Affiche de la FSU 44 pour la journée interprofessionnelle du 15 octobre 2013

Publié par

Prendre ses responsabilités en toute indépendance syndicale Contrairement aux assertions du gouvernement, son projet de loi sur les retraites n’est ni juste, ni équilibré, ni le bon moyen de préserver notre système de D’autres choix sont possibles à condition de le retraites par répartition. C’est vrai : il pouvait être pire. Il n’en demeure pas moins décider et de ne pas céder aux diktats financiers. qu’il prolonge les dégradations opérées depuis 20 ans sous d’autres régimes. Le chiffon rouge contre les pensions des fonctionnaires a été rangé pour quelque Il n’y a pas de fatalité de la crise. C’est faux. Il y a temps. Mais cette pause ne doit tromper personne. Les retraites des femmes, en revanche des politiques délibérées qui souvent incomplètes et liées à des salaires inférieurs aux hommes, vont continuer construisent les « modérations » salariales, à être décrochées. Celles des autres précaires connaîtront le même sort. Tous les entretiennent un chômage structurel pour niveaux de retraites vont baisser de 5 à 10%. Les plus jeunes payeront la note : le rendre plus précaires et flexibles l’ensemble des patronat rien. salariés.
Publié le : lundi 7 octobre 2013
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins




Prendre ses responsa beilnittéosdnepédni etudic synance ale








Contrairement aux assertions du gouvernement, son projet de loi sur les retraites
n’est ni juste, ni équilibré, ni le bon moyen de préserver notre systè me de
retraites par répartition. C’e:sitl .lInv rea’i nedemrpuouvait être pirepae mos s inD’autres choix sont possibles à condition de
qu’il prolonge les dégradations opérées depuis 20 ans sous d’autres régidméecisd.eLre de ne pas céder aux diktatset f inanc
chiffon rouge contre les pensions des fonctionnaires a été rangé pour quelque
temps. Mais cette pause ne doit tromper personne. Les retraites des feIlm nm’ye sa, pas de fatalité de la crise. C’est faux.
souvent incomplètes et liées à des salaires inférieurs aux hommes, vont conetni nure qesrébélidénchre vaeu stiqip lod se
à être décrochées. Celles des autres précaires connaîtront le même sort. Tcouns sel tnesiurtso m «arédnoit » lseslaaalri,
niveaux de retraites vont baisser de 5 à 10%. Les plus jeunes payeront la ennottremage structurel teinnne tnuc ôhope : l
patronat rine. rendre plus précaires et flexibles l’ensemble
salariés. Les ajustements en cours visent t

Cette cont-reéforme aggrave encore lesere n àeremttnnement boètsy sreot nuttoe us
autres. Même le as v«ancé e»s sont des Pourquoi une grève le 15 ?e cootrbca me
tromp-el’œil .Les participations à la journée de grève et manifestations dud1e0 protection sociale, y
septembre ont été significatives, et l’opinion très majoritairemceontmpris d’ailleurs à terme
noitcles dégim fone la
afarovndsyatice blx aueCepet .l tu snela fans t, dndan noitcnoes r
Derrière des mesures jugépueblsi l’éducation nationale en particulier, les mobilisatioque, pnusb .euqil
ont été faibles. Depuis, au plan national, l’intersyndicale peine à
positives se cachent en réalités ’adcceosrder. Ce n’est pas l’intérêt des salariés. Ma-is en Lo ire
Le retour au plein emploi (un
injustices et des reculs poAutlra ntiquec, omme dans d’autres départements et en régiocnhômage eàn die ssseoulu sl ad-qeu5as%i)
parisienne, le front unitaire des quatre organisations de salareiféfsa,cerait lu
déclencher les droitsavec l’UNEF, a été maintenu. Il est même réaffirmé.
totalité du déficit annuel

Toutes les organisations syndicales ne sont pas en mouvemaecnttu.el.
L’allongement des cotisations à 4C3pour des raisons diverses, rejoignent cette réforme.ertaines,
annuité sassorties à la décote vaElles y relèvent même des points positifs. Pourtant, elle se Lr’taluagmentation des salaires
pénaliser tout le monde. C’est certain.volonté de transférer vers l’épargne, les banques et assura(ngceelsé s dans la fonction
des parties entières de notre système de retraite et de protection
f deratiimpéest I lel .coais .rgseisnollverée teetou ntnocc ertul ret
De futures mobilisations seront néc :e ls’saapiprecadil teinynrs ls
Mais d’autres avancées viennent p20u1bl4i)q u a:ejouqtueraatirte deasn sr eceetnt es
re avec le et gnale sint cuviaeeln à àoniam eitng alevèr r.hercheecrcait’d
romp s principes dans toutes les branches. Le
d’universalité des droits. Il va falloiErnaltA-erioL nituq,ed péraetemnt d’où provient el merp rei
payer pour faire valider une partie dem la ednciGC-TSF-UolidFO-Ss-UNaireua av FE àled-inirestl', itunsyé gel es pet lu os leisbas seesuaas siralselaeénogiceé sadsnl
du symbole. Elle veut entretenir l’unité interprofessionnelle et
sde’asp preanntnisésea.s gC’eesdtel a pdo’rétteuodeusv,e rteo uintergénérationnelle avec tous les jeunes, étudiants ou non.tc aCar'dierssste sser sel tneIANd orcc ais du mauvaes. ourc
pourquio, et compte tenu de l'arrivée imminente du projet u
à l’individualisation des droits. C’estp elle a fait le choix d'appeler à une journée de garlement, rève le
aussi choisir un principe d’épargne15 octobre, afin d'agir pour empêcher ce projet injuste.La taxation réelle des
réservé à ceux qui en ont les moyenseénn ua tirood élari ppicauxtasalariat


au lieu d’ouvrir un droit comme c’estplutôt qu’à l’actionnariat, le
la règle aujourd’hui.
prélèvement de uvneolles

cotisations sur les valeurs ajoutées
De la même manière la pénibilité sera prise en comrmpte productions à faible main d’œuvre sont dseoupsoifnts
convertibl.e sLes premiers points serviront à la reconversion professionnelrlee cehte . erchr
d’autres .)ertauLc uaxioh ud lasaé rise ntrov ladibael sd(nas la limite de q à
encore, c’est le principe d’épargne et d’individualisation agrémnegnet é d’un mLéal arégression n’est pas une fatalité
de « panie r» formation continue/retraite pernicieux à souhait.résignation n’est pas une desti
Appeler à la grève dans le contexte
Par ailleurs, tous les salariés paieront l’augmentation des taux de cotisatitoonuptoeu rindépendance politique
les pensions de 0,3%. Cela n’offusque pas la FSU. Mais les entreprises se verront n
rembourselr’ augmentiaon sous forme d’exonérations de cotisations de laapparaît être de notre responsabi
branche vernemen. Le goucn éuqi’ t anaonlima» elf«arua y lsnart tier vrtfeasvlae c les jeunes qui vont payer.
CS G! Or la CSG est payée par 90% des ménages et 10% ! pCaer acedua leap calit
au patronat sera payé par les salasr iréest reati tlé es.
Le bureau exécutif de la FSU tlantiq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.