La Sainte Bible - L'Exode

De
Publié par

  • exposé - matière potentielle : la situation actuelle
L A SAINTE BIBLE TEXTE DE L à W Â T E , TRADUCTION FRANÇAISE EN REGARD AVEC COMMENTAIRES THÉOLOGIQUES, MORAUX, PHILOLOGIQUES, HISTORIQUES, ETC., RÉDIGÉS D'APRÈS LES MEILLEURS TRAVAUX ANCIENS ET CONTEMPORAINS. ET ATLAS GEOGRAPHIQUE ET ARCHEOLOGIQUE i X * L'EXODE INTRODUCTION CRITIQUE ET COMMENTAIRES Par M. l'abbé H.-J. CRELIER, Ancien professeur de philosophie TRADUCTION F R A N Ç A I S E Par M. l'abbé BAYLE Docteur en Théologie et professeur d'Éloquence sacrée à la Faculté de Théologie d'Aix.
  • difficiles problèmes de l'histoire des antiquités et de la chronologie égyptiennes
  • exode
  • sinaï
  • israélites
  • arrivée des israélites au pied du mont sinaï
  • alliances
  • alliance
  • dieu
  • dieux
  • année
  • années
  • histoires
  • histoire
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 54
Source : liberius.net
Nombre de pages : 318
Voir plus Voir moins

L A
SAINTE BIBLE
TEXTE DE Là WÂTE , TRADUCTION FRANÇAISE EN REGARD
AVEC COMMENTAIRES
THÉOLOGIQUES, MORAUX, PHILOLOGIQUES, HISTORIQUES, ETC., RÉDIGÉS D'APRÈS LES MEILLEURS
TRAVAUX ANCIENS ET CONTEMPORAINS.
ET ATLAS GEOGRAPHIQUE ET ARCHEOLOGIQUE
iX *
L'EXODE
INTRODUCTION CRITIQUE ET COMMENTAIRES
Par M. l'abbé H.-J. CRELIER,
Ancien professeur de philosophie
TRADUCTION FRANÇAISE
Par M. l'abbé BAYLE
Docteur en Théologie et professeur d'Éloquence sacrée à la Faculté de Théologie d'Aix.
Ignoratio Scriptnrarum, iflnoratio Christi esL
S. Jérôme.
PARI S
MP . LETHIELLETJX, LIBRAIRE ÉDITEU R
lO , xxL® Cassette, XO
1895
(Tous droits réservés») LA
AINT E BI
L'EXOD E IMPRIMATUR
f FRANGISCUS accbiepiscopus Parisiensis,
Farteiifi die U novcmbris 1888*
Pour donner une idée de l'esprit dans lequel notre
travail a été conçu ot exécuté, nous ne croyons pas
pouvoir mieux faire gue d'emprunter a Saint Ber­
nard (Ep. olxliv n. 0) la protestation suivante :
Romante pr.œsertim Eoolesim auctoritati atque exa-
mini totum hoc, aient et caetera qam ejusmodi
sunt, universa reservo, tysius, si quid aller sapio>
paratus judicium emendare*
PROPRIÉTÉ DE L'ÉDITEUR PRÉFACE DE L'EXODE
g. I. Titre et sujet de l'Exode,
L'Exode est appelé chez les Juifs VEELLEH SHEMOTH (rrotf nSaji), Et ce sont
ici les noms, d' après les mots qui en forment le commencement. Le titre
1
d Exode f E£o8oç, sortie) vient des Septante, qui l'ont donné à ce livre à cause
de l'événement qui fait le sujet de la première partie, la sortie des Israélites
de l'Egypte. Ce titre a été conservé par la version latine primitive, ou l'Itali­
que, faite sur celle des Septante, d'où elle a passé dans la Vulgate et ensuite
dans toutes les langues de l'Europe.
La délivrance des Israélites, aussi cruellement qu'injustement opprimés en
Egypte, avec les étonnants prodiges qui l'amenèrent, telle est la matière des
chapitres I — XV, 21 ; le reste du livre nous apprend dans quelles circonstan­
ces et à quelles conditions Dieu conclut son alliance avec ce peuple privilégié,
qui devint ainsi son peuple particulier. Plusieurs, il est vrai, prolongent la
première partie jusqu'à l'arrivée des Israélites au pied du mont Sinaï pour y
entendre la promulgation du Décalogue et les autres conditions de l'alliance,
de sorte qu'ils y comprennent encore le chapitre XVIII. Mais il est manifeste
que l'œuvre de la délivrance est définitivement accomplie après le passage
miraculeux de la mer Rouge et l'anéantissement de l'armée de Pharaon ; la
marche que les Israélites continuent vers le Sinaï a donc désormais un autre
objet et tend à un autre but, qui est la conclusion de l'alliance, dont, par con­
séquent, elle doit être considérée comme un préliminaire.
Le contenu de l'Exode est en partie historique, en partie législatif. L'his-
'toire remplit presque entièrement la première section ; les lois dominent dans
la seconde.
La première section commence par une introduction au livre entier. Selon
son invariable coutume, l'auteur donne une brève récapitulation des événe­
ments précédents et un exposé de la situation actuelle, rappelant les noms des
patriarches qui sont entrés en Egypte avec Jacob et qui sont devenus un
grand peuple. La narration débute par les événements qui ont préparé les
voies à la sortie d'Egypte : l'avènement d'un nouveau roi, suivi d'un change­
ment de politique et de mesures d'une extrême cruauté à l'égard des Israéli­
tes; la naissance et les premiers temps de Moïse, destiné à être leur libérateur ;
sa première tentative en leur faveur, et l'exil auquel elle aboutit. Ensuite sont
racontés avec beaucoup de détails la vocation de ce grand homme, auquel est
adjoint son frère Aaron en qualité de coadjuteur; son retour en Egypte et sa
première apparition, comme porteur des ordres de Dieu, devant Pharaon,
sans autre résultat qu'un redoublement d'oppression pour ceux qu'il a voulu
délivrer; les plaies d'Egypte, ou les fléaux d'une rigueur toujours croissante INTRODUCTION A L'EXODE If
dont est frappé ce pays pour vaincre l'obstination de son roi; l'institution de*
la Pâque et la dixième plaie, qui amène enfin le départ des Israélites, bientôt
suivi du repentir de Pharaon, qui se met à leur po'ursuite; le passage mira­
culeux de la mer Rouge et le désastre de l'armée égyptienne; enfin les trans­
ports de joie et de reconnaissance qui éclatent dans 1 admirable cantique par
lequel les Israélites célèbrent leur délivrance.
Dans la seconde section, comme préliminaire de l'alliance de Dieu avec les
Israélites, nous trouvons la suite de leur voyage depuis la mer Rouge jusqu'à
la montagne de Sinaï. Ce voyage est marqué par différents traits au peu de
foi de ce peuple, que rebute la moindre épreuve, et par de nouveaux prodiges
que Dieu ne .laisse pas de faire en sa faveur, lui rendant douces les eaux ame­
res, lui envoyant des nuées de cailles pour sa nourriture, faisant pour lui pleu­
voir un pain du ciel et jaillir l'eau d'un rocher, et lui donnant la victoire sur
Amalee. Tant de merveilles excitent l'admiration de Jéthro, qui glorifie Dieu
et félicite Moïse. Bientôt Sur le Sinaï, au milieu d'un appareil terrible, Dieu
publie le Décalogue comme base de l'alliance, et en déclare à Moïse les autres
conditions, qui sont acceptées par le peuple, et l'alliance est solennellement
conclue. Moïse reçoit du Seigneur sur la montagne ses ordres ultérieurs et
ses- instructions pour l'érection d'un sanctuaire avec ses ustensiles et toutes
ses appartenances, pour la confection des habits sacerdotaux et la consécra­
tion des prêtres dans la personne d'Aaron et de ses fils, et retourne au camp
avec deux tables de pierre, sur lesquelles est écrit le Décalogue de la main de
Dieu môme. On voit alors l'idolâtrie du veau d'or, l'alliance rompue, puis ré­
tablie par l'intercession de Moïse, à qui Dieu, par une faveur particulière,
fait voir comme un reflet de sa gloire. Enfin tous les ouvrages prescrits sont
exécutés avec les dons du peuple par des ouvriers habiles, le sanctuaire est
érigé, et l'éclat de la majesté de Jéhovah le remplit.
L'Exode comprend un espace de 360 ans à compter depuis la mort de
Joseph, qui termine la Genèse, jusqu'à l'érection du tabernacle au commen­
cement de la seconde année après la sortie d'Egypte, par laquelle finit ce
livre; mais cet espace y est très inégalement partagé. Dans les deux premiers
chapitres, à part tine relation assez circonstanciée de la naissance, de la mer­
veilleuse conservation et de quelques événements de la première partie de la
vie de Moïse, l'historien se contente de quelques indications sommaires sur
tout oe qui s'est passé jusqu'à la dernière année du séjour des Israélites en
Egypte, de sorte que tout le livre, sauf ces deux chapitres, ne raconte que
deux.années, l'une qui a précédé et l'autre qui a suivi la sortie.
Une si grande disproportion dans la manière de traiter cette période n'a
cependant rien qui doive étonner : elle s'explique tout naturellement par le
but de l'historien. Ce que Moïse a voulu raconter, ce n'est pas une histoire
profane, renfermant indistinctement toutes les circonstances de la vie primi­
tive de sa nation, mais une histoire religieuse, l'histoire de la fondation du
royaume de Dieu sur la terre par son alliance avec Israël. Or cette histoire,
durant la plus grande partie du séjour des Israélites en Egypte, depuis la
mort de Joseph jusqu'à la naissance de Moïse, se résume en deux points : le
rapide accroissement de la famille de Jacob, devenue bientôt, sous l'action
et la protection spéciale de la Providence, un grand peuple, propre à remplir
la haute destinée qui lui était réservée, à voir s'accomplir sur lui les magni­
fiques promesses faites à Abraham; ensuite la cruelle oppression que la poli-INTRODUCTIO N A L'EAODE III
tique égyptienne fit peser sur elle. De la vie de Moïse même, destine à être
son libérateur,-son chef et le médiateur de l'alliarçce, l'historien ne rapporte
non plus, depuis sa naissance jusqu'à sa vocation, que les circonstances
qui le préparaient à remplir sa tâche, savoir, son éducation à la cour, qui,
entre autres avantages, devait lui faciliter l'accès auprès de Pharaon, et son
séjour dans le pays de Madian, qui le familiarisa avec la vie du désert : tous
les détails de sa carrière primitive, renferment un espace de quarante années,
et ceux de son séjour en Madian, occupant encore un pareil espace, sont
passés sous silence comme étrangers au sujet de cette histoire. Mais depuis
que l'œuvre de la délivrance est commencée, c'est-à-dire, depuis la vocation
cle.Moïse, il n'y a pl'us de lacune dans le récit, plus d'omission : chaque pas,
chaque trait de l'histoire est minutieusement retracé, parce que chacun tend
au grand but que l'écrivain a en vue, la délivrance du peuple et la conclu­
sion de l'alliance (1).
§. II. Importance de l'Exode ; grande variété de matières qu'il renferme.
Ce simple aperçu montre assez l'importance de ce livre, et on ne sera pas
étonné qu'un commentateur juif, Kalisch, le représente comme * formant le
centre de la divine révélation », et étant par suite « le volume le plus impor­
tant que possède la race humaine ». Cela était parfaitement vrai avant qu'elle
fut en possession de l'Evangile, dont la révélation donnée par le ministère de
Moïse n'était encore que la préparation, qu'une ébauche, ébauche néanmoins
qui renfermait déjà, particulièrement clans le Décalogue, ce qui devait rester
la hase de la révélation chrétienne aussi bien que de la révélation mosaïque,
le fondement de la nouvelle Loi comme de l'ancienne. Qu'est-ce que le Chris­
tianisme, tant dans ses dogmes que dans sa morale, sinon le Mosaisme conduit
à sa perfection, un arbre magnifique déjà renfermé en germe dans la religion
de Moïse?
La postérité d'Abraham, devenue un peuple nombreux et délivrée de l'op­
pression étrangère, formellement reçue dans l'alliance que Jéhovah avait con­
clue avec ce patriarche et élevée au rang de peuple de Dieu, tel est le specta­
cle que .nous offre l'Exode. C'est un grand pas dans l'accomplissement des
divines promesses. Ainsi est fondé le royaume de Dieu sur la terre.
On a observé que ce livre présente une variété extraordinaire de matières
et offre un vaste champ à la science. Le séjour et la situation des Israélites
en Egypte provoque des recherches sur les obscurs et difficiles problèmes de
l'histoire des antiquités et de la chronologie égyptiennes; les dix plaies de­
mandent à être rapprochées des phénomènes naturels de l'Egypte et de
l'Orient en général; les voyages des Hébreux en Egypte et dans la péninsule
du Sinaï soulèvent divers doutes et diverses questions géographiques ; le
Décalogue et le Livre de l'alliance donnent occasion, s'ils n'en imposent pas
la nécessité, d'examiner différents points appartenant à la morale et à la
jurisprudence; enfin la description du tabernacle et de son ameublement,
des habits et ornements sacerdotaux, est dans un étroit rapport avec l'his­
toire primitive des arts, spécialement du tissage, de la broderie et de la mé-
(1) №. Kcil, Exodns, Eiulcit. ; Rawlinson, Exodus, Iotroil., p. V. IV INTRODUCTION A L'EXODE
tallurgie. À quoi il faut encore ajouter que la langue présente dans l'Exode,
comme ailleurs dans le Pentatcuque, une certaine teinte égyptienne d'où
résultent des obscurités qui ne peuvent être éclaircies qu'avec l'aide de la
philologie.
Les diverses questions relatives à ce livre sont traitées soit dans le com­
mentaire, à mesure qu'elles se présentent, soit dans l'Introduction générale au
Pentateuquc. Parmi ces questions, il y en a qui n'appartiennent pas exclusi­
vement à l'Exode. Ainsi celles qui concernent l'histoire et la chronologie de
l'Egypte dans leurs rapports avec l'histoire et la chronologie bibliques se
posent déjà dans la Genèse, et celles qui se rattachent à la législation mo­
saïque, qui est la matière de la seconde partie de l'Exode, sont aussi plus ou
moins communes aux livres suivants, dont l'objet est encore en grande partie
le même. Il faut en dire autant, à plus forte raison, des questions d'authen­
ticité et de véracité. Il semble tionc plus, convenable de les présenter dans
leur ensemble, en tète du Pcntateuque, que de les morceler en traitant sépa­
rément dans chaque livre, la partie qui s'y rattache.
Est-il besoin de dire que j'ai tâché de mettre à profit pour mon travail toutes
les ressources que m'offraient les meilleurs commentaires publiés jusqu'ici ? J'ai
aussi puisé largement, pour tout ce qui concerne l'Egypte et la péninsule si-
naïtiefue, dans le bel ouvrage de Mt l'abbé Vigoureux intitulé : La Bible et
les découvertes modernes en Palestine, en Egypte et en Assyrie, excellent ré­
sumé de tout ce que ces merveilleuses découvertes présentent de plus intéres­
sant dans leurs rapports avec nos saintes Ecritures.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.