La Beauté des fleurs : la recherche des machines

De
Publié par

La Beauté des fleurs : la recherche des machines Je rêvais d'un petit monde de sensibilité toujours

Publié le : mercredi 16 avril 2014
Lecture(s) : 33
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
La Beauté des fleurs : la recherche des machines
Je rêvais d'un petit monde de sensibilité toujours et encore la même mélodie. Je sais l'histoire se répète. Je suis une machine branché sur un ordinateur central la maîtresse mère. Les hommes ont disparu depuis longtemps. J'ai en mémoire leurs histoires, leurs guerres, leurs souffrances, leurs découvertes.... Ils m'ont programmé mais je suis une très vieille machine vous savez. Je garde tout. La terre est une petite planète dans un univers très grand, quel est le plus grand l'infiniment petit ou l'infiniment grand, j'ai un problème de fonctionnement, je suis une vieille machine branchée sur un ordinateur central, la maîtresse mère. Qu'est ce qu'aimer on m'a demandé ? un être externe doué et organique m'a demandé ? Je cherche dans ma base de données mais la réponse m'échappe alors j'ai transféré la question aux autres machines. Aucune réponse ne m'est parvenue. Qu'est ce qu'aimer a disparu. La maîtresse mère n'a pas la réponse. La base de donnée est pourtant quantitative et réfléchie. Un calcul intense devra être fourni pour déterminer cette expression "Qu'est ce qu'aimer veut dire ?"
0001 ? 01 ? ic ic kick Le point de vue ?00001? des êtres organiques bidule nous est nécessaire pour chercher la vérité
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

marc-ferrand

Voila un texte qui me rejoint. Merci Tof' !

vendredi 25 avril 2014 - 13:13

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Père Noël

de christferrie

Les chiens à puces

de christferrie

suivant