Résultats financiers de La Banque postale 2015

De
Publié par

Communiqué de presse du 25 février : Résultats et activité 2015 de La Banque Postale
Publié le : vendredi 26 février 2016
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2016 RESULTATSETACTIVITE2015DELABANQUEPOSTALE Croissance des résultats dans un contexte de taux bas persistant  Produit Net Bancaire :5 745millions d’euros(+1,3 %)de gestion : Frais 4 693millions d’euros(+0,4 %) soit une amélioration de 0,6 point du coefficientd’exploitationdu risque : Coût 181millions d’euros,soit un coût du risque de crédit aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarapporté aux encours stable à 23 bps Résultat avant impôts :1 094millions d’euros (+5,5 %) net part du groupe : Résultat 707millions d’euros(+4,4 %)
Solidité du bilan : renforcement de la solvabilité et confortable position de liquidité 1  RatioCommon Equity Tier 1de 13,2 %  Ratioglobal de solvabilitéde 18,7 %via l’émission Tier 2 de 750 millions d’euros aaaaaaréalisée en novembre 2015 2  Ratio delevier estiméde 5,2 %  Ratio de liquiditéLCR estiméde 218 %très supérieur aux exigences aaaaaaréglementaires
Poursuite de la dynamique commerciale  Hausse de la production decrédits immobiliers de +43 % de la production de Hausse crédits aux entreprises et aux collectivités locales aaaaade +34 % de la production de Hausse crédits à la consommation de +7 % de contrats non-vie : Production plus de 900 000 affaires nouvelles Hausse des encours de dépôts à vuede +7,2 % Hausse des encours d’Epargne Logementde +8,3 % des encours de Livret A Baisse de -4 %
1 Ratio phased-in CRDIV-CRR. Le ratio fully loaded est estimé à 14,2 %. 2 Avec prise en compte de l’acte délégué publié par la commission européenne le 10 octobre 2014sur le traitement de l’épargne centralisée à la CDC, sous réserve d’autorisation de la Banque Centrale Européenne. Hors acte délégué, 3,5 % 1
Rémy Weber, Président du Directoire de La Banque Postale, a présenté ce jourles ƌĠsultats et l’aĐtivitĠ 2015. Faits marquants 2015Dans un contexte depeƌsistaŶĐe des taudž d’iŶtĠƌġt à uŶ Ŷiveau histoƌiƋueŵeŶt ďas, le Pƌoduit Net BaŶĐaiƌe s’Ġtaďlit à ϱϳϰϱ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ hausse de ϭ,ϯ%. La pouƌsuite des effoƌts suƌ les Đhaƌges d’edžploitatioŶ se tƌaduit paƌ uŶe aŵĠlioƌatioŶ de Ϭ,ϲ poiŶt du ĐoeffiĐieŶt d’edžploitatioŶ à ϴϮ,ϭ %. Le résultat avant impôts atteint 1 094 millions, en hausse de 5,5 %. L’aĐtivitĠ ĐoŵŵeƌĐiale suƌ le ŵaƌĐhĠ des paƌtiĐulieƌs a ĠtĠ dLJŶaŵiƋue, aveĐ uŶe pƌoduĐtioŶ de ĐƌĠdits iŵŵoďilieƌs eŶ hausse de ϰϯ% à ϭϮ,ϴ ŵilliaƌds d’euƌos ;pƌoductions Sofiap et BPE incluses) et de crédits à la ĐoŶsoŵŵatioŶ eŶ hausse de ϳ% à Ϯ,ϯ ŵilliaƌds d’euƌos. La BaŶƋue Postale s’est appuLJĠe suƌ uŶ socle de 10,8 millions de clients actifs,pƌĠseŶtaŶt uŶ taudž d’ĠƋuipeŵeŶt eŶ pƌogƌessioŶ etincluant plus de 587 000 clients patrimoniaux (+20 000 clients par rapport à 2014). Les eŶĐouƌs d’Ġpargne ordinaire oŶt ƌeĐulĠ de ϯ,ϱ% sous l’effet de la ďaisse de ƌĠŵuŶĠƌatioŶ du Livƌet A taŶdis Ƌue les eŶĐouƌs de dĠpôts à vue et d’EpaƌgŶe LogeŵeŶt oŶt ƌespeĐtiveŵeŶt augŵenté de +7,2 % et +8,3 %. La voloŶtĠ de La BaŶƋue Postale de se dĠveloppeƌ suƌ le ŵaƌĐhĠ de la ĐlieŶtğle patƌiŵoŶiale s’est ĐoŶĐƌĠtisĠe paƌ la ĐƌĠatioŶ d’uŶe filiğƌe dĠdiĠe, puis par la fusion des filiales BPE et La Banque Postale Gestion Privée au mois deŶoveŵďƌe, peƌŵettaŶt la ŵise eŶ plaĐe d’uŶe oƌgaŶisatioŶoptimiséeet d’uŶ dispositif complet de produits et services dédiés à cette clientèle. La Banque Postale a pour objectif de devenir une banque de référence pour la clientèle des entreprises et les professionnels, Đoŵŵe elle l’est dĠjà pour le secteur public local. Cette stratégies’est matérialisée en 2015 par une progression de la production de crédits de +34% sur ces segments à 12,1 ŵilliaƌds d’euƌos, doŶt ϲ,ϳ ŵilliaƌds d’euƌos de ĐƌĠditsmoyen / long terme. Sur le seul secteur des entreprises, la production de crédits est presque multipliée par deux à 5,ϯ ŵilliaƌds d’euƌos.L’aĐtivitĠ du pôle AssuƌaŶĐes a ĠtĠ ŵaƌƋuĠe paƌ la ďoŶŶe dLJŶaŵiƋue ĐoŵŵeƌĐiale des filialesAssurances IARD et Assurance Santé, leurs stocks de contrats respectifs progressant de +19% et +29%. Le poƌtefeuille de ĐoŶtƌats AssuƌaŶĐe SaŶtĠ a ŶotaŵŵeŶt ďĠŶĠfiĐiĠ de l’iŵpaĐt positif du pƌoduit AssuƌaŶĐe Coups Duƌs SaŶtĠ. L’aŶŶĠe ϮϬϭϱ a ĠgaleŵeŶt ĠtĠ ŵaƌƋuĠe paƌle laŶĐeŵeŶt d’uŶe Ŷouvelle offre en assurance santé collective destinée aux besoins des TPE/PME,et paƌ la ĐƌĠatioŶ d’uŶ pƌoduit ƌĠpoŶdaŶt audž ďesoiŶs des ďĠŶĠfiĐiaiƌes de l’ACS ;Aide à la CoŵplĠŵeŶtaiƌe SaŶtĠͿ ƌeteŶu paƌ le Ministère de la Santé dans leĐadƌe de soŶ appel d’offƌes. Les tƌavaudž liĠs à laréglementation Solvabilité 2 se sont poursuivistout au loŶg de l’aŶŶĠeau seiŶ des filiales d’assuƌaŶĐe, pour une entrée er en vigueur au 1 janvier 2016. La BaŶƋue Postale a eŶfiŶ aŶŶoŶĐĠ eŶ fiŶ d’aŶŶĠela ĐoŶĐlusioŶ d’uŶ pƌotoĐole d’aĐĐoƌd pƌĠliŵiŶaiƌe aveĐ CNP AssuƌaŶĐes, ƌeŶouvelaŶt leuƌ paƌteŶaƌiat de distƌiďutioŶ jusƋu’eŶ ϮϬϮϲ, eŶ l’ĠteŶdaŶt à BPE, et mettant en place, pour les affaires nouvelles, un partenariat direct en assurance des emprunteurs collective pour les crédits immobiliers. Cet accord prévoit en outre que La Banque Postale rachète auprès de CNP sa part dans La Banque Postale Prévoyance, qui conserve les activités de prévoyance individuelle. La Banque Postale achève ainsi la constitution de son pôle assurance non-vie. Le pôle GestioŶ d’AĐtifs a vĠĐu uŶe aŶŶĠede profonde transformation : La Banque Postale a complété ses expertises de gestion destinéesà l’eŶseŵďle de sa ĐlieŶtğle,particuliers et personnes morales, 2
institutionnels et grands comptes entreprises, CGPI, réseaux distributeurs, mutuelles. Elle a, pour cela, concrétisé de nouveaux partenariats. De nouvelles offres en matière de fonds diversifiés et de fonds internationaux sont mises en place dans le cadre du partenariat avec AegoŶ, Ƌui s’est tƌaduit paƌ la prise de participation minoritaire de 25% de La Banque Postale Asset Management par Aegon. La 3 gamme ISR du Groupe est également renforcée par le rappƌoĐheŵeŶt aveĐ FĠdĠƌis GestioŶ d’AĐtifs Ƌui s’estmatérialisépaƌ l’eŶtƌĠe de Malakoff-Médéric au capital de La Banque Postale Asset Management ème à hauteur de 5%. Le nouveau groupe ainsi formé devrait consolider sa place de 5 acteur sur le ŵaƌĐhĠ fƌaŶçais aveĐ uŶ voluŵe de plus de ϭϳϳ ŵilliaƌds d’euƌos d’eŶĐouƌs sous gestion. DaŶs le doŵaiŶe de l’oƌgaŶisatioŶ ĐoŵŵeƌĐiale, La BaŶƋue Postale s’est eŶgagĠe depuis ϭϴ ŵois daŶs uŶ pƌoĐessus de ƌĠoƌgaŶisatioŶ ŵaŶagĠƌiale de soŶ ƌĠseau pouƌ plus de siŵpliĐitĠ et d’effiĐaĐitĠ commerciale au service de ses clients. Le rapprochement des lignes de management commercial de La Banque Postale et du Réseau La Poste en 2014 a constitué la première étape de ce processus. Cette vaste réorganisation est désormais achevée avec la mise en place au 2 janvier 2016 de 1600 Directeurs de Secteur. Cette nouvelle étape dans la responsabilisation bancaire des forces ĐoŵŵeƌĐiales au plus pƌğs du ĐlieŶt, dĠĐisive pouƌ l’aĐĐĠlĠƌatioŶ du dĠveloppeŵeŶt ĐoŵŵeƌĐial, est soutenue par un dispositif ambitieux de développement des compétences bancaires et managériales. L’EĐole de la BaŶƋue et du RĠseau ;EBRͿ a aiŶsi dĠveloppĠparcours de formation, adaptés aux des exigences des nouveaux métiers, à destination des collaborateurs du Groupe. En 2015, ce sont plus de 2 500 collaborateurs de La Banque, des Services Financiers et des filiales qui ont été formés, concrétisant ainsiuŶ effoƌt d’aĐĐoŵpagŶeŵeŶt saŶs pƌĠĐĠdeŶt.
Activités et résultats du groupe La Banque Postale
En 2015, La Banque Postale enregistre une activité commerciale bien orientée, se traduisant par des résultats opérationnels publiés en progression. Compte de résultat consolidé (en millions d'euros) Principales lignes du compte de résultat20152014%Produit net bancaire574556731.3%Frais de gestion-4693-46720,4%Résultat brut d'exploitation105210015,1%Coût du risque-181-16311,0%Résultat d'exploitation8718384,0%MEE CNP2071993,9%Résultat avant impôts109410375,5%Impôts3503354,6%Résultat net part du groupe7076774,4%Coefficient d'exploitation82.1%82.7%- 0,6 pointLe Pƌoduit Net BaŶĐaiƌe ;PNBͿ ĐoŶsolidĠ s’Ġlğve à ϱ ϳϰϱ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ pƌogƌessioŶ de ϭ,ϯ % paƌ 4 5 rapport à 2014. Hors effet de la dotation à la provision épargne logement , il progresse de 0,1 % .
3 Investissement Socialement Responsable4 131.9 millions d’euros en 2014et 63.5 millions d’euros en 20155 Inclut un effet périmètre de 29,6 millions d’euros (Ciloger, Fédéris et Sofiap)
3
Dans un contexte de taux historiquement bas qui lui est défavorable, La Banque Postale accélère son développement sur ses nouveaux marchés avec, en 2015, une hausse des encours de crédits à la consommation de +12,9 % et une progression des encours de crédits aux personnes morales (secteur public local, entreprises et professionnels) de +50,4 %. Le PNB de la Banque de Détail est en hausse de +0,5 %. Son évolution est impactée par la variation 6 ŶĠgative des ƌeveŶus d’iŶtĠƌġtsliée à la baisse des taux. Le PNB des filiales d’AssuƌaŶĐe eŶƌegistƌe uŶe ĐƌoissaŶĐe de ϰ,ϯ % à ϭϴϲ ŵillioŶs d’euƌos. Retƌaité du reclassement en 2014 des impayés sur les activités IARD et Santé, il est en hausse de 11 %, témoin de la dynamique commerciale des activitésd’assuƌaŶĐes Doŵŵageet SaŶtĠ et de la ĐƌoissaŶĐe de l’aĐtivitĠPrévoyance. 7 Le PNB des filiales de GestioŶ d’aĐtifs est eŶ hausse de ϯϮ,ϰ% à ϭϰϰ ŵillioŶs d’euƌosest soutenu. Il par le succès du lancement et de la montée en puissance de nouveaux fonds chez La Banque Postale Asset Management et Tocqueville Finance et par des effets marché et performance positifs. 8 Produit net bancaire (en millions d'euros)2015 2014 % Banque de détail et Banque privée5415 5386 0,5% Gestion d'actifs32,4%144 109 Assurance186 178 4,3% Total 5745 56731,3% 9 Les fƌais de gestioŶ du Gƌoupe atteigŶeŶt ϰ ϲϵϯ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ hausse de Ϭ,ϰ%. Ils sont marqués par un recul des charges de La Banque Postale SA (-0,5 %) tandis que celles des filiales (+15 %) progressent en lien avec le développement de leurs activités. Le ĐoeffiĐieŶt d’edžploitatioŶ s’aŵĠlioƌe de Ϭ,ϲ poiŶt pouƌ atteiŶdƌe ϴϮ,ϭ%.Le résultat brut d’edžploitatioŶ s’Ġtaďlità ϭ ϬϱϮ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ hausse de ϱ,ϭ%. Il iŶtğgƌe les effets périmètre précédemment cités. 10 Le Đoût du ƌisƋue s’Ġlğve à ϭϴϭ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ hausse de ϭϴ ŵillioŶs d’euƌos. Cette hausse s’edžpliƋue à la fois paƌ la hausse des eŶĐours et par le renforcement de la couverture du risque, dans le respect des règles prudentes appliquées par le groupe. Le coût du risque de crédit rapporté aux encours reste bas à 23 points de base, stable par rapport à 2014. La quote-part de résultatŵis eŶ ĠƋuivaleŶĐe de la CNP pƌogƌesse de ϯ,ϵ% à ϮϬϳ M€.Au total, le ƌĠsultat avaŶt iŵpôts est eŶ hausse de ϱ,ϱ% à ϭ Ϭϵϰ ŵillioŶs d’euƌos. Il intègre un produit de 16,8 millions lié à la prise de contrôle de Ciloger.
6 Inclut un effet périmètre de 9,3 millions d’euros (Sofiap)7 Inclut un effet périmètre de 20,3 millions d’euros (Ciloger et Fédéris)8 Bascule des activités de La Banque Postale Gestion Privée du pôle Gestion d’actifs à la Banque de détail et Banque privée9 Inclut un effet périmètre de 18,9 millions d’euros (Ciloger, Fédéris et Sofiap) 10 Retraité du reclassement en 2014 des impayés sur les activités IARD et Santé, il progresse de 29 millions d’euros. Il inclutun effet périmètre de 1,8 million d’euros (Sofiap)4
Le résultat net part du Groupes’Ġtaďlit à ϳϬϳ ŵillioŶs d’euƌos et pƌogƌesse de ϰ,ϰ %.La Banque de détail et la Banque privée
En 2015, l’aĐtivitĠ du pôle BaŶƋue de dĠtailet Banque privée a été marquée par la persistance d’uŶ niveau de taux historiquement bas. 11 20152014%Banque de détail (en millions d'euros) Produit net bancaire541553860,5%Frais de gestion-4519-45180%Résultat brut d'exploitation8958683,1%Coût du risque18115218,7%Résultat d'exploitation715716-0,2%Résultat s com m erci a ux cli ent èl e d es pa rti culi ers Renforcement del’ĠƋuipeŵeŶtdes clients La BaŶƋue Postale s’appuiedésormais sur un socle de 10,8 millions de clients actifs dont plus de 8,6 millions bancarisés principaux et plus de 587 000 clients patrimoniaux. Le taudž d’ĠƋuipeŵeŶt gloďal des ĐlieŶts s’est ƌeŶfoƌĐĠ au Đouƌs de l’aŶŶĠe: le taudž d’ĠƋuipeŵeŶt eŶ forfaits progresse de 1,5 point à 58,8% et celui des cartes augmente de 1,2 point à 68,8 %.Le parc de cartes de paiement représente 8ŵillioŶs d’uŶitĠs au ϯϭ dĠĐeŵďƌe ϮϬϭϱ suƌ le seul segment des particuliers (+1,6 %). 863 000 ouvertures brutes de formules de comptes, associant des cartes et des seƌviĐes à l’ouveƌtuƌe d’uŶ Đoŵpte ĐouƌaŶt, oŶt ĠtĠ eŶƌegistƌĠesau Đouƌs de l’aŶŶĠe.Hausse des encours dedĠpôts à vue et d’ĠpaƌgŶelogement Les plaĐeŵeŶts liƋuides, pĠŶalisĠs paƌ le Ŷiveau des taudž d’iŶtĠƌġt, oŶt ĐoŶtiŶuĠ à suďiƌ des ƌetƌaits au profit des placements moyen-long terme au cadre fiscal plus avantageux ou à la rémunération encore attƌaĐtive. Le ĐoŶtedžte d’iŶflation quasi-Ŷulle et de taudž d’intérêt très faibles est favorable à la croissance des dépôts à vue.Les eŶĐouƌs d’ĠpaƌgŶe logeŵeŶt soŶt eŶ hausse de ϴ,ϯ % à ϯϬ,ϲ ŵilliaƌds d’euƌos, gƌâĐe au PEL doŶt le taudž de ƌĠŵuŶĠƌatioŶreste très attractif, malgré la baisse du taux client à er 2 % au 1 février 2015. er Les encours du Livret A, dont le taux de rémunération a été abaissé à 0,75% au 1 août 2015, diminuent de 4,6 % à 58,5ŵilliaƌds d’euƌos.Les encours de dépôts à vue des clients particuliers de La Banque Postale progressent de près de 6 % et atteignent 48,9ŵilliaƌds d’euƌos.11 Bascule des activités de La Banque Postale Gestion Privée du pôle Gestion d’actifs au pôle Banque de détailet Banque privée 5
Progressiondes eŶĐouƌs d’OPCVMet d’assuƌaŶĐe-vie 12 Les eŶĐouƌs d’OPCde la hausse des marchés et progressent de +5,8 % à 13,4 milliardsVM bénéficient d’euƌos.Les encours d’assuƌance-vie atteigŶeŶt ϭϮϱ,Ϯ ŵilliaƌds d’euƌos2015, en hausse de +1,7 %. La part fin cumulée des supports en unités de compte dans la collecte bruted’assuƌaŶĐe-vie continue à croître à 18,1 %, contre 16,4 % fin 2014. Poursuite du développement des activités de crédits La Banque Postale a continué à accompagner ses clients dans le financement de leurs projets. Les eŶĐouƌs de ĐƌĠdits audž paƌtiĐulieƌs soŶt eŶ hausse de Ϯ % à ϱϵ,ϰ ŵilliaƌds d’euƌos.La pƌoduĐtioŶ de ĐƌĠdits à l’haďitat est ƌepaƌtie à la hausse eŶ ϮϬϭϱ, poƌtĠe paƌ uŶ voluŵe ĠlevĠ de ƌaĐhats edžteƌŶes de ĐƌĠdits suĐsitĠ paƌ des taudž d’iŶtĠƌġt tƌğs ďas.La production des crédits immobiliers est eŶ hausse de ϰϯ % à ϭϮ,ϴ ŵilliaƌds d’euƌos ;productions BPE et Sofiap incluses) et est marquée par un fort taux de rachats et renégociations. La production de prêts PAS atteint presque 2,2 milliards d’euƌos, ƌepƌĠseŶtaŶt uŶe hausse de ϲϳ% paƌ ƌappoƌt à fiŶ ϮϬϭϰ.Les encours de crédits immobiliers augmentent deϭ,Ϯ % à ϱϰ,ϭ ŵilliaƌds d’euƌos. Le crédit à la consommation, géré par La Banque Postale Financement, connaît un vif succès. La pƌoduĐtioŶ de ĐƌĠdits à la ĐoŶsoŵŵatioŶ est de Ϯ,ϯ ŵilliaƌds d’euƌos ;+ϳ % paƌ ƌappoƌt à ϮϬϭϰͿ. Elle se décompose entre plus de 2,1 milliards de prêts personnels et 132 millions de crédits renouvelables. Les encours progressent de 12,9% et atteigŶeŶt ϰ,ϱ ŵilliaƌds d’euƌos.Résultat s com m erci a ux d e la banqu e p riv ée La banque privée, issue de la fusion de La Banque Postale Gestion Privée et de BPE, a connu une année de développement commercial,ŵaƌƋuĠ paƌ l’aƌƌivĠeau sein des 33 agences BPE de 20 conseillers et ingénieurs patrominiaux. L’aĐtivitĠ de GestioŶ Sous MaŶdat ;GSMͿ eŶƌegistƌe uŶe ĐolleĐte ďƌute de ϵϵϬ ŵillioŶs d’euƌos, apƌğs uŶe aŶŶĠe ϮϬϭϰ de ĐolleĐte ƌeĐoƌd de ϭ,Ϭϭϱ ŵilliaƌd d’euƌosportée par la croissance des mandats en assurance-vie et la hausse des principaux indices boursiers (CAC 40 + 8,5% et EuroStoxx 50 + 3,8%). Ces effets concourent à une progression des encours de près de 25% à plus de 3,3 milliardsd’euƌos. L’aĐtivitĠ ďaŶĐaiƌe est ŵaƌƋuĠe paƌ la ĐoŶƋuġte de Ŷouveaudž ĐlieŶts patƌiŵoŶiaudž, poƌtaŶt le portefeuille de la filiale à plus de 64 000 clients. La production de crédits immobiliers atteint 548 ŵillioŶs, soit uŶe hausse de Ϯϲ% suƌ l’aŶŶĠe. Les encours de crédits totaux atteignent 2,6 milliards d’euƌos, eŶ hausse1%.de + La ĐolleĐte Ŷette d’ĠpaƌgŶe, souteŶue eŶ gƌaŶde paƌtie paƌ l’assuƌaŶĐe-vie, contribue à la hausse des encours qui progressent de 5 % à près deϮ,ϰ ŵilliaƌds d’euƌos.L’ĠƋuipeŵeŶt de la ĐlieŶtğle patƌiŵoŶiale de La BaŶƋue Postale se ƌeŶfoƌĐe, le stoĐk de Đaƌtes à foƌte valeuƌ ajoutĠe pƌogƌessaŶt de Ϯϲ% suƌ l’aŶŶĠe.12 Incluent les personnes morales 6
Résultat s comm erciaux cli ent èl e secteu r publi c local, ent reprises et professi onnels La mise en force des crédits destinés aux clients entreprises, secteur public local et professionnels, poursuit sa croissance avec une production deϭϮ,ϭ ŵilliaƌds d’euƌos, poƌtaŶt les eŶĐouƌs à ϵ,ϳ ŵilliaƌds d’euƌos,soit uŶe pƌogƌessioŶ suƌ l’aŶŶĠe de plus de ϱϬ %.La production de crédit-ďail iŵŵoďilieƌ ;ϲϭϰ ŵillioŶs d’euƌosͿ a ĠtĠ souteŶue au Đouƌs de l’aŶŶĠe paƌ deudž opĠƌatioŶs d’eŶveƌguƌe ŵeŶĠes aveĐ l’Etat fƌaŶçais, aveĐ les MiŶistğƌes de la JustiĐe et de l’EĐologie. Les encours de crédits aux entreprises et bailleurs sociaux progressent de plus de 81 % à 5,3 ŵilliaƌds d’euƌos. La Banque Postale conforte son positionnement dans le financement des collectivités locales puisque les encours de crédits aux collectivités locales (hors bailleurs sociaux) progressent de plus de 25 % à 4,5 ŵilliaƌds d’euƌos.Dans le cadre de cette activité,ϯ,ϰ ŵilliaƌds d’euƌos oŶt ĠtĠ ĐĠdĠs aupƌğs de CAFFIL au Đouƌs de l’aŶŶĠe daŶs le Đadƌe du ƌefiŶaŶĐeŵeŶt du ĐƌĠdit audž Đollectivités locales et aux ĠtaďlisseŵeŶts puďliĐs de saŶtĠ. Depuis le laŶĐeŵeŶt de l’aĐtivitĠ, Đe soŶt pƌesƋue ϲ ŵilliaƌds d’euƌos qui ont été apportés à CAFFIL. L’aŶŶĠe ϮϬϭϱ a ĠgaleŵeŶt ĠtĠ ŵaƌƋuĠe paƌ le ƌeŶfoƌĐeŵeŶt du paƌteŶaƌiat eŶtƌe La BaŶƋue Postale et BpifƌaŶĐe eŶ ŵatiğƌe de fiŶaŶĐeŵeŶt de pƌojets d’iŶvestisseŵeŶts d’eŶtƌepƌises. La ĐoopĠƌatioŶ eŶtƌe les deudž ĠtaďlisseŵeŶts faĐilite l’oĐtƌoi, paƌ La BaŶƋue Postale, de ĐƌĠdits ďaŶĐaiƌes gaƌaŶtis paƌ Bpifrance aux TPE et PME. UŶe Ŷouvelle offƌe d’affacturage collaboratif a été mise en place au pƌiŶteŵps aveĐ l’UGAP ;UŶioŶ des gƌoupeŵeŶts d’aĐhats puďliĐsͿ, peƌŵettaŶt à ses fouƌŶisseuƌs de céder leurs factures (en totalité ou au cas par cas, selon leurs besoins de trésorerie) à La Banque Postale Crédit Entreprises.EŶfiŶ, à l’occasion de la COP21, la BaŶƋue EuƌopĠeŶŶe d’IŶvestisseŵeŶt (BEI) a confirmé le financement du projet « Optimisation énergétique des bâtiments publics » pour leƋuel elle s’eŶgage fiŶaŶĐiğƌeŵeŶt eŶ paƌteŶaƌiat aveĐ plusieuƌs aĐteuƌsdont La Banque Postale. Résultat s fin anci ers Le Produit Net Bancaire 13 Le Pƌoduit Net BaŶĐaiƌe de la BaŶƋue de DĠtail pƌogƌesse de Ϭ,ϱ % et s’Ġtaďlit à ϱϰϭϱ ŵillioŶs d’euƌos. Les commissions et autres produits et charges Les commissions et autres produits et charges, qui représentent environ 40 % du PNB de la Banque de DĠtail, s’ĠtaďlisseŶt à Ϯ148 millioŶs d’euƌos, eŶ hausse de ϱ,ϯ% par rapport à 2014. Cette hausse s’edžpliƋue paƌ Đelle des ĐoŵŵissioŶs ďaŶĐaiƌes ;+ϭϭ %Ϳ liĠe à des effetsĐoŵďiŶĠs d’ĠƋuipeŵeŶt et d’iŶdeŵŶitĠs de ƌeŵďouƌseŵeŶt anticipé de crédits immobiliers tandis que les commissions financières (incluant les commissions de distribution des produits d’assuƌaŶĐe) reculent de 3,3 %. Les intérêts Les revenusd’iŶtĠƌġt, Ƌui ƌepƌĠseŶtenteŶviƌoŶ ϲϬ % du PNB de la BaŶƋue de DĠtail, s’Ġtaďlissent à 3 14 267 millioŶs d’euƌos eŶ ƌepli de 2,4 % par rapport à 2014. Hors provision épargne logement , ils
13 Inclut un effet périmètre de 9,3 millions d’euros (Sofiap)14 Dotation de 131,9 millions en 2014 et de 63,5 millions en 2015
7
reculent de 4,2 %. Cette diminutioŶ s’edžpliƋuepar la baisse des revenus de l’ĠpaƌgŶe ĐeŶtƌalisĠe ;-3 %) liée à la décollecte constatée sur le Livret A ainsi que par la contraction des revenus des portefeuilles financiers (-ϱ,ϲ %Ϳ et Đelle des ƌeveŶus d’iŶtĠƌġt suƌ les ĐƌĠdits(-1,6 %) dont le rendement global subit les effets de la baisse des taux sur la production nouvelle et les renégociations. Les frais de gestion 15 Les fƌais de gestioŶ de la ďaŶƋue de dĠtail soŶt staďles à ϰ ϱϭϵ ŵillioŶs d’euƌos. Les frais de gestion de La Banque Postale SA représentent la plus grande partie des frais de gestion du pôleet ƌeĐuleŶt de Ϭ,ϱ% suƌ l’eŶseŵďle de l’aŶŶĠe, traduisant les efforts de maîtrise des charges du groupe malgré les investissements réalisés dans les grands programmes de transformation de la ďaŶƋue oƌieŶtĠs veƌs l’effiĐaĐitĠ et le dĠveloppeŵeŶt ĐoŵŵeƌĐial. Les frais de gestion des filiales de banque de détail augmentent (+18 %) avec le développement de leurs activités, notamment celles de banque privée et de crédit à la consommation. Le résultat ďrut d’exploitatioŶLe ƌĠsultat ďƌut d’edžploitatioŶ du pôlepƌogƌesse de ϯ,ϭ% et atteiŶt ϴϵϱ ŵillioŶs d’euƌos. Il iŶtğgƌe les effets périmètre précédemment cités. Le coût du risque Le Đoût du ƌisƋue de l’aĐtivitĠ s’Ġtaďlit à ϭϴϭ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ hausse de ϭϴ,ϳ%. Cette hausse s’edžpliƋue par le renforcement de la couverture du risque conformément aux règles de provisionnement prudentes du groupe, sur les crédits immobiliers (+ϵ ŵillioŶs d’euros) et sur le crédit à la consommation (+10ŵillioŶs d’euƌos). Le coût du risque de crédit, rapporté aux encours, est stable à 23 points de base. Le résultat d’exploitatioŶLe résultat d’edžploitatioŶ de l’aĐtivitĠ de Banque de détail et Banque privées’Ġtaďlit à ϳϭϱ ŵillioŶs d’euƌos eŶ ďaisse de Ϭ,Ϯ%.La GestioŶ d’AĐtifs
16 Gestion d'actifs (en millions d'euros)20152014%144109Produit net bancaire32,4%Frais de gestion796030,2%6649Résultat brut d'exploitation35%17 Le PNB du pôle gestioŶ d’aĐtifs augŵeŶte de ϯϮ,ϰ%. L’aĐtivitĠ du pôlebénéficie des investissements réalisés dans le cadre de la gestion discrétionnaire et du lancement de nouveaux OPCVM au cours de l’aŶŶĠe.
15 Inclut un effetpérimètre de 7,3 millions d’euros (Sofiap)16 Bascule des activités de La banque Postale Gestion Privée du pôle gestion d’actifs au pôle Banque de détail et banque privée17 Inclut un effet périmètre de 20,3 millions d’euros (Ciloger et Fédéris)
8
Les encours sous gestion des filiales du pôle atteignent 182,7ŵilliards d’euros (eŶĐours Fédéris GestioŶ d’aĐtifset Ciloger inclus). Les encours deLa Banque Postale Asset Management(y compris ceux de LBPSAM et Fédéris Gestion d’aĐtifs) atteignent 177,1ŵilliaƌds d’euƌos;ĐoŶtƌe ϭϳϱ,ϴ ŵilliaƌds d’euƌos fiŶ ϮϬϭϰ,Fédéris Gestion d’aĐtifs iŶĐlusͿ. Hoƌs iŵpaĐt FĠdĠƌis, ils atteigŶeŶt ϭϱϬ ŵilliaƌds d’euƌos(+0,4 %). Cette évolution traduit un effet marché positif de près deϯ,ϵ ŵilliaƌds d’euƌos ĐoŵpeŶsĠ eŶ paƌtie paƌ uŶe dĠĐolleĐte Ŷette de Ϯ,ϲ ŵilliaƌds d’euƌos, centrée sur les OPCVM monétaires. Les encours deFédériss’ĠlğveŶt à Ϯϳ ŵilliaƌds d’euƌos(+2,5 %). La croissance est portée par un effet marché positif compensant uŶe dĠĐolleĐte de Ϭ,ϰ ŵilliaƌd suƌ l’eŶseŵďle de l’aŶŶĠe, consécutive à des réallocatioŶs d’aĐtifs veƌs des iŶstƌuŵeŶts ŶoŶ ĐotĠs de la paƌt de ĐeƌtaiŶs ĐlieŶts.Les encours deCilogeratteignentϰ,ϭ ŵilliaƌds d’euƌos(+ 19 %). Les encours globaux deTocqueville Finances’ĠlğveŶt à1,ϱ ŵilliaƌd d’euƌos( +6,8 %). L’aŶŶĠe ϮϬϭϱ se traduit par des effets marché et performances positifs, compensés partiellement par une décollecte de ϲϳ ŵillioŶs d’euƌos,concentrée sur la gestion collective. 18 Les frais de gestiondes filiales de gestioŶ d’aĐtifssoŶt eŶ hausse de ϯϬ,Ϯ % à ϳϵ ŵillioŶs d’euƌos. Ils ƌeflğteŶt la ĐƌoissaŶĐe de l’aĐtivitĠ du pôle, ŶotaŵŵeŶt les fƌais iŶfoƌŵatiƋues ŵais aussi les hoŶoƌaiƌes edžĐeptioŶŶels liĠs audž opĠƌatioŶs ĐapitalistiƋues de l’aŶŶĠe.Le ƌĠsultat ďƌut d’edžploitatioŶpƌogƌesse de ϯϱ % et s’Ġtaďlit à ϲϲ ŵillioŶs d’euƌos. Il iŶĐluteffets les périmètre précédemment cités. Le résultat d’edžploitatioŶ pƌogƌessede 34,8%. 19 L’AssuraŶĐe
Assurance (en millions d'euros)20152014%Produit net bancaire1861784,3%-95-94Frais de gestion0,9%Résultat brut d'exploitation91848,2%011Coût du risqueNSRésultat d'exploitation917324%20 Le PNB du pôle est eŶ hausse de ϰ,ϯ % à ϭϴϲ ŵillioŶs d’euƌos. RetƌaitĠ des ĠlĠŵeŶts ŶoŶ ƌĠĐuƌƌeŶts, il est en hausse de 11 %. Il bénéficie des bons résultats commerciaux desoffƌes d’assuƌaŶĐes IARD et SaŶtĠ. Le portefeuille de contrats de La Banque Postale IARD enregistre une hausse sensible de plus de 19% tandis que celui de La Banque Postale Assurance Santé progresse de plus de 29 % en 2015, notamment grâce au produit ACDS (Assurance Coup Dur Santé).
18 Effet périmètre de 11,7 millions d’euros(Ciloger et Fédéris) 19 Hors contribution en équivalence de CNP Assurances 20 Reclassement en PNB des impayés IARD et Santé, antérieurement classés en coût du risquepour 11 millions d’euros
9
La Banque Postale Assurances IARDeŶƌegistƌe suƌ l’aŶŶĠe ϱϰϳ000 affaires nouvelles, dont les deux-tiers sont concentrés sur les contrats Automobile et Multi-Risques Habitation (MRH). Le mix de er sousĐƌiptioŶ se dĠfoƌŵe eŶ faveuƌ de la MRH, sous l’effet du laŶĐeŵeŶt au ϭfĠvƌieƌ ϮϬϭϱ d’uŶe nouvelle offre habitation plus modulaire, à laquelle ont été ajoutées des garanties optionnelles. En fin d’aŶŶĠe, le poƌtefeuille de ĐoŶtƌats dĠpasse ϭ ϯϱϬ000, soit une hausse de plus de 19 %. La Banque Postale Assurance SantéeŶƌegistƌe suƌ l’aŶŶĠe plus de60 000 affaires nouvelles. 2015 a été marqué par la mise en place de « Oui Santé» daŶs le Đadƌe de l’appel d’offƌes ƌeŵpoƌtĠ paƌ LBPAS et ses paƌteŶaiƌes suƌ l’Aide à la CoŵplĠŵeŶtaiƌe SaŶtĠ, la ĐƌĠatioŶ eŶ avƌil d’uŶe offƌe SaŶtĠ ColleĐtive er dans le cadre de la réforme ANI rendant obligatoire au 1 janvier 2016 les couvertures Santé collectives à toutes les entreprises et la montée en puissance du nouveau produit « Assurance Coups Durs Santé » laŶĐĠ eŶ Ŷoveŵďƌe ϮϬϭϰ, gaƌaŶtissaŶt le veƌseŵeŶt d’uŶ Đapital eŶ Đas de ŵaladie gƌave dite « redoutée ». Le produit ACDS comprend au 31 décembre 2015 10ϯϮϯ ĐoŶtƌats eŶ Đouƌs d’effet portant le portefeuille de contrats à plus de 102 000, soit une hausse de +29 %. La Banque Postale Prévoyanceenƌegistƌe suƌ l’aŶŶĠe pƌğsde 310 000 affaires nouvelles en prévoyance individuelle.Les aĐtivitĠs de Đouveƌtuƌe de pƌġts iŵŵoďilieƌs et d’assuƌaŶĐe du ĐƌĠdit à la consommation poursuivent leur progression en lien avec le développement des activités de crédit de La Banque Postale.L’aŶŶĠe est ĠgaleŵeŶtmarquéepaƌ l’aƌƌġt de la ĐoŵŵeƌĐialisatioŶ du ĐoŶtƌat Obsèques à prime unique. Les fƌais de gestioŶ des filiales d’assuƌaŶĐeenregistrent une croissance modérée (+ 0,9% à 95 millions d’euƌos), traduisant les efforts de maîtrise entrepris par les entités du pôle. Le ƌĠsultat ďƌut d’edžploitatioŶdu pôles’Ġtaďlit à ϵϭ ŵillioŶs d’euƌos, eŶ hausse de ϴ,Ϯ % paƌ ƌappoƌt à 2014. Retraité du reclassement du coût du risque, il progresse de 24%. Structure Financière La Banque Postale présente une structure financière solide, renforcée en novembre 2015 par une ĠŵissioŶ de ϳϱϬ ŵillioŶs d’euƌos de titƌes suďoƌdoŶŶĠs Tieƌ Ϯde maturité 12 ans. Ainsi, 21 -le ratioCommon Equity Tier 1 de LaBaŶƋue Postale s’Ġtaďlit à13,2%, en progression de 50 points de base par rapport à 2014. -le ratio global de solvabilité de La Banque Postale s’Ġtaďlit à18,7 %, en hausse de 170 points de base par rapport à 2014. 22 -le ratio de levier estimé hors acte délégués’Ġlğve à3,5 %. Il est de 5,2 % avec acte délégué. La Banque Postale affiche une confortable position de liquidité se traduisant par : 23 -.Un ratio crédits/dépôts de 75 % -Un ratio LCR estimé de 218 %, très supérieur aux exigences règlementaires.
21 CRR/CRD 4 avec mesures transitoires. Le ratio fully loaded est de 14,2 %. 22 de l’acte délégué publié par la Commission Européenne le 10 octobre 2014, sur le traitement de l’épargneAvec prise en compte centralisée à la CDC sous réserve d’autorisation par la BCE23 Le ratio crédits sur dépôts du Groupe est déterminé comme le rapport entre les prêts et les dépôts, excluant les encours d’épargne centralisés à la CDC.10
Publication des exigences de fonds propres spécifiques fixées par la Banque Centrale Européenne La Banque Postale a publié fin décembre 2015 les résultats du Supervisory Review and Evaluation Process (SREP) mené par la Banque Centrale Européenne (BCE) au sujet des exigences du Pilier II. L e niveau de fonds propres Common Equity Tier 1 (CET1) phasé exigé sur base consolidée est fixé à 9,25% er au 1jaŶvieƌ ϮϬϭϲ. L’AutoƌitĠ de CoŶtƌôle PƌudeŶtiel et de RĠsolutioŶ ;ACPRͿ aLJaŶt paƌ ailleuƌs ĐlassĠ La Banque Postale comme « autre établissement systémique », un coussin de fonds propres additionnel er est appliqué. Celui-Đi s’Ġlğve à Ϭ,ϬϲϮϱ% au ϭjaŶvieƌ ϮϬϭϲ. L’edžigeŶĐe totale CETϭ appliĐaďle à La er Banque Postale se situe donc à 9,3125% au 1 janvier 2016. Notations Au 31 décembre 2015, La Banque Postale dispose de bonnes notations de crédit, reflet de sa solidité financière et de sa gestion rigoureuse des risques : Standard & Poor’s Fitch Notations long terme A A-Perspectives Stable Stable Date de mise à jour 3 décembre 2015 21 mai 2015 Notations court terme A-1 F1 En 2015, Fitch a dégradé la notation de long terme de La Banque Postale de A à A-. Cette action traduit la ƌevue de l’appƌĠĐiatioŶ du suppoƌt de l’Etat paƌ l’ageŶĐe, suite à la puďliĐatioŶ de la diƌeĐtive BRRD et du Single Resolution Mechanism. La notation intrinsèque de La Banque Postale a été rehaussée de «bbb+» à «a-». La ƌevue aŶŶuelle de la ŶotatioŶ de StaŶdaƌd & Pooƌ’s Ŷ’a pas doŶŶĠ lieu à ŵodifiĐatioŶ.La notation est confirmée à A, perspective stable. La notation intrinsèque (SACP) est maintenue à «bbb+». Perspectives EŶ ϮϬϭϲ et daŶs uŶ ĐoŶtedžte de taudž ďas peƌsistaŶts, La BaŶƋue Postale aŵďitioŶŶe d’aĐĐĠlĠƌeƌ soŶ développement commercial en offraŶt l’eŶseŵďle de ses pƌoduits et services à tous ses clients et sur tous les marchés : -ens’appuLJaŶt suƌdes partenariats industriels et capitalistiques noués en 2015 dans les domaines de l’assuƌaŶĐe, aveĐ Malakoff MĠdĠƌiĐ et La Mutuelle GĠŶĠƌale pouƌ l’avğŶeŵeŶt d’uŶe offƌe d’assuƌaŶĐe santé colleĐtive, et de la gestioŶ d’aĐtifs, aveĐ AegoŶ Asset MaŶageŵeŶt et FĠdĠƌis GestioŶ d’AĐtifs, Ƌui ouvƌeŶt de Ŷouveaudž Đhaŵps de ĐƌoissaŶĐe eŶ ŵatiğƌe de gestioŶ pƌivĠe et d’ĠƋuipeŵeŶt des clientèles patrimoniales ; -en poursuivant avec sa filiale dédiée aux crédits à la consommation, La Banque Postale Financement, la montée en puissance du crédit à la consommation au service des particuliers et la poursuite de ses efforts dans la prévention des situations de surendettement, dans une logique de crédits toujours responsables ;
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.