Baromètre de l'emploi : 1ère vague mars 2015

De
Publié par

ère 1 vague du baromètre de l’emploi Mars 2015 Sondage réalisé par pour en partenariat avec LEVEE D’EMBARGO IMMEDIATE 2 Méthodologie Recueil Grand public Echantillon Enquête réalisée auprèsd’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internetentre le 5 et 6 mars 2015. Interrogationd’unde échantillon 966 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité del’échantillonassurée par la est méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession del’interviewéet profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération. Note sur les marges d’erreur Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques.
Publié le : mercredi 25 mars 2015
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins
ère 1 vague du baromètre de l’emploiMars 2015
 Sondage réalisé par pour en partenariat avec
LEVEE D’EMBARGO IMMEDIATE
2
Méthodologie
Recueil
Grand public
Echantillon
Enquête réalisée auprèsd’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internetentre le 5 et 6 mars 2015.
Interrogationd’unde échantillon 966 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité del’échantillonassurée par la est méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession del’interviewéet profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Note sur les marges d’erreur
Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques. Le tableau ci-des marges d’erreur suivant le résultat obtenu et la taille de l’échantillon considérdessous présente les valeurs é :
Taille de l’échantillon
1002003004005006007008009001 0002 0004 0006 00010 000
5 ou 95%4,43,1 2,52,21,91,8 1,61,51,41,41,00,7 0,60,4
Intervalle de confiance à 95% selon le score10 ou 90%20 ou 80%30 ou 70%40 ou 60%6,08,09,29,84,25,76,56,93,54,65,35,73,0 4,0 4,6 4,9 2,73,64,14,42,43,33,74,02,33,03,53,72,1 2,8 3,2 3,5 2,02,63,03,21,82,52,83,01,31,82,12,20,91,31,51,60,81,11,31,40,60,80,90,9
50%10,07,15,85,0 4,54,13,83,5 3,33,12,21,61,41,0
Exemple de lecture: Dans le cas d’un échantillon de1 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquête de20%, la marge d’erreur est égale à2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.
3
Principaux enseignements
Des actifs majoritairement optimistes concernantl’avenirde leur emploi actuel6 actifs sur 10 se déclarent optimistes concernantl’avenir de leur emploi actuel (59%), un score plutôt encourageant au regard du contexte économique et social du moment. Néanmoins, ce résultat est à relativiser dans la mesure où la part de « très optimistes » est marginale (1 actif sur 10). Sil’oncompare ce résultat à celui enregistré en 2012 dans notre Observatoire du Travail réalisé en partenariat (1) avec BPI Group et Liaisons sociales , la proportiond’actifs « très optimistes » était de 17% contre 9% cette année, soit une baisse de 8 points qui profite aux « plutôt pessimistes » (21% à 33% entre 2012 et 2015).
On observe un clivage important entre les salariés des secteurs privé et public, les salariés du privé étant nettement plus optimistes surl’avenirleur entreprise que les salariés du public (61% contre 42%, soit 19 de pointsd’écart).
En revanche, lorsquel’onla situation du marché de aborde l’emploiFrance, 75% des Français la jugent en préoccupante, avec une proportion quasiment équivalente de Français optimistes (25%) et de Français très pessimistes (22%). Notons néanmoins que les jeunes (18-24 ans) sont plus positifs que la moyenne des Français (34%d’optimistesversus 25% pourl’ensemble).et qui se voient travailler dans la même entreprise à horizon de 2 ans A court terme, deux tiers des actifs anticipent de travailler dans la même entreprise dans 2 ans (67%). Parmi eux, 52% pensentqu’ilsoccuperont le même poste et 15% un autre poste au sein del’entreprise.
Un actif sur 10 affirme qued’icideux ans, il exercera le même métier mais dans une autre entreprise (11%), les 25-34 ans étant plus nombreux à évoquer cette possibilité (17%). La reconversion professionnelle ou le départ à la retraite recueillent moins de 10% des citations (8% et 7%).
4
(1)Sondage BVA réalisé par internet du 11 au 20 décembre 2012 auprès de 1000 salariés français âgés de 18 ans et plus. La représentativité del’échantillona été assurée par la méthode des quotas, appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession, secteurd’activité. En 2012, le libellé était « la stabilité de votre emploi actuel ».
Principaux enseignements
Même si les actifs restent positifs sur leur situation professionnelle, la possibilité de perdre leur emploi représenterait une réelle difficulté En revanche, lorsquel’on évoquel’hypothèsed’une perte del’emploi actuel,l’inquiétude est nettement plus marquée: près des trois quarts des actifs estimentqu’ilserait difficile de retrouver un emploi équivalent à leur emploi actuel (73%) et 1 actif sur 4 affirme que ce serait même très difficile (27%). Là encore,les jeunes sont plus optimistessur cette question : 38% des 18-34 ans pensentqu’ilserait facile de retrouver un emploi équivalent contre 26% pourl’ensembledes actifs.
On constate une légère baisse del’indicateurde sérénité des actifs face à la recherched’emploi.S’ilsétaient (1) prèsd’untiers (29%) à être confiant sur la facilité à retrouver un travail équivalent en cas de perted’emploien 2012, ils ne sont plusqu’unquartaujourd’hui(26%). Dans ce contexte économique et social difficile, la rémunération est plus que jamais la priorité D’unpoint de vue professionnel, la priorité la plus fréquemment citée estd’êtremieux payé: cette attente est évoquée par 4 actifs sur 10 (39%) et par un salarié sur deux travaillant dans le secteur public.
Bien que moins citées, la perspectived’unemploi stable oud’untemps libre plus important constituent également des priorités, respectivement pour 21% et 16% des actifs. Enfin, pour moinsd’un actif sur 10, le faitd’avoirde responsabilités ou davantage d’avoirtravail un plus intéressant est mis en avant.
5
(1)Sondage BVA réalisé par internet du 11 au 20 décembre 2012 auprès de 1000 salariés français âgés de 18 ans et plus.La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas, appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession, secteur d’activité.
Principaux enseignements
Une dynamique intéressante en matière de recherched’emploiAu cours des 6 derniers mois,38% de la population des actifs, chômeurs et étudiants ont entamé une démarche concrète en matière de recherched’emploi: 29% sont pourl’instantdans une posture de veille et se tiennent au courant des opportunités du marché, 22% ont postulé à au moins une offred’emploi,et 13% ont passé un ou plusieurs entretiensd’embauche. Surl’ensembleces démarches, nous observons sans surprise un net clivage entre les personnes en poste et de les chômeurs, ces derniers étant beaucoup plus actifs dans ce domaine. Les deux tiers des chômeurs (67%) ont candidaté à un poste au cours des 6 derniers mois (contre 14% des personnes en poste) et un tiers a passé un entretien (contre 9% des personnes en poste). Il est intéressant de noterqu’unepart non négligeable des actifs (25%)reste àl’écoute du marché et fait de la veille, signed’unede mobilité ou volonté d’une éventuelle crainte de perdre de son emploi. Les sites Internet proposant des offresd’emploi sont considérés comme le moyen le plus efficace pour trouver un postePour la moitié des personnes potentiellement concernées par la recherched’emploi,les sites Internet diffusant des offresd’emploi sont incontournables dans la recherched’un emploi(52%) bien plus que les sites des entreprises (27%). Leréseauet ledépôt physiqued’unespontanée candidature (par exemple dans la restauration, les commerces) sont également perçus comme des moyens très efficaces (respectivement 46% et 44% des citations). Les résultats varient fortement en fonction du statut socio-professionnel : les catégories socio-professionnelles modestes (CSP-) jugent que les sites proposant des offresd’emploiles plus efficaces (60%) alors que les sont catégories socio-professionnelles aisées (CSP+) font plus confiance à leur réseau (52%).Cités de façon plus secondaire, les réseaux sociaux sont jugés efficaces par 1 personne sur 10 potentiellement concernée par la recherched’emploi(11%) et davantage par les CSP+ (14%).
6
Principaux enseignements
Le site Internet de Pôle emploi se positionne comme une référence en matière de recherche d’emploi. Il est suivi par Leboncoin.fr, puis Linkedin et Manpower. Lorsquel’ons’intéresseaux sites les plus utilisés pour la recherched’emploi,Pôle emploi arrive largement en tête(35% des citations), et de façon très marquée auprès des CSP- (51%) et des chômeurs (63%). Il occupe ère également la 1 place du classement auprès des CSP+ mais dans une proportion bien moindre (18%) et à égalité avec les sites del’Apecet Cadremploi, sites destinés aux cadres. ème er Leboncoin.fr se hisse à la 2 position (21%) et est ainsi le 1 site privé de recherched’emploi.Ce site est particulièrement bien installé auprès des CSP- (31%) alors que seuls 10% des CSP+ déclarent le consulter. ème Sur la 3 marche du podium se placent à égalité Linkedin et Manpower (13%), Linkedin étant davantage utilisé par les CSP+ (17%) et Manpower par les CSP- (21%). Les CSP+ utilisent également Viadeo (13%), ce qui confirme la confiance accordée par les CSP+ aux réseaux sociaux et plus largement à leur réseau. Des Français qui attendent surtoutd’unsite proposant des offresd’emploil’efficacitéde la mise en relation avec le recruteur ainsi que des offresd’emploipour tous les niveaux de qualification Concernant les attentes prioritairesd’un site Internet proposant des offresd’emploi,les personnes potentiellement concernées par la recherched’emploi citenten premier lieul’efficacitéla rapidité de la et mise en relation avec le recruteur (42%).Ils attachent également del’importancela personnalisation des à offrespuisque 39% évoquent la capacité à proposer des offresd’emploiadaptées à leur niveau de qualification, 31% la connaissance du marché del’emploidans leur région et 23% la connaissance de leur domained’activité. Vient ensuite la variété des offres proposées (29% des citations, le taux atteignant 43% parmi les chômeurs). Par ailleurs,s’ilsdevaient choisir, les Français préfèreraient un site généraliste (79%) plutôtqu’unsite spécialisé sur certains niveaux de qualification (19%), sans doute parcequ’ilsne pas passer à côté souhaitent d’opportunitésdans un marché del’emploidifficile. Cette idée est davantage partagée par les CSP- (88%) et les ère chômeurs (84%), et moins par les CSP+ (68%) qui placent leur réseau en 1 position des moyens les plus efficaces pour trouver un emploi. 7
Perception du marché du travail et de l’avenir professionnel
9%39%
Sous-Total Pessimiste
L’avenir devotre emploi actuel (Base : actifs)
9
Des actifs majoritairement optimistes concernant l’avenir de leur emploi et de leur entreprise lorsqu’ils travaillent dans le secteur privé
L’avenir de l’institutionpour laquelle vous travaillez (Base : salariés du secteur public)
Très optimiste
Plutôt pessimiste
L’avenir devotre entreprise (Base : salariés du secteur privé)
33%
61%7%
22%
75% Ouvriers : 83%
44%
Très pessimiste
53%
14%58%
30%
54%
50%
De manière générale, diriez-vousqu’aujourd’huiêtes très optimiste, plutôt optimiste, plutôt vous pessimiste ou très pessimiste sur
42%4%
59%9%
38%
8%41%
La situation du marché de 25%1%24% l’emploien France (Base : à tous) 18-24 ans : 34%
Plutôt optimiste
Sous-Total Optimiste
Avoir créé votre propre entreprise
Exercer un autre métier
Dans deux ans, pensez-vous?1 seule réponse possible
Etre parti(e) à la retraite
Aux actifs
Arrêter de travailler pour vous consacrer à des projets personnels
2%
3%
10
D’ailleurs, une proportionéquivalente se voit travailler dans la même entreprise à horizon de 2 ans
52%
Travaillerdans un autre posteau sein de la même entreprise ou organisme
Autre : 2%
Sous-Total ‘Travailler dans la même entreprise’ :67%
25-34 ans : 23% 15%Salariés du public : 22%
7%
Travaillerau même postedans la même entreprise ou organisme
Exercer le même métier dans une autre entreprise ou organisme
11% 25-34 ans : 17%
8% Employés : 15%
Malgré ce timide optimisme, près des trois quarts des actifs jugent qu’il serait difficile de retrouver un emploi équivalent en cas de licenciement
Si vous perdiez votre emploi actuel, retrouver un emploi équivalent serait selon vous
11
Sous-total Difficile : 73%
Niveau CAP / BEP : 89% 50 ans et plus : 84%
Aux actifs
Ne se prononce pas
Très difficile 27%
Très facile
1% 3% 23%
46%
Plutôt difficile
Plutôt facile
Sous-Total Facile : 26%
18-34 ans : 38% Ile-de-France : 34%
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.