Débits d'étiage des cours d'eau de Martinique pendant le Carême 1987

De
Publié par

INSTITUT FRANÇAIS DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT EN CoopERATIONCENTRE ORSTOM DE FORT-DE-FRANCEDEBITS D'ETIAGE DES COURS D'EAUDE MARTINIQUEPENDANT LE "CAREME" 1987Fort-de-France J.P. MOBECHEG. ADELEA. JUBENOTREGION MARTINIQUEINSTITUT FRANCAIS DE RECHERCHE SCIENTIFIQUEPOUR LE DEVELOPPEMENT EN COOPERATIONDirection de l'AgricultureCentre ORSTOM de Martiniqueet de la ForêtDEBITS D'ETIAGE DES COURS D'EAUDE MARTINIQUEPENDANT LE "CAREME" 1987Fort-de-France J.P. MOBECHEG. ADELEA. JUBENOTPar convention approuvée le 20 Mars 1987, laRégion Martinique a confié à l' ORSTOM le soin d'effectuerune campagne de mesures de débits pendant le "Car@me" 1987afin d'évaluer les ressources potentielles, en basses-eaux,d'un certain nombre de cours d'eau du département.L'estimation des débits d'étiage absolu quenous présentons dans ce compte rendu s'appuie sur 754jaugeages effectués en 1987 (dont 227 hors réseau), surles observations pluviométriques des postes du ServiceMétéorologique et de l' ORSTOM, ainsi que sur cellesrecueillies aux stations du réseau hydrométrique permanentgéré par l'ORSTOM.1 - [PLUVIOMETRIEI1) Caractéristigues mensuelles et annuellesLes hauteurs pluviométriques mensuelles observéessur quarante deux postes répartis sur l'ensemble de l'îlese classent ainsi :iFréquence Nombre de postes classés par groupes Iriter-Quintilesau!DépassementF Janv F M D AnnéeM A J J A S 0 N20,2 0 0 0 0 41 10 0 0 l 2 36 0~ - -,0,2 a 0,4 2 0 2 0 ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 87
Nombre de pages : 49
Voir plus Voir moins

INSTITUT FRANÇAIS DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT EN CoopERATION
CENTRE ORSTOM DE FORT-DE-FRANCE
DEBITS D'ETIAGE DES COURS D'EAU
DE MARTINIQUE
PENDANT LE "CAREME" 1987
Fort-de-France J.P. MOBECHE
G. ADELE
A. JUBENOTREGION MARTINIQUEINSTITUT FRANCAIS DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE
POUR LE DEVELOPPEMENT EN COOPERATION
Direction de l'AgricultureCentre ORSTOM de Martinique
et de la Forêt
DEBITS D'ETIAGE DES COURS D'EAU
DE MARTINIQUE
PENDANT LE "CAREME" 1987
Fort-de-France J.P. MOBECHE
G. ADELE
A. JUBENOTPar convention approuvée le 20 Mars 1987, la
Région Martinique a confié à l' ORSTOM le soin d'effectuer
une campagne de mesures de débits pendant le "Car@me" 1987
afin d'évaluer les ressources potentielles, en basses-eaux,
d'un certain nombre de cours d'eau du département.
L'estimation des débits d'étiage absolu que
nous présentons dans ce compte rendu s'appuie sur 754
jaugeages effectués en 1987 (dont 227 hors réseau), sur
les observations pluviométriques des postes du Service
Météorologique et de l' ORSTOM, ainsi que sur celles
recueillies aux stations du réseau hydrométrique permanent
géré par l'ORSTOM.
1 - [PLUVIOMETRIEI
1) Caractéristigues mensuelles et annuelles
Les hauteurs pluviométriques mensuelles observées
sur quarante deux postes répartis sur l'ensemble de l'île
se classent ainsi :
iFréquence Nombre de postes classés par groupes Iriter-Quintiles
au
!Dépassement
F Janv F M D AnnéeM A J J A S 0 N
20,2 0 0 0 0 41 10 0 0 l 2 36 0~ - -
,
0,2 a 0,4 2 0 2 0 l 12 9 3 6 13 5 0 11-
,
0,4 a 0,6 5 0 4 l 0 11 29 6 4 16 0 6 14- - -
,
0,6 a 0,8 13 l 9 5 0 7 3 12 15 9 0 16 5-
0,8 22 41 27 36 0 l 0 15 l 0 19 8~ .!2.- - - - - -
Le mode est souligné et ne correspond
généralement pas à la médiane, ainsi en Avril seuls 6 postes
sur 42 ont reçu une hauteur d'eau égale ou supen.eure à
la hauteur tle fréquence 0,8 (quinquennale sèche).- 2 -
sontLes caractéristiques mensuelles les
suivantes :
Après un mois de Décembre 1986 légèrement
déficitaire voire normal la pluviométrie de Janvier est
nettement inférieure à la normale sur l'ensemble du
département et dans 50 % des cas les hauteurs recueillies
sont inférieures aux hauteurs quinquennales sèches (F~O.8) .
Février est caractérisé par un beau temps sec
du à la présence quasi permanente d'une cellule
anticyclonique sur la Caraibe centrale. Le déficit
pluviométrique est général et très prononcé' puisque la
totalité des postes reçoivent des hauteurs inférieures
aux décennales sèches (F~0.9). Pour le tiers des postes
la pluviométrie de Février 1987 constitue le minimum absolu
de Février.
La persistance d'un beau temps chaud et
ensoleillé avec très peu d'averses nocturnes durant le
mois de Mars occasionne sur l'ensemble de l'île des déficits
pluviométriques importants plus particulièrement sur les
reliefs du nord habituellement moins touchés par la
sécheresse: pour les 2/3 des postes encore F)0.8.
La pluviométrie d'Avril reste toujours très
déficitaire puisque 80% des stations enregistrent des lames
d'eau encore inférieures aux décennales sèches. Pour 2
postes sur 3 les hauteurs recueillies constituent le minimum
absolu observé en Avril. Seules les régions de Ducos et
Rivière Pilote (Massifs du sud) connaissent un déficit
un peu moins prononcé.
La première quinzaine de Mai est encore très
sèche mais des précipitations abondantes-durant la seconde
quinzaine mettent définitivement fin à la sécheresse sévère
qui a marqué les mois précédents. Les excédents varient
en général de 100 à 200% par rapport aux normales
saisonnières atteignant parfois 4 à 5 fois la moyenne dans
le Sud de l'île. Sur les rivières du Sud qui connaissent
ordinairement un assèchement total durant le premier semestre
on assiste à la reprise des écoulements depuis le 20 Mai
et six crues individualisées ont été enregistrées sur les
rivières Carole et du Diamant dans la presqu'île des
Anses d'Arlet. Les hauteurs de pluie recueillies sont partout
supérieures aux quinquennales humides et 9 fois sur 10
aux décennales humides (F~O,1). Pour la moitié des postes
Mai 87 constitue le nouveau maximum absolu pour le mois
de Mai.
Passage de la 1ère onde tropicale de l'hivernage
87 en fin de 2ème décade de Juin. La pluviométrie est à
nouveau déficitaire sur la côte nord et centre-caraibe
partout ailleurs les totaux relevés sont excédentaires
(F#0,3).- 3 -
Les épisodes pluvieux de Juillet ont été
provoqués par le passage d'ondes tropicales ou la remontée
de la ZIC. La pluviométrie est normale pour la saison (F
compris entre 0,4 et 0,6).
Malgré le passage de plusieurs ondes tropicales
la pluviométrie du mois d'Août a été généralement déficitaire
et près de la moitié d~postes ont reçu des hauteurs
inférieures aux quinquennales sèches. Seule la région Sud Est
a reçu grâce aux fortes pluies du 30 un total proche de
la normale.
Le mois de Septembre a été riche en perturbations
tourbillonnaires mais la plupart d'entre elles est été
de faible intensité entraînant un déficit pluviométrique
général sauf sur le Sud de l'île où les pluies de la
troisième décade, au passage d' "Emily" et de la dernière
onde tropicale du mois, ont suffi pour combler ce déficit
et même donner une pluviométrie mensuelle parfois
excédentaire.
Malgré des pluies orageuses fréquentes les
totaux enregistrés en Octobre sont plutôt déficitaires
dans le centre et le sud du département spécialement dans
la presqu'île du Diamant. Sur la moitié nord on observe
au contraire un léger excédent (F~0,3).
D'importants excédents pluviométriques ont
été recueillis en Novembre sur l'ensemble de la Martinique,
spécialement dans le Nord-Est où pour la journée du 26
on a enregistré jusqu'à 280 mm au Morne Bellevue. Pour
85% des stations la pluviométrie est supérieure à la
quinquennale humide enfin 6 nouveaux records ont été
établis pour le mois de Novembre.
En Décembre enfin la pluviométrie est déficitaire
sur tout le département en raison d'une faiblesse des fronts
froids, dans le Sud de l'Arc Antillais, assez anormale
pour le mois. Les déficits les plus importants ont été
observés sur la côte centre et nord-caraibe ainsi que sur
les reliefs habituellement bien arrosés. Près de la moitié
des postes ont reçu des hauteurs de pluie inférieures aux
quinquennales sèches.
En ce gui concerne l'année 1987 on retiendra
que :
1/3 des ,postes (35%) a reçu des hauteurs de pluie qui
peuvent être consid~r~es comme normales, au sens de médian
avec des fréquences au dépassement comprises entre 0,4
et 0,6.- 4 -
- 1/3 des postes (32,5%) a connu une pluviométrie
excédentaire. Les zones concernées sont la côte nord
atlantique, les massifs du sud et le littoral sud-est.
Les lames d'eau recueillies y ont des récurrences humides
supérieures à 2,5 ans (F<O, 4) mais restent en deçà des
quinquennales humides (F>0,2).
- 1/3 des postes (32,5% j enfin a connu un déficit
pluviométrique (F>0,6), il s'agit ici de la côte centre
et nord caraibe et surtout de la région de Morne Rouge
et des Pitons. Dans ces deux dernières zones les lames
annuelles précipitées ont des recurrences sèches de 6
à 7 ans soit une fréquence au dépassement F t 0,85.
Les caractéristiques mensuelles des diverses
régions de la Martinique sont résumées dans le tableau
ci-après.
2) Le "Car@me" 1987
La sévérité et la longueur du Caz ême 87 sont
restées gravées dans toutes les mémoires. Cette impression
demande toutefois à @tre complétée par une analyse objective
des précipitations.
Nous avons dans un premier temps retenu 33
postes de longue durée (25 à 65 ans) répartis sur l'ensemble
de l'île et calculé les temps de récurrence apparente des
hauteurs mensuelles précipitées. Nous obtenons les valeurs
moyennes de 5,40 - 17,14 - 8,21 et 32,66 ans pour les quatre
premiers mois de 1987. Les pluviométries mensuelles de
Janvier, Février et Mars ont donc en moyenne une récurrence
de l année sur 5, l année sur 17 et l année sur 8. Ces
3 mois sont bien déficitaires mais ce déficit ne peut @tre
considéré comme exceptionnel important en janvier et
Mars, remarquable en Février, sans plus. Seule la
pluviométrie d'Avril avec une récurrence de l année sur
33 soit 3 fois par siècle peut ê t.re tenue comme
exceptionnelle.
Ce qui peut ê t.re considéré comme un évènement
plus rare c'est par contre la succession de 4 mois
déficitaires. Faute de temps pour étudier les séquences
de 30 60 90 et 120 jours consécutifs les plus secs
il nous a paru intéressant toutefois, pour "situer" la
sécheresse du Car@me 87 et non plus seulement celle de
chaque mois près individuellement, d'étudier la répartition
du total pluviométrique des 4 mois consécutifs les plus
secs.
'Le déficit pluviométrique moyen pour les 4
premiers mois de 1987, calculé à partir des relevés de
25 postes où les observations sont suffisamment longues,
complètes et fiables est de 53,2% par rapport aux médianes,Secteurs Géographiques J F M A M J J A S 0 N D Année Récurrence
1987 en ans
-a Oa -à 2,5 a 3
Montagne Pelée Atlantique -- ++ ++ ++ +
- -- -- - -- -- + - Humide

Montagne Pelée Càraibe ++ + ++
-- -- -- -- - a -- -- -- -/-- 5 Sec
,
Trouée de
-a
Morne Rouge -- -- ++ + -- ++ 6 à 7 Sec
-- -- a -- a -- --
al
:::l
al 0"
al I-I-,..j
t:+J+J Pitons -/-- -- ++ -- + ++ --
-- -- a a - -- 6 Sec
o t: t:
Nalttj
CJr-i
-a +a -à 2 a 2,5
-a
+J
Littoral Atlantique -/-- -- -- ++ + ++ Humide
-- a a -- -- -- a
<
Centre Caraibe - -- -- ++ - ++ 4 Sec
-- - a - a --
-
U1
2 a 2,5
Plaine du Lamentin ++ ++ Humide
-/-- -- -- -- Oà+ a a - 0/- - a
3 a 4
-- -- +à Oà Oà oà
, ,
-
++ ++ +
Massifs du Sud -- -- a- a- ++ a - + - Humide
+a Oa -à Oa
Sud Atlantique - - ++ ++ + ++ - + 4 Humide
-- -- a - -
+a Oa 2 a 2,5
--
,
presqu'île du Diamant ++ + + ++ - a Humide
- -- -- -- a -- a-
++ nettement excédentaire
F ~ 0,2 soit T ~ 5 ans Humide
+ excédentaire T entre 2,5 H et 5 ans Humide
0,2 0,4
< F <
a normal
0,4 < F < 0,6 T entre 2,5 Sec et 2,5 ans Humide
- déficitaire
0,6 < F < 0,8 T entre 2,5 Sec et 5 ans Sec
nettement déficitaire 0,8 Sec
~ F T ~ 5 ans- 6 -
54,5% par rapport aux moyennes. Suivant les régions ce
déficit varie ainsi
40% dans la presqu'île des Anses d'Arlet,
45% environ sur toute la façade atlantique,
55% dans la plaine du Lamentin et le massif des Pitons
du Carbet,
60 à 62% sur la côte centre et nord caraibe, la trouée
du Morne Rouge et les massifs du sud.
Nous avons pour ces postes recherché parmi
8 lois de probabilité à une variable le' meilleur ajustement
statistique du cumul pluviométrique minimal des 4 mois
consécutifs les plus secs. La loi de Galton et celle de
Pearson III, parfois Goodrich, donnent en général les
meilleurs résultats. La qualité de ces résultats dépend
pour la plus grande part de la longueur des échantillons
disponibles d'autant que pour 17 postes sur 25 le cumul
des 4 premiers mois de 1987 constitue le minimum absolu
jamais observé. Nous présentons ci-après les résultats
de l'ajustement à une loi de Pearson III des cumuls 'EP4
observés au Morne des Cadets (période 1925-1988). Selon
Pearson III la pluviométrie du Carême 87 aurait une période
de retour de 101 ans, 93 ans selon Galton Il
Nous obtenons pour les postes du Morne Rouge
(Marie Agnès, Rue Lucie, Sainte Cécile) et ceux du massif
des Pitons (Plateau Boucher, Morne Bellevue et Balata la
Donis) des périodes de retour ajustées comprises entre
70 et 120 ans. Dans ces deux zones le déficit pluviométrique
de 1987 a probablement donc une période de retour d'environ
80 ans.
Pour les autres régions de l'île les déficits
de 1987 sont moins rares que sur les reliefs du Nord et
les récurrences suivantes peuvent être proposées.
- Pelée au Vent
T = 15 ans à la Gendarmerie de Basse Pointe
25 à 30 ans à Macouba - Bellevue.
- Pelée sous le vent
,
T = 40 à 50 ans à l'Anse Ceron, 25 a 30 ans au phare
du Prêcheur.
- Centre Atlantique
. en bord de mer
T = 15 à 20 ans à la Gendarmerie de Sainte Marie, 5 ans
à celle du Robert .
. en altitude ,
T = 25 ans à Rabuchon, 60 a 70 ans à Rivière Blanche
et à Fourniol.- 7 -
Répartition Statistique des Cumuls Pluviométriques
des 4 mois consécutifs les moins arrosés
Morne des Cadets (Période 1925/1988 - N = 63)
Fréquence
Expérimentale LP4
Rang F = n - 0.5 Année Mois en mm
n N
1 0,008 1987 1,2,3,4 211,2
2 0,024 1947 2 345 231,5
3 0,040 1937 2 296,1
4 0,056 1925 2 345 311,1
5 0,071 1931 2 318,6
6 0,087 1957 2 3 4 5 320,4
7 0,103 1958 12,1,2,3 325,9
8 0,119 1973 234 5 328,9
9 0,135 1926 5 374,9
10 0,151 1941 234 5 378,9
Il 0,167 1969 1 2 3 4 379,6
12 0,183 1983 1 2 3 4 381,7
13 0,198 1977 2 3 4 5 385,8
14 0,214 1975 3 4 5 6 389,6
15 0,230 1928 10 Il 12 1 418,3
16 0,246 1985 3 4 5 6 426,3
17 0,262 1971 3 4 5 6 427,1
18 0,278 1942 1 2 3 4 435,4
19 0,294 1979 1 2 3 4 444,9
20 0,310 1970 2 3 4 5 449,5
21 0,325 1955 1 234 462,5
22 0,341 1960 2 3 4 5 468,6
23 0,357 1962 2 3 4 5 471,8
24 0,373 1939 2 345 472,6
25 0,389 1965 2 3 4 5 474,1
26 0,405 1980 234 5 478,6
27 0,421 1930 2 3 4 5 480,8
28 0,437 1984 234 5 487,8
29 0,452 1946 3 4 5 6 500,0
30 0,468 1952 1 234 506,3
31 0,484 1932 2 3 4 5 515,2
32 0,500 1944 1 234 519,5
33 0,516 1961 2 3 4 5 539,5
34 0,532 1986 2 3 4 5 541,1
35 0,548 1929 234 5 543,0
36 0,563 1978 2 3 4 5 558,9
37 0,579 1934 1 234 568,3
38 0,595 1948 Il 12 1 21 579,2
39 0,611 1936 123 4 585,1
40 0,627 1938 234 5 602,8
41 0,643 1949 3452 609,5
42 0,659 1968 1 234 613,6
43 0,675 1974 4 567 617,5
44 0,690 1988 234 5 621,3
45 0,706 1933 2 3 4 5 631,9
46 0,722 1943 2 3 4 5 636,2- 8 -
Répartition Statistique des Cumuls Pluviométriques
des 4 mois consécutifs les moins arrosés
Morne des Cadets (Période 1925/1988 - N = 63)
(suite et fin)
Fréquence
Expérimentale P4
Année Mois en mmRang F = n - 0.5
Nn
47 0,738 4 639,61976 567
646,648 0,754 1982 3 456
651,749 0,770 1966 Il 12 1 2
50 0,786 1951 12 123 673,3
51 0,802 1 234 676,11953
700,452 0,817 1954 2 345
53 0,833 1967 3 456 701,3
709,654 0,849 1963 2 345
714,455 0,865 1972 3 456
56 0,881 1945 3 730,6
0,897 12 123 753,657 1964
12 755,358 0,913 1981
758,559 0,929 1935 1 234
0,944 1959 3 456 787,260
787,561 0,960 1950 2 345
936,562 0,976 1956 2
Il 952,663 0,992 1927 12 1 2

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.