100 citations de Kofi Annan

De
Publié par

« Musulmans, juifs, chrétiens, hindous ou bouddhistes, tous ceux qui ont la foi, tous ceux qui se reconnaissent dans une identité culturelle, nationale ou religieuse fondée sur des valeurs de vérité, de dignité et de justice, ne sauraient rester indifférents dans la lutte contre l’intolérance. » Voici l'une des 100 citations pleines de sagesse de Kofi Annan que vous pourrez retrouver dans ce document.
Kofi Annan a été le septième secrétaire général des Nations Unies, de 1997 à 2006. Personnage très populaire de par son implication pour la paix, il a travaillé, entre autres, auparavant dans l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mais aussi à la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique et à l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). Il lutte activement contre la peine de mort, la torture, et pour le respect des droits de l'Homme. Il est aussi très engagé pour la cause africaine. Il est également connu pour avoir vivement critiqué la politique américaine, au sujet du terrorisme notamment. Le 10 décembre 2001, Kofi Annan a reçu le prix nobel de la paix.

Publié le : mercredi 22 juin 2011
Lecture(s) : 9 327
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
LES 100CITATIONS DE
Kofi Annan
« L'un des principaux enseignements tirés des 50 dernières années est qu'il est impossible d'instaurer la paix dans des sociétés accablées par l'extrême pauvreté, la dégradation humaine et l'oppression politique. »Extrait d’une déclaration, Groupe des 77, 22 janvier 1997
« J'estime que lorsqu'on en vient à réaliser des réformes dans une Organisation comme la nôtre, il s'agit là de circonstances dans lesquelles nous devons tous nous remémorer ce qu'a déclaré un jour Ben Bella : Nous devons tous être prêts à mourir un peu et à donner un peu pour permettre aux choses d'avancer. Et je suis convaincu que cela se produira en l'occurrence. »Extrait d’une conférence de presse, New York, 17 mars 1997
« Dans bien des cas, l'ONU s'est acquittée impeccablement de son mandat. Tous ceux qui ont contribué à ce succès méritent qu'on leur rende hommage. Toutefois, il y a eu aussi quelques échecs marquants et, malheureusement, ceux-ci marquent beaucoup plus l'opinion publique que les réussites. C'est au point que, dans certains milieux, on ignore totalement ce que l'ONU a fait pour instaurer la paix dans le monde. »Extrait d’une déclaration, Institut universitaire des hautes études internationales et l'Association suisse de politique étrangère, 14 avril 1997
« Selon le dicton africain, quelle que soit la longueur du chemin à parcourir, le voyage commence par un premier pas. Que ce soit dans le domaine du maintien de la paix, de l'aide humanitaire ou à titre personnel, nous pouvons tous apporter une contribution. L'engagement qui motive notre présence peut avoir un impact vital. »Extrait d’une déclaration, Conférence annuelle DPI/ONG, 17 septembre 1997
« Faute d'avoir prévenu ces épouvantables tragédies (comme au Rwanda, en Somalie et au Libéria), les dirigeants des pays africains ont manqué à leurs responsabilités à l'égard de leurs peuples; la communauté internationale a manqué aux siennes; l'Organisation des Nations Unies aussi. »Extraitd’un rapport sur les causes des conflits en Afrique, avril 1998
« Le développement et la démocratie sont étroitement liés et une opinion publique bien informée est une composante essentielle de la démocratie. »Extrait d’une déclaration, à l'occasion de la Journée mondiale pour la liberté de la presse, 3 mai 1998
« Les trente et quelques années que j'ai passées à l'ONU m'ont appris que lorsque les pays unissent leurs efforts pour tenter de résoudre un problème, ils y parviennent presque toujours. Cette occasion se présente aujourd'hui; bien sûr, nous ferons des erreurs, nous essuierons des déceptions. Mais nous ne devons pas renoncer. Il est temps que chaque pays dise "non" à la drogue, et que tous relèvent le défi d'un monde sans drogue. »Extrait d’une déclaration, Vingtième session extraordinaire de l'Assemblée générale consacrée à la lutte commune contre le problème mondial de la drogue, 10 juin 1998
« Là où les droits de l'homme sont foulés aux pieds, il ne faut pas espérer que les citoyens cultivent leurs talents, ni qu’ils contribuent à la prospérité de la nation ou au développement de la communauté. Si elle n’instaure pas l'état de droit, ne protège pas l'individu, et ne se débarrasse pas de la corruption, une société ne peut se développer à long terme. »Extrait d’une déclaration, Cinquantième anniversaire de la Déclaration universelle, 8 décembree 1998
« Il se trouve encore des gens pour s'interroger sur l'opportunité de la liberté de la presse dans telles ou telles circonstances; pour prétendre qu'elle menace la stabilité sociale et compromet le progrès; pour y voir quelque chose d'imposé de l'extérieur et non l'expression locale de cette liberté d'expression à laquelle aspirent tous les peuples. Ceux qui avancent ces opinions, ce ne sont jamais les gouvernés mais les gouvernants;jamais les démunis mais les nantis; jamais ceux qui sont muets mais ceux qui sont seuls autorisés à faire entendre leur voix. »Extrait d’une déclaration, Journée mondiale de la liberté de la presse, 3 mai 1999
« Plus que jamais, nous avons ressenti les douleurs de la mondialisation et la nécessité de sous-tendre le marché mondial par l'acceptation du monde entier. Ces problèmes ne peuvent pas être réglés en imposant encore plus de restrictions aux exportations des
pays en développement; elles exigent cependant un renforcement du système des Nations Unies. »Extrait d’une conférence de presse, New York, 14 décembre 1999
« Pour assurer une croissance généralisée et vaincre la pauvreté, un pays doit veiller à ce que tous les groupes de population aient la possibilité d’améliorer leur condition et soient consultés pour les décisions qui influent sur leur existence.»Extrait d’un discours, Chambres du Parlement italien, Rome, 5 avril 2000
« Je crois que le rôle premier de l'ONU et du Conseil de sécurité, lorsqu'il s'agit de la paix et de la sécurité, est un rôle accepté par tous. Oui, il y a eu des cas où l'on n'a pas tenu compte du Conseil et où il a été contourné, mais je suppose que c'est plutôt l'exception que la règle et, ensemble, nous serons d'accord pour dire que dans certains de ces cas, il vaut mieux que l'ensemble du monde agisse de concert par le biais de l'ONU pour exercer des pressions sur ceux dont nous voulons changer la conduite et travailler ensemble pour résoudre les conflits. Je crois que le fait que certaines choses se soient produites ne signifie pas la fin du Conseil de sécurité. »Extrait d’une conférence de presse, New York, 3 avril 2000
« Nous aux Nations Unies et la communauté internationale dans son ensemble devons déployer des efforts plus importants pour faire en sorte que lorsque des sanctions sont imposées à un Etat Membre, nous soyons en mesure d'expliquer clairement et avec conviction leur nécessité et leur but ultime. »Extrait d’un discours, Académie internationale pour la paix, 18 avril 2000
« Aucun être humain ne peut comprendre qu’on le chasse de son foyer ou qu’on l’emprisonne et le torture pour avoir exprimé ses convictions. Personne non plus ne peut comprendre que le sol labouré naguère par ses parents cède le pas au désert, ou que ses compétences deviennent inutiles et que sa famille soit livrée à la faim.»Extrait d’une allocution, Sommet du Millénaire, 6 septembre 2000
« De la tribune mondiale au lieu le plus intime, le sida nous impose de rester en alerte, de ne pas l’écarter comme s’il était « l’affaire des autres ». Il nous impose de nous ouvrir à la recherche de solutions collectives efficaces pour le combattre. Le VIH/sida nous impose d’accueillir à bras ouverts ceux qui vivent avec lui et de leur apporter le soutien de notre solidarité. »Extrait d’une déclaration, Journée mondiale de la lutte contre le sida, 1er décembre 2000
« En tant qu’Africain, je sais comme vous que l’Afrique n’a que trop tardé à réagir. Alors que le sida a déjà fauché tant de vies, nous ne consacrons pas encore toutes nos énergies à la lutte. En tant que Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, je sais que la communauté internationale a été trop lente à se mobiliser. »Extrait d’une déclaration, Forum africain du développement, Addis-Abeba, 7 décelmbre 2000
« Démocratie et état de droit sont indissociables. Parce que la légitimité du pouvoir repose sur la volonté du peuple, la démocratie renforce l’état de droit mais elle en dépend aussi car, sans état de droit, il n’est pas possible d’organiser des élections libres et régulières ni de régler les problèmes qui peuvent se poser pendant le processus électoral. C’est pourquoi l’existence d’un pouvoir judiciaire fort et indépendant est essentielle. »Extraitd’un discours prononcé le 4 décembre 2000 à Cotonou, au Bénin, à l’occasion de la quatrième Conférence internationale des démocraties nouvelles et rétablies
« S’il y a une leçon à tirer de l’expérience récente, c’est que, même si la mondialisation a fait des gagnants et des perdants, l’affrontement ne mène à rien. La solution n’est pas de transformer les gagnants en perdants et vice versa. »Extraitd’une allocution devant le Forum du millénaire des organisations non gouvernementales et de la sociétécivile, 24 mai 2000
« Nous savons que la révolution des ONG a été rendue possible par quelque chose que vous avez compris avant les gouvernements : comment employer à votre avantage les outils de la révolution de l’information. Les technologies des communications vous ont permis d’établir des contacts et d’interagir par-delà presque toutes les frontières. Vous avez compris que les problèmes sans passeports requièrent des solutions frontières. »
Extraitd’une allocution devant le Forum du millénaire des organisations non gouvernementales et de la sociétécivile, 24 mai 2000
« Notre époque, comme celles qui l’ont précédée, a vu apparaître de nouvelles formes de discrimination raciale, non moins odieuses que les anciennes. Nombre des conflits qui ravagent le monde d’aujourd’hui ont une dimension ethnique. Les populations civiles sont de plus en plus souvent visées, uniquement en raison de leur identité ethnique. » Extraitd’une déclaration, Journée internationale de l’élimination de la discrimination raciale, 21 mars 2000
« Le système multilatéral actuel doit être modernisé et renforcé. Il nous faut transformer la façon dont les décisions sont prises au Conseil de sécurité des Nations Unies et dans les institutions du système financier international. Nous devons ouvrir le domaine public international aux divers acteurs de la société civile. Il faut que les entreprises privées fassent preuve de plus de civisme, de plus de solidarité. »Extraitd’une allocution, Université de La Havane, 12 avril 2000
« L’humanité n’aurait rien à gagner à un Sommet où les dirigeants du monde entier s’affronteraient en remâchant leurs doléances. Je cherche au contraire à aider ces dirigeants à se mettre d’accord sur un programme constructif et pragmatique. »Extraitd’une allocution, Sommet Sud-Sud, 12 avril 2000
« S’il est vrai que certains États "nucléaires" ont fourni de nouvelles informations sur leurs arsenaux, le manque de transparence quant au nombre d'armes et au volume des matières nucléaires demeure problématique. »Extraitd’une allocution, Conférence des Parties chargée de l’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), 24 avril 2000
« Qu'il s'agisse de questions de moralité ou de mortalité, les filles sont privées de leurs droits dès leur plus tendre enfance. S'il faut choisir entre éduquer un garçon et éduquer une fille, c’est souvent la fille que l’on garde à la maison. S'il faut accroître les revenus de la famille, c’est souvent la fille que l’on envoie travailler. »Extraitd’une allocution, Forum mondial sur l’éducation, Dakar, 26 avril 2000
« Dans un pays où ceux qui détiennent les rênes du pouvoir n’ont de compte à rendre à personne et en profitent pour monopoliser la richesse, exploiter leurs concitoyens et réprimer toute expression pacifique d’avis divergents, les conflits ne sont que tropprévisibles.»Extraitd’une allocution prononcée après avoir reçu le titre de docteur honoris causa ès relations internationales de l’Université de Yaoundé II à Yaoundé (Cameroun), 2 mai 2000
« L'avenir de la planète dépend des femmes. »Extraitd’une allocution,Vingt-troisième session extraordinaire de l’Assemblée générale intitulée « Les femmes en l’an 2000 : égalité entre les sexes, développement et paix pour le XXIe siècle », 5 juin 2000
« La misère fait insulte à l'humanité. Si les pauvres ne peuvent gagner leur vie, c'est nous tous qui en sommes appauvris.»Extraitd’une déclarationn, Session extraordinaire de l'Assemblée générale, Genève 26 juin 2000
« Les entreprises sont en train de prendre conscience du fait que la mondialisation des marchés doit avoir pour pendant la mondialisation de la notion de responsabilité sociale des sociétés et sa mise en pratique. Et elles s’aperçoivent de plus en plus qu’en fin de compte, en faisant le bien elles font aussi des profits. »Extrait d’un discours, Forum économique mondial de Davos (Suisse), 28 janvier 2001
« Contrairement à ce que l’on croit généralement, il ne s’agit pas de faire un choix entre économie et écologie. D’aucuns prétendent en effet que protéger l’environnement, c’est freiner, voire compromettre la croissance.»Extrait d’une déclaration , Faculté de droit et de diplomatie Fletcher de l’Université Tufts, 20 mai 2001
« Le silence et l'exclusion poussent le VIH/Sida dans la clandestinité et favorisent sa propagation. Parler du problème, c'est commencer à le résoudre. »Extrait d’une allocution, Chambre de commerce américaine, à Washington, 1er juin 2001
« C'est l'ignorance, et non la connaissance, qui dresse les hommes les uns contre les autres. » « Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. »Extrait d'une déclaration le11 Septembre 2001« C'est à chacun d'entre nous de cultiver le meilleur dans sa nature et de lutter contre le pire. »Extrait d'un discours àNew York - 13 Septembre 2001 « La paix est un rêve suspendu. »Extrait d'un discours à l’ONU - 14 Septembre 2001 « Le monde se définit non seulement par ce 'pour quoi', mais aussi par ce 'contre quoi' et 'contre qui' il agit. »Extrait du journalLe Monde - 23 septembre 2001 « La seule voie qui offre quelque espoir d'un avenir meilleur pour toute l'humanité est celle de la coopération et du partenariat. »Extrait d'un discours à l’Assemblée générale de l’ONU - 24 Septembre 2001 « Rejetons la voie de la violence, qui est le produit du nihilisme et du désespoir. »Extrait d'un discours à l’ Assemblée générale de l’ONU - 24 Septembre 2001 « Les graines d'un vieillissement en bonne santé se sèment tôt. »Extrait d'un discours à l’ Assemblée mondiale sur le vieillissement - 27 Septembre 2001 « Le prix Nobel de la paix nous honore tous, sans distinction, mais doit en même temps nous inciter à la modestie. »Extrait d'un message, journée des Nations Unies, 24 octobre 2001 « S'il est une chose que nous avons comprise au fil du temps, c'est que les scénarios catastrophes et les critiques destructrices n'ont jamais poussé les peuples et les gouvernements à agir. Ce dont nous avons besoin c'est d'un dessein positif, d'un plan bien tracé du chemin à parcourir et d'une répartition judicieuse des responsabilités entre les divers acteurs du système. »Extrait d'une conférence, London School of economics and political sciences, Londres, 25 février 2002 « Tout sacrifice des libertés fondamentales dans la lutte contre la terreur n'est pas seulement répréhensible en soi mais a, en fin de compte, des effets contraires à ceux recherchés. »Extrait d’une déclaration,Commission des droits de l'homme, Genève, 12 avril 2002 « L’eau; l’énergie; la santé; l’agriculture; et la biodiversité. Cinq domaines dont les initiales en anglais forment un acronyme simple: WEHAB. Pour s’en souvenir, il suffit de penser aux phrases suivantes: We inhabit the earth (nous habitons la Terre). And we must rehabilitate our one and only planet (Et nous devons remettre en état notre seule planète). Je suis sûr que vous pouvez trouver votre propre interprétation. J’espère que ce sigle deviendra une sorte de mantra d’ici à l’ouverture du Sommet de Johannesburg. »Extrait d'un exposé, «Pour un avenir viable» et dont le texte a été présenté par Mme Nane Annan, «Conférence annuelle sur l'environnement», Musée américain d'histoire naturelle, 22 mai 2002 « Le NEPAD est un pacte conclu entre les dirigeants et les populations d’Afrique. Fondé sur un code de bonne gestion des affaires publiques, il donne à l’Afrique et à la communauté internationale une base sur laquelle bâtir leur entente.»Extrait d’une déclaration, Conférence de presse du Groupe des Huit (G-8) à Kananaskis (Canada), 27 juin 2002 « Il ne doit pas y avoir de relâchement dans la lutte contre l'impunité ni dans nos efforts pour prévenir tout génocide et autres crimes horribles qui relèvent de la compétence de la Cour pénale internationale. »Extrait d’une déclaration, entrée en er vigueur du Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale (CPI), 1 juillet 2002 « La démocratie ne se résume pas à la tenue d’élections. Elle exige que chacun, y compris le gouvernement et le parti au pouvoir, respecte l’état de droit. Elle exige des institutions viables qui garantissent les droits fondamentaux de tous les citoyens, y compris des minorités. Elle exige la vigilance constante d’une société
civile dynamique. »Extrait d’une allocution, Sommet de l’Union africaine, Maputo, Mozambique, 10 octobre 2003 « Johannesburg est un test pour le multilatéralisme et pour la communauté internationale. C’est un test pour tous les dirigeants qui disent se préoccuper du bien-être de notre planète et de sa population. »Extrait d’une allocution, «Amis du Président», Comité préparatoire du Sommet mondial pour le développement durable, 17 juillet 2002 « Le trafic des êtres humains est la branche du crime organisé qui connaît la croissance la plus rapide, et nombreux sont les narcotrafiquants qui s’y sont reconvertis parce qu’il s’agit d’une activité plus lucrative et relativement sans risque. »Extrait d’un message, Sommet international sur le trafic des êtres humains, la maltraitance, le travail et l'esclavage des enfants, Abuja (Nigéria), 1 août 2002« L’alphabétisation est l’un des préalables de la paix. »Extrait d’une déclaration, 30 août 2002 « En lieu et place de la «Realpolitik», nous devons conforter le respect de la légalité. Le siècle dernier nous a apporté deux guerres mondiales, l’holocauste etle génocide, et pour que tout cela soit à jamais révolu, nous devons construire un système de sécurité collective. Dans un monde où les problèmes sont par essence transnationaux, nous devons propager des valeurs transnationales. » Extrait d’un discours, Service mondial de la BBC, 10 décembre 2002 « Nous devons condamner vigoureusement tous ceux qui invoquent la religion pour justifier des actes violents, comme nous devons rejeter l’amalgame qui est parfois fait entre l’Islam et le terrorisme. »Extrait d’un message, Symposium « l’Europe, l’Amérique et l’Islam », XXVe Edition du festival culturel international d’Assilah au Maroc « La question n’est pas de savoir si nous voulons la mondialisation, mais plutôt de savoir quelle forme nous souhaitons lui donner. Notre objectif doit être d’en faire un processus ouvert et équitable. »Extrait d’un message, Forum social mondial, Porto Alegre (Brésil), 27 janvier 2003 « Il faut bien comprendre que l’Organisation des Nations Unies n’est pas une entité à part, étrangère, qui cherche à imposer son programme. L’Organisation des Nations Unies, c’est nous: c’est vous et c’est moi. C’est une alliance qui regroupe 191 pays du monde, dont chacun a une contribution à apporter. »Extrait ème d’une allocution,anniversaire du Collège William et Mary,Journée de la Charte marquant le 310 Williamsburg (Virginie-USA), 8 février 2003 « Quand les Etats-Unis jouent un rôle moteur en faisant patiemment jouer la diplomatie pour convaincre et forger des coalitions, l’ONU y gagne, et eux aussi. L’Organisation des Nations Unies est le plus utile à ses membres, y compris les Etats-Unis, quand elle fait front uni et permet à l’action collective de l’emporter ème sur la discorde. »Extrait d’une allocution,anniversaireJournée de la Charte marquant le 310 du Collège William et Mary, Williamsburg (Virginie-USA), 8 février 2003 « Le traité sur les mines antipersonnel n’aurait pas vu le jour sans les organisations non gouvernementales.»Extrait d’une allocution,Conseil consultatif pour les questions de désarmement, 12 février 2003 « Quand les choses vont bien pour les femmes, c’est toute la société qui en tire profit, et les jeunes générations prennent un meilleur départ dans la vie. »8 mars 2003 « Il existe une corrélation directe entre les succès remportés par l’ONU et l’unité du Conseil de sécurité – et entre les revers de l’ONU et les divisions au sein des membres du Conseil concernant la stratégie à suivre. »Extrait d’une déclaration, er Conseil de sécurité, 1 mai 2003« Des médias libres et bien informés sont la pierre angulaire de la société de l’information et jouent un rôle essentiel lorsqu’il s’agit d’aider tous les peuples du monde à communiquer. »Extrait d’un message, Journée mondiale des télécommunications, 8 mai 2003
« Le message du Bouddha était empli de paix et de compassion, mais aussi de conscience – conscience de soi, de ses actions et du monde environnant. C’est un message que devraient prendre à coeur tous ceux qui ont souci du devenir et du destin de l’humanité. »Extrait d’un message, Journée du Vesak, 15 mai 2003 « Faire accéder tous les peuples du monde à l’indépendance est l’un des plus importants objectifs que l’ONU ait poursuivis depuis sa création. »Extrait d’un message, Séminaire régional des Caraïbes sur la décolonisation à The Valley (Anguilla), du 20 au 22 mai 2003 « Si les remarquables progrès technologiques de «l’ère de l’information» ont offert de vastes et nouvelles possibilités, ils ont par ailleurs ouvert de nouveaux «fossés» entre les riches et les pauvres et entre les «nantis» et les «démunis» en matière de technologie de l’information. »Extrait d’un message, Conférence ministérielle sur l’« information et la radiodiffusion en Asie et dans le Pacifique », Bangkok (Thaïlande), 27 mai 2003« La corruption est une menace insidieuse. Elle avilit la démocratie, sape les fondements de l’état de droit, fausse les marchés, entrave la croissance économique et prive bon nombre d’individus d’une partie des ressources économiques qui leur revient légitimement ou de l’aide vitale à laquelle ils ont droit. La corruption est donc un obstacle majeur au développement économique et social. »Extrait d’un message,Kennedy School of Government de l’Université Harvard, 8 juin 2003 « L’informatique n’est ni une formule magique ni une panacée, mais elle constitue un formidable outil, qui peut et doit être mis au service de notre mission universelle en faveur de la paix et du développement. »Extrait d’un message,Conférence «Nouvel ordre numérique mondial: réduire la fracture numérique», Conseil des entreprises pour les Nations Unies, New York, 18 juin 2003« Pour que l’économie des pays pauvres puisse «décoller», deux portes doivent s’ouvrir: dans les pays développés, celle qui donne accès aux marchés et, dans le monde en développement, celle qui reste trop souvent fermée parce que l’esprit d’entreprise se heurte à des obstacles internes. »Extrait d’une allocution, ECOSOC, 20 juin 2003 « Aussi sûrement que l’Organisation des Nations Unies est pour la paix et le développement, elle défend le droit de chacun de ne pas être soumis à la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et s’emploie à ce que les auteurs de crimes d’une telle gravité soient traduits en justice. »Extrait d’un message,Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, 26 juin 2003 « Le service des Nations Unies n’est pas simplement un emploi. C’est une vocation. »Extrait d’une déclarationdevant le personnel de l’ONU réuni pour rendre hommage aux victimes de l’attentat perpétré à Bagdad le 19 août 2003 « Quand nous saluons le sacrifice de Sergio Vieira de Mello et celui de ses camarades morts avec lui – nous nous rappelons qu’ils ont donné leur vie pour la défense de principes, pour la paix, pour la réconciliation – alors nous pouvons redresser la tête; et nous sommes fiers de travailler pour l’Organisation qu’ils servaient. »Extrait d’une déclaration, Rio de Janeiro, 23 août 2003 « Le Conseil de sécurité doit regagner la confiance des États et de l’opinion publique mondiale », et sera d’autant plus à même de le faire s’il est perçu comme étant largement représentatif de la communauté internationale dans son ensemble ainsi que des réalités géopolitiques du monde contemporain. »Extrait du Rapport sur l’activité de l’Organisation, 8 septembre 2003 « La démocratie ne peut être imposée de l’étranger, mais l’action de la communauté internationale peut favoriser et faciliter son instauration. »Extrait d’un message, Cinquième Conférence internationale des démocraties nouvelles ou rétablies, Oulan-Bator, 10 au 12 septembre 2003
« Il nous faudra gérer notre interdépendance de façon à en faire un outil d’intégration et non d’exclusion et c’est là le véritable défi universel qui nous attend. »Extrait d’un message, première Journée annuelle de l’interdépendance, Philadelphie (USA), 12 septembre 2003 « Les événements du 11 septembre 2001, et les réactions qu’ils ont suscitées, ont réveillé le spectre d’un «choc des civilisations». Personnellement, je ne crois pas à tel affrontement car je ne pense pas que, dans le monde actuel, les civilisations soient opposées ou séparées.»Extrait d’une declaration,Conférence sur l’islam et l’Occident donnée le par le professeur Seyyed Hossein Nasr, New York, 15 septembre 2003 « Les droits de l’homme ne peuvent être sacrifiés au profit de la lutte contre le terrorisme. Il n’y a rien d’incompatible entre la défense des droits de l’homme et la lutte contre le terrorisme. Au contraire, le principe moral qui sous-tend les droits de l’homme, celui d’un profond respect pour la dignité de chaque individu, est une de nos armes les plus puissantes pour combattre le terrorisme. »Extrait d’une allocution,Conférence « Combattre le terrorisme pour l’humanité : Conférence sur les racines du mal », 22 septembre 2003 « La Cour pénale internationale est un instrument de justice, pas un expédient. »Extrait d’un message, Colloque sur l’étude comparative entre le droit pénal international et le Statut de Rome, à Beijing, 15 octobre 2003 « Le monde islamique ne sera en mesure d’influencer positivement le devenir du monde que le jour où les musulmans jouiront pleinement de leurs droits et libertés fondamentaux, où l’on comprendra que le Coran prescrit l’éducation de tous, où le talent créatif de tant de musulmans, en particulier les femmes, sera mis à profit pour le développement des communautés musulmanes. »Extrait d’une allocution, Sommet de l’OCI, Kuala Lumpur, 16 octobre 2003 « Il n’est pas question de prendre les ressources destinées à d’autres situations d’urgence dans le monde pour les allouer à l’Iraq. La souffrance est partout autour de nous – des crises profondes qui vont des conflits à la propagation du VIH/sida. Mais si la volonté existe, alors les ressources existent aussi pour faire face à toutes ces situations. »Extrait d’un discours,Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq, 23 octobre 2003 « Si l’on s’accorde largement à reconnaître que le Conseil de sécurité devrait être élargi, aucun consensus ne s’est dégagé sur la manière de procéder. Or, il faut que nous parvenions à un consensus sur ce point. »Extrait d’une allocution,Réunion annuelle des parlementaires à l’Organisation des Nations Unies, 27 octobre 2003 « Un poète a appelé un jour les membres de sa profession les «législateurs méconnus de l’humanité». On peut en dire autant des journalistes. »Extrait d’un message,Fonds Dag Hammarskjöld, 29 octobre 2003 « C’est parmi les jeunes que se trouvent les véritables héros et héroïnes de la lutte contre le sida. »Extrait d’un message,Gala de charité annuel de YouthAIDS, New York, 27 octobre 2003 « Défendre l’environnement dans une optique à long terme n’est pas un luxe; c’est la condition préalable de la paix et de la prospérité futures de notre planète. »Extrait d’un message,Journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé, 6 novembre 2003 « Les objectifs du Millénaire pour le développement sont un test: pour les pays en développement qui doivent engager des réformes politiques et économiques et libérer l’énergie créatrice de leur population; et pour les pays développés qui doivent appuyer les mesures ainsi prises en renouvelant leur aide, en allégeant le fardeau de la dette et en définissant des règles de commerce équitables. »Extrait d’un message, Conférence de la Déclaration pour le développement économique mondial, tenue à Zhuhai (Chine), 6 et 7 novembre 2003
« L’action militaire lancée en Iraq sans l’autorisation du Conseil de sécurité a soulevé un peu partout des doutes concernant l’efficacité de notre système de sécurité collective. »Extrait d’une allocution, Congrès national équatorien à Quito, le 10 novembre 2003 « Nombreux sont ceux qui considèrent que le terrorisme, les armes de destruction massive, les réseaux de criminalité transnationale et les liens susceptibles d’exister entre ces phénomènes et les renforcer constituent les plus graves menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité. Mais si l’on effectuait un sondage dans chacune des régions du monde, d’autres menaces arriveraient peut-être en tête du palmarès: guerres civiles et autres conflits armés, pauvreté, détérioration de l’environnement, sida et autres maladies. »Extrait d’un message, Prix Global Leadership Award au dîner annuel de l’Aspen Institute, le 4 novembre, 12 novembre 2003 « La tolérance n’est ni démission, ni indifférence, mais l’exercice vigilant d’une éthique de la responsabilité, soucieuse de l’intégrité de l’être humain et de notre appartenance à une humanité digne de ce nom.Extrait d’un message, Journée internationale de la tolérance, 16 novembre 2003 « L’Organisation des Nations Unies fait surtout les grands titres des médias pour ses opérations de maintien de la paix ou à l’occasion de crises complexes, par exemple celle de l’Iraq. Mais la défense des droits des handicapés occupe une place primordiale dans notre action globale au service de la paix, du développement et des droits de l’homme. »Extrait d’une déclaration, cérémonie de remise du prix international Franklin Delano Roosevelt pour la promotion des personnes handicapées, New York, 17 novembre 2003 « Carlos Fuentes a écrit il y a plus de 10 ans que les États démocratiques d’Amérique latine doivent faire ce que jusqu’ici l’on attendait seulement des révolutions: amener le développement économique avec la démocratie et la justice sociale. Il en est toujours ainsi aujourd’hui. »Extrait d’une allocution, XIIIème Sommet ibéro-américain, Santa Cruz de la Sierra (Bolivie), 17 novembre 2003 « Comme nous l’avons constaté maintes et maintes fois, les gens donnent généreusement lorsqu’ils voient sur leur écran de télévision un enfant affamé, une mère à l’agonie, un père désespéré. Mais n’oublions pas que bon nombre descrises les plus graves qui sévissent dans le monde se déroulent loin des caméras. »Extrait d’une allocution, Appel humanitaire pour 2004, 18 novembre 2003 « Parmi toutes les formes de violation des droits fondamentaux, la violence à l’égard des femmes est sans doute la pire ignominie. Aussi longtemps qu’elle existera, nous ne pourrons prétendre faire de réels progrès sur la voie de l’égalité, du développement et de la paix. »Extrait d’un mesage,Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, 25 novembre 2003 « Le monde est prêt à accepter le leadership des Etats-Unis, mais je pense aussi que ce leadership suscitera davantage d’admiration et moins de ressentiment, et sera en fait plus efficace, s’il s’exerce dans un cadre multilatéral, repose sur le dialogue et l’instauration progressive d’alliances par la diplomatie et s’il contribue à renforcer la primauté du droit dans les relations internationales. »Extrait d’un discours, « World Affairs Council », Los Angeles (USA), 3 décembre 2003« Il y a une tendance à politiser le travail de la Commission des droits de l’homme, il y a une tendance de la part de certains gouvernements à considérer cette Commission comme étant un instrument pour les mettre dans l’embarras. »Extrait d’une conférence de presse, New York, 18 décembre 2003 « La transparence et la lutte contre la corruption sont indispensables à l’élimination des causes profondes de nombreux problèmes. »Extrait d’une allocution, réunion avec le Président Chirac et des chefs d’entreprise consacrée au Pacte mondial, 27 janvier 2004 « L’hymne de l’Union européenne, l’Ode à la joie de Beethoven, évoque le jour où tous les hommes seront frères. Si Sergio Vieira de Mello était ici avec nous – et Andrei Sakharov aussi, d’ailleurs – il vous dirait la même chose que moi : que ceux qui se déplacent d’un pays à l’autre en quête d’une vie meilleure pour eux-
mêmes et pour leur famille sont nos frères et nos soeurs, et que nous devons les traiter comme tels. »Extrait d’une allocution, Parlement européen, Remise du prix Andrei Sakharov pour la liberté de l’esprit, Bruxelles, Belgique ,29 janvier 2004 « En tant que Secrétaire général de l’ONU, je prends comme point de départ le multilatéralisme. Vues sous cet angle-là, les choses ne vont pas très bien. Nous n’avons pas encore trouvé le moyen de réagir collectivement face aux problèmes qui mettent directement en péril la paix et la sécurité internationales. »Extrait d’un discours,Parlement canadien, 9 mars 2004 « Le racisme est aussi une des racines du génocide. Les pratiques racistes, les idéologies racistes, et les discours déshumanisants qui nient la dignité et les droits de groupes entiers doivent être condamnés. »Extrait d’un message, Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, 21 mars 2004 « Les missions de maintien de la paix ne suffisent pas pour mettre un terme aux conflits, mais elles constituent le meilleur espoir d’une paix durable. »Extrait d’un message, Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies, 29 mai 2004 « Musulmans, juifs, chrétiens, hindous ou bouddhistes, tous ceux qui ont la foi, tous ceux qui se reconnaissent dans une identité culturelle, nationale ou religieuse fondée sur des valeurs de vérité, de dignité et de justice, ne sauraient rester indifférents dans la lutte contre l’intolérance. »Extrait d’une allocution, Séminaire sur l’antisémitisme du Département de l’information, New York, 21 juin 2004 « Force est de reconnaître que les actions de l’Organisation des Nations Unies en matière d’antisémitisme n’ont pas toujours été à la mesure de ses idéaux. Il est déplorable que l’Assemblée générale ait adopté en 1975 une résolution dans laquelle elle assimilait le sionisme au racisme et je me félicite qu’elle soit depuis revenue sur sa position. »Extrait d’une allocution, Séminaire sur l’antisémitisme du Département de l’information, New York, 21 juin 2004 « Le partenariat avec la société civile n’est pas une fin en soi; il n’est pas non plus une panacée, mais il est indispensable si nous voulons tenir les promesses que nous avons faites dans nos accords de paix et avoir des sociétés pacifiques et desEtats viables. »Extrait d’une allocution, Conseil de sécurité, « Rôle de la société civile dans la consolidation de la paix après les conflits, 22 juin 2004 « Le meilleur moment d’une compétition de natation n’a pas lieu lorsqu’un nageur commence à se dégager du groupe, ou lorsqu’il finit gagnant de la course. Le meilleur moment est celui qui précède le signal de départ, lorsque aucune nation n’est plus grande ou plus petite, plus puissante ou plus faible qu’une autre. Pour moi, c’est ça le Moment olympique. »Extrait d’un message, campagne « Célébrons l’humanité » du Comité international olympique, 6 août 2004 « Nous, les Akans, pensons que la mort ne nous sépare pas de nos parents bienveillants. Leur esprit est constamment avec nous, et il est si vivant que nous sentons leur présence et pouvons même parfois leur parler. C’est pourquoi nous leur demandons aide et conseils dans les situations importantes, dans la victoire et dans la défaite, dans la joie et dans la peine. »Extrait d’une allocution, cérémonie marquant le premier anniversaire de l’attentat contre le Bureau des Nations Unies à Bagdad, Genève, 18 août 2004 « L’idée d’un « gouvernement des lois et non des hommes » est presque aussi vieille que la civilisation elle-même. »Extrait d’une allocution, Assemblée générale, rapport annuel sur l’activité des Nations Unies, 21 septembre 2004 « Là où existe un pouvoir coercitif, comme au Conseil de sécurité, beaucoup estiment qu’il n’est pas toujours utilisé de façon juste ou efficace. Et là où le principe de la légalité est invoqué le plus solennellement, comme à la Commission des droits de l’homme, ceux qui l’invoquent ne prêchent pas toujours par l’exemple. Ceux qui prétendent conférer la légitimité doivent eux-mêmes l’incarner; ceux qui invoquent le droit international doivent eux-mêmes s’y soumettre. »Extrait d’une allocution, Assemblée générale, rapport annuel sur l’activité des Nations Unies, 21 septembre 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.