Vigicrues - Rapport pour la prévention des risques d'inondation

De
Publié par

Ségolène ROYAL Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie Déplacement de Mme Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie à Météo France et au Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI) sur le thème de la prévision des crues Lundi 23 février 2015 Inondations de quoi parle-t-on ? L’inondation est une submersion temporaire par l'eau de terres émergées, quelle qu'en soit l'origine. Sur le littoral, l’inondation par submersion marine s’étend au-delà des limites du rivage et peut avoir des conséquences catastrophiques comme l'a illustré la tempête Xynthia il y a 5 ans. De plus en plus, le fonctionnement naturel des hydrosystèmes est modifié et les mécanismes d’inondation sont influencés par les nombreux aménagements réalisés par l’homme (aménagement en lit majeur, recalibrage et suppression de méandres des rivières, digues de protection contre les inondations, barrages et changement d’occupation des sols qui favorisent le ruissellement). Les inondations peuvent également avoir pour origine la défaillance de ces ouvrages (rupture de digues ou de barrages par exemple).
Publié le : mardi 24 février 2015
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Ségolène ROYALMinistre de l’Écologie, du Développement durable et de l’ÉnergieDéplacement de Mme Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie à Météo France et au Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI) sur le thème de la prévision des cruesLundi 23 février 2015
Inondations de quoi parle-t-on ?L’inondation est une submersion temporaire par l'eau de terres émergées, quelle qu'en soit l'origine. Sur le littoral, l’inondation par submersion marine s’étend au-delà des limites du rivage et peut avoir des conséquences catastrophiques comme l'a illustré la tempête Xynthia il y a 5 ans. De plus en plus, le fonctionnement naturel des hydrosystèmes est modifié et les mécanismes d’inondation sont influencés par les nombreux aménagements réalisés par l’homme (aménagement en lit majeur, recalibrage et suppression de méandres des rivières, digues de protection contre les inondations, barrages et changement d’occupation des sols qui favorisent le ruissellement). Les inondations peuvent également avoir pour origine la défaillance de ces ouvrages (rupture de digues ou de barrages par exemple).
Les chiffres clés du risque naturel d’inondation en France17,1 millions de résidents permanents exposés aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole. 1,4 milliond’habitants exposés au risque de submersion marine. Plus de9 millionsexposés aux débordements de cours d’eau et plus de d’emplois 850 000 emploisexposés aux submersions marines. 20%des habitations exposées aux submersions marines sont de plain-pied.
2
Le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI)
Basé sur la Météopole de Toulouse, leService central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondationsa fêté ses dix ans en 2013. Il s’est (Schapi) progressivement affirmé comme le cœur du réseau national dédié à la prévision des crues et à l’hydrométrie. Les équipes du Schapi conjuguent des compétences en hydrologie, enmétéorologieen informatique, mises au service de nos concitoyens et 365 jours par an. Ces mêmes équipes anticipent les évolutions scientifiques par un partenariat actif avec les acteurs de la recherche et du développement.
Le Schapi a pris place depuis octobre 2014 dans un bâtiment conçu spécialement pour héberger ses trois missions : la prévision opérationnelle des inondations, le développement d’outils destinés à l’hydrométrie et aux prévisions hydrologiques et hydrauliques, le pilotage du réseau des SPC et des UH. Les prévisionnistes du Schapi partagent leur salle opérationnelle avec ceux de Météo France. Une passerelle relie le Schapi au centre national de prévision de l’établissement, elle symbolise la complémentarité des disciplines entre météorologie et hydrologie. Les fortes pluies et les inondations qui ont frappé l'arc méditerranéen durant l'automne 2014 ont mis en exergue les avantages d'un tel rapprochement physique entre ces métiers différents mais fortement complémentaires.
3
LE SCHAPI ET SON RESEAU
MISSIONS
Créé en 2003, le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (Schapi) produit et diffuse une information continue de vigilance sur lescrues. Le Schapi anime et pilote le réseau de la prévision des crues et de l’hydrométriede l’Etat. Il apporte un appui scientifique et technique aux entités opérationnelleschargées de mesurer les niveaux et les débits des cours d’eau, et de réaliser desprévisions : les unités d’hydrométrie et les services de prévision des crues répartis dansles régions. Plaçant l’innovation au cœur de son activité, le Schapi élabore et met enœuvre des outils toujours plus performants pour répondre à la demande citoyenned’anticipation du risque d’inondation.
ORGANISATION
Service à compétence nationale, le Schapi rassemble à Toulouse 32 collaborateurs, engrande majorité spécialisés en hydrologie, en météorologie et en informatique. LeSchapi est rattaché à la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) duMinistère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie (MEDDE). Il exerce samission sous l’autorité du Service des risques naturels et hydrauliques (SRNH). Depuis2013, la gouvernance du Schapi est assurée par un Conseil d’orientation et d’appuiscientifique et technique (CODOST).
RESEAU
Outre le Schapi, le réseau national pour la prévision des crues et l’hydrométrie (le réseau« PC&H ») regroupe les services de prévision des crues (SPC), les unités d’hydrométrie(UH) et, progressivement, des cellules de veille hydrologique (CVH) en Corse et dans lesDOM. Au quotidien, les informations sur les débits et les niveaux des cours d’eau sontproduites par les UH, puis envoyées dans la base de données nationale gérée par leSchapi. Le processus opérationnel de la vigilance « crues » est coordonné par le Schapi.Les SPC transmettent au Schapi des informations de vigilance sur les crues pour lescours d’eau qu’ils surveillent, de plus en plus souvent accompagnées de prévisionschiffrées. Synthétisées par les prévisionnistes du Schapi, elles sont publiées sur le sitewww.vigicrues.gouv.fr. La vigilance « crues » permet de prévenir les autorités et le publicqu’il existe un risque de crues dans les 24 heures à venir. Cette information est relayéepar Météo-France.
4
La marque Vigicrues
La marqueVigicruesregroupe l’ensemble des informations de prévision des crues de la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR), du Service Central d’Hydrométéorologie et d’Appui à la Prévision des inondations (SCHAPI) et des services déconcentrés. La création de cette marque répond à la volonté du gouvernement d’informer plus efficacement les Françaissur les risques d’inondation. La marque a également pour but d’accroître les réflexes de vigilance de la population à l’égard des crues. Le logo de la marque Vigicrues, utilise les couleurs réglementaires de la vigilance. L’élément « eau » est associé à une échelle de crue qui mesure l’importance d’une crue et va permettre d’introduire lanotion graduelle du risque.Le pictogramme d’affichage indique le niveau de vigilance à adopter. Celui-ci se décline selon les 4 couleurs de la vigilance définies avec la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion de crise (DGSCGC) du ministère de l’intérieur.
Les couleurs pour mesurer le niveau de risqueVert: Pas de vigilance particulière requise.Jaune: Risque de crue ou de montée rapide des eaux n'entraînant pas de dommages significatifs, mais nécessitant une vigilance particulière dans le cas d'activités saisonnières et/ou exposées.Orange: Risque de crue génératrice de débordements importants susceptibles d’avoir un impact significatif sur la vie collective et la sécurité des biens et des personnes.Rouge: Risque de crue majeure. Menace directe et généralisée de la sécurité des personnes et des biens.
5
Le site web vigicrues.gouv.fr
Créé en 2006, le site webhttp://www.vigicrues.gouv.frregroupe toutes les informations concernant les risques de crues, sous la forme d’une carte de France détaillée et accompagnée par un bulletin d’information national et des bulletins locaux contenant des éléments sur l’évolution des crues. Ces informations sont mises à jour bi-quotidiennement. Des données en temps réel sont aussi disponibles en permanence. Cette plate-forme permet de diffuser directement l’information, également relayée par Météo France. Ces informations en libre accès sont destinées à tous les publics intéressés, du particulier au professionnel. Elles sont aussi nécessaires aux pouvoirs publics en charge de la sécurité civile (préfets et maires) qui, lorsque que la situation l’exige, déclenchent et mobilisent les moyens de secours. La vigilance permet d’anticiper la crise et donc de gérer l’alerte dans de bonnes conditions. Le site web Vigicruesest bien identifié par les acteurs de la sécurité, y compris par les collectivités territorialeset le grand public commence également à bien le connaître.
Le saviez-vous ?Le site Vigicrues a reçu plus de 11 millions de visites en 2013, contre 3 millions en 2009 et un record de visites par jour a été atteint le 28 novembre 2014 avec 219 341 visites. Aujourd’hui, 21 720 km de cours d'eau sont couverts par la vigilance « crues ».
6
La gestion des risques d’inondation
La stratégie face aux risques d’inondations : ne plus subir, mais anticiper et organiser
Les événements qui ont durement touché les territoires ces dernières années montrent la nécessité de développer, dans le domaine des risques, une politique de prévention plus systématique et plus seulement une intervention en réparation dans les territoires sinistrés. En effet, en France,1 habitant sur 4 et1 emploi sur 3 sont potentiellement exposés aux risques d’inondation. C'est l'objet de la stratégie nationale présentée par Ségolène Royal le 10 juillet 2014, dont l’objectif majeur est de rendre les territoires moins vulnérables au risque inondation.
La stratégie nationale de gestion des risques d’inondation vise à :
1.Adapter notre façon de construire
- 5 ateliers nationaux « territoires en mutation exposés à un risque » ont été lancés en 2013, avec le ministère en charge du logement, pour faire émerger dans plusieurs territoires des solutions d’urbanisme et d’aménagement très concrètes afin de mieux construire et vivre dans des zones exposées aux risques. Ces territoires sont : -Loire moyenne, Tours, Saint Pierre des Corps (Indre-et-Loire) -Vallée de Fensch (Moselle) et vallée de l’Orne (Meurthe et Moselle) -Vallée de l’Argens (Var) -Vallée de l’Oise entre Creil et Compiègne (Oise) -Les bords de Marne en Île-de-France
- leGrand prix d’aménagement« Comment mieux bâtir en terrains inondables : constructibles » a été lancé le 16 janvier 2015. Ce grand prix vise à promouvoir les projets innovants pour rendre les habitants moins vulnérables aux risques d’inondation dans le cadre de projets d’aménagement. Tous les concepteurs sont invités à proposer des partis des solutions urbaines et architecturales nouvelles pour mieux vivre en zone inondable, qui participeront également à l’adaptation au changement climatique. Elles permettront ainsi de rendre moins vulnérables nos territoires et d'apporter de l'innovation, de
7
renforcer notre savoir-faire et de contribuer à l'activité économique.
- 12 plans de gestion des risques d’inondation (PGRI) sont élaborés en association avec l’ensemble les élus, collectivités, associations aideront dès 2015 à préserver les vies humaines et maintenir l’attractivité et la compétitivité des territoires face aux inondations en métropole et en outre-mer. Ségolène Royal vous invite à donner votre avis sur ces 12 projets du 19 décembre 2015 au 18 juin 2015 sur le site national : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/consultation-eau-inondation-milieu-marin-a836.html
- sur les 122 TRI, (territoires à risque important d’inondation), des stratégies locales de gestion du risque inondation seront élaborées par les collectivités avec l’appui de l’Etat d’ici à fin 2016
- L’Etat accompagne les collectivités dans leurs projets de prévention du risque d’inondation dans le cadre du plan submersions rapides 2011-2016 mis en œuvre suite à la tempête Xynthia et aux inondations du Var en 2010 pour répondre à l'urgence d'augmenter la sécurité des populations dans les zones inondables, qui est un objectif majeur réaffirmé dans la stratégie nationale de gestion du risque inondation.
Ainsi, au 20 février 2015, ce sont 96 Programmes d’Actions pour la Prévention des Inondations (PAPI) qui ont été labellisés, représentant pour 1,25 Milliard d'euros d’études, de travaux et d’actions avec un soutien financier de l’Etat de 495 M€ pour accompagner les collectivités qui portent ces projets. Les PAPI permettent de conduire sur un bassin de risque pertinent un ensemble cohérent d’actions de prévention, de la connaissance à la prévision, de l’alerte à la gestion de crise, de la réduction de la vulnérabilité aux ouvrages de protection, de l'information préventive à la culture du risque.
Cinq ans après la catastrophe Xynthia, le 27 février prochain, il est important de souligner toutes les mesures mises en œuvre sur les territoires les plus durement touchés. La solidarité nationale s'est bien sûr exprimée immédiatement, outre les secours et l'appui aux victimes et leurs familles, à travers notamment l'acquisition par l'Etat de près de 1200 maisons situées en zones de solidarité, l'élaboration des plans de prévention des risques d'inondation prioritaires, des études de requalification des zones sinistrées et des programmes d'actions de prévention des inondations (PAPI). Sur les deux départements de Charente-Maritime et Vendée, 25 PAPI et projets de renforcement de digues été labellisés, représentant 252 M€ dont 93 M€ de l'Etat, avec le renforcement de 224 km de digues.
8
2. Surveiller, prévoir et gérer la crise
Ségolène Royal a annoncé le lancement du groupe de travail chargé d’élaborer un référentiel de vulnérabilité, qui apportera dès 2015 aux collectivités, aux acteurs économiques, voire aux citoyens, des premiers éléments et critères pour apprécier leur exposition au risque et des mesures opérationnelles pour la réduire.
Le Fonds de Prévention des Risques Naturels Majeurs est désormaismieux ciblésur les communes prenant des mesures de prévention telles que la pose de repères de crues, l’élaboration des plans communaux de sauvegarde, la réalisation d'exercices réguliers.
Enfin, parce que les réseaux (transports en commun, énergie, télécommunication,...) sont eux aussi sensibles à ces risques,Ségolène Royal va réunir prochainement, les opérateurs de réseau nationaux pour accélérer leur mobilisation à la préparation des crues.
3. Informer le citoyen sur les risques d’inondationet la constitution de kits d’attente des secours.
- Le portail internetGéorisques regroupe près de 130 indicateurs géolocalisés sur les risques, notamment sur les inondations. Il permet à chacun, avec la rubrique« Ma maison/mes risques»de voir la situation de sa maison.
- Ségolène Royal a également incité toutes les personnes situées dans les secteurs les plus à risque à s'équiper à l'avance dekits d’attente des secoursqui leur permet de faire face le mieux possible à la situation de crise lorsqu'elle arrive.
Retrouvez en ligne:
- la stratégie nationale de gestion des risques d’inondation - la note sur la stratégie nationale de gestion des risques inondations
9
Les mesures collectives et les consignes individuelles de sécurité
Dans une situation d’urgence, les réseaux d’eau courante, d’électricité, de téléphone peuvent être coupés. Il faut être prêt à vivre de manière autonome quelques jours (72 heures) avec certains articles essentiels, à son domicile (confinement) ou en dehors après un ordre d’évacuation. Attention à ce que le sac ne soit pas trop chargé. Il faut préparer les objets de première nécessité indiqués ci-après et les regrouper dans le sac d’urgence qui sera placé dans un endroit facile d’accès pour pouvoir le prendre le plus rapidement possible.
À la maison : ayez en tout temps à la maison les articles suivants :- Eau potable : deux litres par personne par jour, pour au moins trois jours - Nourriture non périssable : provision pour au moins trois jours consommant peu d’eau : barres énergétiques, fruits secs, conserves, petits pots pour bébé - Outils de base : ouvre-boîte manuel, couteau de poche multifonction… - Radio à piles : piles de rechange ou à dynamo - Lampe de poche : piles de rechange ou à dynamo - Bougies - Briquet ou allumettes - Trousse de premiers soins : antiseptiques, analgésiques, bandages adhésifs, compresses de gaze stériles, ciseaux... - Lunettes de secours et appareils d’assistance - Double des clés de maison pour éviter d’avoir à les chercher et risquer de laisser sa porte ouverte ou de se retrouver bloqué dehors ensuite - Double des clés de voiture pour éviter de les chercher ou de les oublier et perdre du temps en cas d’évacuation par la route - Panier et nourriture pour le transport des animaux domestiques et laisse, muselière
10
Pour encore plus de précaution : - Sifflet pour signaler votre présence aux secouristes - Masques anti poussières pour filtrer l’air contaminé
Ces articles essentiels permettront à vous et votre famille de subsister pendant les 3 premiers jours d’une situation d’urgence. Ce délai de 3 jours est le temps que pourraient prendre les secours pour venir en aide aux sinistrés ou que pourraient mettre les services essentiels à se rétablir.
Articles à emporter en cas d’évacuationEn cas d’évacuation de votre domicile, par exemple lors d’une panne de courant prolongée, d’une alerte d’inondation ou d’un tremblement de terre, les articles suivants pourraient vous être très utiles :
··········
Téléphone portable avec batterie chargée et chargeurs Médicaments et traitement en cours Articles pour l’hygiène – brosses à dents, serviettes, savon, papier hygiénique Vêtements de rechange Couvertures, sacs de couchage Argent liquide et carte de crédit Clés de voiture et de maison Pièces d’identité Articles pour bébés : lait maternisé, couches jetables, biberons Articles pour animaux domestiques : nourriture, médicaments, laisse
Jeux divers : cartes, dés, dominos
ConseilsMettez à l’avance ces articles dans un sac à dos ou un bac Protégez les objets de valeurs et les papiers importants Vérifiez régulièrement les dates de péremption de la nourriture et des médicaments
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.