RIEN A FOOT DES BLEUS !

De
Publié par

Depuis belle lurette, ma religion est faite, que ce soit pour la Gaule d'Astérix ou le pays de Zapata, Mandela ou toute autre nation faisant bancalement rimer "baballe" ave "hymne national": je hais le foot. D'une haine viscérale et totale. Sans nuances ni indulgence.

Publié le : vendredi 10 juin 2016
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
RIENÀ FOOTDES BLEUS!
Depuis belle lurette, ma religion est faite, que ce soit pour la Gaule d'Astérix ou le pays de Zapata, Mandela ou toute autre nation faisant bancalement rimerbaballeavechymne national: je hais le foot. D'une haine viscérale et totale. Sans nuances ni indulgence. Le foot national, international, mondial et intersidéral. Le foot de mon enfance (tous ces dimanches de pensionnat à me geler les fesses devant les exploits de laStella!), le foot de ma maturité, le foot de ma dégénérescence programmée. Le foot et tout ce qui s'y attache comme un essaim de tiques sur un clebs galeux : fric, pub, business, transferts, vedettariat, guerre des ego et aussi médiatisation, crétinerie des supporters, instrumentalisation politique, récupération patriotique, nationalisme maquillé hier en cacophoniques vuvuzelas ou par malheur demain en franchouillard bleu-blanc-rouge. Quand je pense au foot de toujours, c'est la tirade du Chevalier au long appendice qui me monte aux lèvres et m'emplit le rictus d'une ire aussi furieuse que dédaigneuse et ponctuée deniet: Suivre des yeux une baudruche traversant un grand pré fauché, tantôt d'un côté tantôt de l'autre, le tout ponctué de vociférations, de coups de sifflets, de cartons multicolores, d'indécents enlacements de bipèdes en rut, quel intérêt ludique ? Non, merci. M'offrir par procuration des frissons de bravoure macho, la chope à la main et le cul dans le sofa, bel exploit athlétique !
Non, merci. Communier aux transes avinées d'Iroquois en délire qui gerbent leurs injures et brandissent des bannières, noble effusion mystique ! Non, merci. Aduler cesgrands benêts en shortsqui se rêvent en stars, squattent les 5 étoiles et empochent des milliards, triste dérive éthique... Non, merci.Confisquer lesUneet lesJTpour l’Euro 2016 ou autres Coupes planétaires, belle urgence médiatique ! Non, merci.Instrumentaliser chez nous l'azur(délavé)en ciment sociétal et exhausteur du moral des ménages endettés, subtile rhétoriquequi endort les débats citoyens et escamote les enjeux politiques... Non, merci. Non, merci. Non, merci !
Quand hier comme aujourd’hui le Mythe arnaque ou instille la rancœur – «France black-blanc-beur» ou «Équipe black-black-black» ! – pour moi, rien de changé, toujours rien à cirer, plus stupide tu meurs : ras-le-ball et haut-le-cœur. Car au Royaume du ballon rond, rien de nouveau sous les crampons : "esPanem et circens " concluaient les Anciens ; "Epate et Audimat" répondent nos Modernes. Pour finir, ce troupeau de veaux parqué danslesFan zonesn’aura que cequ'il mérite : à défaut de blé dans l'escarcelle et de plomb dans la cervelle, du foin dans leur mangeoire plasm a, du foin ! Et pour le 10juillet prochain au Stade de France, contre l'équipe de la minuscule Albanie(uisnon qualifiée dep 1994)0 au, 5 à f ond de l'écuelle. Le Goliath tricolore terrassé et ridiculisé ! Tel est mon pronostic et aussi mon diagnostic : avec ou sans Benzema, une belle piquette hexagoui, ceonale , serait vraiment mérité et très chouette.
Michel Bellin, écrivain
(www.michel-bellin.fr)
et footophobe assumé
Ce 10 juin 2016.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.