Mise en page 1 - Semaine Nationale de l'Internet

Publié par

  • redaction - matière potentielle : descirculaires
2011 Sem@ine Nationale de l'Internet et des autres TIC - Burkina Faso / N°03 du mardi 07 juin 2011 Page 2 L'exemplepar le I-pad Projet BackboneL'épine dorsalede tous les servicesélectroniques Journée sans papier Le rêve d'un e-conseil des ministresau Burkina Faso Page 4 Page 5
  • aucœur des préoccupations en matière de gestion del'
  • dossiers
  • dossier
  • matière d'accès auxtic
  • gestion
  • gestions
  • ministre gilbert
  • ledéveloppement des outils de gestion électronique
  • leministre des transports, des postes et de l'economie numériquea
  • document
  • documents
  • papiers
  • papier
  • projet
  • projets
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 52
Source : sni.bf
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

2011
Sem@ine Nationale de l’Internet et des autres TIC - Burkina Faso / N°03 du mardi 07 juin 2011
Journée sans papier
Page 2
L’exemple
par le I-pad
Page 4Projet Backbone
L’épine dorsale
de tous les services
électroniques
Le rêve d’un e-conseil des ministres
Page 5au Burkina FasoLe Journal de la Semaine de l’Internet
Journée sans papier
LL’’eexxeemmppllee ppaarr llee II--ppaadd
La troisième édition de la journée sans papier s’est tenue hier
lundi 06 juin 2011. A la cérémonie de lancement, le ministre
Gilbert oël Ouédraogo, en charge de l’Economie numérique,
a prononcé son discours d’ouverture grâce à son I-pad, don-
nant ainsi le bon exemple.
Efficacité et discrétion dans la chaîne de traitement des informa-
tions, voici le premier avantage que la ministre Gilbert Noël
Ouédraogo met au compte de l’abandon du papier pour le numé-
rique. Il y a aussi l’économie d’argent sur l’acquisition du papier,
de l’encre et même pour l’entretien de l’imprimante ou de la pho-
tocopieuse. Maître Gilbert Noël Ouédraogo invite tous les
Burkinabè à abandonner l’utilisation systématique du papier, afin
de sauvegarder l’environnement. Nous pourrons ainsi éviter le
A la fin de la cérémonie, les officiels ont posé avec les partici-
réchauffement climatique et partant, certaines catastrophes natu- pants
relles comme les Tsunami, ponctuera t-il.
La journée sans papier est sponsorisée par le géant Microsoft.
L’habitude est une seconde nature dit-on. Le ministre sait que le Cette multinationale était représentée à la cérémonie d’ouverture
changement sera difficile. Il invite néanmoins tout un chacun à par Amadou Traoré du bureau Microsoft pour l’Afrique de
observer deux attitudes de façon permanente. La première est de l’Ouest et du Centre. Amadou Traoré invite tous les Burkinabè,
toujours ajouter en bas d’une correspondance électronique et à à partir de ce jour 07 juin sur le site du SIAO, pour une forma-
l’attention de son correspondant: « ’imprimer qu’en cas tion sur les applications éducatives des technologies modernes de
d’impérieuse nécessite ». La deuxième mesure est de la communication. Les professionnels et les entreprises sont éga-
n’imprimer soi-même un document qu’une fois les corrections lement invités au centre d’immersion pour découvrir et essayer
complètement terminées. Autrement dit, il ne faut pas imprimer toutes les innovations technologiques de Microsoft destinées à
de multiples brouillons comme cela se fait bien souvent. Le l’e-administration et autres. Amadou Traoré salue la tenue de
ministre des Transports, des Postes et de l’Economie numérique cette journée qui est un point de départ pour le gouvernement
a invité les jeunes à une prise de conscience de leur rôle primor- électronique.
dial pour un Burkina sans papier. Il a aussi invité les techni-
ciens, les professionnels des TIC à former et à bien former un La journée sans papier, qui s’est tenue pour la troisième année
grand nombre de personnes. consécutive, a été initiée suite à une note verbale de la
Commission de l’Union africaine, incitant les pays africains à
Le souci de la préservation de l’environnement réduire l’utilisation du papier. C’est une journée que nous ver-
rons donc se perpétuer et même prendre de l’ampleur. L’État,
Dans le cadre de la Semaine nationale de l’internet (SNI), on a célébré hier pour sa part, affirme au quotidien sa volonté de passer au gouver-
lundi 6 juin 2011 la journée burkinabè «Sans papier». Cette initiative vise
nement électronique. C’est ainsi qu’une loi a été votée depuis
à promouvoir l’usage de supports électroniques pour éviter d’utiliser le
novembre 2009, stipulant que les actes électroniques ont lapapier. Un geste qui contribue, un tant soit peu, à préserver
même valeur juridique que les actes sur support physique.l’environnement.
Comme l’a signifié le ministre Gilbert Noël Ouédraogo, lesDes tonnes de rames de feuilles sont utilisées chaque année dans
l’administration publique. Elles servent dans le cadre de la rédaction des textes de loi à eux seuls ne peuvent pas faire changer les choses,
circulaires, des rapports, des plannings, des discours, des documents admi- il faut en plus une prise de conscience de chaque citoyen. C’est
nistratifs, etc. Des milliers voire des millions de cartouches d’encre sont l’ensemble de ces efforts individuels cumulés qui feront qu’à
nécessaires pour l’impression de tous ces documents souvent tirés ou pho- l’avenir l’on en arrive à se passer en grande partie du papier:
tocopiés en plusieurs exemplaires. L’achat de ces rames et des cartouches
d’encre représente un coût non négligeable dans le budget de fonctionne-
Après la cérémonie d’ouverture, le présidium qui, en plus dument des différents services publics.
ministre et du représentant de Microsoft comportait le secrétairePourtant, il est possible de dégraisser le poste budgétaire rames de feuilles
de papier et cartouches d’encre. Pour ce faire, il suffit d’avoir de bons permanent de la SNI, Issouf Diallo et le président du Comité
réflexes : ne pas imprimer à tout bout de champ les documents et autant que national d’organisation, Lamoussa Oualbéogo, a cédé la place à
possible privilégier le partage électronique des documents. d’éminents conférenciers. Durant la journée, les communica-
C’est pour encourager cette nouvelle méthode de travailler uniquement sur
teurs ont tenté de convaincre les uns et les autres sur les béné-
des supports électroniques que la journée burkinabè «Sans papier» a été
fices d’un monde sans papier. Déjà en débat, l’on parle de lainitiée et a lieu à chaque édition de la SNI. Cette année, cette journée est
tenue d’un e-conseil des ministres. Il n’y a pas meilleure façonsponsorisée par Microsoft et est placée sous le parrainage du ministre de
pour les autorités de donner le bon exemple.l’Environnement et du Développement durable, Jean Koulidiaty.
Samba Traoré Hermann azé
2Le Journal de la Semaine de l’Internet
INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES
Les solutions Microsoft à découvrir au SIAO
Microsoft Afrique de l’Ouest et rière les solutions que
du Centre est un partenaire stra- propose le groupe, a
tégique du gouvernement du expliqué M. Coulibaly.
Burkina Faso. Présent depuis Ces innovations vont
quelques années sur la Semaine du portail
nationale de l’Internet, Microsoft d’administration au
Afrique de l’Ouest et du Centre Sharepoint, en passant
a érigé son quartier général sur le par le Multipoint.
site du SIAO. Un pool
La solution portaild’ordinateurs y est connecté sur
d’administration estles serveurs du groupe afin de
déjà en expérimenta-permettre aux amateurs des TIC,
tion. Le représentant dequ’ils soient de l’administration
Microsoft a expliquépublique ou du secteur privé, de
qu’elle peut être utiliséetoucher du doigt les solutions
par tous les fonction-Microsoft dans le cadre de la
naires en fonction dejournée sans papier.
Monsieur Pefery Coulibaly, a présenté les solutionsleur position dans le
Microsoft aux innovations technologiques.Pefery Coulibaly, représentant de p r o c e s s u s
Microsoft en a donné un aperçu lors d’approbation.
Dans ce dernier cas, le documentdes communications qui ont suivies
Cette solution offre deux possibilités peut être approuvé par 3 des 4 per-l’ouverture officielle de la journée
dans ce cas : sonnes prévues dans le processussans papier le 6 juin dernier.
l’approuvent.Protéger l’environnement, faire des un processus d’approbation en série
économies en argent et en temps, et un d’approbation en Une démonstration de conversion de
améliorer les procédures et les sécu- parallèle. formulaire administratif à mettre en
riser. C’est le pari qui se cache der-
ligne a été également faite devant le
public.
Le Multipoint de Microsoft a été
également présenté par M.
Coulibaly. Il est pratique pour
l’usage en classe avec des élèves ou
des étudiants. Il s’agit d’un PC qui
permet, grâce à des ports USB, de
connecter plusieurs autres claviers et
écran. La capacité du PC permet ce
réseautage à but pédagogique.
Pratique pour les salles de classe ou
de formation, il permet un meilleur
contrôle des apprenants et un gain
sur l’achat de plusieurs disques durs
et une économie en énergie.
Les participants ont suivi avec interêt la présentation des innovations tech-
ATTnologiques de Microsoft
3Le Journal de la Semaine de l’Internet
Projet Backbone
L’épine dorsale
de tous les
services
électroniques
Saïdou YAOGO est le directeur général
des télécommunications au ministère des
Transports, des Postes et de l’Economie
numérique (MTPE). Il est chargé du
projet Backbone, l’un des projets phares
qui vise à rendre plus fluide l’accès à
A l’image de celui des Etats Unis d’Amérique, voici à quoi peut ressemblerInternet et aux autres TIC au Burkina
la réalisation d’un réseau Backbone Faso. M. YAOGO explique dans les
détails ce qu’est le projet Backbone et
de base pour qu’au dessus de cette infra- çons tel jour et finissons tel jour. ousl’état des lieux de sa mise en œuvre.
structure, les opérateurs et les fournisseurs attendons donc dans les jours à venir que
puissent développer la partie accès pour cette option de partenariat soit confirméeSelon le directeur général des télécommu-
connecter les clients finaux », mentionne par l’Etat qui définira à quelle hauteur ilnications au MTPEN, Saïdou YANOGO
M. YANOGO. Il précise que ce réseau ne veut participer et quelle orientation ilSaïdou, le mot Backbone est un mot anglais
va pas dans les domiciles des clients, mais donne pour constituer ce partenariat. ousqui veut dire en français, « épine dorsale ».
c’est le réseau dorsal sur lequel les opéra- pensons que cela pourrait se faire d’ici à la« C’est le réseau de base, le réseau de
teurs vont se greffer et donner l’accès aux fin de 2012. Une fois que ce partenariat esttransport, parce que dans les télécommuni-
clients finaux et leur permettre d’utiliser les constitué, nous pensons que les chosescations, il y a la partie transport qui est la
services de télécommunications et autres pourront aller assez vite sur le terrainbase, une infrastructure partagée, qui est
applications des TIC. M. YANOGO fait parce que c’est un problème de disponibi-prolongée dans chaque localité par un
remarquer que le réseau de base coûte lité de moyens financiers », note M.réseau d’accès propre à chaque opérateur
cher : « En tant que tel, les opérateurs pris YANOGO. Le chargé du projet Backbonequi permet de connecter les clients finaux.
individuellement, pas qu’ils ne peuvent pas souligne que « Le projet est très important.Ainsi, le projet de réseau Backbone vise le
le faire, mais ils mettront du temps à éten- C’est sa mise en œuvre que tous les acteursdéveloppement du de base des télé-
dre le réseau pour atteindre les objectifs du attendent. Une fois que le projet sera unecommunications au Burkina Faso »,
gouvernement », souligne le chargé du pro- réalité, je pense que beaucoup de pro-explique-t-il. Saïdou YANOGO, chargé de
jet Backbone. Pour le gouvernement, le blèmes de communication que nousla mise en œuvre du projet Backbone,
projet est vu comme une infrastructure éco- connaissons dans notre pays seront résor-indique qu’il s’inscrit dans la stratégie
nomique et sociale. Son caractère social bés. ous ne pouvons que demander encorenationale de développement des infrastruc-
découle du fait que le gouvernement veut un peu de patience à ceux qui sont dans destures de communication qui a été adoptée
faire en sorte que l’offre de service soit localités moyennement desservis de nosdepuis 2004 et communément appelée
accessible à tous les citoyens partout où ils jours car avec la mise en œuvre du projetcyberstratégie nationale, qui est une straté-
sont. « En ce sens, il est très utile et impor- Backbone, le territoire sera très bien cou-gie d’opérationnalisation en réalité.
tant que le gouvernement s’implique forte- vert dans son ensemble ». En tous les cas, àA entendre M. YANOGO, de façon essen-
ment pour la mise en place du projet entendre M. YANOGO, le souci du gouver-tielle, le projet Backbone consiste à mettre
Backbone », soutien M. YANOGO. Le nement est de faire en sorte que personneen place un réseau à fibre optique qui, de
MTPEN est déjà au travail pour l’exécution ne soit discriminé en matière d’accès auxnos jours, est la technologie adaptée pour
dudit projet. « En ce qui concerne la mise TIC ; que de manière équitable, chaqueavoir le débit nécessaire à l’offre de service
en œuvre du projet, nous avons fait une Burkinabè puisse avoir accès àdont ont besoin les usagers dans ce
étude de faisabilité avec l’aide d’un cabinet l’information. En un mot, pour le directeurcontexte d’expansion de l’économie numé-
de consultant. Une architecture du projet général des télécommunications, « le pro-rique, avec de nouveaux services consom-
est déjà disponible. Elle donne un tracé de jet Backbone est la base car sansmateurs de bandes passantes. Le MTPEN a
ce réseau. Dans sa première phase, il fait l’infrastructure, on ne peut pas donnerconçu le projet pour, dans un premier
environ 4700 kilomètres de long avec un l’accès qu’il faut aux utilisateurs et s’il n’ytemps, construire le réseau à fibre optique
coût estimé à près de 75 milliards de a pas d’accès, personne ne peut utiliser lespour relier les 45 chefs-lieux de provinces
FCFA », révèle M. YANOGO. Pour la mise services alors que les citoyens ont besoindu pays. « Dans une deuxième phase, nous
en œuvre, l’approche qui est en train d’être de ces services . C’est vraiment la base dupensons, plus tard, trouver des stratégies
privilégiée est un partenariat entre l’Etat et e-gouvernement et de tout ce que vous pou-pour étendre la fibre optique dans les chefs-
le secteur privé pour mettre en place et vez citer comme autres e-». lieux des communes urbaines et rurales du
exploiter ce réseau. « Je veux dire queBurkina. En somme, le projet Backbone
l’Etat n’y va pas tout seul, autrement dit, le Jean SOMEambitionne de développer l’infrastructure
MTPE aurait pu vous dire, nous commen-
4Le Journal de la Semaine de l’Internet
Journée sans papier
Le rêve d’un e-Conseil
des ministres au
Burkina
Dans le cadre de la journée burkinabè sans papier
organisée le 6 juin 2011 à Ouagadougou, le directeur
chargé de la dématérialisation des procédures au
MTPE, Anfana TRAORE a animé une conférence
sur « un projet de e-Conseil des ministres» au Burkina
Faso. Selon lui, si ce projet était adopté pour les
conseils des ministres burkinabè, ce serait un gain de
temps, d’efficacité et d’argent.
Anfana TRAORE expliquant le projet de e-conseil des ministres
Un e-conseil des ministres reste possible au Burkina
Faso, telle est la conviction du directeur chargé de la n’en disposent pas et de mettre en place une intercon-
dématérialisation des procédures au MTPEN, Anfana nexion sans fil des ordinateurs portables des ministres.
TRAORE. L’objectif d’un « projet de e-conseil des Ces équipements permettront de transmettre les dos-
ministres » est de parvenir, entre autres, à l’utilisation siers au Secrétariat général du gouvernement et du
des TIC dans la gestion du processus de préparation du Conseil des ministres par le circuit électronique ; de
Conseil des ministres, à la création d’un réseau virtuel recevoir du Secrétariat général du gouvernement, par le
entre les membres du gouvernement, et à l’organisation même circuit, l’ordre du jour et les dossiers inscrits au
du travail gouvernemental en ligne. En outre, prochain Conseil des ministres. Cette façon de travail-
l’ambition est d’évoluer vers la mise en place d’une ler peut faciliter l’affectation des dossiers aux conseil-
infrastructure réseau physique reliant tous les acteurs du lers techniques des ministres ou aux chargés d’études
système, l’implémentation d’une plateforme collabora- du secrétariat général du gouvernement et du conseil
tive sécurisée pour la gestion et le traitement des diffé- des ministres pour étude. La mise en œuvre de toutes
rents dossiers du conseil des ministres et l’amélioration ces conditions allégera la préparation des dossiers par
du travail gouvernemental à travers l’utilisation des les différents ministères où, par exemple, la transmis-
TIC. Pour la mise en effectivité du projet e-Conseil des sion des dossiers est faite, sous format papier, en 60
ministres au Burkina Faso, M. TRAORE fait des propo- exemplaires chacun, au secrétariat général du conseil
sitions. Il s’agit de mettre en interconnexion des ministres pour programmation. Ce qui induira
l’ensemble des bâtiments abritant les intervenants de la certainement une économie d’argent, de temps et de
chaîne de traitement des dossiers de Conseil des minis- productivité.
tres, de faire une interconnexion basée sur le RESINA
Jean SOME
existant et de mettre à contribution la fibre optique du
système Wimax pour la réalisation de l’interconnexion.
Il y a également lieu de procéder à la réalisation de
réseaux locaux au profit des cabinets ministériels qui
5Le Journal de la Semaine de l’Internet
GESTION ELECTRONIQUE DES DOSSIERS
ICOMG, GEDOC-CI,
SITI info, et CFAO
partagent leurs
expériences
Dans les entreprises et les organisations, les agents
consacrent 70% de leur temps à la gestion documen-
taire, 50% du temps à la recherche de documents.
Sachant que 5% des documents se perdent, on com- Un exemple de gestion électronique des dossiers.
prend aisément que la gestion des documents soit au
cœur des préoccupations en matière de gestion de logique que la société SITI info, le groupe CFAO a
l’entreprise. Pour résoudre ces différents problèmes, développé le logiciel LOTUS Domino. Avec cet outil,
certains développeurs de programmes ont conçu des fini la lenteur dans le traitement des dossiers d’appel
applications qui permettent de gérer de façon électro- d’offre.
nique les documents de service.
Le délai d’une semaine pour la validation des dossiers
ème d’appel d’offre est ramené à moins de 45mn. LOTUSEn cette 7 édition de la Semaine nationale de
l’Internet, la traditionnelle journée sans papier est placée Domino permet de partager des informations au niveau
interne sans utiliser du papier, et d’échanger avec dessous le signe de la gestion électronique des documents.
En la matière, plusieurs organisations proposent des ser- clients et fournisseurs au niveau externe sans difficultés.
Au regard de toutes ces expériences intéressantes, onvices électroniques qui améliorent considérablement la
peut dire que la gestion électronique des documents etgestion des dossiers et des documents. Sont de ces entre-
prises, la société ICOMG et ses partenaires. Leur der- dossiers est une véritable aubaine. Au titre des avan-
tages, on note le gain d’espace et la réduction du coût dunière trouvaille est le logiciel DOCUBASE qui permet
de gérer électroniquement, et de façon efficace tout le stockage, la réduction du coût d’archivage et de repro-
graphie, la suppression de la manipulation et la réduc-volet administration de l’entreprise. Le processus est
tion des risques de perte. La gestion électronique dessimple. Il suffit de numériser les documents, de les
indexer, de les stocker, de les archiver, et de les sécuri- dossiers, c’est aussi un accès à distance et à moindre
coût aux données. On maitrise mieux les flux de dos-ser. Toute chose qui permet plus tard de les rechercher
facilement et éventuellement de les diffuser. Ainsi, le siers entrants et sortants. L’accès aux données via un
seul portail d’entrée facilite leur sécurisation. Toutecourrier, les factures, les états informatiques, et bien
chose qui rassure les usagers quant à la confidentialitéd’autres documents administratifs peuvent être consul-
tés et traités de façon informatique. Il n y a pas que de leurs données.
ICOMG et ses partenaires qui s’investissent dans le
Thierry Rolland OUEDRAOGOdéveloppement des outils de gestion électronique des
documents. La société SITI info est également au ren-
dez-vous de ce nouveau mode de gestion. Elle propose
aux entreprises et services publics la solution Multi-
GEST qui est adapté pour la gestion du secrétariat. Cet
outil est une plateforme électronique autour de laquelle
tous les acteurs concernés par un dossier, interagissent.
Ainsi, on peut donner son avis sur un dossier, faire des
annotations pour un collaborateur, inviter un collabora-
teur à se pencher sur un document, etc. Dans la même
6Le Journal de la Semaine de l’Internet
7Le Journal de la Semaine de l’Internet
LescentresADEN
8
LescentresdeformationdeOuagaLe Journal de la Semaine de l’Internet
LescentresADEN
LescentresdeformationdeOuaga
Visitez le site web de la SNI: www.sni.bf
9Le Journal de la Semaine de l’Internet
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.