ETUDE CENTRE EXPORT VFinale avant atelier

De
Publié par

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Centre Mauritanien d’Analyse des Politiques (CMAP) ETUDE POUR L’IMPLANTATION D’UN CENTRE DE PROMOTION DES EXPORTATIONS EN MAURITANIE DRAFT Nouakchott, Août 2008 SIGLE ET ABREVIATIONS AAAID Agence Arabe d’Investissement pour le Développement Agricole ACP Afrique Caraïbes et Pacifique AFD Agence Française de Développement AJEM Association des Jeunes Entrepreneurs de Mauritanie ANEXAL Association Nationale des Exportateurs Algériens APE Accords de Partenariat Economique APEX-CI Association pour la Promotion des Exportations de Côte d'Ivoire ASPEX Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations BEMOP Bureau Emploi et Main d'Œuvre Portuaire CA Conseil d'Administration CCI Centre du Commerce International CCIAM Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Mauritanie CEDEAO Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest CEPEX Centre de Promotion des Exportations (Tunisie) CI Cadre Intégré Centre d’Information Mauritanien pour le Développement Economique et CIMDET Technique CIR Cadre Intégré Renforcé CMAP Centre Mauritanien d'Analyse des Politiques CMPE Centre Marocain de Promotion des Exportations CMPEX Centre Mauritanien de Promotion des Exportations CNARM Chambre Nationale de l’Artisanat et des Métiers CNERV Centre National d’Elevage et de Recherches Vétérinaires CNH Centre National d’Hygiène CNROP ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 236
Nombre de pages : 75
Voir plus Voir moins
REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE    Centre Mauritanien d’Analyse des Politiques (CMAP) 
             ETUDE POUR L’IMPLANTATION D’UN CENTRE DE PROMOTION DES EXPORTATIONS EN MAURITANIE                           
DRAFT
Nouakchott, Août 2008
  
  SIGLE ET ABREVIATIONS  AAAID ACP AFD AJEM ANEXAL APE APEX-CI ASPEX BEMOP CA CCI CCIAM CEDEAO CEPEX CI CIMDET CIR CMAP CMPE CMPEX CNARM CNERV CNH CNROP CNUCED CO CPI CSLP CT DPCE EPA EPIC EU FAPEX
Agence Arabe d’Investissement pour le Développement Agricole Afrique Caraïbes et Pacifique Agence Française de Développement Association des Jeunes Entrepreneurs de Mauritanie Association Nationale des Exportateurs Algériens Accords de Partenariat Economique Association pour la Promotion des Exportations de Côte d'Ivoire Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations Bureau Emploi et Main d'Œuvre Portuaire Conseil d'Administration Centre du Commerce International Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Mauritanie Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest Centre de Promotion des Exportations (Tunisie) Cadre Intégré Centre d’Information Mauritanien pour le Développement Economique et Technique Cadre Intégré Renforcé Centre Mauritanien d'Analyse des Politiques Centre Marocain de Promotion des Exportations Centre Mauritanien de Promotion des Exportations Chambre Nationale de l’Artisanat et des Métiers Centre National d’Elevage et de Recherches Vétérinaires Centre National d’Hygiène Centre National de Recherches Océanographiques et des Pêches Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement Comité d'Orientation Commissariat à la Promotion de l'investissement Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté Développement Comité Technique Direction de la Promotion du Commerce Extérieur Etablissement Public à Caractère Administratif Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial Etats-Unis Fonds Autonome de Promotion des Exportations
2
  FMI Fonds Monétaire International FNP Fédération Nationale de Pêche GATT General Agreement on Tariffs and Trade GIE Groupement d’Intérêt Economique IMROP Institut Mauritanien de Recherche Océanographique et des Pêches INAP-FTP Institut National de Promotion de la Formation Technique et Professionnel JITAP Programme Conjoint Intégré d’Assistance Technique MACT Ministère du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme MCI Ministère du Commerce et de l'Industrie MCP Mauritano Chinoise de Pêche MMI Ministère des Mines et de l’Industrie MPE Micros et Petites Entreprises NPF Nation la Plus Favorisée NTIC Nouvelles Technologie de l'Information et de la Communication OMC Organisation Mondiale du Commerce ONS Office National de la Statistique PCR Programme de Consolidation et de Relance PIB Produit Intérieur Brut PMA Pays moins Avancés PNUD Programme des Nations-Unies pour le Développement PREF Programme de Redressement Economique et Financier SEPH Société d’Exportation des Produits Halieutiques SGS Société Générale de Surveillance SMCP Société Mauritanienne pour la Commercialisation de la Pêche SOMASCIR Société Mauritanienne SOMASERT Société Mauritanienne de Services et de Tourisme SYDONIA Système Douanier Automatisé TIR Transport International Routier UE Union Européenne UM Unité Monétaire (Ouguiya mauritanien) UMA Union du Maghreb Arabe UMAFEC Union Mauritanienne des Femmes Entrepreneurs et Commerçantes UNPM Union Nationale du Patronat de Mauritanien      3
  
    SOMMAIRE               Page Sigle et abréviations………………………………………………………………….…. 2   Sommaire…………………………………………… …………………………………… 4   Introduction……………………………………………………………………………… 6   I- Situation des exportations des produits mauritaniens..….………………………… 8 1.1- Cadre macroéconomique……………………………………………………………. 8 1.2.- Analyse qualitative des exportations mauritaniennes……………………………… 8  1.2.1- L’offre exportable……………………………………………………. 10  1.2.2- Structure et évolution des exportations mauritaniennes……………………… 11  A- Les exportations des produits de la pêche…………………………………… 12  B- Les exportations du minerai de fer………………………………………….. 13  C- Les autres exportations………………………………………………………. 14 1.3- Analyse qualitative des exportations mauritaniennes……………………………….. 14   II- Stratégie et Politique Commerciale de la Mauritanie……………………………. 17 2.1- Les évolutions récentes……………………………………………………………… 17 2.2- Des opportunités à saisir…………………………………………………………….. 17 2.3- Actions à promouvoir……………………………………………………………….. 18  2.3.1- Mesures transversales…………………………………………………………. 18  2.3.2- Mesures sectorielles…………………………………………………………… 22  2.3.3- Attentes globales par rapport au Centre de Promotion des Exportations …….. 29 2.4- Accords et conventions souscrits en matière de commerce…………………………. 30  2.4.1- Accords et arrangements commerciaux……………………………………….. 30  2.4.2- En matière de préférence commerciale………………………………………... 31  2.4.3- Les accords commerciaux régionaux et bilatéraux……………………………. 31  2.4.4- Politique commerciale et régime tarifaire……………………………………... 31  2.4.5- Contingents tarifaires et droits saisonniers……………………………………. 32 2.5- Les appuis extérieurs en matière de promotion du commerce……………………… 32  2.5.1- Le Cadre Intégr酅…………………………………………………………. 32  2.5.2- Le Programme JITAP…………………………………………………………. 33   III- Etat des dispositifs existants en matière de promotion des exportations………. 34 3.1- Les institutions d’appui au commerce……………………………………………… 34 3.1.1- l’Administration Centrale………………………………………………… 34 3.1.2- Les institutions publiques et semi-publiques…………………………….. 35 3.1.3- Les Organismes et Associations privés………………………………….. 35 3.2- Les instruments existants d’appui au commerce………………………………….. 35 3.3- Evaluation d’ensemble…………………………………………………………….. 36 3.4- l’état de l’art dans la sous-région ………………………………………………..… 36   IV- Mise en œuvre du Centre Mauritanien de promotion des exportations……….. 39 4.1- La Vision…………………… ………………………………………………………. 39 4.2- Rôle et mission du centre de promotion des exportations…………………………… 41 4.2.1- Eléments de clarification…………………………………………………………... 41  4.2.2- Nécessité d’un partenariat institutionnel et des synergies intersectorielles….. 43
4
  
 4.2.3- La mission du CMPEX………………………………………………………. 43 4.3- Objectifs, activités et résultats attendus du centre…………………………………… 44  4.3.1- Résultats recherchés à travers la mise en œuvre du CMPEX………………… 46  4.3.2- Prestations du CMPEX et ses outils de promotion………………………….. 46  4.3.3- Stratégie de gestion et de mobilisation de ressources………………………. 48  4.3.4- Mise en place d’un Fonds d’appui………………………………………….. 50  4.3.5- Description des locaux et équipements du Centre…………………………… 51  4.3.6- Phase pilote et montée en puissance…………………………………………. 51 4.4- Forme Juridique et organes du Centre………………………………………………. 52  4.4.1- Choix de la forme juridique…………………………………………………... 52  4.4.2- Cadre institutionnel et les organes de gestion du CMPEX………………….. 54 4.5- Prévisionnel d’investissement………………………………………………………. 57 4.6- Cadre logique du CMPEX et risques……………………………………………….. 58  4.6.1- Cadre logique……………………………………………………………….. 58  4.6.2 Risques………………………………………………………………………. 63 -4.7- Pérennisation et conditions d’efficacit酅………………………………………... 64 4.8- Compte d’exploitation prévisionnel du CMPEX……………………………………. 66    Annexes  Liste des personnes rencontrées  Références bibliographiques                             
      
5
  
  Introduction  L’intérêt pour le commerce extérieur n’est pas nouveau en Mauritanie. Pendant longtemps la stratégie d’exportation du pays s’est concentrée sur deux secteurs, à savoir les mines de fer et les produits halieutiques – exportés sans réelle valeur ajoutée. L’adhésion en 1995 de la Mauritanie à l’OMC, a sonné le glas de cette stratégie et incité à la diversification des exportations comme voie privilégiée pour développer durablement l’économie du pays.  Les accords de l’OMC visent à normaliser le commerce extérieur au niveau mondial, avec l’idée que les pays membres sont tous gagnants, à condition que chacun se spécialise dans les domaines où il a un avantage comparatif. En Mauritanie, ces accords se traduisent par la réduction des tarifs douaniers, la suppression d’obstacles non tarifaires et la négociation de tarifs préférentiels et d’accords de libre-échange. Comme le pays est membre à la fois du Groupe des 77 et des PMA, les produits en provenant bénéficient d’une ouverture exceptionnelle des marchés des pays développés. La Mauritanie n’a cependant pas vraiment profité de cette opportunité, du fait justement de sa faible base d’exportation.  Depuis près d’une décennie, le Gouvernement a orienté ses efforts vers la diversification des exportations, en essayant de promouvoir la compétitivité de l’économie nationale et de créer un cadre propice, de nature à inciter les promoteurs privés, nationaux et étrangers, à investir dans un certain nombre de secteurs porteurs. Il convient de reconnaître que ces efforts n’ont eu, pour le moment qu’un effet limité, même si des avancées modestes ont été réalisées.  Ainsi de nouveaux secteurs ont émergé, comme le tourisme, qui s’est développé de manière relativement rapide depuis la fin des années 90. De même, l’intérêt pour la diversification agricole a été manifeste, avec la création des Grands Domaines de Mauritanie (GDM) et un début encourageant d’exportation des produits maraîchers vers l’Europe. S’agissant de l’élevage, outre l’exportation séculaire du bétail sur pieds, on assiste à une augmentation significative des quantités de cuirs et peaux exportées vers l’Afrique et l’Europe. Mais ces exportations, pour la plupart, à travers des circuits informels, ne sont pas enregistrées et sont peu documentées. A cela, il convient d’ajouter, depuis 2006, l’exploitation du pétrole et des mines d’or et de cuivre – qui prend une certaine ampleur. Pour sa part, la SNIM, qui améliore ses exportations de minerais bruts tente de valoriser une partie de sa production avant de l’exporter, avec l’appui de partenaires Qataris. En revanche, le secteur des pêches voit sa part diminuer du fait non seulement de l’émergence de nouveaux secteurs mais aussi de difficultés diverses qui lui sont inhérentes.  Pendant longtemps, il n’y a pas eu de véritable stratégie commerciale. Il a fallu attendre les Assises du Commerce en 1999 et le Cadre Intégré (CI)1 pour voir le pays, préparer en 2001 une « Stratégie commerciale centrée sur la pauvreté » qui visait à intégrer le commerce dans les politiques nationales de développement et de réduction de la pauvreté. Le CI est basé sur l’hypothèse qu’une intégration fructueuse de l’économie des pays les moins avancés (PMA) dans l’économie internationale contribuera à stimuler la croissance et à réduire la pauvreté. Pour les PMA, l’ouverture des marchés et les traitements préférentiels ne sont vraiment utiles que si les capacités d’offre de biens et services sont améliorées et si la compétitivité de leurs économies est renforcée. Cela suppose que leurs capacités pour formuler et mettre en œuvre                                                  1 promotion du commerce pour les pays les moins avancés. Six agencesCI : Cadre Intégré pour l’assistance technique pour la internationales, le CCI, la CNUCED, le FMI, l’OMC, le PNUD et la Banque Mondiale, constituent le noyau dur du CI.
6
  
des politiques de développement, notamment commerciales et d’investissement, sont nettement améliorées. Les objectifs du Cadre Intégré (CI) étaient : (i) d’intégrer la politique commerciale dans les stratégies et plans nationaux de développement et de réduction de la pauvreté, et (ii) de faciliter la fourniture coordonnée de l’assistance technique liée au commerce en vue de faire face aux besoins identifiés pour intégrer les PMA dans l’économie mondiale.  La mise en œuvre de la stratégie commerciale pour la Mauritanie, élaborée dans le contexte du CI, s’est très vite heurtée à des obstacles liés au manque de compétences locales, à l’insuffisance des infrastructures, aux difficultés de mobilisation des ressources financières, à un climat des affaires hésitant et peu attractif pour les investissements étrangers, le tout sur un fonds de ralentissement de l’économie internationale et une dépression des prix des matières premières exportées par la Mauritanie, du moins jusqu’en 2004.  Cinq ans après son élaboration, la Stratégie commerciale a été actualisée en 2007, grâce à l’appui technique et financier du PNUD. Déjà le CSLP 2006-2010 « considère que la diversification de la base productive, notamment celle orientée vers l’exportation, contribuera fortement à la réduction de la pauvreté à travers ses effets, d’une part sur la croissance, sur l’emploi et sur les revenus, et d’autre part, sur la stabilité macro-économique, les recettes de l’Etat et sur la réduction de la vulnérabilité de l’économie face aux chocs exogènes ». L’intégration de l’économie mauritanienne dans l’économie mondiale est ainsi inscrite dans une perspective de développement et de lutte contre la pauvreté.  Aujourd’hui le contexte global de l’économie mauritanienne est très différent de la situation en 2001 : (i) les prix des matières premières sont en hausse, notamment le minerai de fer et le poisson ; (ii) l’exploitation pétrolière et des mines de cuivre et d’or depuis 2006 ouvre de nouvelles perspectives pour l’économie même si elles sont moins favorables que prévu ; (iii) l’annulation de la dette multilatérale décidée en juin 2006 selon les termes de Gleneagles donne un nouveau souffle à l’économie. Néanmoins, de nouveaux défis sont apparus qui risquent d’annihiler les efforts de développement, notamment le surenchérissement des produits alimentaires de base et du pétrole et le ralentissement de l’économie américaine et mondiale (crise des subprimes et crise financière majeure dans les pays développés). La situation économique en Mauritanie s’en est fortement ressentie, avec une détérioration des termes de l’échange due en particulier à l’augmentation vertigineuse des importations en valeur.  La présente étude vise à examiner les conditions nécessaires à l’implantation d’un Centre de Promotion des Exportations qui aura pour mission la contribution à l’amélioration de la compétitivité des entreprises mauritaniennes, le renforcement de leur présence sur les marchés extérieurs et l’amélioration de la balance commerciale du pays. L’étude examinera en particulier les services que le Centre devra comprendre pour répondre aux besoins des sociétés qui sont impliquées dans le domaine des exportations ou qui envisagent de s’y lancer.  Le présent rapport comprend deux grandes parties, divisée chacune en plusieurs chapitres. La première partie aborde les aspects macroéconomiques et les stratégies de promotion, tandis que la deuxième partie s’intéresse aux aspects pratiques relatifs à la mise en œuvre du Centre de Promotion des exportations.    
7
  
  I- Situation des exportations des produits mauritaniens  1.1- Cadre macroéconomique  L’évolution de l’économie mauritanienne a été irrégulière au cours des trente/quarante dernières années. Le taux de croissance était de 0,7% au début des années 1970, de 1,5% la décennie suivante et se situe aux alentours de 4% actuellement. Le programme d’ajustement structurel engagé au milieu des années 80, et les réformes économiques qui l’ont suivies, ont mis l’accent sur la libéralisation de l’économie avec un désengagement de l’Etat des grands secteurs économiques. Dans le même temps et en harmonie avec l’option libérale, le pays a contracté une série d’engagements aux termes des accords de l’OMC notamment la réduction des droits de douane.  La croissance économique enregistrée sur la période 2001-2004 est restée soutenue avec un taux moyen de 4,6% en termes réels bien qu’inférieur à la cible de croissance de 6% annuel du CSLP qui était jugé nécessaire pour atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté. Cependant, des résultats meilleurs ont été obtenus pour 2003 et 2004, (5,6% et 5,2%), qui ont été ensuite confirmés en 2005 (5,5%)2se montait en 2005 à 610 dollars. PIB per capita . Le Hors pétrole, le PIB réel a augmenté en 2006 de 6% en raison des cours élevés sur les marchés internationaux des produits pour l’exportation, de la mise en valeur des mines de cuivre et d’or et des investissements étrangers dans le secteur des infrastructures. Si l’on ajoute le pétrole, la croissance a été de 11,4%, ce qui constitue une performance remarquable, même si les prévisions étaient nettement plus optimistes.  En 2007, les secteurs d’exportation hors pétrole, y compris le cuivre et l’or ont tiré la croissance, avec une croissance de plus de 6% ; mais la baisse de la production pétrolière a engendré un taux de croissance du PIB global bien inférieur aux attentes. Les résultats de 2008 semblent suivre une tendance comparable avec des secteurs d’exportation qui se tiennent relativement bien mais une production pétrolière toujours faible.   1.2- Analyse quantitative des exportations mauritaniennes  Le commerce international joue un rôle important dans l’économie mauritanienne. En 2005, les échanges de la Mauritanie avec le reste du monde ont augmenté de 10% par rapport à 2004. La part des importations et exportations dans le PIB est respectivement de 74% et de 32,2%, un changement structurel rapide provoqué par les importations pour l’exploration pétrolière. Le commerce mauritanien reste très concentré, en termes de produits et de marché. Les produits de base dominent le commerce des marchandises, surtout les exportations (le minerai de fer et les produits halieutiques), avec très peu de traitements qui pourraient augmenter la valeur ajoutée. A partir de 2006, la structure des exportations a quelque peu évolué : les mines de cuivre et d’or sont entrées en production et les revenus de l’exploitation du pétrole constituent près du 1/4 de la valeur des exportations.  Le commerce extérieur de la Mauritanie a fortement progressé au cours des dernières années. Ainsi, en 2007, les échanges globaux du pays ont enregistré une hausse de 13,7% (et même 36,7% hors pétrole).                                                  2Ces taux d’accroissement sont ceux contenus dans le rapport de la mission du FMI sous l’Article IV de 2006. Les taux contenus dans le CSLP sont supérieurs à 6% pour 2003 et 2004.
8
  
  Tableau 1: Exportations de la Mauritanie par type de produits (2000 - 2006)  2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006  Unité :millions ouguiya         Exportations globales 81 881 88 662 86 950 84 370 111 935 147 717 340 634 Minerai de fer (SNIM) 46 307 52 257 53 833 48 855 66 967 101 306 122 209 Autres métaux (MCM) 1 921 Pétrole 170 504 Produits de pêche 35 390 36 398 32 925 35 365 44 624 46 391 45 993 Céphalopodes 16 588 20 526 19 789 24 440 35 751 34 835 33 567 Pélagiques 11 143 7 514 4 744 4 605 2 992 4 949 5 004 Démersaux 4 415 4 649 4 782 3 186 3 793 3 274 4 125 Crustacés 811 1 369 1 508 1 329 954 1 070 1 683 Farines de poissons 1 080 900 671 593 388 553 778 Sardines en boites 1 124 1 199 1 209 888 482 1 571 650 Salés, Séchés, fumés ou non fumés 9 10 202 4 9 121 176 Huiles de poissons 44 42 19 10 5 18 9 Foies et œufs de poissons 175 190 3 310 250 1 1 Autres produits 185 6 193 150 343 20 7           Unités :Tonnes               Exportations globales 10 278 863 11 228 935 10 349 380 9 512 867 10 809 814 10 682 662 10 639 774 Minerai de fer (SNIM) 10 067 930 11 068 653 10 241 710 9 412 290 10 723 920 10 567 596 10 530 725 Autres métaux (MCM) 3 816 Pétrole Produits de pêche 210 636 160 045 107 367 100 239 85 312 114 889 108 995 Pélagiques 149 075 94 310 54 329 54 899 35 277 58 967 53 101 Céphalopodes 26 367 30 666 20 273 18 811 25 601 27 100 27 676 Démersaux 15 179 16 613 17 560 14 321 16 941 15 821 16 169 Farines de poissons 11 447 9 014 6 188 5 626 3 703 5 540 7 556 Sardines en boites 6 664 6 722 6 722 3 730 1 408 5 297 2 611 Crustacés 781 1 645 1 285 1 418 1 040 1 212 1 201 Salés, Séchés, fumés ou non fumés 21 35 766 153 266 710 538 Huiles de poissons 628 519 238 127 49 241 143 Foies et œufs de poissons 474 521 5 1 155 1 026 1 1 Autres produits 297 238 303 337 582 177 53                         
9
  
Source :Direction Générale des Douanes/SYDONIA       1.2.1 – l’offre exportable  Selon l’enquête « entreprises 2002-2006 » réalisée par la Banque mondiale, l'analyse du comportement d'exportation des firmes Mauritaniennes permet de fournir une autre perspective sur leur compétitivité extérieure. Les données indiquent qu'environ 25 pour cent des firmes manufacturières en Mauritanie ont exporté tout ou partie de leur production en 2005. Bien que ce chiffre soit supérieur à ce que l'on observe dans des pays tels l'Algérie, le Kazakhstan ou le Mali, il reste néanmoins inférieur à celui de la plupart des pays comparateurs retenus. Ainsi, plus de la moitié des firmes en Chine, au Maroc et en Afrique du Sud ont exporté tout ou partie de leur production. En Mauritanie, les firmes exportatrices exportent en outre une faible proportion de leur production, équivalente à environ 12 pour cent de la valeur des ventes. Ceci est cohérent avec les résultats précédents sur la productivité; il n'est en effet guère surprenant que les firmes Mauritaniennes exportent peu car leurs coûts sont élevés et elles ne semblent pas utiliser leur stock de capital de manière efficiente.   Graphique 1: Firmes Mauritaniennes exportatrices. Afrique du Sud 61% Maroc 49.4% Maroc 60% Malaysia 36.8% Chine 52% Indonésie 29.1% Chine 26.0% Sénégal 46% Sénégal 23.7% Indonésie 42% Afrique du Sud 13.7% Brésil 31% Maurit anie12.2% Maurit anie25% Brésil 7.8% Mali 19% Mali 7.3% Kazakhst an 13% Kazakhst an 3.6% Algérie 4% xportatri ce s e rme sPct de fiAlgérie 0.7% Pct de nExport e nte s s ve 0% 20% 40% 60% 80% 0.0% 20.0% 40.0% 60.0%              Source: Enquêtes Entreprises 2002-2006, Banque Mondiale.  Bien que la comparaison précédente ne soit pas en faveur de la Mauritanie, celle-ci est toutefois dans une position légèrement meilleure au plan Africain. Les firmes en Mauritanie avaient une plus forte probabilité d'exporter que les entreprises de 17 autres pays (sur les 31 pays pour lesquels des données sont disponibles).       
10
Evolution des exportations mauritaniennes
Autres produits Foies et oeufs de poissons Huiles de poissons Salés, Sechés, fumé ou non fumé Sardines en boites Farines de poissons Crustacés Demersaux Pélagiques Céphalopodes Produits de pêche Pétrole Autres métaux (MCM) Minerai de fer (SNIM)
    1.2.2- Structure et évolution des exportations mauritaniennes  L’évolution récente de la structure des exportations de la Mauritanie a été principalement marquée par la mise en exploitation en 2006 du puits de pétrole de Chinguitty au large des côtes mauritaniennes - puits dont la production est entièrement exportée. L’espoir né de cette mise en exploitation a été tempéré par la baisse de production enregistrée depuis fin 2006. La structure des exportations du pays a été également élargie à la faveur de l’exploitation des mines de cuivre et d’or dans l’Inchiri – et dans une moindre mesure, du développement touristique et de la diversification des productions agricoles (exportées en Europe).  Graphique 2:  450000 400000 350000 300000 250000 200000 150000 100000 50000 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 Année   En 2007, les exportations totales de la Mauritanie se sont chiffrées en valeur à près de 350 milliards UM, en progression de 2,6%, grâce surtout à la hausse des ventes de minerai de fer (18,2%) et de produits de la pêche (39,2%) – et malgré le repli considérable des exportations de pétrole (-48,7%). Si on exclue le pétrole, la hausse des exportations dépasse 24%. La part de l’or et du cuivre dans les exportations ne cesse de prendre de l’importance : elle se situe à 15,4% en 2007.  Près de 68% des exportations hors pétrole ont été destinées à l’Europe, en particulier la France (18,3%), l’Espagne (14,8%), l’Italie (13%), l’Allemagne (12,4%) et la Belgique (9,2%). Ainsi, hors pétrole, cuivre et or, le continent européen constitue la destination de loin la plus importante des exportations mauritaniennes (plus de 160 milliards UM sur un total de 208 milliards, soit près de 77%). L’Asie totalise 18%, l’Afrique 2,5% et l’Amérique 0%.  Si l’on comptabilise les exportations de pétrole, la Chine apparaît comme une destination importante des exportations de la Mauritanie (et même très importante en 2006). Toutefois, en 2007 et 2008, ce partenaire a occupé une place moins importante.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.