Appel FSU 44 : Journée de grève FP du 15 mai 2014

De
Publié par

Le 15 mai, la FSU dans la grève et l’action LA FONTION PUBLIQUE EST AU SERVICE DE TOUS LA FONTION PUBLIQUE EST AU SERVICE DE TOUS L’AUSTÉRITÉ C’EST LE COÛT DU CAPITAL L’Elysée et Matignon ont décidé, comme partout en Europe, de faire payer aux salariés, retraités et privés d'emplois, le coût du capital. Pour satisfaire les profits et dividendes, les politiques d'austérité généralisée s’atta- quent aux peuples. Elles détruisent les institutions et les principes solidaires présentés comme des charges (sécurité sociale, politique familiale, retraites…). Elles prennent pour cible les grandes fonctions collectives comme les services publics et les fonctions publiques : hospitalière, territoriale et d’Etat. Manuel Valls et François Hollande ont décidé de faire payer aux plus modestes le pacte de responsabilité avec le patronat. Leur feuille de route pro patronale née d’une déroute électorale est au service de l’ordre économi- que européen et de l’arc atlantique. Cette politique, ordonnée par le FMI, l’Europe et les banques, organise les reculs sociaux et les fractures démocratiques. Elle prépare les privatisations en tous genres. Ces régressions ali- mentent les idéologies les plus réactionnaires. Le pacte de solidarité n’est qu’un jeu de dupes et de sacrifices qui éloigne chaque jour un peu plus les gens d’en bas de ceux de la démocratie d’en haut.
Publié le : vendredi 9 mai 2014
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Le 15 mai, la FSU dans la grève et l’action
LA FONTIONPUBLIQUEESTAUSERVICEDETOUS
L’AUSTÉRITÉC’ESTLECOÛT DUCAPITAL
L’Elysée et Matignon ont décidé, comme partout en Europe, de faire payer aux salariés, retraités et privés d'emplois, le coût du capital. Pour satisfaire les profits et dividendes, les politiques d'austérité généralisée s’atta-quent aux peuples. Elles détruisent les institutions et les principes solidaires présentés comme des charges (sécurité sociale, politique familiale, retraites…). Elles prennent pour cible les grandes fonctions collectives comme les services publics et les fonctions publiques : hospitalière, territoriale et d’Etat. Manuel Valls et François Hollande ont décidé de faire payer aux plus modestes le pacte de responsabilité avec le patronat. Leur feuille de route pro patronale née d’une déroute électorale est au service de l’ordre économi-que européen et de l’arc atlantique. Cette politique, ordonnée par le FMI, l’Europe et les banques, organise les reculs sociaux et les fractures démocratiques. Elle prépare les privatisations en tous genres. Ces régressions ali-mentent les idéologies les plus réactionnaires. Le pacte de solidarité n’est qu’un jeu de dupes et de sacrifices qui éloigne chaque jour un peu plus les gens d’en bas de ceux de la démocratie d’en haut. Les « éléments de langage » des conseillers, des ministres et du président parlent de coût du travail au lieu d’é-voquer la solidarité des cotisations et des politiques sociales. Ils ne citent jamais le coût du capital. Le pacte d’ir-responsabilité avec le patronat, financé par 50 milliards d’économies sur les dépenses publiques, va porter un coup terrible aux services publics, à l’emploi public et privé, et à l’ensemble de la protection sociale. C’est tout l’édifice solidaire bâti depuis le conseil national de la résistance qui s’en retrouve exposé. Ufois de plus les fonctionnaires sont pris pour cibles : blocage des salaires depuis 2010 jusqu’en 2017, sup-ne pressions d'emplois publics au nom de la modernisation de l’action publique (MAP, sœur jumelle de la RGPP), nouvelles menaces sur les pensions, dégradations accrues pour l’hôpital public et la santé, re découpage terri-torial autoritaire pour faire des milliards d’économies sur le dos des politiques de proximité… Les salariés de la fonction publique ne sont pas des nantis. Beaucoup sont des précaires, même titulaires, des centaines de milliers survivent avec le SMIC, à peine amélioré en fin de carrière. L’emploi public souffre, comme celui des autres secteurs. Partout, trop, c’est trop ! La FSU, en Loire-Atlantique, appelle les salariés des trois fonctions publiques à faire grève et manifester le 15 mai. - Pourla reprise de négociations salariales : revalorisation immédiate du point d’indice, la refonte de la grille et une meilleure reconnaissance des compétences et des qualifications, l’intégration des primes dans le traitement indiciaire et la refonte des grilles de rémunération, le refus de l’individualisation des salaires - Pourdes emplois de qualité sur des missions permanentes qui ont du sens, la fin des précarités – en par-ticulier pour les contractuels et auxiliaires – et des temps partiels contraints, des perspectives de carrière et de mobilité pour tous, des services publics efficaces pour tous et partout sur le territoire qui répondent aux besoins d’aujourd’hui et anticipent ceux de demain. Public Privéce sont les salariés,u'ilfautécouter, asles actionnaires et les banuiers !
ENSEMBLE, MANIFESTONS LE 15 MAI A Saint-Nazaire,Place de l’Amérique LatineA Nantes,Place du Commerce Rendez vous à 10 h 30
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.