entièrement à son écoute, culturel et artistique du territoire. La galerie FJ travaux se répondent et tissent des liens de com-
jusqu’à l’aboutissement de son projet. J’essaie de est donc aujourd’hui le représentant exclusif au plémentarité ou d’opposition, l’exposition inspirée
l’accompagner dans ses moindres soubresauts Maroc de cet artiste remarqué à ses débuts par des villes du Maroc naquit de recherches sur la
tout en lui laissant une très grande autonomie. » Jean-Louis Froment et travaillant régulièrement couleur dans la lignée de Delacroix, Matisse ou
avec des curateurs internationaux tels que Jérôme Klee et de collaborations étroites avec des artisans
En 2009, ce fut le tour de Meryem El Alj de Sans, Abdellah Karroum et Brahim Alaoui. Younès locaux. Peu après, Fatma Jellal confa le commis-
se voir confer une exposition personnelle. L’expo- Rahmoun a exposé dans les hauts lieux de l’art sariat de la première exposition collective de la
sition « Peintures » de l’artiste marocaine formée à contemporain mondiaux tels que le musée d’art galerie FJ à la curator Bérénice Saliou, diplômée
l’Ecole des Beaux Arts de Nîmes sous la houlette moderne Arabe du Quatar qui acquit l’oeuvre du Goldsmiths College à Londres. Intitulée « Pro-
des membres du groupe « Support Surface » fut le « Zahra Zoujaj, le Carrousel du Louvre pour Paris fondeurs de champs », l’exposition réunissait des
résultat de deux années de travail et de dialogue Photo ou encore à la Biennale des Canaries et à œuvres de Ninar Esber, Katia Kameli, Faouzi
avec la galeriste. Lors de la phase de préparation la Biennale de Dakar. Laatiris, Guy Limone, Younès Rahmoun et Burçu
de son exposition qui rassemblait des oeuvres Yagcioglu, confrontant ainsi des pièces d’artistes
composites et monumentales, des carnets à Soutenir les artistes du territoire est une né- de la galerie, avec des travaux d’artistes invités.
dessin, des petites peintures et des ébauches, cessité. Un travail de fourmi que Fatma Jellal sou- Interrogeant la notion de territoire, tant spatial
Meryem El Alj installa son atelier à l’étage de l’es- haite mener aussi loin que possible. Cependant, que corporel, symbolique, culturel ou intérieur, les
pace afn de s’en imprégner et de se rapprocher rendre visibles les formes de la création contem- œuvres, majoritairement bidimensionnelles, effleu-
des visiteurs. Deux ans plus tard, la galerie offrit à poraine internationale dans un pays dépourvu de raient les limites du minimalisme tout en soulevant
nouveau l’opportunité à la peintre de montrer les structures étatiques dévolues à la monstration en fligrane des problématiques d’ordre sociétal et
avancées récentes de son travail, sous le commis- de l’art constitue une véritable mission pour la politique.
sariat de la curator Fatima Mazmouz, témoignant galeriste, qui entend également participer au dé-
ainsi d’un soutien sans faille et dans la durée, aux veloppement d’un marché de l’art averti, au fait La Galerie FJ se veut un lieu de vie ouvert
artistes qu’elle représente. des dernières évolutions. Environ un an après aux autres domaines artistiques et propice à l’ac-
son ouverture, la galerie FJ a donc amorcé un cueil d’événements de natures diverses tels que
Rares sont les artistes marocains qui, une tournant avec l’exposition en deux volets « Loune des workshops, rencontres, résidences d’artistes
fois le cap de la reconnaissance internationale Dial Hna » et « Zrek Dial Hna » de Guy Limone, et soirées spéciales. C’est ainsi que la chanteuse
passée, demeurent au pays. Parmi les person- artiste Français de renom représenté sur le terri- Touria Hadraoui et le poète Abdalah Zrika donnè-
nalités artistiques les plus en vue au Maghreb, toire européen par la galerie Emmanuel Perrotin. Il rent un récital de chants et poésies lors >de l’expo-galerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.4
sition « Dimensions variables » de Faouzi Laatiris, « Mon vœu le plus cher est d’inscrire des œuvres
que l’éminent poète, compositeur et dramaturge dans l’espace urbain » dit-elle. « Des œuvres en
Ahmed Taïeb El Alj fut invité pour une soirée de totale adéquation avec notre époque. Il est grand
poésie dans la pure tradition du Zajal, lors de temps d’agir en profondeur sur le milieu de l’art
l’exposition “Peintures” de sa flle Meryem El Alj, et de confrmer une éthique qui met en valeur les
qu’une exposition singulière mêlant météorites et œuvres.»
œuvres d’art contemporain mit artistes et scientif-
ques sur un pied d’égalité tout en rassemblant un Forte de ces trois années de projets, de ren-
public varié et que Guy Limone et Younes Baba Ali contres et d’expériences passionnantes, la Galerie
furent sélectionnés pour créer des œuvres dans FJ est aujourd’hui présente à la deuxième édition
l’espace public et donner des workshops dans le de Marrakech Art Fair, fère de défendre en sus
cadre du festival de Casablanca. des artistes qu’elle soutient depuis son origine,
de jeunes artistes prometteurs tels que Mustapha
La galerie FJ jouit d’une situation idéale. Akrim, Jamila Lamrani et Younes Baba Ali.
Située dans le quartier Bourgogne, elle est au
centre d’un périmètre délimité par quatre lycées.
Cette implantation au cœur d’un quartier vivant,
entraine une affluence particulière de jeunes cu-
rieux de se familiariser avec l’art contemporain, et
qui n’hésitent pas à pousser la porte de la galerie
et à interpeller, qui l’artiste, qui la galeriste. Si ce
rôle pédagogique dépasse de loin les missions
traditionnelles d’une galerie, Fatma Jellal souhaite
aller encore plus loin en emmenant l’art contem-
porain en dehors des lieux d’exposition habituels: galerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.5
TheFj
Gallery, a space for
artistic research and
experimentation
Since 2008, FJ Gallery ardently supports contem- of Moroccan artists within the international art scene
porary artists from Morocco and elsewhere. that is traditionally turned towards the Middle East
The opening, with the frst solo show by Faouzi rather than North Africa. She says: “Artists need a total
Laatiris in Morocco, entitled “Variable Dimensions” freedom to do their work, no matter the medium they
was the result of many years of engagement between work with. The most important is what they express.
the gallerist and the artist, who, today, is invited at the That is the reason why I am always keen on listening
12th Istanbul Biennale, curated by Adriano Pedrosa to them, until the accomplishment of their projects. I try
and Jens Hoffman. As the initiator of the “Volume and to accompany them all along their creative processes
Installation” course of the National Fine Art Institute in while giving them a lot of autonomy.”
Tetuan, Faouzi Laatiris was the precursor of a whole
generation of Moroccan artists. Fatma Jellal decided In 2009, Meryem El Alj was invited for a solo
to celebrate this exemplary engagement and invited show. This Moroccan artist was trained at Nîmes Fine
him to create a completely new exhibition that min- Art School by the members of the “Support Surface”
gled drawings, large-scaled installations and videos, group. Her exhibition at the FJ gallery was the fruit of
2produced for the 300m of the gallery specifcally. This two years of work and dialogue with the gallerist. The
audacious gesture announces straight away the posi- show, called “Paintings” gathered composite and large-
tion of the FJ Gallery within the artistic landscape of the scaled artworks, sketchbooks, small paintings >and pre-
kingdom. Fatma Jellal wants to shed light on the works liminary sketches. During the preparation of the show, galerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.6
El Alj installed her studio on the frst foor of the gallery, in changed tack with the two parts exhibition: « Loune Dial framework of the Casablanca Festival, a singular exhi-
order to “feel” the space and get closer with the visitors. Hna » and « Zrek Dial Hna » by renowned French artist bition mingled meteorites and contemporary art works
Two years later, the gallery offered another opportunity Guy Limone, represented in Europe by Emmanuel Per- as a mean to gather publics from diverse origins and
to the artist who could show the recent evolution of her rotin Gallery. The artist was offered working conditions to even the disparities between art and science; artists
work, under the curatorship of Fatima Mazmouz. This worthy of the most important galleries: a few months Guy Limone and Younes Baba Ali were chosen to create
act reveals the unfailing and long-term support that Fatma residency and an important production budget. For artworks for public spaces and give workshops.
Jellal offers to the artists she represents. the exhibition – conceived as a scenario within which
artworks answered to each other and weaved com- The FJ gallery enjoys an ideal location. Located in
Moroccan artists who stay in their home country plementarities and opposition links – Guy Limone was the Bourgogne area, it is at the centre of a perimeter
once their work is being acknowledged are rare. Younes inspired by Moroccan cities and researches on colours delimited by four high schools. This implantation at the
Rahmoun, one of the most popular artists of Morocco following the tradition of famous painters such as De- heart of a living area generates a particular affluence
decided to do so. He became a sort of artistic ambas- lacroix, Matisse and Klee. He also worked closely with of young people, curious to discover contemporary art.
sador of Morocco abroad, joining Fatma Jellal in an ad- Moroccan craftsmen. Shortly afterwards Fatma Jellal They do not hesitate to push the door of the gallery and
venture without precedent that participates in the artistic invited French curator Bérénice Saliou, who graduated to question the artist or the gallerist. Even though this
and cultural development of the territory. Therefore, the from Goldsmiths College in London, to curate the frst pedagogic role is far from the traditional missions of
FJ Gallery is now the only representative in Morocco of collective show of the gallery. Entitled “Depth of Fields” a commercial gallery, Fatma Jellal wants to go further
this artist noticed by Jean-Louis Froment at the early the exhibition gathered artworks by Ninar Esber, Katia and take contemporary art outside of usual exhibition
stage of his career, and who now regularly collaborates Kameli, Faouzi Laatiris, Guy Limone, Younès Rahmoun spaces. “My deepest wish is to inscribe current artworks
with international curators such as Jérôme Sans, Abdel- and Burçu Yagcioglu. It confronted works from artists of within urban spaces. It is in fact more than time to act
lah Karroum and Brahim Alaoui. Rahmoun showed his the FJ Gallery with pieces of invited artists. Mainly bi- deeply in the contemporary art milieu in Morocco and to
work in some of the hottest contemporary art places in dimensional, the artworks skimmed the limits of minima- confrm an ethic that really highlights artworks.”
the world such as the Carousel du Louvre in Paris, Paris lism. They questioned the idea of territory (in reference
Photo, the Canaries and the Dakar Biennale and, lastly to space, body, culture and symbolism) while subtly Today, FJ Gallery is present at the second edition
at the Museum of Modern Art in Qatar, that just bought alluding to social and political issues. of Marrakech Art Fair. Strong of its three years of pro-
the monumental installation “Zahra-Zoujaj” . jects, encounters and exciting experiences, the gallery
The FJ Gallery is a living space, open to other artis- is proud to defend promising artists such as Mustapha
Supporting the artists of the kingdom is a ne- tic domains and suitable for hosting various events such Akrim, Jamila Lamrani and Younes Baba Ali in addition
cessity. It is a laborious task that Fatma Jellal wants to as workshops, lectures, artist’s residencies and special to the artists that it supported from the start.
push as far as possible. However, showing international events. Singer Touria Hadraoui and poet Abdalah Zrika
contemporary art in a country that does not count any gave a ‘songs and poems’ recital during the “Variable
state structures devoted to art is a true mission for the Dimensions” show by Laatiris; during the exhibition of
gallerist who wants to contribute to the development of his daughter Meryem El Alj, eminent poet-composer
a professional art market, aware of the last trends and and playwright Ahmed Taïeb El Alj was invited for a
evolutions. About a year after its opening, the FJ Gallery poem night according to the tradition of Zajal. Within the galerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.7
Younes
Younes Rahmoun développe une œuvre multiple, mêlant des
infuences provenant de son univers personnel, de ses origines,
croyances et expériences. Déclinant un vocabulaire de chiffres,
www.younesrahmoun.com de couleurs et de formes, l’artiste crée des œuvres souvent bel-
les, d’où émane une quête d’universalité. Loin de se restreindre
à l’utilisation d’un seul et même médium, Younes Rahmoun ex-
plore avec curiosité les possibilités que lui offre son époque. Sa
pratique va ainsi de l’installation au dessin en passant par les
nouvelles technologies et le multimédia.
Bérénice Saliou – 2010 galerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.8
« Zahra-Zoujaj », 2010
Verre, miroirs, feutre, LEDs, câbles, baffes,
bois, structure métallique...
Dimensions de la chambre : 700 x 600 x 500 cm
La feur : 50 cm la hauteur
Al-Riwaq Art Space, Mathaf, Doha, Qatar
« Markib-Zahra », 2006
Papier de soie, diodes, câbles électriques et électricité
150 cm ø
Port d’Algésiras, Espagnegalerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.9
«Zahra», 2009
Impression numérique su caissons en plexiglass, néon, câbles et électricité
Dimensions variables
Sala Verónicas, Murcia, Espagnegalerie FJ — document de présentation Marrakech Art Fair — 2008-2011 — p.10
«Un sourir du coeur enchante l’univers», 2011 «Daira» (détail), 2011
Dyptique Série de 5 dessins
28 x 21 cm 28x21cm

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.