GTT International : Lettre ouverte aux autorités allemandes et à la Communauté Internationale : Cessez de soutenir les putschistes !

De
Publié par

Malagasy Mandresy, Madagasikara Afaka Peuple Malagasy Gagnant. Madagasikara Libre Winner MalPeople. Free Madagasikara MADAGASCAR Lettre ouverte aux autorités allemandes et à la Communauté Internationale Cessez de soutenir les putschistes ! Par cette lettre, nous voulons exprimer notre vive réaction contre les propos tenus par M. le Chargé d’affaires de l’ambassade d’Allemagne, Ulrich Hochschild, qui sonnent comme une véritable provocation dans un contexte politique et sociale déjà très tendu. En effet, dans son interview, M. Hochschild accuse, sans nuances, Mme Lalao Ravalomanana, M. Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina d’être à l’origine de la situation chaotique actuelle et leur demande de retirer leur candidature. Pire, il a même l’outrecuidance de parler, et ce au nom de la Communauté Internationale, « de sanctions ciblées » à leur encontre. Soyons clair. A travers vos déclarations partisanes, vous avez fait preuve, M. le Chargé d’affaires, d’une cécité voire d’une mauvaise foi flagrante.
Publié le : lundi 3 juin 2013
Lecture(s) : 541
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Malagasy Mandresy, Madagasikara Afaka Peuple Malagasy Gagnant. Madagasikara Libre Winner Malagasy People. Free Madagasikara
MADAGASCAR Lettre ouverte aux autorités allemandes et à la Communauté Internationale
Cessez de soutenir les putschistes !
Par cette lettre, nous voulons exprimer notre vive réaction contre les propos tenus par M. le Chargé d’affaires de l’ambassade d’Allemagne, Ulrich Hochschild, qui sonnent comme une véritable provocation dans un contexte politique et sociale déjà très tendu.
En effet, dans son interview, M. Hochschild accuse, sans nuances, Mme Lalao Ravalomanana, M. Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina d’être à l’origine de la situation chaotique actuelle et leur demande de retirer leur candidature. Pire, il a même l’outrecuidance de parler, et ce au nom de la Communauté Internationale, « de sanctions ciblées » à leur encontre.
Soyons clair. A travers vos déclarations partisanes, vous avez fait preuve, M. le Chargé d’affaires, d’une cécité voire d’une mauvaise foi flagrante. Vous, comme l’ensemble de la Communauté Internationale, n’êtes pas sans savoir que: c’est Rajoelina qui a rompu son engagement solennel de ne pas se présenter à l’élection présidentielle, c’est encore lui qui a déposé tardivement sa candidature, néanmoins validée par la CES qui, de fait est rendue complice de cette manigance et perd toute sa crédibilité, c’est lui enfin qui foule aux pieds la feuille de route en refusant de quitter ses fonctions 60 jours avant la date prévue du scrutin.
En somme, Rajoelina continue de se comporter en voyou et règne en maître au mépris de tout le monde, comme il a toujours fait pendant plus de 4 ans. Les « sanctions » doivent d’abord s’appliquer aux 109 personnes qui ont participé au putsch dont leur chef Rajoelina, conformément à la décision de l’Union Africaine. De plus, en vertu des Accords de Cotonou, Rajoelina ne doit même pas faire acte de candidature aux élections présidentielles. Mais, la Communauté Internationale est restée passive face à ces mesures.
Aussi, nous récusons toutes les accusations portées notamment sur la candidature de Mme Lalao Ravalomanana qui, rappelons-le, a rempli toutes les conditions de formes et de fond requises, d’où sa validation par la CES. Lui demander de retirer sa candidature est non seulement illégal mais relève d’une absurdité déconcertante.
Pourquoi cet acharnement [de la Communauté Internationale] à vouloir à tout prix empêcher les Ravalomanana de se présenter devant le peuple ? N’est-ce pas en contradiction flagrante avec les fondements de la démocratie ? Mme Lalao Ravalomanana a été choisie à l’unanimité pour représenter le peuple légaliste et personne, ni aucun pays ne doit lui imposer un autre candidat. On lui a déjà spolié la victoire le 17 mars 2009, et maintenant, grâce à des manœuvres malsaines, on veut l’obliger àvoter sans choisi, comme si les 4 longues années de totalitarisme ne suffisaient pas.
Aussi,au nom du peuple Malagasy souverain et pour une sortie de crise rapide,nous demandons fermement et solennellement à la Communauté Internationale de : cesser toutes formes d’ingérence et de discrimination autour de ces élections, cesser toute tentative ou manœuvre visant à évincer des candidats à la course à la magistrature suprême notamment Mme Lalao Ravalomanana, mettre fin à toute forme de complaisance vis à vis des putschistes,
respecter scrupuleusement le droit des Malagasy de choisir librement leur futur dirigeant, arrêter de prendre en permanence en otage le peuple Malagasy, appuyer et accompagner par tous les moyens la mise en œuvre des recommandations issues de la concertation nationale initiée par la FFKM qui sont en grande partie en cohérence avec les mesures d’apaisement attendues par le peuple Malagasy.
Nous voulons enfin mettre en garde la Communauté Internationale mais aussi tous les acteurs politiques malagasy de l’extrême gravité de la situation actuelle qui se trouve dangereusement au bord de l’explosion sociale. Les Malagasy n’accepteront jamais que l’on bafoue leur choix.
Seules des élections libres, transparentes et acceptées par tous sont les gages d’une sortie de crise honorable. Faute de quoi, ce serait inévitablement le début d’un nouveau cycle d’instabilité.
Genève, le 3 juin 2013
GTT INTERNATIONAL – GENEVE Collectif des Patriotes Malagasy 15, rue des Savoises GENEVE – SUISSE http://gtt-international.blogspot.com/ collectifgtt@gmail.com
Destinataires :
SADC UA UE Parlement Européen ONU Autorités françaises Représentations étrangères
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.