La Charte pour une santé solidaire plébiscitée par les Français

De
Publié par

Le carnet de santé des Français Sondage réalisé par pour LeǀĠe d’eŵďaƌgo le8 avril 2015 à 06h00 Méthodologie Recueil Echantillon EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais interrogés par Internetles 2 et 3 avril 2015 Echantillon de1 055 personnesreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégoried’aggloŵĠƌatioŶ. PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultatd’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé. Sile pourĐentage oďservé est de … Taille de30% ou 20% ou 10% ou 5% ou 40% ou 50% l’Echantillon95% 90% 80% 70% 60% 800 900 1 000 2 000 1,5 1,4 1,4 1,0 2,5 2,0 1,8 1,3 2,8 2,6 2,5 1,8 3,2 3,0 2,8 2,1 3,5 3,2 3,0 2,2 3,5 3,3 3,1 2,2 Lecture du tableau: Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la ŵaƌge d’eƌƌeuƌ est Ġgale à2,5%. Le pouƌĐeŶtage ƌĠel est doŶĐ Đoŵpƌis daŶs l’iŶteƌǀalle [17,5 ; 22,5].
Publié le : mercredi 8 avril 2015
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins
Le carnet de santé des Français
Sondage réalisé par
pour
LeǀĠe d’eŵďaƌgo le8 avril 2015 à 06h00
Méthodologie
Recueil
Echantillon
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais interrogés par Internetles 2 et 3 avril 2015
Echantillon de1 055 personnesreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégoried’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultatd’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé. Sile pourĐentage oďservé est de … Taille de30% ou 20% ou 10% ou 5% ou 40% ou 50% l’Echantillon95% 90% 80% 70% 60%
800
900
1 000
2 000
1,5
1,4
1,4
1,0
2,5
2,0
1,8
1,3
2,8
2,6
2,5
1,8
3,2
3,0
2,8
2,1
3,5
3,2
3,0
2,2
3,5
3,3
3,1
2,2
Lecture du tableau: Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la ŵaƌge d’eƌƌeuƌ est Ġgale à2,5%. Le pouƌĐeŶtage ƌĠel est doŶĐ Đoŵpƌis daŶs l’iŶteƌǀalle [17,5 ; 22,5].
Principaux enseignements (1/4)
La Charte pour une santé solidaire est plébiscitée par les Français
Alors que notre suivi mensuel, le Carnet de Santé des Français, montreƋu’enmoyenne tout au long de cet hiver plusd’unquart de la population a été malade etƋu’elledépense plus de 80par mois en frais de santé, la Charte pour une santé solidaire présentée la semaine dernière est plébiscitée par les Français, tant dans ses fondements, que dans les grandes mesuresƋu’ellepropose.
IQuestionsd’actualitésur la santé : la Charte pour une Santé solidaire est plébiscitée par les Français qui souhaitent que les gouvernements en tiennent désormais compte avant toute réforme du système de santé
L’aĐtualitĠsanté a été marquée par la présentation la semaine dernièred’uŶe« Charte pour une santé solidaire » rédigée par un collectif de professionnels de santé,d’assoĐiatioŶsde patients,d’edžpeƌtsde la santé et de chercheurs. Nous avons choisi de la tester auprès des Français.
1) Les fondements même de cette Charte et trois des grands principes sur lesquels elle repose suscitent une adhésion quasi-unanime de nos concitoyens
95% des Français estd’aĐĐoƌdavecl’idĠe« notre bien le plus précieux » ; 90% que « la protection deque la santé constitue la santé devrait être un principe constitutionnel fondamental » et 85% que « protéger la santé des Français impose une politique de prévention et de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé ». Au total plus de 8 Français sur 10 (83%) se déclare en accord avec chacun des trois grands principes fondamentaux de la Charte. En accord avec les principes fondamentaux ayant présidé à la rédaction de la Charte, les Français adhèrent aussi à 3 des principales dispositionsƋu’ellepropose : imposer un droit àl’iŶfoƌŵatioŶdes patients sur la qualité des soins (informations communiquées par les autorités de santé en partenariat avec les professions de santé et les associations de patients) suscitel’adhĠsioŶde 94% des Français. Ils sont presque aussi nombreux (93%) à estiment que les patients doivent avoir une liberté de choix de leur médecins et del’ĠtaďlisseŵeŶtde santé. Enfin, 82% de Français sontd’aĐĐoƌd avecl’iŶstauƌatioŶ d’uŶeformation à la santé àl’ĠĐole,au collège et au lycée.
Principaux enseignements (2/4)
2) Les mesures potentiellement polémiques proposées par la Charte sont elles aussi soutenues
La Charte propose de nombreuses mesures visant à modifier/améliorer le système de santé. Deux de ses mesures nous ont semblé particulièrement intéressantes, car potentiellement polémiques. D’uŶepart, une mesure visant à ce que lasécurité sociale « rembourse désormais systématiquement tous les soins à au moins 80%(tous ne le sont pas) et rembourse même à 100% les soins au-delàd’uŶcertain plafond de dépenses élevées restant à la charge du malade. Cela induirait une baisse des cotisations pour les complémentaires santé, etune augmentation des prélèvements obligatoires. » Bien que fort polémique à une époque où les Français, très préoccupés par leur pouvoird’aĐhat,voir baisser les impôts, cette mesure serait largement soutenue par plus de six Françaisaspirent à sur dix (62% y seraient favorables). Une autre mesure proposée par la Charte est potentiellement encore plus polémique :l’iŶstauƌatioŶ d’uŶe« règled’oƌ budgétaire » pourl’assuƌaŶĐemaladie. Cette mesure imposerait que « dans la loi de financement de la sécurité sociale soit inscrit un équilibre obligatoire entre les dépenses et les recettes afinƋu’ellene puisse plus jamais être en déficit comme aujouƌd’hui. Cela impliquerait, soitd’augŵeŶteƌla CSG soit de réduire les remboursements aux patients. » A priori peu populaire, par les effortsƋu’elleimplique, cette mesure parvient à être soutenue par un Français sur deux : 49% y sont favorables et autant y sont opposés. Les catégories sociales supérieures (51% contre 48%), et plus particulièrement les cadres (54% contre 46%), et les Français les plus aisés (59% contre 40%) sont même une assez nette majorité à se déclarer favorables à cette règled’oƌ. Cette adhésion,d’aumoins un Français sur deux à ces deux mesures est le signe que l’attaĐheŵeŶtdes Français à leur système de santé est si fort, et leur crainteƋu’ilpériclite probablement si forte,Ƌu’ils sont prêts à accepter les réformes les plus « difficiles » pour permettred’eŶgarantirl’espƌit.
3) Les trois-quarts des Français souhaitent que le gouvernement tienne désormais compte de la Charte santé pour toutes les réformes du système de santéƋu’ilspourraient envisager
Les Français accueillent donc très positivementl’iŶitiatiǀede la Charte. Ils adhèrent largement à ses principes fondateurs et à ses mesures clés et sont mêmes ouverts aux mesures les plus « difficiles »Ƌu’ellepropose. Mais au-delà de cette adhésion aux mesures testées, les trois-quarts des Français (73%) souhaitent que le gouvernement tienne désormais compte de la Charte santé pour toutes les réformes du système de santéƋu’ilspourraient envisager. C’estsans doute là un grand succès pour cette Charte : devenir une référence.
Principaux enseignements (3/4)
II - Baromètre mensuel : carnet de santé des Françaisd’avƌil2015
1) Tous ces moisd’hiveƌ,entre 25% et 30% de Français ont été affectés par une maladieet un quartd’entƌeeux a préféré ne pas se rendre chez le médecin
En mars dernier, 29% des Français ont été affecté par un problème de santé.C’estun taux comparable à celui observé février (27%) et janvier (30%) dernier. Nos 4 dernières mesuresd’hiǀeƌ: janvier (pour le mois précédent,Đ’est-à-dire décembre), février, mars et à présent avril (pour mars) consacrent un taux moyen de 28,5% de Français malades au cours du mois précédent. IlsŶ’ĠtaieŶtque 24% àl’ġtƌeàl’autoŵŶe2014. Comme presque tous les moisà part le mois dernier où la grippe supplanta largement toutes les autres affectionsles principales pathologies concernées (29% et 28%) sont les rhumes et rhinites et les rhumatismes ou blessures osseuses ou ligamenteuses. Face à ces pathologies, ce mois-ci comme les mois précédents, une majorité de Français (plus de 60%) se rend chez le médecin. Le plus souvent ils’agitde son généraliste ou de son médecin traitant (47% contre 46% le mois dernier), mais aussi pour une part non négligeable,d’uŶspécialiste (18%). Mais entre un Français sur quatre (25% le mois dernier) et un Français sur cinq (22% ce mois-ci) déclare ne pass’ġtƌe tourné vers un professionnel de santé pour se soigner, ayant préféré soit verser dansl’autoŵĠdiĐatioŶ(en mars 13% se sont soignés eux-mêmes) soit ayant tout simplement « attendu que ça passe » (9% en mars comme en février). Ce tauxautomédication et non-soinpeut même atteindre des niveaux spectaculaires chez certaines catégories de populations : prèsd’uŶde 18 à 24 ans sur deux (48%) et près de 3 personnes sur 10 (29%) disposant des plus basjeune revenus optent pour cette solution.
2) Dépenses de santé des Français : en moyenne ils dépensent plus de 80par mois pour leur santé
Les dépenses de santé des Français en mars ont été de 84en moyenne par personne qui ont eu à être, au moins avancées, que celles-ci soient ou non remboursées parl’assuƌaŶĐemaladie. Plus de six Français sur dix (61%) ont eu frais de santé, maisl’iŵŵeŶsemajoritéd’eŶtƌeeux (48% sur ces 61%) ont dépensé moins de 100(34% ont même dépensé moins de 50).
Principaux enseignements (4/4)
Un peu plusd’uŶFrançais sur 5 a dépensé plus de 100, dont un sur dix (9%) qui a dépensé plus de 200. Ce sont ces 22% de la population dépensant plus de 100, et plus particulièrement, le dernier décile dépensant plus de 200, qui « tirent vers le haut » la moyenne des dépenses de santé des Français. En effet, la médiane des dépensesséparant en deux parties égales la population en fonction de ses dépensesse situe, elle, à seulement 32.
C’estgénérationnelles, sociales et financières interfèrent fortement sur les dépenses de santé desque les disparités Français. Ainsi, 30% des plus de 65 ans ont dépensé plus de 100en dépenses de santé le mois dernier, ce qui représente presque le double (17% à 19%) des dépenses de santé effectuées par leurs cadets âgés de 25 à 64 ans. Réciproquement, les Français aux revenus « moyens-supérieurs » et « supérieurs »,Đ’est-à-dire à partir de 2500par mois sont entre 25% et 29% à avoir dépensé plus de 100en frais de santé le mois dernier alors que leurs homologues aux revenus inférieurs (moins de 2500par mois) ne sont que 18% à avoir dépensé une telle somme.
C’estdonc sur une partie de la population, plus fragile vis-à-vis des maladies, mais aussi plus capabled’aǀaŶĐeƌles sommes en question, que repose une large part des dépenses de santé.
Gaël Sliman, Président d’Odoxa @gaelsliman
8
I. Questionsd’aĐtualitĠ: la charte santé
Adhésion aux principes fondamentaux de la charte santé Des professionnels de santé, des associations de patients, des experts de la santé et des chercheurs ont travaillé ensemble à la rédactiond’uŶe« Charte pour une santé solidaire » qui vientd’ġtƌeprésentée mardi dernier. Voici quelques-uns des fondements même de la Charte et des grands principesƋu’ellepropose. Pour chacund’eudž,dites-moi si vous êtesd’aĐĐoƌdou pasd’aĐĐoƌd:
La santé est notre bien le plus précieux
La protection de la santé devrait être est un principe constitutionnel fondamental
Protéger la santé des Français impose une politique de prévention et de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé
9
85%
D'accord
90%
95%
83%des Français adhérent aux 3 principes fondamentaux de la charte
Adhésion à 3 des grands principes de la charte santé
10
Des professionnels de santé, des associations de patients, des experts de la santé et des chercheurs ont travaillé ensemble à la rédactiond’uŶe« Charte pour une santé solidaire » qui vientd’ġtƌeprésentée mardi dernier. Voici quelques-uns des fondements même de la Charte et des grands principesƋu’ellepropose. Pour chacund’eudž,dites-moi si vous êtesd’aĐĐoƌdou pasd’aĐĐoƌd:
Les patieŶts doiǀeŶt disposeƌ d’uŶ dƌoit à l'iŶfoƌŵatioŶ sur la qualité des soins *
Les patients doivent avoir une liberté de choix de leur médecin et de l'établissement de santé
Il faut mettre en place une formation à la santé à l’ĠĐole, au Đollğge et au lLJĐĠe
D'accord
82%
94%
93%
* Informations communiquées par les autorités de santé en partenariat avec les professions de santé et les associations de patients
Adhésion à 2 principales mesures prévues par la charte santé
Voici deux mesures novatrices que propose la Charte santé. Pour chacuned’elledites-moi si vous y êtes favorable ou opposé :
Que lasécurité sociale rembourse désormais systématiquement tous les soins à au moins 80%(tous ne le sont pas) et rembourse même à 100% les soins au-delàd’uŶ certain plafond de dépenses élevées restant à la charge du malade. Cela induirait une baisse des cotisations pour les complémentaires santé, et une augmentation des prélèvements obligatoires.
11
Opposé 37%
(NSP) 1%
Favorable 62%
Que soit mise en place une «règled’oƌbudgétaire» pour l’assuƌaŶĐemaladie,Đ’est-à-dire que dans la loi de financement de la sécurité sociale soit inscrit un équilibre obligatoire entre les dépenses et les recettes afinƋu’ellene puisse plus jamais être en déficit commeaujouƌd’hui. Cela impliquerait, soit d’augŵeŶteƌla CSG soit de réduire les remboursements aux patients.
Opposé 49%
(NSP) 2%
Favorable 49%
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.