Markit : La croissance du secteur privé marque le pas

De
Publié par

L’activité économique de la zone euro enregistre sa plus faible croissance depuis plus d’un an et les tensions déflationnistes s’intensifient en février, d’après les dernières données PMI Flash.

Publié le : lundi 22 février 2016
Lecture(s) : 4
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Communiqué de presse
® Indice des Acheteurs PMI INFORMATIONS SENSIBLES RELATIVES AUX MARCHES SOUS EMBARGOJUSQU’AU22 FEVRIER 201610H00 (heure française) / 09H00 (UTC)
® PMI Flash Markit pourl’EurozonePlus faible croissance de la zone euro depuis plus d’un an et nouvelle baisse des prix.
L’Indice PMI Flash Composite de l’Activité (1) Globale dans l’Eurozones’inscrit à 52.7 (53.6 en janvier). Plus bas de 13 mois. L’Indice PMI Flash de l’Activité dans le Secteur (2) des Services de l’Eurozones’inscrit à 53.0 (53.6 en janvier). Plus bas de 13 mois. L’Indice PMI Flash de l’Industrie Manufacturière (3) dans l’Eurozones’inscrit à 51.0 (52.3 en janvier). Plus bas de 12 mois. L’Indice PMI Flash de la Production (4) Manufacturière de l’Eurozones’inscrit à 51.9 (53.4 en janvier). Plus bas de 14 mois. Données recueillies du 12 au 19 février. L’activité économique de lazone euro enregistre sa plus faible croissance depuis plus d’un an et les tensions déflationnistes s’intensifient en février, d’après les dernières données PMI Flash.Nouvel affaiblissement de la croissance LIndice PMI Flash Markit pour la zone euro se replie de 53.6 en janvier à 52.7, son plus faible niveau depuis janvier 2015. La croissance de èm e l’activité globale ralentit ainsi pour le 2 mois consécutif, cette tendance reflétant un nouvel affaiblissement de la hausse des nouvelles affaires. Le taux d’expansion des ventes se replie en effet ème pour le 3 mois consécutif ets’inscritainsi à son plus bas niveau depuis 12 mois. En conséquence, le volume des affaires en attente n’enregistre qu’une hausse marginale au cours du mois, cette quasistagnation du travail en cours incitant les entreprises à limiter les embauches. Les répondants signalent ainsi la plus faible hausse de leurs effectifs depuis 5 mois.
Dans l’industrie manufacturière, la production enregistre sa plus faible expansion depuis décembre 2014 (et se rapproche ainsi de la
Page 1 of 5
stagnation), tendance que les entreprises interrogées attribuent à un nouvel affaiblissement de la croissance des nouvelles commandes et des nouvelles commandes àl’export. Si le secteur des services enregistre de meilleures performances, la croissance del’activité des prestataires de services ralentit néanmoins à son plus bas niveau depuis janvier 2015.Les perspectives d’activité à 12 mois se dégradant en outre fortement dans ce secteur, la faiblesse de la conjoncture devrait perdurer au cours des prochains mois. Intensification des tensions déflationnistes Les tensions déflationnistes s’accentuent en février, les prix de vente des biens et des services enregistrant leur plus forte baisse depuis 1 an. Le climat concurrentiel incite en effet les entreprises à réduire leurs tarifs afin de stimuler les ventes. Parallèlement, renouvelant la tendance observée le mois dernier, les prix des achats reculent très légèrement en février, enregistrant ainsi leur première baisse mensuelle consécutive depuis le printemps 2013.
Le taux de déflation est particulièrement élevé dans l’industrie manufacturière. Les prix des intrants enregistrent en effet leur plus forte baisse depuis juillet 2009, tendance que les fabricants attribuent à la faiblesse des prix sur les marchés mondiaux des matières premières ainsi qu’à une forte concurrence sur les prix entre fournisseurs. Le taux d’allongement des délais de livraison, un indicateur clé du taux d’utilisation de la capacité chez les fournisseurs, affiche en effet son plus bas niveau depuis juillet 2013. Parallèlement, les prix de vente des fabricants enregistrent leur plus forte chute mensuelle depuis juin 2013.
Dans le secteur des services, les prix payés continuent d’augmenter mais le taux de déflation des tarifs se redresse légèrement (bien qu’il reste
© Markit 2016
modeste dans l’ensemble),les fortes pressions concurrentielles et la faiblesse de la demande incitant les prestataires de services à réduire leurs prix. La divergence entre ces deux tendances est synonyme de baisse des marges bénéficiaires. Divergences nationales L’économie française enregistre un retour à la contraction. L’activitéglobale recule en effet (bien que très faiblement) pour la première fois depuis janvier 2015, la production manufacturière comme l’activitédes prestataires des services diminuant en février. Le volume des nouvelles affaires se replie également au cours du mois et l’emploi enregistre de nouveau une croissance quasinulle. En Allemagne en revanche, l’activité globale continue de progresser, malgré un fléchissement du taux de croissance à son plus bas niveau depuis 7 mois. La forte hausse de l’activité dans le secteur des services est en effet partiellement compensée par la plus faible expansion de la production manufacturière depuis novembre 2014. Parallèlement, les créations d’emplois ralentissent et affichent un plus bas de 10 mois.
Dans le reste de la zone euro, l’activité globale enregistre sa plus faible expansion depuis février 2015.
Chris Williamson, Chief Economist à Markit, commente ainsi les derniers chiffres de l’enquête PMI Flash : «Le repli de l’Indice PMI de l’Eurozone en février augmente fortement la probabilité d’une accélération des mesures de relance de la BCE en mars. Les dernières données de l’enquête mettent en évidence la plus faible croissance de l’économie de la zone euro depuis un peu plus d’un an, ainsi qu’une intensification des pressions déflationnistes. La croissance de l’économie devrait ainsi ralentir et afficher un rythme inférieur à 0,3 % au premier trimestre 2016, à moins d’un soudain rebond en mars, ce qui, au vu des indicateurs prospectifs de l’enquête, semble très peu probable. On semble au contraire s’orienter versun nouveau ralentissement de l’expansion.
Tandis que l’économie française stagne, l’Allemagne voit son expansion freinée par la faiblesse de la demande mondiale qui affecte tout particulièrement son secteur manufacturier. Dans le reste de la zone de la monnaie unique, la croissance ralentit et affiche son plus bas niveau
Page 2 of 5
depuis le début de l’année 2015, les entreprises faisant face à un recul de la demande, tant sur les marchés intérieurs qu’à l’étranger.La faiblesse de la demande contraignant les entreprises à réduire leurs tarifs pour rester compétitives, les tensions déflationnistes se sont accentuées au cours du mois, ce qui ne manquera pas de susciter des inquiétudes au sein de la Banque centrale européenne. Compte tenu des dernières données sur les prix, la probabilité se renforce de voir la BCE intensifier ses mesures d’assouplissement quantitatifet abaisser davantage ses taux d’intérêt négatifsde sa prochaine lors réunion de mars. » Fin
© Markit 2016
Le volume des affaires en cours reste inchangé par rapport à janvier.
Plus faible hausse des nouveaux contrats depuis août 2015.
Pus faible expansion de la production depuis 14 mois.
Secteur manuf.
Services
Composite
Le taux d’expansion du volume des nouvelles commandes recule à un plus bas de 12 mois.
Composite
Les arriérés de productionn’enregistrent qu’une hausse marginale au cours du mois.
Composite
Emploi Eurozone PMI  Emploi 60
50
55
Services
Services
Secteur manuf.
Composite
Composite
Services
Secteur manuf.
Eurozone PMI  Prix des achats 90 Services Secteur manuf. 80 70 60 50 40 30 20
Source: Markit
Composite
Secteur manuf.
Source: Markit
Source: Markit
Plus forte baisse des prix des achats depuis janvier 2015.
Secteur manuf.
Composite
Services
Plus faible hausse des effectifs depuis septembre 2015.
Quasistagnation du volume des affaires en cours en février.
Résumé des indices de février
Plus fort repli des prix de vente depuis février 2015.
La croissance du volume global des nouvelles affaires ralentit et affiche un plus bas de 12 mois.
Composite
Services
Plus faiblecroissance de l’activité globale depuis janvier 2015. Le taux de croissance de l’activitéde service affiche un plus basde plus d’1 an.
ActivitéNouv. Commandes Travail en AttenteEmploi
Prix des Achats
45
35
40
ème Les prix facturés reculent pour le 5 mois consécutif.
Prix des Achats
30
45
40
35
55
50
La croissance de l’emploiralentit et affiche un plus bas de 5 mois.
Le taux de création de postes affiche un plus bas d’1 an.
Hausse modérée des prix payés dans le secteur des services.
Eurozone PMI  Prix de Vente 65 Services 60
Secteur manuf.
Eurozone PMI  Activité 65 60 55 50 45 40 35 30
Secteur manuf.
Plus fort recul des prix de vente depuis juin 2013.
Plus forte déflation des prix des intrants depuis juillet 2009.
Source: Markit
© Markit 2016
Secteur manuf.
Page 3 of 5
Secteur manuf.
Composite
Prix de Vente(3) PMI
Services
Secteur manuf.
Nouvelles commandes
Eurozone PMI  Nouvelles Commandes 65 Services 60 55 50 45 40 35 30 25
Composite
Activité
Services
Composite
Secteur manuf.
Source: Markit
L’indice PMI s’établit à 51.0 en février, son plus bas niveau depuis 12 mois.
Prix de Vente
Pour de plus amples informations, veuillez contacter : Rob Dobson, Senior Economist Téléphone +441491461095 Portable : +447826913863 Emailrob.dobson@markit.com
Chris Williamson, Chief Economist Téléphone +442072602329 Portable: +447795555061 Emailchris.williamson@markit.com
Joanna Vickers, Corporate Communications Téléphone : +44207 260 2234 Email :joanna.vickers@markit.com
Note aux rédacteurs:er Les résultats finaux de février seront publiés le 1 mars pour les indices du secteur manufacturier et le 3 mars pour ceux du secteur des services et les indices composites. ® L’Indice PMIpour l’Eurozone (Indice des Acheteurs) est produit parMarkit. Il est établi à partir de données d’enquête recueillies auprès d'un panel représentatif d‘environ 5 000 entreprisesopérant dans l’industrie manufacturière et le secteur des services de l’Eurozone. Les données relatives à l’industrie manufacturière comprennent celles de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, de l’Espagne, des PaysBas, de l’Autriche, de l’Irlande et de la Grèce. Les données relatives au secteur des services comprennent celles de l’Allemagne, dela France, de l’Italie, de l’Espagne et de l’Irlande.L’estimation flashest généralement calculéeà partir d’un pourcentage approximatif de 85du90 % nombre totalde réponses à l’enquête PMIchaque mois. Elle est conçue pour fournir une indication précoce et précise reçues de l’Indice PMI final.
Les différences moyennes entre valeurs de l’indice PMI flash et valeurs de l’indice PMI final (indice final moins indice flash) calculées depuis janvier 2006, date à laquelle ces comparaisons sont devenues possibles, sont les suivantes (les différences absolues fournissent la meilleure indication des variations réelles alors que les différences moyennes constituent de meilleurs indicateurs des tendances) :  Différence Différence moyenne Indice moyenne absolue 1 Indice Composite de l’Activité Globale dans l’Eurozone0.2 0.0 2 Indice PMI pour l’Industrie Manufacturière de l’Eurozone0.2 0.0 2 Indice PMIde l’Activité dans le Secteur des Services de l’Eurozone 0.1 0.3
L’Indice PMIa acquis la réputation exceptionnelle de fournir l’indication la plus actualisée possible sur ce qui se passe réellement dans l’économie du secteur privé, résultat obtenu par le suivi de l’évolution de variables telles que les ventes, l’emploi, les stocks et les prix. Les indices sont largement utilisés par le monde des affaires, les gouvernements et les analystes économiques des institutions financières car ils leurs permettent de mieux appréhender la situation économique et guident les stratégies d ‘entreprises et d’investissement. Dans de nombreux pays notamment, les banques centrales (y compris la Banque Centrale Européenne) utilisent les indices dans leur prise de décision concernant les taux d’intérêt. Les indicesPMI sont, chaque mois, lespremiersindicateurs de conjoncture économique et sont, de ce fait, disponibles nettement plus tôt que les chiffres comparables émanant des instances officielles.
Markit ne révise pas les données d’enquête sousjacentes après la première publication. En revanche, les facteurs de désaisonnalisation peuvent être révisés, si nécessaire, ce qui aura un impact sur la série de données désaisonnalisées. Les abonnés peuvent consulter les données historiques relatives aux chiffres (non ajustés) sousjacents, les premières séries désaisonnalisées publiées ainsi que les données révisées par la suite sur simple demande auprès de Markit. Vous pouvez nous contacter par email à l'adresse suivante : economics@markit.com
Notes 1. L’Indice Composite de l’ActivitéGlobale est une moyenne pondérée de l’Indice de la Production Manufacturière et de l’Indice de l’Activité de Services.2. L’Indice de l’Activité dans le Secteur des Services est l’équivalent direct de l’Indice de la Production Manufacturière réla question suivante posée psultant de ar l’enquête : «Le volume d’activité de votre entreprise estil en hausse, en baisse ou sans changement par rapport au mois dernier?» 3. L’indice PMI pour l’Industrie Manufacturière est un indice composite pondéré établi sur la base des cinq variablessuivantes étudiées par l’enquête (les coefficients de pondération sont indiqués entre parenthèses) : Nouvelles Commandes (0.3), Production(0.25), Emploi (0.2), Délais de Livraison des Fournisseurs (0.15), Stocks des Achats (0.1). L’indice es Délais de Livraison des Fournisseurs est inversé 4. L’Indice de la Production Manufacturière résulte de la question suivante posée par l’enquête : «Le volume de production deentreprise estil en hausse, en baisse ou sans votre changement par rapport au mois dernier?»
À propos de Markit
Société diversifiée d’envergure mondiale, Markit est l’un des principaux leaders de l’information financière. La société compte au nombre de ses clients des banques, des fonds d’arbitrage, des gestionnaires d’actifs, des banques centrales, des autorités de réglementation, des contrôleurs financiers, des administrateurs de fonds et des compagnies d’assurance, auxquels elle fournit des produits destinés à renforcer la transparence, réduire les risques et améliorer l’efficacité opérationnelle. Fondée en 2003, la société Markit est aujourd’hui présente dans 11 pays et emploie plus de 4 000 personnes. Les actions de Markit sont cotées au Nasdaq sous le symbole MRKT. Pour de plus amples informations, veuillez consulter :www.markit.com
Page 4 of 5
© Markit 2016
À propos du PMI  ® Aujourd’hui disponibles dansplus de 30pays et régions clés dont l’Eurozone, les Indices PMIsont à ce jour les enquêtes de conjoncture suscitant le plus d’attention dans le monde.Indicateurs mensuels de tendances économiques précis, actualisés et souvent uniques, ils bénéficient d’une haute réputation auprès des banques centrales, des marchés financiers et des décideurs. Pour de plus amplesinformations, veuillez consulterwww.markit.com/economics
® Les droits de propriété intellectuelle attachés à l'Indice PMIFlash sur l’Eurozone sont détenus en pleine propriété ou sous licence par Markit. Toute utilisation non autorisée, incluant, et sans que cette liste ne soit limitative, la reproduction, la distribution, la transmission ou tout autre mode de représentation des données, sans autorisation préalable de Markit, est interdite. La responsabilité de Markit ne saurait être engagée en raison du contenu de ce rapport et de l'information qu'il présente (''données''), des erreurs, inexactitudes, omissions ou retards dans les données, ou de toute action entreprise sur le fondement du présent document. Markit ne peut en aucun cas être tenu pour responsable des dommages, particuliers, directs ou indirects, pouvant résulter de l'utilisation ® ® des données. Purchasing Managers' Index et PMI sont des marques commerciales de Markit Economics Limited ou sont utilisés sous licence par Markit Economics Limited. Markit est une marque commerciale de Markit Group Limited.
Page 5 of 5
© Markit 2016
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.