Eléments de développement personnel / spirituel et processus d'individuation 
dissimulés au coeur d'une peinture de Zurbaran.

De
Publié par

Au coeur de l'Espagne très catholique de la Contre-Réforme, Francisco de Zurbaràn réalise une oeuvre édifiante truffée de symboles ésotériques porteurs d'un message qui va à l'encontre de tous les préceptes alors en vigueur.
Bien que vieux de près de 400 ans, son message reste aussi universel que moderne et trouve même un écho certain avec les travaux de Carl Gustav Jung, père de la psychologie analytique et pionnier de la psychologie des profondeurs.
Les liens entre cette oeuvre méconnue et le tarot de Marseille conçu comme un outil de développement personnel et spirituel sont dès lors évidents.
Quelques pistes de décodage parmi 253.017 autres possibles.
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins

ELÉMENTS DE DÉVELOPPEMENT SPIRITUEL ET PROCESSUS D'INDIVIDUATION
eDISSIMULÉS AU COEUR D'UNE PEINTURE DE ZURBARÀN (17 SIÈCLE).
DÉCODAGE ÉSOTÉRIQUE. !
!
L'Espagne du 17e siècle est celle de la Contre-Réforme et ne plaisante pas avec la
religion. L'Inquisition poursuit encore avec vigueur ceux et celles qui viendraient à
s'écarter du dogme."
C'est pourtant dans ce contexte pour le moins tendu qu'un peintre de cour - Francisco
de Zurbaràn - va réaliser une oeuvre édifiante truffée de symboles ésotériques
porteurs d'un message qui va à l'encontre de tous les préceptes alors en vigueur."
Bien que vieux de près de 400 ans, ce message reste d'une incroyable modernité et
trouve même un écho certain avec les travaux de Carl Gustav Jung, père de la
psychologie analytique et pionnier de la psychologie des profondeurs."
Les liens entre cette oeuvre méconnue et le tarot de Marseille conçu comme un outil
de développement personnel et spirituel sont dès lors évidents. "
Quelques pistes de décodage parmi 253.017 autres possibles."
!
!
Tout débute par un jeudi de mai pluvieux où un ami me propose de l'accompagner au Palais des
Beaux-Arts de Bruxelles qui consacre une vaste rétrospective au peintre espagnol Francisco de
Zurbaràn.!
Nous sommes en fin de journée et le musée organise une nocturne. Vu l'heure et la météo
capricieuse, je doute que l'endroit soit bondé et il me semble que nous disposerons du calme et de
l'espace nécessaires à une visite instructive.!
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 1/10

!
!Lors de ma formation d'historien de l'art, Zurbaràn ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable.
Pour être honnête, j'avais pratiquement tout oublié ce que j'eu su de lui. Je me rendais donc au
Palais plus curieux qu'excité.!
!
L'oeuvre en question se trouve pratiquement à mi-parcours. Au premier coup d'oeil, je la trouve
absolument étrange. Le sujet inédit et la composition pour le moins déséquilibrée avec ses grands
vides me laissent complètement perplexe.!
!
Or, aucun artiste ne fait les choses par hasard, de façon gratuite, comme ça pour faire joli. !
Tout est porteur de sens. Tout a une raison.!
!
!
L’OEUVRE"
!
Ce tableau figure le Christ enfant, à gauche, et Marie, sa mère, à droite. Marie porte un regard
1chargé d’émotion sur son fils qui vient de se piquer le doigt en manipulant une couronne d’épines . !
!
La scène suggère que Marie connaît à l’avance le sort qui
attend son fils et s’en attriste. La couronne d’épines préfigure
évidemment la fin de la vie terrestre du Christ : son procès et
la crucifixion qui s’en suivra.!
!
La scène se passe à Nazareth, dans la maison familiale. D’où le
nom du tableau.!
!
Voilà pour la lecture classique unanimement admise.!
Tel serait le sujet de cette oeuvre.!
Et pourtant.!
!
Cette étrange scène - qui semble ne pas avoir d’équivalent
iconographique antérieur ou postérieur - paraît en fait receler un
message ésotérique. !
Il faut comprendre par là : un message en lien avec une
proposition de développement personnel ou spirituel qui ne
soit pas tout en fait dans la lignée de la pensée religieuse du moment et qu’il convient donc
de faire passer au moyen de figures aux dehors inoffensifs bien qu’à haute valeur
symbolique. L’initié devra s’y retrouver.!
!
!
En prenant le temps d’observer le tableau de façon plus attentive : un fait saute aux yeux. Tout va
par deux. Deux personnages, certes, mais aussi une coupe en deux parties aux pieds du Christ ;
un livre ouvert en deux parties égales ; deux fruits ; deux volumes ; deux oiseaux. !
A chaque fois, deux éléments semblables côte à côte. !
1 Francisco de Zurbaràn, La maison de Nazareth. 1635-640. Conservé au Museum of Art, Cleveland [USA].
Exposé à BOZAR [Bruxelles] du 29.01.2014 au 25.05.2014.
axel@letarot.beeth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 2/10

!!Voila un code que tu retrouves dans bien des symboles et qui est celui de la dualité.!
Toi qui connaît le Tarot de Marseille : ce principe t’est familier. !
Là où il y a dualité : il y a opposition, dissension, division.!
Et là où il y a division, il n’y a pas d’unité. C’est évident. !
Et s’il n’y a pas d’unité : c’est il n’y a pas encore d’accomplissement."
!
!
DE LA DUALITÉ DANS LE TAROT DE MARSEILLE!
!
Toi qui connaît le Tarot : tu auras directement fait le lien avec le Bateleur [I].!
Le Bateleur est divisé [observe le geste de ses mains et la position de ses
jambes] et porte cependant le numéro 1.!
!
Cette carte 1 est tout à fait remarquable puisqu’elle illustre à la fois :!
➡ l’état premier lorsqu’on aborde le travail sur soi : la division [symbolisée
par la position des jambes et des bras], !
➡ le but de ce travail, ce qui fait que le travail est accompli (pour autant que
cela soit possible) : l’unification / l’individuation [symbolisée par le
chiffre I].!
!
Si le Bateleur illustre en même temps le début et la finalité du travail : il a
également des allures de mode d’emploi. A savoir l’exploration, la
découverte, l’expérimentation de tout ce qui me compose [corps, esprit,
émotion, expériences, etc.], rassembler ce qui est épars, éliminer ce qui ne
fait pas partie de moi, purger et nettoyer ce qui est endommagé, etc.!
!
D’entrée de jeu le Bateleur concentre donc en une seule image : l’objet du tarot, la méthode
qu’il propose et la finalité du travail."
!
Ceci n’a rien d’étonnant de retrouver toutes ces informations [à moins qu’il ne s’agisse d’une mise
en garde] sur la première carte. Car que trouves-tu au début d’un ouvrage, sinon ce pour quoi il a
été rédigé et la méthode qui a été suivie par l’auteur pour arriver à ses fins.!
!
L’accomplissement de soi [ou du Soi], dans la voie symbolique, s’exprime souvent en termes de
relier le Masculin et le Féminin. Un propos qui ne doit évidemment pas être considéré au premier
degré. !
Par cette formule, il faut entendre : conscientiser, unir et concilier :!
- ton corps & ton esprit,!
- ta raison & tes émotions!
- tes parts d’ombre et de lumière,!
- tes part bons côtés / potentiels & mauvais côtés / faiblesses,!
- tes parts ce que je connais de moi & ce que j’ignore / refoule de moi,!
- ta part rationnel & ta part intuitif, !
- ta part extravert’ & ta part introvert’, !
- ta parts cyclique & ta part linéaire,!
- toi & ce que tu voudrais être, !
- toi & ce que les autres voudraient que tu sois, !
- toi & comment tu vis ce toi,!
- ton passé, ton présent, ton futur,!
Etc. La liste est quasi infinie.!
!
Carl Gustav Jung donne une autre définition de l’accomplissement de soi en ces termes : j’emploie
l'expression d'individuation pour désigner le processus par lequel un être devient un in-dividu
psychologique, c'est-à-dire une unité autonome et indivisible, une totalité.!
!
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 3/10
!!DE L’INDIVIDUATION DANS LE TAROT DE MARSEILLE"
!
A toi qui connaît le tarot, je te propose de faire le lien entre cette citation et un enchaînement de 3
cartes [M • I • XXI]. !
- M : l’homme en chemin. !
- I : le début du parcours. !
- XXI : la fin [provisoire] du parcours.!
!
L’objectif du Tarot n’est-il pas [trait bleu] de se défaire de tout ce qui n’est pas nous, nous alourdit,
nous encombre et de retrouver notre essence profonde ?!
• le Mât se met en route avec un baluchon énorme (tout ce qu’il a vécu, son histoire, ses
peurs, ses espoirs, ses visions, etc]!
• Le Bateleur [I] commence par déposer ce baluchon (voila un poids en moins !), l’ouvre
et en fait l’inventaire!
• et pour finir, au bout du chemin, quand on vient au Monde [XXI] : la baluchon s’est
délesté de bien des choses pour se réduire véritablement à l’essentiel, après s’être
allégé de tout ce qui nous empêchait d’avancer, nous encombrait, nous alourdissant en
début de voyage. On est passé du baluchon à une petite bourse qui tient dans la main.!
!
Et ce chemin est, en soi, une renaissance [trait vert]. Cela est marqué d’une part par le graphisme
de I et XXI puisque l’on passe d’une vulve à l’autre ; et d’autre part par les mots puisqu’en XXI : je
viens au Monde. De la vulve de I à la vulve de XXI, le Mât est poussé par un félin / Anubis qui
préside également à la mort-renaissance.!
!
➡ ESSENCE - renESSENCE / reNAISSANCE"
!
!
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 4/10
!!Et pour en arriver à cela, il faudra évidemment mourir à tout ce qui ne te ressemble pas en vue de
2devenir toi. Vibration de XIII . !
Or, pour en arriver à XIII : il faut passer par la case XII et faire du I [XII + I = XIII … logique
implacable].!
- I = 1 = début!
- I vient de naître [lemniscat / vulve] > c’est en soi une nouvelle prise de conscience!
- I a sur sa table des couteaux!
- I a sur sa table un sac que l’on identifie au placenta!
- I = 1 = je!
!
I naît à une nouvelle conscience de lui même et en quelque sorte naît à une nouvelle dimension de
lui-même qui est associée à une volonté de s’individuer [carte n°1], de devenir lui-même [quand
bien même il ne sait pas encore comment s’y prendre] : ce qui implique de devoir couper des liens.!
!
En cela : I peut être rapproché de XII [cordon ombilical] et de XIII [qui tranche pour s’individuer]. Or
XII + I ne fait-il pas XIII ?!
!
➡ XII : recherche de ce qui m’entrave et me retient [les liens avec la mère / le clan / mes
croyances / mon histoire passée douloureuse],!
➡ I : volonté de devenir moi, de m’individuer, de devenir une entité autonome et
indivisible,!
➡ XIII : de la recherche à la volonté : on passe - en XIII - à l’action de rupture.
Irrémédiable et volontaire.!
!
!
!
2 Pour nos amis astrologue humanistes, on parlera de ♏ / ♇ / maison 8.
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 5/10
!!➡ [vert] : le cordon [XII & I], le placenta [I], les têtes [XIII] > tout et tous ceux ce qui
m’entravent!
➡ [violet] : couper, trancher [couteau en I et faux en XIII]!
➡ [rose] : la table de I a la même couleur chaire que le squelette de XIII. La table couleur
chair : c’est mon potentiel logé en moi, dans mon corps, dans ce qui est vivant en moi.
Or, en XIII, c’est cette même partie (ultra-)vivante de mon être qui - dans une volonté
de (sur-)vie se manifeste. Tu observes également que la table porte et que squelette
supporte, structure. Ainsi, à mes yeux : la table I et le squelette de XIII sont un même
chose. Latent en I. Actif en XIII.!
!
!
LES ENSEIGNEMENTS PROPOSÉS PAR ZURBARÀN"
!
L’ensemble des objets qui vont par deux induit donc une notion d’inaccompli, de choix non encore
fait, de chemin encore à parcourir, de non-individuation.!
!
Et qui a encore ce cheminement à faire sinon le Christ puisqu’il est représenté ici jeune ?!
!
Or, Marie, quant à elle, semble savoir quelle forme prendra l’accomplissement du
cheminement de son fils. A tel point que lorsque Jésus encore enfant se pique le doigt à des
épines, elle en pleure en songeant de toute évidence à la crucifixion qui n’aura lieu que bien des
années plus tard.!
!
!
1/"
Nous sommes ici chacune et chacun avec un cheminement à parcourir en vue de nous
réaliser, de nous accomplir, de nous individuer. "
Au début de cette existence terrestre : nous venons chacune et chacun avec des potentiels, des
lacunes, des qualités et des faiblesses, une nature, une sensibilité, une vision. !
Le champ est cependant vierge et tout est possible. Libre à chacune et à chacun de faire ce qu’elle
/ il veut veux de ce qu’elle / il a. Mais au fond d’elle / lui-même : une part sait ce qu’il est juste et
bon de faire, du type de chemin à suivre.!
Les potentiels et autres éléments encore non tranchés sont évidemment tous ces objets qui, dans
la peinture, vont encore par deux. Autant d’objets, autant d’épreuves. Le livre ouvert - par exemple
- pourrait être vue comme une invitation à toute lecture nouvelle qui suppose une dé-solidarisation
du texte et de son support, [croyance qui n’est rien moins qu’évidente]. Apprendre n’est-il pas
désapprendre ?!
!
Cette part au fond de nous qui sait ce pour quoi nous sommes là, ce que nous sommes
venus expérimenter, avec qui et comment sur Terre : c’est notre âme - immortelle -, notre
part divine, notre Moi profond, notre Soi… Mets le terme qui te parle le plus. "
Dans le tableau : c’est évidemment Marie. "
!
Marie ici en rouge, active puisque l’âme veille toujours ; avec le blanc de l’absence de jugement et
le vert de son éternelle nature naturante.!
!
Et tu comprends à présent pourquoi Jésus est ici drapé de mauve.!
• Le mauve est la combinaison du rouge et du bleu. Soit les couleurs symboliques de
l’activité et de la réceptivité. En cela, Jésus est encore inaccompli puisque sa robe est
le fruit de deux couleurs opposées.!
• Mais le mauve est également une couleur en soit ! Tout inaccompli qu’il soit, Jésus
porte donc aussi en lui le germe de son accomplissement. Observe à présent le
vêtement du Bateleur. Fais-tu le lien ?!
!
!
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 6/10
!!2/"
Nous avons donc chacune et chacun de nous un chemin à accomplir. !
Un chemin spécifique à chacun: un chemin qui n’est que le nôtre. Et nous avons chacune et
chacun d’entre nous une / des raison(s) bien spécifique(s) qui nous demande(nt) de vivre ce
cheminement là et pas un autre. !
Il n’appartient donc à personne de critiquer ou de remettre en cause le cheminement de son
voisin."
!
Ceci dit, à chacune et à chacun de décider de suivre [ou pas / totalement ou partiellement /
consciemment ou pas] ce chemin. Chacune et chacun est libre de porter sa croix. !
Sur le tableau : l’être en devenir [Jésus] est en présence de multiples objets doubles qui sont
comme autant de travaux à effectuer sur soi. Libre à lui de s’y mettre ou pas. Aucun objet ne le
menace. Ils sont juste là et demandent seulement à être considérés puis, dans le meilleur des cas,
à être traités. !
!
!
!
3/"
Certains auteurs, de ceux qui ce sont penchés sur les évangiles apocryphes [ceux écartés par
Saint-Irénée], les manuscrits de la Mer Morte et autres écrits dits gnostiques, proposent une
lecture bien différente du cheminement du Christ que celle diffusée par l’Eglise.!
Le Christ va jusqu’au sacrifice ultime de sa personne en vue de rester cohérent avec ses
convictions. En d’autres termes, le Christ va au terme de son individuation quand bien même cela
doit lui coûter la vie. En d’autres termes, le Christ met au dessus de tout le cheminement
personnel et témoigne de l’importance de celui-ci en acceptant de mourir pour lui. Plutôt mourir
que de ne pas être Soi : telle est son invitation.!
Tu noteras au passage qu’il n’y a dans cette lecture aucune sanctification de la douleur ou de la
souffrance. Tu noteras que c’est le fait de ne pas être en accord avec soi qui est source de
souffrance et que cette souffrance est bien inférieure à celle du supplice de la croix.!
!
!
!
4/"
La nécessaire réceptivité à notre âme / Moi profond / Soi / enfant intérieur [mets le mot qui te parle
le plus] et à ce qui nous vient d’en haut [guides spirituels / anges / intuition … mets ici encore le
mot qui te parle le plus] est également inscrite dans la composition même du tableau.!
En effet, le Christ et Marie dessinent un triangle renversé qui évoque une coupe. Une coupe est un
récipient creux qui se laisse (r)emplir. !
Mais par quoi se fait-il (r)emplir ?!
Sans surprise, deux solutions s’offrent à nous.!
La scène est en effet illuminée par deux sources différentes. L’une, à droite, de nature
terrestre. L’autre, à gauche, de nature céleste. Aucune ne semble préférable à l’autre ;
aucune n’exclu l’autre. Toutes deux existent, toutes deux doivent être considérées dans la
mesure et selon le choix de chacun(e).!
Observe enfin que ce triangle renversé repose sur le pied du Christ : le pied étant un symbole de
la force de l'âme parce qu'il est le support de la station debout, caractéristique de l'homme. !
!
!
!
!
!
!
!
!
!
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 7/10
!!!
5/"
La présence des deux colombes au bas du tableaux nous assurent que nous sommes bien
en présence d’un message spirituel."
!
La présence de ces deux volatiles est une iconographie ancienne. Je ne résiste pas à l’envie de
replacer une mosaïque byzantine du 5e siècle EC ornant le tombeau de Galla Placidia à Ravenne.!
Deux oiseaux picorant dans la même coupe - ici absente du tableau de Zurbaràn, ce qui n’altère
en rien la référence - montre l’équilibre spirituel parvenu à se dégager de l’animalité et du carcan
des faiblesses humaines, ayant surmonté le humain-trop-humain immobilisateur. !
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 8/10
!!6/"
Le message délivré ici peut facilement être mis en relation - tu l’auras deviné depuis longtemps -
avec la colonne 6 du mandala du tarot, où tout l’enjeux est de passer de VI à XX en faisant du XIII. !
VI : choisir. XIII : mourir / abandonner / couper. XX : renaître à soi / accomplissement. !
Tout cela a déjà été évoqué plus haut.!
Note que mathématiquement, pour passer de VI à XXI : c’est par XV [la carte de toutes nos
divisions, mais aussi celle de l’acceptation de soi dans toute son imperfection] qu’il faut passer. :)!
!
!
ZURBARÀN : UN PEINTRE INITIÉ."
!
Zurbaràn semble de toute évidence être un initié. Comprendre : un être qui cherche
l’accomplissement personnel et spirituel en dehors de l’orthodoxie par le biais des voies
symboliques. !
Si ce tableau ne t’en n’a pas encore convaincu, je t’invite à observer sa représentation d’Hercule
luttant contre le lion de Némée. La patte du félin a des allures… de pied humain… à 6 orteils !!
Saluons le courage du peintre qui a pris le risque à faire passer son message au coeur de
l’Espagne du XVIIe siècle, en pleine contre-Réforme.!
!
!
!
!
axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 9/10
!!AVANT DE TE REMERCIER."
!
Comme l’écrivait Christian Knorr von Rosenroth [1636-1690], quasi contemporain de Zurbaràn,
dans son ouvrage Adumbration Kabbalae christinae : je cherche, je n’affirme pas, je ne détermine
rien ici, ni ne dicte. !
C’est donc dans cet esprit que j’affectionne tant que je t’ai livré une lecture - parmi d’autres - de ce
tableau que tu pourras aller voir au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles jusqu’au 25 mai 2014.
A toi qui est en chemin,
quel que soit ce chemin,
je te souhaite la force et le courage durant ton parcours ;
je te remercie de consacrer ainsi ton énergie
à ton épanouissement et à ton bien-être
dont nous bénéficions tous.
!

L’auteur :
!
• Historien de l’art [Université de Liège • Belgique]
• Moine bouddhiste [ • ]!
• Tarot de Marseille & Astrologie Humaniste
comme outils de développements personnel & spirituel.!

axel@letarot.be La maison de Nazareth [Zurbaràn]. Proposition de lecture ésotérique 10/10

?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.