Rapport annuel Artprice du Marché de l'Art mondial en 2015

De
Publié par

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l'Art mondial 2015.
Classement Artprice des 500 artistes les plus puissants au monde, le top 100 des enchères, l'analyse par pays et par capitale, l'analyse par périodes et par médiums, les différents indices d'Artprice et 21 chapitres clés pour décrypter implacablement le Marché de l'Art.
Publié le : lundi 29 février 2016
Lecture(s) : 13
Tags :
Nombre de pages : 86
Voir plus Voir moins

LE MARCHÉ DE L’ART En 2015Nota Bene :
• T o u s l es p r i x i n di qu és d a n s c e r a p po r t s e r a p po r t e nt a u x r és u lt at s , i n c l u a nt l es f r a i s a c h e t e u r s , e n ve nt es p ub l i qu es d e F i n e Ar t , c ’ est -a -di r e l es pe i nt u r es , s c u l p t u r es , i n st all at i o n s ,
d ess i n s ,ph ot og r a phi es , v i d é o s , t a pi ss e r i es , est a mpes , al’ exc lu s i ond esa nt i qu it és ,d es bi e n s cult u r el sa nony m esetdum obili e r .
• L eM a r ch éd el’ Ar te nO cc i d e nt c o mp r e n d t ou s l es pay sh or mi s l a C hi n e .
• T out e m e nt i on $ f a it r é f é r e n ce a udo ll a r a m é r i ca i n et t out e m e nt i on ¥ f a it r é f é r e n cea u yu a n chi n oi s . L et a u xd ech a n ge ut ili s épa r A M M Apou r l es donn é es dum a r c h échi n oi s est
u nt a u xm oye na nnu el .
• “ Pe i nt u r eetcalli g r a phi echi n oi s es ” et “pe i nt u r ea l’ hu il eet a r t c ont e mpor a i n ”s ontl esd e u xp r i n c ipal escat é gor i es d el’ a r tchi noi s .
• “Peintureetcalligraphiechinoises”désignel’ arttraditionnelchinois,asavoirl’ encredeChinesurdessupportsaussidiversquelepapierXuan ,lasoieetleséventails.Ilexistedeux
s e g m e nt s :l a “calli g r a phi echi n oi s e”, dont l es s u jet ss ont d es poè m es ,m ot s etvoe u x ,etl a “pe i nt u r echi noi s e”qu ir e p r és e nt ed espay s a ges ,pe r s onn es ,oi s ea u xetf e u r s .
• “ Pe i nt u r e a l’ hu il e et a r t c ont e mpor a i n ” d és i g n e l es œ u v r es d’ a r t c r éées pa r d es a r t i st es chi noi s qu i s e s ont a pp rop r i é l es t ech ni qu es et m édi a s occ i d e nt a u x ( pe i nt u r e a l’ hu il e ,
ph ot og r a phi e ,s culpt u r e ,i n st all at i on , d ess i na uc r ayon , gou a ch e ,a qu a r ell e ,et c. ) ,a p r èsqu ’u n ehu il es u r t oil ef utp r és e nt éee nC hi n epou r l a p r e mi è r ef oi se n1 5 7 9.
• M a ît r es a n c i e n s:œ u v r esr éali s é es pa r d es a r t i st esn és a va nt 1 7 6 0.
è me• L eX I X s i èc l e:œ u v r es r éali s é es pa r d es a r t i st esn és e nt r e1 7 6 0et1 86 0.
• L ’ a r tm od e r n e:œ u v r esr éali s é es pa r d es a r t i st esn és e nt r e1 86 0 et1 9 2 0.
• L ’ a p r ès -g u e r r e:œ u v r esr éali s é es pa r d es a r t i st esn és e nt r e1 9 2 0 et1 9 4 5 .
• L ’ a r tc ont e mpor a i n:œ u v r es r éali s é es pa r d es a r t i st esn és a p r ès 1 9 4 5 .Un résultat étonnant (compte tenu de l’éco-Edito de Thierry Ehrmann,
nomie), qui - il est bon de le souligner - est en LE MARCHÉ finE ART Fondateur et Président progression de plus de +212 % en une
décend’Artprice : nie. Cette croissance repose en grande partie En 2015 Conn AT
sur la mondialisation du
mar«Par sa plume, Wan Jie, Président du groupe ché, porté par son économie, un E Conso LiDATion Artron, fondateur d’Artron et de AMMA (Art ainsi que sur l’intensifcation
Market Monitor of Artron) établit sa profes- du segment haut de gamme en En o CCiDEnT ET sion de foi de s’inscrire dans cette voie histo- Occident. Le nombre d’œuvres
rique à travers ses propos : “Ce rapport est le proposées en ventes publiques un E sTAbiLisAT ion fruit d’un véritable échange profond entre les dans le monde connaît une
marchés de l’art asiatique et occidental depuis progression +3 % par rapport
2012. Sa structure et son contenu sont sans En CHinE à l’année 2014 avec 865 700 T h i e r r y E hr m a nn
cesse améliorés pour couvrir l’intégralité des adjudications. S culpt eur ,pla stici e n ,
deux marchés, dans un souci de perfection”. fondat eur etP r éside ntAprès avoir cédé leur première
d’ Artpr ice et Le Marché de l’Art mondial Fine Art place à la puissance chinoise Ce rapport annuel est à nouveau réalisé par
G roupe S er veur .se consolide en Occident et se stabili pendant cinq ans, les États-Artprice et AMMA (Art Market Monitor of
se en Chine avec une légère progres­ Unis reprennent leur position dominante sur Artron) qui par leur position respective
d’inssion pour cette dernière au deuxième le Marché de l’Art grâce à des adjudications titution incontournable en Occident et en
semestre 2015. Au regard de l’état de new-yorkaises explosives. De l’autre côté du Orient partagent un souci d’excellence tant
Pacifque, le réajustement du marché chinois l’économie et de la fnance mondiales, pour le lecteur que pour les acteurs du Marché
se stabilise positivement au second semestre le Marché Fine Art démontre une matu­de l’Art. Bien au-delà d’une simple
collabora2015 et se classe numéro 2 sur le podium.rité qui lui permet de s’afrmer comme tion, c’est une contribution historique pour le
un véritable placement alternatif avec Il faut noter que le Royaume-Uni préserve sa Marché de l’Art qui, rappelons-le, au regard
11,2 Mrd$ d’enchères publiques. troisième place, avec 2,9 Mrd$ de résultat an-de l’économie, l’économétrie et la sociologie, a
nuel. Ce résultat a plus que doublé en 10 ans, trente ans, à peine. Ce quatorzième Rapport On peut désormais parler du Marché de
principalement grâce à Londres qui devient la Annuel est difusé en six langues chaque an - l’Art comme d’un secteur économique à part
deuxième place de marché mondiale, avec 19 % née par le biais de 7 200 institutions et médias entière incluant des rendements et des
perforde parts de marché, et rivalise désormais avec internationaux. mances par classe d’actifs.
1
­îNew York (37 % de parts de marché mondial). Les enchères les plus spectaculaires ne ré- exposés, il n’est pas prévu de les voir
réappapondent plus à des caprices de milliardaires, raître sur le marché dans un avenir proche. La France, quatrième au palmarès, génère
car l’achat de chefs-d’œuvre relève d’une stra- Voilà pourquoi le prix des œuvres embléma-péniblement 576 m$, soit 4 % du marché
glotégie économique bien rodée : un Gauguin, un tiques explosent, voilà pourquoi trois d’entre bal, avec un produit de ventes en chute de 7 %.
Modigliani ou un Van Gogh majeurs sont l’as- elles ont passé les 140 m$ en 2015 (Giacometti, Pour situer le chifre d’afaires annuel fran -
surance d’un rayonnement culturel mondial et Modigliani et Picasso)... une première dans çais, il correspond au produit d’une seule belle
d’un taux de visiteurs exponentiel. l’histoire des enchères.vente cataloguée à New York ou à Londres.
Bien conseillés, les grands acheteurs asia- L’omniprésence d’Internet devient désor-Une certaine nostalgie nous rappelle qu’en
tiques, ou issus du Moyen-Orient, poursuivent mais le fer de lance principal des Maisons de 1950, l’étude Ader réalisait à elle seule un
la construction de leur industrie muséale. Avec Ventes de tout pays, au cœur de leur stratégie chifre d’afaires équivalent à près de la moitié
plus de 700 nouveaux musées créés par an, de conquête sur tous les continents. 95 % des du chifre d’afaires mondial.
celle-ci est devenue une réalité économique 4 500 maisons de ventes dans le monde sont
auMalgré un contexte économique particulière- èmemondiale au XXI siècle. Il s’est construit jourd’hui présentes sur Internet (elles n’étaient
ment négatif, le Marché de l’Art occidental se plus de Musées entre 2000 et 2014 que tout au que 3 % en 2005). L’Internet mobile est un
puisporte remarquablement bien, enregistrant un ème èmelong des XIX et XX siècles. Cette indus- sant facteur disruptif qui pousse les maisons de
produit de ventes 2015 équivalent à celui de trie dévoreuse de pièces muséales est l’un des ventes à un changement de paradigme.»
2014 (11,2 Mrd$). Cette santé de fer est por- facteurs primordiaux de la croissance
spectatée par la constitution de nouvelles collections culaire du Marché de l’Art. En efet, le Musée
muséales à travers le monde, notamment aux est cette cathédrale des temps modernes où
États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient et se croisent désormais toutes les générations et
dans la Grande Asie. milieux sociaux dans la recherche de la
singularité qu’ofre l’œuvre d’art face à la normali -Les grands collectionneurs chinois
diversisation de tous les biens.fent particulièrement activement leurs ac -
quisitions. Conscients de la mutation de leur Les chefs-d’œuvre qu’ils acquièrent en salles
marché intérieur, ils misent sur les grandes sont loin d’être des achats impulsifs, mais
relèvent au contraire d’un raisonnement éco-signatures occidentales anciennes,
impresnomique simple et implacable : chaque musée sionnistes, modernes ou contemporaines,
a besoin de “sa” Joconde pour s’afrmer. Et après avoir fait famber les prix de leurs com -
puisque ces chefs-d’œuvre sont destinés à être patriotes.
2Le pouvoir d’achat des collectionneurs chinois devient de plus en plus Editorial de Wan Jie, Président du groupe
fort : Wang Jianlin s’est vu adjuger B a ss i n a u x n y m p h é a s , l e s r o s i e r s de Mo-Artron, Fondateur d’Artron et de AMMA et net (20,41 m$), des acheteurs chinois ont acquis L ’ a l l é e d e s A ly s c a m p s de
Vice Président de Forbidden City College : Van Gogh (pour 66,33 m$) et Liu Yiqian est devenu propriétaire du
chef-d’œuvre NuC ouché de Modigliani pour 170 m$
(envi«En mars 2016, Art Market Monitor of Artron (AMMA) et Artprice ron 1,084 Mrd¥). Au total, on trouve 14 collectionneurs
unissent à nouveau leurs forces pour publier “The Art Market in 2015” chinois dans la liste “201 5T op200Coll ectors” d’ARTnews,
(Rapport Annuel sur le Marché de l’Art en 2015). Il s’agit là d’un travail un record à ce jour. Le Marché de l’Art chinois est dans
colossal pour les deux acteurs majeurs en Occident et en Chine qui vient l’ère de la mondialisation. À l’avenir, les
collectionapprofondir leurs connaissances sur le Marché de l’Art mondial. Ce rap- neurs chinois acquerront inévitablement de plus en plus
port se base sur les métadonnées (Big Data) des transactions marchandes d’œuvres internationales majeures.
efectuées pendant l’année 2015 et utilise des méthodes de recherche qua -
Les démarches culturelles et l’engouement por­
litatives et quantitatives communes et uniques au monde. Destiné aux W a nJ i etés par les collectionneurs deviennent plus clairs
lecteurs du monde entier, il donne une vue d’ensemble des développe- P r éside ntdu G roupepour l’assemblage de leurs collections muséales.
ments actuels du Marché de l’Art mondial et annonce ses perspectives Artron ,fondat eur Ils enrichissent leurs collections et apprécient leurs œuvres
d’ Artron.net,d’ AMMA,d’évolution. mais sont également prêts à les partager avec le public, etV ice- P r éside ntdeEn 2015, sur fond d’une économie mondiale au ralenti, on a pu ce qui explique la création phénoménale d’une multitude Forbidde n C it yC ollege
observer une stagnation sur le Marché de l’Art mondial. de musées d’art privés. Selon le premier “ G l ob al P r i vat e Ar t
En efet, les ventes aux enchères de Fine Art ont atteint un total de Mu se u m R e por t” au monde, établi conjointement par les deux institutions
16,095 Mrd$ (frais inclus). Avec 38,38 % de parts de marché, les États- de recherche internationales que sont AMMA et Larry’s List. A la date
Unis reprennent la première place mondiale, tandis que la Chine a butoir des statistiques, 317 musées d’art contemporain avaient été créés
été provisoirement classée en seconde position après avoir vu ses parts par des collectionneurs. La Chine, les États-Unis, l’Italie, l’Allemagne et
de marché baisser de 30,19 %. Le Royaume-Uni quant à lui prend la la Corée occupent les cinq premières places. La création de musées d’art
troisième place de ce classement avec 18,58 % de parts de marché. Le privés stimule le développement des entreprises qui interviennent dans le
développement des marchés chinois et occidentaux n’a pas connu un domaine de la culture et des arts, tout en imprégnant le goût et
l’esthétel rythme. tique artistique, élevant ainsi le niveau de culture du public.
La mondialisation du Marché de l’Art s’accélère et les collec­ Le Marché de l’Art sur Internet s’afrme comme la tendance
tionneurs chinois ont fréquemment acheté des œuvres d’art majeure avec l’e commerce de l’art qui se développe à un
occidentales. rythme efréné.
3
­La capacité d’Internet à rassembler au-delà des frontières a permis de
promouvoir les ventes publiques en ligne, l’e-commerce de l’art, la fnance
dans le domaine de l’art et le développement de nombreuses autres formes
du Marché de l’Art sur Internet. Ces dernières années, les salles de ventes
chinoises et internationales ont travaillé sans relâche sur les ventes
publiques en ligne. Avec l’aide de “Yidian China”, Beijing Poly
International Auction Company s’est mise aux ventes publiques en ligne, ce qui
a stimulé les ventes publiques physiques. Actuellement, l’e-commerce de
l’art est la principale préoccupation des acteurs du marché. Il est déjà un
canal majeur pour l’acquisition d’œuvres d’art.
Ces dernières années, le Marché de l’Art mondial a progressé avec des
volumes conséquents. En 2016, il continuera à se développer durablement
mais plus lentement, dans une situation économique mondiale complexe.
AMMA et Artprice continueront à vous donner plus que jamais des
analyses détaillées du Marché de l’Art mondial.»
4© artprice.com
PRoDui T DEs v EnTEs Aux E nCHèREs (2008 – 2015) © artprice.com
20 000 000 000 $
18 000 000 000 $
16 000 000 000 $inTRoDuCTion
14 000 000 000 $
12 000 000 000 $Après avoir cédé leur première place à la
puissance chinoise pendant cinq ans, les
10 000 000 000 $États-Unis reprennent leur position
dominante sur le Marché de l’Art grâce à des
adju8 000 000 000 $dications new-yorkaises explosives. De l’autre
côté du Pacifque, le réajustement du marché
6 000 000 000 $chinois se stabilise positivement au second
semestre 2015.
4 000 000 000 $
Malgré un contexte économique
particulièrement négatif, le Marché de l’Art occidental se
2 000 000 000 $
porte remarquablement bien, enregistrant un
produit de ventes 2015 équivalent à celui de
0 $
2014 (11,2 Mrd$). Cette santé de fer est por- 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
tée par la constitution de nouvelles collections
Chine Occidentmuséales à travers le monde, notamment aux
États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient et
triotes. Ce n’est pas un hasard si le collection- tégie économique bien rodée : un Gauguin, dans la Grande Asie.
neur chinois Liu Yiqian vient de s’ofrir l’un un Modigliani ou un Van Gogh majeurs sont Les grands collectionneurs chinois
diversides plus beaux Modigliani connus, au prix l’assurance d’un rayonnement culturel mon-fent particulièrement activement leurs ac -
record de 170,4 m$ : il construit la notoriété de dial et d’un taux de visiteurs exponentiel. Bien quisitions. Conscients de la mutation de leur
son futur musée, le Long Museum à Shanghai. conseillés, les grands acheteurs asiatiques, marché intérieur, ils misent sur les grandes
Les enchères les plus spectaculaires ne ré-signatures occidentales anciennes, impression- ou issus du Moyen-Orient, poursuivent la
pondent plus à des caprices de milliardaires, nistes, modernes ou contemporaines, après construction de leur industrie muséale. Avec
car l’achat de chefs-d’œuvre relève d’une stra-avoir fait famber les prix de leurs compa - plus de 700 nouveaux musées créés par an,
5© artprice.com
ToP 10 MAisons DE v EnTEs PAR PR oDui T DE v EnTEs Aux E nCHèREs (2015) © artprice.com
Maison de ventes Produit Lots venduscelle-ci est devenue une réalité économique
ème 1 Christie’s 4 968 338 763 $ 19 238mondiale au XXI siècle. Il s’est construit
plus de Musées entre 2000 et 2014 que tout au 2 sotheby’s 4 570 332 893 $ 14 805
ème èmelong des XIX et XX siècles. Cette indus- 3 Poly international 833 136 882 $ 9 922
trie dévoreuse de pièces muséales est l’un des
4 China Guardian 553 020 191 $ 7 695facteurs primordiaux de la croissance
spectaculaire du Marché de l’Art. 5 Phillips 397 524 395 $ 3 311
Les chefs-d’œuvre qu’ils acquièrent en salles 6 beijing Council international Auctions 294 044 650 $ 3 720
sont loin d’être des achats impulsifs, mais
7 shanghai Jiahe 160 679 547 $ 1 893
relèvent au contraire d’un raisonnement
éco8 xiling Yinshe Auction 199 486 812 $ 3 140nomique simple et implacable : chaque musée
a besoin de “sa” Joconde pour s’afrmer. Et 9 beijing Hanhai Art Auction Co.Ltd. 147 791 657 $ 4 492
puisque ces chefs-d’œuvre sont destinés à être
10 bonhams 143 121 888 $ 8 949exposés, il n’est pas prévu de les voir
réapparaître sur le marché dans un avenir proche.
grandes ventes occidentales sont réguliè- petit nombre d’œuvres de la plus grande
Voilà pourquoi le prix des œuvres
emblémarement issus de plus de 30 pays), les sociétés qualité. Symbole de cette révolution : L oo -
tiques explosent, voilà pourquoi trois d’entre
k i n g F o r w a r d t o t h e P a s t , organisée le 11 mai leaders doivent proposer des œuvres de la elles ont passé les 140 m$ en 2015 (Giacometti,
plus haute qualité, des valeurs sûres qui, idéa- 2015 qui enregistra un produit de ventes de Modigliani et Picasso)... une première dans
lement, n’ont pas fait l’objet de transactions 705,8 m$ avec 34 lots vendus, soit le troisième l’histoire des enchères.
aux enchères depuis longtemps. Convaincre meilleur résultat de l’histoire des ventes aux Cette partie du marché reste largement
doles grands collectionneurs de se défaire d’un enchères publiques et la plus haute moyenne minée par les sociétés de ventes Christie’s et
chef-d’œuvre est la condition première à leur de prix de tous les temps.Sotheby’s qui pèsent 9,5 Mrd$ pour seulement
réussite fnancière et médiatique.34 000 lots vendus (7 % des transactions de la L’omniprésence d’Internet devient
désorplanète). Plus de la moitié de ces recettes re- Ces maisons réinventent à présent la struc- mais le fer de lance principal des Maisons de
posent sur moins de 1 000 chefs-d’œuvre ven- ture et le calendrier des ventes, particulière- Ventes, au coeur de leur stratégie de conquête
dus exclusivement à Londres et à New York. ment Christie’s qui a entrepris de décloison- sur tous les continents. 95 % des 4 500 maisons
Pour répondre à une demande prestigieuse ner toutes les périodes de l’Histoire de l’Art, de ventes dans le monde sont aujourd’hui
préet mondialisée (les enchérisseurs inscrits aux en organisant des ventes rassemblant un très sentes sur Internet (elles n’étaient que 3 % en
62005). L’Internet mobile est un puissant facteur disruptif qui pousse les et par un remarquable travail pour attirer de nouveaux collectionneurs,
maisons de ventes à un changement de paradigme. Phillips s’est hissée en cinquième place des meilleures maisons de la
planète, devançant désormais l’historique enseigne Bonhams.Ce nouveau paradigme économique de l’Internet mobile est irréversible
tout comme l’est l’arrivée très récente des “Silver surfers” que sont les Du côté de la Chine, six sociétés de ventes se maintiennent dans le Top
plus de 50 ans, amateurs et collectionneurs d’art, à haut pouvoir d’achat 10 : China Guardian, Poly International, troisième société de ventes
monet principaux utilisateurs et acheteurs qui font désormais d’Internet leur diale, Beijing Council, Shanghai Jiahe, Xiling Yinshe et Beijing Hanhai.
terrain de prédilection pour la recherche d’œuvres d’art dans le monde. Si l’ofre en Chine continentale a perdu de son attractivité internationale
Pour cela, ils utilisent principalement des tablettes et smartphones à après l’envolée des prix de l’art contemporain chinois dans les années
grand écran qui correspondent parfaitement à leur culture de Seniors. Le 2006-2009, elle est en train de se consolider sur de nouvelles bases et de
P.C. représentait pour eux une vraie barrière psychologique pour accé- nouvelles propositions artistiques.
der à Internet et donc aux Maisons de Ventes. Les derniers chifres des
bureaux d’études en 2016 indiquent que les 50 ans CSP+ sont ceux qui se
connectent désormais le plus massivement à l’Internet mobile.
Entre l’expansion géographique du marché, les facilités techniques
ofertes par Internet, l’accroissement permanent du réseau des grandes
sociétés de ventes, la fnanciarisation du Marché de l’Art, le taux d’intérêt
historiquement proche de zéro, la légitimation du statut social via
l’acquisition d’une œuvre donnée, la médiatisation et... l’amour de l’art, toutes
les conditions sont réunies pour que les niveaux de prix croissent encore.
Enfn, la transparence du Marché de l’Art permet, notamment grâce à
Artprice ou Artron (en Asie) qui délivrent plusieurs milliards de requêtes
par an, de contribuer à donner la confance aux acteurs qui n’avaient
jusque-là que de simples livres de cotes de l’année en cours.
Sur le marché haut de gamme, la société Phillips réussit néanmoins à
s’imposer à tel point qu’elle menace à présent de perturber l’hégémonie de
Christie’s et Sotheby’s en Occident. Implantée dans les deux plus grandes
places de marché, à Londres et à New York, Phillips est parvenue à
doubler son résultat de ventes en seulement 5 ans, grâce à une intelligente
spécialisation dans l’art contemporain. A travers des sessions thématiques
7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.